Brevet US11107588B2 (extraits).

Bonjour chers super-propagateurs,

vous aurez remarqué à quel point on nous veut du bien. Mais pour ça, il faut se donner les moyens. Voici un des nombreux brevets déposés en 2020. C’est incroyablement chiant à lire (je vous dis pas à traduire) mais ça donne quand même une petite idée de ce qu’on nous prépare.

Le tout en protégeant notre vie privée, bien entendu.

What could possibly go wrong?

Source.


Traduction

Méthodes et systèmes permettant de donner la priorité aux traitements, aux vaccinations, aux tests et/ou aux activités tout en protégeant la vie privée des personnes.

Abstract

Système et méthodes pour sélectionner de manière anonyme des sujets pour un traitement contre une maladie infectieuse causée par un agent pathogène. Le système comprend une pluralité de dispositifs électroniques comprenant des instructions pour générer un identifiant et, lorsqu’ils sont à proximité d’un autre dispositif électronique de ce type, un ou les deux dispositifs électroniques transmettent/reçoivent l’identifiant vers/depuis l’autre dispositif électronique. Ensuite, un score est généré sur la base d’une pluralité de ces identifiants reçus. De plus, sur la base des informations reçues d’un serveur, des instructions de traitement pertinentes s’affichent pour les sujets en fonction des informations reçues et du score. Le serveur comprend des instructions pour envoyer à la pluralité de dispositifs électroniques les informations à afficher avec les instructions de traitement pertinentes, de plus le serveur et/ou les dispositifs électroniques comprennent des instructions pour générer une prédiction de la probabilité qu’un sujet transmette l’agent pathogène, sur la base du score du sujet.

[…]

Classification exemplaire du super-propagateur

La figure 1 montre une représentation schématique d’une définition de super-propagateur, selon certains modes de réalisation de l’invention. En plus de la notion qu’un super-propagateur peut être identifié comme une personne qui excrète un nombre d’agents pathogènes supérieur à la normale pendant la période où elle est infectieuse, un super-propagateur est une personne qui peut excréter un nombre normal (ou faible) d’agents pathogènes pendant la période où elle est infectieuse, mais cette personne est potentiellement et/ou effectivement en contact avec un grand nombre de personnes, infectant donc potentiellement le même nombre de personnes ou plus qu’une personne qui excrète un nombre d’agents pathogènes supérieur à la normale, comme le montre par exemple la figure 1. Suivant cette logique, selon certains modes de réalisation de l’invention, un super-propagateur est en outre identifié en fonction du nombre de personnes avec lesquelles il peut potentiellement être en contact, avec lesquelles il est prévu ou estimé être en contact (par exemple, sur la base du nombre de personnes avec lesquelles il a été en contact), quel que soit le niveau d’excrétion de ladite personne.

Score de potentiel de super-propagation

Conformément à certains modes de réalisation de l’invention, il existe des méthodes et des systèmes permettant de fournir aux sujets d’une population un « score de super-propagation », qui aidera à fournir l’ordre dans lequel les sujets, éventuellement dans des groupes de sujets, recevront des traitements. Dans certains modes de réalisation, plus le score est élevé, plus le potentiel de chaque individu à propager la maladie est élevé. Dans certains modes de réalisation, plus le score est élevé, plus l’individu doit recevoir les traitements tôt. Dans certains modes de réalisation, un avantage potentiel de la vaccination/du traitement d’individus ayant le score de super-propagation le plus élevé est de bloquer les intersections potentielles où un nombre plus élevé d’individus pourrait être infecté par les super-propagateurs potentiels, et ceci est réalisé en vaccinant des individus ayant potentiellement et/ou réellement plus de chances de rencontrer d’autres personnes, et éventuellement aussi par rapport à d’autres individus (par exemple par normalisation des données). Dans certains modes de réalisation, un avantage potentiel de cette méthode est qu’une population peut atteindre plus rapidement un état d’immunité collective, au fur et à mesure que la fourniture de traitements se poursuit.

[…]

Exemples de facteurs influençant le score

Dans certains modes de réalisation, le score est généré en utilisant un ou plusieurs facteurs et/ou composants, chacun influençant le score final en l’augmentant ou en le diminuant. Dans certains modes de réalisation, le ou les facteurs peuvent influencer le score de manière linéaire (en augmentant/diminuant le score de manière linéaire, par exemple +1 au score ou -2 au score) et/ou un ou plusieurs facteurs peuvent affecter le score de manière pondérée, comme cela sera expliqué plus en détail ci-dessous. Des exemples de facteurs et/ou de composants sont un ou plusieurs des éléments suivants :

Profession enregistrée de l’individu

Dans certains modes de réalisation, la profession de l’individu est corrélée avec le nombre potentiel de personnes avec lesquelles la personne peut être en contact au cours d’une journée normale de travail. Dans certains modes de réalisation, les individus qui doivent potentiellement rencontrer de nombreuses personnes en raison de leur profession recevront un score élevé. Par exemple, les caissières de supermarché, les vendeurs sur les marchés, les chauffeurs de bus, les livreurs, les techniciens, les bibliothécaires, etc. Dans certains modes de réalisation de l’invention, les informations sur la profession sont utilisées pour estimer un score de qualité de contact, par exemple, les médecins étant plus attentifs aux EPI [NdT. équipement de protection individuelle] que les enseignants. Selon une caractéristique particulière de certains modes de réalisation de l’invention, les différences au sein d’un tel groupe, par exemple entre différents médecins, sont déterminées. Dans certains modes de réalisation de l’invention, le score d’un sujet est modifié en fonction de la profession, par exemple, pour compenser la criticité du sujet et/ou le manque de contrôle du sujet (par exemple, un chauffeur de bus) sur le nombre de contacts.

Dans certains modes de réalisation de l’invention, un sujet fournit des informations sur sa profession ou d’autres informations utilisées pour ajuster le score en scannant un code-barres (ou un autre élément lisible par machine tel qu’un code-barres ou une carte d’identité à puce RFID) qui est éventuellement signé numériquement avec ces informations. En option, cela permet au dispositif de connaître les informations sur la profession, mais peut ne pas permettre au dispositif et/ou au fournisseur d’informations de lier la demande de données à un individu particulier. Ainsi, la confidentialité est potentiellement préservée.

Caractéristiques de la population susceptible de se rencontrer

Dans certains modes de réalisation, le type de population qu’un certain sujet peut potentiellement rencontrer augmentera ou diminuera le score. Par exemple, les enseignants qui rencontrent de nombreux enfants obtiendront un score plus élevé, si et une fois que les enfants sont infectés par l’enseignant, les enfants rentrent chez eux et infectent potentiellement leurs familles. Par contre, un médecin qui travaille dans une prison pourrait recevoir un score plus faible, car les personnes incarcérées dans la prison ne sortent pas et n’infecteront probablement personne d’autre (l’infection est contenue dans la prison uniquement).

Autre exemple, si un certain sujet ne rencontre qu’un certain nombre d’individus, et principalement ces individus, par exemple un sujet dans une communauté proche, alors ce sujet recevra un score plus faible.

Caractéristiques de la population qu’un sujet a effectivement rencontrée

Dans certains modes de réalisation, si un sujet donné rencontre des personnes identifiées comme des « super-propagateurs », cela influencera son score en l’augmentant, même par rapport aux sujets qui ne rencontrent pas de super-propagateurs et/ou de personnes ordinaires. Dans certains modes de réalisation, les informations relatives à la rencontre d’un super-propagateur sont transmises entre les dispositifs mobiles de manière anonyme, par exemple, comme cela sera expliqué plus en détail ci-dessous.

La nature des lieux

Dans certains modes de réalisation, la nature d’un emplacement signifie qu’il s’agit d’un lieu fermé, d’un espace ouvert, d’un intérieur ou d’un extérieur, de la qualité de la ventilation ou de toute combinaison de ces éléments. Dans certains modes de réalisation, la nature des lieux peut changer radicalement le score attribué à un sujet. Il a été démontré que la probabilité qu’un sujet transmette un agent pathogène augmente d’un facteur compris entre environ 10 fois et environ 100 fois lorsque le lieu se trouve à l’intérieur et/ou dans un espace fermé. En effet, le risque d’infection est accru en raison de l’accumulation possible de gouttelettes porteuses d’agents pathogènes dans l’air, de la stabilité probablement plus élevée de l’agent pathogène dans l’air intérieur et/ou d’une plus grande densité de personnes.

Dans certains modes de réalisation, si l’endroit se trouve à l’intérieur ou dans un lieu fermé, le score attribué au sujet pour un contact augmente.

Dans certains modes de réalisation, d’autres facteurs qui influencent l’augmentation ou la réduction de la probabilité qu’un sujet transmette un agent pathogène à l’intérieur sont un ou plusieurs des éléments suivants : taux de ventilation, utilisation de la ventilation naturelle, évitement de la recirculation de l’air et utilisation de filtres à air.

Dans certains modes de réalisation, le système comprendra des informations sur les lieux intérieurs liées au taux de ventilation, à l’utilisation de la ventilation naturelle, à l’évitement de la recirculation de l’air et à l’utilisation de filtres à air. Dans certains modes de réalisation, un lieu intérieur présentant un score élevé de taux de ventilation fournira un score inférieur à l’individu par rapport à un lieu présentant un score faible de taux de ventilation.

Le type d’endroits habituellement visités par le sujet

Dans certains modes de réalisation, les sujets qui ont tendance à fréquenter des événements religieux ou laïques, comme une synagogue, une église, une mosquée ou un dancing, où les gens sont très proches les uns des autres et parlent, prient, chantent et/ou respirent profondément et/ou se mêlent davantage, recevront un score plus élevé (par exemple, pour un tel événement de contact) que ceux qui ne fréquentent pas les événements religieux. Dans certains modes de réalisation, de manière similaire à ce qui précède, les sujets qui sont enclins à fréquenter des événements sportifs recevront également un score plus élevé. Dans certains modes de réalisation, les lieux qui sont fréquentés régulièrement par une grande quantité d’individus (y compris les transports publics, détectables par exemple par géolocalisation et/ou par un mouvement régulier de démarrage et d’arrêt qui correspond à un profil de transport public et/ou à une activité de paiement de don de base utilisant le dispositif électronique de suivi) seront marqués comme des points d’intérêt pour la propagation potentielle de la maladie infectieuse/du virus/de l’agent pathogène, et les sujets qui fréquentent ces lieux recevront un score plus élevé.

La durée de la présence sur les lieux

Dans certains cas, la durée du séjour d’un sujet à un endroit donné contribue à la détermination de la probabilité d’infecter d’autres personnes et/ou d’être infecté par d’autres personnes. Par exemple, un sujet qui visite de nombreux endroits mais qui n’y reste qu’une minute ou deux peut recevoir un score plus faible (par exemple, pour un événement de contact) qu’une personne qui reste plus longtemps dans quelques endroits, puisque le fait de rester plus longtemps à un endroit augmente potentiellement les chances d’infecter et/ou d’être infecté.

Données historiques de géolocalisation de l’individu

Dans certains modes de réalisation, les données historiques de la localisation d’un individu sont utilisées pour évaluer l’activité potentielle de géolocalisation de cet individu spécifique. Par exemple, les données de Google Maps® enregistrées dans des serveurs, les données de Waze® enregistrées dans des serveurs, et d’autres applications de géolocalisation configurées pour enregistrer les données d’activité de géolocalisation. Dans certains modes de réalisation, les individus ayant un volume élevé de données de mouvement (et/ou une utilisation élevée des transports publics) dans leurs données historiques de géolocalisation recevront un score élevé. Dans certains modes de réalisation, les données historiques sont utilisées pour évaluer plus avant la fiabilité du changement de comportement d’un sujet, par exemple pour déterminer s’il faut augmenter le score dans les cas où les données de géolocalisation réelles changent radicalement (par exemple s’il existe un risque qu’un sujet souhaite obtenir un score plus élevé pour recevoir le vaccin et augmente ses déplacements pour y parvenir).

Données de géolocalisation réelles de l’individu

Dans certains modes de réalisation, les données de géolocalisation réelles mesurées de chaque individu sont surveillées pour évaluer leur potentiel de rencontre avec d’autres personnes. Dans certains modes de réalisation, les personnes qui montrent un nombre élevé de mouvements pendant la journée dans des zones où se trouvent d’autres personnes recevront un score élevé. Dans certains modes de réalisation, les données de géolocalisation réelles de chaque individu sont surveillées à l’aide d’un ou plusieurs des éléments suivants :

  1. Des dispositifs électroniques, par exemple la localisation fournie par le GPS de leur propre téléphone portable ;
  2. L’utilisation d’une technologie de reconnaissance faciale basée sur un ou plusieurs des éléments suivants : a) les données de vidéosurveillance reçues des sources disponibles, par exemple les caméras de rue, les guichets automatiques, les caméras de surveillance privées dans les magasins, les bâtiments et les maisons, etc. b) les médias sociaux
  3. Activité numérique, par exemple utilisation d’une carte de crédit, adresse IP utilisée lors de l’utilisation d’un ordinateur ou d’un appareil électronique, antennes qui reçoivent des données lors d’un appel téléphonique.

De manière facultative ou supplémentaire, ces données de géolocalisation réelles sont utilisées à la place ou en plus de l’identification réelle du contact entre les personnes.

Données médicales historiques de l’individu

Dans certains modes de réalisation, les données médicales historiques de chaque individu sont évaluées pour fournir un score. Par exemple, comme mentionné ci-dessus, les personnes souffrant de toux chronique recevront un score élevé car elles ont potentiellement plus de chances de transmettre la maladie infectieuse/le virus/l’agent pathogène. Dans certains cas, les personnes dont les antécédents augmentent les chances de transmettre la maladie recevront un score élevé.

Données médicales réelles de l’individu

Dans certains cas, pendant la pandémie, toutes les nouvelles données médicales concernant chaque individu sont surveillées afin d’évaluer si ces nouvelles données indiquent un changement dans le statut médical de l’individu en ce qui concerne son potentiel d’infection. En utilisant l’exemple ci-dessus, si une personne est diagnostiquée avec une toux chronique, cela augmentera son score (par exemple, en général et/ou par contact).

Informations de tiers concernant l’individu

Dans certains modes de réalisation, les informations de tiers provenant d’individus qui informent sur d’autres personnes seront évaluées pour décider si ces informations doivent affecter le score. Par exemple, si un tiers informe qu’une personne qui a montré des données de mouvement faibles et a reçu un score faible effectue en fait de nombreux mouvements, une fois l’information vérifiée, le score sera modifié en conséquence. Le contraire est également valable, par exemple, si un tiers informe qu’une personne qui a montré des données de mouvement élevées et a reçu un score élevé reste en fait à la maison, une fois l’information vérifiée, le score peut changer en conséquence.

Application dédiée obligatoire

Dans certains modes de réalisation, en regard de la pandémie, le gouvernement peut ordonner aux citoyens d’installer une application dédiée sur leurs smartphones (ou autres dispositifs intelligents tels que tablettes, montres intelligentes, lunettes intelligentes, etc.) pour aider le gouvernement dans la logistique des procédures de vaccination. Dans certains modes de réalisation, le gouvernement (ou un autre organisme) fournit au public de tels dispositifs intelligents dédiés. Dans certains modes de réalisation, l’application et/ou le dispositif intelligent est configuré pour informer sur l’emplacement de l’utilisateur à tout moment et pour communiquer avec les dispositifs intelligents adjacents (via Bluetooth par exemple) pour évaluer les interactions entre les utilisateurs, par exemple le voisinage entre les utilisateurs, le mouvement des utilisateurs, etc.) Dans certains modes de réalisation de l’invention, un logiciel déjà existant peut être utilisé, par exemple, les téléphones cellulaires basés sur Android et IS ont un logiciel (par exemple, en tant que service du système d’exploitation) qui peut détecter la proximité d’autres personnes et ce logiciel peut être utilisé ou amélioré pour fournir la fonctionnalité décrite ici.

Dans certains modes de réalisation, une telle application peut être utilisée pour fournir des informations concernant le nombre de personnes uniques rencontrées par l’utilisateur. Par exemple, un certain utilisateur peut rencontrer beaucoup de personnes mais ce sont toujours les mêmes personnes. Alors qu’un autre utilisateur peut rencontrer moins de personnes mais chacune d’entre elles est un individu différent. Dans certains modes de réalisation, le deuxième utilisateur peut potentiellement recevoir un score plus élevé et donc recevoir le traitement en premier. Dans certains modes de réalisation, ces applications et/ou dispositifs intelligents sont également utilisés pour évaluer la progression des procédures de vaccination et l’efficacité de la procédure de vaccination. Dans certains modes de réalisation, les données individuelles provenant de chaque utilisateur sont couplées à leurs informations de santé (malade, vacciné, rétabli, etc.) pour évaluer plus précisément la progression des procédures de vaccination et l’efficacité de la procédure de vaccination. En option, si les personnes rencontrées par un utilisateur sont vaccinées ou déterminées comme étant immunisées, ces contacts peuvent ne pas compter et/ou être pondérés à la baisse.

Dans certains modes de réalisation, l’application sera également utilisée pour envoyer des communications personnalisées aux utilisateurs, par exemple pour leur demander de venir se faire vacciner. Dans certains modes de réalisation, au vu des informations reçues de l’application, des actions spécifiques sont entreprises, par exemple, l’envoi d’une communication à l’utilisateur pour le sensibiliser aux règles de comportement en cas de pandémie, pour qu’il vienne se faire vacciner, pour qu’il évite certains endroits présentant un risque élevé de contagion.

Application dédiée volontaire

Dans certains modes de réalisation, en vue de la pandémie, la population est encouragée à installer une application dédiée, où ceux qui installent l’application sont récompensés. Dans certains cas, la récompense est la priorité pour recevoir un traitement.

Surveillance du comportement du sujet

Dans certains modes de réalisation, le comportement du sujet est surveillé en fonction des mesures de sécurité qu’il exécute, par exemple, le port d’un masque (par exemple, en analysant les images prises pendant les appels ou en regardant l’écran d’un téléphone portable), le lavage des mains (par exemple, en analysant les sons de l’eau qui coule ou le mouvement d’une smartwatch), le maintien d’une distance sociale (par exemple, sur la base des niveaux de puissance Bluetooth et/ou de la détection NFC), les déplacements entre plusieurs endroits, etc. Dans certains modes de réalisation, ceux-ci sont surveillés à l’aide des mêmes dispositifs/méthodes que ceux divulgués ci-dessus.

Méthode de notation exemplaire

Dans certains modes de réalisation, chaque individu d’une population (par exemple, plus de 100, 1.000, 10.000 et/ou 100.000 individus) reçoit un score définissant le niveau potentiel de super propagation de chaque individu. Dans certains modes de réalisation, les scores sont définis en nombre de contacts (voir ici), et le nombre de contacts qui sont comptés est d’environ 10 à environ 100, éventuellement d’environ 100 à environ 1.000, éventuellement d’environ 1.000 à environ 10.000, par exemple 100, 400, 1.000, 2.000, 10.000 ou des nombres intermédiaires ou supérieurs. Dans certains modes de réalisation, un score élevé définit un potentiel élevé de propagation à grande échelle, tandis qu’un score faible définit un potentiel faible de propagation à grande échelle. Afin de faciliter les explications de l’invention, une échelle de notation de 0 à 100 sera utilisée. Il est entendu que d’autres échelles peuvent être utilisées, comme les cartes thermiques, les échelles d’ordre décimal, etc. Dans certains modes de réalisation de l’invention, le score est ouvert. Dans certains modes de réalisation de l’invention, le score est normalisé, par exemple, par rapport à d’autres scores. La normalisation ne doit pas nécessairement être linéaire. Dans certains modes de réalisation de l’invention, le score est une échelle. Dans certains modes de réalisation de l’invention, le score est multidimensionnel, incluant par exemple une dimension de potentiel de super-propagation et une dimension de variabilité du comportement.)

[…]

Dans certains modes de réalisation de l’invention, le score est mis à jour pour et/ou après chaque événement de contact. Dans certains modes de réalisation de l’invention, la mise à jour a lieu à la fin de la journée, ce qui peut permettre d’agréger plusieurs réunions avec une même personne. De manière facultative ou supplémentaire, le score est mis à jour pour un ensemble d’événements de contact. Dans certains modes de réalisation de l’invention, le score est calculé après que tous les événements de contact ont été collectés, par exemple, sur la base d’une analyse d’un réseau de contacts pour identifier les individus qui, s’ils sont vaccinés, stopperont le mieux l’infection. Cette analyse peut être effectuée en simulant le réseau de contacts et en essayant divers schémas de vaccination et/ou d’élimination de divers individus et/ou ensembles d’individus.

Du score au traitement

Dans certains modes de réalisation, une fois que le score de chaque individu est atteint, ou éventuellement le score d’un grand nombre d’individus de la population, une liste est créée avec l’ordre dans lequel chaque individu recevra le traitement. Dans certains modes de réalisation, la liste est éventuellement divisée en groupes, par exemple, tous les individus qui ont obtenu un score entre 100 et 90 sont regroupés dans le groupe A, qui recevra en premier les traitements. Ensuite, tous les individus ayant obtenu un score compris entre 90 et 80 sont regroupés dans le groupe B, qui recevra les seconds traitements, et ainsi de suite.

Information du public

Dans certains modes de réalisation, une fois la liste établie, les personnes sont informées de la date et du lieu où elles doivent se rendre pour recevoir les traitements, par exemple par le biais d’e-mails, d’applications dédiées sur leur téléphone portable, des médias, etc.


Texte original

Methods and systems of prioritizing treatments, vaccination, testing and/or activities while protecting the privacy of individuals

Abstract

System and methods for anonymously selecting subjects for treatment against an infectious disease caused by a pathogen. The system comprises a plurality of electronic devices comprising instructions to generate an ID and, when in proximity of another such electronic device, one or both electronic devices transmit/receive the ID to/from the other electronic device. Then, a score is generated based on a plurality of such received IDs. Additionally, based on information received from a server, relevant treatment instructions are displayed to the subjects based on the received information and the score. The server comprises instructions for sending to the plurality of electronic devices the information to be displayed with the relevant treatment instructions, additionally the server and/or the electronic devices comprise instructions to generate a prediction of likelihood of a subject transmitting the pathogen, based on the score of the subject.

[…]

Exemplary Classification of Superspreader

Referring now to FIG. 1, showing a schematic representation of a definition of superspreader, according to some embodiments of the invention. In addition to the notion that a superspreader might be identified as a person who excretes a higher than normal number of pathogens during the time they are infectious, a superspreader is a person who may excrete a normal (or low) number of pathogens during the time they are infectious but this person is potentially and/or effectively in contact with a high number of people, therefore potentially infecting the same or more number of people as a person who excretes a higher than normal number of pathogens, as schematically shown for example in FIG. 1. Following this logic, according to some embodiments of the invention, a superspreader is further identified according to the number of people he/she can potentially be in contact with, is expected or estimated to be in contact with (e.g., based on number he has been in contact with), no matter the level of excretion of said person.

Super-Spreading Potential Score

In accordance with some embodiments of the invention, there are provided methods and systems of providing subjects in a population with a “superspreading score”, which will help to provide the order in which the subjects, optionally in groups of subjects, will receive treatments. In some embodiments, the higher the score the higher the potential of each individual to spread the disease. In some embodiments, the higher the score, the earlier the individual should receive the treatments. In some embodiments, a potential advantage of vaccinating/treating individuals having the higher superspreading score is to block potential intersections where a higher number of individuals might be infected by the potential superspreaders, and this is done by vaccinating individuals with potentially and/or actual higher chances to meet other people, and optionally also in relation to other individuals (for example by normalization of the data). In some embodiments, a potential advantage of this method is that a population will potentially reach faster a state of herd immunity, as the provision of treatments continues.

[…]

Exemplary Factors Influencing the Score

In some embodiments, the score is generated utilizing one or more factors and/or components, each influencing the final score by either adding or subtracting from the score. In some embodiments, the one or more factors can influence the score in a linear matter (increasing/decreasing the score linearly, for example +1 to the score or −2 to the score) and/or one or more factor can affect the score in a weighted matter, as will be further explained below. Exemplary factors and/or components are one or more of the following:

Profession in Record of the Individual

In some embodiments, the profession of the individual is correlated with a potential number of people the person might be in contact with during a regular day of operation. In some embodiments, individuals that potentially must meet many people due to their profession will receive a high score. For example, cashiers at the supermarket, vendors in markets, bus drivers, delivery people, technicians, librarians, etc. In some embodiments of the invention, the profession information is used to estimate a contact quality score, for example, doctors being more careful with PPE than teachers. It is a particular feature of some embodiments of the invention, that differences within such a group, such as between different doctors, are determined. In some embodiments of the invention, a subject’s score is modified according to the profession, for example, to compensate for criticality of the subject and/or to lack of control of the subject (e.g., a bus driver) over number of contacts.

In some embodiments of the invention, a subject provides profession information or other information used to adjust scoring by scanning a barcode (or other machine-readable item such as a barcode or RFID chip identity card) which is optionally digitally signed with such information. Optionally, this allows the device to know the profession information, but may not allow the device and/or the information provider to link the request for data to a particular individual. Thus potentially maintaining privacy.

Characteristics of Population Potentially to Meet

In some embodiments, the kind of population that a certain subject can potentially meet will either increase or decrease the score. For example, teachers that meet many children will be provided with a higher score, since if and once the children are infected by the teacher, the children return home and potentially infect their families. While for example, a doctor that works at a prison would potentially receive a lower score since the incarcerated people in the prison are not leaving and probably will not infect anyone else (the infection is contained to the prison alone).

Another example, if a certain subject meets only a certain number of individuals, and mainly only those individuals, for example a subject in a close community, then that subject will receive a lower score.

Characteristics of Population that a Subject Actually Met

In some embodiments, if a certain subject meets people that were identified as superspreaders, this will influence the score by increasing their score, also when compared to subjects that do not meet superspreaders and/or regular people. In some embodiments, the information regarding meeting a superspreader is performed between the mobile devices in an anonymous matter, for example, as will be further explained below.

The Nature of the Locations

In some embodiments, the nature of a location means if it is in a closed place, if it is in an open space, if it is indoors, if it is outdoors, quality of ventilation or any combination thereof. In some embodiments, the nature of the locations can drastically change the score given to a subject. It has been shown that a likelihood of a subject transmitting a pathogen increases by a factor of between about 10 times to about 100 times when the location is indoors and/or in a closed space. This is because the risk of infection is increased due to the possible buildup of the airborne pathogen-carrying droplets, the pathogen likely higher stability in indoor air, and/or a larger density of people.
In some embodiments, if the location is indoors or in a closed location, then the score given to the subject for a contact will increase.

In some embodiments, other factors that influence the increment or reduction of the likelihood of a subject transmitting a pathogen indoors are one or more of ventilation rate, use of natural ventilation, avoidance of air recirculation and use of air filters.
In some embodiments, the system will comprise information on indoor locations related to the ventilation rate, use of natural ventilation, avoidance of air recirculation and use of air filters. In some embodiments, an indoor place comprising a high ventilation rate score will provide a lower score to the individual when compared to a place having a low ventilation rate score.

The Kind of Places Usually Visited by the Subject

In some embodiments, subjects that are prone to frequent religious or secular events, like in a synagogue, a church or a mosque or a dancing venue, where the people are in close proximity to each other, and talk, pray, sing and/or breathe deeply and/or mingle more, will receive a higher score (e.g., for such a contact event) than those who do not frequent religious events. In some embodiments, similarly to above, also subject that are prone to frequent sports events will receive a higher score. In some embodiments, places that are frequented regularly by a large quantity of individuals (including public transportation, detectable for example, by geolocation and/or regular start-stop movement that matches a public transportation profile and/or base don payment activity using the tracking electronic device) will be marked as points on interest for the potential spreading of the infectious disease/virus/pathogen, and subjects that frequent those places will receive a higher score.

The Length of Time at the Locations

In some embodiments, the length that a subject stays in one place will contribute to the determination of the probability to infect others and/or to be infected by others. For example, a subject that visits many places but stays there just for a minute or two might receive a lower score (e.g., for a contact event) than a person that stays for longer in a few places, since staying longer at one place potentially increases the chances to infect and/or be infected.

Historical Geolocation Data of the Individual

In some embodiments, historical data of the location of an individual is used to assess the potential geolocation activity of that specific individual. For example, Google Maps® data saved in servers, Waze® data saved in servers, and other geolocation applications configured to save geolocation activity data. In some embodiments, individuals having a high volume of movement data (and/or high usage of public transportation) in their historical geolocation data will receive a high score. In some embodiments, the historical data is used to further assess a reliability of change in behavior of a subject, for example to determine if to increase score in cases where the actual geolocation data changes drastically (for example if there is a risk that a subject wants a higher score to receive the vaccine and increases his movements to achieve so).

Actual Geolocation Data of the Individual

In some embodiments, actual measured geolocation data of each individual is monitored to assess their potential to meet other people. In some embodiments, people which show high number movements during the day in areas where other people are located will receive a high score. In some embodiments, actual geolocation data of each individual is monitored using one or more of:

  1. Electronic devices, for example the location provided by the GPS of their own cellphones;
  2. Using face recognition technology based on one or more of: a) video surveillance data received from available sources, for example street cameras, ATM’s, private surveillance cameras in stores, buildings and houses, etc.; b) social media.
  3. Digital activity, for example credit card usage, IP address used while using a computer or an electronic device, antennas that receive data while performing a phone call.

Optionally or additionally, such actual geolocation data is used instead of or in addition to actually identifying contact between people.

Historical Medical Data of the Individual

In some embodiments, historical medical data of each individual is assessed to provide a score. For example, as mentioned above, individuals with chronic coughing will receive a high score since they have potentially a higher chance to transmit the infectious disease/virus/pathogen. In some embodiments, individuals having a background condition that enhances the chances of transmitting the disease will receive a high score.

Actual Medical Data of the Individual

In some embodiments, during the pandemic, every new medical data concerning each individual is monitored to assess if the new data indicates a change in the medical status of the individual regarding their potential to infect others. Using the example above, if a person is diagnosed with chronic coughing it will increase their score (e.g., in general and/or per contact).

Third Party Information Regarding the Individual

In some embodiments, third party information from individuals informing on others will be assessed to decide if the information needs to affect the score. For example, if a third party informs that a person that showed low movement data and received a low score is actually performing many movements, once the information is verified, the score will change accordingly. The contrary is also valid, for example, a third party informed that a person that showed high movement data and received a high score is actually staying at home, once the information is verified, the score may change accordingly.

In some embodiments, in view of the pandemic, the government may order the citizens to install a dedicated application on their smartphones (or other smart devices like tablets, smart watches, smart glasses, etc.) to help the government with the logistics of the vaccination procedures. In some embodiments, the government (or other body) provides the public with such dedicated smart devices. In some embodiments, the app and/or the smart device is configured to inform on the user’s location at all times and to communicate with adjacent smart devices (via Bluetooth for example) to assess the interactions between users, for example vicinity between users, movement of users, etc.). In some embodiments of the invention, already existing software may be used, for example, both android and is based cellphones have software (e.g., as an operating system service) which can detect proximity of others and such software may be used or improved to provide functionality as described herein.

In some embodiments, such app can be used to provide information regarding how many unique people the user meets. For example, a certain user can meet many people but they are all the same people all the time. While another user can meet fewer people but each one is a different individual. In some embodiments, the second user may potentially receive a higher score and therefore receive treatment first. In some embodiments, such app and/or smart devices are also used to assess the progression of the vaccination procedures and the efficacy of the vaccination procedure. In some embodiments, individual data arriving from each user is coupled with their health information (sick, vaccinated, recovered, etc.) to further assess the progression of the vaccination procedures and the efficacy of the vaccination procedure. Optionally, if the persons met by a user are vaccinated or otherwise determined to be immune, such contacts may not count and/or be weighted lower.

In some embodiments, the app will be also used to send personalized communication to the users, for example, to come and be vaccinated. In some embodiments, in view of the information received from the app, specific actions are taken, for example, send a communication to the user to enhance his awareness to behavioral rules during pandemic, to come and be vaccinated, to avoid certain locations, which are at high risk of contagion.

Dedicated Voluntary App

In some embodiments, in view of the pandemic, the population is encouraged to install a dedicated app, where those that do install the app are rewarded. In some embodiments, the reward is priority to receive treatment.

Monitoring Behavior of Subject

In some embodiments, the behavior of the subject is monitored in relation to safety features performed by the subject, for example, wearing a mask (e.g., analyzing images taken during calls or other looking at screen of cellphone), washing his hands (e.g., analyzing sounds of water running or movement by a smartwatch), keeping social distancing (e.g., based on Bluetooth power levels and/or NFC detection), moving between multiple locations, etc. In some embodiments, these are monitored using the same devices/methods as disclosed above.

Exemplary Scoring Method

In some embodiments, each individual in a population (e.g., above 100, 1000, 10000 and/or 100000 individuals) is provided with a score defining the potential level of superspreading of each individual. In some embodiments, scores are defined as number of contacts (see herein), and the number of contacts that are counted are from about 10 to about 100, optionally from about 100 to about 1000, optionally from about 1000 to about 10000, for example 100, 400, 1000, 2000, 10000 or intermediate or greater numbers. In some embodiments, a high score defines a high potential of superspreading, while a low score defines a low potential of superspreading. In order to facilitate the explanations of the invention, a scoring scale from 0 to 100 will be used. It should be understood that other scales can be used, like heat-map scoring, decimal order scales, etc., all of which are included in the scope of the invention. In some embodiments of the invention, the score is open ended. In some embodiments of the invention, the score is normalized, for example, to other scores. The normalization need not be linear. In some embodiments of the invention, the score is a scalar. In some embodiments of the invention, the score is multi-dimensional, for example, including a superspreader potential dimension and a variability in behavior dimension)

[…]

In some embodiments of the invention, the score is updated for and/or after each contact event. In some embodiments of the invention, update is at end of the day, which may allow aggregating multiple meetings with a same person. Optionally or additionally, the score is updated per a set of contact events. In some embodiments of the invention, the score is calculated after all contact events are collected, for example, based on an analysis of a contact-network to identify individuals, which, if vaccinated, will best stop infection. Such analysis may be carried out by simulating the contact network and trying out various vaccination schemes and/or removal of various individuals and/or sets of individuals.

From Score to Treatment

In some embodiments, once the scoring of each individual is achieved, or optionally the scoring of a high number of individuals of the population, a list is created having the order in which each individual will receive the treatment. In some embodiments, the list is optionally divided by groups, for example, all the individuals that scored between 100 and 90 are grouped in group A, which will receive first the treatments. Then all the individuals that scored between 90 and 80 are grouped in group B, which will receive second the treatments, and so on.

Informing the Public

In some embodiments, once the list is made, individuals will be informed on when and where to go and receive the treatments, for example, by means of emails, dedicated apps in their cellphones, over the media, etc.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s