Des milliers de personnes déclarent avoir développé des tumeurs anormales à la suite des injections COVID.

Source.

Traduction

Des milliers de personnes déclarent avoir développé des tumeurs anormales à la suite des injections COVID

Il n’existe aucune étude sur la cancérogénicité des vaccins COVID, tout comme il n’existe aucune étude sur les effets de la plupart des vaccins infantiles sur le cancer.

Lun 1 nov. 2021 – 11:38 am EDT

Un homme de 63 ans, jusque-là en bonne santé, originaire du Michigan, a développé une excroissance tumorale de sept centimètres après avoir reçu l’injection COVID-19 de Johnson & Johnson/Janssen, ce qui a provoqué chez lui une insuffisance respiratoire et un choc cardiogénique mettant sa vie en danger, son cœur étant incapable de pomper suffisamment de sang vers ses organes vitaux.

Le lendemain de son injection de J&J, cet homme a souffert de « nausées incontrôlables », de vomissements, d’un essoufflement, d’une diarrhée aqueuse, de frissons, de sueurs et de douleurs thoraciques intenses, alors qu’il ne présentait aucun symptôme avant de recevoir le vaccin COVID et n’avait pas d’antécédents médicaux significatifs, selon un rapport de cas récemment publié intitulé  » La vaccination contre le COVID-19 de Johnson & Johnson déclenche une crise multisystémique du phéochromocytome « .

À l’hôpital St. Joseph Mercy Oakland de Pontiac, l’homme souffrait de fortes fièvres persistantes, d’une insuffisance respiratoire, d’un faible débit sanguin et d’une cardiomyopathie – une maladie du muscle cardiaque.

Une masse non cancéreuse de près d’un centimètre a été détectée par échographie dans sa glande surrénale droite (qui se trouve au-dessus du rein) et les tests ont confirmé le diagnostic de phéochromocytome – un type rare de tumeur non cancéreuse qui libère des hormones pouvant, selon la clinique Mayo, provoquer de l’hypertension, des maux de tête, des sueurs et des symptômes de crise de panique, et pouvant entraîner des dommages graves ou mortels à d’autres systèmes de l’organisme si elle n’est pas retirée chirurgicalement.

Des milliers de rapports

Des milliers de cas similaires ont été signalés. VigiAccess, une base de données de l’Organisation Mondiale de la Santé qui recueille les rapports sur les effets secondaires du vaccin COVID-19, fait actuellement état de 3 709 cas de « néoplasmes » ou de nouvelles tumeurs, notamment des cancers du sein, du poumon et du cerveau, ainsi que de nombreuses excroissances non cancéreuses après vaccination COVID.

Au Royaume-Uni, le système de notification des effets indésirables Yellow Card a répertorié 731 rapports de néoplasmes (dont 454 liés au vaccin COVID d’AstraZeneca, fabriqué au Royaume-Uni, et 248 liés à l’injection de Pfizer/BioNTech).

L’éléphant dans la pièce

Ces rapports ne donnent aucune description des événements, mais le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) des États-Unis contient des centaines de rapports plus détaillés décrivant l’apparition soudaine de tumeurs cérébrales, de cancers du sein, de tumeurs buccales, de tumeurs cutanées et de cancers du côlon après injection COVID.

On y trouve des comptes rendus d’augmentation des marqueurs tumoraux, d’aggravation soudaine d’un cancer auparavant inoffensif et de cas où l’état du patient s’est rapidement détérioré et où il est décédé. Les médecins décrivent des tumeurs qui « explosent » et dont la taille augmente rapidement après la vaccination COVID. Ils décrivent également des cas où la maladie s’est soudainement aggravée. Il y a des récits de tumeurs s’ulcérant et de nouveaux symptômes apparaissant, ou de métastases inattendues d’anciens cancers. Les patients atteints de cancer décrivent comment « tout s’est dégradé » après les injections, et les médecins se demandent si la vaccination a compromis le système immunitaire pour que le cancer puisse entraîner une mort aussi rapide. Dans un rapport sur le déclin précipité d’une femme atteinte d’un cancer, un médecin a fait remarquer que « l’éléphant dans la pièce était le vaccin ».

Voici un échantillon des rapports VAERS liés à la vaccination contre COVID :

  • Un Floridien de 21 ans qui a développé des sueurs nocturnes, de la toux et des fièvres après avoir reçu le deuxième vaccin COVID-19 de Pfizer et qui a reçu un diagnostic de leucémie aiguë.
  • Une femme de 26 ans ne s’est pas présentée à son poste de nuit, quatre jours après avoir reçu le vaccin de Pfizer en mars. Sa famille l’a trouvée en arrêt cardio-respiratoire. L’autopsie a révélé une hémorragie cérébrale et une « suspicion de tumeur cérébrale« , selon le médecin qui a rempli le rapport VAERS.
  • Un homme de 60 ans, originaire de Pennsylvanie, a remarqué que deux bosses se développaient sur son cou le jour où il a reçu une première dose du vaccin expérimental de Pfizer en mai. Après une deuxième injection, il a été hospitalisé le lendemain en raison d’un taux d’hémoglobine en chute libre et on lui a finalement diagnostiqué un lymphome après la découverte d’une tumeur au cerveau. En juillet, sept tumeurs ont été découvertes dans son cerveau, une dans son œil droit et de « nombreuses autres » dans tout son corps. Il est décédé le 19 août.
  • Un Californien de 46 ans a commencé à ressentir des symptômes le jour où il a reçu sa deuxième dose d’injection Moderna et on lui a diagnostiqué un glioblastome (tumeur au cerveau) agressif peu après.
  • Un jeune homme de 22 ans qui avait reçu des injections COVID-19 de Pfizer en mai et juin a reçu un diagnostic de cancer des testicules début septembre.
  • Une étudiante de 29 ans décrite comme « l’image même de la santé et de la forme physique » qui ne voulait pas du vaccin COVID-19 mais qui a été « intimidée, menacée et forcée de le recevoir » pour aller à l’école. Elle a reçu le vaccin de Johnson & Johnson le 30 avril et a rapidement ressenti de la fatigue, des courbatures, des douleurs musculaires, un rythme cardiaque irrégulier, des ecchymoses, des douleurs thoraciques et des difficultés à respirer dans les 24 heures suivant l’injection. On lui a ensuite diagnostiqué une tumeur cérébrale hypophysaire, un nouveau souffle, un problème de thyroïde et elle a cessé d’avoir ses règles pendant cinq mois.
  • Une femme de 27 ans ayant des antécédents de cancer de l’ovaire est tombée malade dans les 24 heures qui ont suivi l’injection d’une deuxième dose de COVID-19 de Pfizer. Elle a développé une douleur aiguë à l’épaule, des ballonnements et des mictions fréquentes ; les scanners ont révélé une tumeur de 13 centimètres dans son ovaire gauche, nécessitant une intervention chirurgicale d’urgence. Selon le rapport du VAERS : « La patiente a déclaré qu’elle ne pensait pas que le vaccin lui avait donné le cancer, mais qu’elle pensait qu’il avait affecté ses hormones, en particulier l’œstrogène, ce qui a provoqué une croissance exponentielle de la tumeur… Veuillez examiner les changements hormonaux provoqués par ce vaccin. Je ne suis pas la seule personne à avoir remarqué cela ».
  • « L’état de mon père s’est rapidement détérioré, et il est mort le 18/3/21. Le jour où il a été vacciné, juste avant, il transportait du bois, pelletait de la neige, menait une vie normale et se sentait bien », a rapporté la fille d’un homme de 70 ans du Michigan dont le cancer du foie était « stable depuis un an… Le lendemain de son injection, il pouvait à peine sortir du lit tellement il était faible, et il est finalement mort 16 jours plus tard ».
  • Un homme de 61 ans du Texas a développé un essoufflement après une injection de Moderna. On lui a diagnostiqué une péricardite. Au cours d’une intervention chirurgicale visant à déterminer la source de l’hémorragie interne, « le chirurgien a noté une masse qui ressemblait à un champignon sur le cœur », selon le rapport du VAERS. La femme du patient a fait remarquer : « Les médecins trouvent cela très inhabituel. Avant cela, mon mari était en très bonne santé et ne présentait aucun symptôme. Cela pourrait-il être causé par le vaccin ? »
  • Une femme enceinte de 35 ans, vaccinée avec une deuxième dose de l’ARNm expérimental COVID-19 de Pfizer le 6 mars, a accouché d’un bébé mort-né au cours de sa 33e semaine de grossesse le 12 juin. Le bébé était malformé avec une tête élargie et les tests génétiques ont révélé qu’il était atteint d’un syndrome génétique rare appelé syndrome tumoral de l’hamartome PTEN, qui prédispose à de multiples cancers.

Aucune autre information

Il est remarquable que la plupart de ces cas se terminent par les déclarations suivantes : « Aucune tentative de suivi n’est possible » ou « Aucune autre information n’est attendue. » Dans la plupart des cas, il n’y a pas d’enquête, ni d’autopsie. Dans le cas exceptionnel où une autopsie est pratiquée, le lien avec le vaccin est souvent « impossible à évaluer ».

Quelques médecins se sont exprimés sur les pics de cancers qu’ils ont constatés. « Depuis le 1er janvier, en laboratoire, je vois une augmentation de 20 fois des cancers de l’endomètre par rapport à ce que je vois sur une base annuelle », a déclaré le pathologiste et immunologiste/virologue Ryan Cole à Health Freedom Idaho. Je n’exagère pas du tout, car je regarde mes chiffres d’une année sur l’autre et je me dis : « Mon Dieu, je n’ai jamais vu autant de cancers de l’endomètre ». Cole a ajouté qu’il voit les mélanomes invasifs chez les jeunes « monter en flèche ». [NdT. j’ai publié un extrait de son interview ici]

« J’ai vu trois personnes développer des cancers du pancréas dans les semaines qui ont suivi l’administration des vaccins », a déclaré à LifeSiteNews un médecin d’une ville universitaire américaine qui souhaite rester anonyme. Il a également vu un cas de cancer de la prostate devenu rapidement agressif et un cancer du sein devenu soudainement si gros qu’il remplissait un quart de la paroi thoracique d’une femme. « Ils sont tellement agressifs qu’ils sont impossibles à traiter », a-t-il dit.  » Je me souviens peut-être d’un cas comme celui-ci, ce sont des événements exceptionnels « , mais il a ajouté qu’il avait entendu d’autres médecins parler de cas similaires récents, eux aussi.

Mécanisme possible

Les mécanismes qui sous-tendent les tumeurs malignes induites par les vaccins sont inconnus, mais pas invraisemblables.

« Nous modifions le système immunitaire pour l’affaiblir », a déclaré M. Cole lors de son entretien avec Health Freedom Idaho, citant des recherches non publiées qui ont montré que le vaccin de Pfizer avait l’effet involontaire de moduler le système immunitaire pour favoriser les molécules inflammatoires.

« Les mécanismes des données rapportées sur les vaccins covid-19 associés au diagnostic d’une tumeur rapide ou d’une croissance cancéreuse sont probablement similaires aux observations que nous avons rapportées dans les années 1980 », a déclaré Mahin Khatami, ancien directeur de programme aux National Institutes of Health, National Cancer Institute, biologiste moléculaire et immunologiste, en référence à des études où un antigène (élément étranger capable de stimuler le système immunitaire pour provoquer potentiellement la synthèse d’anticorps spécifiques) mélangé à des agents promoteurs de tumeurs (APT) a modifié la croissance des tumeurs à des échéances plus rapprochées (dans les 6 mois, au lieu de 12 à 30 mois).

« Ces études suggèrent une activation accrue des kinases [enzymes] et des médiateurs de croissance associés dans l’induction rapide de la croissance tumorale », a déclaré Khatami, auteur de Inflammation, Aging and Cancer, à LifeSite News. .

Khatami a ajouté qu’à son avis, « les vaccins COVID pourraient favoriser davantage l’inflammation chronique (non résolue) » qui pourrait déclencher une cascade d’activités biologiques favorisant la croissance des tissus. « Les vaccins COVID pourraient induire une exacerbation de l’expression de cytokines favorisant la croissance, qui modifient le cycle de croissance lente des tissus pour engendrer plus rapidement des tumeurs bénignes ou des métastases cancéreuses. »

Aucune étude

Il n’existe aucune étude sur la cancérogénicité des vaccins COVID, tout comme la plupart des vaccins infantiles n’ont fait l’objet d’aucune étude sur leurs effets sur le cancer. Chacun des essais de vaccins à ARNm a été interrompu brusquement après avoir recueilli des données sur six mois et le groupe « placebo » a également reçu le vaccin – de sorte que tout effet à long terme, comme les cancers, sera impossible à détecter puisqu’il n’y a pas de groupe témoin à étudier.

Pfizer, Moderna et Johnson&Johnson n’ont pas répondu aux questions concernant les cas de tumeurs signalés à la suite de l’administration de leurs vaccins, et ils n’ont fourni aucune donnée sur les essais effectués sur des animaux ou des humains démontrant que leurs nouveaux vaccins n’induisent pas de croissance tumorale ou n’affectent pas les cancers.

Si les déclarations au VAERS ne confirment pas l’existence d’un lien entre un vaccin et l’événement qui s’ensuit, une étude de Harvard-Pilgrim [NdT. citée dans de nombreux articles sur ce blog] a révélé que seul un pour cent des problèmes qui auraient dû être signalés au VAERS l’ont été, ce qui signifie que la grande majorité des cas n’ont pas été signalés.

Note de l’éditeur : Cet article a été mis à jour avec les commentaires de Ryan Cole et Mahin Khatami.


Texte original

Thousands report developing abnormal tumors following COVID shots

There are no studies of the carcinogenicity of COVID vaccines, just as most childhood vaccines have no studies of their effects on cancer.

Mon Nov 1, 2021 – 11:38 am EDT

A 63-year-old previously healthy Michigan man developed a seven-centimeter tumorous growth after receiving Johnson & Johnson/Janssen’s shot against COVID-19, which caused him to go into respiratory failure and life-threatening cardiogenic shock where his heart was unable to pump enough blood to his vital organs.

One day after receiving the J&J shot, the man developed “intractable nausea,” vomiting, shortness of breath, watery diarrhea, chills, sweats, and heavy chest pain, though he had no symptoms prior to getting the COVID vaccine and no significant past medical history, according to a recently published case report titled “Johnson and Johnson COVID-19 Vaccination Triggering Pheochromocytoma Multisystem Crisis.”

At St. Joseph Mercy Oakland Hospital in Pontiac, the man had persistent high fevers, respiratory failure, low blood flow, and cardiomyopathy — a disease of the heart muscle.

A nearly three-inch noncancerous mass was detected by ultrasound in his right adrenal gland (which sits atop the kidney), and tests confirmed a diagnosis of a pheochromocytoma — a rare type of noncancerous tumor that releases hormones which may, according to the Mayo Clinic, cause high blood pressure, headache, sweating and symptoms of a panic attack, and may lead to severe or life-threatening damage to other body systems if not surgically removed.

Thousands of reports

Thousands of similar cases have been reported. VigiAccess, a World Health Organization database that collects COVID-19 vaccine side-effects currently reports 3,709 cases of “neoplasms” or new tumors which include breast, lung and brain cancers plus numerous noncancerous growths following COVID vaccination.

The Yellow Card adverse event reporting system in the United Kingdom has recorded indexed 731 reports of neoplasms (including 454 related to the U.K.-made AstraZeneca COVID vaccine, and 248 related to the Pfizer/BioNTech shot).

Elephant in the room’

These reports offer no description of events, but the U.S. Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) contains hundreds of more detailed reports describing sudden appearances of brain tumors, breast cancer, mouth tumors, skin tumors and colon cancer after COVID shots.

There are accounts of tumor markers increasing, previously innocuous cancer abruptly worsening and cases where the patient rapidly deteriorated and died. Doctors describe tumors “exploding” and rapidly increasing in size after COVID vaccination and of disease being suddenly aggravated. There are accounts of tumors ulcerating and new symptoms appearing, or unexpected metastasis of old cancers. Cancer patients describe how “everything went downhill” after the shots, and doctors speculate if the vaccination compromised the immune system so cancer could lead to such rapid demise. In one report of woman’s precipitous decline with cancer, a doctor remarked that “the elephant in the room was the vaccine.”

A sampling of VAERS reports related to vaccination against COVID includes:

  • A 21-year-old Floridian who developed night sweats, coughing, and fevers after he received the second Pfizer COVID-19 vaccination and was diagnosed with acute leukemia.
  • A 26-year-old woman didn’t show up for a night shift, four days after getting Pfizer’s shot in March. Her family found her in cardiopulmonary arrest. An autopsy showed evidence of bleeding in the brain and “suspicion of a brain tumor,” according to the doctor who filed the VAERS report.
  • A 60-year-old Pennsylvania man noticed two lumps grow on his neck on the day he received a first dose of Pfizer’s experimental vaccine in May. After a second shot, he was hospitalized the next day with plunging hemoglobin levels and was eventually diagnosed with lymphoma after a brain tumor was discovered. By July, seven tumors were discovered in his brain, one in his right eye, and “numerous” throughout his body. He died August 19.
  • A 46-year-old California man began to experience symptoms on the day he received his second dose of Moderna’s shot and he was diagnosed with an aggressive Glioblastoma (brain tumor) shortly afterwards.
  • A 22-year-old who got Pfizer’s COVID-19 shots in May and June was diagnosed with testicular cancer in early September.
  • A 29-year-old student described as a “picture of health and fitness” who didn’t want a COVID-19 vaccine but was “bullied, threatened and coerced into getting it” to attend school. She received Johnson & Johnson’s shot on April 30 and experienced rapid onset of fatigue, body aches, muscle pain, erratic heart rate, bruising, chest pain and difficulty breathing within 24 hours of the injection and was subsequently diagnosed with a pituitary brain tumor, new onset murmur, a thyroid condition and she stopped menstruating for five months.
  • A 27-year-old with a history of ovarian cancer became ill within 24 hours of taking a second dose of Pfizer’s COVID-19 shot. She developed a sharp pain in her shoulder, bloating and frequent urination; scans revealed a 13-centimeter tumor in her left ovary requiring emergency surgery. According to the VAERS report: “Patient stated she does not believe the vaccine gave her cancer but she does believe it affected her hormones, specifically estrogen, which caused the tumor to grow at an exponential rate … Please look into the hormonal changes from this vaccine. I’m not the only person who has noticed this.”
  • “My father deteriorated rapidly, and died on 3/18/21. The day he got the shot just prior, he was hauling wood, shoveling snow and living a normal life feeling good,” reported the daughter of a 70-year-old Michigan man whose liver cancer had been “stable for a year … The day after the shot he could barely get out of bed he was so weak, until he finally died 16 days later.”
  • A 61-year-old Texas man developed shortness of breath following a Moderna shot. He was diagnosed with pericarditis. During a surgery to determine the source of internal bleeding, “the surgeon noted a mass that appeared to look like a fungus on the heart,” according to the VAERS report. The patient’s wife remarked, “The doctors are finding this very unusual. My husband was very healthy prior to this with no symptoms. Could this be caused by the vaccine?”
  • A 35-year-old pregnant woman vaccinated with a second dose of Pfizer’s experimental mRNA COVID-19 shot on March 6, delivered a stillborn baby in her 33rd week of pregnancy on June 12. The baby was malformed with an enlarged head and genetic testing revealed it had the rare genetic syndrome called PTEN Hamartoma tumor syndrome which predisposes to multiple cancers.

No further information’

Remarkably, most of these cases conclude with the statements, “No follow-up attempts are possible,” or, “No further information is expected.” For most, there is no investigation, including autopsy. In the exceptional case where an autopsy is performed, the relationship to the vaccine frequently “cannot be evaluated.”

A few doctors have spoken out about the spikes in cancer they have seen. “Since January 1, in the laboratory, I’m seeing a 20-times increase of endometrial cancers over what I see on an annual basis,” pathologist and immunologist/virologist Ryan Cole told Health Freedom Idaho. “I’m not exaggerating at all because I look at my numbers year over year, and I’m like ‘Gosh, I’ve never seen this many endometrial cancers before.’” Cole said he’s seeing invasive melanomas in young people “skyrocketing.”

“I’ve seen three people who developed pancreatic cancers within weeks of vaccines,” a doctor in an American college town who wishes to remain anonymous told LifeSiteNews. He has also seen a case of prostate cancer that rapidly became aggressive and a breast cancer that suddenly became so big it filled a quarter of a woman’s chest wall. “They’re so aggressive, they’re untreatable,” he said. “I might recall one case like this, these are once in a blue moon events,” but he added that he has heard other doctors speak of seeing similar cases recently, as well.

Possible mechanism

Mechanisms underpinning vaccine-induced malignancies are unknown, but not implausible. 

“We are modifying the immune system to a weakened state,” Cole said in his interview with Health Freedom Idaho, citing unpublished research that showed that Pfizer’s vaccine had the unintended effect of modulating the immune system to promote inflammatory molecules. 

 “The mechanisms of reported data on covid-19 vaccines associated with diagnosis of rapid tumor or cancer growth are likely similar to the observations we reported in 1980’s,” former program director at the National Institutes of Health, National Cancer Institute, molecular biologist and immunologist Mahin Khatami, referring to studies where an antigen (a foreign element that is capable of stimulating the immune system to potentially cause synthesis of specific antibodies) was mixed with tumor promoting agents (TPAs) shifted the growth of tumors to earlier time-frames (within 6 months, instead of 12 to 30 months). 

 “These studies suggested enhanced activation of kinases [enzymes] and related growth promoting mediators in rapid induction of tumor growth,” Khatami, author of Inflammation, Aging and Cancer told LifeSite News.  .  

Khatami added that in her opinion, “COVID vaccines could further promote chronic (unresolved) inflammation” that could set of a cascade of biological activities promoting tissue growth. “Covid vaccines could induce exacerbation of expression of growth-promoting cytokines that shift the time-frame of slow tissue growth to rapidly induce benign tumors or cancer metastasis.” 

No studies

There are no studies of the carcinogenicity of COVID vaccines, just as most childhood vaccines have no studies of their effects on cancer. Each of the mRNA vaccine trials were ended abruptly with six months’ worth of data and the “placebo” group was given the vaccine as well — so any long-term effects like cancers will be impossible to detect since there is no control group to study.

Pfizer, Moderna and Johnson& Johnson did not reply to questions about the reported incidents of tumors following their shots, and they provided no data on animal or human trials demonstrating their new vaccines do not induce tumor growth or affect cancers.

While reports to VAERS do not confirm a link between a vaccine and an event that follows, a Harvard-Pilgrim study found that only one percent of conditions that should have been, were in fact reported to VAERS, meaning the vast majority of cases went unreported.

Editor’s note: This article has been updated with comments from Ryan Cole and Mahin Khatami.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s