Pourquoi je ne crois pas à l’annonce concernant la fusion – par Miles Mathis.

Note: je publie de façon assez sporadique et désordonnée depuis plus de trois semaines, ce qui continuera jusqu’à ce que j’ai rattrapé mon retard. C’est à cause d’une « grippe » tenace (un mois!) dont je commence à peine à sortir. Mon épouse a fini par retracer l’origine de la contamination à une famille d’injectés qui fait Covid sur Covid, duquel ils sont porteurs à vie (j’y reviens dans un article prochain), et dont le système immunitaire foireux en fait des réservoirs et des bouillons de culture pour d’autres virus tels que celui-ci, les rendant manifestement plus virulents.

Il y a aujourd’hui plus de cinq milliards de ces armes biologiques ambulantes en circulation et une volonté évidente de les utiliser pour détruire la santé de l’autre moitié de l’humanité. J’envisage sérieusement de m’imposer une quarantaine définitive de ces Typhoid Mary d’un nouveau genre, en attendant leur lente mais inéluctable disparition du pool génétique humain. La question est maintenant de savoir si quelqu’un a une meilleure solution à proposer.


Premier réflexe – appelons ça de l’instinct – en entendant cette annonce il y a un mois: encore une arnaque. Comme on pouvait s’en douter, Miles a aussitôt publié un article assez complet où il démonte l’entourloupe scientifique. Il rappelle aussi une des fonctions classiques de ce genre de fable, la ponction de l’argent public. Il en omet d’autres, comme la vieille obsession mystique de l’élite pour le soleil, inspiration derrière leur autre imposture équivalente, la bombe nucléaire. Pour certains de leurs tout premiers fakes, nos amis américains ne se donnaient même pas la peine de faire exploser quoi que ce soit et filmaient… le lever du soleil. On annonce d’ailleurs ici (voir la vidéo ci-dessous) que la fusion contribuera à la force de dissuasion américaine. Quoi?!! Même selon la fable officielle, la fusion est censée être un moyen de production d’électricité en milieu hautement contrôlé et on tente déjà de nous le vendre comme une arme? Tout ça s’adresse à une masse bien dressée à croire n’importe quoi dès qu’il s’agit de la grandeur de leur pays.

Il y a aussi à voir dans ce nouveau gigantesque mensonge un pas de plus vers le point de non-retour qui se profile à grande vitesse: on nous parle maintenant, tout comme pour le passage à l’hydrogène « vert » – qui ne verra non plus jamais le jour – d’une échéance de dix ans avant le développement commercial des centrales à fusion. Ce sont les dix ans nécessaires à la réduction drastique de la production d’énergie par 1) la destruction accélérée du réseau pétrole (j’y reviens juste après), 2) le démantèlement définitif des centrales nucléaires classiques, 3) l’abandon du projet de super centrales européennes (prenez le temps de regarder cette interview de Fabien Bouglé à partir de 25:45), 4) la mise en place de solutions énergétiques « renouvelables », qui garantiront l’instabilité permanente du réseau. Pour un point de la situation vous pouvez relire ceci. Mais que le système soit durable ou non (il ne l’est pas) n’est même pas la question. La question est que le projet a changé, et que les investisseurs ont déjà placé leurs billes dans le suivant, en se faisant un paquet de pognon à détruire celui-ci. N’en doutez pas, après le Covid, l’énergie et son (dé)financement sont les armes de destruction massive choisies pour la mise à mort du système et des peuples.

Addendum 19 janvier: mauvaise source (verbale), mauvaises infos! Le prix de l’électricité a en fait diminué en janvier (ici et ici). L’augmentation (de 300 à 400%) doit être en réalité calculée depuis son début, c’est-à-dire la « guerre en Ukraine ». Et question nucléaire, on en a bien fermé une le 1er janvier mais la fermeture de deux autres centrales est repoussée de dix ans (ici). Je cesse définitivement de me fier à cette source. Sorry. Le reste est juste.

Je ne sais pas comment ça se présente chez vous mais 2023 commence fort ici en Belgique. Le prix de l’électricité est multiplié par dix à partir de ce mois de janvier, y compris pour la consommation domestique. Les contrats à prix fixe sont évidemment tous automatiquement résiliés. Les petits commerces encore ouverts sont vides. Malgré que (ou parce que) ils n’ont rien vendu pour les fêtes, il n’y aura même pas de période de soldes. La grande distribution, qui s’est déjà réorganisée en mode hangar avec personnel minimum, ne verra vraisemblablement pas la fin de l’année. Je rappelle encore une fois qu’il est assez difficile de se procurer de la nourriture dans des magasins fermés. Excepté ceux qui auront eu la prévoyance/l’occasion d’investir dans leur propre infrastructure d’énergie, les autres tentent de mettre de côté pour faire face à leur facture délirante, qui dépasse dans certains cas leurs revenus mensuels. Le point positif est que ça incitera tout ce petit monde à moins gaspiller.

Pour conclure sur un ton plus léger, les conférences de presse autour des diverses autres arnaques offraient déjà un spectacle assez lamentable – voir celle de l’équipe de Curiosity. Celle-ci réunit une troupe de bras cassés d’un autre niveau, dont on peut légitimement douter qu’ils attachent eux-mêmes leurs lacets de chaussures. Un peu comme la faune du FEM à la manoeuvre aux USA, en France et ailleurs – celle qui a pénétré dans les cabinets – soit c’est tout ce qu’ils ont trouvé, soit c’est de l’humour. Détail croustillant à ne pas manquer à 6:43, le drapeau américain s’écroule derrière le gugusse qui sort: « Hopefully that’s not representative. » [J’espère que ce n’est pas annonciateur]

Ok, c’est donc bien de l’humour.

Source.


Traduction

Pourquoi je ne crois pas à l’annonce concernant la fusion

par Miles Mathis

Première publication le 22 décembre 2022

La première raison pour laquelle je n’y crois pas, c’est que je ne crois actuellement à aucune affirmation officielle, dans le domaine scientifique ou autre. Nous vivons une époque de totale et complète corruption, et certains sont prêts à raconter n’importe quoi pour obtenir des fonds. Je vous ai présenté des centaines d’exemples récents de fraudes extravagantes, il faudrait donc être fou pour croire ce qu’on nous dit. L’annonce du gouvernement a été faite par la Secrétaire à l’Énergie Jennifer Granholm, une menteuse notoire. Je ne lui ferais pas confiance pour me donner l’heure exacte.

C’est une goule de premier ordre, avec un visage couvert d’énormes verrues, qu’elle a fait effacer sur cette photo. Juste pour info.

La deuxième raison pour laquelle je n’y crois pas, c’est le timing. Ils ont désespérément besoin de gros titres positifs en ce moment, pour contrebalancer tous les négatifs. La science officielle est en chute libre à cause de cette même corruption et de décennies de mensonges colossaux et de vols du Trésor public. L’aube de 2023 marque la fin d’une longue série d’implosions très apparentes, notamment la fraude Apollo, la fraude de la navette spatiale, la fraude des atterrissages sur Mars, les fraudes de SpaceX, la fraude de Blue Origin, la fraude de Higgs, la fraude de BICEP, la fraude de LIGO et, actuellement, la fraude du cycle solaire, dans laquelle l’Air Force falsifie les données de base du Soleil. Et ce ne sont là que neuf exemples sur des milliers.

La troisième raison pour laquelle je n’y crois pas est que tout ça émane de Lawrence Livermore et du Ministère de l’Énergie, en conjonction avec le Ministère de la Défense. Tous trois sont connus pour être de vastes gouffres à pognon, qui siphonnent des trillions de recettes fiscales pour des projets fantômes. Du néant. Des millions ont été dépensés pour cette recherche sur la fusion et ce financement va désormais exploser dans les années à venir. Comme le programme spatial, le programme nucléaire n’est que de l’argent jeté par les fenêtres. C’est une vaste conjuration, une conspiration criminelle de premier ordre.

La quatrième raison pour laquelle je n’y crois pas est que cela ne fait que dix mois que le JET (Joint European Torus – le plus grand réacteur de fusion du monde) a annoncé une grande avancée dans la fusion, en produisant un processus de cinq secondes et 59MJ. Ils ont créé une température de 150 millions de °C, soit exactement la moitié de la température que les Américains revendiquent maintenant. Alors comment avons-nous pu surclasser le « plus grand réacteur de fusion du monde » en seulement 10 mois? Plus important encore, le JET a admis en février dernier être loin de la surunité, en injectant environ trois fois plus d’énergie qu’il n’en a retiré. Mais l’élément important de cette annonce était la promotion d’ITER, le gigantesque réacteur de fusion français pour lequel ils ont dépensé des milliards et qui, affirme-t-on, produira 10 surunités. C’est le but de tout cela, voyez-vous: encore des projets de pillage du Trésor public, avec des milliards de dollars de vos impôts alloués à ces faux projets où on tire au laser et où on déclare n’importe quoi.

La cinquième raison pour laquelle je n’y crois pas est qu’il est très difficile d’obtenir la moindre information sur le processus employé ici. Toutes les annonces ne sont que du brassage de vent, et je n’ai pas pu trouver de lien vers un seul article. Dans les quelques « explications scientifiques » présentées, tout ce que j’ai pu trouver, c’est qu’ils opéraient une fusion vers de l’hélium5, ce qui est très improbable. Il vous suffit d’aller sur Wikipedia, où vous trouverez qu’ils ont créé de grands isotopes d’hélium depuis longtemps sans jamais aucune revendication d’énergie positive dans leur désintégration. Et, fait révélateur, ils n’ont pas créé d’hélium5. Les héliums 6 et 8 sont les plus courants, et ils ne sont pas vraiment fusionnés, car ils sont constitués d’un halo. Un halo signifie que les baryons supplémentaires ne sont pas pris en sandwich dans le noyau, mais orbitent autour de lui.

La sixième raison pour laquelle je n’y crois pas est qu’il n’y a pratiquement aucun moyen de vérifier cette découverte, puisqu’ils affirment avoir créé une température de 300 millions de degrés Celsius avec des lasers. Très peu d’endroits autres que Lawrence Livermore peuvent créer ces conditions, et tous ces endroits appartiennent également au gouvernement. Il n’y a donc aucun moyen de confirmer cette découverte de manière indépendante. Un autre problème est que, bien qu’ils affirment que la température a recréé les conditions d’une étoile, les étoiles ne sont en réalité pas aussi chaudes. Le centre du Soleil est estimé à 15 millions de degrés, par exemple, et jusqu’à récemment, tous les sites scientifiques admettaient que nous ne pouvions pas créer cette température. Mais nous pouvons tout à coup créer une température 20 fois plus élevée?

La septième raison pour laquelle je n’y crois pas est un petit calcul mathématique. Le gain net d’énergie était à peu près suffisant pour faire bouillir 8 litres d’eau, alors que la source d’énergie était constituée de 192 lasers à haute énergie concentrés sur un « grain de poivre », créant 300 millions de degrés C. Combien de litres d’eau pourrait-on faire bouillir avec toute cette énergie? Je ne sais pas, mais de l’ordre d’un million, je suppose. Donc la production fractionnée était si faible qu’elle serait en dessous des marges d’erreur de mesure. En d’autres termes, tout ceci pourrait n’être que résiduel. Du bruit.

La huitième raison pour laquelle je n’y crois pas est qu’on ne s’attendrait pas à tomber sur une méthode que la Nature n’utilise pas. La Nature étant censée être très efficace, on s’attendrait à ce que nos laboratoires imitent la méthode de la Nature, non à ce qu’ils visent une méthode exotique nécessitant davantage d’apport d’énergie. Les étoiles n’opèrent pas de fusion pas en commençant par du deutérium et du tritium, bien qu’elles en disposent. Pourquoi pas, si elles peuvent plus facilement parvenir à la fusion de cette manière? On me dira que c’est parce que ça nécessite des températures plus élevées que celles que les étoiles peuvent atteindre, mais cela a-t-il un sens? Cela impliquerait que nous sommes plus puissants et inventifs que les étoiles, n’est-ce pas, il faut vraiment avoir envie d’y croire. Non, si nous pouvons gérer 300 millions de degrés, nous pouvons en gérer 15 millions, alors pourquoi ne pas opérer de fusion comme le fait le Soleil? On me dira que dans le cas du Soleil la pression joue un rôle, mais la densité du Soleil est bien moindre qu’ici. Le Soleil est un plasma, rappelez-vous, une sorte de gaz chaud ou de semi-liquide. Alors comment créerait-il une telle pression supplémentaire? Même en supposant que le noyau solaire soit plus dense, il ne serait pas des millions de fois plus dense. Nous sommes en fait capables de créer des pressions bien supérieures à celles que le noyau solaire est censé avoir, alors pourquoi ne pas le faire? Non, rien de tout ça n’a le moindre sens, comme d’habitude.

La neuvième raison pour laquelle je n’y crois pas est que je ne crois pas que la fusion soit au départ un événement sur-unitaire. Ce qui voudrait dire qu’il est impossible pour nous de fusionner, par définition. La fission est sur-unitaire puisque l’énergie est stockée dans le noyau. Lorsque les étoiles créent des noyaux, elles créent des flux ou des chemins de charge qui enferment les baryons dans une architecture spécifique. Cette architecture est une énergie stockée, de sorte que lorsqu’elle est brisée, l’énergie qui l’a créée est libérée. Mais ce n’est pas le cas de la fusion. La fusion et la fission sont des processus opposés, et on ne peut pas stocker de l’énergie dans les deux sens. C’est une contradiction dans les termes. Lorsque le Soleil opère une fusion, l’énergie « créée » n’est pas libérée d’une architecture stockée. Elle n’est pas « créée » du tout. En bref, le Soleil reçoit une charge provenant du noyau galactique, qu’il recycle à travers son corps en utilisant le spin [rotation], en l’attirant aux pôles et en la libérant à l’équateur. Lorsque cette charge traverse son corps, tout ce qui se trouve dans le Soleil est mis en spin. Pas seulement le Soleil dans son ensemble, mais toutes les particules du Soleil. Au fur et à mesure de leur spin, elles accumulent de nouveaux spins, les photons étant transformés en leptons et en baryons. Ces particules entrent ensuite en collision et s’organisent en d’autres spins, ce qui nous donne tous les éléments. Mais pour ce faire, il faut une perte d’énergie. Une partie de l’énergie du champ de charge est stockée dans ces chemins de charge, de sorte qu’il y a en fait moins d’énergie qui sort du Soleil que ce qu’il y entre. Ou encore, l’énergie est conservée, comme c’est toujours le cas, mais l’énergie de la charge disponible diminue, puisqu’une partie de celle-ci est retenue dans le noyau. Donc, dans ce sens, le Soleil dans son ensemble est un dispositif sous-unitaire. La fusion ne semble être sur-unitaire que parce que nous mesurons l’énorme énergie qui sort du Soleil et ignorons l’énorme énergie qui y entre.

Comme vous pouvez le constater, j’espère, cette analyse détruit totalement la possibilité de la fusion comme producteur d’énergie ici sur Terre, qu’elle soit chaude ou froide. La fusion verrouille nécessairement une partie de l’énergie entrante dans l’architecture nucléaire, ce qui en fait pour nous, par définition, un événement sous-unitaire.

Vous direz: « Non, l’énergie provient de la fission ultérieure, puisque l’hélium5 se décompose spontanément ». Mais ça ne peut pas fonctionner car l’hélium5 se désintègre en hélium4 et en un neutron. Nos blocs de construction étaient le deutérium et le tritium, et le tritium est déjà radioactif ou enclin à se désintégrer, donc son énergie n’est pas bien stockée. Et la désintégration de l’hélium5 ne devrait produire presque aucune énergie elle-même, puisque le neutron n’était pas lié au départ. Aucune énergie n’a été liée dans ce lien. Le neutron n’était pas lié, il était simplement plaqué là temporairement, sans créer de lien. La rupture de la liaison ne devrait donc créer pratiquement aucune énergie. Le résultat de la désintégration de l’hélium4 a beaucoup d’énergie stockée dans ses liaisons, bien plus que le deutérium et le tritium combinés, donc il ne peut y avoir d’énergie ici.

Pour voir cela d’une autre manière, rappelez-vous que le tritium se désintègre également en libérant ce neutron supplémentaire, tout comme l’hélium5. Mais comme le tritium est plus stable que l’hélium5, le neutron est davantage lié au tritium. Autrement dit, il y avait plus d’énergie disponible à partir de la fission du tritium que celle de l’hélium5, donc transformer le tritium en hélium5 ne nous aidera pas, n’est-ce pas? Nous aurions dû obtenir plus d’énergie dans la fission du tritium lors de cette perte de neutron qu’avec l’hélium5.

On me dira que le tritium « se désintègre » en hélium 3, mais ce n’est pas le type de fission spontanée dont je parle. En fait, le terme « désintégration » est mal choisi, n’est-ce pas? Le tritium ne peut pas se désintégrer en hélium, puisque ce serait une chose plus petite qui se désintégrerait en une chose plus grande. Oui, le tritium est susceptible de se transformer en hélium dans notre environnement, mais cela n’a rien à voir avec le type de désintégration que l’on observe avec l’uranium ou le plutonium. L’uranium se désintègre en noyaux plus petits comme le baryum et le krypton. Donc, encore une fois, nous ne devrions pas utiliser le mot désintégration dans les deux sens. C’est très confus, je suppose que c’est volontaire. Le tritium ne se désintègre pas en hélium et ne libère pas d’électrons, puisque cette équation ne s’équilibre pas:

[voir l’équation dans le document original]

Comme je l’ai déjà montré, le tritium ne libère pas d’électron, il est frappé par un positron. Son neutron le plus exposé et le moins lié est frappé par un positron, et dans le choc, les deux particules sont inversées. Le positron devient un électron et retrace le chemin du positron vers l’extérieur, expliquant pourquoi nous avons manqué sa trace. Seul le spin externe du neutron s’inverse, et il devient un proton. Donc, encore une fois, comme pour la désintégration bêta, aucune désintégration n’est impliquée avec le tritium.

Pour obtenir de l’énergie de l’hélium5 en fission, il faudrait que ses liaisons centrales soient rompues et qu’il se désintègre en quelque chose d’encore plus simple que le deutérium et le tritium. Par exemple, si l’on nous disait que l’hélium5 se décompose spontanément en cinq baryons, je pourrais croire cette annonce. Mais en l’état actuel des choses, cette annonce est complètement illogique du simple point de vue de la construction de base.


Texte original

Why I Don’t Believe the Fusion Announcement

by Miles Mathis

First published December 22, 2022

The first reason I don’t believe it is that I don’t believe any claims coming out of the mainstream right now, science or otherwise. We are living through a time of utter and complete corruption, and people will say anything for funding. I have shown you hundreds of recents examples of extravagant fraud, so we would have to be fools to believe anything we are being told. The government announcement was made by Energy Secretary Jennifer Granholm, a notorious liar. I wouldn’t trust her to tell me the correct time.

She is a major ghoul, with a face covered in huge moles, which she had removed from that photo. Just so you know.

The second reason I don’t believe it is the timing. They are desperately in need of positive headlines right now, to counter-balance all the negative ones. Mainstream science is in an absolute freefall due to that very same corruption and decades of huge lies and thefts from the treasury. As we approach 2023, we are at the end of a long line of very conspicuous implosions, including the Apollo fraud, the Space Shuttle Fraud, the Mars landings fraud, the SpaceX frauds, the Blue Origin fraud, the Higgs fraud, the BICEP fraud, the LIGO fraud, and currently the Solar Cycle fraud, in which the Air Force is falsifying basic data from the Sun. And those are just nine examples of literally thousands.

The third reason I don’t believe it is that this is coming out of Lawrence Livermore and the Department of Energy, in conjunction with the Department of Defense. All three are known to be vast money pits, stealing trillions in taxes for phantoms. Nothings. Millions have been spent on this fusion research and now that funding will balloon over the coming years. As with the space program, the nuclear program is all money down the drain. It is a vast conjob, a criminal conspiracy of the first order.

The fourth reason I don’t believe it is that it has only been ten months since JET (Joint European Torus—the world’s largest fusion reactor) announced a big breakthrough in fusion, obtaining a process of five seconds and 59MJ. They created a temperature of 150 million C, exactly half the temperature the Americans are now claiming. So how did we outdo the “world’s largest fusion reactor” in just 10 months? Even more to the point, JET admitted last February that they were nowhere near over-unity, putting roughly three times the energy in as they got out. But the important thing in that announcement was the promotion of ITER, the gigantic French fusion reactor they have spent billions on, which—it is claimed—will produce 10X overunity. That is what this is all about, you see: more suck-from-the-treasury projects, with billions of your taxdollars going to these fake projects where they fire lasers and make wild claims.

The fifth reason I don’t believe it is that it is very difficult to get any information about the process here. All the announcements are just horntooting, and I couldn’t even find a link to a paper. In the few “explanations of the science” involved here, all I was able to find was that they were fusing into Helium5, which is very unlikely. All you have to do is go to Wikipedia, where you will find that they have been creating big isotopes of Helium for a long time without any claim of positive energy out in the decay. And, tellingly, they haven’t been creating Helium5. Helium6 and 8 are the most common, and those aren’t really fused, being made of a halo. A halo means the extra baryons aren’t sandwiched in the nucleus, but are orbiting it.

The sixth reason I don’t believe it is that there is almost no way to check this discovery, since they are claiming they created a temperature of 300 million C with lasers. Very few places other than Lawrence Livermore can create those conditions, and all those places are also government owned. So there is no way to independently confirm any of this. Also a problem is that although they say that temperature recreated conditions in a star, stars are not actually anything like that hot. The center of the Sun is thought to be 15 million degrees, for instance, and until recently all science sites were admitting we couldn’t create that temperature. But suddenly we can create a temperature 20 times hotter?

The seventh reason I don’t believe it is doing a little math. The net gain in energy was about enough to boil 2 gallons of water, while the source of energy was 192 high energy lasers focused on one “peppercorn”, creating 300 million degrees C. How many gallons of water could you boil with all that energy? I don’t know, but on the order of a million, I would guess. So the fractional output was so low it would fall beneath margins of error in measurement. In others words, this could all just be residue. Buzz.

The eighth reason I don’t believe it that you would not expect us to trip on some method Nature wasn’t using. Nature is supposed to be very efficient, so you would expect our labs to mimic Nature’s method, not aim for some exotic method that required more input energy. Stars don’t fuse by starting with deuterium and tritium, though they have it available. Why not, if they can fuse in this way more easily? I will be told that it is because it requires higher temperatures than stars can manage, but does that make any sense? That would imply that we are more powerful and inventive than stars, doesn’t it, which does take some believing. No, if we can manage 300 million degrees, we can manage 15 million, so why not fuse as the Sun does? I will be told that the Sun also uses pressure, but the density of the Sun is much less than here. The Sun is a plasma, remember, a sort of hot gas or semi-liquid. So how does it create all that extra pressure? Even assuming the Solar core is denser, it would not be millions of times denser. We can actually create pressures far above what the Solar core is thought to have, so why not do it? No, none of this makes any sense, as usual.

The ninth reason I don’t believe it is that I don’t believe fusion is an over-unity event to start with. Which would mean it is impossible for us to fuse, by definition. Fission is over-unity since energy isstored in the nucleus. When stars create nuclei, they create charge streams or paths that lock baryons together in a specific architecture. That architecture is stored energy, so that when it is broken, the energy to create it is released. But that isn’t true of fusion. Fusion and fission are opposite processes, and you cannot store energy in both directions. It is a contradiction in terms. When the Sun fuses, the energy “created” isn’t released from some stored architecture. It isn’t “created” at all. In short, the Sun takes in charge coming to it from the Galactic Core, recycling that charge through its body using spin, pulling it in at the poles and releasing it on the equator. As that charge passes through its body, everything in the Sun is spun up. Not just the Sun as a whole, but all particles in the Sun. As they are spun up, they stack on more spins, with photons being spun up into leptons and baryons. Those particles then collide and arrange in further spin-ups, giving us all the elements. But to do that requires an energy loss. Some of the energy of the charge field is stored in those charge paths, so there is actually less energy coming out of the Sun than going in. Or, energy is conserved, as it always is, but available charge energy decreases, since some of it is tied up in the nucleus. So in this sense, the Sun as a whole is an under-unity device. Fusion only seems to be over-unity since we measure the huge energy coming out of the Sun and ignore the huge energy coming in.

As I hope you can see, that analysis totally destroys the possibility of fusion as an energy producer here on Earth, either hot or cold. Fusion necessarily locks some of the incoming energy into the nuclear architecture, making it an under-unity event for us by definition.

You will say, “No, the energy is from the subsequent fission, since Helium5 breaks down spontaneously”. But that can’t work because Helium5 decays into Helium4 and a neutron. Our building blocks were Deuterium and Tritium, and Tritium is already radioactive or prone to decay, so its energy is not well-stored. And the decay of Helium5 should produce almost no energy itself, since the neutron was never bound to start with. No energy was bound in that link. The neutron wasn’t bound, it was just sort of pressed in there temporarily, without creating a bond. So breaking the bond should create almost no energy. The decay result Helium4 has a lot of energy stored in its bonds, far more than Deuterium and Tritium combined, so there can be no energy out here.

To see that in another way, remember that Tritium also decays by releasing that extra neutron, just like Helium5. But since Tritium is more stable than Helium5, the neutron was bound more with Tritium. Meaning, there was more energy available from fission with Tritium than Helium5, so turning Tritium into Helium5 won’t help us, will it? We should have gotten more energy in fission from Tritium in that neutron loss than from Helium5.

I will be told Tritium “decays” into Helium3, but that isn’t the sort of spontaneous fission I am talking about. In fact, “decay” is a misnomer there isn’t it? Tritium can’t decay into Helium, since that would be a smaller thing decaying into a larger thing. Yes, Tritium is prone to become Helium in our environment, but that has nothing to do with the sort of decay we see with Uranium or Plutonium. Uranium decays into smaller nuclei like Barium and Krypton. So, again, we shouldn’t use the word decay in both directions. It is highly confusing, I assume on purpose. Tritium doesn’t decay into Helium and release an electron, since that equation doesn’t balance:

[see equation in original document]

As I have shown before, Tritium doesn’t release an electron, it is hit by a positron. Its most exposedand least bound neutron is hit by a positron, and in the hit both particles are flipped. The positron becomes an electron and retraces the path of the positron out—explaining why we missed its track. Only the outer spin of the neutron flips, and it becomes a proton. So, again, as with beta decay, no decay is involved with Tritium.

To get any energy from Helium 5 in fission, its central bonds would have to be broken, with it decaying into something even simpler than Deuterium and Tritium. For instance, if we were told Helium5 spontaneously decayed into five baryons, I might believe this announcement. But as it is, the announcement is completely illogical just as a matter of basic construction.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s