Les bébés manquants de l’Europe – par Mary Beth Pfeiffer.

Comme je le lisais récemment dans un commentaire: « ils n’ont plus besoin de l’avortement maintenant qu’ils ont les vaccins. »

Note: humour intraduisible, le « mot en F » dans le langage populaire n’est évidemment pas « fertilité » mais « fuck« . Je suppose que je n’ai pas besoin de traduire.

Source.


Les bébés manquants de l’Europe

Neuf mois après la vaccination de masse, 110 000 bébés de moins sont nés. Aux États-Unis, les données sur les naissances sont maigres, et rares sont ceux qui mentionnent le mot en F: Fertilité

Mary Beth Pfeiffer

29 novembre

Cet article fait partie d’une collaboration de publication entre RESCUE et TrialSite News.

En Suisse, les naissances ont fortement diminué après les campagnes de vaccination contre le covid. Les taux de vaccination mensuels sont indiqués en haut, les naissances en bas. La ligne rouge au centre est étiquetée en allemand « 9 Monate », ou 9 mois, indiquant l’intervalle entre les tendances. Un schéma presque identique dans d’autres pays est illustré ci-dessous. (Source: Poursuite contre Swissmedic, 14 novembre 2022).

Il est de plus en plus évident en Europe que beaucoup moins de bébés naissent à la suite des campagnes de vaccination contre le Covid-19, et que cela est circonstanciellement lié à ces campagnes. Ce phénomène généralisé inquiète les médecins, les analystes de données et d’autres personnes qui affirment qu’un changement monumental est en train d’être ignoré.

« Depuis janvier 2022, le nombre de naissances vivantes a chuté comme jamais auparavant en Suisse et dans le canton de Berne », peut-on lire dans un rapport urgent des législateurs cantonaux. Une autre étude suisse a fait état d’une baisse de 10% des naissances au cours du premier semestre de 2022 par rapport à la moyenne des trois années précédentes. À l’aide d’une modélisation statistique, elle a trouvé « une corrélation temporelle frappante entre le pic de la première vaccination et le déclin des naissances en Suisse ».

Alors que la célèbre nation alpine neutre est désormais l’épicentre d’une bataille contre l’infertilité liée à la vaccination, plusieurs autres rapports suggèrent que ce problème concerne l’ensemble du continent et devrait faire l’objet d’une couverture médiatique mondiale. Parce que ces rapports clés émergents ne sont pas rédigés en anglais, ils sont pratiquement inconnus aux États-Unis.

Dans ce qui est peut-être la plus grande étude sur cette inquiétante tendance, trois analystes basés en Allemagne ont étudié les données de dix-neuf pays d’Europe. Ils ont constaté une baisse de 7% des naissances, ce qui se traduit par 110 059 naissances de moins au premier semestre 2022 que la moyenne des périodes similaires de 2019 à 2021. (Les données n’ont pas été analysées pour le Royaume-Uni et l’Italie).

Les mots utilisés pour décrire ces tendances permettent d’en saisir la gravité: sans précédent, gigantesque, remarquable.

Cette vague émergente de recherche européenne – dont la plupart ont eu lieu au cours des quatre derniers mois – est réalisée en dehors des canaux traditionnels et par des chercheurs indépendants: ici, un médecin, un professeur d’université et un législateur ; là, un éducateur de lycée, un pharmacien et un statisticien. Ainsi, un réseau de personnes issues de la base mais compétentes en matière de statistiques comble le vide laissé par les agences gouvernementales et réglementaires qui rejettent la possibilité d’une nocivité des vaccins dans tous les cas, sauf quelques cas isolés.

Rédigée en allemand et traduite également en français [NdT. vous pouvez au moins y consulter les données de votre pays], l’étude européenne fait état d’une baisse des naissances de plus de 10% dans cinq pays. Dans dix autres pays, les naissances ont diminué de 4% à 9,4%. La baisse la plus importante, 18,8%, a été enregistrée en Roumanie.

« Ce signal très alarmant ne peut pas être expliqué par les infections Covid-19 », conclut le rapport du 25 août 2022 qui, comme dans les rapports suisses, voit des parallèles entre les grandes campagnes de vaccination et, neuf mois plus tard, le début de ce qu’un rapport appelle un « baby gap ».

« La corrélation avec la campagne de vaccination et la situation à l’époque suggère que la vaccination a eu des influences physiologiques sur la fertilité des femmes ou des hommes », indique le rapport sur l’Europe, pointant du doigt des preuves d’irrégularités menstruelles et de baisse du nombre de spermatozoïdes après la vaccination.

Cependant, jusqu’à présent, les études suisses et européennes, ainsi que les articles sur l’augmentation de la mortinatalité en Allemagne et la baisse des naissances en Allemagne et en Suède, n’ont pas suscité un grand intérêt au sein des structures réglementaires européennes.

Swissmedic, qui est la version suisse de la Food and Drug Administration américaine, a rejeté tout « lien de causalité » entre les vaccins Covid et la diminution du nombre de bébés.

Ce graphique montre l’évolution des naissances en Suisse. Le déclin des naissances en 2022 n’a été éclipsé qu’une seule fois, lors de la mobilisation pour la Première Guerre mondiale. (Source: Dr. Konstantin Beck)

Les 6 000 manquants

Le 14 novembre, un avocat zurichois a annoncé le lancement d’une action en justice [NdT. en français] contre trois responsables de Swissmedic et cinq du groupe Insel, qui gère un grand centre hospitalier à Berne. La plainte de 300 pages allègue que Swissmedic a violé le code pénal de la nation en approuvant des vaccins inefficaces et mal testés, puis en ignorant des milliers de cas suisses d’invalidité et de décès liés à ces vaccins. Le groupe Insel fait partie, selon la plainte, du « cercle des contrevenants ».

Parmi les nombreux préjudices présumés énumérés dans la plainte, y compris les invalidités et les décès, on trouve ceci: « Effondrement des taux de natalité: plus de 6 000 bébés manquants en 2022 ».

Le Dr Konstantin Beck, économiste en assurances et statisticien de l’Université de Lucerne, a cosigné le principal rapport suisse qui a constaté une baisse « historique » des naissances. La dernière baisse comparable des naissances, de 13 %, m’a-t-il dit, remonte à la mobilisation de l’armée suisse en 1914, au début de la Première Guerre mondiale.

Lors d’un appel Zoom, Beck et son co-auteur, Pietro Vernazza, médecin spécialiste des maladies infectieuses, ont discuté de la « baisse historiquement sans précédent des taux de natalité » qu’ils ont constatée. Comme d’autres chercheurs, ils analysent les données au fur et à mesure qu’elles sont disponibles et mettent à jour leurs conclusions ; ils sont parfaitement conscients de la nécessité de partager rapidement ces tendances dans un monde où les adultes en âge de procréer sont encore poussés à se faire vacciner.

Pour l’instant, Vernazza m’a dit qu’il n’était « pas convaincu » que les vaccins fassent effectivement baisser le nombre de naissances. Mais il doute également des premières assurances officielles, par exemple, que les particules vaccinales ne se déplacent pas dans le corps ; des preuves ont depuis montré qu’elles s’accumulent dans les organes reproducteurs.

 » Dans cette situation, en tant que médecin qui veut décider, ou aider à décider, de la prise d’un booster ou d’un vaccin « , a-t-il déclaré lors de notre appel,  » j’ai de moins en moins confiance dans le fait que ce vaccin ne peut pas causer de problèmes de fertilité. « 

Prévenir les parents potentiels? Absolument pas

Le rapport de trente-neuf pages de Beck et Vernazza, daté du 22 septembre 2022, demande à Swissmedic d’avertir les parents potentiels des éventuels risques de fertilité du vaccin. Au-delà de la baisse documentée des naissances post-vaccinales, ils affirment qu’un trouble de la fertilité causé par la vaccination est « plausible » sur la base des résultats publiés.

« Les données pharmacocinétiques expérimentales de Pfizer montrent une augmentation continue du niveau tissulaire des particules lipidiques d’ARNm dans les ovaires et les testicules des animaux de laboratoire jusqu’à 48 heures après l’injection », écrivent-ils. Les données manquent quant à la durée de ces concentrations, notent-ils.

En outre, et c’est également un élément clé de la fertilité, ils ont cité une étude sur des donneurs de sperme qui a révélé une baisse de 22 % du nombre de spermatozoïdes mobiles trois à quatre mois après la vaccination. Cette baisse était encore de 19 % après cinq mois.

Les chercheurs reconnaissent que ces études, peu nombreuses et incomplètes, « ne sont pas suffisantes pour documenter un mécanisme d’émergence de cette baisse des naissances ».

Elles sont toutefois suffisantes pour suggérer que la vaccination des personnes qui veulent des enfants pourrait être reconsidérée. Compte tenu du faible risque de covid-19 dans cette population, de l’immunité naturelle dont jouissent la plupart des gens et de « l’ampleur inconnue des troubles de la fertilité, nous serions favorables à une recommandation immédiate à la population : les personnes qui veulent encore avoir des enfants devraient être conscientes de la possibilité d’un trouble de la fertilité… et s’abstenir de toute nouvelle vaccination jusqu’à ce que ce lien de causalité encore non élucidé ait été clarifié. »

Swissmedic n’était pas d’accord. Huit jours après la publication du rapport de naissance suisse, l’agence a catégoriquement rejeté ses conclusions dans une lettre adressée à Beck et Vernazza.

« Après avoir examiné attentivement le rapport, Swissmedic arrive à la conclusion que les données présentées et l’analyse ne peuvent pas prouver statistiquement un lien de causalité », peut-on lire.

Pays après pays, l’intervalle de neuf mois qui suit les campagnes de vaccination contre le covid (représenté mensuellement en haut) est suivi d’une baisse des naissances (en bas). L’intervalle est représenté par la ligne rouge entre les graphiques du haut et du bas. Les graphiques, en français, montrent, dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir du haut et de la gauche, la Finlande, le Danemark, les Pays-Bas et l’Allemagne. (Source: « Déclin du taux de natalité en Europe », août 2022).

Neuf mois plus tard

Comme en Suisse, l’étude sur l’Europe, intitulée « Baisse de la natalité en Europe », a lié la baisse du nombre de naissances au déploiement des vaccins. « Un effet des vaccinations Covid 19 est évident au vu de la baisse globale des taux de natalité 9 mois après le début de la campagne de vaccination dans la tranche d’âge 18-49 ans », indique le rapport. « Ce phénomène est évident dans presque tous les pays ».

Raimund Hagemann, professeur de chimie à la retraite en Allemagne, a travaillé avec deux chercheurs partageant les mêmes idées pour assembler le rapport, qui fait partie des preuves dans le procès suisse. L’étude comprend quatre-vingt-neuf pages de compilations statistiques illustrées par des graphiques et annotées de références scientifiques.

Le groupe de Hagemann a indiqué que son analyse a donné une véritable garantie statistique d’exactitude sous la forme de valeurs p de 0,005 ou moins. En d’autres termes, il y avait moins de 1 chance sur 200 que le lien entre la hausse des niveaux de vaccination et la baisse des naissances soit erroné. Cela vaut pour l’analyse de l’Europe dans son ensemble et, individuellement, pour les pays suivants : Finlande, Suisse, Pays-Bas, Lettonie, Autriche, Allemagne et Lituanie.

M. Hagemann m’a dit qu’il avait obtenu des données sur les naissances à partir du système de déclaration statistique de chaque pays, qui était disponible jusqu’en 2022 pour toutes les nations sauf une poignée. Aux États-Unis, en revanche, il est inexplicablement difficile d’obtenir de telles données, même si des rapports anecdotiques font état de problèmes liés à la grossesse (dont je parlerai dans mon prochain article). Les Centers for Disease Control ne publient des données sur les naissances que jusqu’en 2020, tout comme mon État natal de New York. J’ai demandé par courriel au service de presse du CDC si des données plus récentes étaient disponibles, mais je n’ai reçu aucune réponse.

M. Hagemann partage la frustration de traiter avec des gouvernements qui n’ont aucun intérêt à critiquer les programmes de vaccination dont ils ont sans cesse vanté la sécurité, l’efficacité et, même, l’honorabilité. Pensez à ce qui pourrait être fait s’ils prenaient ces signaux au sérieux.

« Si des efforts sérieux étaient faits pour clarifier la situation », indique son rapport, « une coopération étroite entre les cliniques et les médecins spécialistes pourrait fournir des informations précieuses pour la réévaluation nécessaire et urgente de l’évaluation des risques et des avantages. » Or, cela « n’est manifestement pas souhaité sous la grande influence de la politique et de l’industrie pharmaceutique. »

En effet, le rejet par Swissmedic de tout lien entre l’effondrement des naissances et les vaccins était, de son propre aveu, étroitement lié au mouvement vaccinal international, et non à ce qui se passe dans son arrière-cour :

« Les résultats de la coopération internationale de Swissmedic avec d’autres autorités compétentes en matière de médicaments ont montré que dans aucun des pays étudiés, un signal concernant les vaccinations Covid-19 et une baisse de la natalité n’est vu ou évalué. »

Malgré la chute des naissances, l’Office Fédéral de la Santé Publique encourage toujours la vaccination contre le covid pendant la grossesse. (OFSP)

Premiers signes de problèmes

Des études jumelles menées en Allemagne, sur lesquelles j’ai déjà écrit, ont fourni un avertissement précoce des problèmes observés dans les maternités d’Europe. Leurs conclusions rejoignent celles des études plus récentes.

La première, publiée en ligne le 18 août, a établi un lien entre les campagnes de vaccination contre le covid et une autre tendance inquiétante, à savoir l’augmentation du nombre de décès inexpliqués non liés au covid. À l’instar de ce que d’autres chercheurs ont découvert depuis, l’étude a établi un lien étroit avec les injections d’ARNm – quatre vagues de décès en corrélation avec « la forte augmentation du nombre de vaccinations ».

Tout aussi inquiétante, l’étude, réalisée par un actuaire-mathématicien et un psychologue, a constaté une augmentation « soudaine et soutenue » des bébés mort-nés. « Au cours de l’année 2021, à partir du mois d’avril, on observe une surmortalité [mortinatalité] frappante », écrivent-ils.

Une deuxième étude, publiée début septembre par l’Institut Fédéral de Recherche sur la Population (allemand) et l’Université de Stockholm, intitulée  » Baisse de la fertilité vers la fin de la pandémie de COVID-19 : Preuves de la baisse des naissances en 2022 en Allemagne et en Suède « , fait état d’une baisse des naissances en Allemagne et en Suède de 14 et 10 % au début de 2022. L’étude a révélé une « forte association entre le début des programmes de vaccination et le déclin de la fertilité neuf mois après ce début ».

De manière significative, l’étude n’a trouvé aucune association statistique avec trois autres facteurs possibles: les infections covid, les décès covid et le chômage.

Malgré ces signaux d’alarme, l’Office Fédéral de la Santé Publique encourage toujours les femmes à se faire vacciner dans des publicités en français, allemand et anglais. Sur une photo de trois bras de femmes avec des pansements en forme de cœur, on peut lire: « OBTENEZ UNE MEILLEURE PROTECTION PENDANT LA GROSSESSE AVEC LE BOOSTER ». M. Beck a précisé que ces publicités paraissent dans les gares et les journaux.


Un article invité par
Mary Beth Pfeiffer
Je suis une journaliste d’investigation qui est scandalisée par l’échec abject du gouvernement à stopper le COVID-19 en le traitant à un stade précoce. La censure et la cupidité ont alimenté cette pandémie. Mes articles : https://www.thefirstepidemic.com/new-index

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s