Mythe et réalité de la Russie du COVID.

Un petit article rigolo sur ce qui se passe en Russie. Après ça, j’en traduis un sur la Lithuanie.

Je ne me foule pas pour l’intro : j’ai trouvé ce qu’il faut dans les commentaires sous l’article.

Source.

« Il n’y a pas de camp rouge ou bleu, ni de menace russe ou chinoise.

Il n’y a qu’un seul réseau commercial mondial interconnecté d’anciennes familles d’élite marchandes qui agissent sous couvert (véritable sens du mot occulte), qui volent et escroquent les classes inférieures. Ils veulent vous empêcher de réaliser qu’ils dirigent la civilisation depuis le début, en tant que marchands, banquiers, affréteurs et forgerons. Ils ne veulent pas que vous réalisiez qu’ils possèdent tout et qu’ils ont toujours tout possédé.

Cela ne cadre pas avec la notion de démocratie qu’ils nous vendent depuis des centaines d’années.

Ce n’est pas un hasard s’ils sont TOUS apparentés à de grandes familles de la pairie, qui jouent leur rôle sur la scène mondiale. »

« There is no red/blue team, and no Russian or Chinese threat. 

There is only one interconnected global business network of ancient covert (true meaning of occult) merchant elite families stealing from & scamming the lower classes. They don’t want you realizing they have been ruling civilization from the beginning, as merchants, bankers, shippers and smiths. They don’t want you realizing they own everything and always have.

It doesn’t fit the notion of democracy they have been selling for hundreds of years.

Its no accident they are ALL related top families from the peerage, playing the part on the world stage. »


Traduction

Mythe et réalité de la Russie du COVID

Il est temps de dire adieu aux contes de fées qui apaisent la conscience.

Riley Waggaman

Le Sputnik V est sûr! » ; « Poutine ne fait que ‘jouer le jeu’ du COVID en attendant que le pétrodollar s’effondre! » ; « La Russie est le dernier bastion de la liberté! ».

Les médias alternatifs ont créé une réalité alternative de la Russie.

Le Kremlin a adopté exactement les mêmes « mesures de santé publique » violeuses d’âmes que celles qui terrorisent actuellement le monde occidental – et les gens sont soit dans le déni, soit dans la recherche d’excuses.

La Russie Internet (à gauche) est légèrement différente de la Russie réelle (à droite).

« Il n’y a pas de vaccination obligatoire en Russie! »

Les 85 sujets fédéraux de la Fédération de Russie ont maintenant imposé des obligations vaccinales, ainsi que des règles exigeant des certificats de « santé » numériques pour accéder à certaines entreprises, lieux et institutions publiques. De nombreuses régions refusent les soins médicaux de routine à ceux qui ne possèdent pas de code QR.

Au niveau fédéral, le Kremlin a exprimé son soutien à « toute mesure » qui « encourage » les Russes à se faire vacciner, tout en insistant sur le fait que la vaccination reste totalement volontaire.

Un échantillon des versions régionales de la vaccination « volontaire » en Russie :

  • Dans la région de Novgorod, les enfants dont les parents n’ont pas été vaccinés sont interdits d’accès aux clubs parascolaires et autres activités extrascolaires.
  • Des passeports numériques de vaccination seront nécessaires pour utiliser les transports publics au Tatarstan. La nouvelle réglementation s’applique à tous les résidents âgés de plus de 18 ans sans exemption médicale.
  • À Saint-Pétersbourg, un test PCR négatif ne peut être utilisé pour obtenir un code QR. Cela signifie que les théâtres, les musées et les restaurants de la deuxième plus grande ville de Russie sont réservés exclusivement aux personnes vaccinées et à celles qui ont la preuve d’une infection antérieure.
  • Les Moscovites âgés de plus de 60 ans ont reçu l’ordre de s’auto-isoler jusqu’à la fin du mois de février. Les personnes vaccinées ou présentant une preuve d’infection antérieure sont exemptées de cette règle.

Vous avez probablement dû lire quelque part que Vladimir Poutine a interdit la vaccination obligatoire dans le cadre de son plan stratégique visant à détruire le système bancaire à réserves fractionnaires et à apporter la paix et l’harmonie au monde. Quelqu’un vous a menti. Désolé.

« …Mais Sputnik V est sûr ! »

Est-ce que le Kremlin a accès à un vortex temporel? Parce que nous ne cessons de lire des déclarations tapageuses sur les résultats inexistants des essais de sécurité et d’efficacité « à long terme » (ha-ha) de Spoutnik V – qui doivent se terminer le 31 décembre 2022.

Comme d’autres vaccins COVID, Sputnik V a passé en trombe les essais cliniques, avec un rapport « intérimaire » composé de six mois de données utilisées comme preuve de sa sécurité et de son efficacité inattaquables à long terme. Le fait que cet ensemble de données déjà limité ait fait l’objet de controverses (ainsi que d’un manque de transparence alarmant) n’a pas arrangé les choses.

Les essais de phase III sur les vaccins nécessitent généralement au moins cinq ans d’observation attentive. Par exemple, l’étude de l’innocuité à long terme du vaccin contre le virus Ebola de J&J – qui utilise la même plateforme de vecteur viral Ad26 que Sputnik V – a commencé en 2016 et ne se terminera pas avant 2023.

Sputnik V : un coup de zapping pour éviter toute paperasserie inutile.

Alexander Redko, président de l’Association Professionnelle des Travailleurs Médicaux de Saint-Pétersbourg, a noté en juillet que déclarer Sputnik V « sûr » sans même attendre la fin d’essais cliniques effectués à une vitesse délirante est à peu près aussi scientifique que de lire les cartes de tarot. A-t-il tort? Le gouvernement russe le pense clairement.

En décembre 2020, le Ministère russe de la Santé a annoncé qu’il mettait prématurément fin aux inscriptions aux essais de Sputnik V, arguant qu’il serait contraire à l’éthique d’administrer des injections placebo alors qu’un vaccin éprouvé et salvateur était déjà disponible pour le public.

« Tout a maintenant été prouvé, alors que la pandémie est en cours« , a expliqué Alexander Gintsburg, directeur du Centre Gamaleya – qui a développé Sputnik V – quatre mois seulement après le début des essais de phase III.

Les négateurs de la science affirment qu’il est irresponsable de contraindre des dizaines de millions de personnes à se faire injecter un médicament non testé, mais ce que ces théoriciens du complot ne comprennent pas, c’est que tout problème à long terme serait apparu au bout de quatre mois.

De plus, la Russie a mis en place un système solide et transparent pour signaler les effets secondaires.

Le gouvernement russe ne dispose pas d’une base de données de type VAERS pour signaler et surveiller les effets indésirables présumés, et les médecins qui mettent en doute la sécurité ou l’efficacité du vaccin sont menacés d’amendes exorbitantes et de peines de prison.

« Le fait est que rien ne fait l’objet d’un signalement en Russie. Par conséquent, il est très difficile de saisir le nombre de complications graves existantes. Il y a beaucoup de cas, et on peut dire qu’ils sont liés au vaccin. Il y aurait beaucoup à dire. Ou bien on peut faire l’autruche et dire qu’il n’y a rien du tout« , a déclaré Pavel Vorobyov, président de la Société Scientifique des Médecins de Moscou, lors d’une récente interview, faisant de lui un criminel de la haine anti-science aux yeux du gouvernement russe.

Le Ministère argentin de la Santé est également coupable de Hauts Crimes contre Sputnik V. En octobre, l’État sud-américain a révélé que le vaccin phare de la Russie était le leader du pays en matière de réactions indésirables, battant Sinopharm et AstraZeneca par des marges significatives (le rapport complet peut être lu ici) :

Pourquoi l’Argentine déteste-t-elle la science ?

On assiste même à des crimes de la pensée commis par les représentants élus de la Russie. Le député de la Douma Mikhaïl Delyagin a soutenu dans une tribune libre du mois d’août que les propres données du gouvernement suggéraient que la vaccination obligatoire de masse n’avait pas d’effet neutralisant évident et qu’elle aggravait la situation.

Pendant des mois, le gouvernement russe a soutenu qu’il était pratiquement impossible d’être hospitalisé pour cause de COVID si l’on était complètement vacciné. Lorsqu’il est devenu évident qu’il s’agissait d’une légère exagération, le directeur de Gamaleya a affirmé que 80 % des Russes vaccinés tombant malades avaient acheté de faux certificats et mentaient sur leur statut vaccinal.

L’histoire de Gintsburg a suscité des commentaires colorés dans les médias russes. Comme le dit un média :

Au début, ils ont dit qu’il suffisait de se faire vacciner une fois tous les deux ans pour ne pas tomber malade, puis une fois par an, puis une fois tous les six mois. Il s’avère aujourd’hui que la vaccination ne protège même pas vraiment contre les soins intensifs ou la mort. Et quelle est la solution? Certes, le Ministre de la Santé, M. Murashko, affirme toujours qu’il n’y a pas de décès parmi les citoyens qui ont reçu le vaccin. Mais les gens ne vivent pas sur Mars, ils sont, hélas, confrontés à ces décès de vaccinés dans la vie courante… Et là, les relations publiques cessent évidemment de fonctionner.

Il est douteux que les relations publiques aient jamais fonctionné. Le mois dernier, le Vice-Président de la Douma d’État Pyotr Tolstoy a admis que le gouvernement avait complètement échoué à convaincre le public que Sputnik V était sûr et efficace.

« Il y a peu de réponses aux questions de savoir pourquoi ceux qui sont vaccinés sont malades, pourquoi ceux qui sont vaccinés meurent, pourquoi il y a des problèmes et des complications après les vaccinations elles-mêmes« , a déclaré ce législateur de haut rang.

Le manque total de transparence a suscité la création de bases de données informelles et de canaux Telegram permettant de suivre les événements indésirables. Au lieu de redoubler d’efforts pour répondre aux préoccupations en matière de sécurité, le gouvernement russe a comparé les citoyens inquiets à des terroristes.

Le Kremlin et ses crédules supporters maintiennent qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter de la sécurité à long terme, car Sputnik V est basé sur la plate-forme de diffusion à vecteur viral du Centre Gamaleya, qui a fait ses preuves. Par exemple, Kirill Dmitriev, l’ex-banquier de Goldman Sachs diplômé de Harvard qui dirige le Fonds Russe d’Investissement Direct (qui fournit le financement de Sputnik V), a affirmé dans un éditorial publié par RT:

La Russie a bénéficié de la modification pour le COVID-19 d’une plateforme vaccinale existante à deux vecteurs développée en 2015 pour la fièvre Ebola, qui a traversé toutes les phases des essais cliniques et a été utilisée pour aider à vaincre l’épidémie d’Ebola en Afrique en 2017.

Mais sur le site de Sputnik V, on apprend:

Environ 2 000 personnes en Guinée ont reçu des injections de vaccin contre la fièvre Ebola en 2017-18 dans le cadre d’un essai clinique de phase 3.

Dmitriev suggère-t-il vraiment qu’un essai de phase III tenu en 2017-18 a aidé la Guinée à vaincre Ebola ?

C’est une affirmation assez audacieuse, sachant que la Guinée a été déclarée exempte d’Ebola en juin 2016 après une épidémie deux ans plus tôt. Au moment où la bouillie magique Ebola de Gamaleya est arrivée en Guinée (dans le cadre d’un essai clinique), il n’y avait plus d’Ebola à combattre. En février de cette année, la Guinée a signalé son premier décès dû à Ebola depuis 2016.

Dmitriev ou RT peuvent-ils apporter des précisions à ce sujet? Envoyez vos questions au Russia Desk de RT, réputé pour son intrépidité et son objectivité.

Au fait : pourquoi Dmitriev (et le propre site web de Sputnik V) se vanterait-il d’avoir injecté 2.000 Africains dans le cadre d’un essai clinique organisé un an après que la Guinée ait été déclarée exempte d’Ebola ? Eh bien, parce que c’est en fait le plus grand triomphe de Gamaleya – avant d’inventer Sputnik V en un temps record.

Alexander Gintsburg, largement reconnu pour avoir mis fin à l’effroyable épidémie d’Ebola de 2017 en Guinée.

Sputnik V est le premier vaccin « à vecteur viral » du Centre Gamaleya à recevoir une autorisation d’utilisation d’urgence en dehors de la Russie. M. Gintsburg – qui dirige le Centre Gamaleya depuis 1997 – n’a pas encore réussi à mettre sur le marché un vaccin entièrement approuvé, malgré de multiples tentatives.

En fait, le premier vaccin à vecteur adénovirus de Gintsburg, AdeVac-Flu, a donné lieu à un scandale de détournement de fonds de plusieurs millions de dollars.

« Les scientifiques [de Gamaleya] ont « copié-collé » [Sputnik V] de leurs recherches antérieures, que la communauté scientifique a rejetées. Dans leur mémoire génétique – une affaire criminelle, le scepticisme de l’OMS et zéro médicament introduit sur le marché ».

…peut-on lire dans l’accroche d’une enquête publiée par fontanka.ru en juillet 2020.

Avec un bilan aussi impressionnant, il n’est guère surprenant que le Centre Gamaleya se présente comme « la première institution de recherche au monde. » Le centre dispose également d’installations de premier ordre. Sérieusement, admirez ces installations à la pointe du progrès :

Beaucoup de Russes sont également très impressionnés par le fait que le plus grand supporter de Sputnik V (et l’un des premiers investisseurs du programme) est un sympathique banquier qui tente d’introduire en Russie un système de paiement basé sur le code QR, et qui développe également une monnaie numérique en partenariat avec JP Morgan.

Lorsque votre analyste géopolitique préféré de WordPress s’exclame « Sputnik V est sûr! « , la réponse appropriée est : comment pouvez-vous le savoir, et pourquoi le gouvernement russe ne veut-il pas le savoir ?

« …Mais le gouvernement russe ne tromperait jamais son propre peuple ! ».

En juin, l’émergence d’une « souche moscovite » hautement mortelle – jugée plus tard comme un « phénomène hypothétique » – a contraint les autorités à introduire la première obligation vaccinale de Russie dans la capitale. D’autres régions ont suivi.

Oui, les gens ont râlé – mais les « cas » de COVID ont immédiatement commencé à chuter! Les « décès » dus au COVID ont atteint un plateau! C’était un véritable miracle.

L’élection de la Douma a été un événement de super-contamination ou quoi?

Puis quelque chose de vraiment étrange s’est produit: les politiques coercitives du COVID, étonnamment efficaces (mais très impopulaires), ont soudainement cessé de fonctionner immédiatement après les élections de la Douma, fin septembre.

Quelle étrange coïncidence. De toute évidence, le parti au pouvoir, Russie Unie – qui venait de s’assurer un nouveau mandat de cinq ans au Parlement après une victoire électorale inattendue et décisive – a été contraint d’imposer des politiques COVID encore plus coercitives. Si les Russes n’aiment pas ça, ils pourront toujours exprimer leur mécontentement dans les urnes, en 2026.

La descente de la Russie vers la vaccination obligatoire est une étude de cas sur le mensonge à l’échelle industrielle et la duplicité du gouvernement. C’est une histoire très intéressante.

« …Mais… mais… Poutine ! »

En janvier, le président russe a prononcé un discours liminaire au Forum Economique Mondial – son premier discours devant cet estimable organisme international depuis 2009.

Commençant son discours par un « cher Klaus » très amical et intime, M. Poutine a rappelé comment il avait rencontré M. Schwab pour la première fois en 1992 et comment, depuis, il avait régulièrement assisté aux événements organisés par le visionnaire de la Quatrième Révolution Industrielle.

M. Poutine a profité de ce discours très important pour appeler à « élargir la portée des tests et des vaccinations » dans le monde entier, décrivant le COVID comme une menace existentielle qui nécessite une étroite coopération internationale. L’ensemble de l’économie mondiale devra être reconstruite à partir de zéro par les banques centrales, car le virus est tellement mortel et destructeur :

[La] question clé aujourd’hui est de savoir comment élaborer un programme d’actions afin non seulement de rétablir rapidement les économies mondiales et nationales touchées par la pandémie, mais aussi de s’assurer que cette reprise est durable à long terme, qu’elle s’appuie sur une structure de qualité et qu’elle aide à surmonter le poids des déséquilibres sociaux. De toute évidence, compte tenu des restrictions et de la politique macroéconomique susmentionnées, la croissance économique reposera en grande partie sur des incitations fiscales, les budgets des États et les banques centrales jouant un rôle clé.

C’est comme ça qu’on dit « Reconstruire en Mieux » [Build Back Better] en russe?

Nous sommes tous piégés dans le même panpoopticon contrôlé par les oligarques. Il est peut-être temps de l’accepter, au lieu de faire comme si certains geôliers étaient plus « cool » que d’autres?

Nous vivons une époque de dingues. Bonne chance à tous.

Riley Waggaman est votre humble correspondant à Moscou. Il a travaillé pour RT, Press TV, Russia Insider, blablabla. Dans sa jeunesse, il a assisté à une fête sur la pelouse de la Maison Blanche où il a demandé à Barack Obama si le dénonciateur emprisonné Bradley Manning (Chelsea était encore un garçon à l’époque)  » avait passé de bonnes Pâques « . Le bon temps, le bon temps. Vous pouvez vous abonner à son Substack ici, ou le suivre sur Twitter.


Texte original

Myth vs. reality in COVID Russia

It’s time to part ways with the conscience-soothing fairytales

Riley Waggaman

Sputnik V is safe!”; “Putin is just ‘playing along’ with the COVID narrative until the petrodollar collapses!”; “Russia is the last bastion of freedom!”

Alternative media has created an alternative reality about Russia.

The Kremlin has embraced all the same soul-raping “public health measures” currently terrorizing the Western world—and people are either in denial or making excuses.

Internet Russia (left) is slightly different from Actual Russia (right)

“There is no compulsory vaccination in Russia!”

All 85 federal subjects of the Russian Federation now have vaccine mandates, as well as rules requiring digital “health” certificates for entry to certain businesses, venues, and public institutions. Many regions are denying routine medical care to those without QR codes.

At the federal level, the Kremlin has voiced support for “any measures” that “encourage” Russians to get jabbed—while insisting vaccination remains completely voluntary.

A sample of regional flavors of “voluntary” vaccination in Russia:

  • In the Novgorod region, children whose parents have not been vaccinated are banned from afterschool clubs and other extracurricular activities.
  • Digital vaccine passports will be required to use public transport in Tatarstan. The new regulation applies to all residents over the age of 18 without a medical exemption.
  • In St. Petersburg, a negative PCR test cannot be used to obtain a QR code. This means theaters, museums and restaurants in Russia’s second-largest city are reserved exclusively for the vaccinated and those with proof of prior infection.
  • Muscovites over the age of 60 have been ordered to self-isolate until the end of February. Those who have been vaccinated or have proof of prior infection are exempt from the rule.

Probably you read somewhere that Vladimir Putin outlawed compulsory vaccination as part of his master plan to destroy the fractional reserve banking system and bring peace and harmony to the world. Someone lied to you. Sorry about that.

“…But Sputnik V is safe!”

Does the Kremlin have access to a time-bending wormhole? Because we keep reading boastful claims about the non-existent results of Sputnik V’s “long-term” (ha-ha) safety and efficacy trials—which are scheduled to end on December 31, 2022.

Like other COVID vaccines, Sputnik V has zoomed through clinical trials, with an “interim” report consisting of six months’ worth of data used as proof of its unassailable long-term safety and efficacy. It didn’t help that this already limited dataset was plagued by controversy (as well as an alarming lack of transparency).

Phase III vaccine trials typically require at least five years of careful observation. For example, the long-term safety study for J&J’s Ebola vaccine—which uses the same Ad26 viral vector platform as Sputnik V—began in 2016 and won’t end until 2023.

Sputnik V: zooming past all the unnecessary red tape

Alexander Redko, chairman of the St. Petersburg Professional Association of Medical Workers, noted in July that declaring Sputnik V “safe” without even waiting for ludicrous-speed clinical trials to end is about as scientific as reading tarot cards. Is he wrong? The Russian government clearly thinks so.

In December 2020, Russia’s health ministry announced it was prematurely ending enrollment for Sputnik V trials, arguing that it would be unethical to administer placebo shots when a proven, life-saving vaccine was already available to the public.

“Everything has now been proven, while the pandemic is ongoing,” Alexander Gintsburg, director of the Gamaleya Center—which developed Sputnik V—explained, just four months after Phase III trials had begun.

Science-deniers claim it’s irresponsible to coerce tens of millions of people to get injected with an untested drug, but what these conspiracy theorists don’t understand is that any long-term issues would have become apparent within four months.

Furthermore, Russia has a robust and transparent system in place for flagging side effects.

The Russian government does not have a VAERS-like database for reporting and monitoring suspected adverse reactions, and doctors who question the vaccine’s safety or efficacy are being threatened with exorbitant fines and prison time.

“The fact is that nothing is registered in Russia at all. Therefore, it is very difficult to understand how many serious complications there are. There are many cases, and we can say that they are related to the vaccine. There is a lot to say. Or you can stick your head in the sand and say that there is nothing at all,” Pavel Vorobyov, Chairman of the Moscow Scientific Society of Physicians, said in a recent interview, making him an anti-science hate speech criminal in the eyes of the Russian government.

Argentina’s health ministry is similarly guilty of High Crimes Against Sputnik V. In October, the South American state revealed that Russia’s flagship vaccine was the nation’s leader when it came to causing adverse reactions, beating Sinopharm and AstraZeneca by significant margins (the full report can be read here):

Why does Argentina hate science?

There are even thought crimes being carried out by Russia’s elected representatives. Duma Deputy Mikhail Delyagin argued in an August op-ed that the government’s own data suggested that mass compulsory vaccination had no clear neutralizing effect and was making things worse.

For months, the Russian government maintained it was basically impossible to be hospitalized with COVID if you were fully vaccinated. When it became obvious that this was a slight exaggeration, Gamaleya’s director claimed 80% of jabbed Russians falling ill with the virus had purchased fake certificates and were lying about their vaccination status.

Gintsburg’s tall tale inspired some colorful commentary in Russian media. As one outlet opined:

At first they said that it was enough to get vaccinated once every two years so as not to get sick at all, then once a year, then once every six months. Now it turns out that vaccination does not even really protect against getting into intensive care or death. And what is the solution? True, the Minister of Health, Mr. Murashko, still claims that there are no deaths among citizens who have received the vaccine. But people do not live on Mars, they, alas, face these deaths of the vaccinated in life…And then the PR naturally stops working.

It’s doubtful if the PR ever worked. Last month, Deputy Speaker of the State Duma Pyotr Tolstoy conceded that the government had completely failed to convince the public that Sputnik V was safe and effective.

“There are few answers to the questions why those who are vaccinated are ill, why those who are vaccinated die, why there are problems and complications after the vaccinations themselves,” the high-ranking lawmaker said.

The total lack of transparency has spurred the creation of informal databases and Telegram channels where adverse events can be tracked. Instead of stepping up efforts to address safety concerns, the Russian government has compared concerned citizens to terrorists.

The Kremlin and its credulous cheerleaders maintain that there’s no need to worry about long-term safety because Sputnik V is based on the Gamaleya Center’s proven, time-tested viral vector-based delivery platform. For example, Kirill Dmitriev, the Harvard-educated ex-Goldman Sachs banker who heads the Russian Direct Investment Fund (which provides financing for Sputnik V), claimed in an op-ed published by RT:

Russia has benefitted from modifying for COVID-19 an existing two-vector vaccine platform developed in 2015 for Ebola fever, which went through all phases of clinical trials and was used to help defeat the Ebola epidemic in Africa in 2017.

But on Sputnik V’s website, we learn:

About 2,000 people in Guinea received injections of Ebola vaccine in 2017-18 as part of Phase 3 clinical trial.

Is Dmitriev really suggesting that a Phase III trial held in 2017-18 helped Guinea defeat Ebola?

That’s quite a brave claim, considering Guinea was declared Ebola-free in June 2016 following an outbreak two years earlier. By the time Gamaleya’s magic Ebola slurry arrived in Guinea (as part of a clinical trial), there was no Ebola left to fight. In February of this year, Guinea reported its first Ebola death since 2016.

Can Dmitriev or RT offer some clarification here? Send your questions to RT’s famously fearless and objective Russia Desk.

By the way: why would Dmitriev (and Sputnik V’s own website) brag about injecting 2,000 Africans as part of a clinical trial held a year after Guinea was declared Ebola-free? Well, because that’s basically Gamaleya’s greatest triumph — before inventing Sputnik V in record-time.

Alexander Gintsburg, widely credited with ending Guinea’s horrific 2017 Ebola epidemic

Sputnik V is the Gamaleya Center’s first “viral vector-based” vaccine to receive emergency use authorization outside of Russia. Gintsburg—who has been the director of Gamaleya since 1997—has yet to bring a fully approved vaccine to market, despite multiple attempts.

In fact, Gintsburg’s first vector adenovirus vaccine, AdeVac-Flu, resulted in a multimillion-dollar embezzlement scandal.

“[Gamaleya’s] scientists have ‘copy-pasted’ [Sputnik V] from their previous, not accepted by the scientific community, research. In their genetic memory—a criminal case, WHO skepticism and zero drugs introduced into the market,”

…read the teaser of an investigation published by fontanka.ru in July 2020.

With such an impressive track record, it’s hardly surprising that the Gamaleya Center refers to itself as “the world’s leading research institution.” The Center also has world-leading facilities. Seriously, feast your eyes upon these cutting-edge facilities:

A lot of Russians are also very impressed by the fact that Sputnik V’s #1 fan (and one of the drug’s original investors) is a friendly banker who is trying to introduce a QR code-based payment system in Russia, and is also developing a digital currency in partnership with JP Morgan.

When your favorite WordPress geopolitical analyst exclaims “Sputnik V is safe!” the appropriate response is: how could you possibly know, and why does the Russian government not want to know?

“…But the Russian government would never deceive its own people!”

In June, the emergence of a highly deadly “Moscow strain”—later deemed a “hypothetical phenomenon” — forced authorities to introduce Russia’s first vaccine mandate in the capital. Other regions followed suit.

Yes, the people grumbled — but COVID “cases” immediately began to plummet! COVID “deaths” plateaued! It was a true miracle.

Duma election was a super-spreader event or something?

Then something really strange happened: the amazingly effective (but highly unpopular) coercive COVID policies suddenly stopped working immediately after Duma elections in late September.

What a weird coincidence. Obviously, the ruling United Russia party—which had just secured parliament for another five years after an unexpectedly decisive electoral victory—was forced to impose even more coercive COVID policies. If Russians don’t like it, they can express their dissatisfaction at the polls, in 2026.

Russia’s descent into compulsory vaccination is a case study in industrial-scale lying and government duplicity. It’s a very interesting story.

“…But…but…Putin!”

In January, Russia’s president presented a keynote address at the World Economic Forum—his first speech before the esteemed international body since 2009.

Beginning his address with a very friendly and intimate “dear Klaus,” Putin recalled how he first met Mr. Schwab in 1992 and since then had regularly attended events organized by the Fourth Industrial Revolution visionary.

Putin used this very important speech to call for “expanding the scale of testing and vaccinations” around the world, describing COVID as an existential threat that required close international cooperation. The entire global economy will need to be rebuilt from the ground up by central banks, because the virus is just so deadly and destructive:

[T]he key question today is how to build a program of actions in order to not only quickly restore the global and national economies affected by the pandemic, but to ensure that this recovery is sustainable in the long run, relies on a high-quality structure and helps overcome the burden of social imbalances. Clearly, with the above restrictions and macroeconomic policy in mind, economic growth will largely rely on fiscal incentives with state budgets and central banks playing the key role.

Is that how you say “Build Back Better” in Russian?

We’re all trapped in the same oligarch-controlled panpoopticon. Maybe it’s time to accept that, instead of pretending that some jailers are more “based” than others?

Crazy times. Good luck to all.

Riley Waggaman is your humble Moscow correspondent. He worked for RT, Press TV, Russia Insider, yadda yadda. In his youth, he attended a White House lawn party where he asked Barack Obama if imprisoned whistleblower Bradley Manning (Chelsea was still a boy back then) “had a good Easter.” Good times good times. You can subscribe to his Substack here, or follow him on twitter.

Les injections COVID visent à réduire la population mondiale en empoisonnant des « milliards de personnes », affirme un médecin sud-africain.

Ce sera un simple rappel (si on peut dire) pour mes lecteurs fidèles, vu que les trois-quarts de ce qui est publié ici l’explique déjà avec force détail. Tout ceux qui devaient comprendre auront à présent compris et je pense qu’il n’y a absolument plus rien à faire pour les autres… On aura essayé.

On va donc pouvoir passer aux sujets connexes : énergie, économie, politique (briévement) et climat – et quelques articles pour connecter le tout et comprendre les enjeux plus profonds.

Courage!

Source.

Traduction

Les injections COVID visent à réduire la population mondiale en empoisonnant des « milliards de personnes », affirme un médecin sud-africain

Les décès qui sont destinés à survenir après les vaccinations ne pourront jamais être imputés au poison. Ils seront trop divers, trop nombreux et se produiront dans un laps de temps trop long pour que nous nous rendions compte que nous avons été empoisonnés », affirme le Dr Shankara Chetty.

Mar 23 nov. 2021 – 7:56 am EST

PORT EDWARD, Afrique du Sud (LifeSiteNews) – Un éminent médecin à qui l’on doit d’avoir contribué au développement de traitements précoces contre le COVID-19 a déclaré que, selon lui, le but de la pandémie et des campagnes de vaccination, est de « contrôler et tuer une grande partie de notre population sans que personne ne soupçonne que nous avons été empoisonnés ».

Le Dr Shankara Chetty, médecin de famille en Afrique du Sud qui, selon son site Internet, a « traité 7000 patients atteints du COVID-19 sans une seule hospitalisation ou un seul décès », a combiné ses connaissances médicales avec ses observations des dictats gouvernementaux et de la censure des médias pour étayer ses conclusions.

Alors qu’il participait à une réunion Zoom de personnes apparemment médecins, M. Chetty a préfacé ses propos en posant une question : « Je pense que la perspective sur ce qui se passe est d’une importance vitale. Nous devons comprendre quel est l’objectif. Tout le monde sait qu’il y a des incohérences, qu’il y a de la coercition, mais nous devons comprendre pourquoi. Pourquoi cette situation? »

Il a ensuite désigné le composant « le plus important » pour répondre à ces questions, à savoir « l’agent pathogène qui causait tous les décès dans la maladie du COVID », la protéine spike véhiculée par le virus et que le vaccin est censé produire dans l’organisme du receveur.

« Si je devais vous donner mon avis sur ce qui se passe à l’échelle mondiale, a-t-il déclaré, la protéine spike est l’une des toxines ou l’un des poisons les plus sophistiqués que l’homme ait jamais fabriqués. Et le but de cette toxine est de tuer des milliards de personnes sans que personne ne s’en aperçoive. C’est donc un poison qui a un but précis. »

Le médecin, largement reconnu pour avoir mis au point la « thérapie du 8e jour pour le COVID-19 » pour les patients parvenus au stade inflammatoire le plus dangereux de la maladie, a ensuite déclaré que « ce qui semble avoir transpiré ici, [c’est] qu’ils ont conçu un virus et l’ont doté d’un emballage de type militaire appelé « protéine de pointe » ».

Avec la libération initiale de cette « toxine conçue de manière très élaborée », les réactions allergiques attendues se produisent chez un petit pourcentage de personnes, ce qui fait que beaucoup tombent très malades et meurent lorsque la réaction se produit. Selon Chetty, cela se produit normalement au huitième jour des symptômes.

Le médecin a déclaré qu’en raison des 14 jours initiaux de verrouillage mondial, les personnes infectées par le COVID-19 qui ont eu des réactions allergiques sont arrivées tardivement dans les hôpitaux, et ces institutions ont appliqué des protocoles obligatoires « pour provoquer la mort et les dommages [afin] d’attiser toutes les peurs. »

« Mais le jeu qu’ils ont mené grâce à ce virus artificiel était de justifier la vaccination de la planète », a-t-il poursuivi.

Chetty a ajouté que ces injections sont destinées à « nous exposer à la protéine spike pendant une période plus longue ».

Ce praticien de 18 ans d’expérience, souvent interviewé sur Internet par des confrères, et qui a fait des apparitions avec d’autres novateurs bien connus dans le domaine des traitements précoces, comme les docteurs Pierre Kory, Ryan Cole et Richard Urso, a expliqué comment, après les décès par réaction allergique au cours des deux premières semaines, des dangers pour la santé à plus long terme commencent à apparaître.

« [Nous commençons] à voir les lésions endothéliales [paroi des vaisseaux sanguins] que ce vaccin provoque avec sa protéine spike, avec son influence sur les récepteurs ACE2. Ce sont ces décès qui sont destinés à suivre. Et ils ne pourront jamais être attribués à la protéine spike, une toxine très bien conçue », a-t-il déclaré.

« La protéine spike est aussi une protéine membranaire. Donc, l’ARNm va la distribuer dans tout notre corps. Elle sera fabriquée dans les différents tissus de notre corps. Elle sera incorporée dans ces membranes partout dans notre corps, et dans des tissus spécifiques. »

« Ces tissus seront identifiés comme étrangers et déclencheront une multitude de réponses auto-immunes. Ainsi, les décès qui sont destinés à suivre les vaccinations ne pourront jamais être imputés au poison ! Ils seront trop divers, ils seront trop nombreux, et ils se produiront dans un laps de temps trop long pour que nous puissions comprendre que nous avons été empoisonnés », a-t-il poursuivi.

« Or cette toxine, à long terme, va faire que les personnes qui ont des maladies préexistantes vont voir ces maladies aggravées », a expliqué le médecin.

À cause de certaines substances toxiques, y compris des « morceaux de protéines du VIH » dans cette protéine de pointe « délibérément fabriquée », Chetty affirme que « les personnes atteintes de cancers vont voir leurs cancers s’aggraver, et on dira qu’elles sont mortes du cancer ».

« Les personnes souffrant de lésions ou de prédispositions vasculaires, comme les diabétiques et les hypertendus, auront des accidents vasculaires cérébraux, des crises cardiaques et autres à des moments différents, et nous les attribuerons à leurs pathologies préexistantes », a-t-il ajouté.

« Les gens vont développer, avec le temps, des maladies auto-immunes, trop diverses pour être traitées par une quelconque intervention pharmaceutique, car elles sont beaucoup trop spécifiques. »

« Mais je pense que si les gens comprennent l’intention, alors ils comprendront pourquoi ce qui est arrivé est arrivé. Le manque de logique, la coercition, la suppression, sont tous fondés si on comprend qu’il y a un plus vaste projet. Ce projet consiste à s’assurer la possibilité de contrôler et de tuer une grande partie de la population sans que personne ne soupçonne que nous avons été empoisonnés », a déclaré le médecin du COVID.

« Et donc, je pense que la justification de tout ce que nous voyons apparaît lors de la compréhension du but final », a-t-il conclu.

« Je pense qu’il y a un scénario énorme qui se joue ; [sinon] les vaccins n’ont absolument aucun sens. On nous a vendu le vaccin comme notre sauveur dès le départ, et si nous étudions la science, la science ne colle pas. »

Cohérence avec les autres experts : une « catastrophe mondiale sans équivalent ».

D’autres experts ont indiqué la possibilité de scénarios similaires depuis un certain temps.

En mars dernier, un ancien haut responsable de la Fondation Bill et Melinda Gates, Geert Vanden Bossch, a attiré l’attention en publiant une lettre ouverte et une vidéo mettant en garde contre une « catastrophe mondiale sans équivalent » due aux programmes expérimentaux de vaccination COVID-19. 

Dans sa lettre, l’ancien gestionnaire principal de programme pour l’Alliance Mondiale pour les Vaccins et la Vaccination (GAVI), écrit « qu’il est de plus en plus difficile d’imaginer comment les conséquences du vaste « programme de vaccins par transfert de gènes » ne vont pas anéantir une grande partie de notre population humaine. »

« On ne peut imaginer que très peu d’autres stratégies permettant d’atteindre le même niveau d’efficacité pour transformer un virus relativement inoffensif en une arme biologique de destruction massive », a-t-il ajouté.

En outre, le Dr Peter McCullough, expert du COVID-19 et médecin très publié, a affirmé : « Nous avons sur les bras la plus grande catastrophe biologique de l’histoire de l’humanité… et personne ne sait comment l’arrêter » (Vidéo : 13:00).

Tirant par ailleurs la même conclusion que le Dr Chetty, McCullough, auteur de plus de 650 publications dans la littérature médicale évaluée par des pairs, a déclaré : « Je crois que nous sommes confrontés à l’application d’une forme de bioterrorisme à l’échelle mondiale, [et] qui semble avoir été préparée depuis de nombreuses années. »

D’autres experts, dont America’s Frontline Doctors (AFLDS), ont depuis longtemps mis en garde contre la possibilité d’une réaction généralisée aux vaccins, l’augmentation de la facilitation de l’infection par les anticorps (ADE), une condition qui peut assurément être fatale.

Dans un livre blanc publié en janvier, l’AFLDS explique que « la facilitation de l’infection par les anticorps est particulièrement retorse car il s’agit d’une réaction retardée. Au départ, tout semble aller bien. La personne semble avoir une excellente réponse immunitaire, mais ensuite [cette vulnérabilité apportée par le vaccin] devient mortelle lorsque la personne est exposée au virus sauvage. »

« Le vaccin amplifie l’infection au lieu de prévenir les dommages », poursuit l’AFLDS.

« Il se peut qu’on ne l’observe qu’après des mois ou des années d’utilisation dans les populations du monde entier. »

L’AFLDS a en outre averti que les réactions de facilitation de l’infection par les anticorps « sont difficiles à prouver », car elles sont souvent interprétées comme une infection par « un virus plus dangereux », ou, éventuellement, un variant plus dangereux.

Le Dr Sherri Tenpenny a lancé un avertissement similaire en février dernier, prédisant une généralisation des maladies et des décès dus à la facilitation de l’infection par les anticorps après ces injections. Elle tablait sur une augmentation du nombre de personnes ayant des difficultés respiratoires, qui seraient alors déclarées porteuses d’un « virus mutant » (c’est-à-dire d’un « variant dangereux »), ce qui pourrait servir à faire croire que davantage de vaccinations sont nécessaires, alors que « ce que ces personnes subissent en réalité est causé par l’anticorps créé par le vaccin [initial] ».

Un autre expert à avoir exprimé des préoccupations similaires est le Dr Dolores Cahill, un médecin biomédical irlandais et expert en immunologie. Dans une présentation faite en janvier, elle a déclaré qu’en raison du risque élevé de survenue de la facilitation de l’infection par les anticorps, les personnes qui envisageraient de recevoir ces « vaccins » devraient comprendre que, pour le reste de leur vie, elles auraient un « risque de décès beaucoup plus élevé » causé par la vaccination.

Mme Cahill s’attend en outre à un nombre important de décès dus à la facilitation de l’infection par les anticorps dans les semaines, les mois et les années qui suivent les campagnes de vaccination et s’inquiète du fait qu’ils seraient classés comme résultant de l’infection par le COVID-19 alors qu’en fait ils pourraient bien être le résultat de la vaccination.

Depuis lors, une corrélation dramatique entre la mise en œuvre de campagnes de « vaccination » dans des pays du monde entier et une forte augmentation des décès attribués au COVID-19 est devenue la norme.

Dans une interview réalisée en mars, le Dr Michael Yeadon, ancien Vice-Président et Scientifique en Chef de la division Allergie et Respiratoire de Pfizer, a tiré des conclusions similaires à celles de Chetty, en déclarant : « Si quelqu’un souhaite léser ou tuer une proportion significative de la population mondiale au cours des prochaines années, les systèmes mis en place actuellement le permettront ».

« Je considère qu’il est tout à fait possible que ce [système de vaccination généralisée par transfert de gènes] soit utilisé pour une dépopulation à grande échelle », a-t-il ajouté.

En outre, lorsqu’il a publié la vidéo du Dr Chetty ci-dessus sur Telegram, Yeadon a explicitement confirmé l’argument du médecin sud-africain en déclarant : « C’est une opinion intéressante qui a autant de sens que les autres.

« Les obligations en matière de vaccination sont illogiques et effrayantes, car la plupart des gens ne courent pas un grand risque de contracter le virus et les vaccins ne préviennent ni les infections ni la transmission. Ils ne présentent donc aucun avantage pour la société, mais seulement un avantage individuel potentiel », a-t-il déclaré.

« Nous ne forcerions JAMAIS les gens à faire quelque chose qui présente UNIQUEMENT un avantage pour eux, et si on le faisait, ce serait dans des circonstances peu probables. C’est insensé. Refusez », a conseillé M. Yeadon.


Texte original

COVID shots intended to reduce world’s population by poisoning ‘billions’: South African doctor

‘The deaths that are meant to follow the vaccinations will never be able to be pinned on the poison. They will be too diverse, there will be too many, and they will be in too broad a timeframe for us to understand that we have been poisoned,’ said Dr. Shankara Chetty.

Tue Nov 23, 2021 – 7:56 am EST

PORT EDWARD, South Africa (LifeSiteNews) – A prominent doctor credited with advancing the development of early treatments for COVID-19 has stated that, in his judgment, the purpose of the pandemic and vaccine campaigns, is to “control and kill off a large proportion of our population without anyone suspecting that we were poisoned.” 

Dr. Shankara Chetty, a family doctor in South Africa who, according to his website, has “treated 7000 Covid-19 patients without a single hospitalization or death,” combined insights from his medical knowledge along with his observations of government dictates and media censorship to support his conclusions. 

While participating in a Zoom meeting of people who appeared to be physicians, Chetty prefaced his remarks by posing a question: “I think the perspective around what is happening is vitally important. We need to understand what the aim is. Everyone knows that there’s inconsistencies, that there’s coercion, but we need to understand why. Why is it there?” 

He went on to identify, as “the most important” aspect for answering these questions, the “pathogen that was causing all the death in COVID illness,” the spike protein which is carried by the virus and is what the vaccine is designed to produce in a recipient’s body. 

“If I had to give you my opinion, as to what is happening on a global scale,” he said, “[the] spike protein is one of the most contrived toxins or poisons that man has ever made. And the aim of this toxin is to kill billions without anyone noticing it. So, it’s a poison with an agenda.” 

The physician, broadly recognized for developing the “8th Day Therapy for COVID-19” for patients who have entered the more dangerous inflammatory stage of the disease, then stated that “what looks like transpired here, [is] they’ve engineered a virus and put this weapons-grade package onto it called ‘spike protein.’” 

With the initial release of this “most elaborately engineered toxin,” expected allergic reactions happen in a small percentage of people, causing many to fall very ill and die when the reaction occurs. According to Chetty, this is normally on the eighth day of symptoms. 

The physician said that because of the initial 14-day global lockdowns, those infected with COVID-19 who had allergic reactions arrived at the hospitals late, and these institutions implement mandated protocols “to engineer death and damage [in order] to stir all the fear.” 

“But the game that they played with this engineered virus was to justify the vaccination of the planet,” he continued. 

Chetty added that these injections are meant to “expose us to [the] spike protein for a longer period.” 

The 18-year veteran practitioner, who has often been interviewed across the internet by fellow doctors, and has made appearances with other well-known early treatment innovators such as Drs. Pierre Kory, Ryan Cole, and Richard Urso, explained how, following the allergic reaction deaths in the first two weeks, more long-range health dangers begin to emerge.  

“[We begin] to see the endothelial [blood vessel lining] injuries that this vaccine causes with its spike protein, with its influence on its ACE2 receptors. Those are the deaths that are meant to follow. And they will never be pinned onto [the] spike protein, a very well-engineered toxin,” he said. 

“Now spike protein is also a membrane protein. So, the mRNA will distribute this throughout our body. It will be made in various tissues around our body. It will be incorporated into those membranes around our body, and those specific tissues.”  

“Those tissues will be recognized as foreign and will trigger a host of autoimmune responses. So, the deaths that are meant to follow the vaccinations will never be able to be pinned on the poison! They will be too diverse, there will be too many, and they will be in too broad a timeframe for us to understand that we have been poisoned,” he continued. 

“Now this toxin in the long term is going to get people with pre-existing illness to have those illnesses exasperated,” the doctor explained.  

With certain toxic substances, including “bits of HIV protein” within this “definitely engineered” spike protein, Chetty states “people with cancers are going to have their cancers flareup, and they will say they died of the cancer.”  

“People with vessel injuries or predisposition like our diabetics and [those with] hypertension are going to have strokes and heart attacks and the rest at varying times, and we’ll attribute those to their preexisting conditions,” he said. 

“People are going to develop, over time, autoimmune conditions, the diversity of which will never be addressed by any pharmaceutical intervention because they’re far too targeted.” 

“But I think if people understand what the intention is, then they’ll understand why what’s happened has happened. The ill logic, the coercion, the suppression, is all warranted if you understand that there is a bigger plan. This plan is to make sure that we can control and kill off a large proportion of our population without anyone suspecting that we were poisoned,” the COVID physician said. 

“And so, I think the justification for everything we see is warranted in understanding the endgame,” he concluded.  

“I think there’s a huge picture at play; [otherwise] the vaccines make absolutely no sense. We were sold the vaccine as our savior from the start, and if we look at the science, the science does not play out.” 

Chetty added that these injections are meant to “expose us to [the] spike protein for a longer period.” 

The 18-year veteran practitioner, who has often been interviewed across the internet by fellow doctors, and has made appearances with other well-known early treatment innovators such as Drs. Pierre Kory, Ryan Cole, and Richard Urso, explained how, following the allergic reaction deaths in the first two weeks, more long-range health dangers begin to emerge.  

“[We begin] to see the endothelial [blood vessel lining] injuries that this vaccine causes with its spike protein, with its influence on its ACE2 receptors. Those are the deaths that are meant to follow. And they will never be pinned onto [the] spike protein, a very well-engineered toxin,” he said. 

“Now spike protein is also a membrane protein. So, the mRNA will distribute this throughout our body. It will be made in various tissues around our body. It will be incorporated into those membranes around our body, and those specific tissues.”  

“Those tissues will be recognized as foreign and will trigger a host of autoimmune responses. So, the deaths that are meant to follow the vaccinations will never be able to be pinned on the poison! They will be too diverse, there will be too many, and they will be in too broad a timeframe for us to understand that we have been poisoned,” he continued. 

“Now this toxin in the long term is going to get people with pre-existing illness to have those illnesses exasperated,” the doctor explained.  

With certain toxic substances, including “bits of HIV protein” within this “definitely engineered” spike protein, Chetty states “people with cancers are going to have their cancers flareup, and they will say they died of the cancer.”  

“People with vessel injuries or predisposition like our diabetics and [those with] hypertension are going to have strokes and heart attacks and the rest at varying times, and we’ll attribute those to their preexisting conditions,” he said. 

“People are going to develop, over time, autoimmune conditions, the diversity of which will never be addressed by any pharmaceutical intervention because they’re far too targeted.” 

“But I think if people understand what the intention is, then they’ll understand why what’s happened has happened. The ill logic, the coercion, the suppression, is all warranted if you understand that there is a bigger plan. This plan is to make sure that we can control and kill off a large proportion of our population without anyone suspecting that we were poisoned,” the COVID physician said. 

“And so, I think the justification for everything we see is warranted in understanding the endgame,” he concluded.  

“I think there’s a huge picture at play; [otherwise] the vaccines make absolutely no sense. We were sold the vaccine as our savior from the start, and if we look at the science, the science does not play out.” 

Consistency with other experts: a ‘global catastrophe without equal’ 

Other experts have indicated the possibility of similar scenarios for quite some time. 

Last March a former senior officer of the Bill & Melinda Gates Foundation, Geert Vanden Bossch, drew significant attention when he issued an open letter and video warning of a “global catastrophe without equal” due to experimental COVID-19 vaccination programs.  

In his letter, the previous senior program manager for the Global Alliance for Vaccines and Immunization (GAVI), wrote “it’s becoming increasingly difficult to imagine how the consequences of the extensive” gene-transfer vaccine program is “not going to wipe out large parts of our human population.” 

“One could only think of very few other strategies to achieve the same level of efficiency in turning a relatively harmless virus into a bioweapon of mass destruction,” he said. 

In addition, COVID-19 expert and highly published physician Dr. Peter McCullough affirmed, “We have the biggest biological catastrophe on our hands in human history… and no one knows how to stop it” (Video: 13:00). 

Drawing the same conclusion as Dr. Chetty elsewhere, McCullough, who has authored over 650 publications in peer-reviewed medical literature, stated “I believe that we’re under the application of a form of bioterrorism that’s worldwide, [and] that appears to have been many years in the planning.” 

Other experts, including America’s Frontline Doctors (AFLDS) have for quite some time warned against the possibility of widespread Antibody Dependent Enhancement (ADE) as a reaction to the vaccines, a condition which can certainly be fatal. 

In a white paper issued in January, AFLDS explained “ADE is especially tricky because it is a delayed reaction. Initially all seems well. The person seems to have a great immune response, but then [this vulnerability brought about by the vaccine] becomes deadly when the person is exposed to the virus in the wild.” 

“The vaccine amplifies the infection rather than preventing damage,” AFLDS continues. 

“It may only be seen after months or years of use in populations around the world.” 

AFLDS further warned that ADE reactions “are difficult to prove,” as they are often interpreted as infection with “a worse virus,” or, perhaps, a more dangerous variant. 

Dr. Sherri Tenpenny gave a similar warning last February predicting widespread illness and fatality from ADE following these injections. She expected an increase in people having difficulty breathing, who would then be declared as having a “mutant virus” (i.e., “dangerous variant”) which could be used to push a narrative that more vaccinations are needed, when “what these people are actually experiencing is the antibody created by the [original] vaccine.” 

Another expert who expressed similar concerns is Dr. Dolores Cahill, an Irish biomedical doctor and expert in immunology. She stated in a January presentation that, due to the high potential for ADE occurring, those who would consider reception of these “vaccines” should understand that for the rest of their lives they would have a “much higher risk of death” due to the vaccination. 

Cahill further expected significant numbers of deaths due to ADE in the weeks, months, and years following vaccination campaigns and expressed concern they will be classified as resulting from COVID-19 when in fact they may well be the result of the vaccination. 

Since then, a dramatic correlation between implementation of “vaccine” campaigns in nations across the globe and sharp increases in COVID-19 attributed deaths have become the norm. 

In a March interview, a former Pfizer Vice President & Chief Scientist for Allergy & Respiratory, Dr. Michael Yeadon, drew conclusions similar to Chetty’s, stating, “If someone wished to harm or kill a significant proportion of the world’s population over the next few years, the systems being put in place right now will enable it.” 

“It’s my considered view that it is entirely possible that this [system of widespread gene-transfer vaccination] will be used for massive-scale depopulation,” he said. 

In addition, when posting the video of Dr. Chetty above on telegram, Yeadon explicitly affirmed the argument of the South African physician stating, “This is an interesting opinion that makes as much sense as any. 

“The vaccine mandates are illogical & frightening, since most aren’t at great risk from the virus in the first place & the vaccines don’t prevent infection or transmission. So, they don’t provide a societal benefit, only a potential individual benefit,” he said. 

“We’d NEVER force people to do something which ONLY benefits them & even then, under unlikely circumstances. It’s nuts. Decline,” Yeadon advised. 

Un directeur de pompes funèbres britannique : 10X plus de décès de nouveau-nés après les injections COVID – des réfrigérateurs remplis de bébés morts.

Source.

Traduction

Je m’appelle Wesley, je suis directeur de pompes funèbres depuis plus de trois ans. J’ai donc quelques notions sur ce qui se passait avant le début de cette pandémie et sur ce qui se passe actuellement. Il y a eu un pic en mars, avril de l’année dernière et après ça, ça s’est considérablement calmé. Tout était gonflé d’après ce que je voyais. Et on a fermé ces unités de stockage supplémentaires qui étaient là durant l’été et on ne les a jamais rouvertes.

Les ont-ils utilisés avant?

Oui, mais je ne pense pas que… Je ne saurais pas vous dire combien de corps ils contenaient, mais on a vite fait de les refermer. Elles n’ont été ouvertes que pendant deux mois.

Donc la seule fois où vous avez observé un pic, c’était au début de cette histoire, et depuis, il n’y a presque rien eu?

Eh bien, à l’automne, c’était probablement l’une des périodes les plus calmes jamais enregistrées – et les autres directeurs de pompes funèbres vous le diront dans la mesure où ils peuvent s’exprimer. Mais en janvier, les chiffres ont crevé le plafond. À ce moment-là, les unités de stockage supplémentaires étaient planquées, à l’écart. Et cela depuis que les gens ont été vaccinés. Donc cette année, au fur et à mesure des vaccinations, j’ai vu des tendances dans les différents groupes d’âge. Évidemment, le fait qu’ils soient vaccinés n’est pas signalé, mais c’est le plus grand nombre d’enterrements que nous ayons jamais vu en deux semaines et ils sont tous âgés de 30, 40 ans, pas plus.

Et c’est ce que vous voyez maintenant?

C’est ce que j’ai vu plus tôt dans l’année quand cette tranche d’âge a été vaccinée.

Et quelle était la proportion par rapport à la proportion habituelle?

Eh bien, on procède habituellement avec tous les groupes d’âge, mais comme je le disais, les personnes âgées qui devaient probablement mourir dans l’année ou l’année et demie à venir, sont déjà mortes. Il y a donc un grand vide. Nous ne voyions plus ces décès. Et les plus jeunes sont maintenant vaccinés – et j’en ai eu environ 12 en une seule fois.

Combien en recevez-vous en général?

Très peu, très peu, mais nous avons eu des taux de suicide élevés, surtout chez les jeunes hommes. C’était surtout pendant l’été et l’automne derniers.

Mais pouvez-vous donner aux gens une idée de la proportion? Vous en avez eu 12 en un court laps de temps. Combien en recevriez-vous habituellement dans ce laps de temps? 1 ou peut-être 50% de probabilité?

Nous avons normalement 4 ou 5 funérailles en cours, pas 12 – 11, 12. Et pas tous de cette tranche d’âge. Il y a souvent des personnes âgées parmi eux. Maintenant, c’est calme et j’ai vu beaucoup de nouveau-nés dans les frigos des morgues.

Voulez-vous nous parler du nombre de nouveau-nés que vous avez vu dans les morgues?

Oh, ils sont vraiment nombreux. Il y en a plus de trente dans un seul hôpital.

Et combien en ont-ils habituellement?

Ils ont des frigos qui peuvent en contenir 6 à 10 maximum. Ils ne sont jamais pleins en temps normal. Mais maintenant ils sont tous dans la section adulte.

Donc il y a peut-être 10 fois plus de cas que d’habitude?

Oui, et manifestement, ce sont soit des fausses couches, soit des naissances à terme, des mort-nés. Mais on n’en parle pas beaucoup.

Wow. Et qu’avez-vous vu d’autre? Avez-vous vu une autre augmentation, peut-être chez les jeunes récemment?

Pas chez les moins de 20 ans. Pas dans la vingtaine, à vrai dire. Mais au-dessus, oui. Au début de l’été, quand ils sont tous allés se faire vacciner. Voyez-vous, ce qui va se passer, c’est qu’on va avoir ceux qui déclenchent quelque chose en eux, ou qui ne sont pas en très bonne santé, ou qui ne le savent pas, donc ceux-là vont passer en premier. Et ensuite, on en verra probablement beaucoup plus.

Et qu’est-ce que vous voyez sur les certificats de décès?

Il y a beaucoup de myocardites, d’infarctus du myocarde. Tout ce qui est lié au sang, au cœur, à la pneumonie. Mais pour le Covid, je n’en ai eu qu’un seul cette année, un seul décès par Covid depuis janvier.

Sur combien?

Je ne peux pas vous dire combien nous en avons eu, mais si c’était une pandémie, il devrait y en avoir plus. Mais c’est comme s’ils ne s’en souciaient plus, ils peuvent juste manipuler leurs chiffres et faire comme bon leur semble.

Donc vous en recevez des centaines par an ou peut-être une centaine?

Oui, oui. Mais vous voyez, l’année dernière ils ont étiqueté tout le monde avec cette maladie. Ils mouraient d’autres choses, ils les testaient et les étiquetaient comme Covid. Mais maintenant, depuis que les vaccinations ont commencé, ils ne le font plus.

Vous pensez que c’est parce qu’ils sont sûrs que ces injections fonctionnent sur les gens, qu’elles ne les tuent pas?

Oui, oui, ils font juste peur aux gens à la télé.

Donc c’est un truc psychologique.

Oui, oui, faites-vous vacciner. Ce qu’on va faire à partir de maintenant, je ne sais pas, quand de plus en plus de gens commenceront à mourir de ce vaccin. On a eu les premières réactions, mais que va-t-il se passer ensuite ?

Et puis-je vous demander, en ce qui concerne l’année dernière, l’étiquetage des personnes comme mortes de Covid. Combien… dans quelles proportions pensez-vous qu’elles ont été faussement attribuées?

Oh, une forte proportion parce qu’ils testaient tout le monde. Donc si vous étiez testé positif et que cela n’avait rien à voir, enfin, j’ai rencontré une personne vraiment bouleversée par cela. La personne était en train de mourir d’autre chose, je pense que c’était un cancer à l’époque, et ils ont marqué que c’était un décès dû au Covid. Elle n’avait jamais eu de Covid. Mais elle a été testée positive.

Et est-ce que vous avez vu… donc vous avez vu d’autres exemples de ça, de personnes mourant de diverses autres causes et ensuite…

Oui, oui, oui, oui. Et maintenant on voit qu’il n’y a pas de mention de qui a été vacciné et de qui ne l’a pas été sur les certificats. Et il devrait y en avoir.

Et est-ce que vous travaillez avec les familles?

Pas vraiment, non.

Donc vous n’avez pas l’occasion de leur parler et de leur poser des questions pour savoir s’ils ont eu l’injection ou pas?

Non, c’est un peu difficile à faire à moins qu’ils ne soient eux-mêmes intéressés par le sujet, car c’est une question assez privée pour eux.

Mais qu’avez-vous remarqué d’autre récemment? Vous avez remarqué une augmentation massive de décès de bébés, je peux vous demander quel âge avaient ces bébés? Étaient-ils des nouveau-nés?

Oui, des nouveau-nés ou des fausses couches. Je n’en sais pas plus, je les vois juste dans les frigos. Même sans prénom, « bébé de » et ensuite le nom des parents.

Wow.

Oui, c’est choquant et je suis sûr qu’il y a beaucoup d’autres personnes qui le remarquent aussi. Voyez-vous, nous ne nous occupons pas des nouveaux-nés, donc je ne sais pas trop ce qui leur est arrivé. Mais je les vois dans les frigos des morgues.

Et y a-t-il autre chose que vous aimeriez me dire maintenant et que je ne vous ai peut-être pas demandé?

Je ne vois rien d’autre. Juste que les décès d’adultes sont en baisse en ce moment. Comme je l’ai dit, il y a eu des vagues de personnes affectées par les vaccins. Non pas qu’il soit écrit qu’ils sont morts à cause des vaccins. Mais c’est évident et le Covid est inexistant.

Puis-je vous demander quel est votre message à toutes les personnes qui envisagent de s’exprimer ou à tous les entrepreneurs de pompes funèbres?

Je dis faites-le, faites-le. Le problème, c’est que pour beaucoup de croque-morts qui travaillent pour de grandes entreprises, il n’est pas permis de s’exprimer. Si vous voyez ce qui se passe, vous devez le dire. Je veux dire que c’est évident, c’est clair comme le jour. Personne d’autre ne voit ces certificats de décès à part le personnel du crématorium. Et tout est visible.

Merci beaucoup.

Je vous en prie.


Transcription

My name’s Wesley, I’ve been a funeral director for over three years. So I have a bit of knowledge about what was going on before this pandemic started and what’s going on right now. So there was a spike back in March, April last year and after that, it considerably calmed down. It was all hyped from what I was seeing. And they shut down these extra storage units that they had in the summer and they never open them up again.

Did they use them in the first place?

Yes, but I don’t think that… I couldn’t tell you how many bodies were in there but they soon went back down. They were only up for a couple of months.

So the only time you saw a spike was right at the start of this whole thing and since then there’s been next to nothing?

Well, come Autumn it was probably one of the quietest in record – and other funeral directors will tell you that where they can speak out. But come January the numbers were going through the roof. By this time the extra storage units were hidden, they were out of the way. And that’s since people were being vaccinated. So this year as the vaccinations have gone on I’ve seen trends through the age groups. Obviously it’s not marked down that they’re vaccinated but it’s the most funerals that you’ve ever done in 2 weeks and they’re all aged 30, 40, no older.

And that’s what you’re seeing now?

That’s what I saw earlier in the year when that age group got vaccinated.

And what sort of proportion was that compared to the proportion that you usually do with?

Well, you usually do with all different age groups but as I was saying the elderly that were probably gonna go in the next year or year and a half or whatever, they’ve already gone. So there’s a big gap there. So we weren’t having those deaths anymore. And with younger people, they are now vaccinated – and I had about 12 in one go.

How many would you usually get?

Very few, very few but I mean we’ve had high suicide rates, especially in young men. That was mainly last summer into the Autumn.

But could you give people a sense of proportion? You got 12 in a short space of time. How many would you get in that space of time? 1 or maybe like a 50 percent chance?

We normally have about 4 or 5 funerals going, not 12 – 11,12. And not all of that age group. There would be old people in there. So, and then now it’s quiet and what I’ve seen is a lot of newborn babies in the fridges in the mortuaries.

So do you want to talk about the number of newborn babies that you’ve seen in the mortuaries?

Oh, they’re really high. They’re up above thirty in one hospital.

And how many would they usually have?

They have fridges that’ll hold about 6 to 10 maximum. They’re never normally full. But now they’re all in the adult section.

So there’s about maybe 10 times the rate of what they would usually have?

Yeah, and obviously they’re either miscarried our full term birth, stillbirth. But not a lot is being said about it.

Wow. And what else have you seen? Have you seen another uptake, perhaps in younger people recently?

Not in people under 20. Not in their twenties, really. But above that, yes. Earlier in the summer when they all first went out and got vaxed. You see, what’s going to happen is you’re gonna get the ones that triggers something in them or they haven’t very good health or maybe don’t know about, so they will go first. And then down the line you’re probably gonna see a lot more.

And what do you see being put down on the death certificates?

There’s a lot of myocarditis, myocardial infractions. You know it’s all blood-, heart-based, pneumonia. But Covid, I’ve only had one this year, one Covid death written down since January.

Of how many?

I can’t tell you how many we’ve done but if it’s the same as a pandemic going on there should be more than that. But it’s like they’re not that bothered of it anymore, they can just twist their figures and do whatever.

So would that be hundreds that you do in a year or maybe a hundred?

Yeah, yeah. But you see last year they were marking anybody and everybody down with it. They died of other things, they were testing them and they were marking them down as Covid. But now since the vaccinations have been going, they’re not doing that.

So do you think it’s because they feel confident that these injections are working on people, that they’re not putting people down?

Yeah, yeah, they just scaring people on TV.

So it’s a psychological thing.

Yeah, yeah, get your vaccination. What we’re gonna do now, I don’t know, when more and more people start dying of this vaccination. I mean, you’ve had the initial reactions but what’s gonna happen down the line?

And can I ask you in terms of last year, marking people down as Covid death. How many… what sort of proportions do you think were falsely attributed?

Oh, a high proportion ’cause they were testing everybody. So if you tested positive and that wasn’t anything to do with it, I mean, I had one person really upset about it. The person was dying of something else, I think it was cancer at the time, and they marked it down as a Covid death. She’d never had Covid. But tested positive.

And were you seeing… so you’re seeing other examples of this, of people dying of multiple different things and then it…

Yeah, yeah, yeah, yeah. And now you see there’s no record of who’s been vaccinated and of who hasn’t that’s going down on the certificates. And it should be.

And do you work with the families at all?

Not really, no.

So you don’t get to speak to them and ask them any questions about whether they’ve had the injection or not?

No, it’s a bit of a tricky thing to do unless they’re on the subject because it’s quite private to them, so.

But what else have you noticed recently? You’ve noticed a massive uptick in babies and I can I ask how old were these babies? Were they newborns?

Yeah, newborns or miscarried. I don’t know anymore than that, I just see them in the fridges. Even without names, « baby of » and then the parents name.

Wow.

Yeah, it’s shocking and I’m sure there’s many more people noticing it, too. You see, we don’t we don’t deal with newborn babies so I don’t get to see what goes on with them. But I see them in the fridges in the mortuaries.

And is there anything else that you’d like to tell me now that maybe I haven’t asked you?

Can’t think of anything. Just that the deaths of adults are down right now. As I say, you’ve had the waves of people affected by the vaccines. Not that it’s written down that they’ve died of vaccines. But it’s there and Covid’s just nonexistent.

And can I ask what is your message to any of the people who are thinking of speaking out or any of the undertakers?

I say do it, do it. Problem is, with a lot of undertaker who are, you know, working for big companies, you’re not allowed to speak out. If you’re seeing this you need to speak out. I mean it’s there, it’s clear as day. Nobody else sees these death certificates apart from those in the crematorium staff. So, it’s all there.

Thank you very much.

Pleasure.

Question au Pr Perrone.

Source.

J’ai refait la transcription et la traduction, qui sont à présent correctes.

Traduction

Q : Pr Perrone, j’aimerais vous parler un peu plus en détail de l’hydroxychloroquine et de l’ivermectine dans une seconde, mais avant d’en arriver là, une chose que vous avez dite dans vos derniers commentaires soulève une question : y a-t-il actuellement une pandémie? D’après ce que vous avez dit, on peut penser que non. Y a-t-il jamais eu une pandémie? Mais en outre, en ce qui concerne les variants, les médias grand public et les politiciens insistent – l’émission politique normale du dimanche matin – sur le fait que le variant Delta et les variants suivants vont avoir un impact extrêmement négatif sur tous ceux qui ne sont pas vaccinés actuellement. Ils affirment que les personnes vaccinées s’en sortiront généralement bien au cours de l’hiver prochain, mais que les personnes non vaccinées auront la vie dure. Alors, y a-t-il une pandémie, y a-t-il jamais eu une pandémie, mais en plus de cela, les personnes non vaccinées doivent-elles avoir peur des variants actuels et des variants à venir?

R : C’est exactement l’inverse. Les personnes vaccinées courent le risque de contracter les nouveaux variants et de les transmettre. Cela a été prouvé dans neuf pays différents. Donc les personnes vaccinées devraient être mises en quarantaine et être isolées de la société. Et les personnes non vaccinées ne sont pas dangereuses. Les personnes vaccinées sont dangereuses pour les autres. C’est prouvé en Israël maintenant, je suis en contact avec de nombreux médecins en Israël. Ils ont de gros problèmes. Aujourd’hui, les cas graves dans les hôpitaux sont parmi les personnes vaccinées. Et au Royaume-Uni aussi, il y a eu un grand programme de vaccination, et aussi des problèmes.


Transcription

Q : Pr Perrone, I’d like to delve a little into hydroxychloroquine and ivermectin in a little bit more detail in a second but before we get there, something that you said in your latest comments just raises a question : Is there currently a pandemic? From what you said, it suggests there isn’t. Was there ever a pandemic? But as well as that, with respect to the variants, the media, the mainstream media and the politicians are pushing – normal sunday morning politics program this morning – they’re pushing very strongly that the Delta variant and the subsequent variants which are coming along are going to have an extremely negative impact on anybody who’s unvaccinated at the moment. They’re saying that the vaccinated in this coming winter are gonna be fine generally but the unvaccinated are going to have a very hard time. So, is there a pandemic, was there ever a pandemic, but as well as that, should the unvaccinated be afraid of the current variants that are right there and the coming variants?

R : Exactly the reverse. The vaccinated people are at risk from the new variants and [of] transmit[ting] it. It’s [been] proven in nine different countries. So vaccinated people should be put in quarantine and should be isolated from society. And unvaccinated people are not dangerous. Vaccinated people are dangerous to others. It’s proven in Israël now, I’m in contact with many physicians in Israël. They’re having big problems. Now serious cases in hospitals are among vaccinated people. And in the UK also, you had a large vaccination program, and also problems.

La mortalité toutes causes confondues monte en flèche en 2021.

Source.

Traduction

La mortalité toutes causes confondues monte en flèche en 2021

Des données provenant d’Europe et des États-Unis montrent une augmentation de la mortalité toutes causes confondues chez les personnes de moins de 65 ans après l’introduction des vaccins contre le coronavirus

Toby Rogers

12 novembre

En mai 2021, j’ai commencé à tirer la sonnette d’alarme sur une augmentation probable de la mortalité toutes causes confondues. Les données étaient on ne peut plus claires : la campagne de vaccination contre le coronavirus n’avait pas réduit l’infection, la transmission, l’hospitalisation ni la mortalité chez les personnes qui s’étaient fait injecter le produit. Et les injections coronavirus causaient ou causent des lésions et des décès à un rythme alarmant (pour calculer les dommages réels causés par les vaccins coronavirus, multipliez les rapports de lésions transmis au VAERS par 31 et les rapports de décès transmis au VAERS par 41). Mon intuition était que cela créerait un signal dans les données (une augmentation de la mortalité toutes causes confondues) qui serait problématique pour le récit officiel.

Bon, voilà le truc (et nous pouvons poursuivre cette conversation en message privé ou hors ligne si tu préfères). Si nous avons raison, le taux de mortalité toutes causes confondues devrait avoir augmenté depuis décembre jusqu’à aujourd’hui, à cause des effets du jus magique de thérapie génique. La question serait alors, comment feraient-ils (dans le rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité du CDC) pour manipuler les données pour cacher ce fait? On pourrait imaginer qu’ils cachent les décès dus au haricots magiques en les enregistrant comme décès dus au corona. Seulement, ils doivent en même temps montrer que les décès dus au corona sont en baisse pendant la même période (pour prouver que la sauce à la licorne fonctionne). Alors comment une agence de santé gouvernementale fait-elle pour faire disparaître quelques centaines de milliers de morts « inexpliquées »?

Le prix pour avoir eu raison trop tôt est… d’être suspendu des médias sociaux pour avoir gêné le cartel.

Eh bien, maintenant (6 mois plus tard) on peut lire ce signal dans les données et il est encore plus élevé que ce que j’avais prévu.

Charles Eisenstein, dans un article de Substack intitulé Elements of Refusal écrit :

Dans 29 pays d’Europe, la surmortalité au cours des quatre derniers mois pour les personnes âgées de 15 à 44 ans est presque le double de ce qu’elle était en 2020. Pour les 45-65 ans, elle est supérieure de plus de 50 %, et pour les 65-74 ans, de quelque 40 %. Et ce, malgré (ou à cause?) des taux de vaccination d’au moins 70 % en Europe. Aux États-Unis, la surmortalité toutes causes confondues est d’environ 50 % supérieure (jusqu’à présent) à celle de 2020, mais pour les personnes âgées de 25 à 44 ans et de 45 à 64 ans, elle est d’environ 85 % supérieure; pour les personnes de moins de 25 ans, la surmortalité est presque le double de celle de l’année dernière.

On passe rapidement de la plus grande erreur de santé publique de l’histoire de l’humanité à l’un des crimes les plus flagrants de l’histoire de l’humanité. La campagne de vaccination contre le coronavirus est un génocide pour les personnes de moins de 65 ans. Mon hypothèse est que la seule raison pour laquelle nous ne voyons pas une augmentation de la mortalité toutes causes confondues chez les personnes de plus de 65 ans cette année est que beaucoup d’entre elles ont déjà été tuées l’année dernière lorsque les gouverneurs des États bleus (et de certains États rouges), sous la direction du CDC, ont contaminé les établissements de soins de longue durée avec des patients positifs au coronavirus (« pour préserver la capacité des hôpitaux »).


Texte original

All-cause mortality skyrockets in 2021

Data from Europe and the U.S. show increased all-cause mortality in everyone under age 65 after the introduction of coronavirus shots

Toby Rogers

Nov 12

Back in May 2021, I started sounding the alarm about a likely increase in all-cause mortality. The data were abundantly clear that the coronavirus vaccine campaign did not reduce infection, transmission, hospitalization, nor death in those who injected the product. And coronavirus shots were/are injuring and killing people at an alarming rate (to calculate the actual harms from coronavirus vaccines multiply VAERS injury reports by 31 and VAERS death reports by 41). My hunch was that this would create a signal in the data (an increase in all-cause mortality) that would be problematic for the official narrative.

The prize for being correct early is… to be suspended from social media for embarrassing the cartel.

Well, now (6 months later) the signal is in the data and it’s even larger than I guessed.

Charles Eisenstein, in a Substack article titled Elements of Refusal writes:

In 29 countries in Europe, excess mortality in the last four months for people age 15-44 is running at nearly double what it was in 2020. For age 45-65 it is more than 50% higher, and age 65-74 some 40% higher. This is despite (or because of?) vaccination rates of at least 70% across Europe. In the USA, all-cause excess mortality is about 50% higher (so far) than 2020, but for people age 25-44 and 45-64 it is about 85% higher; for people under 25 excess mortality is nearly double last year.

This is quickly morphing from the biggest public health mistake in human history to one of the most egregious crimes in human history. The coronavirus vaccine campaign is genocide for people under age 65. My hypothesis is that the only reason we don’t see an increase in all-cause mortality in people over age 65 this year is because so many of them were already killed last year when Blue State (and some Red State) governors, under the direction of the CDC, seeded long term care facilities with coronavirus positive patients (“to preserve hospital capacity”).

Nouvelles menaces de Bill Gates.

[22/11 : la suite de cet article ici]

La Généralissime Gates – longue vie à son Régne! – nous annonce la prochaine étape de la guerre contre le Mal : mise en place d’un Quartier Général Sanitaire Global. Dans son infinie sagesse, la Généralissime s’est également associée avec l’Obersturmführer Soros, dans l’acquisition d’une entreprise de « tests », afin de désigner les porteurs du Mal dans notre société.

Rendons grâce à la clairvoyance de nos guides!

Ok, sérieusement maintenant. D’abord, pour le confort de mes lecteurs, j’ai traduit en français correct l’insupportable charabia d’analphabète qui est le mode de communication habituel de Gates, assorti de divers spasmes physiques, indicateurs classiques d’un cerveau grillé par cinquante ans d’injection de testostérone – ou pire. Ensuite, j’ai noté les endroits où intervient son léger ricanement irrépressible, dont tout psychologue compétent sait qu’il trahit un conflit interne. Ce même ricanement est omniprésent dans ses interventions, généralement à des moments incongrus, par exemple lorsqu’on parle de mort et de destruction, assorti parfois d’un sourire plutôt inquiétant. Dans ce cas précis, observez bien à quel moment de son discours ce ricanement se produit.

J’ai détecté le même phénomène, parfois encore plus spectaculaire, dans une myriade d’interventions verbales de divers acteurs de l’enfumage médiatique autour de cette pandémie. Les mêmes commettent aussi des tombereaux de lapsus linguae très révélateurs. Je vous en donne un seul exemple ici, mais ils sont innombrables. Comme le dit John C. Dvorak, qui en a balancé des dizaines sur No Agenda, c’est « la vérité qui tente de sortir ». Adam Curry est très fort aussi pour repérer les ricanements mentionnés plus haut. Je les remercie tous les deux au passage pour le clip sonore que je leur pique ci-dessous.

Tous ces signes pointent une absence d’empathie chez ces personnes : ce sont des psychopathes. Un exemple extrême de ce phénomène est Joe Biden, qui outre sa psychopathologie sombre chaque jour davantage dans la sénilité : réactions à contretemps, tics de langage obsessionnels, incohérences verbales et constants couacs d’élocution. Tout caricatural qu’il soit, Biden est représentatif de la majorité des défenseurs médiatisés de l’opération en cours. Selon n’importe quelle définition, ce sont des épaves humaines. Biden, Fauci, Schwab, Gates, Soros : des vieillards cyniques qui n’ont plus rien à perdre et ont été recrutés pour cette raison. Macron est exceptionnellement jeune pour faire partie de cette clique mais si vous l’observez bien, vous verrez qu’il est déjà mort à l’intérieur. Pour le dire en français, ils ont la gueule de ce qu’ils sont. Jetez un coup d’oeil sur les photos de l’article en lien dans la capsule sous le titre…

Ces personnages ne peuvent se permettre que d’être interrogés dans un cadre strict, très scénarisé, avec des questions filtrées posées par des journalistes aux ordres. Vous pouvez vous-mêmes observer le phénomène, que je relaie dans cet article, dans votre propre entourage. Dans les rares cas où une question gênante est posée, soit ils agressent, soit ils s’écroulent complètement et passent en mode panique, où leur dernier recours est de ne pas répondre du tout à la question et à réciter à la place des mantras de propagande orwellienne. C’est clairement leur seule tactique de défense lorsqu’ils comparaissent devant le Congrès américain, où le cadre est un peu moins contrôlé. Celui qui s’en sort le mieux dans ce cas précis est Anthony Fauci, mais il faut rappeler qu’il a bénéficié d’un entraînement au mensonge systématique de plus de quarante ans et qu’entre les « crises » VIH et SARS-CoV-2, il laisse derrière lui un chemin jonché de cadavres.

En ce qui concerne Gates, je vous renvoie à cet article d’Isabelle, sur Conscience du Peuple, que je remercie d’avoir fait en grande partie le boulot à ma place. Comme elle l’a bien relevé et comme vous le lirez ci-dessous, la nouvelle mascotte de Gates s’appelle variole. La « prochaine pandémie » ne serait donc pas le « virus » Marburg comme récemment annoncé, mais gardons l’oeil ouvert tout de même. Comme Isabelle le rappelle judicieusement, la potentielle épidémie de variole a déjà été scénarisée dans un exercice de simulation (War Game) nommé Dark Winter – dont je vous ai déjà parlé, sur le même modèle que l’Evénement 201- terme repris plusieurs fois par les deux candidats à la présidentielle américaine lors de leur second « débat » télévisé. En Israël, ça a simulé également avant-hier: mise à jour de la même simulation.

Les jeux de simulation sont une signature classique des opérations sous faux drapeau. Il arrive même souvent qu’ils soient simultanés à l’opération, comme ce fut le cas pour le 11 septembre. Une autre des signatures classiques des psyops est la programmation prédictive. Et là, on en tient un exemple assez spectaculaire.

Je ne vous l’ai jamais avoué mais je suis un fan des films de James Bond. Pas sérieux mais en fait bien moins anodin qu’il paraît. Si vous avez vu « No time to die » – que je vous recommande vivement – vous aurez certes vu beaucoup trop de gens s’entretuer, comme d’habitude, mais [ALERTE SPOILER!] vous savez aussi que l’arme du méchant est le virus militarisé de la variole. Vous avez aussi vu que cette arme est génétique, qu’elle peut être programmée pour cibler certains ADN et que sa diffusion se fait par contact cutané. Et – le plus important – vous avez vu que des gouvernements envoient des navires militaires récolter leur arsenal de fioles. Vous avez en réalité fait le plein d’informations réelles sous forme de fiction – principe de la programmation prédictive. On vous a fait faire le tour des éléments de l’opération en cours, raison pour laquelle il est très instructif de décoder ces films – même remarque pour les deux prequels de Alien par Ridley Scott – pour les remettre dans l’ordre et les connecter à la réalité. Si je trouve le temps, je décoderai celui-ci.

Petit exemple de l’intérêt du décodage d’un autre film de James Bond: dans le 23ème film, on devait en apprendre davantage sur l’organisation souterraine et maléfique, Quantum, dont il était question dans le film précédent, « Quantum of Solace« . Le fonds d’investissement de M. Soros se nomme Quantum Funds. M. Soros, qui trouvait qu’on lui soufflait un peu trop dans la nuque, a émis en 2010 un offre d’achat de 1,5 milliards de dollars sur MGM (qui en valait 4) dans le but de couler le studio pendant le tournage du film – qui fut quand même tourné, avec un peu de retard et moyennant quelques changements au scénario. Quand M.Soros se sent visé à ce point, il y a une raison. Il est une caricature vivante des méchants à la James Bond.

Pour ceux qui ne l’ont pas vue, il y a toujours cette magnifique interview de Soros, dans laquelle il déclare qu’il ne se « soucie pas des conséquences sociales de ses actes » (amusant de la part du bailleur de fond de multiples organes de déstabilisation des Etats) et qu’il n’éprouve aucun remords à avoir aidé dans sa jeunesse le NSDAP à confisquer les biens des déportés juifs parce que « quelqu’un d’autre l’aurait fait de toute manière », et que c’étaient « les moments les plus heureux de sa vie ». Sans commentaire.

Passons maintenant au décodage de l’intervention de son acolyte. Vous pouvez éventuellement d’abord lire la traduction ci-dessous et revenir ici après.

« Nous devons repenser la façon de concevoir les vaccins » : ce qui est évidemment l’annonce d’une généralisation de la technologie ARNm.

« On n’a pas fait beaucoup de progrès sur le plan thérapeutique » : ce qui est la consolidation du fait que les remèdes anciens ne seront pas réaffectés et que les protocoles n’autoriseront que les molécules nouvellement créées. On a vu le résultat.

« [L]’Australie et la Nouvelle-Zélande ont démontré […] qu’une gestion compétente pouvait faire baisser le taux de mortalité de manière assez spectaculaire » : confinements, isolation, contrôle policier, censure, etc. qui n’ont eu strictement aucun effet sur le plan sanitaire mais arrangent les gouvernements qui en sont preneurs.

« [I]l faudra des dizaines de milliards de dollars en recherche et développement » : rentables, sans aucun doute, ce qui devrait attirer les investisseurs, poussés dans le dos par Blackrock.

« […] la réalisation de ce que j’appelle des exercices de simulation bactériologique, où l’on se pose la question de savoir ce qui se passerait si un bioterroriste introduisait la variole dans dix aéroports » : voir remarque ci-dessus, concernant les simulations.

« Il y a des épidémies d’origine naturelle et des épidémies causées par le bioterrorisme » : non, il n’y a jamais eu d’épidémies causées par le bioterrorisme et il est plus que douteux qu’il y en ait jamais. Les souches dangereuses sont sous haute surveillance militaire. Les pseudo-attentats à l’anthrax en 2001 se sont révélées être un « inside job« , la souche provenant de Fort Detrick. Le Dr. Igor Shepherd détaille une opération de contamination de masse menée à St Petersbourg par le gouvernement soviétique ici. Les seuls dangers bioterroristes sont ceux mis en place au niveau national ou international par des « insiders » sous forme de « black ops« . Désolé pour cette avalanche de termes américains.

« […] éradiquer la grippe, se débarrasser du rhume, concevoir des vaccins sous forme d’un petit patch à placer sur le bras » : le patch en question est un des outils de la politique de marquage du bétail humain, au même titre que les codes QR, les applis de traçage et surtout le traçage direct via adresses Mac individuelles implémentées par l’oxyde de graphène et nanobots probablement contenus dans les injections (voir ici, paragraphe « Hackers, un » et autres articles relevants sur ce blog et d’autres).

Pour compléter cet article, une lecture utile est cet article-ci, de Liliane Held-Khawam, récemment mis à jour, sur les accords passés en décembre 2019 entre le gouvernement français (mais pas que) et l’OMS – entiérement contrôlée par la Fondation Gates – qui lui donne officiellement plein pouvoir sur l’ensemble des réseaux de santé nationaux et les mains libres pour imposer son système. Toujours sur son site, excellent article sur Gates ici.

Sur le chapitre « Climat » (avec de gros guillemets) évoqué en passant par Gates ci-dessous, Liliane Held Khawam publie cette traduction d’un article de Whitney Webb, également très utile. Bref, tout est à lire sur son site.

Traduction

Q : Et prenons-nous maintenant, ou plutôt ne prenons-nous pas maintenant, les mesures qui devraient être prises en vue de la prochaine pandémie ?

R : C’est en 2015 que j’ai donné la conférence Ted, accompagnée d’un certain nombre de documents intitulés « Nous ne sommes pas prêts pour la prochaine pandémie ». Et malheureusement, c’était une meilleure prévision de ce qui allait arriver que ce que quiconque aurait souhaité faire. Les dommages économiques, les morts, tout cela a été absolument horrible et je m’attendais à ce que cela pousse (ricanement) les projets de recherche et développement à se concentrer sur ce dont nous ne disposons pas aujourd’hui.

Nous ne disposions pas de vaccins qui bloquent la transmission. Nous avons des vaccins qui améliorent notre état de santé, mais qui ne réduisent que légèrement les transmissions. Nous devons repenser la façon de concevoir les vaccins. On n’a pas fait beaucoup de progrès sur le plan thérapeutique. La dexaméthasone et maintenant le Molnupiravir pourraient être utiles mais beaucoup moins que ce qui aurait été souhaitable. Nous n’avons pas réussi à mettre en place les diagnostics qui nous auraient permis d’atteindre ce que l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont démontré, à savoir qu’une gestion compétente pouvait faire baisser le taux de mortalité de manière assez spectaculaire.

J’espère donc pouvoir écrire dans cinq ans un livre intitulé « Nous sommes prêts pour la prochaine pandémie », mais il faudra des dizaines de milliards de dollars en recherche et développement, et les États-Unis et le Royaume-Uni y participeront. Il faudra probablement environ un milliard de dollars par an pour constituer une task force [groupe de travail] sur les pandémies au niveau de l’OMS, chargée de la surveillance et de la réalisation de ce que j’appelle des exercices de simulation bactériologique, où l’on se pose la question de savoir ce qui se passerait si un bioterroriste introduisait la variole dans dix aéroports. Comment le monde réagirait-il à cela?

Il y a des épidémies d’origine naturelle et des épidémies causées par le bioterrorisme qui pourraient même être bien pires que ce que nous connaissons aujourd’hui et pourtant les progrès de la science médicale devraient nous donner des outils qui nous permettraient de faire considérablement mieux. On pourrait donc considérer qu’il s’agit d’une priorité et l’année prochaine, je devrai procéder à ces affectations, y compris pour la task force sur la pandémie mondiale.

Ce qui est bien, c’est une grande partie de la recherche et du développement dont nous avons besoin pour être prêts pour la prochaine pandémie ou des questions comme rendre les vaccins bon marché, disposer des usines, éradiquer la grippe, se débarrasser du rhume, concevoir des vaccins sous forme d’un petit patch à placer sur le bras, des choses qui seront incroyablement bénéfiques même dans les années où nous n’aurons pas de pandémies. Donc parallèlement au message sur le climat et (ricanement) à la lutte permanente contre les maladies des populations pauvres, la préparation aux pandémies est un sujet dont je parlerai beaucoup et je pense que ce sujet trouvera un terrain fertile parce que nous avons perdu des milliers de milliards (ricanement) de dollars et des millions de vies et les gouvernements… les citoyens attendent de leurs gouvernements qu’ils ne laissent pas cela se reproduire. »


Transcription originale

Q : And are we doing things now or rather we not doing things now that we really need to be doing in preparation for the next pandemic?

A : Yeah so it’s 2015 that I gave the Ted talk among a number of papers titled « We’re not ready for the next pandemic ». And sadly that was a better forecast of what would happen than anyone would have wished for. The economic damage, the deaths, it’s been completely horrific and I would expect that would lead (snicker) the R and D projects to be focused on things we didn’t have today.

You know, we didn’t have vaccines that blocked transmission. We got vaccines that help you with your health but they only slightly reduce the transmissions. We need a new way of doing the vaccines. We didn’t get much in the way of therapeutics. Dexamethsone and now Molnupiravir could help but way less than should have been the case. We don’t get the diagnostics up and running in order to achieve what at least Australia and New Zealand showed that competent management could keep the death rate down pretty dramatically.

And so I’m hoping in five years I can write a book called « We are ready for the next pandemic » but it’ll take tens of billions in R and D that the US and UK will be part of that. It’ll take probably about a billion a year for a pandemic task force at the WHO level which is doing the surveillance and actually doing what I call germ games where you practice you say okay what if a bioterrorist brought smallpox to ten airports, you know? How would the worlds respond to that?

There’s naturally-caused epidemics and bioterrorism-caused epidemics that could even be way worse than what we experience today and yet the advances in medical science should give us tools that, you know, we could do dramatically better. So you’d think this would be a priority and the next year will be where those allocations I have to get made including this global pandemic task force.

The nice thing is a lot of the R and D we need to do to be ready for the next pandemic or things like making vaccines cheap, having the factories, eridacting the flu, getting rid of the common cold, making vaccines just a little patch you put on your arm, things that will be incredibly beneficial even in the years when we don’t have pandemics. So you know along with the climate message and (snicker) the ongoing fight against disease of the poor, the pandemic preparedness is something I’ll be talking about a lot and I think it’ll find fertile ground because, you know, we lost trillions (snicker) of dollars and millions of lives and, you know, governments… citizens expect their governments not to let that happen again.

Nouvelles en vrac.

Etant donné que j’ai des traductions à terminer, des articles à rédiger, trois cent onglets ouverts sur FireFox en permanence et un sous-titrage d’une conférence de Nikki Florio qui n’avance pas, je vous présente les quelques nouvelles ci-dessous sous forme résumée.

Vaccidents

Le comportement des automobilistes, qui n’était déjà pas parfait avant, s’est considérablement dégradé depuis le début de la campagne d’injection, selon les témoignages assez éloquents de chauffeurs de poids lourds et de policiers que j’ai lus récemment. Des conducteurs qui dérivent sans raison d’une file à l’autre, des crashes inexplicables dans des lignes droites sur des routes parfaitement sûres, etc.

Soyez prudents.

Pénurie organisée

En Belgique, les institutions telles que les maisons d’hébergement, centres pour sans-abri reçoivent depuis des semaines de la part de la Banque Alimentaire des dons de nourriture en quantité astronomique, avec des dates de péremption très éloignées. Ces dons proviennent des grandes chaînes de distribution et ne sont pas des invendus : beaucoup de ces articles sont manquants dans les rayons des grandes surfaces, notamment les pâtes alimentaires.

Au même moment, toutes les enseignes font des promotions extraordinaires sur une très large gamme d’articles (moins x%, 1+1 gratuit…), même les plus coûteux comme la télé/hifi, gros électroménager, etc. A titre d’exemple, on offre une télé gratuite (valeur 500€) à l’achat d’un téléphone de moins de 300€. Parallèlement, on annonce une grève générale du personnel dans ce secteur, qui n’a obtenu qu’une indexation de 0,2% de son salaire – contre 2% dans les autres secteurs – et en est légitimement mécontent.

De ces simples observations, on peut dégager deux tendances concomitantes.

D’une part, un déstockage massif et une offre sur-stimulée par des prix artificiellement bas en bout de chaîne. En Chine et au Royaume-Uni, le gouvernement va même jusqu’à créer une ruée artificielle des consommateurs en menaçant des centaines de milliers de citoyens de confinement imminent par des avertissements sur leur smartphones leur recommandant également de stocker les denrées nécessaires.

D’autre part, on sait qu’il existe des goulots d’étranglement dans la production (manque de pièces et de matière première) et la distribution (coûts exorbitants et manque de personnel dans le transport, situation de fermeture des détaillants).

On crée donc de toute pièce une situation de surconsommation dans un contexte de sous-production qui ne peut qu’aboutir à une pénurie et à une flambée des prix.

Faut-il rappeler que le même genre de procédé a été utilisé pour créer la crise Covid: pseudo-situation épidémique aggravée par l’interdiction des traitements, pseudo-crise hospitalière aggravée par la non-utilisation des cliniques privées et la fermeture des services non-Covid, pseudo-létalité du virus aggravée par des protocoles dangereux et inefficaces, etc.

C’est signé.

Facebook et censure

Grande mascarade autour des pratiques malsaines de l’annexe de la CIA la célèbre plateforme sociale : ses algorithmes sèmeraient les graines de la discorde chez ses utilisateurs, en leur suggérant des liens haineux/de désinformation, à tel point que le non-événement du 6 janvier – « l’attaque » du Capitole – serait en partie de leur faute.

C’est une agente du renseignement ancienne employée de la firme qui se pose en lanceuse d’alerte, et vient témoigner de ce scandale (10.000 copies de documents internes à l’appui) devant un Congrès américain qui, dûment indigné devant le danger pour la « démocratie » américaine (je rappelle que les Etats-Unis sont une République Constitutionnelle, c’est-à-dire l’opposé d’une démocratie), propose de réguler l’activité du site, clause de responsabilité incluse, l’objectif de cette mise en scène étant in fine de « réguler » tout le Web, évidemment.

Soins intensifs à Anvers

Interview du Dr Kristiaan Deckers de l’hôpital GZA à St-Augustinus, diffusée sur une chaîne flamande:

En ce moment, ils pensent de manière beaucoup plus radicale à l’Hôpital Universitaire de Gand (?). Ceux qui pensent que l’unité de soins intensifs est pleine de patients vaccinés n’ont plus raison. « En ce moment, ici, nous voyons qu’une majorité de patients sont des cas de percées infectieuses (« breakthrough cases »). C’est très différent de ce qui se passait il y a quelques semaines, lorsque la majorité des patients de l’unité de soins intensifs n’étaient pas encore vaccinés, mais ce n’est plus le cas. Les patients de l’USI de nos hôpitaux à GZA, je l’ai vérifié hier, sont tous vaccinés. »

Une infirmière qui travaille au service Covid d’un grand hôpital de la ville de Liège me confirme la même chose: 100% de patients injectés dans son service.

Hors milieu hospitalier, j’ai reçu le récit de cas de Covid récents qui permettent de faire une comparaison. Personne non-injectée: cinq jours d’infection; personne injectée: cinq semaines.

Le fait que l’infection soit plus sévère et plus durable chez les personnes injectées indiquent vraisemblablement le résultat de la facilitation de l’infection par anticorps, ou antibody-dependent enhancement, que plusieurs médecins décrivaient il y a des mois au fil des nombreux articles publiés sur ce blog et sur lequel on colle maintenant la nouvelle étiquette « percées infectieuses » ou breakthrough cases.

Ne les croyez pas.

Grippe cardiaque et AVC des enfants

On annonce dans les médias que la grippe de cet hiver risque d’être très meurtrière puisque son absence lors de la saison dernière (attribuée au port du masque, au lavage des mains et à la distanciation sociale) provoquerait un relatif déficit immunitaire dans la population. Bien entendu, on recommande la vaccination anti-grippale.

On rappelle aussi dans ces mêmes médias que la grippe multiplie par six (ancienne étude) le risque de crise cardiaque.

L’aggravation des infections de type grippal et l’augmentation du nombre de crises cardiaques sont donc imputées à l’avance à ces deux facteurs, ce qui permettrai d’exclure d’emblée la possibilité qu’elles soient dues à des effets secondaires des injections Covid.

Dans la même veine, on voit sur le Net des photos de placards sur des autobus canadiens (neuf affiches en tout, ce n’est pas une campagne massive) qui informent que « Les enfants aussi ont des AVC ». Ces affichages sont l’initiative d’une organisation nommée Achieving Beyond Brain Injury, créée par deux parents dont les enfants de 10 et 14 ans ont souffert d’AVC. Il s’agirait donc d’une pure coïncidence si ces affiches, qui préviennent d’un phénomène atypique et rarissime, sont apparues parallèlement à l’injection des adolescents, et à présent des 5-11 ans.

Nous verrons bientôt s’ils sont rarissimes.

Fauci et les Beagles

Le Dr Fauci est éclaboussé par le scandale des Beagles de laboratoire. Pour rendre quelqu’un vraiment antipathique, quoi de mieux que d’en faire un tueur de chiens? Ça semble en tout cas beaucoup plus émouvant auprès du grand public que la mort de quelques centaines de milliers de vieux – au Rivotril dans leur home ou au respirateur et/ou au Remdesivir à l’hôpital. Sans même évoquer l’hécatombe de centaines de milliers de séropositifs, à doses massives d’AZT, il y a quarante ans.

Ce pseudo-scandale canin pourrait fournir à Fauci une meilleure porte de sortie qu’un procès pour crime contre l’Humanité. Le même procédé vient d’être employé pour le gouverneur de New-York, Andrew Cuomo, qui se retire la tête haute suite à des accusations de harcèlement sexuel, après avoir organisé dans son Etat, comme le rappelle le Dr Zelenko, la mort de milliers de ses administrés.

Rappelons les paroles du Dr Zelenko à son sujet: « Qu’il brûle en Enfer. »

Liberté

Ben McClintock, de Defending Utah, explique parfaitement dans cette conférence (en anglais) le fait que la liberté d’un peuple est fonction de sa moralité. La liberté étant la principale revendication du moment, je me pencherai dans un article prochain sur ce qui se passe actuellement sur le front de la moralité.

Hackers, un

Rien de nouveau mais au cas où vous l’auriez loupé : un hacker russe rentre dans le système informatique qui liste les personnes injectées (qui ont toutes une adresse Mac) et y consulte les données sur un de ses camarades en temps réel.

Le système l’informe que son camarade est endormi.

Hackers, deux

Voici un truc rigolo. Adolf Hitler, Bob l’Éponge, même combat.

Lien

Pour le reste de l’actualité, je vous recommande Covidémence, qui fait le boulot – sans oublier de rester rigolo également.

Dix signaux d’alarme dans l’analyse risques-bénéfices de la FDA concernant la demande d’autorisation d’urgence de Pfizer d’injection de son produit à ARNm à des enfants américains âgés de 5 à 11 ans.

Un article de Toby Rogers.

Source.


Traduction

Dix signaux d’alarme dans l’analyse risques-bénéfices de la FDA concernant la demande d’autorisation d’urgence de Pfizer d’injection de son produit à ARNm à des enfants américains âgés de 5 à 11 ans.

Le document d’information de la FDA est un ramassis grotesque de pseudo-science et doit être retiré immédiatement.

Toby Rogers

25 octobre 2021

Par où faut-il commencer pour examiner la grotesque analyse risque-bénéfice de la FDA concernant le « vaccin » à ARNm COVID-19 de Pfizer chez les enfants âgés de 5 à 11 ans?

Commençons par mes compétences. J’ai fait une année de statistiques dans l’une des meilleures universités d’arts libéraux d’Amérique (Swarthmore). J’ai suivi une année d’études supérieures en statistiques dans le programme de maîtrise classé numéro 1 pour l’analyse des politiques (UC Berkeley). Et j’ai un Doctorat en économie politique de l’une des meilleures universités du monde (Université de Sydney). Mes recherches sont centrées sur la corruption dans l’industrie pharmaceutique. Je lis des études scientifiques en rapport avec les vaccins presque tous les jours depuis 5 ans. Au début de ma carrière, j’ai travaillé de manière professionnelle à déconstruire des analyses coûts-avantages de très mauvaise qualité préparées par des sociétés qui tentaient d’obtenir des allégements fiscaux, des contrats et d’autres concessions de la part des autorités locales. Il convient de dire que j’ai beaucoup étudié les analyses risques-bénéfices et que je suis mieux équipé que la plupart des gens pour lire un de ces documents.

L’analyse risques-bénéfices effectuée par la FDA dans le cadre de la demande d’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) présentée par Pfizer pour administrer son vaccin COVID-19 à des enfants âgés de 5 à 11 ans est l’un des documents les plus minables que j’aie jamais vus.

Commençons par le début :

🚩 Les taux d’incidence du COVID-19 chez les enfants âgés de 5 à 11 ans sont si bas qu’il y a eu ZERO cas de COVID-19 sévère et ZERO cas de décès dus au COVID dans le groupe de traitement (n= 1 518) ou le groupe témoin (n= 750). Ainsi, toutes les affirmations que vous lisez dans la presse sur le fait que le vaccin Pfizer est « efficace à 90 % » chez les enfants sont dénuées de sens, car elles font référence à des cas bénins dont les enfants se remettent généralement rapidement (et qui leur confèrent une immunité robuste à large spectre). Il n’y a donc littéralement aucune urgence dans cette population qui puisse faire l’objet d’une demande d’autorisation d’utilisation en urgence. La demande de Pfizer devrait être exclue d’emblée si la FDA suivait réellement les données scientifiques et ses propres règles. Nous reviendrons sur ce sujet plus loin.

🚩 L’essai clinique de Pfizer sur les enfants était intentionnellement sous-dimensionné pour dissimuler les effets néfastes. C’est une astuce bien connue de l’industrie pharmaceutique. La FDA les a même interpellés à ce sujet au début de l’été et a demandé à Pfizer d’étendre l’essai, mais Pfizer les a ignorés parce qu’ils le peuvent. (Pfizer a truqué l’essai en important des données d’une autre étude, mais cette autre étude ne surveillait les effets indésirables que pendant 17 jours, de sorte que les nouvelles données ont pollué les résultats au lieu de les clarifier). En d’autres termes, si le taux de certains effets secondaires spécifiques chez les enfants à la suite de cette injection est de 1 sur 5 000 et que l’essai ne porte que sur 1 518 personnes dans le groupe de traitement, il est peu probable que ce dommage particulier soit détecté lors de l’essai clinique. Voilà pour le « Sûr et Efficace(TM) ».

🚩 Pfizer n’a recruté que des « participants âgés de 5 à 11 ans sans preuve d’une infection antérieure par le SRAS-CoV-2″. L’injection d’ARNm de Pfizer annule-t-elle l’immunité naturelle et laisse-t-elle le sujet dans une situation pire que si on ne faisait rien, comme le montrent ces données du gouvernement Britannique? Pfizer n’en a aucune idée car les enfants ayant déjà été infectés par le SRAS-CoV-2 ont été exclus de cet essai. Cela a été fait à dessein. Les auteurs de pollutions toxiques ont appris à ne pas poser les questions auxquelles ils ne veulent pas de réponses, de peur de se retrouver face à des preuves de leur culpabilité dans un futur procès.

Selon une analyse d’Alex Berenson :

« Ce que déclarent les Britanniques, c’est qu’ils ont découvert que le vaccin interfère avec la capacité innée de l’organisme, après l’infection, à produire des anticorps contre la protéine de pointe, mais aussi contre d’autres parties du virus. Plus précisément, les personnes vaccinées ne semblent pas produire d’anticorps contre la protéine de la nucléocapside, l’enveloppe du virus, qui est un élément crucial de la réponse des personnes non vaccinées. Cela signifie que les personnes vaccinées seront beaucoup plus vulnérables aux mutations de la protéine spike MÊME APRÈS AVOIR ÉTÉ INFECTÉES ET REMISES SUR PIED une fois (ou plus d’une fois, probablement). Cela signifie également que le virus est susceptible de sélectionner des mutations qui vont exactement dans cette direction, car celles-ci lui procureront en fait une immense population vulnérable à infecter. Et c’est probablement une preuve supplémentaire que les vaccins peuvent interférer avec le développement d’une immunité robuste à long terme après l’infection. »

🚩 Pfizer a-t-il PERDU LE CONTACT avec 4,9 % des participants à ses essais cliniques? Le document risque-bénéfice de la FDA indique : « Parmi les participants de la Cohorte 1, 95,1% avaient un suivi de sécurité ≥2 mois après la dose 2 au moment de la coupure des données du 6 septembre 2021. » Alors que sont devenus ces 4,9 % qui n’ont pas été soumis à un suivi de sécurité 2 mois après la dose 2? Faisaient-ils partie du groupe de traitement ou du groupe témoin? Nous n’en avons aucune idée car Pfizer ne le dit pas. Compte tenu de la faible taille de l’essai, le fait de ne pas avoir suivi 4,9 % des participants fausse potentiellement les résultats.

🚩 La période de suivi était intentionnellement trop courte. Il s’agit d’une autre astuce bien connue de l’industrie pharmaceutique conçue pour dissimuler les dommages. La cohorte 1 semble avoir été suivie pendant 2 mois, la cohorte 2 n’a été surveillée sur le plan des effets indésirables que pendant 17 jours. De nombreux effets néfastes des vaccins, notamment le cancer et les troubles auto-immuns, mettent beaucoup plus de temps à se manifester. Comme le dit le vieil adage, « on peut faire vite ou on peut faire bien, mais on ne peut pas faire les deux ». Pfizer a choisi la rapidité.

🚩 Le modèle risques-bénéfices créé par la FDA ne prend en compte qu’un seul dommage connu de l’injection d’ARNm de Pfizer – la myocardite. Mais nous savons que les effets néfastes avérés de l’injection d’ARNm de Pfizer vont bien au-delà de la myocardite et comprennent l’anaphylaxie, la paralysie de Bell, la crise cardiaque, la thrombocytopénie/faible taux de plaquettes, l’invalidité permanente, le zona et le syndrome de Guillain-Barré (SGB), pour n’en citer que quelques-uns. Le cancer, le diabète, les perturbations endocriniennes et les troubles auto-immuns sont susceptibles d’apparaître plus tard. Mais la FDA ne se préoccupe de rien de tout cela car elle a un vaccin à vendre, alors elle ignore tous ces facteurs dans sa modélisation.

🚩 Pfizer élimine intentionnellement le groupe témoin dès qu’il le peut en vaccinant tous les enfants qui ont initialement reçu le placebo. Ils prétendent qu’ils le font pour des « raisons éthiques ». Mais tout le monde sait que le véritable objectif de Pfizer est d’éliminer tout groupe de comparaison afin qu’il n’y ait pas d’études de sécurité à long terme. Effacer le groupe de contrôle est un acte criminel et pourtant Pfizer, Moderna, J&J et AZ le font de manière standard avec la bénédiction de la FDA/CDC.

🚩 Compte tenu de tout ce qui précède, comment diable la FDA a-t-elle pu prétendre à un quelconque bénéfice de cette injection? Vous feriez mieux de vous asseoir pour ce passage, car c’est une perle! Voici la phrase clé :

L’efficacité du vaccin a été déduite d’un pontage immunitaire d’un taux de 50 % de titres d’anticorps neutralisant du SRAS-CoV-2 (NT50, test de microneutralisation mNG du SRAS-CoV-2).

Attendez, quoi? Je vais vous expliquer. Il y a eu ZERO cas de COVID-19 sévère dans l’essai clinique d’enfants âgés de 5 à 11 ans. Pfizer et la FDA ont donc simplement ignoré tous les résultats sanitaires réels (ils étaient obligés, il n’y a pas d’urgence, donc la demande est caduque). AU LIEU DE CELA, Pfizer s’est rabattue sur la recherche d’anticorps dans le sang. En général, les anticorps sont un piètre indicateur de l’immunité. Et les anticorps dans le sang de ces enfants de 5 à 11 ans ne nous apprennent rien car, encore une fois, il n’y a eu aucun cas de COVID-19 grave dans cette étude (aucun dans le groupe traité, aucun dans le groupe témoin). Pfizer a donc dû faire preuve de créativité! La solution qu’ils ont trouvée est le « pontage immunitaire ». Pfizer a examiné le niveau d’anticorps dans les analyses de sang provenant d’une autre étude portant sur des personnes âgées de 16 à 25 ans, a déterminé le niveau d’anticorps qui semblait être protecteur dans cette population, puis a estimé combien d’enfants âgés de 5 à 11 ans avaient des niveaux similaires d’anticorps dans le sang, et a ensuite calculé le nombre de cas, d’hospitalisations, d’admissions en soins intensifs et de décès qui seraient évités à l’avenir par cette injection dans la population des 5 à 11 ans, en se basant sur les niveaux d’anticorps et les résultats de santé de la population des 16 à 25 ans. Si cette logique torturée vous donne mal à la tête, c’est normal, car une telle chicanerie est sans précédent dans une analyse risques-bénéfices.

Alors, lorsque la FDA emploie cette logique torturée au début de son document d’information, tous les calculs qui en découlent seront totalement faux. Pas seulement faux, mais grotesques et criminellement faux.

Tout le scénario se résume au tableau 14 de la page 34 du document sur les risques et les bénéfices de la FDA. Et là, les drapeaux rouges rappliquent à la vitesse grand V.

🚩 Le modèle de la FDA n’évalue les bénéfices de la protection vaccinale que sur une période de 6 mois après l’administration de deux doses. De plus, il suppose une efficacité constante du vaccin pendant cette période. Ceci est problématique à plusieurs égards.

Premièrement, la réduction des cas bénins chez les enfants n’est pas le résultat clinique souhaité. Comme le souligne le Dr Geert Vanden Bossche, la vaccination de masse transforme les enfants en excréteurs de variants plus infectieux.

« Les personnes jeunes et en bonne santé ne doivent en aucun cas être vaccinées, car cela ne fera qu’éroder leur immunité innée protectrice contre les coronavirus (CoV) et autres virus respiratoires. Leur immunité innée les protège normalement/naturellement en grande partie et leur confère une sorte d’immunité de groupe dans la mesure où elle dilue la pression infectieuse des CoV au niveau de la population, alors que la vaccination de masse les transforme en excréteurs de variants plus infectieux. Les enfants/jeunes qui contractent la maladie développent généralement une maladie légère à modérée et continuent donc à contribuer à l’immunité de groupe en développant une immunité large et durable. Si on est vacciné et qu’on attrape la maladie, on peut aussi développer une immunité à vie, mais pourquoi prendre le risque de se faire vacciner, surtout quand on est jeune et en bonne santé? Premièrement, il y a le risque d’effets secondaires potentiels ; deuxièmement, il y a le risque toujours croissant que les anticorps vaccinaux ne soient plus fonctionnels tout en continuant à se lier au virus, ce qui augmente la probabilité d’une facilitation de l’infection par anticorps ou même d’une maladie grave… ».

Deuxièmement, nous savons que l’efficacité du vaccin dans le mois qui suit la première dose est négative parce qu’il supprime le système immunitaire et qu’il commence à s’affaiblir après 4 mois, de sorte que toutes les estimations de la FDA sur l’efficacité du vaccin sont surévaluées.

Troisièmement, les effets néfastes de la myocardite provoquée par ces vaccins se manifesteront probablement au fil des ans. Robert Malone, l’inventeur de la technologie mRNA, note que la FDA admet que les enfants seront injectés deux fois par an pour toujours (d’où le délai de six mois dans le modèle risques-bénéfices de la FDA). Mais les risques d' »événements indésirables tels que la cardiomyopathie seront cumulatifs ». Donc tout modèle qui ne prend en compte qu’un délai de six mois cache le véritable taux d’événements indésirables.

🚩 La FDA/Pfizer jouent aux dés avec leurs estimations de myocardite. Tout d’abord, ils considèrent les myocardites « excédentaires » (c’est-à-dire causées par l’injection) en utilisant les données de la base de données privée « Optum health claim database » au lieu du système public VAERS (p. 32). Il est donc impossible pour le public de vérifier leurs affirmations. Ensuite, lorsqu’il s’agit d’estimer combien d’enfants atteints de myocardite induite par le vaccin seront hospitalisés et admis aux soins intensifs, ils utilisent le Vaccine Safety Datalink (voir page 33). Pourquoi passer d’une base de données à une autre pour ces estimations? Enfin, il n’y a pas d’explication sur la façon dont ils ont calculé les décès « excédentaires » dus à la myocardite, ils ont donc simplement indiqué 0. Drapeau rouge, drapeau rouge, drapeau rouge.

La FDA estime qu’il y aura 106 cas supplémentaires de myocardite pour 1 million d’enfants de 5 à 11 ans ayant subi une double injection. Il y a 28 384 878 enfants âgés de 5 à 11 ans aux États-Unis. L’administration Biden veut leur injecter à tous des doses d’ARNm de Pfizer et a déjà acheté suffisamment de doses pour cet objectif (même si seulement 1/3 des parents veulent vacciner leurs enfants avec cette injection). Donc (si l’administration Biden obtient ce qu’elle veut) 106 cas de myocardite en excès pour 1 million x 28,38 millions de personnes, soit 3 009 cas de myocardite excédentaires post-vaccination si le vaccin Pfizer est approuvé.

Et au fil des années suivantes, beaucoup de ces enfants mourront. Le Dr Anthony Hinton (« Chirurgien Consultant avec 30 ans d’expérience dans le NHS ») souligne que la myocardite a un taux de létalité de 20% après 2 ans et de 50% après 5 ans.

La FDA a donc tout faux : elle veut prévenir le COVID léger chez les enfants, ce qui réduit l’immunité collective, et elle ment carrément sur les dommages causés par la myocardite.

J’ai pris la liberté de corriger le tableau 14 de la FDA avec des données réelles et de les étendre sur 5 ans. Cela donne ceci :

Une étude réalisée par Harvard Pilgrim Healthcare pour le Ministère Américain de la Santé et des Services Sociaux a estimé que le VAERS ne recueille que 1% des dommages réels causés par les vaccins. Steve Kirsch a réalisé une modélisation élaborée qui établit à 41 le facteur de sous-déclaration des décès dus au vaccin COVID-19 (donc multipliez les chiffres ci-dessus par 41). Et la myocardite n’est qu’un des nombreux effets néfastes possibles des vaccins COVID-19. Le Dr Jessica Rose a récemment calculé un facteur de sous-déclaration de 31 pour tous les événements indésirables graves survenant après la vaccination.

Conclusion

Le vaccin de Pfizer échoue à toute évaluation honnête de risques/bénéfices liés à son utilisation chez les enfants âgés de 5 à 11 ans. L’analyse risques-bénéfices de la FDA du vaccin à ARNm de Pfizer chez les enfants de 5 à 11 ans est bancale. Elle utilise une logique torturée (qui serait rejetée par n’importe quelle revue académique digne de ce nom) afin d’atteindre un résultat prédéterminé qui n’est aucunement fondé sur la science. Le document d’information de la FDA est une œuvre de fiction et doit être retiré immédiatement. Si la FDA poursuit cette mascarade grotesque, elle causera des dommages irréparables aux enfants et les dirigeants de la FDA seront un jour poursuivis pour crimes contre l’humanité.


Vous voulez partager vos préoccupations avec les membres du VRBPAC? Voici un lien vers un article avec un contexte supplémentaire ainsi que toutes leurs coordonnées :


[Mise à jour :]

🚩 Un lecteur avisé a signalé qu’à la page 14, la FDA explique que Pfizer a modifié les ingrédients de son vaccin à ARNm. Ils écrivent :

Pour fournir un vaccin présentant un profil de stabilité amélioré, le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 à utiliser chez les enfants de 5 à 11 ans utilise un tampon trométhamine (Tris) au lieu de la solution saline tamponnée au phosphate (PBS) utilisée dans la formulation précédente et exclut le chlorure de sodium et le chlorure de potassium.

Je suis profondément sceptique quant à ce compte rendu (je doute que cela ait quelque chose à voir avec un « profil de stabilité amélioré ») et j’invite d’autres personnes à se prononcer sur ce point. Je rappelle également que la trométhamine a une histoire longue et trouble et j’invite les lecteurs à approfondir la question (je serai heureux de publier des liens supplémentaires dès qu’ils seront disponibles).

L’analyse risque-bénéfice erronée de la FDA a été rédigée par :

Hong Yang
Biologiste
DHHS/FDA/CBER/OBE
Building, WO71, Room 5338
Arrêt postal : HFM-210
Silver Spring MD 20993-0002
téléphone : (240) 402-8836
fax : (301) 595-1240
Hong.Yang@fda.hhs.gov

et

Richard Forshee
Directeur associé
DHHS/FDA/CBER/OBE
Building, WO71, Room 5342
Silver Spring MD 20993-0002
téléphone : (240) 402-8631
fax : (301) 595-1240
Richard.Forshee@fda.hhs.gov

Il s’agit d’un article vivant. La FDA ne donne que deux jours au public pour examiner les documents des réunions. J’ai donc dû publier cet article immédiatement. Si vous repérez des erreurs, faites-le moi savoir et je les corrigerai. Si vous trouvez d’autres failles dans l’analyse risques-bénéfices de la FDA, veuillez les poster dans les commentaires afin que je puisse les ajouter.

Une révolution est en marche. ✊


Texte original

Ten red flags in the FDA’s risk-benefit analysis of Pfizer’s EUA application to inject American children 5 to 11 with its mRNA product

The FDA briefing document is preposterous junk science and it must be withdrawn immediately

Toby Rogers

October 25, 2021

Where to even begin with the FDA’s preposterous risk-benefit analysis of Pfizer’s mRNA COVID-19 “vaccine” in children ages 5 to 11?

Let’s start with my bona fides. I have a year of undergraduate statistics at one of the best liberal arts colleges in America (Swarthmore). I have a year of graduate statistics at the masters program rated #1 for policy analysis (UC Berkeley). And I have a Ph.D. in political economy from one of the top universities in the world (University of Sydney). My research focus is on corruption in the pharmaceutical industry so I’ve read scientific studies in connection with vaccines nearly every day for 5 years. Earlier in my career I worked professionally tearing apart shoddy cost-benefit analyses prepared by corporations that were trying to get tax breaks, contracts, and other concessions from local government. Suffice it to say I’ve thought a lot about risk-benefit analysis and I’m better equipped than most to read one of these documents.

The FDA’s risk-benefit analysis in connection with Pfizer’s Emergency Use Authorization (EUA) application to inject children ages 5 to 11 with their COVID-19 vaccine is one of the shoddiest documents I’ve ever seen.

Let’s take it from the top:

🚩 COVID-19 rates in children ages 5 to 11 are so low that there were ZERO cases of severe COVID-19 and ZERO cases of death from COVID in either the treatment (n= 1,518) or control group (n= 750). So any claims you see in the press about the Pfizer vaccine being “90% effective” in children are meaningless because they are referring to mild cases from which children usually recover quickly (and then have robust broad spectrum immunity). So there is literally no emergency in this population for which one could apply for Emergency Use Authorization. Pfizer’s application should be dead on arrival if the FDA actually followed the science and their own rules. We will return to this topic below.

🚩 Pfizer’s clinical trial in kids was intentionally undersized to hide harms. This is a well known trick of the pharmaceutical industry. The FDA even called them out on it earlier this summer and asked Pfizer to expand the trial and Pfizer just ignored them because they can. (Pfizer fudged it by importing data from a different study but this other study only monitored adverse outcomes for 17 days so if anything the new data polluted rather than clarified outcomes). To put it simply, if the rate of particular adverse outcome in kids as a result of this shot is 1 in 5,000 and the trial only enrolls 1,518 in the treatment group then one is unlikely to spot this particular harm in the clinical trial. Voilà “Safe & Effective(TM)”.

🚩 Pfizer only enrolled “participants 5-11 years of age without evidence of prior SARS-CoV-2 infection.” Does the Pfizer mRNA shot wipe out natural immunity and leave one worse-off than doing nothing as shown in this data from the British government? Pfizer has no idea because children with prior SARS-CoV-2 infection were excluded from this trial. This was by design. Toxic polluters have learned to not ask questions that they do not want the answers to, lest they wind up staring at their own smoking gun in a future court case.

According to an analysis by Alex Berenson:

“What the British are saying is they are now finding the vaccine interferes with your body’s innate ability after infection to produce antibodies against not just the spike protein but other pieces of the virus. Specifically, vaccinated people don’t seem to be producing antibodies to the nucleocapsid protein, the shell of the virus, which are a crucial part of the response in unvaccinated people. This means vaccinated people will be far more vulnerable to mutations in the spike protein EVEN AFTER THEY HAVE BEEN INFECTED AND RECOVERED ONCE (or more than once, probably). It also means the virus is likely to select for mutations that go in exactly that direction because those will essentially give it an enormous vulnerable population to infect. And it probably is still more evidence the vaccines may interfere with the development of robust long-term immunity post-infection.” 

🚩 Did Pfizer LOSE CONTACT with 4.9% of their clinical trial participants? The FDA risk-benefit document states: “Among Cohort 1 participants, 95.1% had safety follow-up ≥2 months after Dose 2 at the time of the September 6, 2021 data cutoff.” So what happened with those 4.9% who did not have safety follow-up 2 months after Dose 2? Were they in the treatment or control group? We have no idea because Pfizer isn’t saying. Given the small size of the trial, failing to follow up with 4.9% of the participants potentially skews the results.

🚩 The follow up period was intentionally too short. This is another well-know trick of the pharmaceutical industry designed to hide harms. Cohort 1 appears to have been followed for 2 months, cohort 2 was only monitored for adverse events for 17 days. Many harms from vaccines including cancer and autoimmune disorders take much longer to show up. As the old saying goes, “you can have it quick or you can have it done right, but you cannot have both.” Pfizer chose quick.

🚩 The risk-benefit model created by the FDA only looks at one known harm from the Pfizer mRNA shot — myocarditis. But we know that the real world harms from the Pfizer mRNA shot go well beyond myocarditis and include anaphylaxis, Bell’s Palsy, heart attack, thrombocytopenia/ low platelet, permanent disability, shingles, and Guillain-Barré Syndrome (GBS) to name a few. Cancer, diabetes, endocrine disruption, and autoimmune disorders may show up later. But the FDA does not care about any of that because they have a vaccine to sell so they just ignore all of those factors in their model.

🚩 Pfizer intentionally wipes out the control group as soon as they can by vaccinating all of the kids who initially got the placebo. They claim that they are doing this for “ethical reasons”. But everyone knows that Pfizer’s true aim is to wipe out any comparison group so that there can be no long term safety studies. Wiping out the control group is a criminal act and yet Pfizer, Moderna, J&J, and AZ do this as standard practice with the blessing of the FDA/CDC.

🚩 Given all of the above, how on earth did the FDA claim any benefits at all from this shot? You should probably sit down for this part because it’s a doozy! Here’s the key sentence:

Vaccine effectiveness was inferred by immunobridging SARS-CoV-2 50% neutralizing antibody titers (NT50, SARS-CoV-2 mNG microneutralization assay). 

Wait, what!? I’ll explain. There were ZERO cases of severe COVID-19 in the clinical trial of children ages 5 to 11. So Pfizer and the FDA just ignored all of the actual health outcomes (they had to, there is no emergency, so the application is moot). INSTEAD Pfizer switched to looking at antibodies in the blood. In general, antibodies are a poor predictor of immunity. And the antibodies in the blood of these 5 to 11 year old children tell us nothing because again, there were zero cases of severe COVID-19 in this study (none in the treatment group, none in the control group). So Pfizer had to get creative! What they came up with is “immuno-bridging”. Pfizer looked at the level of antibodies in the bloodwork of another study, this one involving people 16 to 25 years old, figured out the level of antibodies that seems to be protective in that population, then figured out how many kids ages 5 to 11 had similar levels of antibodies in their blood, and then came up with a number for how many cases, hospitalizations, ICU admissions, and deaths would be prevented by this shot in the 5 to 11 population in the future, based on the antibody levels and health outcomes from the 16 to 25 year old population. If your head hurts from that tortured logic, it should, because such chicanery is unprecedented in a risk-benefit analysis.

So when the FDA uses this tortured logic at the beginning of their briefing document, all of the calculations that stem from this will be flat out wrong. Not just wrong but preposterous and criminally wrong.

The whole ballgame comes down to Table 14 on page 34 of the FDA’s risk-benefit document. And there the red flags come fast and furious.

🚩 The FDA model only assesses the benefits of vaccine protection in a 6-month period after completion of two doses. Furthermore it assumes constant vaccine efficacy during that time period. This is problematic on several counts.

First, reducing mild cases in children is not a desired clinical outcome. As Dr. Geert Vanden Bossche points out, mass vaccination turns kids into shedders of more infectious variants.

« Under no circumstances should young and healthy people be vaccinated as it will only erode their protective innate immunity towards Coronaviruses (CoV) and other respiratory viruses. Their innate immunity normally/ naturally largely protects them and provides a kind of herd immunity in that it dilutes infectious CoV pressure at the level of the population, whereas mass vaccination turns them into shedders of more infectious variants. Children/ youngsters who get the disease mostly develop mild to moderate disease and as a result continue to contribute to herd immunity by developing broad and long-lived immunity. If you are vaccinated and get the disease, you may develop life-long immunity too but why would you take the risk of getting vaccinated, especially when you’re young and healthy? Firstly, there is the risk of potential side effects; secondarily, there is the ever increasing risk that your vaccinal antibodies will no longer be functional while still binding to the virus, thereby increasing the likelihood of ADE or even severe disease…. »

Second, we know that vaccine efficacy in the month after the first dose is negative because it suppresses the immune system and it begins to wane after 4 months so all of the FDA’s estimates of vaccine efficacy are inflated.

Third, the harms of myocarditis from these shots will likely unfold over the course of years. Robert Malone, the inventor of mRNA technology notes that the FDA is admitting that children will be injected twice a year forever (hence the six month time frame in the FDA risk-benefit model). But the risks of “adverse events such as cardiomyopathy will be cumulative.” So any model that only looks at a six month time frame is hiding the true adverse event rate.

🚩 The FDA/Pfizer play fast and loose with their estimates of myocarditis. First they estimate “excess” (read: caused by the shot) myocarditis using data from the private “Optum health claim database” instead of the public VAERS system (p. 32). So it’s impossible for the public to verify their claims. Then, when it comes to estimating how many children with vaccine-induced myocarditis will be hospitalized and admitted to the ICU they use the Vaccine Safety Datalink (see page 33). Why switch to a different database for those estimates? Finally, there is no explanation for how they calculated “excess” myocarditis deaths, so they just put 0. Red flag, red flag, red flag.

The FDA estimates that there will be 106 extra myocarditis cases per 1 million double-jabbed children 5-11. There are 28,384,878 children ages 5 to 11 in the U.S. The Biden administration wants to inject Pfizer mRNA shots into all of them and has already purchased enough doses to do just that (even though only 1/3rd of parents want to jab their kids with this shot). So (if the Biden administration has its way) 106 excess myocarditis cases per 1 million x 28.38 million people would be 3,009 excess myocarditis cases post-vaccination if the Pfizer vaccine is approved.

And over the course of several years many of those children will die. Dr. Anthony Hinton (“Consultant Surgeon with 30 years experience in the NHS”) points out that myocarditis has a 20% fatality rate after 2 years and a 50% fatality rate after 5 years.

So the FDA has it exactly backwards — they want to prevent mild COVID in children which reduces herd immunity and they just flat out lie about the harms from myocarditis.

I’ve taken the liberty to correct the FDA’s Table 14 with actual real world data and extended it over 5 years. It looks like this:

A study by Harvard Pilgrim Healthcare for the U.S. Department of Health and Human Services estimated that VAERS only captured 1% of actual vaccine injuries. Steve Kirsch has done elaborate modeling that puts the Under-Reporting Factor of COVID-19 vaccine deaths at 41 (so multiply the above numbers by 41). And myocarditis is just one of a multitude of possible harms from COVID-19 vaccines. Dr. Jessica Rose recently calculated an Under-Reporting Factor of 31 for all severe adverse events following vaccination.

Conclusion

The Pfizer vaccine fails any honest risk-benefit assessment in connection with its use in children ages 5 to 11. The FDA’s risk-benefit analysis of Pfizer’s mRNA vaccine in children ages 5 to 11 is shoddy. It used tortured logic (that would be rejected by any proper academic journal) in order to reach a predetermined result that is not based in science. The FDA briefing document is a work of fiction and it must be withdrawn immediately. If the FDA continues with this grotesque charade it will cause irreparable harms to children and the FDA leadership will one day be prosecuted for crimes against humanity.


Want to share your concerns with the members of the VRBPAC? Here’s a link to an article with additional context and all of their contact information: 


[Updated to add:]

🚩 An astute reader pointed out that on page 14, the FDA explains that Pfizer has changed the ingredients in their mRNA vaccine. They write:

To provide a vaccine with an improved stability profile, the Pfizer-BioNTech COVID-19 Vaccine for use in children 5-11 years of age uses tromethamine (Tris) buffer instead of the phosphate-buffered saline (PBS) as used in the previous formulation and excludes sodium chloride and potassium chloride.

I’m deeply skeptical of this account (I doubt this has anything to do with an “improved stability profile”) and invite others to weigh in on this. I also recall that tromethamine has a long and troubled history and invite readers to dig into this further (I’m happy to post additional links as they become available).


The FDA’s flawed risk-benefit analysis was written by:

Hong Yang
Biologist
DHHS/FDA/CBER/OBE
Building, WO71, Room 5338
Mail stop: HFM-210
Silver Spring MD 20993-0002
phone: (240) 402-8836
fax: (301) 595-1240
Hong.Yang@fda.hhs.gov

and

Richard Forshee
Associate Director
DHHS/FDA/CBER/OBE
Building, WO71, Room 5342
Silver Spring MD 20993-0002
phone: (240) 402-8631
fax: (301) 595-1240
Richard.Forshee@fda.hhs.gov


This is a live article. The FDA only gives the public 2 days to review meeting materials so I had to publish this article immediately. If you spot any errors please let me know and I will correct them. If you find additional flaws in the FDA’s risk-benefit analysis please post them in the comments so that I may add them.

A revolution is coming. ✊

Déclaration du Lieutenant Colonel Theresa Long, Médecin de l’Armée de l’Air Américaine.

Je reviendrai sur cette affaire et la déposition au Sénat du Texas du Lieutenant Colonel Theresa Long. Voici sa déclaration. Lisez et partagez.

Le document original est ici :

Traduction

DÉCLARATION DU LTC. THERESA LONG M.D. À L’APPUI D’UNE DEMANDE D’ORDONNANCE D’INJONCTION PRÉLIMINAIRE

Moi, lieutenant-colonel Theresa Long, MD, MPH, FS, dûment assermentée, dépose et déclare ce qui suit :

  1. Je fais cette déclaration sous serment, en tant que dénonciateur en vertu de la Loi sur la protection des dénonciateurs militaires, Titre 10 U.S.C. § 1034, à l’appui de la MOTION susmentionnée en tant que témoignage d’expert à l’appui de celle-ci.
  2. Les opinions d’expert exprimées ici sont les miennes et sont le fruit de mes expériences personnelles, professionnelles et éducatives, prises dans le contexte, le cas échéant, de données scientifiques, de publications, de traités, d’opinions, de documents, de rapports et d’autres informations pertinentes au sujet traité et ne sont pas nécessairement celles de l’Armée ou du Département de la Défense.

Expérience et compétences

  1. Je suis compétente pour témoigner des faits et des questions énoncés dans le présent document. Une copie fidèle et exacte de mon curriculum vitae est jointe aux présentes en tant que pièce A.
  2. Après avoir obtenu une licence à l’Université du Texas à Austin, j’ai obtenu mon diplôme de Médecine à la Faculté de Médecine de l’University of Texas Health Science Center à Houston en 2008. J’ai servi en tant que chirurgien de campagne pendant dix ans et j’ai ensuite effectué une résidence en Médecine Aérospatiale et Professionnelle à l’Ecole de Médecine Aéronautique de l’Armée Américaine, à Fort Rucker (AL). Je suis titulaire d’une Maîtrise en Santé Publique et j’ai été formée par le Combat Readiness Center de Fort Rucker en tant qu’Officier de Sécurité Aérienne. En outre, j’ai suivi une formation sur la Gestion Médicale des Accidents Chimiques et Biologiques à Fort Detrick et à l’USAMIIRD.
  3. Je suis diplômée en Médecine Aérospatiale et habilitée en Médecine du Travail.
  4. J’occupe actuellement le poste de Chirurgien de Brigade pour la 1ère Brigade d’Aviation de Ft. Rucker, Alabama, et je suis responsable de la certification de la santé, de la capacité mentale et physique, et de l’état de préparation de l’ensemble des près de 4.000 individus en mission de vol sur ce poste.
  5. Le curriculum vitae que je joins en annexe témoigne de mes réalisations universitaires et scientifiques au cours des treize dernières années.
  6. Avant le début de la pandémie, j’ai reçu une formation militaire spécialisée de la part de médecins infectiologues de l’Armée, de la Marine et de l’Armée de l’Air sur les menaces de maladies infectieuses émergentes, la formation FEMA, la formation à la préparation aux situations d’urgence, les effets médicaux des radiations ionisantes, l’OSHA, la toxicologie aérospatiale, l’épidémiologie, la biostatistique, la recherche médicale et la planification des catastrophes. Plus récemment, j’ai agi en tant que conseiller médical et scientifique auprès d’une brigade d’entraînement de l’aviation qui cherchait à identifier des stratégies d’atténuation des risques et une analyse biostatistique des infections par le SARs-Cov-2 (« Covid 19 ») chez les soldats vaccinés et non vaccinés. Ce faisant, j’ai identifié, diagnostiqué et traité les infections pathogènes du Covid 19. J’ai observé les effets indésirables des vaccins après l’administration des vaccins sous autorisation d’urgence, et j’ai suivi le rétablissement des soldats qui ont obtenu diverses thérapies Covid 19 en dehors de l’Armée. La majorité des militaires au sein de la population du Département de la Défense sont jeunes et en bonne condition physique. Les aviateurs militaires constituent un sous-ensemble de la population militaire qui doit répondre aux normes médicales les plus strictes pour être en état de piloter. Les élèves-pilotes dont je m’occupe ont principalement entre 20 et 30 ans, sont des hommes et sont en excellente condition physique. Le risque de maladie grave ou de décès lié au SARs-CoV-2 dans cette population est minime, avec un taux de survie de 99,997 %.
  7. En observant, étudiant et analysant toutes les données disponibles, les informations, les échantillons, les expériences, les histoires et les résultats de ces traitements et inoculations fournis, j’ai formulé une opinion professionnelle, qui m’oblige à rapporter ces conclusions aux supérieurs dans la chaîne de commandement et aux collègues dans l’armée. Je l’ai fait avec des résultats mitigés en termes d’acceptation, de rejet et de menaces de punition pour avoir partagé ces informations.
  8. L’application de la gestion des risques est essentielle à la sécurité et au succès de la médecine et de l’aviation. La Médecine Aérospatiale est une spécialité consacrée à la sécurité des vols par la prise en charge et le traitement des membres d’équipage, grâce à l’application cohérente et minutieuse de stratégies d’atténuation et de gestion des risques. L’article 1-3 du document ATP 5-19 stipule : la gestion des risques (GR)1 décrit une approche disciplinée pour exprimer un niveau de risque en termes facilement compréhensibles à tous les échelons.

1adminpubs.tradoc.army.mil/regulations/TR385-2withChange1.docx 4

Case 1:21-cv-02228-RM-STV Document 17 Filed 09/24/21 USDC Colorado Page 7 of 269

  1. L’article 1-6 stipule qu' »une décision relative au risque est la détermination d’un commandant, d’un chef ou d’un individu d’accepter ou de refuser le ou les risques associés à une action qu’il prendra ou qu’il ordonnera à d’autres de prendre. La GR n’est efficace que lorsque des informations spécifiques sur les dangers et les risques sont transmises au niveau de commandement approprié pour une décision sur les risques. Les subordonnés doivent transmettre des informations spécifiques sur les risques en amont de la chaîne de commandement. »
  2. « Lorsque les informations spécifiques sur les dangers et les risques sont transmises au niveau de commandement approprié pour une décision sur les risques. Les subordonnés doivent transmettre les informations spécifiques sur les risques à la chaîne de commandement. Inversement, le commandement supérieur doit fournir aux subordonnés qui prennent des décisions en matière de risque ou qui mettent en œuvre des contrôles la tolérance au risque établie – le niveau de risque que le commandant responsable est prêt à accepter. L’application de la GR doit être inclusive ; ceux qui exécutent une opération et ceux qui la dirigent participent à un processus intégré ».
  3. L’article 1-7 stipule : Il est indiqué que « dans le contexte de la GR, un contrôle est une action prise pour éliminer un danger ou pour réduire son risque. Les commandants établissent des politiques et des règlements locaux, le cas échéant ».
  4. Les cinq étapes de la gestion des risques sont les suivantes : 1. identifier les dangers, 2. évaluer les dangers, 3. développer des contrôles et prendre des décisions concernant les risques, 4. mettre en œuvre les contrôles, 5. superviser et évaluer.
  5. Il est donc de ma responsabilité et de celle de tous les dirigeants d’appliquer les étapes de la gestion des risques à la pandémie actuelle et aux contre-mesures utilisées. Le CDC et la FDA sont des agences civiles qui n’ont pas la même mission de défense nationale que le Département de la Défense. Les conseils et les recommandations formulés par ces agences civiles doivent être filtrés dans la perspective stratégique de la défense nationale et des risques potentiels que les recommandations peuvent avoir sur la santé de l’ensemble de la force de combat. S’assurer que la santé de la force de combat n’est pas compromise est un impératif stratégique, duquel chaque médecin militaire est responsable pour l’ensemble de la force de combat. Veiller à ce que la santé de la force de combat ne soit pas compromise est un impératif stratégique, auquel chaque médecin militaire est tenu de veiller.
  6. Étape 1 : Identifier les dangers : Selon la définition du FM 1-02.1 Operational Terms, pg. 1- 48, un danger est une condition susceptible de causer des blessures, une maladie ou la mort du personnel, des dommages ou des pertes d’équipement ou de biens, ou une dégradation de la mission.
  7. Étape 2 : évaluer les dangers : Il existe de nombreux agents thérapeutiques dont il a été prouvé qu’ils réduisent considérablement l’infection et offrent donc une protection contre les effets nocifs du SARs-CoV-2.
  8. La littérature a démontré que l’immunité naturelle est durable, complète et supérieure à l’immunité vaccinale contre le SARs-CoV-2. Les vaccins à ARNm produits par Pfizer et Moderna ont tous deux été liés à la myocardite, surtout chez les jeunes hommes âgés de 16 à 24 ans2. La majorité des nouveaux aviateurs de l’armée ont une vingtaine d’années. Nous savons qu’il existe un risque de myocardite avec chaque vaccination par ARNm. De plus, nous savons maintenant que la vaccination ne prévient pas nécessairement l’infection ou la transmission du SARs-CoV-2. Par conséquent, les personnes entièrement vaccinées avec des vaccins à ARNm présentent au moins deux facteurs de risque indépendants de myocardite après la vaccination. Des vaccins supplémentaires ajoutent un risque supplémentaire. Il est impossible d’effectuer une analyse des risques et des avantages de l’utilisation de l’ARNm comme contre-mesure au SARs-CoV-2 sans données supplémentaires… L’utilisation de vaccins à ARNm dans nos forces de combat présente un risque d’une ampleur indéterminée, dans une population où moins de 20 membres du personnel en service actif sur 1,4 million sont morts du SARs-CoV-2 sous-jacent.
  9. Le programme de formation du personnel navigant (ATP) 5-19, 1-8. L’article Ne pas Accepter de Risque Inutile stipule :  » Un risque inutile est un risque qui, s’il est pris, ne contribuera pas de manière significative à l’accomplissement de la mission ou mettra inutilement en danger des vies ou des ressources. Les chefs de l’Armée de terre n’acceptent qu’un niveau de risque dans lequel les avantages potentiels l’emportent sur les pertes potentielles.
  10. Les recherches montrent que la plupart des personnes atteintes de myocardite ne présentent aucun symptôme. Les complications de la myocardite comprennent la cardiomyopathie dilatée, les arythmies et la mort cardiaque subite. Le taux de mortalité est de 2 % à un an et de 50 % à cinq ans. Selon le National Center for Biotechnology Information, U.S. National Library of Medicine, « malgré une prise en charge médicale optimale, la mortalité globale n’a pas changé au cours des 30 dernières années ».
  11. Étape 3 : Élaborer des contrôles et prendre des décisions concernant les risques : La vaccination à l’ARNm augmentant le risque de myocardite, un programme de dépistage complet doit être mis en œuvre immédiatement pour identifier les personnes qui ont été affectées et tenter d’atténuer les risques immédiats et l’invalidité à long terme.
  12. Étape 4 : Mettre en œuvre des contrôles : Envoyer des directives claires à tous les professionnels de santé du Département de la Défense sur les risques de myocardite liés à la vaccination. Le programme de vaccination obligatoire SARs-CoV-2 à ARNm doit être immédiatement suspendu jusqu’à ce que des recherches puissent être menées pour déterminer l’ampleur réelle du risque de myocardite chez les personnes qui ont été vaccinées. Nous devons évaluer et mettre en œuvre immédiatement des alternatives aux vaccins à ARNm, notamment l’Ivermectine (approuvée par la FDA en 1996), le Remdesivir (approuvé par la FDA en 2020), l’Hydroxychloroquine (approuvé par la FDA en 1955), Regeneron (approuvé par la FDA en 2020). Il faut examiner les données du VAERS concernant les décès dus au COVID pour obtenir des données appariées selon l’âge et des données sur les décès dus au COVID en service actif au sein du Département de la Défense afin de réaliser une analyse risques/avantages.
  13. Étape 5 : Superviser et évaluer : Nous devons établir un programme de dépistage pour identifier les personnes présentant un risque accru de myocardite, c’est-à-dire celles qui ont reçu des vaccins ARNm avec Comirnaty, BioNTech ou Moderna, ou qui présentent l’un des symptômes suivants : douleurs thoraciques, essoufflement ou palpitations. Ils doivent subir un test de dépistage conformément aux recommandations des CDC avant de reprendre leurs fonctions de vol. Selon les directives des CDC, l’évaluation initiale des personnes identifiées selon les critères ci-dessus comprend : ECG, niveau de troponion, marqueurs inflammatoires tels que la protéine C-réactive et la vitesse de sédimentation des érythrocytes. Il convient de noter que l’étalon-or pour le diagnostic de la myocardite est la biopsie du myocarde terminal (end myocardial biopsy – EMB).
  14. Étant donné que les étiquettes de Comirnaty et de BioNtech indiquent clairement que le vaccin ne doit pas être administré aux personnes allergiques aux ingrédients, j’ai noté que l’un des principaux ingrédients du système d’administration par nanoparticules lipidiques est « ALC 1035 » (deux pièces jointes, parties surlignées) dans les vaccins Pfizer. La quatrième pièce jointe est le rapport de toxicité sur l’ALC-1035, qui représente entre 30 et 50 % du total des ingrédients3. La fiche de données de sécurité (jointe en tant que pièce B) pour cet ingrédient primaire indique qu’il est de catégorie 2 en vertu des règlements OSHA HCS (21 CFR 1910) et comprend plusieurs avertissements inquiétants, y compris mais sans toutefois s’y limiter :
    1. Consultez un médecin si le produit entre en contact avec votre peau,
    2. En cas d’inhalation et si la respiration est difficile, pratiquer la réanimation cardio-pulmonaire,
    3. Évacuer en cas de déversement dans l’environnement,
    4. Les propriétés chimiques, physiques et toxicologiques n’ont pas été complètement étudiées,
    5. Attention : Le produit n’a pas été entièrement validé pour des applications médicales. Pour usage de recherche uniquement.
  15. D’autres revues et articles scientifiques indiquent également que cet ingrédient particulier n’a jamais été utilisé chez l’homme auparavant4. Pour être tout à fait claire, l’un des principaux ingrédients de ces produits injectables est le polyéthylène glycol (« PEG ») qui est un dérivé de l’oxyde d’éthylène. Le polyéthylène glycol est l’ingrédient actif de l’antigel. Bien qu’il soit difficile de croire qu’il s’agisse d’un ingrédient clé de ces vaccins, cela expliquerait le risque cardiovasculaire accru pour les utilisateurs des vaccins BioNTech ou Comirnaty. Je ne parviens pas à déterminer quelle forme d’alchimie Pfizer et la FDA ont découvert pour faire de l’antigel un remède salutaire pour le corps humain. D’autres semblent être d’accord avec moi, comme en témoignent les récentes études scientifiques qui ont amené un groupe de 57 médecins et scientifiques à demander l’arrêt immédiat du programme de vaccination5. En bref, cet ingrédient antigel est étudié pour la première fois dans des produits injectables pour l’homme. Selon les données du VAERS, qui, de l’aveu général, sous-estiment jusqu’à 100 fois le nombre réel d’effets indésirables graves, plus de 600 000 effets indésirables graves (nécessitant des soins médicaux) et plus de 13 000 décès sont directement liés à ce vaccin. Je ne peux pas concevoir que ce vaccin reste sur la liste des options disponibles pour traiter le Covid, alors qu’il existe tant d’autres options non-mortelles ou non-nuisibles.
  16. En tant que tel, je crois qu’il est raisonnable de conclure que de nombreux humains sont allergiques à ces toxines dangereuses et mortelles et ne devraient donc pas se laisser vacciner par Comirnaty ou BioNtech. Encore une fois, j’ai identifié un agent qui présente un danger important pour les soldats, qui tomberait sous le DA Pam 385-61 Toxic Safety Standards cité en 2-11.
  17. Mon évaluation est que l’ALC 0315 est une toxine connue, peu étudiée, spécifiquement limitée à la « recherche uniquement » et n’a en réalité aucun antécédent d’utilisation, avec la désignation (SGH02) de la FDS, listée comme H315 et H319, en d’autres termes, dangereuse si elle est inhalée, ingérée ou en contact avec la peau et un danger pour la santé avec la désignation (P313). Un examen de la fiche de données de sécurité montre qu’il n’est pas destiné à un usage humain ou vétérinaire.
  18. Je n’ai pas pris le temps de détailler les risques des autres vaccins Covid 19 en dehors de la fiche de données de sécurité de l’ingrédient clé de Moderna, le SM-102 (jointe en tant que pièce C). Il suffit de dire que le SM-102 est significativement plus dangereux que l’ALC 3015 de Pfizer et il semble que le Département de la Défense ne soit pas en train d’acquérir ou de distribuer activement ce nouveau médicament expérimental sous autorisation d’utilisation d’urgence (investigational new drug/emergency use authorization – IND/EUA). Si le Département de la Défense décidait d’utiliser le vaccin Moderna, on peut s’attendre à un taux d’événements indésirables graves et de mortalité beaucoup plus élevé, étant donné que le SM-102 porte un avertissement explicite « tête de mort » caractérisé par le GHS06 et le GHS08. En d’autres termes, cet ingrédient de Moderna est mortel.
  19. Étant donné que ces vaccins Covid 19 étaient à la fois des nouveaux médicaments expérimentaux et des vaccins sous autorisation d’utilisation d’urgence, j’ai pris beaucoup de temps pour comprendre les risques, les aléas et les dangers potentiels que ces vaccins et tout autre nouveau médicament ou nouveau médicament expérimental pourraient avoir sur la santé, la sécurité et l’état de préparation opérationnelle ou la capacité des pilotes sous ma responsabilité et à ce poste. J’ai tenté d’effectuer des recherches sur les dossiers militaires et les systèmes de suivi permettant d’enregistrer les événements, les événements indésirables graves et les décès associés aux vaccins, aux nouveaux vaccins et aux vaccins expérimentaux utilisés en urgence dans les systèmes de données informatiques recommandés par le General Accounting Office en 2002 et dont le Secrétaire à la Défense a ordonné le développement et la mise en œuvre en 2003.
  20. Le rapport hebdomadaire MEDSITREP ne fait pas état des données du CDC provenant du VAERS ni des données internes concernant les effets indésirables des vaccins. Malgré la recommandation faite par le Government Accountability Office dans l’enquête du GAO sur les pilotes et le personnel navigant de la Garde et de la Réserve GAO-02-445, publiée le 20 septembre 2002, dans laquelle il était recommandé que le Secrétaire à la Défense ordonne la mise en place d’un programme de surveillance active (contrairement au VAERS passif) pour identifier et surveiller les événements indésirables, cette recommandation n’a pas été mise en œuvre. J’ai été incapable de localiser, d’accéder ou d’évaluer toute donnée, base de données ou système interne permettant de suivre, stocker, évaluer ou rechercher les effets des vaccins sur nos militaires ou sur nos pilotes.
  21. J’ai également examiné les données scientifiques et les études examinées par des pairs qui débattent, analysent les résultats et concluent que l’immunité naturelle est au moins aussi bonne, sinon bien supérieure, à tout vaccin Covid disponible à l’heure actuelle. J’ai également examiné la déclaration sous serment du Dr Peter McCullough à l’appui et en relation avec la plainte déposée dans cette affaire et j’ai examiné les données qui la soutiennent. Une autre étude évaluée par des pairs, qui n’est pas mentionnée dans les documents du Dr McCullough, soutient également les mêmes conclusions et indique que l’immunité naturelle offre une protection 13 fois supérieure contre les infections au Covid 19 que tout vaccin Covid 19 actuellement disponible6. Plus récemment, lors d’une réunion du Comité Consultatif de la FDA le 17 septembre de cette année, quatorze des dix-sept membres ont voté contre l’autorisation de tout vaccin de rappel Covid dans le groupe d’âge juvénile, après avoir noté que le programme de vaccination n’a pas respecté le test de définition prévu par la loi sur les autorisations d’utilisation d’urgence, à savoir si les avantages du traitement expérimental l’emportent sur les risques ; en fait, ils ont trouvé que les injections sont beaucoup plus dangereuses qu’utiles dans ce groupe d’âge et certains ont exprimé des inquiétudes quant au fait que cela s’appliquerait généralement à tous les groupes d’âge7.
  22. Je suis également au courant de l’ordre du Secrétaire à la Défense Austin en relation avec les obligations en matière de vaccins Covid fait cette semaine. Dans un document d’information, il est indiqué que « le personnel de l’unité ne doit utiliser que la force nécessaire pour aider le personnel médical à effectuer les vaccinations ». L’utilisation de la force pour administrer un traitement ou une thérapie médicale contre la volonté d’un individu mentalement compétent constitue une agression médicale et viole universellement l’éthique médicale. Actuellement, je ne suis pas informée du fait que le Cominarty soit disponible au sein du Département de la Défense. Les vaccins autorisés en cas d’utilisation d’urgence, malgré la tentative de caractériser certains d’entre eux comme approuvés alors que ces versions approuvées ne sont pas disponibles et indépendamment de l’immunité antérieure d’un militaire au Covid 19 ; même lorsque celle-ci peut être démontrée par un test d’anticorps récent.
  23. Enfin, j’ai examiné une étude récente intitulée « US COVID-19 Vaccines Proven to Cause More Harm than Good Based on Pivotal Clinical Trial Data Analyzed Using the Proper Scientific Endpoint, All Cause Severe Morbidity« , [« Preuves que les vaccins américains Covid-19 causent plus de tort que de bien selon des données d’essai clinique décisives, tous provoquent une morbidité grave »] par J. Bart Classen, MD et publiée dans Trends in Internal Medicine ; 25 août 2021. Ci-joint en tant que pièce à conviction D.
  24. J’ai également vu des politiques, des mémorandums et des directives concernant les exemptions de vaccinations, tels que détaillés dans le règlement 40-562 de l’armée, qui visent à éliminer toute exemption d’immunité préalable pour notre personnel militaire.

Opinion

  1. J’ai examiné la Demande d’Injonction Préliminaire qui traite de la question des avantages de l’immunité antérieure par rapport aux risques de l’utilisation des vaccins expérimentaux Covid 19, ainsi que les pièces proposées et les documents qui y sont cités. En me prononçant sur ce sujet, je tire également mes propres conclusions qui seront mises en pratique dans mon rôle actuel de médecin de l’Armée de l’air, sachant parfaitement les répercussions effroyables que cette décision peut entraîner pour ma carrière, mes relations et ma vie de médecin militaire.
  2. J’ai personnellement observé la femme soldat la plus en forme physiquement que j’ai vue en plus de 20 ans dans l’armée, passer du statut d’athlète de niveau collégial s’entraînant pour l’école des Rangers, à celui de handicapée physique souffrant de problèmes cardiaques, d’une tumeur hypophysaire au cerveau récemment diagnostiquée et d’un dysfonctionnement de la thyroïde dans les semaines qui ont suivi sa vaccination. Plusieurs médecins militaires m’ont fait part de leur expérience directe d’une augmentation significative du nombre de jeunes soldats souffrant de migraines, d’irrégularités menstruelles, de cancers, de suspicion de myocardite et signalant des symptômes cardiaques après la vaccination. De nombreux soldats et civils du Département de la Défense m’ont raconté qu’ils étaient malades, cloués au lit, invalides et incapables de travailler pendant des jours ou des semaines après la vaccination. J’ai également examiné récemment les dossiers médicaux de trois membres d’équipage de vol, qui présentaient tous des problèmes de santé systémiques importants et agressifs. Aujourd’hui, j’ai été informée d’un décès et de deux cas de soins intensifs à Fort Hood ; le défunt était un pilote de l’armée qui aurait pu être en vol à ce moment-là. Les trois cas d’embolie pulmonaire se sont produits dans les 48 heures suivant leur vaccination. Je ne peux pas attribuer ce résultat à autre chose qu’aux vaccins Covid 19 comme origine de ces événements. Chaque personne était en excellente condition physique avant l’inoculation et chacune a souffert de ces incidents dans les deux jours suivant la vaccination. La corrélation en soi n’est pas synonyme de causalité, mais il existe des modèles de causalité significatifs qui transforment la corrélation en une cause probable ; et la fardeau de la preuve contraire incombe aux autorités telles que le CDC, la FDA et les fabricants de produits pharmaceutiques. J’estime que les maladies, lésions et décès observés sont l’effet proximal et causal des vaccinations Covid 19.
  3. Je peux témoigner du fait que je connais plus d’une quinzaine de médecins militaires et de prestataires de soins de santé qui m’ont fait part du fait que leurs préoccupations en matière de sécurité ont été ignorées et qu’ils ont été ostracisés pour avoir exprimé ou signalé des problèmes de sécurité liés aux vaccinations COVID. La politisation du SARs-CoV-2, des traitements et des stratégies de vaccination a entièrement compromis les mécanismes de sécurité de longue date, le dialogue ouvert et honnête, et la confiance de nos militaires dans leur système de santé et leurs prestataires de soins.
  4. L’objet de cette Demande d’Injonction Préliminaire et ses effets dévastateurs sur les membres de l’armée m’obligent à conclure et à agir en conséquence comme suit :
    1. Aucun des vaccins Covid 19 commandés dans le cadre de l’utilisation d’urgence ne peut ou ne pourra fournir une meilleure immunité que celle d’une personne guérie d’une infection ;
    2. Les trois vaccins Covid 19 en autorisation d’utilisation d’urgence (le Comirnaty n’est pas disponible), dans la tranche d’âge et le niveau de forme physique de mes patients, sont plus risqués, plus nocifs et plus dangereux que l’absence totale de vaccin, qu’une personne soit rétablie ou confrontée à une infection Covid 19 ;
    3. Des preuves directes existent et suggèrent que toutes les personnes qui ont reçu un vaccin Covid 19 sont atteintes au niveau de leur système cardiovasculaire d’une manière irréparable et irrévocable ;
    4. En raison de la production de la protéine Spike qui est intégrée au génome de l’utilisateur, chaque personne ayant reçu les vaccins Covid 19 a déjà dans son système cardiovasculaire des micro-caillots qui présentent un danger pour sa santé et sa sécurité ;
    5. Ces micro-caillots deviendront, avec le temps, des caillots plus gros en raison de la nature même de la forme et de la composition des protéines Spike produites, et ces protéines se trouvent dans tout le corps de l’utilisateur, y compris dans le cerveau ;
    6. Qu’au stade initial de ce dommage, les microcaillots ne peuvent être découverts que par une biopsie ou une imagerie par résonance magnétique (« IRM ») ;
    7. En raison du fait qu’aucun dépistage fonctionnel du myocarde n’est actuellement effectué, mon opinion professionnelle est qu’il existe actuellement des risques substantiels prévisibles, qui nécessitent un dépistage approprié de tous les membres du personnel navigant.
    8. En vertu de leur profession, lesdits équipages de conduite présentent des risques extraordinaires pour eux-mêmes et pour les autres, étant donné l’équipement qu’ils utilisent, les munitions qu’ils transportent et les zones d’opération à proximité des zones habitées.
    9. En l’absence de toute procédure de dépistage en vigueur, y compris d’un Aero Message (avis aux médecins de vol) relatif à ce risque démontrable et identifiable, je dois et je vais donc clouer au sol tout le personnel navigant actif qui a été vacciné jusqu’à ce que la causalité de ces risques systémiques graves pour la santé puisse être évaluée de manière plus complète et adéquate.
    10. Que, sur la base des protocoles et des études du Département de la Défense, les deux seules méthodologies valables pour évaluer correctement ce risque sont l’imagerie IRM ou la biopsie cardiaque, qui doivent être réalisées.
    11. Conformément à ce qui précède, je recommande par la présente au Secrétaire à la Défense que tous les pilotes, les membres d’équipage et le personnel navigant du service militaire qui ont dû être hospitalisés à la suite d’une injection ou qui ont reçu un vaccin Covid 19 soient immobilisés de la même manière pour une évaluation plus approfondie du dispositif.
    12. Que cette Cour accorde une injonction immédiate pour mettre un terme aux dommages supplémentaires causés à tout le personnel militaire afin de protéger la santé et la sécurité de nos troupes en service actif, de nos réservistes et de notre Garde Nationale.
  5. Je suis compétente pour émettre un avis sur les aspects médicaux et d’aptitude au vol de ces allégations sur la base de mon enseignement et de mon expérience professionnelle médicale, aéronautique et militaire susmentionnés, et la base de mes opinions est formée par mon enseignement, ma pratique, ma formation et mon expérience.
  6. En tant que Spécialiste en Médecine Aérospatiale, et médecin de vol responsable de la vie de nos pilotes de l’Armée, je confirme et atteste de l’exactitude et de la véracité de mes déclarations, analyses et pièces jointes ou références ci-dessus :

________/S/________ LTC Theresa Long, MD, MPH, FS

Moi, Lieutenant Colonel Theresa Long, MD, MPH, FS, déclare sous peine de parjure des lois des Etats-Unis d’Amérique, et déclare en toute connaissance de cause :

THERESA MARIE LONG, MD, MPH, FS LTC, MEDICAL CORPS, U.S. Army

Enseignement médical

École de médecine aéronautique de l’armée américaine Résidence de médecine aérospatiale/professionnelle Université de Floride occidentale

Étudiante diplômée -MPH

06/2019-6/2021

Centre médical de l’armée Carl R. Darnall, Fort Hood, Texas Internat en médecine familiale

06/2008-11/2010

Licence médicale sans restriction, IN

09/2003 – 06/2008

École de médecine de l’Université du Texas à Houston, Houston, Texas 06/2008 M.D.

08/2001 – 08/2004

Premier cycle – Université du Texas à Austin, Austin, TX 05/2004 B.S. Neurobiologie

Expérience en recherche

08/2018 – 5/2020

École de Médecine Aéronautique

Programme MPH de l’Université de West Florida

https://tml526.wixsite.com/website

Réalisation d’une étude transversale sur la maladie des disques intervertébraux chez les aviateurs de l’armée de terre et le personnel navigant.

08/2002 – 05/2003

Université du Texas à Austin, Texas

Assistante de recherche, Dr. Dee Silverthorn

Réalisation de recherches académiques dans le but de mettre à jour les faits médicaux et les dernières informations de recherche pour la publication de la quatrième édition de Human Physiology.

09/2000 – 11/2000

Recherche en neuropharmacologie, Texas

Technicienne de laboratoire, Dr. Silverthorn

Acquisition de cervelets de rat pour la recherche sur le séquençage des gènes. L’objectif du projet était de déterminer la séquence d’ADN du récepteur dans le cerveau du fœtus en développement qui se lie à l’éthanol et induit une apoptose conduisant au syndrome d’alcoolisme fœtal.

Publications/Présentations/Présentations de Posters/Posters

Poster : La discopathie intervertébrale chez les aviateurs de l’armée et le personnel navigant, présentée lors de la 2021e Conférence américaine sur la Santé au Travail.

Long, Theresa M., Sorensen, Christian, Victoria Zumberge. (2003, mai). Transport dépendant du sodium de l’absorption du rouge de chlorophénol par les tubules de Malpighian d’acheta domesticus. Poster présenté à : Université du Texas à Houston ; Austin, TX.

Expérience de bénévolat

08/ 2005 – 09/2005

Université du Texas – Houston, Health Science Ctr, Texas

Étudiante en médecine -Assistance médicale et soutien aux soins intensifs et au triage des personnes évacuées lors de l’ouragan Katrina.

Expérience professionnelle

06/2021- Present

Chirurgien TOMS de la 1ère brigade d’aviation

Conseillère Médicale du Commandant de la 1ère Brigade d’Aviation sur la santé et la condition physique de plus de 3 600 officiers, adjudants et soldats. La Brigade est composée de trois bataillons d’entraînement à l’aviation, responsables de l’entraînement initial au pilotage d’aéronefs à voilure tournante et à voilure fixe, de l’entraînement avancé au pilotage d’aéronefs, ainsi que de la sécurité des vols dans le cadre des opérations de l’aviation de l’armée de terre en tant que Médecin de bord, tout en veillant à la santé et à la forme physique de la police militaire, des pompiers et des chiens de travail militaires qui soutiennent Fort Rucker. Chargée d’effectuer une analyse épidémiologique et biostatistique des blessures et des maladies (SARs-CoV-2) et des tendances médicales qui se produisent pendant l’entraînement, et d’identifier et de mettre en œuvre des stratégies pour atténuer les retards ou le temps d’entraînement perdu.

05/2018-06/2021

Résidente en Médecine Aérospatiale et du Travail

Formation médicale supérieure en Médecine Aérospatiale et Professionnelle tout en obtenant un Master en Santé Publique. La formation spécialisée comprenait le cours de Médecin de bord, le cours d’Instructeur/Formateur, le cours de Cadre de l’espace, les Effets médicaux des radiations ionisantes, le cours de Gestion médicale des pertes chimiques et biologiques à l’USAMIIRD, Ft. Detrick, la NASA, les 7èmes Forces spéciales, le cours d’Officier de Sécurité Aérienne, le Symposium de Médecine Globale, l’OSHA, le Département des Transports, Textron Bell Helicopters, le cours de Santé de Brigade, le cours des Leaders Senior de Médecine Préventive, le cours de Soins Critiques en Route, l’Activité Aéromédicale de l’Armée, la recherche sur la Maladie du Disque Intervertébral.

05/2015-05/2018

Département des services de réadaptation

Médecin Général

Affectée à la Clinique de Médecine Physique du Centre Médical de l’Armée Carl R. Darnall avec Fonction Spéciale en tant que Médecin Général, pour réduire le nombre de patients à haut risque référés hors-poste aux cliniques de gestion de la douleur et de PM&R. Fonction d’officier d’amélioration de la performance pour le PM&R, d’officier responsable de la clinique chiropratique, et d’expert en matière de MEB/IDES pour l’équipe multidisciplinaire de l’IPMC. A considérablement augmenté l’accès aux soins à la clinique de médecine physique. A joué un rôle déterminant dans la transition hospitalière de la clinique de chiropraxie, contribuant ainsi à la réussite de l’inspection de la Joint Commission. Augmentation de 500 % de l’accès aux soins dans la clinique de chiropraxie.

9/2013- 5/2015

Département de Pédiatrie/ Département de Déploiement et de Médecine Opérationnelle

Médecin Général

Affectée à la Clinique Pédiatrique du Centre Médical de l’Armée Carl R. Darnall avec des tâches spéciales au sein du Département de Déploiement et de Médecine Opérationnelle. A fourni des soins médicaux aigus et de routine pour les nouveau-nés jusqu’à l’âge de 18 ans et a collaboré avec le chef de l’équipe de lactation pour développer une matrice de recherche afin d’assurer une utilisation efficace des ressources pour répondre aux mesures fondamentales périnatales PC-05 pour l’accréditation de la Joint Commission. A fait preuve d’initiative en fournissant des soins médicaux d’urgence à l’une des victimes de la fusillade du 2 avril 2014 à FT Hood.

10/2012-9/2013

Département de Médecine de Déploiement/ Médecine d’Urgence

Médecin Général

Affectée au Département de Médecine de Déploiement et Opérationnelle du Centre Médical de l’Armée Carl R Darnall (CRDAMC) avec des tâches spécifiques dirigées par le DCCS du CRDAMC. A soutenu le déploiement et le redéploiement des soldats au combat, tout en effectuant des rotations cliniques dans les départements de Médecine d’Urgence et de Médecine Interne afin d’augmenter l’accès aux soins pour les patients gravement malades. Amélioration de la productivité du SMRC en effectuant des examens physiques ETS, Chapter, Forces Spéciales, Airborne, Ranger, SERE, et OCS/WOCS. A assuré le succès du DODM avec 90% de conformité du personnel du CRDAMC à leurs PHA annuels. Sélectionnée pour devenir instructrice ACLS.

06/2012-10/01/2012

Agence de l’Inspecteur Général du Département de l’Armée

Experte en matière de Médecine d’Invalidité – Département Temporaire de l’Inspecteur Général de l’Armée de Terre

Inspectrice Générale Adjointe sur l’Invalidité Médicale (Experte en la matière)

Sélectionnée parmi mes pairs, dans l’ensemble de l’AMEDD de l’Armée, comme l’une des trois experts médicaux de NARSUM pour agir en tant qu’Inspectrice Générale adjointe temporaire, dans une inspection dirigée par SECARMY du système MEB/IDES.

A planifié, coordonné et mené des inspections d’agences ou de commandements afin de recueillir les données et les points de vue nécessaires au sujet de l’inspection. Elaboration de concepts, d’objectifs et de méthodologies d’inspection, tout en coordonnant les exigences du site d’inspection avec les principaux commandements de l’Armée (ASCC, DRU, Installations et Composants).

A identifié les tendances, analysé les causes profondes des problèmes systémiques et proposé des solutions à l’IG, au Chef d’état-major de l’armée et au Secrétaire de l’armée pour une mise en œuvre à l’échelle du service.

06/2011-06/2012

Carl R. Darnall Army Medical Center

Système Intégré d’Evaluation du Handicap

Amélioration de l’accès des patients aux soins en organisant 203 rendez-vous de soins aigus en quatre mois. Augmentation de la productivité de 25% en effectuant 202 NARSUMs, 12 TDRLs, 42 addenda psychiatriques en neuf mois avec un seul cas retourné par le PEB. A rempli les fonctions de chef du PEB et de médecin AQ en leur absence en effectuant l’AQ de sept NARSUMS et en examinant 13 cas pour l’admission initiale. A agi en tant que responsable de la formation des médecins de l’IDES, en appliquant la formation PDA pour développer un programme de formation complet pour les nouveaux médecins du MEB/IDES NARSUM.

11/2010-05/2011

Carl R. Darnall Army Medical Center, Responsable des Opérations Hospitalières, des Plans Cliniques et des Opérations Médicales

A occupé le poste d’Officier des Plans Cliniques et des Opérations Médicales pour l’Opération Hospitalière (HOD), responsable de la synchronisation des opérations externes et internes de MEDCEN soutenant plus de 3.000 employés de MEDCEN ainsi que la plus grande installation militaire du Département de la Défense et la population civile environnante ; a aidé au développement et à l’exécution des plans médicaux soutenant l’installation, la garnison, MEDCEN et les événements civils AT/FP et MASCAL.

06/2005 – 07/2005

Armée des États-Unis, Texas, cours de base pour Officiers – Sergent de 1ère classe

A supervisé 306 boursiers HPSP médicaux, dentaires et vétérinaires pour la Formation de Base des Officiers.

10/2002-08/2003

Armée des États-Unis – Garde nationale du Texas, formation d’Instructrice Texas Flight Medic -EMT/BCLS

10/2001 – 10/2002

Réserve de l’Armée des États-Unis, Texas, instructrice/formatrice


Texte original

AFFIDAVIT OF LTC. THERESA LONG M.D. IN SUPPORT OF A MOTION FOR A PRELIMINARY INJUNCTION ORDER

I, Lieutenant Colonel Theresa Long, MD, MPH, FS being duly sworn, depose and state as follows:

  1. I make this affidavit, as a whistle blower under the Military Whistleblower Protection Act, Title 10 U.S.C. § 1034, in support of the above referenced MOTION as expert testimony in support thereof.
  2. The expert opinions expressed here are my own and arrived at from my persons, professional and educational experiences taken in context, where appropriate, by scientific data, publications, treatises, opinions, documents, reports and other information relevant to the subject matter and are not necessarily those of the Army or Department of Defense.

Experience & Credentials

  1. I am competent to testify to the facts and matters set forth herein. A true and accurate copy of my curriculum vitae is attached hereto as Exhibit A.
  2. After receiving a bachelor’s degree from the University of Texas Austin, completed my medical degree from the University of Texas Health Science Center at Houston Medical School in 2008. I served as a Field Surgeon for ten years and went on to complete a residency in Aerospace and Occupational Medicine at the United States Army School of Aviation Medicine, Fort Rucker, AL. I hold a Master’s in Public Health, and I have been trained by the Combat Readiness Center at Ft. Rucker as an Aviation Safety Officer. Additionally, I have trained in the Medical Management of Chemical and Biological Causalities at Fort Detrick and USAMIIRD.
  3. I am board certified in flight Aerospace Medicine and board eligible in Occupational Medicine.
  4. I am currently serving as the Brigade Surgeon for the 1 st Aviation Brigade Ft. Rucker, Alabama and am responsible for certifying the health, mental and physical ability, and readiness for all nearly 4,000 individuals on flight status on this post.
  5. My appended curriculum vitae further demonstrates my academic and scientific achievements by me over the past thirteen years.
  6. Prior to the outset of the pandemic, I received specialized military training from Infectious Disease doctors from the Army, Navy and Air Force on emerging infectious disease threats, FEMA training, Emergency preparedness training, Medical effects of Ionizing Radiation, OSHA, Aerospace Toxicology, Epidemiology, Biostatistics, medical research and disaster planning. More recently I have functioned as a medical and scientific advisor to an Aviation training Brigade seeking to identify risk mitigation strategies, and bio statistical analysis of SARS- Cov-2 (“Covid 19”) infections in both vaccinated and unvaccinated Soldiers. In so doing, I have identified, diagnosed and treated Covid 19 pathogenic infections. I have observed vaccineadverse events following the administration of EUA vaccines, and followed the success of Soldiers who obtained various Covid 19 therapies outside the military. The majority of the service members within the DOD population are young and in good physical condition. Military aviators are a subset of the military population that has to meet the most stringent medical standards to be on flight status. The population of student pilots I take care of are primarily in their 20s-30s, males and in excellent physical condition. The risk of serious illness or death in this population from SARs-CoV-2 is minimal, with a survival rate of 99.997%.
  7. In observing, studying and analyzing all the available data, information, samples, experiences, histories and results of these treatments and inoculations provided, I have formulated a professional opinion, which requires me to report those findings to superiors in the chain of command and colleagues in the military. I have done so with mixed results in terms of acceptance, rejection and threats of punishment for so sharing.
  8. The application of risk management is critical to the safety and success in both medicine and aviation. Aerospace Medicine is a specialty devoted to safety of flight by the aeromedical dispositioning and treatment of flight crew members, as accomplished by the consistent and careful application of risk mitigation and management strategies. ATP 5-19, 1-3. Risk Management (RM)1 outlines a disciplined approach to express a risk level in terms readily understood at all echelons.

1adminpubs.tradoc.army.mil/regulations/TR385-2withChange1.docx 4

Case 1:21-cv-02228-RM-STV Document 17 Filed 09/24/21 USDC Colorado Page 7 of 269

  1. 1-6. States, “A risk decision is a commander, leader, or individual’s determination to accept or not accept. The risk(s) associated with an action he or she will take or will direct others to take. RM is only effective when specific information about hazards and risks is passed to the appropriate level of command for a risk decision. Subordinates must pass specific risk information up the chain of command.”
  2. “When the specific information about hazards and risks is passed to the appropriate level of command for a risk decision. Subordinates must pass specific risk information up the chain of command. Conversely, the higher command must provide subordinates making risk decisions or implementing controls with the established risk tolerance—the level of risk the responsible commander is willing to accept. RM application must be inclusive; those executing an operation and those directing it participate in an integrated process”.
  3. 1-7. States, “In the context of RM, a control is an action taken to eliminate a hazard or to reduce its risk. Commanders establish local policies and regulations if appropriate”.
  4. The five steps of Risk management include; 1. Identify the hazards, 2. Assess the hazards, 3. Develop controls and make risk decisions, 4. Implement controls, 5. Supervise and evaluate.
  5. It is therefore my responsibility and that of every leaders to apply the steps of risk management to the current pandemic and countermeasures used. The CDC and the FDA are civilian agencies that do not have the mission of National Defense that the DOD has. Guidance and recommendations made by these civilian agencies must be filtered through strategic perspective of national defense and the potential risks recommendations may have on the health of the entire fighting force. Ensuring that the health of the fighting force is not compromised is a strategic imperative, for which every military physician is responsible to of the entire fighting force. Ensuring that the health of the fighting force is not compromised is a strategic imperative, for which every military physician is responsible to ensure.
  6. Step 1: Identify the hazards: As defined by FM 1-02.1 Operational Terms, pg. 1- 48, hazard is a condition with the potential to cause injury, illness, or death of personnel; damage to or loss of equipment or property; or mission degradation.
  7. Step 2: Assess the Hazards: There are numerous therapeutic agents that have been proven to significantly reduce infection and therefore provide protection from the harmful effects of SARs-CoV-2.
  8. Literature has demonstrated that natural immunity is durable, completed, and superior to vaccination immunity to SARs-CoV-2. mRNA vaccines produced by Pfizer and Moderna both have been linked to myocarditis, especially in young males between 16-24 years old2. The majority of young new Army aviators are in their early twenties. We know there is a risk of myocarditis with each mRNA vaccination. We additionally now know that vaccination does not necessarily prevent infection or transmission of SARs-CoV-2. Therefore individuals fully vaccinated with mRNA vaccines have at least two independent risk factors for myocarditis after vaccination. Additional boaster shots add more risk. It is impossible to perform a risk/benefit analysis on the use of mRNA as counter measures to SARs-CoV-2 without further data… Use of mRNA vaccines in our fighting force, presents a risk of undetermined magnitude, in a population in which less than 20 active-duty personnel out of 1.4 million, died of the underlying SARs-CoV-2.
  9. Aircrew Training Program (ATP) 5-19, 1-8. Accept No Unnecessary Risk, states, “An unnecessary risk is any risk that, if taken, will not contribute meaningfully to mission accomplishment or will needlessly endanger lives or resources. Army leaders accept only a level of risk in which the potential benefit outweighs the potential loss.
  10. Research shows that most individuals with myocarditis do not have any symptoms. Complications of myocarditis include dilated cardiomyopathy, arrhythmias, sudden cardiac death and carries a mortality rate of 2% at one year and 50% at 5 years. According to the National Center for Biotechnology Information, U.S. National Library of Medicine, “despite optimal medical management, overall mortality has not changed in the last 30 years”.
  11. Step 3: Develop controls and make risk decisions: Because vaccination with mRNA increase the risk of myocarditis, a comprehensive screening program should be implemented immediately to identify individuals who have been affected and attempt to mitigate immediate risks and long-term disability.
  12. Step 4: Implement Controls: Send out clear guidance to all DOD healthcare professionals on risks of-vaccination myocarditis. Compulsory SARs-CoV-2 mRNA vaccination program should be immediately suspended until research can be done to determine the true magnitude of risk of myocarditis in individuals who have been vaccinated. We must evaluate and immediately implement alternatives to mRNA vaccines, to include Ivermectin (FDA approved 1996), Remdesivir (FDA approved 2020), Hydroxychloroquine (FDA approved 1955), Regeneron (FDA EU approved 2020). Review VAERS data for deaths from COVID for age-matched data and data from active duty COVID deaths within the DOD to perform a risk/benefit analysis.
  13. Step 5: Supervise and evaluate: We must establish a screening program to identify those at increased risk of myocarditis, i.e. those that have, received mRNA vaccinations with Comirnaty, BioNTech or Moderna, or have any of the following symptoms chest pain, shortness of breath or palpitations They should have screening tested performed in accordance with the CDC recommendations prior to return to flight duties. Per the CDC guidelines the initial evaluation of individuals identified according to the above criteria include; ECG, troponion level, inflammatory markers such as the C-reactive protein and erythrocyte sedimentation rate. It should be noted that the gold standard for diagnosis of myocarditis is end myocardial biopsy (EMB).
  14. Given that the labels for Comirnaty and BioNtech clearly state that the vaccination should not be given to individuals that are allergic to ingredients. I have noted that one of the primary ingredients of the Lipid Nanoparticle delivery system is “ALC 1035” (two attachments, parts highlighted) in the Pfizer shots. The forth attachment is the toxicity report on ALC-1035, which comprises between 30-50% of the total ingredients3. The Safety Data Sheet, (attached as Exhibit B) for this primary ingredient states that it is Category 2 under the OSHA HCS regulations (21 CFR 1910) and includes several concerning warnings, including but not limited to:
    1. Seek medical attention if it comes into contact with your skin;
    2. If inhaled and If breathing is difficult, give cardiopulmonary resuscitation
    3. Evacuate if there is an environmental spill
    4. the chemical, physical, and toxicological properties have not been completely investigated
    5. Caution: Product has not been fully validated for medical applications. For research use only
  15. Other journals and scientific papers also denote that this particular ingredient has never been used in humans before.4 To be abundantly clear, one of the listed primary ingredients of these injectables is Polyethylene glycol (“PEG”) which is a derivative of ethylene oxide. Polyethylene Glycol is the active ingredient in antifreeze. While it is hard to believe this is a key ingredient in these vaccines, it would explain the increased cardiovascular risk to users of the BioNTech or Comirnaty shots. I cannot discern what form of alchemy Pfizer and the FDA have discovered that would make antifreeze into a healthful cure to the human body. Others seem to agree my point per recent scientific studies that caused a group of 57 doctors and scientists to call for an immediate halt to the vaccination program.5 In short, this antifreeze ingredient is being studied for the first time in human injectables. According to the VAERS data, which admittedly underreports by as much as 100 times the actual SAE’s, there are well more than 600,000 documented Serious Adverse Events (ones requiring medical attention) alone and more than 13,000 fatalities directly linked to this particular vaccine. I cannot understand how this vaccine remains on the list of available options to treat Covid, when there are so many other non-deadly or injurious options available.
  16. As such, I believe it is reasonable to conclude that many humans are allergic to these dangerous and deadly toxins and therefore should not take vaccinations with either Comirnaty or BioNtech. Again, I have identified an agent that possess a significant hazard to Soldiers, which would fall under DA Pam 385-61 Toxic Safety Standards cited in 2-11.
  17. My assessment is that ALC 0315 is a known toxin with little study, specifically restricted to “research only“ and effectively has no prior use history, with the SDS designation of (GHS02), listed as H315 and H319, in other words, hazardous if inhaled, ingested or in contact with skin and a health hazard with the designation (P313). A review of the SDS outlines that it is not for human or veterinary use,
  18. I have not taken significant time to delineate the risks of other Covid 19 Vaccines other than the Safety Data Sheet of Moderna’s key ingredient, SM-102 (attached as Exhibit C). Suffice it to say that SM-102 is significantly more dangerous than the Pfizer ALC 3015 and it appears that the DOD is not actively acquiring or distributing this IND/EUA. If the DOD were to undertake use of the Moderna vaccine, one can expect a much higher Serious Adverse Event and fatality rate given that SM-102 carries an express warning “Skull and Crossbones” characterized under the GHS06 and GHS08. In other words, this Moderna ingredient is deadly.
  19. Given that these Covid 19 Vaccines were both Investigational New Drugs and Emergency Use Authorization vaccines, I have taken considerable time to understand potential risks, hazards and dangers these and any new drug or Investigational New Drug will may have on the health, safety and operational readiness or ability of pilots under my care and at this post. I have sought to research military records and track systems for recording events and Serious Adverse Events and fatalities associated with vaccines, new vaccines and Emergency Use, investigational vaccines in computer data systems recommended by the General Accounting Office in 2002 and ordered to be developed and implemented by the Secretary of Defense in 2003.
  20. A weekly MEDSITREP report fails to report the CDC data from VAERS or internal data regarding vaccine adverse events. Despite recommendation made by the Government Accountability Office in the GAO’s survey of Guard and Reserve Pilots and Aircrew GAO-02-445, published Sep 20,2002, in which it was recommended that the Secretary of Defense should direct the establishment of an active surveillance program (unlike the passive VAERS) to identify and monitor adverse events, was not implemented. I have been unable to locate, access or asses any data, data base or internal system to track, store, evaluate or research the effects of vaccines on our military members or pilots.
  21. I have also reviewed scientific data and peer reviewed studies that discuss, analyze results and conclude that natural immunity is at least as good if not far superior to any Covid Vaccine available at this time. I have also reviewed Dr. Peter McCullough’s sworn affidavit in support of and in relation to the Complaint filed in this case and have reviewed its supporting data. An additional peer-reviewed study not referenced in Dr. McCullough’s materials also supports the same conclusions drawn and reports that natural immunity provides a 13 fold better protection against Covid 19 infections than any currently available Covid 19 Vaccine6. More recently, in a meeting of the FDA Advisory Committee on September 17 of this year, fourteen of seventeen members voted against the authorization of any Covid booster vaccines in the juvenile age group having noted that the vaccine program has breached the defining test under the EUA statute as to whether the experimental treatment benefits outweigh the risks; in fact, they found the shots are far more dangerous than helpful in this age group and some voiced concerns that this would apply generally to all age groups.7
  22. I am also aware of the Secretary of Defense Austin’s order in relation to Covid Vaccine mandates made this week. In an information paper, it was stated that, “Unit personnel should use only as much force as necessary to assist medical personnel with immunizations.” The use of force to administer a medical treatment or therapy against the will of a mentally competent individual constitutes medical battery and universally violates medical ethics. Currently, I am not aware of the Comirnaty available within the DOD. Emergency Use Authorized vaccines, despite the attempt to characterize some of them as approved despite such approved versions not being available and regardless of a military member’s prior immunity to Covid 19; even where it may be demonstrated with a recent antibody test.
  23. Finally, I have reviewed a recent study entitled “US COVID-19 Vaccines Proven to Cause More Harm than Good Based on Pivotal Clinical Trial Data Analyzed Using the Proper Scientific Endpoint, All Cause Severe Morbidity,” by J. Bart Classen, MD and published in Trends in Internal Medicine; August 25, 2021. Attached as Exhibit D.
  24. I have also seen policies, memoranda and guidance as it relates to exemptions for vaccinations as fully detailed in Army Regulation 40-562, which purport to eliminate any exemption for prior immunity by our military personnel.

Opinion

  1. I have reviewed the Motion for a Preliminary Injunction which discusses the issue of prior immunity benefits outweighing the risks of using experimental Covid 19 Vaccines, together with proposed exhibits and materials cited therein. In opinion on this subject matter, I am also drawing my own conclusions that will be put into practice in my current role as an Army flight surgeon knowing full well the horrific repercussions this decision may befall me in terms of my career, my relationships and life as an Army doctor.
  2. I personally observed the most physically fit female Soldier I have seen in over 20 years in the Army, go from Colligate level athlete training for Ranger School, to being physically debilitated with cardiac problems, newly diagnosed pituitary brain tumor, thyroid dysfunction within weeks of getting vaccinated. Several military physicians have shared with me their firsthand experience with a significant increase in the number of young Soldiers with migraines, menstrual irregularities, cancer, suspected myocarditis and reporting cardiac symptoms aftervaccination. Numerous Soldiers and DOD civilians have told me of how they were sick, bed-ridden, debilitated, and unable to work for days to weeks after vaccination. I have also recently reviewed three flight crew members’ medical records, all of which presented with both significant and aggressive systemic health issues. Today I received word of one fatality and two ICU cases on Fort Hood; the deceased was an Army pilot who could have been flying at the time. All three pulmonary embolism events happened within 48 hours of their vaccination. I cannot attribute this result to anything other than the Covid 19 vaccines as the source of these events. Each person was in top physical condition before the inoculation and each suffered the event within 2 days post vaccination. Correlation by itself does not equal causation, however, significant causal patterns do exist that raise correlation into a probable cause; and the burden to prove otherwise falls on the authorities such as the CDC, FDA, and pharmaceutical manufacturers. I find the illnesses, injuries and fatalities observed to be the proximate and causal effect of the Covid 19 vaccinations.
  3. I can report of knowing over fifteen military physicians and healthcare providers who have shared experiences of having their safety concerns ignored and being ostracized for expressing or reporting safety concerns as they relate to COVID vaccinations. The politicization of SARs-CoV-2, treatments and vaccination strategies have completely compromised long-standing safety mechanisms, open and honest dialogue, and the trust of our service members in their health system and healthcare providers.
  4. The subject matter of this Motion for a Preliminary Injunction and its devastating effects on members of the military compel me to conclude and conduct accordingly as follows:
    1. None of the ordered Emergency Use Covid 19 vaccines can or will provide better immunity than an infection-recovered person;
    2. All three of the EUA Covid 19 vaccines (Comirnaty is not available), in the age group and fitness level of my patients, are more risky, harmful and dangerous than having no vaccine at all, whether a person is Covid recovered or facing a Covid 19 infection;
    3. Direct evidence exists and suggests that all persons who have received a Covid 19 Vaccine are damaged in their cardiovascular system in an irreparable and irrevocable manner;
    4. Due to the Spike protein production that is engineered into the user’s genome, each such recipient of the Covid 19 Vaccines already has micro clots in their cardiovascular system that present a danger to their health and safety;
    5. That such micro clots over time will become bigger clots by the very nature of the shape and composition of the Spike proteins being produced and said proteins are found throughout the user’s body, including the brain;
    6. That at the initial stage of this damage the micro clots can only be discovered by a biopsy or Magnetic Resonance Image (“MRI”) scan;
    7. That due to the fact that there is no functional myocardial screening currently being conducted, it is my professional opinion that substantial foreseen risks currently exist, which require proper screening of all flight crews.
    8. That, by virtue of their occupations, said flight crews present extraordinary risks to themselves and others given the equipment they operate, munitions carried thereon and areas of operation in close proximity to populated areas.
    9. That, without any current screening procedures in place, including any Aero Message (flight surgeon notice) relating to this demonstrable and identifiable risk, I must and will therefore ground all active flight personnel who received the vaccinations until such time as the causation of these serious systemic health risks can be more fully and adequately assessed.
    10. That, based on the DOD’s own protocols and studies, the only two valuable methodologies to adequately assess this risk are through MRI imaging or cardio biopsy which must be carried-out.
    11. That, in accordance with the foregoing, I hereby recommend to the Secretary of Defense that all pilots, crew and flight personnel in the military service who required hospitalization from injection or received any Covid 19 vaccination be grounded similarly for further dispositive assessment.
    12. That this Court should grant an immediate injunction to stop the further harm to all military personnel to protect the health and safety of our active duty, reservists and National Guard troops.
  5. I am competent to opine on the medical and flight readiness aspects of these allegations based upon my above-referenced education and professional medical, aviation and military experience and the basis of my opinions are formed as a result of my education, practice, training and experience.
  6. As an Aerospace Medicine Specialist, and flight surgeon responsible for the lives of our Army pilots, I confirm and attest to the accuracy and truthfulness of my foregoing statements, analysis and attachments or references hereto:

________/S/________ LTC Theresa Long, MD, MPH, FS

I, Lieutenant Colonel Theresa Long, MD, MPH, FS, declare under the penalty of perjury of the laws of the United States of America, and state upon personal knowledge that:

THERESA MARIE LONG, MD, MPH, FS LTC, MEDICAL CORPS, U.S. Army

Medical Education

United States Army School of Aviation Medicine Aerospace/Occupational Medicine Residency University of West Florida

Graduate Student -MPH

06/2019-6/2021

Carl R. Darnall Army Medical Center, Fort Hood, Texas Family Medicine Internship

06/2008-11/2010

Unrestricted Medical License, IN

09/2003 – 06/2008

University of Texas Medical School at Houston, Houston, Texas 06/2008 M.D.

08/2001 – 08/2004

Undergraduate – University of Texas at Austin, Austin, TX 05/2004 B.S. Neurobiology

Research Experience

08/2018 – 5/2020

School of Aviation Medicine

University of West Florida MPH program

https://tml526.wixsite.com/website

Performed a cross-sectional study on Intervertebral Disc Disease Among Army Aviators and Air Crew

08/2002 – 05/2003

University of Texas at Austin, Texas

Research Assistant, Dr. Dee Silverthorn

Performed academic research in effort to update medical facts and the latest research information for the publication of the fourth edition of Human Physiology

09/2000 – 11/2000

Neuropharmacology Research, Texas

Lab Tech, Dr. Silverthorn

Acquisition of rat cerebellums for research in gene sequencing. The focus of the project was to determine the DNA sequence of the receptor in the developing fetal brain that binds to ethanol and induces apoptosis leading to fetal alcohol syndrome.

Publications/Presentations/Poster Sessions Presentations/Posters

Poster: Intervertebral Disc Disease Among Army Aviators and Air Crew, presented during the 2021 American Occupational Healthcare Conference.

Long, Theresa M., Sorensen, Christian, Victoria Zumberge. (2003, May). Sodium dependent transport of Chlorophenol red uptake by Malpighian tubules of acheta domesticus. Poster presented at: University of Texas at Houston; Austin, TX.

Volunteer Experience

08/ 2005 – 09/2005

University of Texas – Houston, Health Science Ctr, Texas

Medical Student -Provided medical aid and support for Acute Care and triage of Hurricane Katrina evacuees.

Work Experience

06/2021- Present

1 st Aviation Brigade TOMS Surgeon

Serve as the Medical Advisor to the 1 st Aviation Brigade Commander regarding health and fitness of over 3600 officers, warrant officers and Soldiers. The Brigade is comprised of three aviation training battalions, responsible for initial entry rotary wing/ fixed wing flight training, advanced aircraft training. as well as Specific duties include ensuring safety of flight in Army Aviation operations by functioning as Flight Surgeon, while ensuring the health and fitness of military police, firefighters and military working dogs that support Ft. Rucker. Tasked with conducting epidemiological and biostatistical analysis of injuries and illnesses (SARs CoV-2) and medical trends that occur during training and identify and implement strategies to mitigate delays or lost training time.

05/2018-06/2021

Aerospace and Occupational Medicine Resident

Graduate Medical Education training in Aerospace and Occupational Medicine while obtaining a Master’s in Public Health. Specialty training included the Flight surgeon course, The Instructor/Trainer course, Space Cadre Course, Medical Effects of Ionizing Radiation, Medical Management of Chemical and Biological Casualties course at USAMIIRD, Ft. Detrick, NASA, 7 th Special Forces, Aviation Safety Officer Course, Global Medicine Symposium, OSHA, Dept of Transportation, Textron Bell Helicopters, Brigade Healthcare Course, Preventative Medicine Senior Leaders Course, Joint Enroute Critical Care Course, Army Aeromedical Activity, research on Intervertebral Disc Disease.

05/2015-05/2018

Department of Rehabilitation Services

General Medical Officer

Assigned to Carl R. Darnall Army Medical Center Physical Medicine clinic with special duties Function as General Medical Officer, to mitigate the number of high risk patients get referred off-post to Pain management and PM&R clinics. Functioned as the Performance Improvement officer for PM&R, the Chiropractic Clinic OIC, and the MEB/IDES Subject Matter Expert to IPMC multi-disciplinary team. Significantly increased access to care to the Physical Medicine clinic. Was instrumental in leading the hospital transition for the Chiropractic clinic, contributing to the subsequent successful Joint Commission inspection. Increased access to care in the Chiropractic clinic by 500%.

9/2013- 5/2015

Department of Pediatrics/ Department of Deployment & Operational Medicine

General Medical Officer

Assigned to the Carl R. Darnall Army Medical center Pediatric Clinic with special duties within the Department of Deployment & Operational Medicine. Provided acute and routine medical care for newborn to age 18 and collaborated with Lactation Team Leader to develop research matrix to ensure effective use of resources to meet Perinatal Core Measures PC-05 for Joint Commission Accreditation. Demonstrated initiative by providing emergency medical care to one of the victims of the April 2, 2014 FT Hood shooting.

10/2012-9/2013

Department of Deployment Medicine/ Emergency Medicine

General Medical Officer

Assigned to the Department of Deployment & Operational Medicine at Carl R Darnall Army Medical Center (CRDAMC) with specific duties directed by the CRDAMC DCCS. Supported soldier deployment/redeployment from combat, while also performing clinical rotations within the Emergency and Internal Medicine Departments to increase access to care for acutely ill patients. Improved productivity of the SMRC by conducting ETS, Chapter, Special Forces, Airborne, Ranger, SERE, and OCS/WOCS physicals. Ensured DODM success with 90% CRDAMC staff compliance of their annual PHA’s. Selected to become an ACLS instructor.

06/2012-10/01/2012

Department of the Army Inspector General Agency

Disability Medicine Subject Matter Expert (SME) – Temporary Dept of the Army Inspector General

Assistant Inspector General on Medical Disability (Subject Matter Expert)

Selected above my peers, from across the Army AMEDD as one of three medical NARSUM Subject Matter Experts to function as a temporary assistant Inspector General, in a SECARMY directed inspection of the MEB/IDES system.

Planned, coordinated, and conducted inspections of agencies/commands and to gather required data andperspectives relevant to the inspection topic. Developed inspection concepts, objectives, methodologies while coordinating inspection site requirements with major Army Commands ASCC, DRUs, Installations and Components.

Identified trends, analyzed root causes to systemic problems and proposed solutions to the IG, Army Chief of Staff and Secretary of the Army for service-wide implementation.

06/2011-06/2012

Carl R. Darnall Army Medical Center

Integrated Disability Evaluation System

Increased patient access to care by conducting 203 acute care appointments in four months. Increased productivity by 25% by completing 202 NARSUMs, 12 TDRLs, 42 Psychiatric addendums in nine months with only a single case returned from the PEB. Performed duties of MEB chief and QA physician in their absence by performing QA on seven NARSUMS, and reviewing 13 cases for initial intake. Functioned as IDES Physician Training officer, applying PDA training to develop a comprehensive training program for new MEB/IDES NARSUM physicians.

11/2010-05/2011

Carl R. Darnall Army Medical Center, Hospital Operations, Clinical Plans and Medical Operations Officer

Served as Clinical Plans and Medical Operations Officer for Hospital Operation (HOD), responsible for the synchronization of external and internal MEDCEN operations supporting over 3,000 MEDCEN employee as well as the DoD’s largest military installation and surrounding civilian population; assisted in development and execution of medical plans supporting Installation, Garrison, MEDCEN and Civilian AT/FP and MASCAL events

06/2005 – 07/2005

United States Army, Texas, Officer Basic Course – Class 1st Sergeant

Supervised 306 medical, dental, and veterinarian HPSP scholarship recipients for Officer Basic training.

10/2002-08/2003

United States Army – Texas National Guard, Texas Flight Medic -EMT/BCLS Instructor Training

10/2001 – 10/2002

United States Army Reserve, Texas, Instructor/Trainer

La suite des événements.

Note : j’ai finalement traduit ce long rapport de Chris McIntosh. J’ai un peu traîné pour le faire – presque un an!

Ok, j’ai honte.

Je l’avais trouvé en janvier 2021 mais il date d’août 2020 donc de bien avant les élections présidentielles américaines de novembre 2020.

Son point de vue est celui d’un conseiller en investissement. J’ai aussi publié sur ce blog quelques articles de Catherine Austin-Fitts, également conseillère en investissement et anciennement membre du gouvernement américain. Parce que le boulot des conseillers en investissement est de saisir les tendances sociétales et de faire des prévisions sur leurs développement, il est très instructif de les écouter.

Les prévisions de Chris McIntosh étaient claires, précises et surtout justes : elles sont en train de se réaliser très précisément l’une après l’autre – en pire, pour certaines. Ce qui donne à mon avis une force supplémentaire à son analyse et un intérêt à la lire même plus d’un an plus tard. Vous pouvez aussi lire un autre article de Chris ici, que j’avais publié en janvier de cette année.

J’en profite pour le remercier vivement de m’avoir donné accès au document original et pour tout son travail, évidemment.

Bonne lecture.

Source.


La suite des événements

LE TEMPS PRESSE

Le capital économique, social et politique est en pleine mutation. La vitesse de cette transition a pu s’accélére grâce aux verrouillages et à la révolution culturelle néo-marxiste radicale woke [NdT. Le mot woke est un terme apparu durant les années 2010 aux États-Unis, pour décrire un état d’esprit militant et combatif en faveur de la protection des minorités et contre le racisme. Il dérive du verbe wake (« réveiller »), pour décrire un état d’éveil face à l’injustice – Wikipedia] qui se déroule actuellement.

Dans le présent rapport spécial, nous nous tournerons vers l’Histoire pour mieux comprendre où nous nous situons actuellement, quels dangers nous courons et quelles en seront les conséquences pour notre bien-être physique et, naturellement, pour notre capital.

Je mentionne ici de nombreux liens vers des articles et des vidéos et je vous encourage à faire de ce rapport un point de référence. N’hésitez pas à le lire en plusieurs fois si ça vous convient mieux, mais idéalement consultez toutes ces références, même si ça doit vous prendre quelques jours ou quelques semaines en fonction de votre temps disponible. Je pense que nous vivons un moment d’une telle importance qu’il est absolument essentiel d’en comprendre le plus d’éléments possible. Eu égard à ce fait, vous êtes libre de partager ce rapport avec tous vos proches. Avant de rejeter quoi que ce soit de ce rapport, je vous exhorte à respirer un bon coup et à simplement considérer les preuves présentées, puis à en évaluer les probabilités. Si je me trompe, il n’y aura aucun souci à se faire ni aucun tort subi. Mais si je n’ai même qu’à moitié raison, toutes les actions que vous pourriez entreprendre en conséquence pourraient favorablement changer le cours de votre vie, littéralement.

En avant…

Il existe actuellement deux types de personnes dans le monde.

  1. Ceux qui s’inquiètent de ce qui se passe, et
  2. Ceux qui n’ont pas lu ou ne comprennent pas l’Histoire.

J’ai remarqué que mes collègues de l’espace financier, les gestionnaires de fonds, les analystes et compagnie, sont restés silencieux sur les troubles qui agitent le monde occidental. Ils n’y ont prêté attention que dans la mesure où ils ont exprimé leur opinion sur ce que les banques centrales peuvent ou ne peuvent pas faire, ou pour discuter de l’impact qu’auront les émeutes et les pillages sur l’économie tout en préférant «jouer la sécurité» et s’abstenir de parler des tendances sous-jacentes.

Ces tendances sont malheureusement de plus en plus taboues. On en discute à ses risques et périls. On risque d’être déplateformé, humilié et vilipendé. C’est la nouvelle religion du «woke». Elle est de nature marxiste et arrive plus vite qu’on l’imagine.

Un exemple anecdotique. Un de mes collègues, que j’apprécie beaucoup et qui n’a à coeur que mon intérêt, l’a résumé. « Chris, t’aventurer là-dedans ne mérite pas de sacrifier ta carrière, ni l’entreprise que tu as créée, cantonne-toi juste au côté financier, ne prends pas le risque de te lancer dans ce genre de trucs.« 

Et ça m’a fait réfléchir. À aucun autre moment de ma carrière n’ai-je entendu quelqu’un suggérer que dans le cadre d’une analyse de l’environnement macroéconomique mondial, il serait sage de négliger et d’ignorer ce qui se passe ici et maintenant. L’investissement macroéconomique a toujours compté un puissant aspect politique. Parfois, il est plutôt bénin et d’autres fois, il est la SEULE chose qui compte. Il semble totalement absurde en ce moment, où c’est tellement important, de fermer les yeux et de faire comme si ce n’était pas en train de se produire… et pourtant c’est exactement ce que fait toute la communauté financière… et bien d’autres. Je sais pourquoi… au fond, c’est ce que nous faisons tous.

Le silence qui règne ne se limite pas au secteur de la gestion d’actifs et des services financiers. Le monde universitaire et le monde de l’entreprise sont tous réduits au silence par une autocensure endémique. C’est le reflet fidèle de la situation actuelle de la société occidentale dans son ensemble. Trop peur de parler de crainte de perdre nos emplois, de voir nos carrières détruites, nos entreprises et nos personnes interdites sur les plateformes de médias sociaux, mises à l’index du monde des affaires et de voir nos vies ruinées simplement pour avoir déclaré des choses qui, il y a dix ans, auraient été jugées évidentes, et n’auraient suscité aucun intérêt, et bien qu’elles soient manifestement toujours vraies, c’est la vérité qui n’a plus d’importance car le troupeau furieux ne veut pas la vérité mais seulement le dogme du woke.

Je traiterai dans le présent rapport de cette guerre culturelle, de son probable développement et de ses ramifications économiques et sociales, puis nous examinerons les endroits du monde encore éclairés afin de nous permettre de nous positionner en conséquence. Mais le temps presse et les décisions prises aujourd’hui seront, je crois, parmi les plus importantes de notre vie.

La civilisation occidentale est engagée dans une guerre culturelle. Les enjeux sont extraordinairement élevés et si ceux qui prônent les valeurs de la démocratie libérale continuent de céder du terrain aux récits postmodernistes et radicaux de gauche, alors les libertés fondamentales, déjà dangereusement érodées, disparaîtront – et rapidement. Le tissu social de la société se déchire et les ramifications sont profondes.

En tant que gestionnaire d’actifs axé sur la macro et professionnel de l’investissement qui, certes, se fout complètement de ce que les autres pensent, l’idée que nous, chez Insider, ou dans notre société de gestion d’actifs Glenorchy Capital, devrions fermer les yeux sur l’éléphant dans la pièce – tout simplement parce que c’est source de litige – serait à la fois une abdication absolue de nos devoirs envers vous, nos clients, et serait moralement et éthiquement inacceptable. Je refuse de le faire.

Maintenant, ceci étant dit, permettez-moi de vous poser quelques questions.

  • Lorsque les Bolchéviques ont pris le pouvoir en 1917, était-ce un événement économique qui méritait d’être compris?
  • Lorsque le «Grand bond en avant» et la révolution culturelle qui a suivi ont commencé en 1966, était-ce un important événement économique mondial qui méritait d’être compris?
  • Cela aurait-il valu la peine d’identifier à l’avance le danger des Khmers Rouges de Pol Pot qui ont mené l’un des pires mouvements folie génocidaire dans leur détermination à l’édification sociale d’une société sans classes?
  • La Bulgarie, la Roumanie, la Yougoslavie, le Mozambique et tant d’autres… aurait-il été intéressant de voir les risques venir?

Bon Dieu, quelle question évidente, Chris. Oui, je sais!

LES CYCLES HISTORIQUES – SOUVENT MAL IDENTIFIÉS

Pourquoi les gens n’ont-ils pas vu venir la Première ou la Deuxième Guerre Mondiale?

Pourquoi tant de millions de gens n’ont-ils pas vu venir les Bolchéviques, la Révolution Culturelle de Mao ou la campagne meurtrière de Pol Pot?

Les réponses sont en partie dues au fait que les humains sont affligés :

  • d’un manque de connaissance de l’Histoire
  • de l’idée que nous savons des choses que nos ancêtres ignoraient. Par exemple, certains diront… «Oh si j’avais été allemand en 1940, j’aurais vu Hitler arriver et je me serais tiré.» Ah bon? Non, on dit ça parce qu’on connaît aujourd’hui l’issue et le vainqueur.
  • de l’adoption d’idéaux mal compris par ceux qui les adoptent. Tout comme un jeune adolescent peut être mené à prendre de la drogue lors d’une fête où les dangers de la drogue ne sont pas encore apparents, les idéaux marxistes sont également présentés en tant qu’idée utopique. Ils ne sont pas compris ou vus pour ce qu’ils sont réellement – meurtriers. Jusqu’à ce qu’il soit trop tard et que la main de fer du contrôle les étrangle.

Nous imaginons que cela n’arrivera plus dans le futur, ni de notre vivant. Ce qui se produit régulièrement (comme les saisons) est assez facile à comprendre. Les cycles économiques sont faciles à comprendre. Tous les adultes en ont traversé donc ils sont indentifiables. Le cycles du crédit – qui durent environ 30 ans – sont plus difficiles à comprendre, car leur fréquence est bien moindre. Par conséquent, le supercycle de la dette à long terme surprend toujours les gens, car personne en vie à l’époque ne s’en souvient.

Pensée marxiste

On trouve dans l’idéologie marxiste un thème qui revient de façon récurrente. Les marxistes croient que le monde n’est pas constitué d’employeurs et d’employés, pas d’une personne faisant volontairement du commerce avec une autre, ou d’un collectif (comme une entreprise) faisant du commerce avec un autre, mais d’un oppresseur et d’un opprimé. Il n’y a pas de relation gagnant-gagnant, seulement une oppression avec un résultat binaire en fonction de quel côté de la transaction chaque partie se trouve. Le marxisme fait exactement le contraire de ce sur quoi les démocraties occidentales ont été construites. Il rend le collectif plus important que l’individu.

Ça peut sembler anodin. Ça ne l’est pas.

Lorsque l’individu est priorisé, l’individu a la capacité de former des groupes et d’entrer et de quitter n’importe quel groupe sans perdre ses droits personnels. Lorsque le groupe est la forme supérieure, alors on peut infliger les choses les plus inimaginables à l’individu… au nom du groupe. Toujours au nom du groupe.

C’est une manière nihiliste de voir l’Humanité, à l’origine de beaucoup des pires atrocités et entreprises génocidaires jamais commises.

C’est malheureusement ce qui arrive ici aujourd’hui. De cela, j’ai mis en garde depuis plusieurs années, mais pour être honnête, je pensais que nous aurions beaucoup plus de temps devant nous, et j’avais nourri l’espoir que nous entrerions simplement dans une sorte de lente agonie, où le socialisme finirait par succomber d’un krach obligataire et d’une évaporation de toutes les politiques sociales existantes. Douloureux oui, mais nécessaire. Mais pas quelque chose qui finirait dans le chaos, la tyrannie et le meurtre. Ce que nous voyons maintenant devenir réalité dépasse mes pires craintes.

Les fanatiques sectaires sont parmi nous depuis un certain temps… grandissant en puissance, en véhémence, en intolérance et en insistance. Ils ont pris de nombreuses initiatives sous leur aile. Il s’agit notamment du changement climatique, de l’éducation, du NHS, des droits des homosexuels, des droits des trans, de l’Union Européenne, des frontières ouvertes, du multiculturalisme, du mouvement ESG et maintenant des mouvements ANTIFA et Black Lives Matter.

Plus récemment, le coronavirus et les verrouillages sont devenus sacro-saints. Du moins jusqu’à ce que les émeutes contre le «racisme systémique» deviennent plus importantes. L’hypocrisie est époustouflante et éhontée. Vous aurez noté dans tout ce qui précède que le groupe est proclamé comme plus important que l’individu.

Prenez 12 minutes pour écouter la description la plus éloquente que j’ai trouvée de ce à quoi nous sommes confrontés. Professeur Jordan Peterson.

BLM

Le mouvement Black Lives Matter ne concerne PAS la vie des Noirs. Black Lives Matter est un mouvement révolutionnaire marxiste visant à transformer les États-Unis en une dystopie communiste.

BLM déclare vouloir abolir le noyau familial, l’hétéronormativité, la police, les prisons et le capitalisme lui-même. Les dirigeants du BLM ont menacé de «brûler le système» si leurs demandes ne sont pas satisfaites. Ils entraînent également ouvertement des milices. BLM et les groupes qui lui sont associés demandent un moratoire sur le loyer, les hypothèques et les services publics, et des réparations pour une longue liste de griefs.

Maintenant, avant de considérer que ces guerriers de la justice sociale ne sont qu’un groupe minoritaire aux idées loufoques et sans pouvoir réel, considérez que le Pew Research Center a révélé que plus des deux tiers des Américains soutiennent le mouvement BLM.

Les fondateurs de BLM admettent ouvertement être des idéologues marxistes. Leurs mentors avoués comprennent d’anciens membres du Weather Underground, un groupe terroriste radical de «gauche» qui cherchait à amener une révolution communiste aux États-Unis dans les années 1960 et 1970. Le BLM est ouvertement ami et partisan du dictateur vénézuélien Nicolas Maduro, dont les politiques socialistes ont entraîné une destruction presque totale des libertés civiles et un effondrement économique absolu et total et une pauvreté écrasante pour ses citoyens. Ceux qui ont compris ce qui allait arriver ont fui depuis longtemps, d’autres qui n’imaginaient pas l’étendue de l’enfer à venir, se sont accrochés pour se voir ensuite privés de la possibilité de partir. Après tout, impossible de fuir si on a bloqué les frontières et volé votre patrimoine tout en détruisant votre capacité à gagner votre vie. Cela se fait toujours au nom de la cause/du mouvement… toujours. Rappelez-vous: l’identité de groupe au-dessus de l’identité individuelle.

LA CAMPAGNE DE COLLECTE DE FONDS POLITIQUE LA PLUS RÉUSSIE DE L’HISTOIRE RÉCENTE?

Black Lives Matter a maintenant recueilli plus de 100 millions de dollars en dons, apparemment pour «lutter contre le racisme».

Ceci est le site Web pour les dons BLM: veuillez noter que les dons sont traités par «ActBlue.com». Voici le site Web d’ActBlue.com. Si vous faites défiler vers le bas, vous arriverez aux deux déclarations suivantes:

  • Propulser les candidats démocrates, les comités, les partis, les organisations et les c4 à travers le pays.
  • ActBlue est un outil inestimable non seulement pour le DCCC (c’est-à-dire le Comité de Campagne du Congrès Démocrate), mais pour l’ensemble du parti.

BLM est, de fait, une branche de collecte de fonds pour les Démocrates.

Vous comprendrez maintenant pourquoi les politiciens démocrates sont en faveur à la fois des confinements et des manifestations violentes. À première vue, cela semblerait être une incohérence logique jusqu’à ce qu’on comprenne les flux de capitaux.

Alors, que veut BLM?

Afin de comprendre leurs buts, regardons ce qu’ils déclarent eux-mêmes comme objectifs.

Voici 10 exigences, directement de la chef de BLM, Chanelle Helm. Je vous préviens, ils sont à la fois mal exprimés et mal pensés.

  • Les Blancs, si vous n’avez pas de descendants, léguez votre propriété à une famille noire ou brune. De préférence une qui vit dans la pauvreté générationnelle
  • Les Blancs, si vous héritez d’une propriété que vous avez l’intention de vendre après acceptation, donnez-la à une famille noire ou brune. Vous êtes obligé de gagner cet argent d’une autre manière blanche privilégiée.
  • Si vous êtes un promoteur ou un propriétaire immobilier de logements multifamiliaux, construisez un complexe durable dans un quartier noir ou brun et laissez les Noirs et les Bruns y vivre gratuitement.
  • Les Blancs, si vous pouvez vous permettre de réduire vos effectifs, abandonnez la maison dans laquelle vous vous trouvez à une famille noire ou brune.
  • Les Blancs, si l’une des personnes à qui vous avez l’intention de laisser votre propriété est un connard raciste, changez votre testament et léguez votre propriété à une famille noire ou brune.
  • Les Blancs, re-budgétisez votre budget mensuel afin de faire un don aux fonds noirs pour l’achat de terres.
  • Les Blancs, en particulier les femmes blanches (parce que c’est vot’ spécialité – Jenny la Curieuse et Kathy la Mèle-tout), faites virer un raciste. Vous savez ce qu’ils racontent, putain. Vous êtes complice si vous les ignorez. Faites virer votre patron parce qu’il est aussi raciste.
  • Tout ça devrait être facile, mais tous ces trouillards du Klan, ces Nazis et ces autres blancs à petit pénis retourneront au travail. Faites-les virer. Appelez la police, même s’ils ont que l’air suspect.
  • Si une personne blanche à votre travail ou lorsque vous entrez dans des espaces et que vous entendez une personne blanche louant les actions d’hier, prenez d’abord une photo. Obtenez leur nom et plus d’informations. Découvrez où ils travaillent, bordel – faites-les virer. Mais pour sûr vous les abordez et si au besoin, vous avez des mains – vous vous en servez.
  • Les Blancs vont s’engager à combattre la suprématie blanche où et comme ils peuvent (ça ne veut pas dire se mettre à tricoter, à moins que qu’ils fassent des écharpes pour les enfants noirs et bruns dans le besoin) et à financer des personnes noires et brunes dans leur travail.

Vous remarquerez que, aussi absurdes que soient ces demandes, un nombre effroyable d’entre elles ont déjà été mises en œuvre ou sont en cours de mise en œuvre. En outre, ce type de pensée fait son chemin dans le système éducatif occidental depuis maintenant des décennies. Nous ne devrions pas être surpris de le voir s’étaler en première page.

LA CHUTE DE L’ENSEIGNEMENT

La civilisation occidentale était fondée sur la science. La capacité de tenir une vue ou une thèse et de la tester afin de valider ou d’invalider la thèse.

Le monde démocratique occidental est attaqué par l’extrême gauche et la chose importante à comprendre est que les faits n’ont pas d’importance pour une idéologie.

C’est l’une des raisons pour lesquelles nous voyons des appels à annuler le financement des STEM. STEM étant la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques [science, technology, engineering and mathematics]. Pourquoi? Tout ce qui va à l’encontre de leurs croyances est maudit et attaqué. Quand on tance un enfant irascible, l’enfant ne veut pas – et n’est pas prêt à – découvrir la vérité quelle qu’elle soit.

Ils ne veulent que ce qu’ils veulent.

C’est ainsi que la civilisation occidentale était si puissante, car elle permettait un système par lequel, malgré les préjugés ou les croyances, les idées pouvaient être testées et validées… ou invalidées. Cela a conduit à la plus grande et la plus spectaculaire création de richesse de l’Histoire.

Cette méthode… le processus objectif, fondé sur des preuves et des éléments concrets, entre en conflit avec cette nouvelle religion… et selon ses fidèles, elle doit être abolie en tant que telle.

Lui laisser son rôle de pilier de la raison et de l’autorité reviendrait à laisser cet enfant irascible hurler et à refuser de céder à ses exigences hystériques. Naturellement, cela provoquera un accès de rage. Le problème est le suivant: ce sont des enfants irascibles qui n’ont jamais été autorisés à prendre leurs responsabilités et à grandir. Ils ont été choyés et «protégés» de tout ce qui pourrait les blesser.

Grimper dans les arbres? Non – trop dangereux.

Des gagnants et des perdants dans le sport? Non, non, pas acceptable. Tout le monde reçoit un trophée.

Vous dites quelque chose avec lequel ils ne sont pas d’accord? Non, ça non plus. Vous êtes un monstre.

Ils n’ont pas ce que quelqu’un d’autre a? C’est la faute au sexisme, au racisme ou à un autre «isme». La responsabilité personnelle n’existe pas dans ce pays.

Le problème est que ces enfants occupent désormais des postes de pouvoir. Ce sont des adultes. Pas des personnes matures, n’est-ce-pas… juste des enfants irascibles, indignes, arrogants, nihilistes, vengeurs, dans un corps adulte, et malheureusement pour nous, maintenant en position de pouvoir. C’est un cocktail empoisonné et nous entrons maintenant dans une tempête qui ne se dissipera pas toute seule.

Cela a mis du temps à se mettre en place, l’alerte a été sonnée par de nombreux intellectuels dont moi-même sur le blog gratuit.

Si vous ne l’avez pas encore vu, je vous recommande vivement le documentaire sur Bret Weinstein et l’Université Evergreen. Bret est un biologiste et théoricien de l’évolution qui a été attaqué verbalement et physiquement par la gauche radicale en refusant «d’obéir» aux demandes des étudiants pour la «journée pour les gens de couleur seulement» à l’Université.

Voici Bret qui nous avertit tous, après que l’université Evergreen ait succombé à la nouvelle religion du woke. Il nous prévenait que les problèmes à Evergreen en 2017 ne resteraient PAS cantonnés au campus. Il avait bien sûr raison.

«Il ne s’agit pas de liberté d’expression, et ça ne concerne que de manière indirecte les campus universitaires. Il s’agit d’une rupture dans la logique de base de la civilisation, et elle gagne du terrain. Les campus universitaires peuvent constituer une première ligne de front importante, mais bien sûr, le problème finira par se présenter dans les tribunaux. Il a déjà trouvé sa place dans le secteur de la technologie. Il fera son chemin vers le plus haut niveau du gouvernement si nous ne faisons pas attention, et il met en fait en péril la capacité de la civilisation de continuer à fonctionner. « 
Bret Weinstein, dans la troisième partie du documentaire de Mike Nayna sur Evergreen.


Aux yeux des marxistes, tout ce qui peut être considéré comme un produit ou un fondement de la civilisation occidentale doit être détruit. Rien ne sera épargné, s’ils réussissent.

C’est là que la «culture de l’annulation» [NdT. traduction approximative de « cancel culture »] entre en jeu. Quand on ne parvient pas à gagner la discussion avec des arguments logiques et des preuves, la seule flèche qui reste dans le carquois c’est de crier plus fort que l’opposant et lorsque ça échoue, il reste la violence physique, un peu comme pour l’enfant irascible qui jette ses jouets ou qui casse des objets.

Pour montrer jusqu’où ils vont, en restant dans le milieu universitaire, les mathématiques ont été jugées racistes.

Vous pouvez rire, mais le fait est que c’est vraiment enseigné dans les universités du monde occidental, et aux États-Unis et au Canada en particulier. Il y a maintenant trop d’exemples, je vais donc vous en donner un seul (vous pouvez faire vos propres recherches si vous le souhaitez).

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 7PoOQcsIQYSS5hm3xaJZ-7lo_WpI0ZD_WwuDdeDke2HxXUz3FVIUZTVaLlY4Ax0O0wbp1cqFIl2td4IugV51qX-6vwS5I1kRG7zEWaxXnOS0XaQaL-OYF2TAHT8RvJLJRzmHlfrv

La science a été remplacée par la pseudo-science. Lorsque les faits et les preuves ne soutiennent pas leur point de vue, ils les falsifient. Et pour ne pas se fatiguer à les falsifier, ils étiquettent simplement ces outils comme racistes, sexistes ou ce genre de connerie tirée par les cheveux.

Le mouvement #DefundSTEM est l’attaque la plus récente et la plus agressive à cet égard. Si vous regardez qui réussit dans les STEM, ce sont majoritairement des Asiatiques. C’est pourquoi nous voyons la débâcle de Harvard contre l’Asie et c’est pourquoi les appels à la lutte contre le racisme ne s’étendent généralement pas aux Asiatiques.

Les Asiatiques, voyez-vous, ne se posent en victimes.

Une fois détruites la raison et la logique, il ne reste plus qu’une idéologie et on ne peut pas plus argumenter avec une idéologie qu’avec un chien. C’est ce qu’ils recherchent.

Il y a quelques semaines, j’ai fortement suggéré de lire un certain nombre de livres de notre liste de lecture recommandée. L’un d’eux est 1984 par George Orwell.

Cette citation particulière du livre est révélatrice.

La liberté est la liberté de dire que deux plus deux font quatre. Si cela est accordé, tout le reste suit.

Comme l’a fait remarquer l’un de vos collègues de Insider et gestionnaire de fonds spéculatifs Lyall Tailor:

«J’attendais le jour où les constructeurs sociaux, qui croient que la vérité objective est une valeur uniquement occidentale, essaieraient d’argumenter que 2 + 2 = 4 est culturel. C’est arrivé.

Si on a deux pommes et qu’on en trouve deux autres, seul un suprémaciste blanc croirait qu’on en a maintenant quatre.

Il est symptomatique du paradigme idéologique bien accepté parmi les universités des «sciences» sociales que la réalité est socialement construite et reflète la culture dominante.

Cette idéologie n’est ni marginale ni sans conséquence. C’est le fondement d’une grande partie de la «formation à la diversité» sur le «racisme systémique» que nous voyons actuellement déployée dans de nombreuses entreprises et institutions. Ils soutiennent que l’individualisme, l’objectivité, etc. sont des valeurs racistes et suprémacistes blanches. »

Bien dit, Lyall.

Ce à quoi nous assistons est le produit de ce que les Universités enseignent depuis des décennies. Que le racisme et le sexisme sont répandus dans tous les domaines de la société, et que la société elle-même est une construction patriarcale masculine blanche oppressive qui asservit les minorités.

C’est une ineptie pseudo-intellectuelle, mais – et c’est le plus important – on ne peut pas argumenter sur ce point.

Les preuves et les faits eux-mêmes ne sont pas autorisés à être présentés parce qu’ils sont, comme les mathématiques, le produit de cette oppression. Ils sont considérés comme des outils utilisés par la classe oppressive pour continuer leur oppression, et en tant que tels, ils doivent être détruits… et non, il ne sert à rien d’essayer de se demander comment diable ils vont construire un pont sans utiliser les mathématiques pour calculer la charge ou tout autre mesure absolument cruciale. C’est futile. Les sentiments priment sur les faits.

Folie? Bien sûr et pas sans rappeler la doctrine à laquelle la Chine maoïste s’est livrée, ou celle du Cambodge de Pol Pot.

Ce qui m’amène à…

L’HUMILIATION – LA CULTURE DE L’ANNULATION

Le professeur, spécialiste du comportement évolutif et auteur Gad Saad a récemment déclaré ce qui suit, qui résume assez bien ma pensée.

«Il semble intenable que dans une société libre, les seules personnes qui peuvent désormais véritablement exprimer leur liberté d’expression soient celles qui seront à jamais au chômage. Si vous êtes actuellement employé par une entité, vous ne pouvez plus exprimer le plus d’opinions BANALES qui soient contraires au récit attendu, car votre employeur peut vous licencier pour vos opinions erronées. Si vous êtes au chômage, mais que vous prévoyez être employé à l’avenir, vous feriez mieux de ne rien dire que certains futurs employeurs pourraient trouver répréhensible. Bien sûr, via l’archéologie du scandale, tout ce que vous auriez pu dire dans le passé peut être déterré et utilisé contre vous. Si vous êtes indépendant, vous ne pouvez pas exprimer d’opinions car si cela va à l’encontre de l’orthodoxie du PC [politiquement correct], vous pourriez être annulé via un boycott de masse.

Par conséquent, il est LITTÉRALEMENT un fait que nous créons un environnement où tout le monde (même les plus courageux d’entre nous) est abattu en silence. Je suis vraiment fatigué. Je perds espoir et cela en dit long car peu de gens ont mon amour tenace pour la liberté et mon optimisme inébranlable.« 

C’est bien sûr une méthode éprouvée des marxistes à travers l’histoire. Si nous regardons la révolution culturelle de la Chine.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est noxKXdrfSV31fU6mJwpHmRTf4rR__R0eNYy25mK0UMrP4i7ir5uftwJB-coeSORrfR7tUpgnL9jLSW4xBPeBn1mL3B_LXbaYiyb7tmOIZyGdAluwS4fzaodL7k7lJ3HNBJ0DxiiO

Ou les bolcheviks et les goulags ultérieurs.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mBKZCLcyNLJ80mkzGXPwkGLiM9BX0O6c5O3LFvYDFuh8IjWAh92uCf9yGGOLKE6RW-_WDQX0QqfdY4BRcls23ovvNw8vYZbzabfq8khIS9iilcQGq423veYK2s34sVrQ2sXO28uX

Ou n’importe lequel de la myriade d’autres enfers marxistes, le chemin est le même.

À l’heure actuelle, la culture d’annulation se produit plus rapidement que ce que nous pouvons en suivre. Les étudiants en histoire russe trouveront familier qu’aujourd’hui des accusateurs commencent à apparaître aux côtés des accusés et qu’une pression est exercée sur les accusés pour qu’ils dénoncent les autres. L’histoire se répète.

Le journaliste Mat Taibbi le décrit:

Il est libérateur de le dire après des années à tourner autour du pot, mais la gauche américaine a perdu la raison. C’est devenu une foule lâche de drogués des médias sociaux de la classe supérieure, des Robespierre sur Twitter qui passent de discipline en discipline, incendiant les réputations et les emplois avec une désinvolture à couper le souffle. Les dirigeants de ce nouveau mouvement remplacent les croyances libérales traditionnelles sur la tolérance, la recherche libre et même l’harmonie raciale par des idées si toxiques et si peu attrayantes qu’ils évitent le débat, passant directement à l’humiliation, aux menaces et à l’intimidation. Ils comptent sur la tendance à la culpabilité et à l’auto-flagellation des progressistes américains traditionnels, qui ne se défendront pas et iront volontairement au sacrifice. Ils ont escroqué organisation après organisation pour habiliter des panels à traquer le crime de pensée, et il est maintenant établi que tout peut constituer une infraction, d’un professeur de l’UCLA placé sous enquête pour avoir lu à haute voix la «Lettre d’une prison de Birmingham» de Martin Luther King à un scientifique des données licencié * d’une entreprise de recherche pour avoir retweeté une étude universitaire suggérant que les manifestations non violentes pourraient être plus efficaces politiquement que les violentes!


Vous remarquerez que la terminologie utilisée, telle que « privilège blanc », est extrêmement liée à cette question. Le privilège est un péché. Qui décide de l’existence d’un privilège? La foule, bien sûr. Et les péchés, vous le remarquerez, doivent être repentis. Ainsi, le passage de la diabolisation d’un groupe ethnique à sa dénonciation est rapide, mais l’étape suivante est tout aussi rapide – et c’est ce qui va arriver – et l’histoire indique que cette étape implique une purge.

Le célèbre professeur Steven Pinker, de Harvard, a récemment vu la foule s’abattre sur lui et tenter d’obliger Harvard à le licencier. Son crime? Avoir révélé la preuve que les flics ne tirent pas sur les Noirs de manière disproportionnée. La foule, comme cet enfant irascible, ne peut pas argumenter sur les faits parce qu’ils ne sont pas de son côté, alors elle hurle et se déchaîne. Ils prennent l’homme, pas la balle.

Même lorsque cela est expliqué en utilisant une raison et une logique simples, il est difficile de changer l’esprit endoctriné, comme le montre cette interview entre Dave Rubin et Larry Elder.

Et nous sommes déjà passés du stade où la foule attaque sur la base de quelque chose de dit, de quelque geste ou… et c’est maintenant de plus en plus la tactique… quand rien n’est dit.

Le silence de la part de la classe ciblée n’est pas toléré.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est bU5hxIiAsN7sXE5zBU-g1LhkK99fuVCmF3KX4LCEhzfMF3hbMRANIXCXyyR1qFQYC5avKeqG97S5ZmpvfBRKDnE-w9vqynihpxNXnTWSr59zXuUhojnzqvd_QTF8jIFwzvwgaVLd

Il y a maintenant plus de cas d’autocensure que je ne peux en énumérer (et je dois bien finir à un moment donné de mettre ces pensées par écrit pour vous). Nous le savons. Nous faisons tous beaucoup plus attention à qui nous parlons et à ce que nous disons. La liberté se perd. Et nous sommes passés si rapidement à l’étape suivante, qui va au-delà de l’autocensure. Celle où on attend des gens qu’ils dénoncent les autres. Ils sont poussés à le faire.

Et vous savez ce qui se passe ?

Quand les gens sont appelés à passer à l’acte, ils finiront (même s’ils ne le pensent pas) par professer et par s’engager pour la cause, cédant à la pression d’une foule intolérante et violente. Cela prend de l’ampleur, chaque individu ayant trop peur de s’exprimer contre le cauchemar cancéreux d’intolérance qui s’étend. Ils savent quelles en seront les répercussions. En fait, ils regardent autour d’eux tranquillement, en espérant que quelqu’un de plus fort se lèvera et arrêtera cette folie. Mais personne ne le fait… et donc ils commencent à justifier leur action dans leur propre esprit. C’est la seule façon de vivre avec la culpabilité. Une vraie culpabilité, pas une ridicule « culpabilité de classe » d’être blanc, asiatique, intelligent ou issue du fait que des Blancs que vous n’avez jamais connus ont eu des esclaves noirs.

C’est ainsi que les régimes totalitaires prennent le pouvoir. Ouvrez les yeux. Nous sommes en plein dedans en ce moment.

Croyez-moi quand je dis ceci. Ils ne s’arrêteront pas tant qu’ils n’auront pas ce qu’ils veulent… tout ce qu’ils veulent… ou tant qu’ils ne seront pas arrêtés, et j’ai bien peur que cela ne se produise que par la force brutale et écrasante.

Ce qui signifie un bain de sang.

Toute dissidence intellectuelle est combattue par la censure, la persécution via ce qui est maintenant une révolution marxiste sponsorisée par les entreprises. L’histoire indique que la prochaine étape inévitable est bien plus grave.

Le Dr Jordan Peterson (une fois de plus) explique le raisonnement qui permet de passer de la situation actuelle… à l’étape suivante, celle de la violence la plus horrible.

«Quand la victimisation mène au génocide»

Et juste au cas où vous pensez que je dramatise…. La violence générale a bien sûr entraîné des décès, mais ce dont je parle ici, c’est d’une idéologie qui est prête à tuer pour sa cause. Le 5 juillet, une jeune mère de 24 ans (Jessica Whitaker) a été abattue après avoir déclaré aux manifestants du mouvement BLM que « toutes les vies comptent ». Elle n’a jamais dit que les vies des Noirs n’avaient pas d’importance, ni que les vies des Russes ou des Polonais n’avaient pas d’importance, ce qui, bien sûr, devrait être parfaitement raisonnable dans un monde rationnel. Elle a dit que « toutes » les vies comptent, et pour cela elle a été assassinée. Ce ne sera pas la première, ni la dernière.

Voici Illar Omar, membre démocrate du Congrès américain, qui appelle au « démantèlement » de l’économie et des systèmes politiques américains.

En d’autres termes, plus de démocratie, et plus de capitalisme.

Et ainsi de suite, jusqu’au génocide. Considérez une fois de plus ce que les fondateurs de BLM croient ardemment. Yusra Khogali est l’une des fondatrices de BLM au Canada. Elle a récemment déclaré que « les blancs sont des défauts génétiques ».

En 2015, elle a tweeté

«S’il-te-plaît Allah me donne la force de ne pas injurier/tuer ces hommes et ces blancs ici aujourd’hui. S’il-te-plaît.»

Khogali insiste sur le fait que les blancs sont des « défauts génétiques récessifs » qui devraient être « éliminés« , et que « la blancheur n’est pas l’humxnité« , et que « la peau blanche est sous-humxne ». Tout cela, elle l’a affiché dans des messages sur Facebook.

Il est intéressant de noter que tout cela était parfaitement conforme aux directives de Facebook (?).

Que lui est-il arrivé suite à ces odieux appels au génocide des Blancs? Eh bien, le gouvernement canadien lui a décerné le « Young Woman in Leaderships Award » [Prix de la jeune femme leader] en 2018.

Le problème, mes amis, est le suivant :

Vos gouvernements sont des idiots utiles, sans envergure, qui prônent la vertu, qui se détestent eux-mêmes et qui sont aux prises avec quelque chose qu’ils approuvent entièrement ou qu’ils ne comprennent tout simplement pas. Attendre d’eux qu’ils vous défendent et fassent respecter les lois du pays dans lequel vous vivez et qu’ils dirigent est, malheureusement, à ce stade, dangereusement insensé.

Le fait que vous ne puissiez pas imaginer le pire ne change rien aux probabilités, c’est dû au fait que vos expériences de vie collectives sont largement divergentes de ce qui va arriver.

Nous pensons que les 5 à 10 prochaines années seront extraordinairement chaotiques. Nous croyons aussi que nous pouvons faire un paquet d’argent. Nous sommes certainement plus confiants que jamais dans nos allocations, mais, et c’est là le problème, si vous n’êtes pas prêts à vous protéger, vous et votre capital, contre les vols à venir – parce qu’ils viendront tout vous prendre – alors à quoi cela servira-t-il?

ENDOCTRINEMENT ET «REDISTRIBUTION»

J’ai quitté définitivement l’Afrique du Sud il y a maintenant plus de 20 ans pour de nombreuses raisons. L’une d’entre elles était que je pouvais voir de mes propres yeux et que je n’étais pas naïf face à l’Histoire et l’autre était due à une rencontre fortuite. Je m’explique.

En 2003, j’ai rencontré par hasard un gestionnaire d’actifs allemand d’âge moyen lors d’une randonnée sur la montagne de la Table. Il avait au moins deux décennies de plus que moi, avait réussi et était extrêmement généreux de son temps et de ses connaissances. Nous avons passé toute la journée ensemble, puis nous avons dîné le soir-même. Inutile de dire qu’il était très attachant et intelligent. Il m’a dit (et cela ne m’a vraiment frappé que des années plus tard) que si on veut savoir vers quoi une société se dirige le plus probablement, on ne doit pas prêter attention à ce que le système juridique, économique ou social est aujourd’hui. Ceux-ci peuvent tous être modifiés. Ce qu’il faut comprendre, c’est l’esprit du temps dans les universités.

Qu’est-ce qu’on leur enseigne? Que croient-ils?

C’est parce que ces enfants, dans les deux prochaines décennies, seront ceux qui occuperont les postes de pouvoir. Ils dirigeront des entreprises, ils seront les juges, les jurés, la classe politique.

Les démocraties occidentales ont, depuis près de deux décennies, enseigné une idéologie de plus en plus marxiste. Nous payons maintenant le prix de cet endoctrinement cancéreux. De plus, l’histoire montre qu’il est presque impossible de changer leur façon de penser. Cela correspond au 4e tournant de Strauss et Howe.

Les confinements affectent de manière disproportionnée les personnes des classes moyennes et inférieures. Raison pour laquelle les célébrités et les représentants du gouvernement pouvaient se permettre une certaine désinvolture et affirmer: « C’est une bonne chose! Restez chez vous. » Je l’ai d’ailleurs constaté dans mon propre secteur. En tant que gestionnaire de fonds, je n’ai pas vraiment besoin de quitter mon bureau à domicile et c’est aussi le cas pour mes analystes, traders et toute mon équipe. Le travail continue. Pour la plupart des gens, ce n’est pas le cas.

Ce que les confinements ont créé, c’est un fossé encore plus grand entre les riches et les pauvres.

Attendez-vous à ce que cela accélère les demandes de « redistribution des richesses ». « Mangez les riches » deviendra un slogan. Et c’est là que le marxisme devient un tel chant de sirène pour les désenchantés, ce qui m’amène à…

La formation du capital

La donnée essentielle à comprendre du capitalisme est la suivante.

L’un de ses fondements est la liberté d’expression.

Sans la liberté de dire ce qu’on pense, il n’y a pas de liberté de pensée. Le partage des pensées, des opinions, des données et la recherche de la vérité sur leur signification profonde sont essentiels aux relations, au bonheur et à la vie. Imaginez maintenant qu’on ait peur de le faire.

Tout s’arrête.

C’est tellement important que je ne peux pas trop insister sur ce point. Si je le pouvais, je le clamerais debout sur un toit, en agitant les mains et en faisant voler ma salive. Comprenez que cette agression a lieu dans tout le monde occidental. Actuellement, il y a de la richesse… parce qu’elle a été construite, mais la richesse réside, et a toujours résidé, dans l’ingéniosité humaine, ce que nous appelons le capital humain. C’est ce que les marxistes ne comprennent pas. Ils voient les grandes maisons et les voitures… les « choses » et pensent que c’est la richesse. Ce n’est pas le cas. Mais c’est ce dont ils veulent s’emparer.

C’est en fait bien pire que cela. Ils ne se contenteront pas de voler, pas plus que les gardes rouges de Mao ne se sont contentés de détruire les emplois des intellectuels. Ils voulaient au contraire les voir souffrir, saigner et mourir. Alors ils les ont battus à mort.

Considérez la déclaration suivante du député travailliste britannique Naz Shah, par rapport aux gangs de jeunes filles musulmanes au Royaume-Uni, que la police britannique a refusé de poursuivre par crainte d’être taxée de racisme. Les auteurs de ces actes, voyez-vous, étaient des gangs musulmans.

Interrogée sur les enfants blancs violés par des musulmans, elle a répondu qu’ils « doivent se taire pour le bien de la diversité« . Je suis sûr que vous trouvez cela choquant. Moi pas. C’est consternant, mais pas choquant. Il existe différentes sortes de psychopathes. Ce qui est à la fois consternant ET choquant, c’est que presque rien n’a été dit sur cette déclaration scandaleuse. Et les seuls médias prêts à en parler ont été qualifiés de « nazis d’extrême droite » qui diffusent des « discours de haine ». Vous n’avez pas besoin que je vous dise ce qui se passerait si nous supprimions simplement les mots « blanc » et les remplacions par « musulman » ou « noir ». Et pour être clair, nous devrions traiter toutes les personnes de toutes les races de la même manière.

Donc la civilisation occidentale est littéralement en train de se suicider.

Ce que cela signifie, c’est qu’économiquement, la capacité à former du capital, ou du moins l’incitation à former du capital, est littéralement détruite. Non seulement tout s’arrête, mais tout peut même s’inverser… c’est certainement ce qui va se passer lorsque les marxistes commenceront leurs politiques de « redistribution » afin d’établir « l’égalité ».

La redistribution prendra la forme de taxes, de prises de contrôle directes – pensez à l’actionnariat conjoint de votre entreprise avec une coalition de « groupes minoritaires » prenant un certain pourcentage de votre entreprise, au nom de l' »équité ». Vous ne pensez pas que cela va se produire? Vous verrez.

Nous savons qui sont les cibles.

Le Smithsonian Museum le souligne pour nous dans sa couverture de la « blancheur ».

« Puisque les Blancs en Amérique détiennent la majeure partie du pouvoir politique, institutionnel et économique, ils bénéficient d’avantages que les groupes non-blancs n’ont pas. Ces avantages et bénéfices, à des degrés divers, sont connus sous le nom de privilège blanc. Pour de nombreux Blancs, cela peut être difficile à entendre, à comprendre ou à accepter, mais c’est pourtant vrai. Si vous êtes blanc en Amérique, vous avez bénéficié de la couleur de votre peau. »

Donc voilà, directement du Musée national de l’Histoire et de la Culture Afro-américaine.

J’ai pris la liberté de faire une capture d’écran de leur présentation de la « culture blanche ». Quelque chose qui est considéré comme un péché et qui a besoin d’être « réparé ».

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est DexiKJznUQM1oT9pD3n94fCdLdW-ihdp8OsC3YAu_bAn-g0BM3Y_3qi9BLlv7K7q7iwSEdKLoFlpFC76zbKXw04Y8LRsDBavgHHDDy-MiJUDWJAqbt2c_74hrwiMyzMiQrM7peCr

Ces bolcheviks ont l’intention de détruire tout ce qui touche à la civilisation occidentale, et ils le justifieront comme ils le voudront. Sachez que ce n’est pas de la théorie, ce n’est pas un gloubiboulga de conspiration sauvage. C’est ici et ça se passe MAINTENANT!

POINTS À RETENIR ET SOLUTIONS PRATIQUES

Troubles civils

Nous avons parlé du risque croissant de ce phénomène en Occident depuis maintenant plus de deux ans. Nous n’avons jamais pris en compte les blocages COVID dans cette analyse. Faisons-le donc brièvement.

Une grande partie du monde est pratiquement fermée aux affaires, laissant les citoyens à court d’argent, au chômage et à court d’options. Des restrictions continuent d’être mises en place, comme celles auxquelles seuls les Nord-Coréens ont été habitués. Ce n’est qu’une question de temps avant que ces problèmes n’explosent en crimes violents et troubles civils. Il ne s’agit pas d’un problème exclusif aux les États-Unis.

Élections américaines

Si Trump gagne : La gauche va péter les plombs. Avec la montée de la violence et du chaos, Trump invoquera la loi sur l’insurrection et fera intervenir l’armée. Et les gens ne seront pas contre. En fait, ils le demanderont. Pourquoi? Parce qu’ils auront l’impression d’être attaqués. Et ils le seront. Mais ils demanderont et obtiendront… un état policier.

Si Biden gagne : Le pays deviendra marxiste si vite que vous en aurez le vertige. Le revenu de base universel, une nouvelle « initiative verte » qui ignore la science et l’économie et qui plongera le pays dans une profonde spirale de dépression pendant que ceux qui sont au pouvoir poursuivent leurs objectifs en toute ignorance et arrogance malgré les preuves croissantes de leur caractère destructeur.

  • Fermer les principaux centres énergétiques au nom de la « sauvegarde du climat »? Bien sûr, pourquoi pas.
  • Appliquer des règles sur l’embauche de personnes « défavorisées », quelle que soit la nouvelle catégorie qu’ils peuvent imaginer (ce sera tout un commerce de recherche de pots-de-vin)? C’est une bonne idée.
  • Emprisonner quiconque prononce un « discours de haine », notion de plus en plus définie par une foule en délire? Absolument.
  • Taxer ceux qui bénéficient d’un « privilège blanc »? Bien sûr que oui.

Ça a l’air dingue, non? Regardez autour de vous, et dites-moi que j’ai tort. Le niveau de vie descendra en chute libre.

Réparations et autoritarisme

L’idée de la repentance n’est pas affreuse si, par exemple, on a fait quelque chose de mal. Si on a agressé une autre personne, il n’est que juste de régler ce problème. C’est ce que le système judiciaire est censé faire. Je vole vos choux, et je suis obligé de payer une amende et de les rendre… ou une punition de ce genre.

L’idée que quiconque devrait être tenu responsable des actes non seulement de nos ancêtres, mais aussi des ancêtres de personnes avec lesquelles vous partagez la même couleur de peau, est complètement folle.

Si nous punissons quelqu’un pour des choses faites par quelqu’un d’autre – mes ancêtres, vos ancêtres, ont tous commis des actes répréhensibles – nous retournons rapidement au désastre absolu qu’était le Moyen-Âge. C’est vrai pour chaque personne sur cette planète (sans exception). Et pourtant, c’est ce qui est suggéré. Et juste un petit rappel. L’âge des ténèbres a duré 400 ans, ce qui est incroyable. [NdT. en fait non, mais ceci est – littéralement – une autre Histoire. Lisez Fomenko]

Les exemples sont nombreux et n’ont cessé de croître en intensité et en volume. Les appels aux blancs à dédommager des « personnes de couleur ». Ce qui est remarquable, c’est que les « personnes de couleur » n’incluent PAS les Asiatiques. En effet, les Asiatiques sont mis dans le même sac que les Blancs. C’est parce qu’ils n’adhèrent pas au principe de la victimisation comme moyen d’obtenir ce qu’ils veulent. C’est pourquoi ils sont surreprésentés dans les universités et les entreprises. Dans l’ensemble, ils réussissent et sont donc eux-mêmes diabolisés. Vous voyez, reconnaître que les Asiatiques ne bénéficient d’aucun « privilège » alors qu’ils obtiennent de meilleurs résultats que la plupart des autres groupes ethniques, à l’exception peut-être des Juifs, détruit complètement le récit et, au lieu de cela, ils sont diabolisés et perdent leur « couleur » comme par magie.

Et donc, des réparations. Des Blancs en particulier (ce qui inclut les Asiatiques) aux Noirs.

Il y a autre chose au sujet des réparations qui est souvent oublié mais qui est d’une importance cruciale. Les réparations que l’Allemagne a dû payer après avoir perdu la Première Guerre Mondiale ont jeté les bases économiques et politiques de la République de Weimar, qui ont permis au parti Nazi de prendre le pouvoir. Le déclin économique (dans lequel nous sommes à 100% aujourd’hui) a toujours été un ingrédient-clé de la montée de l’autoritarisme.

Si vous possédez de la richesse et que vous êtes « blanc », la foule hurlante et haletante vous qualifiera de « privilégié » et cela suffira pour « redistribuer » votre richesse.

Si vous possédez de la richesse et que vous êtes noir, à terme, vous serez identifié comme un « sympathisant » et ils viendront vous chercher aussi.

De nombreux PDG et célébrités qui prônent la vertu essaient de « devancer » la tendance en signalant qu’ils sont « dans le mouvement ».

Premièrement… ce sont des lâches, et deuxièmement… ça ne marchera pas.

Exemple concret. Deux grandes entreprises britanniques (Lloyds of London et Green King) ont promis de payer des « réparations » pour l’esclavage. Un esclavage mené dans les années 1800. Ces clowns sont tout simplement des idiots utiles. En haut de la liste des idiots utiles se trouve Jeff Bezos qui a soutenu massivement les deux confinements ainsi que Black Lives Matter. Pourquoi ? Eh bien, ces deux mouvements ont fait plus pour annihiler complètement sa concurrence (le commerce de détail) que tout ce dont il aurait pu rêver. Si vous avez le courage de le faire, lisez le Washington Post, dont il est propriétaire, et vous y verrez le parti pris inhérent.

Il y aura probablement une taxe de « rétribution » ou de « réparation ». Si vous n’êtes pas dans le groupe ethnique choisi, vous serez ciblé. Le fait que ce soit insensé et raciste en soi n’aura aucune importance.

Des impôts plus élevés… surtout si vous êtes « blanc ».

Comme mon ami Dylan Grice l’a récemment fait remarquer dans un article « Ça vient ! C’est pour bientôt ! Le MMT (ou quelque chose comme ça) arrive. » [NdT. La théorie monétaire moderne (souvent abréviée TMM, ou en anglais Modern monetary theory) se fonde sur le monopole de la violence de l’État qui lui donne la possibilité de taxer, ainsi que de choisir le moyen de paiement de ses taxes]

« Pour certains (comme moi), la MMT et ses cousins ne sont que les dernières métastases d’une branche de l’économie théorique depuis longtemps dévoyée (c’est-à-dire la macroéconomie). Pour d’autres, c’est la solution évidente pour une économie mondiale qui a désespérément besoin de relance, d’investissements dans les infrastructures publiques, de réduction des inégalités et de pratiquement tout ce qu’un politicien pourrait avoir envie d’ajouter à sa liste de souhaits. Je pense que les « autres » vont gagner. Les roulements de tambour se font plus intenses. Le chant qui l’accompagne, « Donnez une chance à la MMT », finira par être entendu. Changement de régime politique. »

Je pense que Dylan a mis le doigt sur le problème. Le MMT et l’UBI (Universal Basic Income – revenu de base universel) ont le vent en poupe. C’est vrai en Europe occidentale comme aux États-Unis, bien que cela puisse être retardé aux États-Unis en fonction des prochaines élections.

L’UBI est une idée si catastrophiquement mauvaise que je ne sais pas par où commencer. Lorsqu’on enlève aux gens la motivation de se lever le matin et d’aller travailler et donc d’avoir un but dans la vie, on détruit absolument ce qu’est l’être humain. S’attendre à ce que cela se termine de manière positive est au-delà de la stupidité. La destruction économique que cela entraînera est difficile à saisir, sans parler de la destruction du tissu social de la société.

Ce que cela va apporter, ce sont des pénuries, surtout de nourriture. C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles nous sommes actuellement optimistes quant à l’agriculture. Voici Mosaic, un excellent proxy pour le secteur.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est kIqont-Gkhi7x43ga5OdeLGW8wP-njWWGbchO3QqLUNpwH2BDVwyDhldAxIOSvkDTxm_ATzGJxRdKs6K9AFfw7zAxbkgN2vN2TSOEoxsvW8T16pVlGjSZH64J8xOCtQdqI9JobvN

Meurtre/génocide

Je ne veux pas être alarmiste et ceux qui me connaissent savent que ce n’est pas mon genre. Cela dit, nous examinons de très près les exemples historiques. Ignorer cette possibilité serait imprudent.

Dans le passé, des personnes ont reçu une balle dans la nuque, ont été enterrées vives dans des fosses communes, gazées et, dans le cas des goulags, mises au travail jusqu’à la mort.

Comment une telle chose serait-elle menée à l’époque moderne?

Je déteste dire cela, mais un vaccin obligatoire accomplirait la tâche très efficacement, surtout s’il est administré par des gens qui ne sont pas conscients et qui croient plutôt faire un travail honnête. [NdT. gardez bien à l’esprit que ce texte a été rédigé plusieurs mois avant le début de la campagne de « vaccination » Covid] Je me rends compte que cela peut sembler farfelu, mais considérez que le Parti Communiste Chinois fait déjà cela avec la population musulmane de Chine.

Plutôt que de les assassiner en masse, il a mis en place un programme de stérilisation obligatoire. Bien entendu, ils ne disent pas aux Ouïgours qu’on leur injecte des médicaments qui les rendront stériles, mais c’est ce qu’ils font. Et c’est extraordinairement efficace.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est MqDyqgbgtg1L5Dx803OpglYVlFc9X_cu9ZipeCQ_jK6r_fsp4eKy47WFNXjbD_OKbF_SeSWjjQD_arqDR4Wo2B4a1g65y44whaEzbAA3fyVmnooi-T86735iJeC-pxf0MfcMOZJg

Vous pouvez lire ici tout ce qui concerne ce sujet.

L’un des principaux problèmes liés à la perpétration d’un génocide, quelle qu’en soit la forme, réside dans le fait que les victimes courront se mettre à l’abri ou se battront pour leur vie. Il est bien plus facile de les faire marcher de leur plein gré vers l’abattoir. Aujourd’hui, nous disposons d’un ensemble de conditions qui permettraient d’y arriver avec une facilité étonnante. Si les victimes ne sont pas pleinement conscientes de ce qu’elles prennent, elles s’empresseront de prendre quelque chose qui n’est pas ce qu’elles pensent. Il y a des précédents à cela aussi.

« En 1993, l’OMS a annoncé un « vaccin contraceptif » servant au « planning familial ». Les recherches publiées montrent qu’en 1976, les chercheurs de l’OMS avaient conjugué l’anatoxine tétanique (TT) avec la gonadotrophine chorionique humaine (hCG) pour produire un vaccin « contraceptif ». La conjugaison de l’anatoxine tétanique avec l’hCG provoque l’attaque des hormones de grossesse par le système immunitaire. Les résultats attendus sont des avortements chez les femmes déjà enceintes et/ou l’infertilité chez les receveuses non encore fécondées. Des inoculations répétées prolongent l’infertilité. Actuellement, les chercheurs de l’OMS travaillent sur des vaccins anti-fertilité plus puissants qui utilisent l’ADN recombinant. Les publications de l’OMS montrent un objectif à long terme de réduction de la croissance démographique dans les « pays moins développés » instables. En novembre 1993, des publications catholiques ont affirmé qu’un vaccin abortif était utilisé en tant que prophylactique contre le tétanos. En novembre 2014, l’Église Catholique a affirmé qu’un tel programme était en cours au Kenya. Trois laboratoires de biochimie indépendants accrédités par Nairobi ont testé des échantillons provenant de flacons du vaccin antitétanique de l’OMS utilisé en mars 2014 et ont trouvé du hCG là où il ne devrait pas y en avoir. En octobre 2014, 6 flacons supplémentaires ont été obtenus par des médecins catholiques et ont été testés dans 6 laboratoires accrédités. Là encore, de l’hCG a été trouvée dans la moitié des échantillons. Par la suite, le laboratoire AgriQ Quest de Nairobi, dans deux séries d’analyses, a de nouveau trouvé de l’hCG dans les mêmes flacons de vaccin qui avaient été testés positifs précédemment, mais n’a pas trouvé d’hCG dans 52 échantillons supposés par l’OMS être des flacons du vaccin utilisé dans la campagne du Kenya 40 avec les mêmes numéros de lot d’identification que les flacons qui ont été testés positifs pour l’hCG. Étant donné que l’on a trouvé de l’hCG dans au moins la moitié des échantillons de vaccins de l’OMS dont les médecins impliqués dans l’administration des vaccins savent qu’ils ont été utilisés au Kenya, notre opinion est que la campagne « antitétanique » du Kenya a été raisonnablement remise en question par l’Association des Médecins Catholiques du Kenya comme étant une façade pour la réduction de la croissance démographique. »

Pour être franc, le fait même d’écrire sur ce sujet me semble surréaliste et étrange. L’une des raisons pour lesquelles je le fais est que je vous demande de réfléchir à ce que vous avez vu se produire rien que ces derniers mois. Des choses que, si on vous avait dit l’année dernière à la même époque qu’elles se produiraient, vous auriez probablement rejetées en bloc et jugées ridicules.

Que se passera-t-il si vous ne vous conformez pas?

Eh bien, ils vous excluront du système. Essayez d’obtenir un prêt bancaire sans preuve de votre vaccin. Désolé, je ne peux pas vous aider. Essayez d’obtenir une assurance. Désolé, vous représentez un risque pour la santé. Essayez de prendre l’avion. Vous êtes un danger pour les autres passagers, donc pas de voyage pour vous. Essayez de vous déplacer dans un « espace public » et vous serez arrêté pour « mise en danger du public ». Ils ont déjà commencé à le faire avec les masques. Pourquoi ne pas passer à l’étape suivante?

Une chose que l’Histoire nous enseigne est la suivante. Si vous inculquez la peur de Dieu aux gens, ils abandonneront volontiers leurs libertés pour la « sécurité ».

Et quoi d’autre?

Les biens immobiliers

Aux États-Unis, en Grande-Bretagne et dans les pays d’Europe occidentale, l’immobilier dans les centres-villes va poser problème. L’immobilier commercial encore plus. La poussée migratoire vers l’extérieur des centres-villes, où la vie est chère, ne fera qu’accélérer l’effondrement de l’immobilier commercial de détail, qui a été frappé de plein fouet par les fermetures gouvernementales. Lorsque les confinements ont été décrétés, les gens s’attendaient à rester chez eux pendant quelques semaines, puis à revenir à la normale. Si les confinements n’avaient duré que ces quelques semaines, je suis sûr que c’est ce qui se serait passé.

Je l’ai observé depuis chez moi, ici, avec mes enfants et leur scolarité. La première semaine a été un foutoir fait d’incompétence et de chaos. Les enseignants essayaient – vraisemblablement – de comprendre comment utiliser un ordinateur, et j’imagine sans peine que beaucoup d’entre eux ont cherché sur Google des « applications d’enseignement », suite à quoi on les a vus utiliser une foultitude de logiciels incompatibles. C’était la pagaille. Par exemple, j’ai eu deux conversations téléphoniques avec des enseignants où je comprenais bien ce qu’ils essayaient de faire, tout en sachant que cela ne marcherait pas (uniquement parce que j’avais déjà utilisé le logiciel et que je voyais bien que ce qu’ils en attendaient ne fonctionnerait pas). Par exemple, on ne peut pas donner à une classe de 25 enfants un document partagé dans le cloud pour les faire tous travailler dessus. Quoi qu’il en soit, la situation s’est un peu améliorée au cours de la deuxième semaine, et ça a avancé à partir de là. Au bout de la sixième semaine, presque tous les problèmes avaient été résolus et mes enfants eux-mêmes trouvaient que le travail à domicile était en fait très agréable. Ils pouvaient faire beaucoup de choses par eux-mêmes, avec une aide numérique ça et là.

Aujourd’hui, la même histoire vient de se jouer, non seulement dans les écoles du monde entier, mais aussi dans les entreprises. Nombre de ces entreprises ne reviendront PAS à la situation antérieure.

Deux choses :

  1. elles ont compris comment travailler à distance de manière beaucoup plus efficace – parce qu’elles le devaient.
  2. leurs revenus ont été affectés, et ces coûteux bureaux ont semblé être une babiole pas strictement nécessaire et inabordable en raison de leur impact sur les flux de trésorerie.

Il est clair qu’il ne s’agit pas seulement d’un problème d’immobilier commercial. Si on travaille dans une entreprise située dans une grande zone métropolitaine et qu’on travaille régulièrement à domicile, quel sens cela a-t-il de vivre dans un petit appartement ou une maison coûteuse alors qu’on peut facilement déménager dans une banlieue ou une zone rurale où on pourra échanger son appartement de trois chambres contre quatre hectares de terrain, un cheval et une maison de six chambres. Ce phénomène a été accéléré par la violence et les émeutes.

Le fait que la police soit privée de subsides et n’ait plus aucune autorité réelle aux États-Unis et, dans une moindre mesure, en Grande-Bretagne signifie que vivre dans les zones urbaines alors que le chômage monte en flèche deviendra une très mauvaise idée. Ceux qui ont les moyens quitteront les villes.

Cela créera une boucle de rétroaction. Les villes tirent la majorité de leurs revenus des impôts fonciers. Les villes, en particulier celles qui ont pris fait et cause pour les manifestations, comme New York, Chicago et Seattle, vont tout simplement augmenter les impôts (parce qu’elles sont dirigées par des Démocrates). Cela fera fuir de plus en plus de personnes et fera baisser la valeur des propriétés, ce qui entraînera d’autres hausses d’impôts, ce qui accélérera l’effondrement des recettes fiscales nettes. La faillite suivra. Ces quartiers deviendront rapidement des endroits dangereux où règne la criminalité et, comme la police a été dépouillée de ses pouvoirs et qu’elle a maintenant trop peur d’intervenir et de – eh bien, policer – de peur d’être dénoncée par la nouvelle religion, les bandes criminelles combleront le vide laissé par le pouvoir. Si vous possédez des biens immobiliers dans les grandes villes américaines, le moment de vous en délester, c’était hier. Il n’y aura pas de « retour en arrière ».

Ce qui m’amène aux marchés des obligations d’État. Les recettes fiscales du gouvernement se sont effondrées après la fermeture de l’économie. La montée des marxistes et les émeutes qui ont suivi ont porté un nouveau coup à ces recettes, et la guerre civile à venir va complètement détruire les impôts sur le revenu.

Ces recettes fiscales sont ce qui finance les marchés obligataires.

À l’heure actuelle, les gestionnaires d’actifs macroéconomiques n’y prêtent pas attention (c’est trop politique, vous vous souvenez? et personne ne veut en parler de peur d’être « annulé » par un crétin et par la meute de justiciers sociaux) et, en tant que tels, ils voient une économie moribonde et se disent… « aha! tendance déflationniste » et achètent des obligations.

Ils font erreur… une erreur tragique.

Les marchés obligataires se tiennent sur des jambes plus vacillantes que jamais, et lorsqu’ils s’effondreront, le déplacement de capitaux qui en résultera sera vraiment époustouflant.

Dette du gouvernement américain par rapport au PIB

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 0F89maP_48gshmqUCBittBKvabrzUfO-iyYLQr0esXFVObTMPg5o8JUp1fPJg5W5s1RVS6yOJF9NMjLwQ3MeHuJr87GgqNUvFr1fAMPF3_FrJOVjay3LC_UHb09ckhzpBBpMvvfx

Le PIB s’effondre sous les verrouillages institués par le gouvernement.

Les troubles civils continus exercent une pression accrue sur le PIB et donc sur les recettes fiscales du gouvernement.

Voyez la courbe des demandes de chômage aux États-Unis.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est l5_XM1-xdFGYjj9RjC2s81Y92mf5Btx_XY0THhlRNPEU23KG4H3Q4hkw4Imv551ZkDI1TtWVlrAa-RWgbeNMv9_HMejPhlfqpnu7cCK1zsgmsYXv2iDCDGjUEa-xeMthXCDh9Bxq

L’agitation sociale est fortement corrélée au chômage des jeunes. Il est clair que nous n’avons pas que le chômage des jeunes à craindre… mais vous pouvez l’ajouter à la liste. C’est à la fois haussier pour les actions d’armes à feu et baissier pour les obligations.

Les universités

C’est la même chose.

Quel sens cela a-t-il d’avoir des bâtiments et des campus tentaculaires et élaborés, dont l’entretien est incroyablement coûteux, alors que personne n’est présent et que les étudiants suivent des cours à distance?

Pensez maintenant aux villes universitaires et à l’immobilier dans ces villes. Les impacts et les conséquences de second ordre de ce phénomène vont fondamentalement changer les marchés de bien plus de façons que quiconque ne l’envisage actuellement.

Ramifications internationales

La culture de l’annulation est absolument destructive pour la formation de capital. Qui veut créer une entreprise dans l’Ouest aujourd’hui? Qui engagez-vous… La femme noire de service? Une personne trans? Un végétalien? Une personne handicapée? Tous ces éléments combinés? Si tout ça vous semble loufoque, c’est parce que ça l’est. Mais comment faire pour décider? Bien entendu, rien de tout ça n’a de rapport avec ce que fait réellement votre entreprise. Alors non, vous ne vous lancez tout simplement pas. Les risques sont trop importants. C’est ainsi que meurt la formation de capital. C’est ainsi que meurt l’innovation. Et tandis que les démocraties occidentales souffrent de cette situation, l’Est comble le vide.

D’Ouest en Est

Si vous voulez savoir où le capital va se déplacer, jetez un œil aux pays qui ne se rallient PAS au mouvement Black Lives Matter. Sachez que ce que nous examinons ici n’a rien à voir avec le racisme réel.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 3hnsbkJ6wnQPfvrefrgMCPfpCXAeYt-QkJX8hG5XHnfXwe_5ttADQoXZxVtpJagEywTL7kYsnNKvirzUwiWMtSKU9efXOB0KhTaL1H91EVlVO-8cXUKaMQ-uTMgtuaSpcFPwPhqD

Cette anomalie est confirmée en Asie où il n’y a pas non plus de manifestations. Les raisons sont dues à ce que j’appellerais l’ADN de toute société à un moment donné.

J’ai expliqué cette dynamique et explicitement [décrit] comment elle concerne l’Europe occidentale et orientale dans un article du blog publié il y a maintenant deux ans. Vous pouvez le lire ici.

Viktor Orban, le leader hongrois non libéral et provocateur, a récemment déclaré dans une interview :

« Je vois aussi que les forces de l’ordre et la police sont dans les rues et pourtant il y a une vague de violence. Des statues sont renversées, les conditions sont déplorables et il y a des guerres de gangs dans les belles rues des petites villes des pays civilisés d’Europe occidentale », a déclaré M. Orbán.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est fZGFYl8HEGiu3XRgfecRZY66NAGxvMVEvbYsJJNG-U2pOPSBgIoDtjMTfstfS_ntX3VGlSy3pSNCwPWbu560rCNJOkTOH448b4jvxciIksfnnUJo9DGJ6sgqjmRb_oqSmPYaMkRs

« Je regarde les pays de ceux qui nous conseillent sur la façon de mener notre vie correctement et sur la bonne gouvernance, le bon fonctionnement de la démocratie, et je ne sais pas si je dois rire ou pleurer. »

Après la chute du mur de Berlin, les Européens de l’Est ont cherché une vie meilleure en Europe occidentale. La fuite des cerveaux s’est faite dans un sens. De l’Est vers l’Ouest. Mais depuis plus d’une décennie maintenant, les Européens de l’Est retournent de plus en plus chez eux, préférant leur propre pays et leur propre culture. Leurs pays d’origine sont devenus de plus en plus riches et franchement plus agréables à vivre, le niveau de vie n’ayant cessé d’augmenter.

La prochaine étape – et c’est là que se trouvent les opportunités – est que les Européens de l’Ouest les plus brillants vont commencer à s’installer dans certains pays d’Europe de l’Est où les opportunités sont meilleures. Le seul problème, c’est qu’il sera beaucoup plus difficile de passer d’un pays à l’autre que par le passé.

Asie

Je n’ai pas trouvé de joli graphique montrant le manque d’intérêt pour les manifestations BLM en Asie… en grande partie parce que personne ne s’intéresse aux mouvements populaires de justice sociale ou de climat là-bas.

Pour comprendre pourquoi l’Est va gagner, il faut considérer la formation de capital.

La formation de capital est au cœur de toute économie qui fonctionne bien. Pour former du capital, les conditions sous-jacentes doivent être présentes. Il s’agit, entre autres, des éléments suivants:

  • Un système juridique qui protège les intérêts des participants et offre une réparation des griefs tels que le vol. A souligner… PAS des griefs basés sur la victimisation ou la « justice sociale ».
  • Un système économique qui permet la propriété. La propriété étant à la fois intellectuelle et physique.

La situation géopolitique mondiale devenant de plus en plus fragile et fracturée, les pays vont réorganiser leurs chaînes d’approvisionnement, leurs accords commerciaux et leurs alliances militaires. Les pays asiatiques – qui considèrent tous leurs voisins comme des ploucs! – continueront à commercer avec ces pays voisins, renforçant leurs liens à la fois par nécessité et en raison d’objectifs communs partagés et d’une profonde compréhension de leurs cultures respectives.

Au cours des deux prochaines décennies, je reste convaincu que l’Asie deviendra la région économique mondiale dominante dans le monde.

Voici la distribution du capital mondial aujourd’hui.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mj6CCXX3lparhCULYTB8Xu4ojOTxm21ig6kUlDtBtseZV2aFCQuQkwLkIKPHJfXTUt-M7gD0Q7WNa16aLbJZzOgAYs0kXEQxvL-Q_UM7EetgzIAQa2Q4P2W5_aRPGcDIyhJms5g4

Et voici les plus grandes bourses de produits dérivés au monde.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 5Ykx5wvQDCu_cOfARR3HIxLVDlPD4pOHc62rpMotXtmhKt2R1zGm8qPl_fw54pHPtUezpZxdR5JO3YTrK8Er1innnzF1E3VCZi6DykhM4uYLsdjuTaKlGNg3HCEqVDgSfqw17Kok

Nous verrons de plus en plus d’entreprises se re-domicilier en Asie et lorsqu’il s’agira de lever des capitaux, elles le feront en Asie.

Cela peut sembler être une opinion extrême aujourd’hui. Je le comprends.

Mais c’est exactement ce qui s’est déjà produit en termes de capitaux et d’entreprises qui l’ont fait dans d’autres pays. Mon pays natal, l’Afrique du Sud, l’a fait lorsque les lois BEE (Black Economic Empowerment) [NdT. Le Black Economic Empowerment ou BEE (signifiant à peu près « développement économique des Noirs »), est un programme à base raciale, lancé par le gouvernement sud-africain pour rectifier les inégalités créées par l’apartheid] ont été adoptées, obligeant les entreprises à renoncer à leurs structures de propriété afin d’atteindre l' »égalité ». De nombreuses entreprises se sont alors redomiciliées, ont retiré les actifs « nationaux », puis ont créé une nouvelle société en y intégrant les actifs non sud-africains. Anglo American, Richmont, Biliton, British American Tobacco, Old Mutual, South African Breweries et Investec ne sont que quelques exemples. Il y en a beaucoup d’autres. Tout cela a déjà été essayé et testé auparavant, et pas seulement en Afrique du Sud. C’est ce qui va se passer pour de nombreuses entreprises actuellement domiciliées et cotées sur les bourses américaines.

D’Ouest en Est sur le plan académique

Consumé par un faux récit articulé sur la justice sociale, l’Occident se jette à corps perdu dans le marxisme. Nous sommes le produit de notre pensée, et lorsque notre pensée est torturée et déformée, alors nos résultats sont torturés et déformés. L’âge des ténèbres a été nommé ainsi parce que la pensée y était très torturée. Les gens s’intéressent rarement aux causes d’une situation, de la même manière qu’ils s’intéressent aux effets de premier ordre des événements en négligeant totalement les conséquences de second ordre (les confinements en sont un excellent exemple, avec leur longue liste des effets de second ordre de destruction économique, d’augmentation de la pauvreté, d’augmentation des suicides, de santé mentale, et bien plus encore).

La tendance vers un monde politiquement correct, propre aux démocraties occidentales développées, s’accélère depuis plus d’une décennie maintenant. Je l’ai signalé à de multiples occasions, souvent sous le coup de critiques. Aujourd’hui, on est passés en mode complètement débile.

L’université de Princeton, par exemple, cherche à mettre en place une police de la pensée et à « punir les disciplines insuffisamment diversifiées« .

L’université d’État de Californie veut « réparer le racisme systémique » et a exigé la gratuité de l’enseignement pour les étudiants non-blancs et la ségrégation pour que les étudiants non-blancs n’aient pas à subir la proximité offensante des Blancs. Ce qui est hilarant, c’est que cette mesure est présentée comme un moyen de réduire le racisme. À ce rythme, The Onion [NdT. The Onion (« L’Oignon ») est un média d’informations parodiques américain] va faire faillite.

Ils ont même trouvé un nom accrocheur pour décrire le fonctionnement de ce nouveau monde utopique. Du moins en ce qui concerne les mathématiques. ETHNOMATHÉMATIQUES. Non, sérieusement. Dans ce nouveau monde progressiste, 2+2=oppression et la « réussite » est une construction suprématiste blanche. Les deux doivent être abolis.

Selon Tracy Castro-Gill, professeur d’études ethniques à Seattle, la seule façon de « décoloniser » la classe est que les enseignants se débarrassent des « notions suprématistes blanches de réussite et d’opportunité« .

L’objectif ici est de « combler le fossé des opportunités ». En d’autres termes, il s’agit de forcer les enfants intelligents à devenir aussi médiocres que les enfants stupides. Bingo, on a enfin l’égalité.

« Combler les écarts entre les « réalisations et les opportunités » est une façon occidentale de penser l’éducation. Elle est linéaire et considère les étudiants comme manquant de quelque chose et devant être transformés en un idéal, qui est défini par la suprématie blanche. »

Les gens et le capital récompenseront cette façon de penser comme ils l’ont toujours fait. Ils la fuiront. Et tandis qu’ils fuiront, le gouvernement leur mettra des bâtons dans les roues. Les contrôles de capitaux, les contrôles physiques aux frontières (oui, maintenant ils ont le virus comme excuse) et les menaces physiques viendront naturellement. En même temps, ceux qui le voient et agissent avant qu’il ne soit trop tard iront là où ils sont le mieux traités. Inversion de la diaspora.

Considérez ceci: si vous êtes un entrepreneur confronté à la perspective de créer une entreprise en Californie, par exemple, où la loi vous oblige à embaucher en fonction d’une certaine « équité entre genres » ou de l’une des myriades de directives basées sur l' »équité » à venir, déterminées par un crétin dans un bureau… que faites-vous ? Vous réalisez qu’après avoir rempli toutes leurs exigences débiles, ils vous voleront tous vos profits alors que vous devez nourrir votre famille et quand vous regardez dans les yeux de vos enfants et pensez à leur avenir, à moins que vous ne vous mentiez à vous-même, vous saurez ce que vous devez faire.

Comme Tacite l’a dit il y a 2000 ans,

« Plus les lois sont nombreuses, plus la société est corrompue. »

Continuons…

La ville de Seattle, qui semble mener le monde dans sa course incessante vers une utopie « woke », a récemment convoqué ses employés blancs (uniquement les employés blancs) à une réunion spéciale où ils ont été informés que leur couleur de peau était offensante et inacceptable. Le programme s’intitule « Interrompre la supériorité raciale et la blancheur intériorisées« . Les travailleurs ont reçu l’ordre d’entreprendre un travail consistant à « défaire leur blancheur ».

S’il y a jamais eu un moyen de générer le genre d’hostilité raciale qui conduit à des résultats aussi abominables qu’un génocide, voilà, mes amis, comment on s’y prend.

D’un autre côté, quiconque connaît l’Asie en général ou même la diaspora asiatique connaît probablement leur incroyable éthique du travail et la valeur qu’ils accordent à l’éducation. Pensez-vous vraiment que les parents asiatiques vont envoyer leurs enfants chéris dans ce repaire d’ineptie et d’incompétence?

La réponse est non, aucune chance. Étude après étude, il s’avère que non seulement les Asiatiques dominent complètement en mathématiques, en sciences et en ingénierie, mais que l’Occident prend de plus en plus de retard, l’écart se creusant à un rythme accéléré.

Ainsi, pendant que l’Occident se suicide intellectuellement en se concentrant sur les études de genre et autres foutaises du même acabit, tout en permettant aux étudiants de réussir en maths à condition que les réponses soient sanctionnées en fonction de la race… la productivité de l’Occident connaîtra un déclin brutal. Comment pourrait-il en être autrement? Je veux dire, vivriez-vous dans une tour conçue et construite par un de ces étudiants dont les mathématiques et l’ingénierie disent que 2+2 est égal à autre chose que 4 ?

Donc non, le transfert du capital intellectuel sera soudain et rapide. Ce que les marxistes ne comprennent pas, c’est que la richesse n’est pas « matérielle ». C’est du capital intellectuel. La marchandise est le résultat de l’exploitation de ce capital intellectuel. Enlevez-le et tout ce que vous avez, c’est la décadence. C’est ce qui nous attend malheureusement.

Mais sur le terrain de jeu international, il y a autre chose à considérer.

Le vide du pouvoir

Alors que l’Amérique est aux prises avec une révolution marxiste et une guerre civile imminente, comprenez que cela crée un vide de pouvoir dans la politique internationale. Vous pouvez être sûr que d’autres observent et attendent patiemment que les opportunités se présentent. Nous avons déjà vu le Parti Communiste Chinois profiter de la crise actuelle créée par les confinements et l’agitation politique aux États-Unis pour prendre Hong Kong. Ils ont les yeux rivés sur Taiwan. Mais vous pouvez vous attendre à ce que de nombreux autres acteurs soient plus agressifs. La Turquie montre ses muscles en cherchant à se réaffirmer en tant que puissance régionale.

Chronologie

La prochaine décennie sera extraordinairement bonne pour les biens durables. Le problème, c’est que pour celui qui se trouve dans un pays occidental, il y a de fortes chances pour que l’on cherche à lui voler tout ou partie de ces bénéfices.

Cela signifie qu’il faut se préparer MAINTENANT à cette inévitabilité.

CE QUE JE FAIS

Deux choses pour le moment. Pas encore implémentées mais je suis en train de régler les détails.

Flûte. Trois choses, en fait. La première est évidente. Tous les membres d’Insider ainsi que nos clients de Glenorchy Capital le savent. Je pense que nous sommes actuellement aussi bien positionnés par rapport au chaos qui menace notre portefeuille que nous pouvons l’être. Il y a deux autres choses sur lesquelles j’ai travaillé un peu plus silencieusement. En voici une très brève introduction.

La première. Pour la spéculation, le cashflow et le profit, je chercherai à acheter des biens immobiliers en difficulté à Dubaï au cours des 12 à 24 prochains mois. L’énergie va représenter un investissement vraiment spectaculaire et le complexe énergétique vient d’être sérieusement concentré au Moyen-Orient et en Russie. Le pouvoir de fixation des prix qui est en train de se construire n’est rien moins qu’époustouflant. Dubaï, qui n’est qu’un exportateur minime de pétrole (environ 4 % du PIB), a toujours été la Suisse du Moyen-Orient. C’est là que les affaires se concluent, que les riches vont en vacances, se divertissent et stockent leurs richesses. C’est le centre financier du Moyen-Orient. Il a été décimé à la fois par l’effondrement des prix du pétrole et par les autres secteurs d’affaires dont Dubaï tire des revenus. Et ce sont le tourisme et les conférences. Ces deux secteurs sont récemment tombés à zéro. Actuellement, je peux acheter des biens immobiliers haut de gamme (ridiculement haut de gamme, décorés par Versace) pour moins cher que le coût de leur construction. Comme je l’ai dit… J’en dirai plus à ce sujet, car à l’origine, j’avais l’intention de m’y lancer avec quelques amis et d’acheter via un syndicat. J’ai reçu des tonnes de messages d’intérêt de la part de clients depuis que je l’ai mentionné une première fois et je vais donc mettre en place un véhicule dédié pour le faire.

Deux. Pour le plan B, j’ai l’oeil sur la Thaïlande. L’Asie va gagner, et je pense que ce sera consommé dans les 10 à 15 prochaines années. A ce moment, ce sera très clair, mais les prix seront fixés en conséquence. Ça arrive beaucoup plus rapidement que ce que j’avais prévu. Il y aura de nombreuses opportunités. Pour l’instant, je me concentre sur la Thaïlande, qui est bien placée pour devenir la « Suisse » de l’Asie.

Cette tendance est en place depuis la crise asiatique, mais elle va maintenant s’accélérer. Je vais vous donner un exemple et laisser les détails de côté pour le moment, car, soyons honnêtes, ce rapport est déjà assez long.

Les candidats au programme de résidence Elite thaïlandais pour les trois premiers mois de cette année représentent déjà plus de 50 % des demandes pour toute l’année 2019. Cette demande provient en grande partie de citoyens américains déjà en Thaïlande qui regardent les États-Unis et se disent « Non merci… Ça m’intéresse autant d’y retourner que de subir une coloscopie ».

Les demandes américaines provenant de l’extérieur de la Thaïlande ont augmenté de plus de 100 % si l’on compare le premier trimestre de 2020 au premier trimestre de 2019… et en fait si l’on compare le premier trimestre de 2020 à n’importe quel trimestre de 2019.

Nos amis américains ne sont pas les seuls à voir le train arriver et à considérer la Thaïlande comme un excellent havre de paix pour les entrepreneurs et les entreprises. Le nombre d’Australiens qui ont demandé à quitter le « pays de la chance » au cours du premier trimestre de cette année a augmenté de 228 % par rapport au premier trimestre de 2019, et les Européens se sont montrés très actifs, les demandes britanniques et françaises ayant augmenté respectivement de 75 % et 73 %.

Le fait est que les nations asiatiques n’ont tout simplement rien à foutre du seau de vomi de virtue-signalling néo-marxiste. Ils vont, en combinant nécessité économique, proximité géographique, facilité culturelle et compréhension mutuelle, renforcer le commerce avec les pays voisins, ce qui soutiendra l’ensemble de la région et accélérera leur croissance. Qu’ils continuent unilatéralement à se détester et à penser que leurs voisins respectifs sont une bande d’arriérés est une évidence. Le racisme entre les pays asiatiques est considéré comme une évidence, bien que personne ne soit intéressé par la destruction de tout ce pour quoi ils ont travaillé afin de « réparer ce tort ».

C’est dans cette direction que le capital intellectuel s’orientera de plus en plus. Au siècle dernier, les nations asiatiques en développement ont vu leurs meilleurs éléments se diriger vers les universités occidentales et, pour beaucoup, le but ultime était de quitter leur pays pour l’Occident… pour de bon. Cette tendance a commencé à s’estomper au début des années 90 et n’a cessé de ralentir depuis. Elle s’est à nouveau accélérée en 2008 et va maintenant passer à la vitesse supérieure. Non seulement elle va ralentir, mais elle va maintenant s’orienter rapidement dans l’autre sens. Les Occidentaux intelligents vont d’abord commencer à mettre leurs capitaux hors de danger… vers l’Asie et ensuite ils feront de même avec leurs personnes. A mesure que cela se produira, la facilité de le faire diminuera naturellement (offre et demande).

Je veux être en avance sur cette courbe car elle sera multi-générationnelle, et même si je déteste le dire, c’est là que se trouve l’avenir de mes enfants.

Pour moi, c’est plus important que tout le reste. Si vous souhaitez participer à l’un ou l’autre de ces projets, ou aux deux, allez ICI pour obtenir plus d’informations et je vous tiendrai au courant.

Je vous laisse avec cette célèbre citation. Il est malheureux qu’elle soit si appropriée à notre époque et à ce à quoi nous sommes tous confrontés.

« Ils sont d’abord venus chercher les communistes, et je n’ai rien dit parce que je n’étais pas communiste. Ensuite, ils sont venus chercher les Juifs, et je n’ai rien dit parce que je n’étais pas juif. Puis ils sont venus chercher les syndicalistes, et je n’ai rien dit parce que je n’étais pas syndicaliste. Puis ils sont venus chercher les catholiques, et je n’ai rien dit parce que j’étais protestant. Puis ils sont venus me chercher, et à ce moment-là, il ne restait plus personne pour rien dire. » Martin Niemöller (pasteur luthérien allemand)

Comme toujours, merci d’avoir lu et de faire partie d’Insider.

Sincèrement,

Chris MacIntosh
Fondateur et rédacteur en chef, Capitalist Exploits Independent Investment Research
Fondateur et associé directeur, Glenorchy Capital

Avis de non-responsabilité

Le site Web de Capitalist Exploits, Insider et tout contenu publié par Capitalist Exploits sont obtenus à partir de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude ne peut être garantie. Les informations contenues dans ces publications ne sont pas destinées à constituer des conseils d’investissement individuels et ne sont pas conçues pour répondre à votre situation financière personnelle. Les opinions exprimées dans ces publications sont celles de l’éditeur et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Les informations contenues dans ces publications peuvent devenir obsolètes et il n’y a aucune obligation de mettre à jour ces informations. Il vous est conseillé de discuter avec vos conseillers financiers de vos options d’investissement et de savoir si un investissement est adapté à vos besoins spécifiques avant d’effectuer des investissements.

Capitalist Exploits et autres entités dans lesquelles il a un intérêt, les employés, les dirigeants, la famille et les associés peuvent de temps à autre avoir des positions dans les titres ou les produits couverts dans les publications ou le site Web. Les politiques d’entreprise visent en effet à éviter les conflits d’intérêts potentiels et à résoudre les conflits d’intérêts s’ils surviennent, en temps opportun.

© Copyright 2020 par Capitalist Exploits