Exosomes et messagers ARN.

Note : On étudie notamment depuis une dizaine d’années une fonction primordiale de l’ARN humain extra-cellulaire dans le lait maternel, où l’on en a identifé actuellement 1.400 différents, qui pourraient jouer un rôle de messager mère-enfant dans le ciblage de la synthèse des protéines chez l’enfant et la programmation de sa réponse immunitaire, aider la croissance des prématurés, voire lutter contre les cancers infantiles. Pour faire un lien avec l’actualité, rappelons que notre vieille amie « Bill Gates » finance l’étude et la production d’une nouvelle arme anti-humaine, le lait maternel artificiel. Du lait de laboratoire pour les petits et de la merde pour les grands. Merci qui?

Source. Traduit in extenso par moi le 29 mars 2021.

Traduction

Dans la Recherche Actuelle, l’ARN Occupe une Place Centrale

Evolution News @DiscoveryCSC

30 juin 2020 à 08h49

Voici un aperçu des nouvelles découvertes importantes sur l’ARN (acide ribonucléique). L’ARN diffère sur un point de l’ADN – le sucre ribose (avec un groupe OH à l’emplacement carbone-2) au lieu du désoxyribose (avec juste H à cet endroit). Cela crée une grande différence dans les traits structurels et fonctionnels de l’ARN. Contrairement à l’ADN, l’ARN est moins durable et souvent monocaténaire. Il s’associe également à l’adénine (A) avec l’uracile (U) au lieu de la thymine (T), qui a un groupe méthyle en position carbone-5 au lieu de l’hydrogène de l’uracile.

Ces différences, bien que légères, rendent chaque acide nucléique parfaitement adapté à ses rôles respectifs dans la cellule. Longtemps considéré comme un simple modèle pour la transcription et la traduction de l’ADN, désignés comme ARN messager (mARN) et ARN de transfert (tARN), l’ARN avec sa durée de vie plus transitoire remplit de nombreuses autres fonctions qui ont été mises en lumière au XXIème siècle. De nouveaux termes sont ajoutés au vocabulaire de l’épigénétique: parmi eux, l’ARN long non-codant (lncRNA), le micro-ARN (miARN), l’ARN alimentaire et l’ARN extracellulaire (exARN).

Des milliers de modèles

L’ARN peut se replier de manière complexe. Les chercheurs de la Ruhr-Universität Bochum recherchent des structures d’ARN inconnues parmi les milliers de molécules d’ARN présentes dans les cellules, espérant que de nombreux ARN repliés s’avéreront fonctionnels, tout comme les protéines. Les scientifiques utilisent une nouvelle technique appelée séquence de tête [lead sequencing] pour identifier les structures d’ARN: «Pas de structure – pas de fonction».

Dans toutes les cellules vivantes, les informations génétiques sont stockées dans de l’ADN double brin et transcrites en ARN simple brin, qui sert ensuite de modèle pour les protéines. Cependant, l’ARN n’est pas seulement une copie linéaire de l’information génétique, mais se replie souvent en structures complexes. La combinaison de régions simple brin et double brin partiellement repliées est d’une importance capitale pour la fonction et la stabilité des ARN. «Si nous voulons apprendre quelque chose sur les ARN, nous devons également comprendre leur structure», déclare Franz Narberhaus. [Je souligne.]

Une de ces fonctions dont ils font mention: l’ARN comme thermomètre! Certains ARN changeront leur structure en fonction de la température. Un exemple fourni dans le communiqué de presse concerne le pathogène de la diarrhée Yersinia pseudotuberculosis. Un thermomètre à ARN permet au parasite de détecter s’il se trouve à l’intérieur de l’hôte – une fonction utile pour le germe, mais pas pour sa victime. «En utilisant le séquençage de tête, l’équipe a non seulement identifié des thermomètres à ARN déjà connus, mais en également découvert plusieurs nouveaux.» Espérons que certains exemples plus salutaires de cette capacité seront identifiés dans leurs travaux.

De l’ARN pour la surveillance des vaisseaux

Les micro-ARN ont été impliqués en tant que protecteurs de l’intégrité vasculaire, déclare l’Université Ludwig-Maximilian de Munich. Ils ont découvert «une fonction moléculaire inconnue jusqu’à présent d’un microARN spécifique qui préserve l’intégrité de l’endothélium et réduit le risque d’athérosclérose». Un micro-ARN (miARN) en particulier change le paradigme de l’ARN; il ne sort pas du noyau; il rentre, portant un message.

Les molécules d’ARN courtes appelées microARN (miARN) jouent un rôle essentiel dans la régulation de l’expression génique. Des anomalies dans l’expression et la fonction des miARN ont été impliquées dans des processus pathologiques, tels que le développement de maladies chroniques comme l’athérosclérose. Les fonctions de régulation des miARN ont généralement lieu dans le cytoplasme, où ils interagissent avec les transcrits d’ARN cibles pour inhiber leur traduction en protéine ou favoriser leur désintégration. Cependant, le groupe du professeur Christian Weber de l’Institut de Prévention Cardiovasculaire (IPEK) du LMU Medical Center a maintenant décrit un mode d’action exceptionnellement différent. En enquêtant sur un miARN nommé miR-126-5p, l’équipe de Weber démontre que cette molécule peut être transférée de manière inattendue dans le noyau cellulaire et, en interagissant simplement avec elle, supprime l’activité d’une enzyme, appelée caspase-3, qui est responsable de la mort de la cellule par mort cellulaire programmée. De cette manière, la molécule protège l’intégrité vasculaire et réduit l’étendue des lésions athéroscléreuses.

Les cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins sont souvent soumises à une contrainte de cisaillement. Habituellement, les signaux de stress déclencheraient la mort cellulaire programmée (apoptose). Ce micro-ARN pénètre dans le noyau et arrête l’une des protéines exécutrices nommée caspase-3, en disant, en substance, «Tout va bien; laissez la cellule vivre. » Cette fonction jusqu’ici inconnue de miR-126-5p «représente un nouveau principe de régulation biologique qui sert à compléter des mécanismes précédemment bien décrits», a déclaré Weber.

ARN sans frontières

Il existe des «médecins sans frontières» qui voyagent loin de leur pays pour aider les patients des zones défavorisées du monde entier. Il existe également des «ARN sans frontières» qui quittent leurs cellules d’origine pour apporter une aide aux tissus autour du corps. Ce nouveau concept d ‘«ARN extracellulaire» (exRNA) est si fascinant que Nature a consacré un numéro spécial à ce sujet. Herb Brody écrit,

La molécule la plus connue pour son rôle dans la traduction du code génétique en instructions d’assemblage de protéines trouve un nouveau rôle en médecine. On sait maintenant que l’ARN, autrefois considéré comme n’existant que dans les cellules, se propage dans les tissus de tout le corps par le sang, sous la protection de minuscules sacs lipidiques appelés vésicules extracellulaires. L’étude de cet ARN extracellulaire (exRNA) a conduit à une révolution tranquille en biologie, alors que les scientifiques s’efforcent de comprendre pourquoi les cellules libèrent de l’ARN et comment les molécules pourraient être utilisées pour améliorer la détection et le traitement des maladies.

Dans un exemple, l’ARN a été découvert il y a dix ans dans le lait maternel. Tien Nguyen dit dans Nature, «les scientifiques essaient toujours de comprendre pourquoi ils sont là et comment ils affectent la santé.» Le micro-ARN (miARN), «jadis considéré comme débris génétique», fait ses preuves à bien des égards. «En se fixant aux brins correspondants de l’ARN messager, qui est impliqué dans la synthèse des protéines, le miARN peut activer et désactiver efficacement l’ARNm et modifier les protéines produites», ajoute Nguyen. Dans le cas du lait maternel, un chercheur a commencé à se poser les bonnes questions:

Bo Lönnerdal, biochimiste à l’Université de Californie à Davis, a passé des décennies à étudier les composants bioactifs du lait maternel. Lorsque Lönnerdal a appris que des chercheurs avaient trouvé des miARN dans le lait maternel, il se souvient s’être demandé ce que faisaient les molécules là-bas. Il doit y avoir une raison pour laquelle ces fragments d’ARN apparemment aléatoires sont présents dans le lait, se souvient-il.

Il se demandait si les miARN fournissaient de la nutrition ou régulaient une autre substance. C’est un processus fastidieux à résoudre – 1.400 miARN ont été identifiés dans le lait maternel – mais jusqu’à présent, il semble que ces paquets de code régulent les gènes chez le bébé, peut-être en réglant les réponses immunitaires ou en accélérant les taux de développement des bébés prématurés. Certains miARN pourraient même protéger contre le cancer du nourrisson. Il s’agit d’un domaine de pointe que les scientifiques du monde entier explorent. Comprendre les rôles du miARN dans le lait maternel pourrait améliorer les soins du bébé.

Pas seulement pour les bébés

Les adultes ont également intérêt à comprendre l’exARN. Dans un autre article du numéro spécial de Nature, Kenneth Witwer déclare que «l’ARN alimentaire est mûr pour une enquête», car «l’ARN dans les aliments pourrait avoir des effets profonds sur le système digestif humain et sur la santé en général.» Kristina Campbell explore le ferment résultant des premières recherches sur l’exARN. Dans son article dans Nature, elle demande: «Les microARN que nous consommons affectent-ils l’expression des gènes?» En d’autres termes, le matériel génétique peut-il nous être transféré à partir de la nourriture que nous mangeons? Il est trop tôt pour dire quel rôle joue l’ARN alimentaire, mais il est saisissant de penser que la nourriture pourrait faire plus que fournir des nutriments; elle pourrait également ajouter des informations génétiques sur la façon d’utiliser ces nutriments!

Parce que l’ARN extracellulaire est maintenant connu pour voyager dans tout le corps, les futures méthodes pourraient être en mesure de les utiliser pour diagnostiquer la maladie. Dans son article dans Nature, Elie Golgin examine les perspectives d’utilisation des exARN comme marqueurs du cancer, des maladies cardiaques et d’autres conditions.

Les tissus du corps communiquent régulièrement entre eux par le biais de messages d’ARN envoyés dans les deux sens entre les cellules. Ainsi, il semblait évident aux scientifiques qu’en écoutant ces communiqués extracellulaires transportés dans le sang, la salive, l’urine et d’autres fluides, ils devraient être en mesure d’intercepter les dépêches indiquant la santé et la maladie.

Le reste de l’article décrit la complexité de cet espoir naïf. Néanmoins, « Il y a une croissance énorme dans le domaine », dit Golgin, et « cela incite désormais les entreprises à commercialiser un certain nombre de ces approches. » Elizabeth Svoboda disserte sur certains des travaux en cours dans son article dans Nature, «Tour d’horizon de la recherche: ARN extracellulaire». C’est clairement un domaine très actif. Les chercheurs pourraient trouver de nouvelles voies pour le traitement des maladies cardiaques, des troubles neurodégénératifs, du cancer, de la régénération rénale et même des troubles anxieux comme le SSPT. Des essais cliniques sont prévus. Bientôt, une toute nouvelle batterie de thérapies pourrait s’ajouter à la boîte à outils du médecin, toutes basées sur les messages séquencés dans l’ARN.

La vie est basée sur des messages

Même les plantes utilisent l’ARN comme messager, rapporte Roxanne Khamsi dans son article dans Nature sur les vésicules contenant de l’ARN dans les plantes. Si les scientifiques peuvent trouver des moyens de contrôler les exosomes avec leurs paquets d’informations génétiques intégrés, cela pourrait conduire les agriculteurs à utiliser des pulvérisations de cultures contenant de l’ARN. Et si les plantes et les êtres humains utilisent l’ARN dans de nombreux rôles fonctionnels, il devient clair que tous les organismes de la planète dépendent de ces molécules génétiques à de nombreuses fins.

Une nouvelle fenêtre sur la conception intelligente s’ouvre en grand. Cette révolution dans la recherche sur l’ARN pourrait être comparable aux révolutions précédentes qui ont découvert les rôles fonctionnels de l’ADN et des protéines. Il convient de noter que les mentions d’évolution étaient inexistantes dans tous ces articles sauf un, et que l’une d’entre elles relevait de la spéculation pure:

[Janos] Zempleni dit que «les miARN et les exosomes sont bien plus biodisponibles dans le lait que dans les plantes». Il spécule que cela pourrait avoir des fondements évolutifs: «La nature pourrait les avoir rendus biodisponibles pour la nutrition infantile», dit-il.

Ce n’est même pas une déclaration darwinienne. Zempleni vient de qualifier la «nature» de déesse prévoyante, installant des miARN dans un but précis. Dans le même article, la seule autre mention de l’évolution venait de Kenneth Witwer de la Johns Hopkins School of Medicine, qui spéculait sur la non-évolution:

Il se souvient avoir pensé: «C’est peut-être une manière conservée dans l’évolution qui nous permet d’extraire de notre nourriture plus que la simple nutrition.»

Les évolutionnistes ont déjà échoué dans ce domaine en plein essor en reléguant les ARN qu’ils ne comprenaient pas dans la poubelle des «déchets génétiques». Et depuis, après toutes ces années de découvertes, tout ce qu’ils peuvent faire est de spéculer sur ce qui «pourrait avoir des fondements évolutifs». C’est le moment idéal pour les défenseurs du design [NdT. Intelligent design] de lire les messages dans l’ARN et de découvrir ce qu’ils disent.


Texte original

In New Research, RNA Takes Center Stage

Evolution News @DiscoveryCSC

June 30, 2020, 8:49 AM

Here is a survey of important new discoveries about RNA (ribonucleic acid). RNA differs from DNA by one little change — the sugar ribose (with an OH group at the carbon-2) instead of deoxyribose (with just H there). This makes a big difference in the structural and functional traits of RNA. Unlike DNA, RNA is less durable, and often single-stranded. It also pairs to adenine (A) with uracil (U) instead of thymine (T), which has a methyl group at the carbon-5 position instead of uracil’s hydrogen. 

These differences, though slight, make each nucleic acid perfectly suited for its respective roles in the cell. Long thought to be a mere template for transcription and translation of DNA with the names messenger RNA (mRNA) and transfer RNA (tRNA), RNA with its more transient lifetime serves many other functions that have been coming to light in the 21st century. New terms are being added to the vocabulary of epigenetics: among them, long noncoding RNA (lncRNA), micro-RNA (miRNA), dietary RNA, and extracellular RNA (exRNA).

Thousands of Designs

RNA can fold in complex ways. Researchers at Ruhr-Universität Bochum are looking for unknown RNA structures among the thousands of RNA molecules in cells, expecting that many of the folded RNAs will prove functional, just like proteins are. The scientists are using a new technique called lead sequencing to identify RNA structures: “No structure — no function.”

In all living cells, genetic information is stored in double-stranded DNA and transcribed into single-stranded RNA, which then serves as a blueprint for proteins. However, RNA is not only a linear copy of the genetic information, but often folds into complex structures. The combination of single-stranded and partially folded double-stranded regions is of central importance for the function and stability of RNAs. “If we want to learn something about RNAs, we must also understand their structure,” says Franz Narberhaus. [Emphasis added.]

One such function that they mention: RNA as a thermometer! Some RNAs will change their structure depending on the temperature. One example provided in the press release involves the diarrhea pathogen Yersinia pseudotuberculosis. An RNA thermometer allows the parasite to detect whether it is inside the host — a useful function for the germ, but not its victim. “Using lead sequencing, the team not only identified already known RNA thermometers, but also discovered several new ones.” Hopefully some more salutary instances of this capability will be identified in their work.

RNA for Pipeline Monitoring

Micro-RNAs have been implicated as protectors of vascular integrity, says Ludwig-Maximilian University of Munich. They found “a hitherto unknown molecular function of a specific microRNA that preserves integrity of the endothelium and reduces the risk of atherosclerosis.” One micro-RNA (miRNA) in particular shifts the RNA paradigm; it doesn’t go out of the nucleus; it goes back in, bearing a message.

Short RNA molecules known as microRNAs (miRNAs) play a vital role in the regulation of gene expression. Anomalies in miRNAs expression and function have been implicated in pathological processes, such as the development of chronic diseases like atherosclerosis. The regulatory functions of miRNAs usually take place in the cytoplasm, where they interact with target RNA transcripts to inhibit their translation into protein or promote their decay. However, Professor Christian Weber’s group in the Institute for Cardiovascular Prevention (IPEK) at the LMU Medical Center has now described an exceptionally different mode of action. By investigating a miRNA named miR-126-5p, Weber’s team demonstrates that this molecule can unexpectedly be transferred into the cell nucleus and, by simply interacting with it, suppresses the activity of an enzyme, named caspase-3, which is responsible for killing the cell by programmed cell death. In this way, the molecule protects vascular integrity and reduces the extent of atherosclerotic lesions.

Cells lining the blood vessels often are subject to shear stress. Ordinarily, stress signals would initiate programmed cell death (apoptosis). This micro-RNA enters the nucleus and stops one of the executioner proteins named caspase-3, saying, in essence, “It’s OK; let the cell live.” This hitherto unknown function of miR-126-5p “represents a new principle of biological regulation that serves to complement previously well described mechanisms,” Weber said.

RNAs without Borders

There are “doctors without borders” who travel far from their countries to help patients in deprived areas around the globe. There are also “RNAs without borders” that leave their home cells to bring aid to tissues around the body. So fascinating is this new concept of “extracellular RNA” (exRNA), Nature devoted a special issue to the subject. Herb Brody writes,

The molecule best known for its part in translating genetic code into protein-assembly instructions is finding a new role in medicine. RNA, once thought to exist only in cells, is now known to travel to tissues all over the body through the blood, under the protection of tiny lipid sacs known as extracellular vesicles. The study of this extracellular RNA (exRNA) has led to a quiet revolution in biology, as scientists endeavour to understand why cells release RNA, and how the molecules might be used to improve the detection and treatment of disease.

In one example, RNA was discovered ten years ago in mother’s milk. Tien Nguyen says in Nature, “scientists are still trying to work out why they are there and how they affect health.” Micro-RNA (miRNA), “Once overlooked as genetic junk,” is proving its worth in many ways. “By attaching to matching strands of messenger RNA, which is involved in protein synthesis, miRNA can effectively turn mRNA off and on, and alter what proteins are made,” Nguyen adds. In the case of mother’s milk, one researcher started asking the right questions:

Bo Lönnerdal, a biochemist at the University of California, Davis, has spent decades studying the bioactive components of breast milk. When Lönnerdal learnt that researchers had found miRNAs in breast milk, he remembers wondering what the molecules were doing there. There must be a reason why these seemingly random bits of RNA are present in milk, he recalls thinking.

He wondered if the miRNAs provided nutrition, or were regulating some other substance. It’s a tedious process to solve — 1,400 miRNA’s have been identified in breast milk — but so far, it appears that these packages of code do regulate genes within the baby, perhaps tuning immune responses or speeding up rates of development for pre-term babies. Some miRNA might even be protecting against infant cancer. This is a cutting-edge field that scientists around the world are pursuing. Understanding the roles of miRNA in breast milk might lead to improved baby care.

Not Just for Babies

Adults also stand to benefit from understanding exRNA. In another article in the Nature special issue, Kenneth Witwer declares that “Dietary RNA is ripe for investigation,” because “RNA in food could have profound effects on the human digestive system and on health more generally.” Kristina Campbell explores the ferment arising from initial investigations of exRNA. In her Nature article, she asks, “Do the microRNAs we eat affect gene expression?” In other words, can genetic material be transferred to us from the food we eat? It’s too early to tell what roles dietary RNA play, but what a concept to think that food might be doing more than providing nutrients; it might also be adding genetic information about how to use those nutrients!

Because extracellular RNA is now known to travel throughout the body, future methods might be able to use them to diagnose disease. In his Nature article, Elie Golgin surveys the prospects for using exRNAs as markers for cancer, heart disease and other conditions. 

The body’s tissues routinely communicate with each other through RNA messages sent back and forth between cells. So, it seemed obvious to scientists that, by eavesdropping on these extracellular communiqués carried in blood, saliva, urine and other fluids, they should be able to intercept dispatches indicative of health and disease.

The rest of the article describes how complicated that naïve hope is turning out to be. Nevertheless, “There’s tremendous growth in the field,” Golgin says, and “It’s driving companies now to commercialize a number of these approaches.” Elizabeth Svoboda elaborates on some of the work being done in her Nature article, “Research round-up: extracellular RNA.” This is clearly a very active field. Researchers may find new avenues for treatment of heart disease, neurodegenerative disorders, cancer, kidney regeneration, and even anxiety conditions like PTSD. Clinical trials are coming. Soon, an entirely new suite of therapies may add to the doctor’s toolkit, all based on the sequenced messages in RNA.

Life Is Message-Based

Even plants use RNA for messaging, reports Roxanne Khamsi in her Nature piece about RNA-containing vesicles in plants. If scientists can find ways to control the exosomes with their embedded genetic information packets, this might lead to farmers using crop sprays that contain RNA. And if plants and human beings are using RNA in many functional roles, it’s becoming clear that all organisms on the planet rely on these genetic molecules for many purposes. 

A new window on intelligent design is opening wide. This revolution in RNA research might be comparable to previous revolutions that uncovered the functional roles of DNA and proteins. It’s noteworthy that mentions of evolution were non-existent in all these articles except one, and that one amounted to raw speculation:

[Janos] Zempleni says that “miRNAs and exosomes are way more bioavailable in milk than in plants”. He speculates that this might have evolutionary underpinnings: “Nature may have made them to be bioavailable because of infant nutrition,” he says. 

That’s not even a Darwinian statement. Zempleni has just treated “nature” as a goddess with foresight, installing miRNAs for a purpose. In the same article, the only other mention of evolution was by Kenneth Witwer of Johns Hopkins School of Medicine, who speculated about non-evolution:

He remembers thinking, “maybe this is some evolutionarily conserved way that we can extract something else from our food other than just nutrition.”

Evolutionists have already failed this burgeoning field by relegating RNAs they didn’t understand to the “genetic junk” bin. And ever since, after all these years of discovery, all they can do is speculate about what “might have evolutionary underpinnings.” This is a great time for design advocates to read the messages in RNA and find out what they are saying.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s