Tromperie et fraude dans la recherche médicale.

Un excellent petit – enfin, pas trop long – article qui faisait un tour d’horizon du sujet en 2006.

Détail cocasse : comme indiqué dans les Remerciements, « Cet article a été soumis à l’origine en tant qu’essai pour l’achèvement du cours de MSc en sciences chirurgicales à l’Imperial College, Londres. »

L’Imperial College de Londres, là où enseigne un certain Neil Ferguson, le parangon historique de la tromperie et de la fraude statistique.

Je publierai (encore une fois, si j’ai le temps) quelques articles publiés par les NIH et le CDC américains, tous deux indiscutablement au coeur de la fraude Covid/vaccins (voir l’interview du Dr McCullough que j’ai transcrite ici et traduite ici), qui donnent toutes les infos nécessaires pour comprendre que c’est bien une énorme fraude, que les remèdes sont officiellement connus depuis longtemps et que toutes les certitudes ayant trait à la contagion sont en fait purement spéculatives. On y trouve même un article très intéressant sur les effets des nanoparticules et leurs symptômes, qui dit exactement la même chose que les « complotistes ». Comme quoi, toujours lire la littérature de « l’ennemi ».

Je n’ai pas reproduit ci-dessous les références bibliographiques et les liens qui s’y rapportent dans le texte ne fonctionnent pas sur cette page (flemme). Pour les curieux, voir sur la page source originale.

Mention légale : « Ceci est une traduction non officielle d’un article paru dans une publication d’Elsevier. Elsevier n’a pas cautionné cette traduction. »

Source.

Traduction

Tromperie et fraude dans la recherche médicale

Usman Jaffer, Alan E.P. Cameron

The Ipswich Hospital, Ipswich, UK

Disponible en ligne le 29 mars 2006.

Résumé

La tromperie et la fraude dans la recherche médicale constituent un problème sérieux pour la crédibilité de la littérature publiée. Bien que l’estimation de sa prévalence soit difficile, les incidences rapportées sont alarmantes. Le spectre du problème s’étend de ce qui peut sembler être un don d’auteur [NdT. c’est-à-dire la faveur de signature d’un article faite à un collègue] plutôt inoffensif à la fabrication complète de données. Parmi les facteurs susceptibles d’avoir favorisé la fraude et la tromperie figurent le gain financier, la gloire personnelle, l’environnement scientifique concurrentiel et l’orgueil scientifique. La fraude et la tromperie sont difficiles à détecter et sont généralement mises en évidence par des dénonciateurs. Bien que la plupart des cas puissent être traités au niveau institutionnel, des organismes de réglementation tels que le Comité d’Ethique des Publications (Committee on Publication Ethics – COPE) et le Comité d’Ethique de la Recherche Médicale (Medical Research Ethics Committee – MREC) ont été créés pour surveiller et tenter de remédier au problème.

Mots clés

Fraude; Tromperie; Recherche médicale; Ethique médicale

Introduction

La fraude et la tromperie dans la recherche médicale corrompent le bilan scientifique et conduisent à de fausses conclusions. Elles entraînent une perte de confiance du public dans la recherche médicale et les médecins. La fraude dans la recherche médicale touche toutes les catégories d’investigateurs.

Le cas le plus célèbre en Grande-Bretagne est sans doute celui de Malcolm Pearce, maître de conférences à la St George’s Hospital Medical School, et de Geoffrey Chamberlain, professeur et chef du département.1 En 1994, ils ont publié un article dans le British Journal of Obstetrics and Gynaecology, dont Pearce était le rédacteur en chef adjoint et Chamberlain le rédacteur en chef. L’article revendiquait le succès de la réimplantation d’une grossesse extra-utérine. Dans le même numéro, Pearce avait publié un essai contrôlé randomisé. Quelques mois plus tard, un chercheur junior de leur département a alerté les autorités que le cas de réimplantation était une œuvre de fiction et que les patientes randomisées dans l’essai n’existaient pas. L’affaire a conduit à la démission de Chamberlain et à la radiation de Pearce du registre médical. L’histoire a fait la une du journal Daily Mail.

Bien qu’il s’agisse d’un cas plutôt sensationnel, la fraude et la tromperie dans la recherche médicale ont une « pathogénie » et se manifestent de plusieurs manières. Dans cet article, la nature et les causes de la fraude et de la tromperie dans la recherche médicale sont examinées, ainsi que les solutions potentielles au problème.

Définitions de la fraude et de l’erreur

Selon le Comité d’Ethique Publique (COPE), le principe sous-jacent à l’inconduite est l’intention d’amener autrui à considérer comme vrai ce qui ne l’est pas.2 L’inconduite n’implique donc pas seulement un acte ou une omission particulière, mais aussi l’intention du chercheur, de l’auteur, du rédacteur, du réviseur ou de l’éditeur concerné.

Bien qu’une erreur honnête soit très différente d’une fraude délibérée, il ne suffit pas de dire que toute activité humaine, y compris la recherche, est sujette à l’erreur. Les archives scientifiques sont autant menacées par des erreurs honnêtes que par des fraudes délibérées. Il est donc de la responsabilité des auteurs de vérifier leur travail et d’en assurer l’exactitude.

Prévalence de la fraude et de la tromperie

Il est difficile d’estimer directement la prévalence de la fraude et de la tromperie dans la littérature médicale, mais des enquêtes par questionnaire permettent d’en avoir une idée indirecte. Une étude nord-américaine a révélé que 36% des étudiants en doctorat et en post-doctorat étaient au courant d’un cas d’inconduite scientifique ; en outre, 15% étaient prêts à faire tout ce qui était nécessaire pour obtenir une subvention ou publier un article.3 Une autre enquête auprès des biostatisticiens membres de la Société Internationale de Biostatistique Clinique (International Society for Clinical Biostatistics), qui peuvent être considérés comme impartiaux et dans une position privilégiée pour observer la fraude et la tromperie, a révélé que 51% des répondants avaient connaissance de projets frauduleux. Différentes formes de fraude, telles que la fabrication et la falsification de données, la communication trompeuse de résultats, la suppression de données et la conception ou l’analyse trompeuse, ont été observées dans des proportions assez similaires.4 Ces preuves réfutent de manière assez convaincante l’idée que la fraude ou la tromperie dans la recherche médicale est une activité relativement mineure et isolée. Elle est en effet très répandue.

Pratiques potentiellement douteuses dans la recherche médicale

Plagiat

Le plagiat peut aller de l’utilisation non référencée d’idées publiées ou non publiées d’autrui à la soumission sous un « nouvel » auteur d’un article complet, parfois dans une autre langue2.

Contrefaçon

La falsification est l’invention d’une partie ou de la totalité des données de recherche rapportées, y compris la description d’expériences qui n’ont jamais été réalisées.5 Des cas de falsification ont été largement médiatisés dans le passé.6, 7 Bien que la falsification soit la forme la plus évidente de fraude et de tromperie dans la recherche médicale, elle n’est en aucun cas le seul type d’inconduite.

« Traitement » et « élagage »

Le traitement consiste à ne retenir et à n’analyser que les résultats qui confirment l’hypothèse étudiée et à ignorer les données qui pourraient affaiblir les résultats. L’élagage consiste à lisser les irrégularités des données afin de rendre les résultats plus convaincants pour la publication. Ces infractions semblent légères par rapport au plagiat et à la falsification, mais elles constituent un premier pas pour le chercheur vulnérable sur la voie de la fraude et de la tromperie.

Mauvaise utilisation des techniques statistiques

En raison de la complexité de l’analyse statistique et de la difficulté qu’ont de nombreux chercheurs à la maîtriser, la fraude et la tromperie peuvent s’insinuer involontairement. Avec la facilité d’accès aux logiciels statistiques à menus et le manque de compréhension des hypothèses et des suppositions associées, des techniques inappropriées peuvent être employées et conduire à des recherches trompeuses.

Auteurs non-responsables

Les articles à auteurs multiples sont devenus de plus en plus courants au cours des dix dernières années, certains comptant jusqu’à 40 auteurs. Souvent, la qualité d’auteur a été accordée pour des raisons de reconnaissance plutôt qu’en raison d’une contribution scientifique directe à l’entreprise.

Il n’existe pas encore de définition universellement acceptée de la qualité d’auteur. Les directives du COPE stipulent que l’attribution de la qualité d’auteur doit équilibrer les contributions intellectuelles à la conception, au design, à l’analyse et à la rédaction par rapport à la collecte de données et aux autres travaux de routine. Elles précisent également que si aucune tâche ne peut être raisonnablement attribuée à une personne en particulier, celle-ci ne doit pas être créditée de la qualité d’auteur.

La qualité d’auteur a des conséquences importantes sur la responsabilité du matériel publié. Tous les auteurs ont la responsabilité de vérifier les données et de s’assurer de leur honnêteté. La plupart des revues demandent désormais aux auteurs de fournir une déclaration signée attestant qu’ils ont lu le manuscrit avant de le soumettre et qu’ils sont donc conscients de son contenu. Lorsque certains aspects d’un article dépassent les capacités d’un individu, la section concernée doit être vérifiée par une personne possédant l’expertise appropriée et n’ayant pas rédigé la contribution en question.

Publication redondante

Il y a publication redondante lorsque deux ou plusieurs articles, sans référence croisée, partagent la même hypothèse, les mêmes données, les mêmes points de discussion ou les mêmes conclusions.2 Bien que la publication antérieure d’un résumé dans les actes d’une réunion n’empêche pas une soumission ultérieure pour publication, une divulgation complète doit être faite au moment de la soumission. Une pratique quelque peu similaire, connue sous le nom de « découpage en tranches », permet la production de plusieurs articles par fragmentation d’un même ensemble de données.

Les conséquences de la fraude et de la tromperie

La fraude et la tromperie dans la recherche médicale peuvent entraîner deux problèmes majeurs pour la science en général. Premièrement, il y aura une érosion de la confiance dans la validité globale des découvertes scientifiques, ce qui pourrait entraîner un ralentissement du rythme de la recherche, les chercheurs passant de plus en plus de temps à essayer de confirmer le travail des autres plutôt que de s’en inspirer. Deuxièmement, la fraude ou la tromperie peut conduire à l’instauration d’une prise en charge des patients sur la base d’éléments qui ne reposent pas sur des faits scientifiques solides, ce qui pourrait ne pas avoir les effets bénéfiques escomptés, voire causer un préjudice aux patients.

Un cas important qui met en évidence ces deux aspects est celui de Mark Williams et Cameron Bowie.8 Les docteurs Bowie et Williams ont lancé une enquête sur les besoins des patients gravement handicapés dans la communauté. Les résultats ont été fascinants. Les personnes gravement handicapées qui n’étaient vues que par leur médecin généraliste et leur infirmière communautaire avaient beaucoup plus de besoins non satisfaits que celles qui étaient également vues par un travailleur social ou qui étaient en contact avec une organisation de patients. Les résultats ont fourni des preuves empiriques d’une évaluation médico-sociale inadéquate, et ont été rapportés, par coïncidence, juste au bon moment pour soutenir les propositions de soins communautaires du gouvernement. Plus tard, Williams a fait l’objet d’une enquête pour comportement frauduleux (notamment pour avoir menti sur ses qualifications) et a été radié du registre médical, ce qui a entraîné le retrait de toutes les recherches auxquelles il avait participé, y compris cette enquête.

Le Dr Bowie s’est plaint plus tard, au moment de la rétractation, que l’article avait été « déterminant » dans la réforme des soins communautaires et avait fait beaucoup de bien. Malheureusement, il n’avait pas examiné personnellement les données brutes et ne pouvait donc pas se porter garant de l’honnêteté de l’article, et n’avait donc pas d’autre choix que de le retirer.

Ce cas montre bien que tout degré de tromperie et de fraude peut avoir un effet désastreux sur la recherche médicale en général en raison de l’érosion de la confiance et de la méfiance à l’égard de la littérature scientifique.

Causes potentielles de fraude et de tromperie dans la recherche médicale

Les causes de la fraude et de la tromperie dans la recherche médicale peuvent être diverses. Dans les recherches financées généreusement par l’industrie, le gain financier peut être une motivation évidente. Dans les centres de recherche clinique, les motivations peuvent être plus complexes. La concurrence, évoquée ci-dessous, ou simplement le désir de célébrité peuvent être des facteurs contributifs.

Angell affirme que l’environnement sous haute pression dans lequel la recherche médicale est menée a donné lieu à la fraude et à la tromperie.9 Il souligne que, comme la promotion et le financement des médecins en médecine universitaire sont étroitement liés au nombre de leurs publications, les chercheurs se sentent poussés à publier aussi souvent que possible. Cette pression conduit, par exemple, à entreprendre des études insignifiantes parce qu’elles donnent des résultats rapides, à rapporter inutilement la même étude en plusieurs fois, à rapporter une étude plus d’une fois, à citer comme auteurs des personnes qui ne sont que marginalement impliquées dans l’étude ou même à faire de la contrefaçon pure et simple.

L’orgueil, qui consiste pour un chercheur à « savoir » quel devrait être le résultat d’une étude et à manipuler ou fabriquer les données pour confirmer cette conviction, peut conduire à la fraude. Le cas le plus célèbre est celui de William McBride, qui a été acclamé dans le monde entier pour avoir découvert que la thalidomide provoquait des malformations congénitales, mais ses études ultérieures, qui montraient la même chose pour le médicament debendox, ont été falsifiées. Il a ensuite admis avoir falsifié les données « dans l’intérêt de l’humanité ».

Angell propose en outre qu’un moyen efficace de réduire ces infractions et d’affirmer la suprématie de la substance sur le volume dans la recherche scientifique serait de plafonner le nombre de publications pouvant être prises en compte dans l’évaluation d’un candidat à une promotion ou à un financement. Chaque publication ferait alors l’objet d’une attention proportionnellement plus grande, tant de la part du chercheur que de ceux qui jugent le travail.

Dans le contexte américain, Petesdorf décrit un « syndrome pré-médical » dans la pathogenèse de la fraude et de la tromperie.10 Il affirme que la taille extraordinaire de la science (qui rend difficile la supervision des jeunes chercheurs) et la concurrence, tant professionnelle qu’économique, ont créé un terrain fertile pour la fraude. Petersdoft suggère que les solutions consistent à sélectionner plus soigneusement le personnel, à réduire les groupes de recherche trop importants et à examiner de plus près le travail à tous les niveaux – le laboratoire, le département universitaire et l’institution. Il suggère également que les institutions mettent en place des mécanismes pour enquêter sur les fraudes en matière de recherche lorsqu’elles sont découvertes.

Méthodes statistiques pour la détection de la fabrication de données

Diverses méthodes statistiques sont disponibles pour déterminer si des données sont susceptibles d’être fabriquées ou non.11 Ces techniques permettent de détecter des schémas « étranges » dans les données, y compris l’étude des valeurs aberrantes et centrales, la surdispersion, la sous-dispersion et les corrélations ou leur absence. Ces techniques reposent toutes sur le principe qu’il est assez difficile d’inventer des données plausibles, en particulier des données multivariées hautement dimensionnelles. La nature multicentrique des essais cliniques offre également la possibilité de vérifier la plausibilité des données soumises par un centre en les comparant aux données de tous les autres centres.

Par exemple, dans un essai randomisé en aveugle comparant deux groupes, les moyennes et les variances entre les valeurs de base peuvent être comparées entre les deux groupes. Des valeurs très différentes suggéreraient que les deux groupes n’ont pas pu être formés par répartition aléatoire. La préférence digitale a été décrite comme un test, bien qu’elle ne soit pas en soi une preuve de mauvaise conduite. Il est concevable que si l’on confie à deux personnes la tâche d’enregistrer les données du groupe de traitement et à une autre celle du groupe de contrôle, une préférence digitale puisse se produire. Cela ne pourrait pas se produire si le traitement en aveugle avait eu lieu.

Bien que les méthodes statistiques aient été décrites, peu d’exemples de leur application ont été publiés. En outre, les méthodes statistiques ne constituent pas à elles seules une preuve de la fabrication des données. Les méthodes statistiques peuvent toutefois être utilisées dans le cadre d’essais randomisés où les données brutes sont disponibles.

Dénonciation

La plupart des fraudes sont probablement détectées par les soupçons d’un collègue du service concerné. Lorsqu’on est témoin d’un comportement frauduleux de la part d’un collègue, il faut d’abord essayer d’évaluer s’il s’agit d’un acte délibéré ou accidentel. Dans ce dernier cas, il suffirait d’informer le collègue concerné.

Dans le cas d’un travail manifestement frauduleux, une lettre pourrait être envoyée au rédacteur en chef de la revue dans laquelle l’article a été publié, lettre qui pourrait ensuite être publiée sous forme d’erratum, idéalement avec le consentement de l’auteur fautif, afin de reconnaître publiquement sa culpabilité. S’il s’avère qu’il s’agit d’un comportement systématique et clairement négligent, il est fort probable que l’on souhaite en discuter avec un collègue expérimenté en qui l’on a confiance. S’il semble que l’affaire doive être poursuivie, l’étape suivante consistera à engager les procédures formelles de l’institution ou à consulter le COPE pour obtenir des conseils sur la manière de procéder. Cette question est particulièrement épineuse pour les membres juniors d’une équipe et peut avoir de graves conséquences personnelles.

La loi de 1998 sur la divulgation de l’intérêt public (Public Interest Disclosure Act) donne aux dénonciateurs le droit de se plaindre d’un licenciement abusif, à condition que les procédures correctes aient été suivies, mais elle ne protège pas l’emploi. Un système dans lequel l’emploi est protégé dans ces circonstances serait difficile à mettre en œuvre en raison de l’intimité des relations de travail dans une institution de recherche.

Lignes directrices et chiens de garde

Kassirer12 affirme que l’absence de programmes efficaces de responsabilisation et de réglementation entraînera l’adoption de mesures draconiennes par les organisations gouvernementales, ce qui limitera notre capacité à mener des recherches. Il préconise une autorégulation adéquate et rigoureuse pour rectifier les choses avant que la responsabilité ne soit retirée aux scientifiques.

Les États-Unis ont pris des mesures dans les années 1980 pour établir des limites d’acceptabilité pour la recherche médicale13, mais on a estimé que la prévalence de la fraude et de la tromperie en Grande-Bretagne était suffisamment faible pour ne pas nécessiter de directives explicites. Les gros titres qui ont suivi et d’autres initiatives qui ont donné naissance aux Uniform Requirements for Manuscripts Submitted to Biomedical Journals, communément appelées lignes directrices de Vancouver14 ont conduit à la création plus récente du COPE, fondé en 1997 par les rédacteurs en chef des journaux biomédicaux britanniques, notamment ceux du BMJ, de Gut et du Lancet2.

Le COPE a cinq objectifs déclarés : (1) donner des conseils sur les cas soumis par les rédacteurs en chef ; (2) organiser des réunions et publier un rapport annuel dans lequel ses membres ou des intervenants invités discutent des questions actuelles d’éthique de la publication et décrivent les cas portés à son attention ; (3) produire des conseils sur les bonnes pratiques ; (4) encourager la recherche ; (5) offrir un enseignement et une formation. Il n’a pas de statut juridique mais vise à provoquer un changement en faisant honte à l’establishment britannique pour qu’il réagisse de manière appropriée aux comportements inappropriés. On peut douter de la réussite de cette initiative ; d’après l’expérience américaine, Rennie15 fait remarquer qu’une méthode juridique plutôt que scientifique est nécessaire pour lutter contre la fraude, car les scientifiques ne sont pas formés à la résolution des conflits. Dans un éditorial du British Medical Journal (qui avait été touché par l’affaire Williams et Bowie, entre autres), Smith16 déclarait que « notre expérience avec le COPE montre clairement qu’une fois que les rédacteurs en chef commencent à prêter une attention sérieuse à l’inconduite, elle est là sous leurs yeux », et demandait la création d’un organisme national chargé de superviser toute la recherche scientifique. Le même numéro de la revue a consacré plusieurs articles au sujet de la fraude dans la recherche, ce qui indique la gravité du problème.

Gouvernance de la recherche

Les efforts visant à fournir un cadre national pour surveiller et réglementer les normes de comportement des chercheurs médicaux ont conduit à l’établissement de la gouvernance de la recherche pour le NHS et à des projets communs avec des partenaires (http://www.doh.gov.uk/research/whatsnew.htm ;). Le cadre de gouvernance a été publié par le Ministère de la Santé. Il fournit un registre des activités de recherche dans chaque institution, définit les normes, les mécanismes d’exécution et les dispositions de surveillance. La gouvernance de la recherche est liée à la soumission obligatoire aux comités d’éthique de la recherche médicale.17

Conclusions

La fraude et la tromperie dans le domaine de la recherche médicale sont très répandues et potentiellement très importantes. Son ampleur peut aller de ce qui peut sembler être un cadeau relativement inoffensif en tant qu’auteur pour un chef de service ou un collègue senior à la fabrication de données en masse. Grâce à la gouvernance de la recherche, les investigateurs doivent rester vigilants face aux dangers de la tromperie et de la fraude et doivent prendre des mesures réparatrices si nécessaire. La preuve d’une inconduite grave est souvent difficile à établir sans la présence d’un témoin oculaire, car les tests statistiques ne peuvent fournir une preuve définitive en soi. La communauté des chercheurs devrait décourager l’environnement dans lequel la publication à tout prix est acceptable. Les principes du comportement éthique devraient peut-être être introduits dans les programmes d’études des médecins et des scientifiques médicaux.

La fraude, qu’elle soit intentionnelle ou accidentelle, est trompeuse et dissimulée ; il sera donc difficile de prédire si les nouvelles directives et les nouveaux organismes de réglementation seront efficaces ; comme dans tant d’autres domaines de la vie, la confiance accordée aux auteurs sera toujours sujette à des abus.

Remerciements

Cet article a été soumis à l’origine en tant qu’essai pour l’achèvement du cours de MSc en sciences chirurgicales à l’Imperial College, Londres.


Texte original

Deceit and fraud in medical research

Usman Jaffer, Alan E.P. Cameron

The Ipswich Hospital, Ipswich, UK

Available online 29 March 2006.

Abstract

Deceit and fraud in medical research is a serious problem for the credibility of published literature. Although estimating its prevalence is difficult, reported incidences are alarming. The spectrum of the problem ranges from what may seem as rather innocuous gift authorship to wholesale fabrication of data. Potential factors which may have promoted fraud and deceit include financial gain, personal fame, the competitive scientific environment and scientific hubris. Fraud and deceit are difficult to detect and are generally brought to the fore by whistleblowers. Although most cases may be dealt with at an institutional level, regulatory organisations such as the Committee on Publication Ethics (COPE) and Medical Research Ethics Committee (MREC) have been established to monitor and try to remedy the problem.

Keywords

Fraud; Deceit; Medical Research; Medical Ethics

Introduction

Fraud and deceit in medical research corrupts the scientific record and leads to false conclusions. It leads to a loss in public trust in medical research and doctors. Fraud in medical research affects all grades of investigator.

Perhaps the most famous case in Britain was that of Malcolm Pearce, a senior lecturer at St George’s Hospital Medical School and Geoffrey Chamberlain, Professor and head of the department.1 In 1994 they published a paper in the British Journal of Obstetrics and Gynaecology, of which Pearce was assistant editor and Chamberlain editor. The paper claimed success in re-implanting an ectopic pregnancy. In the same issue, Pearce had published a randomised controlled trial. A few months later, a junior researcher in their department alerted authorities that the re-implantation case was a work of fiction and that the patients randomised in the trial did not exist. The affair led to Chamberlain resigning and Pearce being struck off the medical register. The story warranted front page attention in the Daily Mail newspaper.

Although this was a rather sensational case, fraud and deceit in medical research has a ‘pathogenesis’ and manifests itself in a number of ways. In this paper the nature and causes of fraud and deceit in medical research are examined as well as potential solutions to the problem.

Definitions of fraud and error

The committee on Public Ethics (COPE) holds that the principle underlying misconduct is intention to cause others to regard as true that which is not true.2 Misconduct, therefore, not only involves a particular act or omission, but also the intention of the researcher, author, editor, reviewer or publisher involved.

Although an honest mistake is very different from deliberate fraud, it is not enough to say that all human activity including research is prone to error. The scientific record is equally at risk from honest mistakes as from deliberate fraud. Hence it is the responsibility of the authors to check their work and ensure accuracy.

Prevalence of fraud and deceit

It is difficult to estimate the prevalence of fraud and deceit in the medical literature directly, but an indirect insight can be gained from questionnaire surveys. One North American study reported that 36% of doctoral and post-doctoral students were aware of an instance of scientific misconduct; furthermore, 15% were willing to do whatever was necessary to get a grant or publish a paper.3 Another survey of Biostatistician members of International Society for Clinical Biostatistics, who may be thought of as unbiased and in a prime position to observe fraud and deceit, revealed that 51% of respondents knew of fraudulent projects. Different forms of fraud such as fabrication and falsification of data, deceptive reporting of results, suppression of data, and deceptive design or analysis had been observed in fairly similar numbers.4 This evidence fairly convincingly debunks the idea that fraud or deceit in medical research is a relatively minor and isolated activity. It is indeed widespread.

Potentially dubious practices in medical research

Plagiarism

Plagiarism can range from the unreferenced use of others’ published or unpublished ideas to submission under ‘new’ authorship of a complete paper, sometimes in a different language.2

Forging

Forging is the invention of some or all of the research data that are reported, including the description of experiments that were never performed.5 Cases of forging have been well publicised in the past.6, 7 Although forging is the most obvious form of fraud and deceit in medical research, it is by no means the only type of misconduct.

‘Cooking’ and ‘trimming’

Cooking refers to retaining and analysing only those results that support the hypothesis being investigated and ignoring data which may weaken the results. Trimming involves smoothing the irregularities in the data to make the results look more convincing for publication. These offences seem mild in comparison to plagiarism and forging however they provide a first step for the vulnerable researcher down the road of fraud and deceit.

Misuse of statistical techniques

Owing to the complexity of statistical analysis and the difficulty many researchers have with it, fraud and deceit can creep in unwittingly. With the ready availability of menu driven statistical software and lack of understanding of associated hypotheses and assumptions, improper techniques may be employed leading to misleading research.

Irresponsible authorship

Multi-authored papers have become increasingly common over the past 10 years with some having up to 40 authors. Often ‘authorship’ has been granted for the need to accord recognition rather than due to any direct scientific contribution to the endeavour.

There is as yet no universally accepted definition of authorship. COPE guidelines state that the award of authorship should balance intellectual contributions to the conception, design, analysis and writing against the collection of data and other routine work. The guidelines go on to state that if there is no task that can be reasonably attributed to a particular individual then the individual should not be credited with authorship.

Authorship carries important implications for responsibility for the published material. All authors carry the responsibility to check data and ensure its honesty. Most journals now require authors to provide a signed statement that they have read the manuscript prior to submission and are thus aware of its contents. In cases where certain aspects of a paper are beyond an individual’s capabilities, the relevant section should be checked by someone with the appropriate expertise who has not written the particular contribution.

Redundant publication

Redundant publication occurs when two or more papers, without cross reference, share the same hypothesis, data, discussion points or conclusions.2 Although previous publication of an abstract during the proceedings of meetings does not preclude subsequent submission for publication, full disclosure should be made at the time of submission. A somewhat similar practice, known as “salami slicing” allows the production of multiple papers by fragmentation of the same data-set.

The consequences of fraud and deceit

Fraud and deceit in medical research may lead to two major problems for science in general. Firstly, there will be an erosion in trust in the overall validity of scientific discoveries which may lead to a slowing of the pace of research as investigators spend more and more time trying to confirm the work of others rather than building on it. And secondly, fraud or deceit may lead to patient management being instituted on evidence with a less than firm base in scientific fact and hence may not have the expected benefit and possibly cause harm to patients.

A prominent case which highlights both of these aspects is that of Mark Williams and Cameron Bowie.8 Drs Bowie and Williams instituted a survey of need of severely handicapped patients in the community. The results were fascinating. Those severely disabled people who were being seen only by their GP and community nurse had far more unmet needs than those who were also being seen by a social worker or who were in contact with a patient organisation. The results provided empirical evidence of inadequate medicosocial assessment, coincidentally reported at just the right time to back the government’s community care proposals. Later, Williams was investigated for fraudulent behaviour (including lying about his qualifications) and struck off the medical register which resulted in all the research he was involved in being withdrawn including this survey.

Dr Bowie lamented later at the time of retraction that the paper had been ‘seminal’ in community care reform and had done much good. Unfortunately he personally had not looked at the raw data and thus could not vouch for the honesty of the paper and so had no alternative but to withdraw it.

This case aptly demonstrates that any degree of deceit and fraud may have a disastrous effect on medical research in general owing to erosion of confidence and mistrust in the scientific literature.

Potential causes of fraud and deceit in medical research

There may be a variety of causes of fraud and deceit in medical research. In generously funded, industry supported research, clearly financial gain may be an incentive. In centres of clinical research, the motives may be more complex. Competition, discussed below, or simply the desire for fame may be contributing factors.

Angell argues that the highly pressurised environment in which medical research is carried out has given rise to fraud and deceit.9 He points out that because promotion and funding of physicians in academic medicine are closely linked to the number of their publications, investigators feel impelled to publish as frequently as possible. This pressure leads to, for instance, trivial studies being undertaken because they yield rapid results, needlessly reporting the same study in instalments, reporting a study more than once, and listing as authors people only marginally involved in the study or even to outright forging.

Hubris, where a researcher just ‘knows’ what the result of a study ought to be and manipulates or fabricates the data to confirm this belief, may lead to fraud. The most celebrated case is that of William McBride who gained worldwide acclaim for discovering that thalidomide caused birth defects but his subsequent studies showing the same for the drug debendox were falsified. He subsequently admitted forging the data “in the interests of humanity”.

Angell further proposes that an effective way to reduce these offences and affirm the supremacy of substance over volume in scientific research would be to place a ceiling on the number of publications that can be considered in evaluating a candidate for promotion or funding. Each publication would then receive commensurately more attention, both from the researcher and from those judging the work.

In the US setting, Petesdorf describes a “pre-med syndrome” in the pathogenesis of fraud and deception.10 He argues that the extraordinary size of science (which makes supervision of young investigators difficult), and competition, both professional and economic, has lead to fertile soil for fraud. Petersdoft suggests that solutions include more careful selection of personnel, reduction of excessively large research groups, and closer examination of work at all levels—the laboratory, the academic department, and the institution. He also suggests that institutions should have in place mechanisms to investigate research fraud when it is uncovered.

Statistical methods for the detection of data fabrication

Various statistical methods are available to investigate whether data is likely to be fabricated or not.11 The techniques detect ‘strange’ patterns in the data including studying outliers, inliers, overdispersion, underdispersion and correlations or lack thereof. These techniques all rest upon the premise that it is quite difficult to invent plausible data, particularly highly dimensional multivariate data. The multicentric nature of clinical trials also offers an opportunity to check the plausibility of the data submitted by one centre by comparing them with the data from all other centres.

For instance in a randomised blinded trial comparing two groups, means and variances between baseline values can be compared between the two groups. Values which differ greatly would suggest that the two groups could not have been formed by random allocation. Digit preference has been described as a test, although is not itself evidence of misconduct. It is conceivable that if two individuals were given the task to record data for the treatment group and another the data from the control group that digit preference may occur. This could not happen if blinding had taken place.

Although statistical methods have been described, few examples of their application have been published. Also, statistical methods alone are not proof of data fabrication. Statistical methods can however be used in the setting of randomised trials where raw data is available.

Whistleblowing

Most fraud is probably detected by the suspicions of a colleague in the relevant department. In the context of witnessing fraudulent behaviour by a colleague, one should first try to assess whether this is likely to be deliberate or accidental. In the latter case, all that would be necessary would be to inform the colleague involved.

In the case of clearly deliberately fraudulent work, a letter could be sent to the editor of the journal in which the paper appeared which could later be published as an erratum, ideally with the consent of the offending author as a public admission of culpability. If it becomes clear that this is a pattern of behaviour and clearly negligent in nature, one would most likely wish to discuss the matter with an experienced colleague whom one trusts. If it seems that the matter should be pursued, the next step would be to initiate the institution’s formal procedures or consult COPE for advice as to how to proceed. This is a particularly thorny issue for junior members of a team and could have serious personal consequences.

The 1998 Public Interest Disclosure Act gives whistleblowers the right to claim against wrongful dismissal, provided the correct procedures have been followed, but otherwise does not protect employment. A system where employment is protected under these circumstances would be difficult to implement owing to the intimacy of working relations in a research institution.

Guidelines and watchdogs

Kassirer12 argues that lack of effective accountability and regulatory programs will result in draconian measures being instituted by governmental organisations which will limit our ability to perform research. He advocates adequate and stringent self regulation to rectify matters before responsibility is taken out of the hands of scientists.

The US moved in the 1980s to establish acceptability limits to medical research,13 however it was thought that the prevalence of fraud and deceit in Britain was low enough not to require explicit guidance. Subsequent headline stories and other initiatives which produced the Uniform Requirements for Manuscripts Submitted to Biomedical Journals, commonly known as the Vancouver guidelines14 led to the more recent establishment of COPE, founded in 1997 by editors of British biomedical journals, including those of the BMJ, Gut and the Lancet.2

COPE has five stated aims: (1) to advise on cases brought by editors; (2) to hold meetings and publish an annual report in which its members or invited speakers discuss current issues of publication ethics and describe cases brought to its attention; (3) to produce guidance on good practice; (4) to encourage research; (5) to offer teaching and training. It does not have a legal standing but aims to cause change by shaming the British establishment into mounting a proper response to inappropriate behaviour. Whether this will be successful is dubious; from the US experience Rennie15 comments that a legal rather than scientific method is necessary to deal with fraud as scientists are not trained in conflict resolution. In an editorial in the British Medical Journal (which had been affected by the Williams and Bowie case amongst others) Smith16 stated that “our experience with COPE makes it clear that once editors begin to pay serious attention to misconduct it is there before their eyes”, and called for a national body to oversee all scientific research. The same issue of the journal devoted several articles to the subject of research fraud, indicating the seriousness of the problem.

Research governance

Efforts to provide a national framework to monitor and regulate standards of behaviour by medical researchers has led to the establishment of Research Governance for NHS and joint projects with partners (http://www.doh.gov.uk/research/whatsnew.htm;). The governance framework was published by the Department of Health. This provides a register of research activity in each institution, sets out standards, delivery mechanisms, and monitoring arrangements. Research governance links in with mandatory submission to the Medical Research Ethics Committees.17

Conclusions

Fraud and deceit in medical research is of significant prevalence and potentially widespread. Its scale can range from what may seem like a relatively innocuous gift authorship for a head of department or senior colleague to wholesale fabrication of data. Through Research Governance, investigators must maintain vigilance to the dangers of deceit and fraud and should take reparative steps when necessary. Proof of serious misconduct is often difficult to establish without ‘eye-witness’ evidence as statistical tests cannot provide definitive proof in themselves. The research community should discourage the environment where publication at any cost is acceptable. Perhaps the principles of ethical behaviour should be introduced into the curricula of doctors and medical scientists.

Fraud, whether intentional or accidental, is deceitful and concealed so it will be difficult to predict whether the new guidelines and regulatory bodies will be effective; as in so many other area of life, the trust extended to authors will always be open to abuse.

Acknowledgement

This paper was originally submitted as an essay towards completion of the MSc course in Surgical Sciences at the Imperial College, London.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s