« L’Occident nous a donné des armes parce que nous nous amusons, c’est amusant de tuer et amusant de se battre ».

Les nations de l’OTAN envoient des armes – ou des militaires, ou les deux – à l’Ukraine. C’est pour défendre la démocratie.

En Belgique, ce sont Sophie Wilmes et Alexander Decroo qui ont plaidé pour l’envoi en Ukraine de 3.800 tonnes de fuel et 2.000 mitrailleuses, dont une partie se retrouvera vraisemblablement entre les mains des sympathiques personnages dont vous trouverez le portrait ci-dessous – mais évidemment puisque je publie des informations sur la dangerosité des injections, c’est moi qui suis d’extrême-droite. Eux, ils défendent la démocratie.

Alexander Decroo, on sait qu’il est un Young Global Leader. Il est aussi pour la vaccination obligatoire en Belgique.

Sophie Wilmes est cette entité (voir photo) qui a géré pour la Belgique les mesures Corona. Elle a été placée à la tête du pays expressément pour cette tâche. Nous n’avons pas de Xavier Poussard pour mener l’enquête sur ce personnage ni de « Faits et Documents » pour les publier. Dommage, le résultat serait probablement intéressant.

En attendant, vous trouverez ci-dessous quelques infos sur leur façon de défendre la démocratie, comment et par qui. Le jour où ces gens débarquent ici, on ne sera pas dans la merde.

Source.


Traduction

« L’Occident nous a donné des armes parce que nous nous amusons, c’est amusant de tuer et amusant de se battre ».

Analyse du groupe néo-nazi « C14 » et des récents discours de son leader lors de la conférence « Lectures de Bandera ».

Events in Ukraine

12 février

Le 5 février, un événement appelé « Bandera readings«  [Lectures de Bandera] a eu lieu à Kiev – un forum sur les buts et objectifs des nationalistes, auquel ont participé des représentants de divers groupes de ce type. L’organisateur était le parti « Svoboda » et la conférence était présidée par l’un de ses membres, l’ancien député du peuple d’Ukraine Yuriy Sirotyuk.

Yevgeny Karas, deuxième à partir de la gauche, lors des « lectures de Bandera ». Bandera, un collaborateur nazi de la Seconde Guerre mondiale, est photographié à droite.

Yevgeny Karas, le leader du groupe d’extrême droite C14 (récemment, C14 s’est rebaptisé « La base du futur »), a dit des choses assez intéressantes sur les nationalistes ukrainiens et leur relation avec l’Europe occidentale et les États-Unis lors de cette conférence.

Avant d’en venir à ce qu’il a dit, qu’est-ce que le C14? Selon certaines estimations, il ne compte qu’environ 350 membres actifs, alors que des organisations de droite plus connues en Ukraine, comme le mouvement Azov, comptent environ 10.000 membres actifs. Alors pourquoi s’inquiéter du C14? De nombreux commentateurs libéraux aiment souligner que les groupes nazis en Ukraine sont marginaux et que s’intéresser à eux fait partie du « récit du Kremlin ». Alors, qu’est-ce que le C14, et dans quelle mesure est-il marginal dans la politique ukrainienne?

Le nom, bien sûr, fait référence aux célèbres « 14 mots » néonazis : « Nous devons assurer l’existence de notre peuple et un avenir aux enfants blancs« . D’anciens messages du C14 l’affirmaient ouvertement, mais plus récemment, le C14 a poursuivi un journal ukrainien libéral pour les avoir qualifiés de néonazis – un procès gagné par le C14. Les opinions néo-nazies de leurs membres sont bien documentées.

Une photo non datée de Karas.

Le C14 est apparu à l’origine comme un groupe de personnes qui trouvaient que le parti Svoboda n’était pas assez radical pour elles. Le Consortium International de Recherche et d’Analyse sur le Terrorisme le décrit comme « un groupe paramilitaire de droite radicale« .

Comme de nombreux groupes d’extrême droite, les événements de l’Euromaïdan lui ont conféré une influence politique – ce sont en grande partie des membres du C14 qui ont occupé le bâtiment de l’administration municipale de Kiev, laissant derrière eux des graffitis néonazis.

Le C14 dans le bâtiment de l’administration municipale de Kiev pendant l’Euromaïdan.

Parmi les actes de « militantisme » de C14, on peut citer leurs attaques contre des campements roms, brûlant leurs camps, pulvérisant du gaz poivré et jetant des pierres sur les habitants, et postant des vidéos sur internet du tout. En 2019, une attaque d’un autre groupe néonazi contre un camp rom a entraîné le meurtre à l’arme blanche d’un Rom de 19 ans et causé des blessures à quatre autres.

Un membre du C14 brûlant un campement rom en 2018.

Selon le Groupe de Protection des Droits de l’Homme de Kharkiv, le C14 a également reçu des fonds publics du Ministère de la Jeunesse et des Sports:

Trois organisations ont été retenues lors du concours pour les « projets d’éducation nationale-patriotique ». L' »Assemblée Educative » [« Освітна асамблея »], fondée par le chef du C14, Yevhen Karas ; « C14 Sich », fondée par Volodymyr Karas, qui partage le même patronyme, le même nom et la même adresse que le chef du C14; et la Planque Holosiyiv [« Голосіївська криївка »], dont les fondateurs comptent plusieurs membres de Svoboda.

Trois événements de l' »Assemblée Educative », ainsi qu’un camp d’enfants C14 Sich recevront 440.000 UAH (un peu plus de 14.000 euros), tandis que la Planque Holosiyiv recevra 760.000 UAH (près de 25.000 euros) pour quatre festivals. Parmi les projets retenus figurent « l’éducation nationale-patriotique en tant que garant de la sécurité de l’information en Ukraine », un centre national d’enseignement à distance pour cette éducation nationale-patriotique, et l’utilisation de simulations historiques comme moyen de populariser le patrimoine historique de l’Ukraine.

La commission ministérielle qui a choisi le C14 comme bénéficiaire de ces subventions était présidée par Mykola Lyakhovich, le chef du Département de l’Education Nationale-patriotique du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Selon le même groupe de défense des droits de l’homme, Mykola Lyakhovich a lui-même « un passé au sein de l’UNA-UNSO [ Ukrainian National Assembly – Ukrainian People’s Self-Defence, Assemblée nationale ukrainienne – Autodéfense du peuple ukrainien], un mouvement d’extrême droite dont les opinions sont similaires à celles de Svoboda et du C14″.

En 2015, Oles Buzina, un journaliste ukrainien « pro-russe », a été assassiné, ce pour quoi un membre de C14 a été arrêté. Dans tous les cas, ils agissaient clairement sur des ordres politiques supérieurs, bien que l’affaire judiciaire, naturellement, ne traite pas de cette question. Des années plus tard, personne n’a encore été condamné pour ce meurtre.

Les deux nationalistes inculpés pour le meurtre de Buzina. Tous deux sont des vétérans de la guerre dans le Donbass.

Le C14 est également étroitement lié à la « Garde Municipale », une organisation publique para-policière très controversée financée par le gouvernement de la ville de Kiev, remplie de néo-nazis déclarés et de divers vétérans de la guerre du Donbass. Selon sa page Facebook, elle se consacre à la « protection de l’ordre public et des frontières nationales ». Voici Sergei Bondar (à gauche), l’un des chefs de la garde municipale de Kiev et membre du C14, posant avec Karas:

Bien qu’elle n’existe pas depuis très longtemps, la Garde Municipale a déjà été impliquée dans une longue liste de « controverses », pour le dire gentiment. Parmi celles-ci: des passages à tabac publics de sans-abri et de personnes ivres, filmés par des caméras, un tel niveau de suprématisme blanc parmi ses membres que même la police officielle de Kiev a refusé de travailler avec le groupe, des déclarations racistes sur la « mentalité nationale » des Roms et un harcèlement constant de ces derniers par des caméras, et récemment, le stockage illégal de lance-grenades et d’autres armes provenant de la guerre dans le Donbass.

Bondar en plein travail, humiliant un sans-abri à Kiev.

Les lance-grenades stockés par la Garde Municipale, découverts par le Service de Sécurité de l’Ukraine lors d’un raid.

Sur les médias sociaux de Bondar, on peut également lire les messages suivants, qui font ouvertement l’éloge des gouvernements fascistes et collaborationnistes de l’Ukraine et de la Biélorussie de la Seconde Guerre mondiale, responsables de centaines de milliers de meurtres de citoyens soviétiques:

« Le bureau du président doit retrouver son apparence historique! » – La photo montre le bureau du président à Kiev sous l’occupation nazie en 1941, avec la croix gammée supprimée.

« Bonne protection contre les doryphores [terme péjoratif désignant les « séparatistes » et les « pro-russes »] pour votre argent. Producteur européen. Je le recommande. »

« Pour la Biélorussie – seulement comme ça! » Posté lors des manifestations nationalistes au Belarus en 2020.

Pour une Biélorussie européenne! Une photo de l’occupation nazie en Biélorussie, avec le drapeau d’occupation nazi (qui est défendu par les leaders de l’opposition biélorusse « pro-démocratique » et « pro-européenne » comme Svetlana Tikhanovskaya).

Karas a également admis ouvertement sa coopération avec le Service de Sécurité de l’Ukraine (SSU). Dans une interview, il a déclaré que le C14 livrait au SSU des personnes qu’il jugeait « séparatistes » et que le SSU « transmettait au C14 des informations » sur les activités politiques « séparatistes » à venir – en d’autres termes, que le SSU indiquait au C14 les personnalités politiques hostiles à attaquer. On peut se demander ce que la SSU a dit au C14 au sujet d’Oles Buzina, le journaliste assassiné en 2015. Karas a donné comme exemple de « manifestations séparatistes » les événements du 2 mai 2014, lorsque 42 manifestants « pro-russes » ont été brûlés et tués de diverses manières par des nationalistes armés à Odessa, un crime pour lequel personne n’a été inculpé. Selon lui, la SSU informe à l’avance la C14 de tels événements – « ça va être le bordel, venez nous aider ».

L’ancien membre de la SSU Ivan Stupak a confirmé la coopération de l’organisation avec la SSU. Selon lui: « Il y a toujours eu cette idée – prendre le contrôle secret de toute organisation publique qui a un bloc de pouvoir. À certains stades, la SSU a participé à ses contacts opérationnels, c’est-à-dire qu’elle a trouvé certains points de vue communs avec les dirigeants du  » C14  » et les a envoyés résoudre certaines tâches opérationnelles. Par exemple, la recherche et la détection de séparatistes, que la SSU, pour une raison quelconque, ne peut pas détenir en raison de la législature – alors que si vous envoyez une organisation publique, elle peut casser une voiture ou infliger des dommages corporels ».

Karas a également déclaré que le C14 coopère avec un large éventail de politiciens élus de différents partis – y compris Yuri Lutsenko, membre du parti « Solidarité Européenne » de Porochenko et procureur général d’Ukraine à cette époque (2017). Lors de l’un des moments les plus importants de la présidence de Porochenko sur le plan politique – la création officielle en 2019 d’une Église Orthodoxe Autocéphale Ukrainienne à Istanbul – Karas a été photographié à la gauche de Yuri Lutsenko.

Venons-en maintenant à l’intervention de Karas aux « Lectures de Bandera ». Il est intervenu lors de la discussion intitulée « les tâches et les formes d’activité du mouvement nationaliste ». Il a commencé par discuter de la question de savoir si les nationalistes devaient se lancer dans la politique officielle ou rester dans la rue et dans le secteur civil. Selon Karas, la présence des nationalistes dans la rue lors des manifestations de masse « était la forme qui lui donnait une couleur de combat et encourageait les gens à utiliser la force. »

Grâce à cela, de 2006 à 2010, « nous avons capturé toutes les sphères publiques uniquement par le biais de l’activité professionnelle. » Ces propos font référence aux années du règne du président Iouchtchenko et du gouvernement « orange » arrivé au pouvoir après les événements du proto-euromaïdan de 2004.

« Les gauchistes organisent des activités dans les syndicats – il faut leur confisquer. Nous avons fait plus, et plus vite, et mieux » – c’est ainsi que Karas décrit le fonctionnement de cette « occupation ». Il donne plusieurs autres exemples de la façon dont les nationalistes ont copié les méthodes des forces de gauche.

« Il y a eu une grève dans le Donbass en 2013. Ce sont les gauchistes qui ont lancé l’action. Je me suis dit: dépassons-les. Nous nous sommes rassemblés une heure plus tôt, les gauchistes étaient debout avec des affiches, et nous étions déjà en train de pénétrer dans le bureau d’Akhmetov [l’homme d’affaires le plus riche d’Ukraine] ».

De telles tactiques ont fourni un afflux de partisans à qui l’on proposait constamment une ou l’autre forme d' »action ». Et après Maidan en 2014, le rôle de ces groupes avait tellement augmenté que beaucoup de leurs leaders n’avaient même pas besoin d’entrer en politique – leur influence et leur valeur étaient plus élevées dans la rue, « parce que tout le monde a peur d’eux », explique franchement Karas.

C’est la raison pour laquelle l’affirmation habituelle selon laquelle « les néonazis n’ont pas d’importance politique en Ukraine » est aussi erronée: leur rôle n’est pas de gagner des élections, mais de réprimer et de terroriser les opposants politiques au régime de l’après-Euromaidan. M. Karas a également admis lors de ces entretiens qu’Igor Kolomoisky, l’un des hommes les plus riches d’Ukraine, a financé les nationalistes pour chasser du pays l’ancien président Viktor Ianoukovitch, qui, à l’époque, centralisait le pouvoir économique et politique du pays dans une mesure inacceptable pour les grandes entreprises.

Pour cette raison, les nationalistes ont connu « leur meilleur moment des trois cents dernières années ». « Et même si la moitié d’entre nous se fait tuer, l’autre moitié s’amusera, car elle connaîtra plus de bonheur et de réussite ».

Karas explique les victoires des nationalistes par leur « hyperactivité ». En termes de pourcentage, ils n’étaient pas plus nombreux que d’autres groupuscules, mais leur efficacité était bien supérieure selon lui.

Cependant, ces louanges intéressées ne correspondent pas tout à fait à la réalité, comme nous l’avons vu à travers les liens étendus que le C14 entretient avec l’Etat ukrainien. Le succès du C14 n’est pas seulement dû à son génie organisationnel. Le C14 est également soutenu par des hommes d’affaires – la page facebook du C14 présentait en 2018 une annonce qui disait « Le C14 travaille pour vous. Aidez-nous à rester à flot, et nous vous aiderons. Pour les donateurs réguliers, nous ouvrons une boîte à souhaits. Pour lequel de vos ennemis souhaitez-vous rendre la vie difficile? Nous allons essayer de le faire ». Dans ses interviews plus anciennes, Karas n’a pas caché qu’il était financé par des entreprises, y compris par de riches Ukrainiens de la diaspora. Bien que l’un des objectifs officiels de C14 soit de « lutter contre la corruption » (une belle concordance avec le discours libéral post-maïdan), ce que cela signifie en pratique – des attaques publiques contre des entreprises étiquetées « pro-russes » ou « soutenant le terrorisme séparatiste » – est souvent difficile à distinguer d’une autre arme dans les luttes concurrentielles capitalistes. Certaines des attaques de la C14 contre les campements roms semblent également motivées par l’intérêt des entreprises de construction à libérer de l’espace pour leurs projets.

Passons maintenant aux commentaires les plus juteux de Karas – sur l’Euromaïdan et la place de l’Ukraine dans le monde.

Le chef du C14 a déclaré qu’en fait, l’objectif de l’Euromaïdan n’était pas de s’intégrer à l’Europe: « Maïdan a été une victoire pour les forces nationalistes. Tous ces discours sur l’intégration européenne et les drapeaux de l’UE – ils ont disparu. Tout cet « euro » a disparu, comme dans une comédie ».

Concernant la place de l’Ukraine dans la « communauté européenne », il a déclaré qu' »en termes de géopolitique, ces 38 millions ne sont pas du tout comme 60 millions d’Allemands ou 80 millions de Français, mais sont beaucoup plus forts, parce que c’est un public qui a du dynamisme. »

« Nous nous amusons. Poutine va attaquer, mais on s’amuse, c’est cool. Ou peut-être qu’on l’attaquera en premier? »

Par conséquent, « si les nationalistes arrivent au pouvoir en Ukraine, cela deviendra un problème non seulement pour l’UE, mais aussi pour de nombreux pays du monde. »

En outre, Karas a déclaré que dans le même temps, l’Occident n’essaie pas de neutraliser les nationalistes en tant que facteur, car ils « accomplissent les tâches de l’Occident. » Alors que l’Europe est faible et perd de son influence, « les Ukrainiens se sont tous entassés en Europe, mais ils veulent toujours l’attaquer ».

« On nous a donné tant d’armes maintenant, pas parce que nous sommes bons. Pas parce qu' »ils nous veulent tellement ». Parce que nous remplissons les tâches de l’Occident. Parce que nous sommes les seuls à être prêts à les remplir, nous nous amusons, c’est amusant de tuer et c’est amusant de se battre ».

À ce sujet, je pourrais ajouter que ce n’est pas un secret que les envois d' »aide létale » par les États-Unis à l’Ukraine finissent régulièrement dans les mains de groupes néonazis comme le bataillon Azov.

Des membres du bataillon Azov posant avec des lance-grenades fournis par les États-Unis.

Le chef du C14 a également déclaré que l’Ukraine est le « porte-drapeau » d’une alliance informelle entre la Grande-Bretagne, la Pologne et la Turquie, car « nous avons déclenché une guerre qui n’a pas été vue depuis 60 ans. »

Tout en imaginant une situation fantasmatique dont la contemplation est adorée par les nationalistes ukrainiens et les libéraux – « l’effondrement de la Russie », Karas évoque la manière dont l’Ukraine pourrait frapper les pays européens.

« Imaginez combien d’armes et de vétérans nous avons. Et maintenant, imaginez – la Russie est en train de disparaître… comprenez-vous quel genre d’yeux Budapest aura, par exemple, si nous nous tournons vers elle? Nous avons déjà le plus grand nombre de Javelins en Europe… Si nous arrivons au pouvoir, ce sera à la fois une joie et des problèmes pour le monde entier, pour les pays qui essaient de nous embêter », prophétise Karas. Il fait probablement référence à Budapest en raison de l’importante population hongroise présente en Ukraine occidentale, que les nationalistes soupçonnent souvent de préparer une guerre séparatiste soutenue par Budapest.

En somme, des déclarations légèrement « inquiétantes » de la part d’une personnalité qui, comme nous l’avons vu précédemment, est loin d’être « marginale » dans la politique ukrainienne. Le C14 compense sa faiblesse numérique par des liens profonds avec les services secrets ukrainiens et des organisations paramilitaires néonazies comme la « Garde Municipale », qui est elle-même financée par le gouvernement de la ville de Kiev.

De nombreux libéraux aiment minimiser la relation entre l’Euromaïdan et les groupes néonazis – Karas, en revanche, admet fièrement que le C14 et d’autres groupes nationalistes de droite ont été catapultés au pouvoir politique par l’Euromaïdan, et que la « révolution » n’avait pas grand-chose à voir avec les « valeurs européennes » (sauf si l’on a la même interprétation de ces valeurs que l’ami de Karas, Bondar).

Pour Karas, la valeur singulière de l’Ukraine sur la scène internationale est celle d’un guerrier sacrificiel contre la Russie. En étant la plus assoiffée de sang et prête à mourir pour les objectifs occidentaux, l’Ukraine obtient le « prix » d’être gorgée d’armes et d’un fort mouvement néo-nazi.

Enfin, n’est-il pas si familier d’entendre Karas exprimer simultanément son mépris pour l’Occident et sa joie de voir l’Occident le gaver d’armes, lui et ses amis, pour atteindre leurs objectifs géopolitiques? Les mots « retour de flamme » me viennent à l’esprit.

Un drone américain survolant l’Afghanistan

Texte original

« The West gave us weapons because we have fun, it’s fun to kill and fun to fight »

Analysis of the neo-Nazi group ‘C14’ and its leader’s recent speeches at the ‘Bandera readings’ conference.

Events in Ukraine

Feb 12

On February 5th, an event called « Bandera readings » took place in Kiev – a forum about the goals and objectives of nationalists, involving representatives from various such groups. The organizer was the party « Svoboda » and the conference was chaired by one of its members, former People’s Deputy of Ukraine Yuriy Sirotyuk.

Yevgeny Karas, second from the left, at the ‘Bandera readings’. Bandera, a WW2 Nazi collaborator, is pictured at the right.

Yevgeny Karas, the leader of the far-right group C14 (recently C14 has rebranded itself as « The Basis of the Future »), said some quite interesting things about Ukrainian nationalists and their relation to western Europe and the USA at this conference.

Before we get to what he said, what is C14? According to some estimates, it only has around 350 active members, while more well-known rightwing organizations in Ukraine like the Azov movement have around around 10 thousand active members. So why worry about C14? Plenty of liberal commentators like to emphasize how Nazi groups in Ukraine are marginal and focusing on them is part of ‘the Kremlin narrative’. So what is C14, and how marginal is it to Ukrainian politics?

The name, of course, refers to the famous neo-Nazi ’14 words’ ‘We must secure the existence of our people and a future for White children’. Older C14 posts stated this openly, though more recently C14 has sued a liberal Ukrainian newspaper for calling them neo-Nazis – a court case won by C14. The neo-Nazi views of their members are well-documented.

An undated photo of Karas.

C14 originally emerged as a group of people who found the Svoboda party not radical enough for them. The International Terrorism Research & Analysis Consortium describes it as a ‘a paramilitary right-wing radical group’.

Like many rightwing groups, the events of Euromaidan brought it to political influence – it was largely C14 members who occupied the Kiev City Administration building, leaving neo-Nazi graffiti behind them.

C14 in the Kiev City Administration building during Euromaidan.

Among C14’s acts of ‘activism’ have been their attacks on Roma settlements, burning their camps, pepper-spraying and throwing rocks at the inhabitants, and posting videos on the internet of it all. In 2019, one attack by a different neo-Nazi group on a Roma camp involved the murder by stabbing of one 19-year-old Roma man and caused injuries to 4 others.

A C14 member burning a Roma settlement to the ground in 2018

According to the Kharkiv Human Rights Protection Group, C14 also received state funding from the Ministry of Youth and Sport:

Three organizations were successful in the competition for ‘national-patriotic education projects’.  ‘Educational Assembly’ [«Освітна асамблея»], founded by the head of C14, Yevhen Karas; ‘C14 Sich’, founded by Volodymyr Karas, who shares the same patronymic, surname and address as the head of C14; and Holosiyiv Hideout [«Голосіївська криївка»], whose founders include several members of Svoboda.

Three events by ‘Educational Assembly’, as well as a C14 Sich children’s camp will all get 440 thousand UAH (a little over 14 thousand euros), while Holosiyiv Hideout will receive 760 thousand UAH (nearly 25 thousand euros) for four festivals.  The successful projects included ‘National-patriotic education as guarantor of Ukraine’s information security’, a nationwide distance learning centre for such national-patriotic education, and the use of historical simulations as a means of popularizing Ukraine’s historical heritage.

The ministerial commission which chose C14 as the recipient of these grants was chaired by Mykola Lyakhovich, the head of the Ministry of Youth and Sport’s Department for National-Patriotic Education. In the words of the same human rights group, Lyakhovich himself ‘has a background in the UNA-UNSO [Ukrainian National Assembly – Ukrainian People’s Self-Defence], an extremely far-right movement with views similar to those espoused by Svoboda and C14.’

In 2015, Oles Buzina, a ‘pro-Russian’ Ukrainian journalist, was murdered, for which a member of C14 was arrested. In any case, they were clearly acting on higher political orders, though the court case, naturally, does not deal with this question. Years later, no one has been punished for his killing.

The two nationalists charged for the murder of Buzina. Both are veterans of the war in Donbass.

C14 is also closely linked to ‘Municipal Guard’, a highly controversial para-police public organization financed by the Kiev city government which is filled with open neo-Nazis and various veterans of the war in Donbass. According to its facebook page, it is dedicated to ‘protecting public order and the national borders’. Here is Sergei Bondar (left), one of the leaders of Municipal Guard in Kiev and a member of C14, posing with Karas:

Although it hasn’t existed for very long, Municipal Guard has already been involved in a long list of ‘controversies’, to put it mildly. Among them: public beatings of homeless and drunken individuals, captured on camera, such a degree of white supremacist views among its members that even the official Kiev police refused to work with the group, racist declarations about the ‘national mentality’ of Roma and constant harassment of them on camera, and recently, the illegal storage of grenade-launchers and other weaponry taken from the war in Donbass.

Bondar hard at work humiliating a homeless man in Kiev.

The grenade launchers stored by Municipal Guard, found by the Security Service of Ukraine on a raid

Bondar’s social media also features the following posts, openly praising the fascist collaborationist governments of WW2-era Ukraine and Belarus, which were responsible for hundreds of thousands of murders of Soviet citizens:

‘The president’s office should return to its historic appearance!’ – pictured is the president’s office in Kiev under Nazi occupation in 1941, with the swastika edited out.

‘Good protection against Colorado beetles [a derogatory term for ‘separatists’ and ‘pro-Russians’] for your money. A European producer. I recommend it.’

‘As for Belarus – only like this!’ Posted during the nationalistic protests in Belarus in 2020

‘For a European Belarus!’ A photo from the Nazi occupation of Belarus, featuring the Nazi occupation flag (which is advocated by the ‘pro-democracy’ and ‘pro-European’ ‘Belarussian opposition’ leaders like Svetlana Tikhanovskaya).

Karas has also openly admitted to cooperation with the Security Service of Ukraine (SSU). In an interview, he said that C14 engages in delivering people he judges to be ‘separatists’ to the SSU, and that the SSU ‘transmits C14 information’ about upcoming ‘separatist’ political activity – in other words, that the SSU tells C14 which unfriendly political figures to attack. One wonders what the SSU told C14 about Oles Buzina, the journalist murdered in 2015. Karas gave as an example of ‘separatist protests’ the events of May 2nd 2014, when 42 ‘pro-Russian’ protestors were burned to death and killed in various ways by armed nationalists in Odessa, a crime for which no one has been charged. According to him, the SSU tells C14 in advance about such events – ‘it’ll be a mess, come along and help us’.

Former member of the SSU Ivan Stupak confirmed the organization’s cooperation with the SSU. In his words: « There has always been this idea – to take secret control over any public organization that has a power bloc. The SSU at certain stages involved in its operational contacts, that is, found certain common points of view with the leaders of « C14 » and sent them to solve certain operational tasks. For instance, the search for and detection of separatists, whom the SSU for some reason cannot detain due to legislature – while if you send a public organization, it can break the car or inflict bodily harm.’

Karas also said that C14 cooperates with a wide range of elected politicians in various parties – including Yuri Lutsenko, a member of Poroshenko’s ‘European Solidarity’ party and prosecutor general of Ukraine at that time (2017). During one of the most politically important moments of Poroshenko’s presidency – the official creation in 2019 of a Ukrainian Autocephalous Orthodox Church in Istanbul – Karas was photographed to the left of Yuri Lutsenko.

Now, onto Karas’s talk at the ‘Bandera Readings’. He spoke at the discussion titled “the tasks and forms of activity of the nationalist movement”. He began by discussing whether the nationalists should go into official politics or stay on the streets and in the civil sector. According to Karas, the presence of nationalists on the street during mass protests « was the form that gave it a fighting color and encouraged people to use force. »

Thanks to this, from 2006 to 2010, « we captured all public spheres purely by means of occupational activity. » This is referring to the years of President Yushchenko’s reign and the « orange » government that came to power after the proto-euromaidan events of 2004.

« Leftists hold actions in trade unions – squeeze it away from them. We did more, and faster, better » – this is how Karas describes how this « occupation » worked. He gave several more examples of how the nationalists copied the methods of leftist forces.

« There was a strike in Donbass in 2013. The leftists initiated the action. I thought: let’s overtake them. We gather an hour earlier, the leftists are standing with posters, and we were already breaking into Akhmetov’s [the richest businessman in Ukraine] office ».

Such tactics provided an influx of supporters who were constantly offered some kind of « action ». And after Maidan in 2014, the role of such groups grew so much that many of their leaders did not even need to go into politics – their influence and value were higher on the street, « because everyone is afraid of them, » Karas frankly explained.

Here is the reason why the ordinary claim that ‘neo-Nazis are politically irrelevant in Ukraine’ is so wrong – their role isn’t to win elections, its to repress and terrorize political opponents of the post-euromaidan regime. Karas also admitted in these talks that Igor Kolomoisky, one of the richest men in Ukraine, financed the nationalists to drive former president Viktor Yanukovych out of the country, who at that time was centralizing economic and political power in the country to an extent that was unacceptable for big business.

Because of this, the nationalists have been having « the best time in the last three hundred years. » « And even if half of us get killed, the other half will have fun, because they will get more happiness and success. »

Karas explains the successes of the nationalists by their « hyperactivity ». In percentage terms there were no more of them than other small groups, but their effectiveness was far higher according to him.

However, these self-serving paeans don’t quite correspond to reality, as we saw through the wide-ranging links C14 enjoys with the Ukrainian state. C14’s success isn’t just due to their organizational genius. C14 is also supported by businessmen– the C14 facebook page featured an announcement in 2018 that read ‘C14 works for you.  Help us keep afloat, and we will help you.  For regular donors, we are opening a box for wishes.  Which of your enemies would you like to make life difficult for?  We’ll try to do that’. In his older interviews, Karas was open about being financed by business, including wealthy diaspora Ukrainians. Although one of C14’s official purposes is ‘to fight corruption’ (a nice dovetailing with the post-maidan liberal discourse), what this means in practice – public attacks on businesses labelled ‘pro-Russian’ or ‘supporting separatist terrorism’ – is often hard to distinguish from another weapon in capitalist competitive struggles. Some of C14’s attacks on Roma settlements also seem to be motivated by the interests of construction companies to free up space for their projects.

Now, for some of Karas’s most juicy comments – about Euromaidan and Ukraine’s place in the world.

The head of C14 said that in fact, the goal of Euromaidan was not to move into Europe: « Maidan was a victory for nationalist forces. All that talk about European integration and EU flags – they disappeared. All this « euro » disappeared like in a comedy. »

Regarding Ukraine’s place in the ‘European community’, he stated that « in terms of geopolitics, these 38 million are not at all like 60 million Germans or 80 million French, but are much stronger, because this is a public with drive. »

« We’re having fun. Putin will attack, but we’re having fun, it’s cool. Or maybe we’ll attack him first? »

Therefore, « if nationalists come to power in Ukraine, it will become a problem not only for the EU, but also for many countries of the world. »

Further, Karas said that at the same time, the West is not trying to neutralize the nationalists as a factor, because they « perform the tasks of the West. » While Europe is weak and losing influence, « Ukrainians all piled into Europe, but they still want to attack it« .

« We were given so many weapons now, not because we are good. Not because « they want us so much. » Because we are fulfilling the tasks of the West. Because we are the only ones who are ready to fulfill them, we have fun, it’s fun to kill and it’s fun to fight« 

On this topic, I might add that it is no secret that the shipments of ‘lethal aid’ by the USA to Ukraine routinely end up in the hands of neonazi groups like the Azov battalion.

Members of the Azov batallion posing with US-supplied grenade launchers

The head of C14 also said that Ukraine is the « flagship » of an informal alliance between Britain, Poland and Turkey, because « we started a war that has not been seen for the past 60 years. »

While imagining a fantastical situation whose contemplation is adored by Ukrainian nationalists and liberals alike – “the collapse of Russia”, Karas discusses how Ukraine could hit European countries.

« Imagine how many weapons and veterans we have. And now imagine – Russia is disappearing … do you understand what kind of eyes Budapest will have, for example, if we turn around towards it? We already have the most Javelins in Europe … If we come to power, it will be both joy and problems for the whole world, for countries that are trying to prick us, » Karas prophesies. He is probably referencing Budapest due to the large Hungarian population in Western Ukraine, which nationalists often suspect of preparing for a Budapest-supported separatist war.

All in all, some slightly ‘worrying’ statements from a figure who, as we saw earlier, is far from ‘marginal’ in Ukrainian politics. C14 makes up for its numerical weakness with deep links with the Ukrainian Secret Services and neo-Nazi paramilitary organizations like ‘Municipal Guard’, which itself is financed by the Kiev city government.

Plenty of liberals like to downplay the relation between Euromaidan and neo-Nazi groups – Karas, on the other hand, proudly admits that C14 and other nationalist, rightwing groups were catapulted to political power by Euromaidan, and that the ‘revolution’ had little to do with ‘European values’ (unless one has the same interpretation of these values as Karas’s friend Bondar).

For Karas, the singular value of Ukraine on the international arena is as a sacrificial warrior against Russia. By being the most bloodthirsty and willing to die for Western goals, Ukraine gets the ‘prize’ of being filled with weapons and a strong neo-Nazi movement.

Finally, isn’t it so familiar hearing Karas’s simultaneous disdain for the West, and his joy that the West is pumping him and his friends full of weaponry to achieve their geopolitical aims? The word ‘blowback’ comes to mind.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s