Un nouveau type de cancer: le mariage de l’oncogenèse et de la prionopathie – par Walter M Chestnut.

Source.


Traduction

UN NOUVEAU TYPE DE CANCER: LE MARIAGE DE L’ONCOGENÈSE ET DE LA PRIONOPATHIE

LA DESTRUCTION PROGRESSIVE DES TISSUS ET DES ORGANES PAR LES PROPRIÉTÉS AMYLOIDOGÉNIQUES ET OLIGOMÈRES DE LA PROTÉINE DE POINTE DU SARS-CoV-2

Walter M Chestnut

4 avril

Il a été proposé que la maladie d’Alzheimer est un problème qui touche l’ensemble du corps, car la bêta-amyloïde peut se déplacer, à la manière d’un cancer, vers le cerveau à partir d’autres parties du corps.

Des souris normales qui avaient été unies (par la circulation sanguine) à des partenaires génétiquement modifiés pendant un an ont « contracté » la maladie d’Alzheimer. Selon le chercheur Song, la bêta-amyloïde a voyagé des souris génétiquement modifiées vers le cerveau de leurs partenaires normaux, où elle s’est accumulée et a commencé à causer des dommages.

Les souris normales ont non seulement développé des plaques, mais aussi une pathologie similaire aux « TANGLES » – des brins de protéines tordus qui se forment à l’intérieur des cellules cérébrales (veuillez noter que, selon l’image, c’est PRÉCISÉMENT ce que la protéine de pointe induit), perturbant leur fonction et finissant par les tuer de l’intérieur. D’autres signes de dommages semblables à ceux de la maladie d’Alzheimer comprennent la dégénérescence des cellules cérébrales, l’inflammation et les micro-saignements. En outre, la capacité à transmettre les signaux électriques impliqués dans l’apprentissage et la mémoire – un signe d’un cerveau sain – était altérée, même chez les souris qui avaient été jointes pendant seulement quatre mois.

Outre le cerveau, la bêta-amyloïde est produite dans les plaquettes sanguines, les vaisseaux sanguins et les muscles, et sa protéine précurseur est présente dans plusieurs autres organes. Mais jusqu’à ces expériences, on ignorait si la bêta-amyloïde provenant de l’extérieur du cerveau pouvait contribuer à la maladie d’Alzheimer.

Ce qui nous amène aux fibrilles que la protéine de pointe induit.

Des études de biopsies nerveuses ou d’autopsies cardiaques de patients atteints d’amyloses ATTR et AL [NdT. amylose ATTR, voir ici, amylose AL, voir ici] montrent une atrophie des cellules à proximité des agrégats de fibrilles amyloïdes. En plus du stress ou de la toxicité attribuable aux fibrilles amyloïdes elles-mêmes, la toxicité des états non fibrillaires des protéines amyloïdogènes, PARTICULIÈREMENT LES OLIGOMÈRES, peut également participer aux mécanismes de dommages tissulaires.

Au fait. Qui a découvert cela? Le Département de Neurologie et le Centre de Neurosciences Cliniques, Hôpital de Daping, TROISIÈME UNIVERSITÉ MÉDICALE MILITAIRE, Chongqing, Chine.

Les thérapies proposées pour traiter cette pathologie semblent assez familières: (1) réduire ou empêcher la production des protéines responsables; (2) empêcher les protéines responsables de participer au processus de formation des fibrilles amyloïdes; et/ou (3) éliminer les fibrilles amyloïdes déjà déposées.

Et c’est ce qui est LE PLUS ALARMANT et qui devrait amener le monde à ARRÊTER IMMÉDIATEMENT TOUTES LES THÉRAPIES AUX PROTÉINES DE POINTE. SVP RELISEZ (1)!

(1) RÉDUIRE OU EMPÊCHER LA PRODUCTION DE PROTÉINES CAUSALES.

Nous devons nous soigner, avant de nous rendre encore plus malades.

Documents référencés/relatifs:

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8347239/

https://www.sciencedaily.com/releases/2017/10/171031084808.htm’

https://www.nature.com/articles/mp2017204

https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2021.12.16.472920v1.full

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7092807/


Texte original

A NEW KIND OF CANCER: THE MARRIAGE OF ONCOGENESIS AND PRIONOPATHY

THE PROGRESSIVE DESTRUCTION OF TISSUE AND ORGANS BY THE AMYLOIDOGENIC AND OLIGOMERIC PROPERTIES OF THE SARS-CoV-2 SPIKE PROTEIN

Walter M Chestnut

Apr 4

It has been proposed that Alzheimer’s disease might be a ‘whole body’ problem, as amyloid-beta can travel, cancer-like, to brain from other parts of body.

Normal mice that had been joined (via bloodstreams) to genetically modified partners for a year « contracted » Alzheimer’s disease. The researcher Song says the amyloid-beta traveled from the genetically-modified mice to the brains of their normal partners, where it accumulated and began to inflict damage.

Not only did the normal mice develop plaques, but also a pathology similar to « TANGLES » — twisted protein strands that form inside brain cells (please note, per image, this is PRECISELY what the Spike Protein induces), disrupting their function and eventually killing them from the inside-out. Other signs of Alzheimer’s-like damage included brain cell degeneration, inflammation and microbleeds. In addition, the ability to transmit electrical signals involved in learning and memory — a sign of a healthy brain — was impaired, even in mice that had been joined for just four months.

Besides the brain, amyloid-beta is produced in blood platelets, blood vessels and muscles, and its precursor protein is found in several other organs. But until these experiments, it was unclear if amyloid-beta from outside the brain could contribute to Alzheimer’s disease.

Which brings us to the Fibrils that the Spike Protein is inducing.

Studies of nerve biopsy or cardiac autopsy specimens from patients with ATTR and AL amyloidoses show atrophy of cells near amyloid fibril aggregates. In addition to the stress or toxicity attributable to amyloid fibrils themselves, the toxicity of non-fibrillar states of amyloidogenic proteins, PARTICULARLY OLIGOMERS, may also participate in the mechanisms of tissue damage.

By the way. Who discovered this? Department of Neurology and Centre for Clinical Neuroscience, Daping Hospital, THIRD MILITARY MEDICAL UNIVERSITY, Chongqing, China.

The proposed therapeutics to deal with this pathology sound quite familiar: (1) reducing or preventing the production of causative proteins; (2) preventing the causative proteins from participating in the process of amyloid fibril formation; and/or (3) eliminating already-deposited amyloid fibrils.

And this is what is MOST ALARMING and should cause the world to go FULL IMMEDIATE STOP ON ALL SPIKE PROTEIN THERAPIES. PLEASE READ (1) AGAIN!

(1)    REDUCING OR PREVENTING THE PRODUCTION OF CAUSITIVE PROTEINS.

We need to make ourselves well, before we make ourselves ever more ill.

Referenced/Related Papers:

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8347239/

https://www.sciencedaily.com/releases/2017/10/171031084808.htm’

https://www.nature.com/articles/mp2017204

https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2021.12.16.472920v1.full

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7092807/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s