Insectes comestibles, parasites, microbiome – par John Paul.

Encore un article de John Paul, qui est très éclectique dans le choix de ses sujets pour une bonne raison: ils font tous partie du même système complexe, ce qui est sa spécialité.

Je traduirai d’une traite la première et la deuxième partie – qui paraîtra demain – de son autre article « The coming chaos« . J’ai lu hier un autre article intéressant de notre ami Igor Chudov que j’ai décidé aussi de traduire – j’ai oublié de quoi il parle, c’est dire à quel point je suis moi-même éclectique. Le papier de Miles sur le canular nucléaire est également en cours de traduction, ainsi qu’un papier que je suis en train d’écrire – ça m’arrive – pour un éclairage historique sur l’ensemble du système, de son mécanisme, de son objectif et de sa prochaine phase.

Donc du pain sur la planche, malgré la pénurie de blé. Normal, j’utilise de la farine sans gluten.

Source.


Traduction

Insectes comestibles, parasites, microbiome

Je ne mangerai jamais de ces insectes.

John Paul

21 juin

La deuxième partie du billet d’hier sera publiée demain, car j’ai dû assister à une réunion avec un ami aujourd’hui. Néanmoins, je pense qu’à long terme, ce sujet est assez important.

On sait depuis un certain temps qu’il existe une campagne intensive en faveur d’un changement de régime alimentaire au niveau planétaire, visant à amener la majorité de la population mondiale à passer des protéines animales à différentes formes de protéines synthétiques. L’une d’entre elles, privilégiée par beaucoup de ceux qui soutiennent ce changement dans le cadre de différents projets, est celle à base de plantes. Si quelqu’un vous agace au sujet des protéines d’origine végétale, montrez-lui simplement ceci. Les protéines d’origine végétale n’auront jamais la même valeur nutritionnelle que les protéines animales, quel que soit la quantité d' » additifs  » ou de modifications génétiques.

[NdT. il s’agit d’une étude scientifique publiée par Nature, dont je vous livre la traduction sous l’image ci-dessous. Les résultats de l’analyse sont très intéressants mais moins que les chiffres des revenus générés par cette industrie, qui figurent à la fin de l’extrait. Demandez-vous pourquoi les vaches dans les prés sont soudain devenues une menace existentielle.]

Une comparaison métabolomique de la viande d’origine végétale et de la viande nourrie à l’herbe révèle de grandes différences nutritionnelles malgré des tableaux de valeurs nutritives comparables.

Stephan van Vliet 1, James R. Bain1 , Michael J. Muehlbauer 1 , Frederick D. Provenza2 , Scott L. Kronberg3 , Carl F. Pieper1 & Kim M. Huffman 1

Une nouvelle génération de substituts de viande d’origine végétale – formulés pour imiter le goût et la composition nutritionnelle de la viande rouge – a suscité un intérêt considérable de la part des consommateurs, des chercheurs et des médias. Cela a soulevé la question de savoir si les substituts de viande d’origine végétale représentent des substituts nutritionnels appropriés à la viande animale. L’objectif de notre étude était d’utiliser la métabolomique non ciblée pour fournir une comparaison approfondie des profils métaboliques d’un substitut de viande végétal populaire (n = 18) et du bœuf haché nourri à l’herbe (n = 18) appariés pour la taille de la portion (113 g) et la teneur en matières grasses (14 g). Malgré des similitudes apparentes basées sur les tableaux de valeur nutritive, notre analyse métabolomique a révélé que l’abondance des métabolites entre l’alternative carnée d’origine végétale et le bœuf haché d’origine végétale différait de 90 % (171 métabolites sur 190 métabolites profilés ; taux de fausse découverte ajusté p < 0,05). Plusieurs métabolites ont été trouvés exclusivement (22 métabolites) ou en plus grande quantité dans le bœuf (51 métabolites) (tous, p < 0,05). Des nutriments tels que l’acide docosahexaénoïque (ω-3), la niacinamide (vitamine B3), la glucosamine, l’hydroxyproline et les antioxydants allantoïne, ansérine, cystéamine, spermine et squalène étaient parmi ceux que l’on ne trouve que dans le bœuf. Plusieurs autres métabolites ont été trouvés exclusivement (31 métabolites) ou en plus grande quantité (67 métabolites) dans la viande alternative d’origine végétale (tous, p < 0,05). L’ascorbate (vitamine C), les phytostérols et plusieurs antioxydants phénoliques tels que la loganine, le sulfurol, l’acide syringique, le tyrosol et l’acide vanillique étaient parmi les métabolites uniquement présents dans la viande végétale. De grandes différences dans les métabolites au sein de diverses classes de nutriments (par exemple, les acides aminés, les dipeptides, les vitamines, les phénols, les tocophérols et les acides gras) ayant des rôles physiologiques, anti-inflammatoires et/ou immunomodulateurs indiquent que ces produits ne doivent pas être considérés comme réellement interchangeables sur le plan nutritionnel, mais pourraient être considérés comme complémentaires en termes de nutriments fournis. Les nouvelles informations que nous fournissons sont importantes pour permettre aux consommateurs et aux professionnels de la santé de prendre des décisions éclairées. Nos données ne permettent pas de déterminer si l’une ou l’autre des sources est plus saine à consommer.

D’ici 2050, les systèmes alimentaires mondiaux devront répondre aux besoins alimentaires de près de 10 milliards de personnes. Pour répondre à cette demande de manière saine et durable, il est avancé que les régimes alimentaires bénéficieraient d’une évolution vers la consommation de davantage d’aliments d’origine végétale et de moins de viande, en particulier dans les pays occidentaux1 . On se demande donc si les nouveaux substituts de viande d’origine végétale représentent des alternatives saines et nutritionnellement adéquates à la viande25.

La nouvelle génération d’alternatives à la viande d’origine végétale, telles que Impossible Burger et Beyond Burger, connaît un succès croissant auprès des consommateurs. Leur succès a incité d’autres entreprises alimentaires internationales – y compris des entreprises de viande traditionnelles – à investir dans leurs propres versions de produits6 . Le secteur mondial des substituts de viande d’origine végétale a connu une croissance substantielle et devrait passer de 11,6 milliards de dollars en 2019 à 30,9 milliards de dollars en 2026, avec un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 15 % (figure 1). En revanche, le secteur de la viande s’attend à un TCAC de 3,9 % pendant cette période et à atteindre une valeur de marché de 1.142,9 milliards de dollars en 20237.

L’autre, que j’ose qualifier de plus malfaisante de mon point de vue, est le tout à base d’insectes. Étant farouchement opposé aux formes synthétiques de protéines, il ne m’est jamais venu à l’esprit de vérifier ce qui suit. Cela a été porté à mon attention par Zack Vorhees, alias Perpetual Maniac, qui est devenu célèbre lorsqu’il a décidé de dénoncer l’ingérence de Google dans de nombreux aspects de la société.

[NdT. traduction sous l’image]

Source

Une évaluation parasitologique des insectes comestibles et de leur rôle dans la transmission des maladies parasitaires aux humains et aux animaux

Remigiusz Gałęcki 1 Rajmund Sokół 2
1 Département de prévention vétérinaire et d’hygiène alimentaire, Faculté de médecine vétérinaire, Université de Warmia et Mazury, Olsztyn, Pologne. 2 Département de parasitologie et des maladies invasives, Faculté de médecine vétérinaire, Université de Warmia et Mazury, Olsztyn, Pologne

Résumé

Depuis le 1er janvier 2018 est entré en vigueur le règlement (UE) 2015/2238 du Parlement Européen et du Conseil du 25 novembre 2015, introduisant le concept de  » nouveaux aliments « , y compris les insectes et leurs parties. L’une des espèces d’insectes les plus utilisées sont: les vers de farine (Tenebrio molitor), les grillons domestiques (Acheta domesticus), les blattes (Blattodea) et les criquets migrateurs (Locusta migrans). Dans ce contexte, la question insondable est le rôle des L’objectif de cette étude était d’identifier et d’évaluer les formes de développement des parasites colonisant les insectes comestibles dans les élevages domestiques et les animaleries en Europe centrale et de déterminer le risque potentiel d’infections parasitaires pour les humains et les animaux. Le matériel expérimental comprenait des échantillons d’insectes vivants (imagines) provenant de 300 fermes domestiques et animaleries, dont 75 fermes de vers de farine, 75 fermes de grillons domestiques, 75 fermes de cafards siffleurs de Madagascar et 75 fermes de criquets migrateurs. Des parasites ont été détectés dans 244 (81,33%) des 300 (100%) élevages d’insectes examinés. Dans 206 (68,67 %) des cas, les parasites identifiés étaient pathogènes pour les insectes uniquement; dans 106 (35,33 %) des cas, les parasites étaient potentiellement parasitaires pour les animaux; et dans 91 (30,33 %) des cas, les parasites étaient potentiellement pathogènes pour les humains. Les insectes comestibles constituent un réservoir sous-estimé de parasites humains et animaux. Notre recherche indique le rôle important de ces insectes dans l’épidémiologie des parasites pathogènes pour les vertébrés. Les examens parasitologiques menés suggèrent que les insectes comestibles pourraient être le vecteur de parasites le plus important pour les animaux insectivores domestiques. D’après nos études, les recherches futures devraient se concentrer sur la nécessité d’une surveillance constante des élevages d’insectes étudiés pour détecter les agents pathogènes, augmentant ainsi la sécurité de l’alimentation humaine et animale.

Des parasites ont été détectés dans 81% de l’échantillon, dont au moins 30% sont connus pour être potentiellement dangereux pour l’homme. L’article comporte une section entière sur chaque type de parasite présentant un risque pour l’homme. Un grand nombre d’entre eux affectent généralement les poumons et l’intestin. Heureusement que nous n’avons pas connu de pandémie d’un virus respiratoire connu pour attaquer à la fois l’intestin et les poumons.

[NdT. traduction sous l’image]

Source

Insectes comestibles et Toxoplasma gondii: Faut-il s’en inquiéter?

MAURIZIO PERCIPALLE; ANTONIO SALVAGGIO; GIOVANNI M. PITARI; RENATO P. GIUNTA; ALESSANDRA APARO; TIZIANA ALFONZETTI; ANNA MARIA FAUSTA MARINO

J Food Prot (2021) 84 (3) : 437-441.

https://doi.org/10.4315/JFP-20-239

RÉSUMÉ

Les nouveaux aliments, tels que les insectes comestibles et les produits alimentaires à base d’insectes, pourraient jouer un rôle important dans l’alimentation humaine et animale à l’avenir. L’identification des dangers associés à la consommation d’insectes est fondamentale pour garantir la sécurité des consommateurs et des directives réglementaires adéquates pour les opérateurs du secteur alimentaire. Bien que des études antérieures se soient concentrées sur la contamination microbiologique des insectes comestibles frais ou transformés, peu d’informations sont disponibles sur l’occurrence de parasites d’origine alimentaire, tels que Toxoplasma gondii, dont les cycles de vie en font des candidats pour la contamination potentielle des substrats d’élevage d’insectes. Nous avons donc étudié la présence de T. gondii contaminant dans les insectes comestibles d’élevage afin d’écarter ce risque supplémentaire pour les consommateurs. Quatre espèces d’insectes les plus couramment utilisées comme aliments pour la consommation humaine ont été analysées : le ver de farine, le criquet migrateur africain, le grillon domestique et le ver à soie. Les échantillons comprenaient des spécimens vivants mais aussi des insectes comestibles peu transformés (déshydratés) et hautement transformés. Des traces d’ADN de T. gondii ont été détectées dans des échantillons de vers de farine déshydratés. Ces résultats soulignent la nécessité de mettre en œuvre de bonnes pratiques d’élevage et de transformation, en accordant une attention particulière à la sécurité du stockage et de la manipulation des aliments et des substrats utilisés pour les insectes comestibles, afin de réduire le risque que T. gondii entre dans la chaîne alimentaire humaine.

FAITS MARQUANTS

– L’ADN de Toxoplasma gondii a été détecté dans 1 (6,25%) des 16 échantillons d’insectes comestibles.

– Un ver de farine déshydraté a été trouvé contaminé par l’ADN du parasite.

En fait, après que cette question ait été portée à mon attention, il a suffi de passer 30 minutes dans n’importe quel moteur de recherche universitaire pour obtenir une douzaine de résultats remontant à près de 10 ans au sujet des préoccupations concernant la sécurité des insectes comestibles. On va de plus en plus forcer les gens à abandonner leur régime alimentaire normal au profit d’un régime synthétique.

Et compte tenu de ce qui s’est passé ces deux dernières années et à quel point les gouvernements se sont inquiétés des vaccins expérimentaux, pensez-vous vraiment qu’ils s’opposeront à cela ou se préoccuperont le moins du monde de questions de sécurité?

Les parasites ont un effet très distinct et puissant sur l’intestin et le microbiome.

Ces observations suggèrent que les parasites peuvent servir de moteur d’écosystème pour les microbes intestinaux en modifiant le paysage physique dans lequel ils résident. En outre, les données actuelles suggèrent que le type d’effets observés peut différer largement entre les helminthes et les protozoaires parasites. Alors que les helminthes peuvent favoriser la fonction barrière et limiter la translocation bactérienne, les protozoaires parasites virulents peuvent souvent avoir l’effet inverse, en dégradant la fonction barrière et en permettant une interaction plus étroite entre les bactéries et l’épithélium. Ce contraste est illustré par la série d’interactions entre le microbiote et deux types de parasites – les nématodes Trichuris spp. et le parasite protozoaire T. gondii – dont on sait ou pense qu’elles impliquent des modifications de la fonction de barrière épithéliale.

Compte tenu de tout ce que nous savons jusqu’à présent sur le SARS-CoV-2, dites-moi si manger des insectes parasités est une bonne idée? [NdT. comme l’a très bien expliqué John Paul et des centaines d’autres auteurs, le SARS-CoV-2 endommage la fonction épithéliale] Personne ne s’en soucie, et de toute façon, ils nous mettront la pression.

Un très grand merci à tous ceux qui me soutiennent ici et à ceux qui utilisent KoFi =) !


Texte original

Edible insects, parasites, microbiome

I will never eat the bugs.

John Paul

Jun 21

Part II of yesterday’s post is coming tomorrow, had to attend a meeting today with a friend. Nonetheless, I think long-term this is fairly important.

It has been known for quite a while there is a massive push for planetary dietary change, steering the majority of the world’s population from animal protein to different forms of synthetic protein. One favored by many of the ones pushing this change under different agendas is plant-based. If anyone ever annoys you about plant-based protein, just show them this. Plant-based will never have the same nutritional value as animal protein, regardless of how much they “add” or gene edit it.

The other, dare I say more nefarious from my perspective, is bug-based everything. Being vehemently against synthetic forms of protein it never crossed my mind to check for the following. This was brought to my attention my Zack Vorhees, aka Perpetual Maniac, came to fame when he decided to whistleblow Google meddling with many aspects of society.

Parasites were detected in 81% of the sample, and at least 30% are known to be potentially harmful to humans. There is a whole section on each type of parasite that could be harmful to humans in the paper. Quite a few of these usually affect the lungs and the gut. Thankfully we haven’t been through a pandemic with a respiratory virus known to attack both the gut and lungs.

Source

In fact, after this was brought to my attention, merely spending 30 minutes in any academic search engine will get you dozen or so results going back almost 10 years on the concern about the safety of edible insects. There will be an ever-growing push to force people out of normal diets and into synthetic ones.

And given the last two years and how concerned governments were with experimental vaccines, do you really think they will oppose this or have any safety concerns at all ?

Parasites have a very distinct and powerful effect on the gut, and the microbiome.

Together, these observations suggest that parasites can serve as ecosystem engineers for gut microbes by altering the physical landscape in which they reside. Moreover, current evidence suggests that the type of effects observed may broadly differ between parasitic helminths and protozoa. While helminths can promote barrier function and limit bacterial translocation, virulent parasitic protozoa may often have the opposite effect, degrading barrier function and allowing closer interaction between bacteria and the epithelium. This contrast is illustrated by the suite of interactions between the microbiota and two types of parasites—Trichuris spp. nematodes and the protozoan parasite T. gondii—many of which are known or thought to involve changes to epithelial barrier function


Given everything we know so far about SARS-CoV-2, you tell me if eating parasite-ridden bugs is a great idea ? Not that anyone care, they will push it hard anyway.

A very big thank you to all supporters here and those who use KoFi =) !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s