« Quotas » – par Catherine Austin Fitts.

J’avais promis une interview complète de Catherine Austin-Fitts, que j’aurai ou non le temps de transcrire/traduire. En voici toujours un court extrait.

Vous vous rappellerez peut-être que c’est exactement ce que je disais dans cet article de janvier.

Source.


Audio:

Je pense donc qu’il y a eu de grandes variations en fonction des lieux et des quartiers et si on observe l’augmentation actuelle de la mortalité toutes causes confondues, on constate que les augmentations de la mortalité toutes causes confondues sont très différentes d’un État à l’autre. Donc si je devais faire une supposition – et je ne fais que supposer – la seule chose que j’ai jamais vue qui pourrait expliquer ce phénomène est un système de quotas implémenté par un embargo sur le commerce et le crédit au niveau mondial, probablement par le biais du système de sécurité nationale, le Conseil de Sécurité Nationale à l’ONU, où chaque pays ou état reçoit un quota de réduction de sa population.

[…]

Si j’examine la situation en tant que banquier d’affaires, je me demande quelle est la formule qui pourrait expliquer les schémas auxquels nous sommes confrontés. Ce à quoi nous sommes confrontés, c’est un système de quotas soutenu par l’armée, par des contrôles commerciaux et des contrôles de crédit, et c’est une dépopulation forcée. Voyez les premières indications des conséquences sur la fertilité des femmes et leur capacité à concevoir des bébés ou à donner naissance.

La Monnaie Digitale de Banque Centrale et le projet de la FED de militarisation de l’argent – par John Titus.

J’ai pris un peu de temps pour sonder ce qui est publié et diffusé en français, notamment par des médecins comme Christian Perronne et des économistes comme Charles Gave. Je regrette de dire qu’ils sont loin d’appréhender le sujet dans son ensemble, c’est-à-dire au niveau mondial – syndrome typiquement français.

Je continue donc à relayer diverses voix de la résistance américaine. Il est en effet impossible de comprendre la nature de l’opération Covid/Grand Reset/MDBC (Monnaie Digitale de Banque Centrale) sans comprendre le véritable rôle de la Réserve Fédérale américaine et de la Banque des Règlements Internationaux. C’est un sujet à maîtriser en tant qu’européen, nous devons à la FED deux guerres « mondiales ». Enfin non, trois. Ou quatre.

Voici un récente intervention de quelqu’un que j’ai déjà mentionné, John Titus, un des critiques les plus érudits du système des banques centrales, qui publie sur sa chaîne YouTube Best Evidence les meilleures analyses de ce système. Il collabore à présent avec Catherine Austin Fitts de Solari Report, que j’ai maintes fois depuis deux ans relayée sur ce blog et dont je prépare la traduction d’une récente interview, également très importante à mon sens.

La transcription complète en anglais est ici, la traduction ci-dessous. Ce n’était pas un mince boulot mais je l’ai fait avec plaisir. J’aime vraiment beaucoup John Titus. C’est un type épatant et ça se voit. Vous pouvez vérifier, le lien est juste en-dessous.

Source.


La Monnaie Digitale de Banque Centrale et le projet de la FED de militarisation de l’argent

Bienvenue sur Best Evidence. Je m’appelle John Titus.

Dans cet épisode, je parlerai des Monnaies Digitales des Banques Centrales – en abrégé MDBC – aux Etats-Unis et des projets visant à faire de la MDBC une composante incontournable du système monétaire et, à terme, une forme exclusive de monnaie dans notre système monétaire – ça prendra peut-être du temps, mais c’est en cours.

Étant donné que la MDBC est un moyen de contrôle, les pouvoirs en place doivent y apposer un smiley géant pour la vendre à ceux visés par ce contrôle. Par chance pour les criminels qui dirigent notre système, cette population est extraordinairement crédule. Crédule à quel point, me demanderez-vous? Eh bien, jetons un coup d’œil au smiley lui-même, en gardant à l’esprit que c’est de cette manière que les grands banquiers criminels internationaux imaginent convaincre la population que la MDBC est une excellente idée.

L’argumentaire présenté en faveur de la MDBC est l’inclusion – c’est le mot à la mode, l’inclusion. Nous, qui vivons au sommet de cette utopie numérique, sommes peinés de vous voir, vous autres crétins – je veux dire, vous, les personnes qui vivent sous des ponts sans iphone ni Internet – de vous voir privées des services de notre magnificence. Nous, les membres du comité d’accueil de la MDBC, venons au secours des personnes non bancarisées et sous-bancarisées – ce sont leurs termes – nous sommes ici pour secourir les personnes non bancarisées de leur situation pitoyable, n’est-ce pas? Et en fait, un séminaire sur ce sujet a récemment été tenu au FMI. Le titre du séminaire était « Central Bank Digital Currencies for Financial Inclusion: Risks and Rewards » [Les monnaies numériques des banques centrales pour l’inclusion financière: Risques et avantages]. Ce séminaire s’est déroulé le 14 octobre 2022. Comme vous pouvez le constater, il s’agit d’un simple concours de talents pour responsables politiques. Ils se pointent tous pour y réciter leurs textes. Les gars vont y lire leurs textes. Le type sur lequel nous allons nous concentrer se nomme Bo Li. Nous y viendrons dans une minute, nous analyserons ce qu’il a à dire. Quoi qu’il en soit, pas besoin de chercher bien loin pour comprendre que l’inclusion n’a rien à voir avec les personnes qu’elle est censée aider et tout à voir avec le contrôle de la population.

Jetons un coup d’œil au discours d’un membre du Conseil des gouverneurs de la Réserve Fédérale, qui dénonce expressément l’inclusion comme n’étant qu’un artifice. Ce discours date d’août 2021. Vous voyez ici qu’il a été prononcé par le gouverneur Christopher Waller et si on regarde ici en bas à gauche, je vais effectuer une recherche sur FDIC qui nous mènera à la divulgation en question. « Selon une récente enquête de la Federal Reserve Deposit Insurance Corporation, une enquête de la FDIC, environ 5,4% des ménages étaient non bancarisés en 2019″. 5,4%, pas plus. Je suis en fait assez étonné de ce nombre de personnes sans compte bancaire. Mais la conclusion clé est la suivante: « L’enquête a révélé qu’environ 75% de la population non bancarisée n’était « pas du tout intéressée » ou « pas très intéressée » à avoir un compte bancaire » au départ. Voilà un indice majeur de ce qui se cache réellement derrière l’obsession des banquiers centraux pour les « non bancarisés ». La grande majorité d’entre eux ne veulent pas de compte bancaire et, par définition, n’ont pas de compte bancaire, et les banquiers centraux veulent que cela change. Ils ont donc inventé cette propagande orwellienne d’inclusion. Et si vous lisez ce que dit Waller, il dit expressément ici : « Il ne me semble pas plausible que le développement d’une MDBC soit le moyen le plus simple et le moins coûteux d’atteindre ce 1% de ménages », c’est-à-dire les 25% de 5,4%. C’est une quantité minuscule, dit-il. Par conséquent, toute cette campagne d’inclusion est tout simplement invraisemblable et il a raison sur ce point.

Ainsi, toutes les préoccupations relatives aux personnes non bancarisées ne sont pas liées à l’incapacité des gens à accéder aux services bancaires électroniques. Ça n’a rien à voir. Tout tourne autour de la capacité des gens à se soustraire aux services bancaires électroniques et à échapper aux systèmes numériques. Et c’est ce qui ressort de la propre enquête de la FDIC. Voilà ce qui se passe en réalité. Ils sont inquiets de ces 75% qui ne veulent pas de comptes bancaires – les 75% des 5,4%. L’inclusion financière n’est donc pas vraiment « Bienvenue dans notre club, vous, les 1% de ménages qui n’ont pas de comptes bancaires et qui en veulent ». Il s’agit plutôt de faire entrer sous la tente les quelque 2 000, 2 100 foyers, ménages par comté qui ne veulent pas de comptes bancaires, qui n’ont pas de comptes bancaires, de comptes bancaires électroniques, de se débarrasser de l’argent liquide, bien entendu, et de leur dire: « Maintenant que vous êtes dans cette tente, vous ne pouvez plus en sortir ». Et c’est là le véritable objectif de cette campagne d’inclusion.

N’oubliez pas que les banquiers centraux parlent toujours avec une langue fourchue, toujours. La Réserve Fédérale elle-même a été fondée et présentée à ses débuts comme le moyen d’avoir une monnaie élastique. Que […] la quantité d’argent dans le système puisse augmenter et se contracter en fonction des besoins changeants de l’économie. Que s’est-il passé lorsque la Réserve Fédérale a été créée, en 1913? Presque immédiatement la soi-disant monnaie élastique a été utilisée pour s’étendre afin de financer la première Guerre Mondiale. Et quelques années plus tard, que s’est-il passé? La monnaie élastique a été contractée par les banquiers centraux pour provoquer délibérément une dépression en 1920 et 1921, puis quelques années plus tard, elle a été contractée à nouveau, après une nouvelle expansion, pour provoquer la dépression délibérée de 1929 et 1933. Voilà ce que signifie réellement la monnaie élastique. C’était vraiment le contraire d’une véritable expansion, il s’agissait en fait de contraction.

Et nous assistons au même jeu des contraires ici. La monnaie numérique de banque centrale est vendue comme inclusion. En fait, il s’agit d’un dispositif visant à exclure quiconque ne veut pas jouer le jeu de ce système numérique, ce piège numérique, en lui coupant sa monnaie électronique – et nous verrons cela expressément ici dans une minute ou deux. La question, pour un banquier central, est de savoir comment bloquer ces sorties, comment faire en sorte qu’un maximum de personnes utilisent la MDBC plutôt que d’autres formes de paiement. Eh bien, le FMI a laissé échapper quelques indices importants à ce sujet dans le séminaire que je viens de mentionner. Revenons donc à ce séminaire et retrouvons Bo Li. Il est le Directeur Général adjoint du FMI, et donc un partisan de premier plan de la MDBC. Sa présentation est très, très dense. Vous verrez qu’il lit un texte et que celui-ci est très dense. J’ai donc découpé sa présentation en courts extraits faciles à digérer. Mais commençons par la révélation la plus intéressante de Bo, à savoir son fantasme rock and roll personnel sur les MDBC. A vous de jouer, R-Bo D-Bo.

La MDBC peut permettre aux agences gouvernementales et aux acteurs du secteur privé de programmer, de créer des contrats intelligents, pour permettre des fonctions de politiques ciblées. Par exemple, le paiement de l’aide sociale. Par exemple, un coupon de consommation. Par exemple, les timbres alimentaires. En programmant la MDBC, cet argent peut être précisément ciblé sur le type de personnes qui peuvent le posséder et sur le type d’utilisation de cet argent. Par exemple, pour la nourriture. Cette programmabilité potentielle peut donc aider les agences gouvernementales à cibler précisément leur soutien aux personnes qui en ont besoin afin d’améliorer l’inclusion financière.

Wow, quelqu’un pourrait-il venir nettoyer la chaise de Bo Li? Merci, R-Bo D-Bo d’être si franc à propos de votre fétichisme de contrôle de la nourriture des gens. Vous avez vu ça? Il mentionne le contrôle de la nourriture deux fois en moins d’une minute. Donc Bo Li vous a dit que la MDBC est une question de contrôle. Vous exprimez une opinion qui n’est pas sur le circuit imprimé de R-Bo D-Bo, et votre nourriture numérique rétrécit. C’est pas génial ? Vous vous dites peut-être: « Je ne suis pas au chômage, je n’utilise pas de timbres alimentaires. Donc, bien que vous ayez expliqué le fantasme rock and roll des patrouilles de banques centrales, vous n’avez pas expliqué comment elles pourraient me piéger ». Je vais donc passer au clip suivant, dans lequel R-Bo D-Bo nous donne un indice très important sur la façon dont les banques centrales prévoient d’amener le plus grand nombre de personnes possible à utiliser la MDBC. Il parle d’inclusion qui, comme je l’ai expliqué précédemment, est un terme orwellien. Et il révèle ici une caractéristique clé de la MDBC que les banquiers centraux prévoient d’utiliser comme cheval de Troie pour forcer les gens à utiliser la MDBC. Écoutez attentivement.

Le deuxième aspect qui permet à la MDBC d’améliorer l’inclusion financière est son statut de monnaie légale, car la CBDC est l’obligation de la banque centrale et l’obligation de la banque centrale est une monnaie légale dans tous les pays, elle est donc largement acceptée. Cela crée une valeur potentielle pour que chacun puisse l’utiliser.

Bon, vous voyez pourquoi j’ai dû découper les deux présentations. Il y a beaucoup de choses en seulement trente secondes: inclusion, cours légal, c’est une obligation de la banque centrale, large acceptation, tout le monde peut l’utiliser. Mais il révèle l’essentiel à la toute fin lorsqu’il dit « crée une valeur potentielle pour que chacun l’utilise ». Toutes ces choses qui précèdent, le cours légal, l’obligation envers la banque centrale et tout cela, sont récitées au service de cet objectif final: tout le monde doit utiliser la MDBC, c’est l’objectif ultime, ne vous y trompez pas. Et tout le reste figure sur la liste des priorités des banquiers centraux parce qu’ils considèrent qu’ils peuvent faire passer la MDBC d’une utilisation nulle à une utilisation universelle. Je voudrais donc revoir ce clip une fois de plus et décomposer le feu roulant des données de R-Bo D-Bo en petits morceaux. Sténographe, puis-je avoir des petits morceaux de la taille de Bo, ce serait merveilleux? Génial. Ok, c’est parti.

Le deuxième aspect qui fait que la MDBC peut contribuer à améliorer l’inclusion financière est son statut de monnaie légale.

D’accord, son statut de monnaie légale. Qu’est-ce que la monnaie légale et comment favorise-t-elle l’inclusion? Commençons par la première question. Qu’est-ce qu’une monnaie légale? En bref, la monnaie légale est la seule monnaie réelle de notre système. Aux États-Unis, depuis 1933, il s’agit de l’argent liquide, y compris les billets et les pièces de la Réserve Fédérale, comme le montre la loi correspondante. Voici la loi pertinente concernant la monnaie légale aux États-Unis. Il s’agit de la section 5103 du 31 USC, vous pouvez la voir en haut à droite – je vais zoomer pour pouvoir la lire. Monnaie légale: « Les pièces et la monnaie des États-Unis, y compris les billets de la Réserve Fédérale » et certains billets antérieurs, billets historiques, billets d’émission, « ont cours légal pour toutes les charges publiques », etc. C’est une liste courte. Il s’agit essentiellement de pièces et de monnaie, de billets et de pièces de la Réserve Fédérale. C’est tout. C’est une liste très courte. Tout le reste dans notre système est de la pseudo-monnaie. Elle est presque réelle, mais elle s’accompagne d’un piège juridique latent mais énorme. Permettez-moi donc de dresser une liste rapide des pseudo-monnaies avant d’expliquer en quoi consiste ce piège juridique. Les cartes de crédit, ce n’est pas de l’argent réel. Les chèques, pas de l’argent réel. Argent sur votre compte bancaire, virement bancaire, Venmos, mandat bancaire, chèques certifiés, Paypal, chèques de banque, mandats postaux, et même réserves sur compte, c’est-à-dire les dépôts de la banque centrale sur le compte de la FED, ne sont pas de l’argent légal. Aucune de ces choses n’est légalement de l’argent car comme je l’ai dit, il y a un piège.

Et le piège est le suivant: si vous devez de l’argent et que vous essayez de payer avec l’une de ces formes de pseudo-monnaie, votre prêteur n’est pas obligé d’accepter votre paiement, ce qui maintient votre dette. La pseudo-monnaie n’est pas de la vraie monnaie. Elle ne devient de l’argent réel que lorsque votre prêteur l’accepte comme forme de remboursement. En d’autres termes, la pseudo-monnaie plus le consentement équivaut à de l’argent réel. L’argent réel ne dépend pas du consentement du prêteur. L’argent réel signifie qu’il s’agit de la monnaie du royaume et le royaume dit que l’argent réel efface la dette, que le créancier le veuille ou non. Que votre prêteur veuille ou non que la monnaie légale efface la dette, cette dette est effacée. Donc si vous devez de l’argent à votre créancier et que vous proposez de payer avec une monnaie légale, cette dette est effacée, elle est éteinte en droit, que votre prêteur y consente ou non. La dette disparaît légalement et le droit légal de votre prêteur sur votre garantie disparaît également, ce qui est très important. Il peut y avoir un contrat de prêt qui stipule que le prêteur accepte Venmo, une carte de crédit, de l’argent bancaire ou autre. Le prêteur peut librement accepter la pseudo-monnaie, mais cela signifie seulement que le prêteur a consenti à l’avance à accepter la pseudo-monnaie. Vous avez toujours besoin du consentement d’une manière ou d’une autre, avant ou après. Si vous êtes comme moi, vous avez vécu toute votre vie sans jamais voir un prêteur refuser une forme quelconque de paiement d’une dette. Ils acceptent toujours le paiement. Mais j’en parle parce que le cours légal est une carte dans le trou qui existe et que vous devez connaître parce que Bo vient de vous montrer l’as de pique du cours légal, en relation directe avec la MDBC. Et vous devez y prêter attention, car si vous pensez que les pouvoirs en place ne recourront pas à une ruse légale en matière de monnaie légale, vous vous trompez lourdement sur ce point.

Permettez-moi de vous présenter Alfred Owen Crozier, qui a écrit ce livre, « US money versus corporation currency » [L’argent américain contre la monnaie d’entreprise]. Cet homme, Alfred Crozier, est le critique le plus féroce de la Réserve Fédérale, il a écrit l’accusation la plus cinglante de la FED un an avant sa création – ce livre a été écrit en 1912. Vous avez peut-être déjà vu son dessin le plus célèbre, vous connaissez peut-être Crozier grâce à son dessin le plus célèbre, qui est celui-ci. C’est l’original, c’est le quiz du vampire OG, la pieuvre qui prend le contrôle de tout. La pieuvre s’empare du Trésor américain, du Capitole, de la Maison Blanche, de la Bourse de New York, de la banque, de votre banque locale, de la ferme, de l’usine. Et son nom est National Reserve Association et c’est ainsi qu’elle était connue avant de devenir la FED en 1913. Mais ce dessin vient de ce livre, « US money versus corporation currency« . Ce livre est fantastique. Crozier était un éminent avocat, mais si vous lisez attentivement le livre, vous remarquerez également qu’il était en réalité un activiste et ce que je veux dire par là, c’est qu’en dépit du fait qu’il était un éminent avocat, il a en quelque sorte utilisé cette position et a écrit des lettres à des banquiers très importants pour leur poser des questions sur tel ou tel aspect de la législation qui allait devenir le Federal Reserve Act. Il retournait ensuite à son oeuvre et consignait les réponses de ces banquiers, qui étaient pour la plupart assez idiotes, dans un livre qu’il a ensuite publié lui-même. Ce type était un écrivain accompli. Il a publié huit livres. L’un d’entre eux fut encensé par la critique. C’était un roman intitulé « L’aimant », écrit quelques années auparavant. Un livre encensé par la critique et pourtant il a dû auto-publier cette attaque contre la National Reserve Association et la FED.

Crozier était un homme influent. Il a même rencontré le président Taft en personne. Je soupçonne que c’était parce qu’ils étaient tous deux de Cincinnati. Je ne le sais pas, on en sait peu. Je ne trouve pas grand-chose sur Crozier mais je vous dis juste ce que je sais de lui. Il a rencontré Taft et il a plaidé contre l’adoption du Federal Reserve Act et je ne peux pas affirmer que c’est ce qui l’a arrêté, mais il faut reconnaître qu’il n’a pas échoué parce que Taft n’est pas le président qui a signé le Federal Reserve Act, c’était Woodrow Wilson. Et Crozier a fait autre chose, il a écrit librement sur les Rothschild dans ce livre, il a parlé de la quantité d’argent qu’ils possèdent, de leur taille et de leur puissance. Alfred Owen Crozier était un homme talentueux et très dangereux pour les pouvoirs en place, c’est la raison pour laquelle vous n’avez jamais entendu parler de lui. Il y a beaucoup de livres sur l’argent qui excellent dans l’art d’attaquer des hommes de paille qui correspondent aux tendances politiques des gens, à leurs penchants politiques. Alfred Crozier a visé la jugulaire. Il s’est attaqué aux banquiers, il s’en est pris aux banquiers et il a montré comment les banquiers militarisent l’argent et à la page 326 de ce livre – je ne vais pas la lire, c’est au chapitre vingt – il démontre, il relaie un récit de banquiers qui ont utilisé la monnaie légale comme une arme. Et je voudrais vous raconter cette histoire parce qu’elle est très pertinente ici.

L’essentiel de l’histoire est comme suit: une bande de gars de l’Ouest, des mineurs, peut-être des éleveurs, avaient découvert une mine, une mine d’or ou d’argent – probablement une mine d’argent, je ne sais pas. Ils avaient découvert une mine qui contenait des matières premières et ils voulaient en faire une opération commerciale majeure, mais ils avaient besoin d’argent. Ils ont emprunté cet argent à Wall Street et ont utilisé la mine comme garantie pour ce prêt. Et ils ont galéré. Ils ont galéré, mais ils ont réussi à la développer jusqu’à ce qu’elle prenne de la valeur et ils ont été en mesure de rembourser le prêt à la dernière minute. Le problème, c’est qu’au moment de rembourser le prêt à la toute dernière minute, avec le shérif présent, ils ont essayé de le rembourser avec des certificats d’or, qui à l’époque étaient garantis à 100% par de l’or, et ils ont essayé de le rembourser avec des lettres de change. Et l’avocat de Wall Street a répondu: « C’est quoi ce bordel? Vous nous devez de l’argent et ça, ce n’est pas de l’argent, ce n’est pas une monnaie légale. Alors ramenez vos culs poussiéreux en ville et trouvez-moi des pièces d’or et des billets verts. Allez les chercher avant la fermeture, bande de ploucs, ou votre mine va devenir la mienne ». Et c’est ce qui s’est passé. Wall Street a repris cette mine et l’or des gars de l’Ouest. Et c’est parce que les certificats d’or et les lettres de change, comme les cartes de crédit, les chèques, l’argent sur votre compte bancaire, les virements et tout le reste, n’ont pas cours légal. Ce n’est pas de l’argent parce qu’il faut l’accord du prêteur pour rembourser sa dette afin de pouvoir garder sa garantie et c’est ce qui est arrivé à ces gens. Ils ont perdu leur mine parce qu’ils ne savaient pas ce qu’était la monnaie légale. La monnaie légale ne nécessite pas le consentement du prêteur. Elle efface la dette par l’effet de la loi.

La monnaie légale c’est de la vraie monnaie. Rappelez-vous ceci. La monnaie légale c’est de l’argent réel, tout le reste c’est de l’argent de la dette. Ce n’est rien d’autre qu’une créance légale sur de l’argent. C’est une reconnaissance de dette. La plupart du temps – quasiment tout le temps – elle est émise par des parties privées. Considérez-le de la manière suivante: si vous avez dix billets de cent dollars dans votre main et que vous vous tenez à l’extérieur de la banque, c’est de l’argent réel, vous possédez cet argent. Mais si vous entrez dans cette banque et que vous ouvrez un compte avec mille dollars en liquide, vous n’avez plus qu’un droit sur de l’argent réel. Vous êtes devenu un créancier non garanti de la banque. Si la banque fait faillite, vous n’avez plus rien. Ce n’est pas le cas avec de l’argent réel.

Alors, comment toute cette histoire de monnaie légale se rapporte-t-elle à la MDBC? Comment le statut de la MDBC de monnaie légale l’aiderait-il à s’imposer pour que, comme le dit Bo, tout le monde l’utilise? Eh bien, je veux que vous repensiez à l’inclusion. Il ne s’agit pas de faire entrer une poignée de personnes dans la tente, mais de forcer tous les autres à rester dans la tente. Fondamentalement, l’inclusion est une tromperie. Je veux que vous vous souveniez qu’il n’y a qu’environ un million de ménages non bancarisés qui souhaitent réellement avoir accès aux services bancaires électroniques. La grande majorité des personnes non bancarisées choisissent ce statut librement. Mais l’inclusion est présentée de manière générale, tout comme l’aide aux moins fortunés. Elle est présentée comme une aide sociale et cela couvre une tête de pont politique bien plus importante que le million de foyers qui n’ont pas de compte bancaire et ne veulent pas de compte bancaire. Remarquez avec quelle désinvolture ils sont passés de la tête de pont des non bancarisés d’environ un million de personnes à la tête de pont des timbres alimentaires qui comprend quarante-deux millions de personnes. Qu’est-ce qui justifie le saut des non bancarisés aux EBT? Y a-t-il des preuves que les utilisateurs d’EBT, les utilisateurs de timbres alimentaires ne sont pas bancarisés? Bien sûr que non. EBT signifie electronic benefit transfer. La seule chose que la MDBC ajoute à cette équation est le contrôle de quarante millions de personnes, mais cela n’a pas d’importance pour Bo et compagnie. Ce qui compte pour eux, c’est de pouvoir ratisser cent millions de personnes au total, plus ou moins bénéficiaires de l’aide sociale, qui reçoivent des chèques du gouvernement, et de faire entrer ces cent millions de personnes dans la tente de la MDBC, en utilisant la rubrique rassurante de l’inclusion et quelques belles paroles sur les personnes non bancarisées, qui ne concernent en fait qu’un million de personnes.

En d’autres termes, lorsque vous voyez Bo et compagnie dans des séminaires politiques comme celui du FMI ici, vous voyez ces gens se féliciter. Ils se félicitent, non pas d’avoir aidé un million de personnes sans compte bancaire, mais d’avoir amassé une armée de cent millions d’utilisateurs de MDBC. Les banquiers centraux ne sont pas intéressés à aider cent millions de personnes. Ce qui les intéresse, c’est d’utiliser cent millions de personnes, d’utiliser un tiers du pays pour mettre les deux autres tiers en ligne jusqu’à ce que tout le monde utilise la MDBC. Et ils viennent de vous dire carrément qu’ils vont mettre la monnaie légale à la pointe de cette méga-lance. Si vous êtes une entreprise et que vous avez des clients qui vous doivent de l’argent et qu’ils vous proposent de vous payer avec leur MDBC d’inclusion ou leur carte MDBC Medicaid ou leur MDBC EBT, qui sait, s’ils vous proposent de vous payer avec la MDBC, vous devrez accepter ou ne pas être payé. Parce que l’offre de payer avec la monnaie légale, comme nous venons de le voir, efface cela que vous acceptiez ou non la forme de paiement. Par conséquent, votre choix se résume à: prendre le train de l’inclusion de la MDBC et être payé ou vous faire avoir sur l’ensemble de la dette.

Oh, et en passant, pendant que vous tentez de décider si vous allez suivre la voie de la MDBC, vous allez être littéralement bombardé de propagande sur le fait que l’argent liquide est sale, qu’il répand des maladies. J’ai déjà vu ça au début de la pandémie. Je roulais sur les routes à péage de l’Indiana et de l’Illinois et je voyais ces panneaux d’affichage qui disaient: « Hé, n’utilisez pas cette voie pour l’argent liquide, utilisez l’une des six voies pour les cartes de crédit parce que les cartes de crédit sont propres et l’argent liquide est sale ». Aujourd’hui, cette campagne a déjà été interrompue. Ils l’ont retirée assez rapidement, mais je m’en souviens très bien, car il était hors de question que je prenne l’avion avec un masque, laissez tomber. Quoi qu’il en soit, les pouvoirs en place vont tout mettre en œuvre pour que vous soyez ruiné si vous n’utilisez pas la MDBC. Comment puis-je savoir que c’est ce qui est prévu? La réponse à cette question est qu’il y a un indice très important dans le discours de Bo. Il a proféré un énorme mensonge sur la loi de l’argent et sur le Federal Reserve Act en particulier. Et je parie des dollars contre des beignets – en fait, avec l’inflation, je parie des beignets contre des dollars – que cette loi est sur le point de changer. Je reviens à ce clip. En fait, je vais simplement repasser le dernier clip sur la monnaie légale, mais je vais le laisser jusqu’à la fin pour entendre Bo expliquer pourquoi il pense que la MDBC a cours légal. Ecoutez ça.

Le deuxième aspect pour lequel la MDBC peut contribuer à améliorer l’inclusion financière est son statut de monnaie légale, car la MDBC est l’obligation de la banque centrale et l’obligation de la banque centrale est une monnaie légale dans tous les pays. Elle est donc largement acceptée.

L’obligation de la banque centrale est une monnaie légale dans tous les pays. Non, en fait ce n’est pas vrai. Les obligations de la banque centrale n’ont pas cours légal dans tous les pays parce qu’aux États-Unis, où ce bon vieux Bo a obtenu son diplôme de droit à Harvard – ce qui explique pourquoi il se moque de la loi – l’argent liquide et les pièces, qui ont cours légal, ne sont pas des obligations de la FED. Les pièces ne sont pas du tout des engagements de la FED, ce sont des actifs. La FED paie au Trésor américain la valeur nominale des pièces. Et si vous vous posez la question, j’ai une vidéo à ce sujet intitulée « What’s behind the FED’s manufactured coin shortage » [Qu’est-ce qui se cache derrière la pénurie de pièces créée par la FED?]. Et pour ce qui est de l’argent liquide, il est vrai que les billets de la Réserve Fédérale sont inscrits au passif du bilan de la FED. Mais légalement, les liquidités sont une obligation des États-Unis, et non de la FED. Comment le savons-nous? Parce que le Federal Reserve Act le dit. Laissez-moi vous montrer. Ici, nous voyons le Federal Reserve Act, en fait la partie pertinente du Federal Reserve Act, qui est la section 16. Vous pouvez voir là-haut « Note Issues » , c’est-à-dire les billets de la Réserve Fédérale. C’est long mais ce n’est vraiment que le premier paragraphe qui est pertinent, je vais donc faire un zoom dessus, et voilà. Ici, Note Issues, les billets de la Réserve Fédérale. Ok, c’est de ça qu’ils parlent et vous pouvez lire ici « lesdits billets seront des obligations des Etats-Unis et seront recevables » pour tous ces trucs. Notez que ce sont des obligations des Etats-Unis et qu’elles sont recevables par les banques de la Réserve Fédérale, ce sont donc deux entités distinctes. Bo a tout à fait tort de dire que la monnaie légale aux États-Unis est une obligation de la banque centrale, ce n’est pas le cas. C’est une obligation des États-Unis. Il a complètement tort à ce sujet.

Donc, lorsque Bo vous dit que les obligations de la banque centrale ont cours légal dans tous les pays, il est en train de lire – je vous parie encore, je vous parie des donuts contre des dollars – il est en train de lire un projet d’amendement au Federal Reserve Act existant, parce que sous la loi actuelle, sous la configuration actuelle du Federal Reserve Act, Bo ment, vous venez de le voir. Les billets de la Réserve Fédérale sont des obligations des Etats-Unis, ce ne sont pas des obligations de la FED. Cela vous indique probablement, j’imagine, où la FED voit la nécessité de changer la loi afin de mettre en place les monnaies numériques de la banque centrale. Le président [de la FED], M. Powell, a déjà dit publiquement qu’il fallait changer la loi, qu’il fallait une loi d’habilitation. Et Bo a parlé tout au long de sa présentation des monnaies numériques de la banque centrale au présent. Mais dans tous les cas, qu’ils changent la loi, c’est un sujet de lutte pour un autre jour. Pour l’instant, le projet de la MDBC devrait être suffisamment clair pour vous permettre de commencer à réfléchir à ce qu’il convient de faire. J’ai moi-même quelques réflexions à ce sujet et sur ce thème. Et il semblerait qu’au moins un sénateur américain agisse aussi dans ce sens, heureusement. J’en parlerai une autre fois. Pour l’instant, joyeux Thanksgiving. Merci beaucoup d’avoir regardé. Comme toujours, je vous verrai la prochaine fois.

CBDC and the Fed’s Plan to Weaponize Money – by John Titus (full transcript).

La traduction française est ici.

Source.

Audio:


Welcome to best evidence. My name is John Titus.

In this episode, I want to talk about Central Bank Digital Currencies – CBDC for short – in the US and plans to make CBDC an inescapable part of the monetary system and eventually an exclusive form of money in our monetary system – it may take a while, but it’s on the way.

Because CBDC is a means for control, the powers that be need to put a giant smiley face on top of it to sell it to the population being targeted for control. Luckily for the criminals running our system, that population is extraordinarily gullible. How gullible you ask? Well, let’s take a look at the smiley face itself, keeping in mind that this is what the top criminal global bankers imagine as convincing the population that CBDC is a great idea.

The pitch for CBDC is, it’s all about inclusion – that’s the buzz word, inclusion. We at the top of this digital utopia feel sorry for you cretins – I mean, people living under bridges without iphones or internet – because those people are unable to enjoy the amenities of our awesomeness. We here of the CBDC welcome wagon are here to rescue the unbanked and the underbanked – those are their terms – we are here to rescue the unbanked from their pitiful plight, okay? And there was actually a seminar on this recently at the IMF. The seminar title is « Central Bank Digital Currencies for Financial Inclusion: Risks and Rewards ». The date of that seminar was October 14, 2022. As you can see, this is just a talent show for policy wonks. They come out and they all are going to recite their scripts. The guys are going to read from their scripts. The guy we want to focus in on here is Bo Li. We’ll get to him in a minute, we’ll talk about what he has to say. In any case, it does not take much research to see that inclusion really has nothing to do with the people that it’s supposed to help and everything to do with controlling the population.

Let’s take a look at a speech from a member of the Board of Governors of the Federal Reserve expressly calling out inclusion as nothing but a contrivance. This speech is from August of 2021. You can see here it was given by Governor Christopher Waller and if we look – I want to search on this – if you look here in the lower left, I’m going to search on FDIC to go to the relevant disclosure. Here we go, okay. « According to a recent Federal Reserve Deposit Insurance Corporation survey, FDIC survey, approximately 5.4% of households were unbanked in 2019 ». 5.4% that’s it. I’m actually kind of surprised by that many people without bank accounts. But the key finding is this: « The survey found that approximately 75% of the unbanked population were ‘not at all interested’ or ‘not very interested’ in having a bank account » to begin with. And that is a huge clue as what’s behind the central bankers obsession with the so called unbanked. The vast majority of them do not want bank accounts and by definition, don’t have bank accounts and central bankers want to change that. So they’ve come up with this orwellian inclusion propaganda. And if you go on here and you look at what Waller says, he says expressly down here: « It is implausible to me that developing a CBDC is the simplest, least costly way to reach this 1% of households », meaning the 25% of 5.4%. That’s a tiny amount, he says. And so this whole inclusion campaign is simply implausible and he’s right about that.

So all this concern over the unbanked is not about people’s inability to access electronic banking. That has nothing to do with it. It’s all about people’s ability to evade electronic banking and evade the digital train tracks. And that’s [what] you saw from the FDIC’s own survey. That’s really what’s going on. They’re concerned about that 75% that doesn’t want bank accounts – the 75% of the 5.4%. So financial inclusion really isn’t « Welcome to our club, you 1% of households who don’t have bank accounts and want them ». It’s really about getting the roughly about 2 000, 2 100 homes, households per county who don’t want bank accounts and don’t have bank accounts, electronic bank accounts, in under the tent and getting rid of cash, of course, and saying, you know, « Once you’re inside this tent, now you just can’t leave ». And that’s really the aim of this inclusion campaign.

You have to remember, central bankers always speak with fork tongue, always. The Federal Reserve itself was founded and it was sold at its inception as a means to have an elastic currency. That […] the amount of money in the system could expand and contract depending on the shifting needs of the economy. What happened when the Federal Reserve was created, it was created in 1913, almost immediately the so called elastic currency is used to expand so as to finance World War one and then a few years after that, what happens? The elastic currency is contracted by the central bankers to deliberately cause a depression of 1920 and 1921 and then a few years later contracted again, after some more expansion, to cause the deliberate depression of 1929 and 1933. That is really what elastic currency means. It was really the opposite of really expansion, it was really all about contraction.

And you have the same game of opposites here. Central Bank Digital Currency is sold as inclusion. In fact, it is a device to exclude anyone who doesn’t want to play ball with this digital system, this digital entrapment, from eating by cutting off their electronic money – and we’ll see that expressly here in a minute or two. The question, if you are a central banker, is how do you start blocking those exits, how do you get the maximum number of people using CBDC rather than other forms of payment? Well, the IMF dropped some big hints on that score in that seminar I just pointed to. So let’s go over here to that seminar and here we have Bo Li again. He is the Deputy Managing Director of the IMF, so he is a top ranking proponent of CBDC. His presentation is very, very dense. You can see he’s reading from a script here and so it’s dense. And what I’ve done, I’ve chopped up his presentation into short clips that are really digestible. But let’s start with Bo’s most interesting reveal, which is his personal rock and roll CBDC fantasy. Take it away, R-Bo D-Bo.

CBDC can allow government agencies and private sector players to program, to create smart contract, to allow targeted policy functions. For example, welfare payment. For example, consumption coupon. For example, food stamp. By programming CBDC, those money can be precisely targeted for what kind of people can own and what kind of use this money can be utilized. For example, for food. So this potential programmability can help government agencies to precisely target their support to those people who need support so that we can also improve financial inclusion.

Wow, could we get somebody over here to clean up Bo Li’s chairs? Thank you, R-Bo D-Bo for being so candid about your fetish for controlling people’s food. Did you catch that? He mentions controlling food twice in under a minute. So Bo Li just flat out told you that CBDC is about control. You voice an opinion that is not on R-Bo D-Bo circuit board and your digital food, well, shrinks. Isn’t that great? Now you might say, « Well, i’m not on welfare, I don’t use food stamps. So while you’ve explained central bankers rock and roll patrol fantasy, to be sure you haven’t explained how they’ll ensnare me ». So let’s go, I’m going to go to the next clip where R-Bo D-Bo gives us a very major clue as to how central bankers plan to shunt as many people as possible into CBDC usage. He is talking about inclusion which, as I explained earlier, is an orwellian term. And here he reveals a key feature of CBDC that central bankers plan to use as a Trojan Horse for forcing people to use CBDC. Listen to this carefully.

The second aspect that CBDC can help improve financial inclusion is because of its legal tender status, because CBDC is the obligation of Central Bank and the obligation of Central Bank is a legal tender in every country so it is widely accepted. That creates potential value for everyone to use it.

Okay, you can see why I had to chop up both presentation. There is a lot there in just thirty seconds: inclusion, legal tender, it’s an obligation of the central bank, wide acceptance, everyone can use it. But he gives away the whole point at the very end there when he says « creates potential value for everyone to use it ». All those things beforehand, legal tender, obligation to central bank and all that, those are recited in service of that end goal: everyone using CBDC, that is the ultimate goal, make no mistake about that. And all those other things are items on the central bankers punch list because they are seen as taking CBDC from zero usage to universal usage. So what I want to do is, I want to go back through that clip one more time and breakdown R-Bo D-Bo’s rapid fire data up there into smaller chunks. Court reporter, can I get this back in little Bo’s sized chunks, that would be wonderful? Awesome. Okay, here we go.

The second aspect that CBDC can help improve financial inclusion is because of its legal tender status.

Okay, legal tender status. What is legal tender and how does it promote inclusion? Let’s take the first question first. What is legal tender? The short answer is, legal tender is the only real money in our system. In the US since 1933, it has been cash, including Federal Reserve notes and coin and you can see that here from the relevant statute. Here is the relevant statute concerning legal tender in the US. It is 31 USC section 5103, you can see it there in the upper right – I’m going to zoom in so we can actually read it. Legal tender: « United States coins and currency, including Federal Reserve notes » and some previous notes, historical notes, notes of issuance, « are legal tender for all that’s public charges », etc. That’s a short list. It’s basically coins and currency, it’s Federal Reserve notes and coins. That’s it. It’s a very short list. Everything else in our system is pseudo money. It is almost real but it has a latent but huge legal catch that comes with it. So let me run through a quick list of pseudo money before I explain what that legal catch is. Credit cards, they are not real money. Checks, not real money. Money in your bank account, wire transfers, Venmos, bank dress, certified checks, Paypal, cashiers checks, money orders, even reserves on account, meaning central bank deposits on account at the FED are not legal tender. None of those things legally is money because as I said, it comes with a catch.

And the catch is this: if you owe money and you try to pay with one of those forms of pseudo money, your lender does not have to accept your payment, which keeps your debt alive. Pseudo money is not real money. It doesn’t become real money until your lender consents to it as a form of repayment. So in other words, pseudo money plus consent equals real money. Real money does not depend on lender consent. Real money means it’s coin of the realm and the realm says real money erases debt whether the credit creditor wants it to or not. Whether or not your lender wants the legal tender to erase the debt, that debt is gone. So if you owe your creditor money and you offer to pay with legal tender, that debt gets erased, it gets extinguished as a matter of law, regardless of whether your lender consents. The debt is just gone legally and so your lender’s legal right to your collateral is gone too and that’s a very important thing. Now there might be a lending contract that says the lender agrees to accept Venmo or credit card or bank money or whatever else. The lender can freely agree to accept the pseudo money but all that means is the lender consented in advance to accept the pseudo money. You still need the consent one way the other, before or after. If you are like me though, you’ve lived your entire life without seeing a lender ever reject any form of payment of a debt. They always take the payment. But I bring this up because legal tender is a hole card that is out there and you need to know about because Bo there just flashed you the ace of spade of legal tender, in direct connection with CBDC. And you need to pay attention to that because if you think that the powers that be would not resort to legal trickery with legal tender, you’re just dead wrong on the facts about that.

Allow me to introduce you to Alfred Owen Crozier, who wrote this book, « US money versus corporation currency ». This guy, Alfred Crozier, is the most ferocious critic of the Federal Reserve ever, who wrote the most scathing indictment of the FED ever one year before the FED was created – that book was written in 1912. You might have seen actually his most famous drawing, you might know Crozier from his most famous drawing, which is this. This is the original, this is the OG vampire’s quiz, the octopus taking over everything. The octopus is taking over the US treasury, the Capitol, the White House, he’s taken over The New York Stock Exchange, the bank, your local bank, the farm, the factory. And his name is National Reserve Association and that’s what it was known as before it became the FED formerly in 1913. But that drawing comes from that book, « US money versus corporation currency ». That book is fantastic. Crozier was a prominent attorney, but if you read the book carefully, you’ll also note he’s really an activist and what I mean by that is, despite the fact that he was a prominent attorney, he kind of used that position and he would write letters to very prominent bankers asking about this or that aspect of the legislation that would become the Federal Reserve Act. And then he would turn around and put the responses from these bankers, which were mostly pretty much idiotic, he put him into the book and then he self published that book. This guy was an accomplished writer. He published eight books. One of them was critically acclaimed. It was a novel called « The Magnet », written just a couple years before. Critically acclaimed book and yet he had to self publish that attack on the National Reserve Association on the FED.

Crozier was a wheeler and dealer. He actually met with president Taft in person. I suspect that was because they were both from Cincinnati. I don’t know that, little is known. I can’t find that much about Crozier but I’m just telling you what I know about him. He met with Taft and he argued against passing the Federal Reserve Act and I can’t say that that’s what stopped it, but you got to say he didn’t fail because Taft isn’t the president who signed the Federal Reserve Act, it was Woodrow Wilson. And another thing Crozier did, he wrote freely about the Rothschilds in this book, talked about how much money they have, how huge and powerful they were. Alfred Owen Crozier was a talented and very dangerous man to the powers that be, which is why you haven’t heard of him. There are a lot of books out there about money that are really good at attacking straw men that suit people’s political bents, their political leanings. Alfred Crozier went for the throat. He went for bankers, he went after bankers and he shows how bankers weaponize money and on page 326 of this book – I’m not gonna read it, it’s in chapter twenty – he shows, he relays an account of bankers using legal tender as a weapon. And I want to tell you about the story because it’s very relevant here.

The gist of the story is this: there was a bunch of western dudes, guys, miners, maybe ranchers, they discovered a mine, like a gold mine or a silver mine – probably a silver mine, I don’t know. But they discovered a mine with some commodities and they wanted to turn it into a major commercial operation and they needed money. And they borrowed that money from wall street and they used the mine as collateral for that loan. And they struggled. They struggled, but they were able to develop it to a point where it was worth a lot and they were able to pay off the loan at the last minute. The problem is, when they came to pay off the loan at the very last minute, with the sheriff standing right there, they tried to pay off with gold certificates and gold certificates back then were 100% backed by gold and they tried to pay it off with bank notes. And the Wall Street attorney is like, « What the fuck is this? You clowns owe us money and this ain’t money, this isn’t legal tender. So shag your dusty asses back to town and get me some gold coins and green backs. Go fetch those by the close of business, you rubes or your mine is going to become mine ». And it did. Wall Street took over that mine from the dudes from the West and the gold. And that’s because the gold certificates and the bank notes, like credit cards and checks and money in your bank account and wire transfers and all the rest, they’re not legal tender. Those are not money because they require the lender’s consent to retire your debt so that you can keep your collateral and that’s what happened to those guys. They lost their mine because they didn’t know what legal tender was. Legal tender does not require the lender’s consent. It erases debt by operation of law.

Legal tender is real money. Remember this. Legal tender is real money, everything else is debt money. It is nothing but a legal claim on money. It is an IOU. Most of the times – almost all the time – it’s issued by private parties. Think of it this way: if you have ten one-hundred dollar bills in your hand and you’re standing outside of the bank, that’s real money, you own that money. But if you walk inside that bank and you open an account with a thousand dollars in cash, now all you’ve got is a claim to real money. You’ve become an unsecured creditor of the bank. If that bank goes bust, you’ve got nothing. That does not happen with real money.

So how does all this background about legal tender relate to CBDC? How would CBDC status as legal tender help it gain a foothold so, as Bo there says, everyone uses it. Well, I want you to think back to inclusion. It’s not about getting a handful of people into the tent, it’s really about forcing everyone else to stay in a tent. Fundamentally, inclusion is a deception. I want you to remember there are only about one million households that are unbanked and that actually want access to electronic banking. The vast majority of unbanked choose that status freely. But inclusion is pitched generally, though, as is helping the less fortunate. It’s pitched as welfare and that covers a much bigger political beachhead orders of magnitude, bigger than the one million homes that don’t have bank accounts and don’t want bank accounts. Notice how casually though they are moved from the unbanked beachhead of about a million to the food stamps beachhead which includes forty two million people. What justifies the leap from unbanked to EBT? Is there any evidence that EBT users, food stamp users are unbanked? Of course not. EBT stands for electronic benefit transfer. The only thing CBDC adds that equation is control over forty million people, but that doesn’t matter to Bo and company. What does matter to them is being able to sweep one hundred million people total roughly on welfare, getting government checks, sweeping those one hundred million people into the CBDC tent, using feel good rubric of inclusion and some yarn about unbanked, which really only applies to a million people.

In other words, when you see Bo and company in policy seminars like the IMF here, you see these people patting themselves on the back. They’re patting themselves on the back, not for helping one million people without bank accounts, but for amassing an army of one hundred million CBDC users. Central bankers are not interested in helping a hundred million people. What they are interested in is using a hundred million people, using a third of the country to get the other two thirds in line until everyone uses CBDC. And they just told you flat out they’re going to put legal tender at the very tip of that mega spear. If you’re a business and you’ve got customers who owe you money and they offer to pay you with their inclusion CBDC or Medicaid CBDC card or EBT CBDC, who knows, they offer to pay you with CBDC, you’re going to take it or you’re not going to get paid. Because the offer to pay with legal tender, as we just saw, erases that whether you accept the form of payment or not. So your choice really boils down to, get on the CBDC inclusion train and get paid or get hosed on the whole debt.

Oh, and by the way, while you’re trying to decide whether to go the CBDC route, you are going to be absolutely bombarded with propaganda about how dirty cash is, how it spreads disease. I already saw that early on in the pandemic. I was driving around on the Indiana and Illinois toll roads and I’d see these billboards saying, « Hey, you know, don’t use that one lane for cash, use one of the six lanes for credit cards because credit cards are clean and cash is dirty ». Now that campaign has already got kicked off. They pulled it pretty quickly, but I remember it early on because I wasn’t going to fly with a mask on, forget that. In any case, the powers that be are going to pull out all the stops to make sure you go broke if you don’t use CBDC. Now, how do I know that’s the plan? The answer to that is that there is a very important tell during Bo’s spiel. He told a huge lie about the law of money and about the Federal Reserve Act in particular. And I’ll bet dollars to donuts – actually, with inflation, I’ll bet donuts to dollars – that that law is about to change. I want to go to that clip. I’m actually going to just replay the last clip about legal tender, but this I’m going let it keep running so we can hear Bo explain why he thinks CBDC is legal tender. Listen to this.

The second aspect that CBDC can help improve financial inclusion is because of its legal tender status, because CBDC is the obligation of central bank and the obligation of central bank is a legal tender in every country. So it is widely accepted.

Obligation of the central bank is legal tender in every country. No, that actually is not true. Obligations of central bank are not legal tender in every country because in the US, where good old Bo here got his law degree from Harvard – which explains why he’s indifferent what the law is – cash and coin, which are legal tender, they’re not obligations of the FED. Coins aren’t liabilities of the FED at all, they’re assets. The FED pays the US Treasury face value for coins. And if you wonder about that, I have a video on that called « What’s behind the FED’s manufactured coin shortage« . And cash, it’s true that cash Federal Reserve notes is listed as a liability of the FED’s balance sheet. But legally, cash is an obligation of the US, not of the FED. How do we know that? Because the Federal Reserve Act says so. Let me just go here. Here we are looking at the Federal Reserve Act, actually the relevant portion from the Federal Reserve Act, which is section 16. You can see up there « Note Issues », meaning Federal Reserve notes. It’s long but it’s really only the first paragraph that’s germane so I want to zoom in on that, and here you go. Here, Note Issues, Federal Reserve notes. Okay, that’s what they’re talking about and you can see here « said notes shall be obligations of the United States and shall be receivable » for all this stuff. Note how they’re obligations of the United States and they’re receivable by Federal Reserve banks, so those are two distinct entities. Bo is flat out wrong that legal tender in the US is an obligation of the central bank, it is not. It is an obligation of the US. He’s just dead wrong about that.

So when Bo tells you obligations of the central bank are legal tender in every country, he’s actually reading – I would bet you again, I bet you donuts to dollars – he’s reading from a draft amendment to the existing Federal Reserve Act, because under present law, under currently configured Federal Reserve Act, Bo’s lying, you just saw that. Federal Reserve notes are obligations of the United States, they’re not obligations of the FED. That probably tells you, I would imagine, where the FED sees the need to change the law in order to get central bank digital currencies in place. Chairman Powell is already on record saying we need to change the law, we need enabling legislation. And Bo was talking the entire time in his presentation about central bank digital currencies in the present tense. But in any case, that they’ll change the law, that is a topic in a battle for another day. For now the plan for CBDC should be clear enough for you to start thinking about what to do about it. I have some thoughts on that myself and on that topic. And so does, it would appear, at least one US senator who’s doing something about it thankfully. I’ll talk about that another time. For now, happy Thanksgiving. Thank you so much for watching. As always, I will see you next time.

La macroéconomie de la dépopulation.

Excellent article, qui relie les points.

Partagez!

Note: 1) « Globohomo » est un néologisme plaisant pour désigner l’élite globaliste. 2) « Sûr et Efficace » désigne le produit injectable que nous avons tous appris à connaître et à apprécier.

Source.


La macroéconomie de la dépopulation

Article invité par ICE-9

3 octobre 2022

« Ce n’est pas parce que vous êtes paranoïaque qu’ils ne sont pas après vous. »

Kurt Cobain

Ce que je n’arrivais pas à comprendre lorsque l’injection de poison ARNm a été annoncée pour la première fois à un public plein d’espoir et reconnaissant, c’est pourquoi Globohomo ciblait le segment le plus docile de la société pour lui administrer ces injections mortelles. Tuer ses serviteurs et laisser debout la plupart de ses ennemis n’avait aucun sens, à moins que les universitaires des think tanks qui élaborent la stratégie de Globohomo ne soient pas très brillants, que Globohomo veuille faire table rase du passé pour mettre ses ennemis en avant, ou que cette « pandémie » n’ait rien à voir avec un virus et qu’il y ait d’autres intentions. La Grande Réinitialisation n’était-elle qu’une diversion à la James Bond pour cacher ce qui se passait réellement derrière le rideau de Globohomo?

J’ai acquis la conviction que ce qui se passe réellement est la troisième prémisse: les propriétaires du réseau bancaire mondial créent une « transition » afin de pouvoir déplacer l’Occident (et donc entraîner le reste du monde avec lui) et son panier de fausses monnaies défaillantes, pondérées en fonction des échanges commerciaux, vers une nouvelle fausse monnaie qui reste sous leur contrôle, tout comme les anciennes monnaies de singe criblées de dettes (USD, EUD, GBP, JPY). Pendant cette transition fabriquée, le véritable ennemi de Globohomo n’est pas la souveraineté nationale ou les Déplorables, c’est l’hyperinflation qui représente le plus grand risque pour son contrôle systémique sur le panier de fausses monnaies.

L’hyperinflation est la résultante d’une véritable révolution et nationalise la création, l’administration, la distribution et la fixation des prix de la monnaie d’une nation au profit de ses citoyens (voir l’Allemagne de Weimar pour en avoir la preuve). Cette nouvelle monnaie devra être une monnaie numérique, car elle fournit les moyens – en utilisant les prétextes fallacieux du changement climatique – de contrôler la demande et donc de contrecarrer le monstre hyperinflationniste qui suivra cette transition. Ainsi, une fois l’hyperinflation apprivoisée, cela garantit que le réseau bancaire mondial contrôlera la nouvelle fausse monnaie, car M. et Mme Tout-le-monde n’y pourront absolument rien, comme la dernière fois le 15 août 1971 [NdT. fin de Bretton Woods], la fois précédente le 1er mai 1933 [NdT. ici] et la fois précédente le 23 décembre 1913 [NdT. création de la FED].

Pour combattre cette hyperinflation, Globohomo est affecté par la même pensée de groupe qui étrangle l’Occident aujourd’hui et n’est donc plus aussi habile qu’avant, alors que le monde est beaucoup plus complexe. Après avoir donné un coup de pied dans la fourmilière des taux d’intérêt, il ne lui reste plus que deux outils keynésiens [NdT. ici] dans son sac de tours de magie monétaires: 1) détruire la demande en détruisant l’offre et 2) détruire la demande en tuant les consommateurs. Sûr et Efficace était la solution à long terme pour contrôler l’hyperinflation – tuer les consommateurs, réduire leur demande, amortir l’hyperinflation pendant la transition vers la fausse monnaie, et maintenir le contrôle sur la nouvelle fausse monnaie numérique (mondiale?).

La deuxième façon de réduire la demande est de détruire l’offre de biens en utilisant des guerres artificielles. Mais si la guerre avait progressé en premier, la demande des consommateurs subsisterait pour une quantité réduite de marchandises, ce qui aurait été inflationniste et aurait déclenché l’hyperinflation trop tôt dans la transition vers la fausse monnaie. Globohomo a donc dû expérimenter un nouveau moyen de détruire la demande, raison pour laquelle il fallait d’abord vacciner les gens avec ce bon vieux Sûr et Efficace pendant la fausse pandémie, car leur demande devait être détruite avant que les guerres ne détruisent ce qu’ils demandaient. Ainsi, grâce à un mécanisme permettant de contrôler l’hyperinflation, la fausse transition monétaire a pu se dérouler comme prévu.

C’est pourquoi les nations économiquement développées du monde (à l’exception du Japon) sont les nations les plus vaccinées – ce n’est pas parce qu’elles sont les plus riches, qu’elles ont un accès immédiat aux meilleures technologies ou qu’elles ont les meilleurs systèmes de « soins de santé ». C’est parce que c’est de ces pays que provient la plus grande demande de biens et que, grâce à la création immédiate de crédits, ils ont la capacité de payer tous ces biens.

Ainsi, les nations développées présentent le plus grand risque d’hyperinflation dans le cadre d’un scénario de statu quo de la demande de biens à long terme et, comme il n’était pas possible de détruire d’abord la demande des consommateurs par la guerre, les consommateurs eux-mêmes sont systématiquement détruits. Le Japon, quant à lui, est de toute façon en pleine spirale démographique descendante et pourrait mettre en œuvre une destruction de la demande à long terme sans guerre ni Sûr et Efficace. Bien que l’Afrique et les pays pauvres du Moyen-Orient présentent une forte demande de biens à long terme, ils disposent de peu de moyens pour payer ces biens et ne représentent donc pas un risque appréciable d’hyperinflation, de sorte qu’ils ont largement échappé aux programmes de vaccination de masse.

Taux de financement garanti au jour le jour 2014 – 19

Mais ensuite, le plan de Globohomo s’est pris un coup de poing dans la figure. Ce coup de massue, avec son compte à rebours de 8, remonte à l’événement de singularité financière du 17 septembre 2019, lorsque le SOFR [NdT. Secured Overnight Financing Rate] est passé en une seule journée de 2,20% à 5,25%, gelant la création de crédit mondiale et plongeant la chronologie de Globohomo dans le chaos. À l’insu de M. et Mme Tout-le-monde, de septembre 2019 à juin 2020, Trump et Mnunchin – à l’aide d’un programme REPO [NdT. ici] du Trésor – ont fait apparaître 17,66 trillions de dollars et ont créé de fait ce qui a été le plus grand événement financier de l’histoire du monde. La question est la suivante: s’agissait-il de dollars de la Réserve Fédérale ou de dollars du Trésor américain? Cet acte de vandalisme monétaire représente-t-il une opportunité rare mais étroite de réfléchir, de réimaginer et de réinitialiser notre faux système monétaire à l’équivalent de ce que Kennedy avait tenté de faire en 1963, mais sans l’argent [NdT. métallique]?

Si la vie telle que nous la connaissions le 18 septembre 2019 avait continué comme si de rien n’était avec cette énorme quantité d’argent supplémentaire en circulation, cela aurait créé l’Armageddon de l’hyperinflation, ce qui est le pire cauchemar de Globohomo; il fallait donc faire quelque chose, et quelque chose d’énorme et de rapide. Ainsi, il n’y a aucune coïncidence dans la chronologie rapide révisée – octobre 2019: le virus est libéré pendant les Jeux Militaires Mondiaux à Wuhan en Chine avec son laboratoire BSL4 fournissant une couverture parfaite; novembre 2019: des vidéos chinoises spectaculaires de personnes mourant dans les rues à cause de l’étrange et catastrophique nouveau virus; décembre 2019: l’OMS déclare l’urgence sanitaire mondiale; février 2020: interdiction de voyager dans le monde; mars 2020: début du confinement aux USA; mai 2020: début de l’opération Warp Speed, etc.

(L’histoire entière de la civilisation humaine telle qu’on nous la raconte est censée s’être développée à cette période)
Températures historiques dans l’hémisphère nord de la Terre à haute latitude

Le plan initial pour détruire la demande, étouffer l’hyperinflation et commencer la transition vers une fausse monnaie consistait à enfermer tout le monde jusqu’en 2030 en utilisant comme excuse la fausse crise climatique de l’Agenda 2030 de l’ONU. Cela aurait probablement commencé une fois que la plupart des nations occidentales auraient eu des gouvernements de gauche et/ou de faux conservateurs, conformes et contrôlés, fermement en place. Une fois tout le monde enfermé, il n’y aurait plus eu de sorties shopping, les garçons n’auraient jamais rencontré les filles et la reproduction se serait effondrée dans le monde développé. Pas de naissances et beaucoup de morts de désespoir – un démocide bien propret et étincelant.

Globohomo ne pouvait pas se permettre de laisser M. et Mme Tout-le-monde découvrir que l’entièreté du réchauffement de la planète dans l’hémisphère nord a eu lieu il y a 11 600 à 10 000 ans. Et ils ne pouvaient surtout pas apprendre que l’hémisphère nord de la Terre s’est en fait légèrement refroidi au cours des 8 000 dernières années.

Niveaux mondiaux de CO2 et température au cours des temps géologiques

Globohomo ne pouvait pas non plus permettre à M. et Mme Tout-le-monde d’apprendre que la dernière fois que les niveaux de dioxyde de carbone ont été aussi bas, la Terre a connu son déclin permien, au cours duquel 95% des espèces ont disparu. Ils ne pouvaient pas non plus apprendre que les températures mondiales sont en réalité égales à deux minimums historiques antérieurs, à savoir l’Ordovicien et la transition Carbonifère/Permien. Ils ne pouvaient jamais apprendre que la vapeur d’eau est un gaz à effet de serre plus efficace que le dioxyde de carbone. Et ils ne pouvaient, en aucun cas, apprendre que le principal moteur du réchauffement de la planète est le soleil.

Les scientifiques qui vous apportent la Science

Mais c’est ce qui a failli se passer – au lieu de cela, nous avons eu droit à une politique monétaire déguisée en fausse pandémie et nous nous sommes enfermés pendant que Globohomo attendait que le bon vieux Sûr et Efficace opère sa magie destructrice de la demande. Tous les décès ont été soudainement attribués au virus que, jusqu’à présent, aucun scientifique de la Science n’a réussi à isoler d’un être humain in toto plutôt qu’in silico et beaucoup de M. et Mme Tout-le-monde ont avalé le script – peur, espoir, conformité et libération.

Ils ont fait la queue par millions pour obtenir leur produit « Sûr et efficace » afin de pouvoir goûter cette libération, même s’ils n’ont pas pris la peine d’effectuer une simple recherche Google sur les « vaccins à ARNm » et n’ont pas cherché à savoir comment tous ces furets s’en étaient tirés après des expériences similaires. Puis sont apparues les variants in silico, maintenant nous avons le SADS [NdT. ici] et la myocardite normalisée chez les enfants de 8 ans, et bientôt nous verrons des milliers de personnes s’effondrer mortes à cause – roulement de tambour – du changement climatique – bruit de cymbale! Attendez-vous donc à ce que le récit du changement climatique soit le signe avant-coureur de la finalité première de ces confinements. Pour sauver mamie du soleil.

La politique monétaire de Donald Trump – Elle ne peut être menée qu’une fois

Mais Trump a-t-il plutôt profité de cette rare mais étroite fenêtre d’opportunité pour réfléchir, réimaginer et réinitialiser notre système de fausse monnaie pour lancer une bombe nucléaire financière qui déclencherait l’hyperinflation bien plus tôt que ce que Globohomo avait prévu et lui forcerait ainsi la main sur le Plan-B pandémique de destruction de la demande? Est-ce que Globohomo a dû changer rapidement sa raison d’être et condenser son calendrier de transition monétaire et que ce serait la raison pour laquelle nous nous retrouvons aujourd’hui dans ce merdier mondial absolu? Ce que je n’arrive pas à savoir, c’est qui doit porter le chapeau pour ces 17,66 trillions de dollars imprimés entre septembre 2019 et juin 2020 – c’est comme si cet argent s’était évaporé, avait été « corziné » [NdT. « corzined » signifie en argot américain, confier son argent à une personne importante et découvrir qu’il a mystérieusement disparu].

La Réserve Fédérale ne détient pas tout, car son « bilan » le 16 septembre 2019 s’élevait à 3,84 trillions de dollars et s’élève aujourd’hui à 8,8 trillions de dollars. Où sont les 12,7 trillions de dollars manquants? Si c’est dans l’aile comptable du Pentagone, cet avion a atterri il y a 21 ans [NdT. voir mon article pour les détails]. Si le Trésor détient sa propre dette (c’est-à-dire des bons du Trésor émis en dollars de la Réserve Fédérale), cela signifie-t-il que le gouvernement américain se paie lui-même lorsqu’il paie les intérêts et que nous avons donc effacé la dette américaine lorsque Trump a réhypothéqué la totalité de celle-ci? Est-ce là le grand secret que le public américain ne pourra jamais apprendre (outre les secrets du changement climatique)? La dette fédérale en septembre 2019 s’élevait à environ 16 trillions USD et serait-ce une coïncidence que 17,66 trillions USD aient été imprimés? Pourquoi pas 10 trillions USD, 35 trillions USD, etc. Les esprits curieux veulent savoir.

Le jeu est-il enfin terminé? Ou est-ce que le jeu ne fait que commencer?

Une partie de cet argent manquant a probablement été retiré pour liquider des positions REPO, mais les banques étant des banques, lorsqu’elles ont pris leur argent REPO au lieu de se prêter de l’argent les unes aux autres puis de liquider leurs positions REPO, elles ont utilisé tout cet argent libre pour acheter des actions technologiques et ont ainsi créé une hyperinflation sur le marché boursier qui s’est déversée dans l’immobilier haut de gamme, les crypto-monnaies, les jets privés, les NFT [NdT. non-fungible tokens] et toutes sortes de conneries en papier, en numérique et en « actifs » haut de gamme. Globohomo n’a pas approuvé. Avec des actions maintenant en baisse de 20%, ces banques pourraient faire face à des pertes si elles vendent leurs avoirs en actions, donc elles ne peuvent pas vendre et ainsi le monstre de l’hyperinflation se réveille sous le lit de Globohomo. Et il commence à apparaître que « Sûr et Efficace » a peut-être été un peu plus sûr que prévu. Apparemment, les furets sont de mauvais extrapolateurs linéaires pour les humains.

C’est ce que la Fed tente désespérément d’étouffer – elle essaie de forcer les liquidités à sortir du marché boursier pour liquider les positions REPO 2019-20 et rayer de la carte l’argent de Trump, tout comme le Trésor américain de l’après-Kennedy a chassé et retiré de la circulation le moindre billet des États-Unis. Si l’augmentation des taux d’intérêt ne fonctionne pas, Globohomo fera exploser sa bombe antimatière financière avec un REPO inversé, mais les banques devront alors non seulement prendre leur mal en patience avec des pertes d’actions – un scénario où le plus petit perdant est le plus grand gagnant – mais elles se retrouveront ensuite à détenir des bons du Trésor à 0,75% dans un monde à 3,5+%+.

Les banques sont dans la merde et quand les banques sont dans la merde, Globohomo est dans la merde jusqu’à ce qu’il reçoive le prochain renflouement (bail-out) des contribuables sous la forme d’un renflouement (bail-in) à la Barney Frank [NdT. j’explique la différence entre les deux sous cet article]. Mais lorsque l’argent du compte en banque de M. et Mme Tout-le-monde s’envole au moment même où les factures médicales s’accumulent et qu’il renaît sous forme d’actions ordinaires de la banque qui se ratatinent immédiatement dans le néant financier, alors de véritables révolutions peuvent se produire. Hyperinflation ou renflouement, Globohomo devra bientôt choisir son poison, mais M. et Mme Tout-le-monde l’ont déjà choisi pour eux. C’est une course contre la montre des morts à venir – Course à la Mort 2023. Tic-tac, tic-tac…

Nous sommes tous dans la même galère.

D’un point de vue historique, ce à quoi nous assistons aujourd’hui en temps réel était autrefois qualifié de sorcellerie – la coercition d’une grande partie de la population pour qu’elle accomplisse des actions de masse nuisibles à son bien-être, mais qui sont néanmoins accomplies pour le seul bénéfice d’une petite minorité malveillante. Et la société ne se rend compte de rien tandis que ces actions délétères produisent leurs effets pernicieux. Les gens, vos amis et vos proches, ne savent pas ce qu’ils ont fait. Ils ne veulent pas savoir ce qu’ils ont fait. Ils se jettent dans le feu en riant, la main dans la main.

Et est-ce une coïncidence que –
2019: L’OMS déclare une urgence sanitaire mondiale
1353: fin de la peste noire
2019 – 1353 = 666

Dans la bataille pour le contrôle du monde, il n’y a pas de règles.


Bail-out, bail-in

Bail-out bancaire: Le gouvernement utilise l’argent des contribuables pour racheter des actifs toxiques et injecter des capitaux dans les banques en faillite afin de les empêcher de faire faillite.

Bail-in bancaire: Disposition de la loi Dodd-Frank. Plutôt que d’utiliser l’argent des contribuables pour injecter des capitaux dans les banques, celles-ci peuvent saisir l’argent des déposants, transformant ainsi la dette en capitaux propres pour maintenir la banque à flot.

Pannes.

ATTENTION, JE ME SUIS PLANTÉ EN NE LISANT QUE LE RÉSUMÉ DE L’ARTICLE SUR L’OMICRON S QUI FIGURAIT SUR LA PRÉSENTE PAGE!
JE PUBLIE ICI UN ARTICLE QUI CORRIGE CETTE MÉPRISE.

Désolé, j’ai eu une panne d’Internet.

J’ai aussi eu une panne d’inspiration, juste après.

J’ai un paquet de notes pour quelques articles en préparation, qui n’attendent qu’à être rédigés. Avant de m’y mettre, j’ai sorti le chien et j’ai vu la rue principale du village totalement envahie par les voitures des gens qui remplissent les restaurants du coin. J’ai vu leurs têtes, leur regard éteint qui donne sur leur cerveau absent, et je me suis demandé, « A quoi bon? »

J’ai néanmoins passé la soirée et une partie de la nuit à chercher ce qui pourrait bien les réveiller. Mais rien de nouveau, le programme suit tranquillement son cours. Quelques âmes courageuses dénoncent, interpellent, publient, filment, intentent, etc. Je les relaye ici, je tente de séparer le bon grain de l’ivraie et de pointer directement le coeur du sujet, dans le chaos informationnel ambiant.

Mon épouse me dit que ses collègues commencent à s’inquiéter.

Commencent.

Juste parce que leur facture énergie a subitement augmenté.

Je me disais que ce serait donc une idée de faire le point, d’être plus simple et concis, et de m’adresser à ceux qui commencent à s’inquiéter. Pas ceux qui ont déjà compris, les autres. Qu’ils commencent à s’inquiéter de la pénurie énergétique, de la guerre Russie/Ukraine qui n’en finit pas, des effets secondaires des injections, de la pénurie de main d’oeuvre, des problèmes de réseaux de distribution, d’agriculture, d’inflation, de possible guerre civile, de recrudescence de la violence urbaine, de vagues d’immigration démentielles, des dangers de la géoingénierie.

Je pourrais donc faire le point – simple et concis – sur tous ces sujets et emballer le tout en quelques phrases. La crise énergétique sert à parachever la destruction des entreprises. Elle a été fabriquée de toute pièce par la fermeture des centrales nucléaires et par la guerre en Ukraine, volontairement menée de manière à durer le plus longtemps possible, et à démanteler ce pays. L’objectif des injections est de réduire l’espérance de vie de la majorité des populations et d’expérimenter la technologie de l’Internet des Corps. Les réseaux de distribution, volontairement sabotés depuis le Covid, le sont aujourd’hui par les coûts des transports. L’agriculture industrielle, qui se relevait tant bien que mal des mesures Covid est volontairement détruite par la pénurie d’engrais – justifiée par la pénurie énergétique – par la guerre, et la persécution des agriculteurs. L’inflation, entièrement fabriquée pour camoufler le pillage complet de l’argent public, est volontairement aggravée pour détruire ce qui reste de l’économie occidentale, après quoi le seul choix donné sera celui des monnaies digitales des banques centrales. Le chaos sociétal à venir provoquera un niveau de violence impossible à imaginer, que la présence de populations immigrées servira à parachever. Si la modification des couches atmosphériques par géoingénierie se poursuit au rythme actuel, entamé en 2010, toute vie pourrait disparaître sur Terre d’ici cinq ans.

Mais à part le chapitre géoingénierie, que j’aborderai, j’ai déjà expliqué tout ça en long et en large.


Note: j’ai supprimé la fin de l’article, qui contenait l’erreur expliquée ici.

Un hiver froid et sombre s’annonce – par Laurence Flynn.

Encore un, plus complet – avec horoscope en prime – avant de passer à cette chère Ursula.

J’ai inclus des liens vers des références en français là où c’était possible.

Ça date du 12, donc avant le malencontreux sabotage de Nord Stream. Mais bon, ça fait plus de deux ans que je vous préviens…

Source.


Un hiver froid et sombre s’annonce

Vous avez du bois de chauffage?

Laurence Flynn

12 septembre

Je n’ai jamais vu de pays se suicider économiquement auparavant et c’est assez magnifique de par son absurdité. J’ai l’impression de conduire sur l’autoroute de la vie avec, au loin, des feux clignotants bleus et rouges. Et puis on passe à côté d’un carambolage de cinq voitures et, fascination morbide oblige, impossible de détourner le regard.

En Europe, le prix du gaz naturel est en train de devenir incontrôlable. Il est désormais environ 10 fois supérieur à ce qu’il était en moyenne au cours de la dernière décennie et 10 fois plus élevé qu’aux États-Unis. Cela a semé la pagaille sur un continent qui se trouve maintenant au bord du gouffre économique. L’inflation atteint des sommets inégalés depuis 40 ans, entraînant la fermeture d’industries entières et d’entreprises, et remplissant la population de terreur lorsqu’elle reçoit ses factures d’énergie par la poste. Et cela ne fera qu’empirer à l’approche de l’hiver.

En mai, j’ai écrit un article intitulé Cycles de Turbulence qui contenait un graphique décrivant l’avenir probable de la race humaine si nous maintenons la trajectoire actuelle. Le programme du Grand Reset semble en bonne voie et il est donc temps de mettre à jour le graphique.

GUERRE MONDIALE
EFFONDREMENT ÉCONOMIQUE
CRISE ALIMENTAIRE
CHOC ÉNERGÉTIQUE
GUERRE RÉGIONALE
PLANDÉMIE

Les étapes de mon tableau ne sont pas mutuellement exclusives. Chacune s’appuie sur l’autre, contribuant ainsi à l’étape suivante. Ainsi, la pandémie fait toujours rage (apparemment) et l’économie mondiale peine toujours à rebondir. La Chine est toujours plongée dans sa folie du zéro-covid et provoque des ravages dans les chaînes d’approvisionnement. Toutes les manigances de l’ingénierie sociale attendent la prochaine vague de leur mise en œuvre et la technologie qu’elle a suscitée ne cesse d’être développée.

La guerre régionale est encore à l’état embryonnaire. Elle continuera à mûrir jusqu’en 2023, « Année de l’Enfer » de Martin Armstrong. Nous atteindrons probablement le sommet du graphique en octobre 2024.

Si vous avez lu certains de mes articles, vous vous souvenez peut-être que je suis étudiant en histoire. Alors permettez-moi une brève digression.

À la mi-octobre 2024, nous assisterons à un alignement planétaire inédit depuis 536 après J.-C., une année que le médiéviste de Harvard, Michael McCormick, décrit comme « le début de l’une des pires périodes à vivre, si ce n’est la pire année« . L’année 536 a marqué le début d’un hiver volcanique qui a fait chuter les températures estivales de 2,5 degrés Celsius en Europe. Les éruptions volcaniques ont entraîné des mauvaises récoltes et des famines qui ont duré des décennies. Cette situation a ensuite été compliquée par la Peste de Justinien, qui a commencé en 541. Elle a causé des millions de morts et a déclenché le Petit Âge Glaciaire de l’Antiquité tardive, qui a duré de 536 à 660. N’hésitez pas à explorer cette tangente en commençant ici – Hiver volcanique de 536.

Avant de poursuivre, je vous propose cette image de l’alignement planétaire du 13 octobre 2024. La Terre est prise dans un carré parfait des 4 grandes planètes extérieures – Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune.

Crise énergétique européenne

La crise énergétique en Europe a souvent été mise en parallèle avec le « choc énergétique » des années 1970. Ce fut une période de forte inflation qui, bien que douloureuse, a été surmontée sans problème. Donc, assurément, cette crise énergétique ne sera pas différente de la précédente, n’est-ce-pas? L’inflation va monter en flèche, les approvisionnements seront restreints et, bien que la situation soit douloureuse, nous allons à nouveau surmonter la tempête. En fait, nous traverserons cette tempête en un an ou deux, contre une décennie la dernière fois.

Tempérons un peu cet optimisme et analysons pourquoi cette crise n’a rien à voir avec celle des années 1970.

Le 6 octobre 1973, une coalition d’États arabes dirigée par l’Égypte et la Syrie a lancé une attaque surprise contre Israël, connue aujourd’hui sous le nom de guerre du Kippour. Leurs objectifs étaient de récupérer la péninsule du Sinaï et les hauteurs du Golan.

Le 19 octobre, Richard Nixon demande au Congrès 2,2 milliards de dollars pour soutenir Israël. Dirigée par l’Arabie saoudite, l’OPEP (Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole) décrète un embargo sur le pétrole à l’encontre des États-Unis et d’autres pays soutenant Israël – Canada, Japon, Pays-Bas et Royaume-Uni. Le prix du pétrole a triplé et même si l’embargo n’a duré que quelques mois, jusqu’en janvier 1974, le prix du pétrole est resté élevé même après la levée de l’embargo.

Ce contexte étant posé, analysons pourquoi ce choc énergétique n’a rien à voir avec celui de 1973.

Le pétrole alimente les véhicules. Le gaz naturel produit de l’électricité et alimente de nombreux processus industriels. Un manque de pétrole signifie moins de voitures et de camions sur les routes. Un manque de gaz naturel entraîne une hausse des prix, ce qui conduit à la désindustrialisation et à l’implosion des économies. Et c’est exactement ce qui est en train de se produire.

Six entreprises sur 10 risquent de faire faillite devant l’augmentation de leurs factures

Des coûts énergétiques en augmentation incontrôlable obligent des entreprises belges à fermer

La fermeture de ne serait-ce que 25% des entreprises ne constitue pas un simple désagrément. Ces entreprises sont des employeurs. Leur fermeture met des millions de personnes au chômage et garantit une nouvelle Grande Dépression. Alors essayez d’imaginer ce que fera la fermeture de 60% des entreprises. Et il ne s’agit pas seulement du Royaume-Uni. Un rapport de Goldman Sachs prévoit « une réduction de 65% de l’industrie en Allemagne si les flux étaient totalement interrompus ». Et avec la fermeture indéfinie de Nord Stream 1, ces flux ont maintenant complètement cessé. [NdT. et ne reprendront pas avant très longtemps suite aux « attentats« ]

Et en raison de la folie absolue des marchés à terme du gaz, toute l’Europe est affectée. Même les pays qui ne dépendent pas du gaz russe. Le prix du gaz est fixé par la maison de commerce TTF (Title Transfer Facility) aux Pays-Bas.

Mais il y a pire. Bien pire.

Les industries lourdes qui consomment beaucoup d’énergie ne peuvent pas se permettre de rester ouvertes. Il s’agit notamment des aciéries et autres fonderies et usines de fabrication de métaux. Sans métaux, on ne peut plus RIEN fabriquer.

Shutdown = fermeture
Delayed start = démarrage différé
« Une mauvaise politique énergétique menace de désindustrialiser l’Europe.
Le prix du zinc a explosé après qu’une des plus grandes fonderies d’Europe a annoncé qu’elle cesserait sa production le mois prochain tandis que la crise de l’énergie sur le continent menace d’entraver les industries lourdes. »

Si vous pensez que ce qui précède est grave, restez assis pour lire la suite.

Les engrais synthétiques à base d’ammoniac qui nourrissent 4 milliards de personnes sur cette planète sont fabriqués en mélangeant de l’azote atmosphérique avec du gaz naturel sous une pression et une température élevées, selon un procédé appelé Haber-Bosch.

Les prix élevés de l’énergie en Europe ont entraîné l’arrêt de 70% de la capacité de production d’engrais de la région.

Moins d’engrais, c’est moins de nourriture. C’est pourquoi la « crise alimentaire » est la suivante sur mon graphique.

En octobre 1973, la population mondiale s’élevait à 3,913 milliards d’habitants. Elle en compte aujourd’hui exactement le double et ce sont les engrais qui nourrissent toutes ces personnes en plus.

La réduction de la production d’engrais risque de provoquer une crise alimentaire
– Environ 70% de la capacité de production d’engrais est à l’arrêt
– Les répercussions causeront du tort même aux fermiers et aux consommateurs extra-européens
L’augmentation des prix du gaz touche l’industrie chimique et des engrais en Europe
Les capacités de production en milliers de tonnes par an sont indiquées à côté des produits impactés en vert, mis à jour le 2 septembre 2022

Maximo Torero, économiste en chef de l’Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture des Nations Unies (Food & Agriculture Organization – FAO), a déclaré à Bloomberg TV que la hausse des prix des engrais pourrait réduire la production mondiale de céréales de plus de 40% lors de la prochaine saison de plantation. Si l’on ajoute à cette équation les pertes de récoltes dues à des sécheresses record et à la guerre en Ukraine, on peut s’attendre à une véritable famine dans les pays du Sud en 2023. Cela entraînera des troubles sociaux et des conflits régionaux.

Tout cela est, bien sûr, voulu. Un livre blanc publié en 2020 par le Forum Économique Mondial et le cabinet de conseil McKinsey and Company met en garde contre les émissions de gaz à effet de serre et le ruissellement potentiel des engrais, préconisant la fin des subventions aux engrais dans les pays en développement et louant la Chine pour ses efforts de réduction de l’utilisation des engrais.

Les gouvernements ne peuvent pas résoudre ce problème

Mais ils essayeront quand même et les résultats seront désastreux. Tellement désastreux que j’ai peut-être inversé à tort les termes « Crise alimentaire » et « Effondrement économique » sur mon graphique. Le temps nous le dira.

L’Allemagne tente de faire bonne figure et s’assure que tout le monde sait que tout ira bien car elle a rempli ses réservoirs souterrains à 80%. Ce que la plupart des gens ignorent, c’est que ces réserves ne dureront que deux mois, soit jusqu’à la mi-novembre, lorsque le froid commencera à sévir. Gazprom a construit ces réservoirs souterrains pour assurer l’acheminement du gaz en cas de problèmes et de pannes de maintenance. Ils n’ont jamais été conçus comme une alternative à l’approvisionnement par gazoduc.

Mais pas d’inquiétude. L’Allemagne peut obtenir son gaz sous forme de GNL (gaz naturel liquéfié), non? Non, pas du tout. Elle ne le peut pas. Elle n’a pas de terminal GNL pour décharger et gazéifier le GNL. Sa seule solution est d’expédier le GNL vers d’autres pays et de transporter le gaz via le réseau de gazoducs qui traverse l’Europe. Une entreprise coûteuse et délicate.

Il y a aussi un autre facteur auquel de nombreux pays européens vont devoir faire face. Il n’y a pas assez de GNL produit dans le monde pour remplacer la quantité de gaz qui transitait par les gazoducs russes. Quelqu’un va devoir s’en passer.

L’Allemagne dispose d’un grand nombre de réacteurs nucléaires qui pourraient garder ses citoyens au chaud cet hiver. Le problème est qu’ils ont presque tous été mis hors service parce que le pays a été complètement pris en charge par le parti anti-humain des Verts. Mais en désespoir de cause, même eux ont envoyé une demande à l’exploitant de deux de ses dernières centrales nucléaires pour qu’il interrompe le déclassement des centrales le 31 décembre. Il devrait être parfaitement clair pour le monde entier que le Parti des Verts allemand ne comprend rien à l’énergie. L’exploitant de l’une des centrales, E.ON, a expliqué qu’il n’était pas possible de mettre sa centrale Isar 2 en mode de réserve au-delà de sa fermeture prévue à la fin de 2022. Le ministre allemand de l’économie, Robert Habeck, s’est dit « quelque peu déconcerté » après avoir reçu la lettre d’E.ON, qui met en doute la faisabilité du plan. L’Allemagne ne peut donc même pas redémarrer les réacteurs en service dont le démantèlement est prévu, sans parler des centrales qui ont déjà été mises au rancart.

Robert Habeck s’en moque éperdument. Il sait que l’économie allemande va être désindustrialisée cet hiver. C’est un prix qu’il est prêt à payer.

Le Ministre de l’Économie Habeck imagine que des secteurs de l’économie « cesseront de produire pour le moment ».

Ces politiciens sont la nouvelle aristocratie. Après un hiver froid et sombre, la population allemande pourrait envisager une solution française très XVIIIe siècle à ce problème.

Un nouveau scénario à la « Lehman Brothers »

Les pays européens soutiennent désespérément leurs compagnies de production énergétique en difficulté. Le commerce de l’énergie est mis à mal par des appels de marge d’au moins 1 500 milliards de dollars, ce qui met la pression sur les gouvernements pour qu’ils fournissent davantage de liquidités et renflouent les entreprises de services publics. La Finlande a mis en garde contre un scénario à la « Lehman Brothers », avec des compagnies d’électricité confrontées à de soudaines pénuries de liquidités. L’aggravation de la crise et l’injection de nouveaux milliers de milliards sur le marché ne feront que stimuler l’inflation et plonger l’ensemble de la zone euro dans une profonde récession. Mais bien sûr, ces renflouements sont tous annoncés comme des « mesures anti-inflation ». Sans parler de l’ironie évidente du fait que les coûts énergétiques des ménages ne sont pas inclus dans les statistiques de l’IPC (indice des prix à la consommation), mesure que les gouvernements utilisent pour collationner les données et calculer l’inflation, l’ironie du fait que les gouvernements arrêteront l’inflation en créant de l’inflation ne devrait pas échapper à ceux d’entre nous qui observent la lente autodestruction de notre mode de vie.

Et, bien sûr, on peut se demander pourquoi, s’il est si facile pour les gouvernements d’imprimer de l’argent et de le donner aux fournisseurs d’énergie, ils ne paient pas tout le temps les factures d’électricité de tout le monde? Même si la théorie monétaire moderne (TMM) voudrait nous faire croire que de telles choses sont probablement possibles, la situation économique actuelle, qui découle de l’impression de monnaie effectuée pendant la plandémie, démontre la totale imposture de cette nouvelle école de politique économique.

Les dirigeants de la zone euro mesurent les conséquences de la calamité qu’ils se sont infligée. Mais ces marionnettes du FEM s’en moquent. Parce que lorsque la poussière retombera, et que des milliards de personnes auront été exterminées, l’utopie sera à leur portée.

Macron annonce à la France « la fin de l’abondance » et des temps difficiles à venir

Ce qu’il veut dire, c’est que « la fin de l’abondance » est venue pour VOUS. Les membres de sa classe mangeront encore du caviar alors que vous devrez vous contenter d’une seule pomme de terre pour nourrir votre famille.

La mort de la reine Elizabeth marque la fin d’une époque

Je vais terminer cet article sur l’histoire qui a accaparé en continu le cycle des informations. La mort de la reine Elizabeth a eu un profond impact sur les habitants de ma patrie. Je n’ai jamais été royaliste, mais je n’ignore pas non plus le rôle que la famille royale a joué dans la Grande-Bretagne d’après-guerre. La mort d’une monarque qui règne depuis 1952 est un présage que personne ne devrait ignorer. Elle signale la fin d’un cycle et le début de quelque chose de funeste, comme le suggère le nom du nouveau monarque.

Le roi Charles III est désormais assis sur le trône d’un pays qui a autrefois régné sur la moitié du monde.

Les règnes de Charles I et II ont été marqués par la guerre civile. Il est inconcevable qu’une monarque régnante tel qu’Elizabeth appelle son fils aîné, et héritier du trône, Charles.

La première guerre civile anglaise a éclaté en 1642, moins de 40 ans après la mort de la reine Elizabeth I (!), et 17 ans après l’ascension de Charles Ier sur le trône. Je ne me lancerai pas dans des explications historiques, mais l’époque fut sanglante et les Roundheads d’Oliver Cromwell ont vaincu les Cavaliers de Charles, ce qui a valu au roi de perdre sa tête pour trahison en 1649.

Charles II, le fils de Charles Ier, a poursuivi la guerre de son père contre les parlementaires, jusqu’à sa défaite en 1651, et s’est réfugié en France pendant neuf ans. Il a finalement été rétabli comme monarque en 1660 après la mort de Cromwell et l’histoire réécrite le dépeint comme un roi populaire. En réalité, il n’a cessé de dissoudre les parlements, d’interférer dans la politique et de mépriser les nouvelles réalités politiques introduites par Oliver Cromwell, qui ont relégué la monarchie au rang de monarchie constitutionnelle.

Je vous laisse sur cette pensée. Peu de gens comprennent que le Grand Reset est un projet qui a été lancé par le roi Charles III. Vive le Roi!

Le Grand Reset est lancé!
« Maintenant que nous passons du stade du secours à celui du redressement, se présente à nous une occasion unique, mais qui se réduit rapidement, de tirer des enseignements et de nous replacer sur une voie plus durable. C’est une occasion que nous n’avons jamais eue auparavant et que nous n’aurons peut-être plus jamais. Nous devons utiliser tous les leviers dont nous disposons, en sachant que chacun d’entre nous a un rôle vital à jouer. »

La fin de la nourriture bon marché – par Charles Hugh Smith.

Maintenant que vous aurez compris que l’avenir des villes est derrière elles, ceci vous aidera à envisager votre future vie rurale sous l’angle de seule véritable alternative au modèle industriel en perdition et au suivant – le Grand Reset. Charles vous détaillera ce que je serine depuis deux ans sur ce blog. Ce n’est pas mon épouse, qui passe huit mois par an dans le potager familial, qui vous dira le contraire, ni le fermier/éleveur du village chez qui nous allons chercher – à pied – notre viande bio d’animaux de pâturage, d’une qualité qui n’existe tout simplement pas dans la grande distribution, à un prix inférieur à ce qu’on trouve aujourd’hui en magasin.

On reprend ensuite la série des très instructifs articles « climat » de John Dee, apparemment un peu techniques pour mes lecteurs mais que je continuerai néanmoins à traduire et publier puisqu’ils sont, en plus, très amusants.

Source.


La fin de la nourriture bon marché

Le 16 septembre 2022

La production alimentaire mondiale dépend du sol et de la pluie. Les robots n’y changeront rien.

De tous les miracles des temps modernes, le moins apprécié est l’incroyable abondance de nourriture à bas prix aux États-Unis et dans d’autres pays développés. L’ère de la nourriture bon marché est en train de se terminer, pour diverses raisons qui tendent à se renforcer mutuellement.

Nous sommes devenus tellement dépendants d’une agriculture industrielle qui tire son énergie du diesel que nous avons oublié que lorsqu’il s’agit de produire de la nourriture, « chaque petit geste compte » – même les petits jardins ou les petites serres peuvent fournir des quantités significatives de nourriture et donner de la satisfaction.

Pratiquement tous les terroirs/microclimats tempérés se prêtent à la culture de certaines plantes, herbes, arbres et à l’élevage d’animaux. (Le terroir englobe tout ce qui concerne un endroit spécifique: le type de sol, les variations climatiques, l’exposition au soleil, les bactéries présentes dans le sol, tout).

Nous avons oublié que c’est dans les villes que l’on produisait autrefois une grande partie de la nourriture consommée par les citadins. Les petits lopins de terre, les jardins sur les toits, les poulaillers de basse-cour, etc. se multiplient lorsqu’ils sont encouragés plutôt que découragés.

Commençons par souligner à quel point la grande majorité d’entre nous est déconnectée de la production de la nourriture bon marché que nous considérons comme acquise. De très nombreuses personnes ne savent pratiquement rien de la façon dont les aliments sont cultivés, élevés, récoltés/abattus, transformés et emballés.

Même des personnes très instruites sont incapables de reconnaître un plant de haricot vert parce qu’elles n’en ont jamais vu. Elles ne connaissent rien du sol ou de l’agriculture industrielle. Elles n’ont jamais vu de près les animaux qu’elles mangent ou ne se sont jamais occupées des animaux que les humains élèvent pour leur lait, leurs œufs et leur chair depuis des millénaires.

La plupart d’entre nous considèrent l’échelle industrielle de l’agriculture, l’abondance et le faible coût qui en résultent comme acquis, comme s’il s’agissait d’une sorte de droit inné plutôt que d’une brève période de consommation irréfléchie de ressources irremplaçables.

L’agriculture à petite échelle est financièrement difficile car elle rivalise avec l’agriculture industrielle mondiale qui tire son énergie des hydrocarbures et de la main-d’œuvre étrangère à bas prix.

Cela dit, il est possible de développer un produit de niche avec le soutien local des consommateurs et des entreprises. C’est le modèle Moitié-X, Moitié-Fermier au sujet duquel j’écris depuis des années: si au moins une personne du ménage a un emploi à temps partiel qui paie un salaire décent, le ménage peut développer une niche moins rémunératrice dans l’agriculture/élevage. Solutions pour la décroissance: Moitié-Fermier, Moitié-X (19 juillet 2014)

De nombreux éléments de l’agriculture industrielle sont très mal compris. L’expédition de fruits sur des milliers de kilomètres par fret aérien est fonction 1) du carburant pour avion ridiculement bon marché et 2) du tourisme mondial, qui remplit les avions de ligne de passagers qui subventionnent le fret aérien stocké sous leurs pieds.

Lorsque le tourisme mondial a chuté lors du confinement Covid, la capacité de fret aérien a également chuté.

Je ne peux m’empêcher de rire lorsque je lis un énième article sur un nouveau robot agricole qui remplacera la main-d’œuvre humaine, comme si la main-d’œuvre humaine représentait le principal coût de l’agriculture industrielle. (Les hydrocarbures, les engrais, le transport, les coûts de conformité, les baux fonciers et les taxes constituent tous des coûts importants).

Ce qui n’est pas dit, c’est que l’agriculture industrielle dépend du sol, des nappes aquifères d’eau douce et de la pluie. L’irrigation dépend de la pluie/neige quelque part en amont.

Lorsque le sol et les nappes aquifères seront épuisés et que les chutes de pluie deviendront sporadiques, ce robot errera dans un champ stérile, quels que soient les capteurs et autres équipements de pointe dont il sera équipé.

La production alimentaire mondiale dépend du sol et de la pluie. Les robots n’y changeront rien. Ce que peu d’entre nous, qui dépendent de l’agriculture industrielle, comprennent, c’est que celle-ci épuise les sols et draine les nappe aquifères par sa nature même, et que ces ressources ne peuvent être remplacées par la technologie. Une fois qu’elles sont épuisées, elles sont épuisées.

Le sol peut être régénéré, mais pas par les méthodes de l’agriculture industrielle – les tracteurs fonctionnant au diesel et les engrais dérivés du gaz naturel.

Peu de gens savent que la terre est elle-même vivante, et qu’une fois qu’elle est morte, plus rien ne peut y pousser. Tout ce qui pourra être extrait d’un sol appauvri sera dépourvu des micronutriments dont nous avons tous besoin: plantes, animaux et humains.

Chaque organisme est soumis à la Loi du Minimum: il est inutile d’ajouter un nutriment si tous les nutriments essentiels ne sont pas disponibles dans les bonnes proportions.

Déverser un excès d’engrais azoté sur une plante ne lui fera pas produire plus de fruits si elle ne dispose pas de suffisamment de calcium, de soufre, de magnésium, etc. Tout ce que l’on fait en déversant davantage d’engrais azotés sur le terrain, c’est empoisonner les cours d’eau à mesure que l’excès d’azote ruisselle.

L’irrigation est aussi un miracle que peu de gens comprennent. Avec le temps, les sels naturels contenus dans l’eau s’accumulent dans les sols irrigués et ceux-ci perdent leur fertilité. Plus le climat est sec, moins il y a de pluie pour extraire les sels du sol. L’irrigation n’est pas durable à long terme.

Les plantes ont besoin de conditions fiables pour atteindre leur maturité. Si une plante ou un arbre est privé d’eau et de nutriments, son système immunitaire s’affaiblit et il est plus vulnérable aux maladies et aux infestations d’insectes. Les rendements chutent s’il n’y a pas assez d’eau et de nutriments pour assurer la croissance des fruits ou des céréales.

Les conditions météorologiques extrêmes font des ravages dans l’agriculture, même dans l’agriculture industrielle. Une culture peut pousser à merveille et arriver à maturité, puis une tempête de vent ou une pluie battante [NdT. ou une inondation] peut la détruire en quelques heures.

La plupart des gens partent du principe qu’il y aura toujours une abondance de céréales (riz, blé, maïs) sans se rendre compte que la grande majorité des céréales proviennent de quelques rares endroits où les conditions sont propices à l’agriculture industrielle. Si l’un de ces quelques endroits devait subir des changements climatiques erratiques, les exportations de céréales diminueraient de façon spectaculaire.

Une fois que les céréales bon marché auront disparu, la viande bon marché disparaîtra également, car la plupart des viandes dépendent d’une alimentation à base de céréales.

La superficie nécessaire à la culture de quantités abondantes de céréales est gigantesque. Une grande partie de l’Iowa, par exemple, est constituée de champs de maïs et de soja, dont un pourcentage important sert à nourrir les animaux.

Les touristes américains s’extasient devant les fromages de chèvre artisanaux en France ou en Italie sans apprécier le travail humain nécessaire à la fabrication de ces produits artisanaux, travail qui ne peut être remplacé par des robots.

L’agriculture industrielle ne fonctionne que dans le cadre de vastes économies, à grande échelle et avec des taux d’utilisation élevés. Si le sac de 10 livres de cuisses de poulet ne coûte que 25 dollars, c’est parce que des dizaines de millions de poulets sont élevés dans des conditions industrielles soigneusement conçues et abattus/nettoyés à l’échelle industrielle.

Si le taux d’utilisation et l’échelle diminuent, l’ensemble de l’opération cesse d’être économiquement viable.

L’agriculture industrielle mondiale repose sur l’exploitation d’une main-d’œuvre bon marché et de sols qui n’ont pas encore été épuisés. C’est pourquoi la coupe à blanc de l’Amazonie est si rentable: on engage des travailleurs désespérés qui n’ont guère d’autres possibilités de gagner de l’argent, on exploite le sol jusqu’à ce qu’il devienne stérile, puis on passe à autre chose.

L’agriculture industrielle et la dépendance aux hydrocarbures bon marché suscitent de nombreux malentendus. Nombreux sont ceux qui placent leurs espoirs dans les légumes biologiques sans se rendre compte que chaque tomate biologique implique toujours 5 cuillères à café de diesel et 5 cuillères à café de kérosène si elle est cultivée à l’échelle industrielle et expédiée sur des milliers de kilomètres par avion.

Une grande partie de la planète n’est pas propice à l’agriculture à haut rendement. Le sol y est infertile ou épuisé, et le restaurer demande un patient processus d’investissement de plusieurs années ou décennies, non rentable à l’échelle industrielle.

En tant que moyen de gagner de l’argent, la production localisée ne peut rivaliser avec l’agriculture industrielle. Mais ce n’est pas l’objectif. L’objectif est de remplacer la dépendance à l’égard de l’agriculture industrielle par notre propre production, beaucoup plus petite et optimisée pour notre région, et de dégager un excédent qui contribue à nourrir notre réseau de confiance composé de notre famille, de nos amis et de nos voisins.

Alors que l’agriculture industrielle épuise les derniers sols et les dernières nappes aquifères, que les hydrocarbures et les engrais minéraux deviennent coûteux, et que le changement climatique perturbe les plus de 50 ans de conditions météorologiques relativement douces et fiables dont nous avons bénéficié, la nourriture bon marché disparaîtra.

Une fois que l’échelle et les taux d’utilisation auront diminué, l’agriculture industrielle ne sera plus viable sur le plan économique et environnemental. Cette dépendance à l’égard de l’échelle et des taux d’utilisation est mal comprise. Nous supposons que quelqu’un continuera à cultiver notre nourriture à grande échelle, quelles que soient les autres conditions, mais toute activité doit être viable sur le plan financier et environnemental, sinon elle disparaît.

Avec le déclin de l’agriculture industrielle, la nourriture deviendra beaucoup plus chère: même au double du prix, elle resterait bon marché par rapport à ce qu’elle pourrait coûter à l’avenir.

En raison de notre dépendance à l’égard de l’agriculture industrielle, nous avons oublié à quel point la production alimentaire localisée (artisanale) peut être productive. Les petites exploitations en phase avec le terroir peuvent produire une étonnante quantité de nourriture.

L’avenir d’une alimentation durable, abordable et nutritive réside dans une production localisée optimisée pour ce qui pousse bien sans intervention industrielle. La satisfaction et le bien-être que génère ce lien avec la terre et la nature sont sous-estimés. Ce n’est pas par hasard que les personnes en bonne santé qui vivent longtemps – par exemple, les habitants des zones bleues d’Okinawa et les insulaires grecs – prennent soin de leurs jardins et de leurs animaux, et partagent le fruit de leur travail avec leurs familles, leurs amis et leurs voisins.

C’est amusant et gratifiant de faire pousser des aliments. Cela peut même devenir important. Ceux qui sont incapables de cultiver la moindre nourriture feraient bien de se lier d’amitié avec ceux qui le peuvent.

L’objectif n’est pas de remplacer l’agriculture industrielle. L’objectif est de réduire notre dépendance à l’égard de systèmes mondiaux non durables en redynamisant la production locale.

Pourquoi certaines villes pourraient ne plus être viables – par Charles Hugh Smith.

Je publie deux papiers de Charles Hugh Smith en commençant par celui-ci, qui parle d’hyper-financiarisation. Commençons par nous pencher sur la définition de la financiarisation. Comme d’habitude, le principe de base est vraiment très simple et il n’est pas nécessaire d’être un « expert » pour le comprendre. Celle de Wikipedia et cet article très clair de Julia Posca en donnent un bon résumé. Ce qu’il y manque, c’est son incarnation présente, l’hyper-financiarisation, dont le Grand Reset est un élément clé.

Le problème de la financiarisation se pose que dès que les besoins humains de base sont satisfaits. A cause de sa nature essentiellement prédatrice, la finance doit créer de nouvelles valeurs sur lesquelles appuyer ses produits financiers et pérenniser sa mainmise sur ses valeurs déjà acquises. Une fois phagocytés les secteurs de production à travers leur soumission à l’actionnariat, les secteurs publics et structurels à travers leur privatisation, les fonds publics (pension, sécurité sociale, etc.) à travers leur mise sur les marchés financiers et les économies d’état à travers leur devoir de « rentabilisation », de nouveaux secteurs sont créés, qui n’ont, dans le meilleur des cas, strictement plus rien à voir avec les besoins de la société humaine. C’est l’hyper-financiarisation.

Comme je l’ai écrit ici, le Grand Reset n’est rien d’autre qu’un projet d’ajustement structurel au niveau mondial, dont l’objectif est de créer ce nouveau marché et ces nouvelles valeurs financières par le biais de l’Internet des Objets, de l’Internet des Corps, de la confiscation des systèmes écologiques. L’opération de guerre biologique Covid/injections a servi à accélérer ce processus, relayé et complété par l’opération « réchauffement climatique ». Elles font toutes deux partie d’une manoeuvre vitale pour la finance, qui lui sert non seulement à augmenter et consolider son hégémonie à travers le pouvoir grandissant des grands conglomérats industriels mais surtout à maintenir la structure du système qui garantit son existence même, avec la complicité de la majorité des gouvernements, sujet sur lequel je reviendrai prochainement.

Source.


Pourquoi certaines villes pourraient ne plus être viables

6 septembre 2022

Toute ville dont la survie dépend au final de l’hypermondialisation et de l’hyperfinancialisation finira par ne plus être viable.

La migration humaine des campagnes vers les villes est une caractéristique durable de la civilisation. Les villes concentrent la richesse, la productivité et le pouvoir, et sont donc des aimants pour le talent et le capital, offrant aux nouveaux arrivants les meilleures opportunités.

Les villes sont performantes, car elles concentrent la population, la productivité et la création de richesse dans de petites zones. Les bidonvilles et les ateliers clandestins sont extrêmement rentables, et il est beaucoup plus efficace d’entasser les gens dans des centres de production que de disperser les gens et la production à la campagne.

Les villes sont généralement nées autour de ports côtiers, de rivières navigables ou au confluent de routes commerciales terrestres, car ces centres permettaient un commerce rentable et le transport de marchandises protégées par des barrières défendables.

En somme, les villes offraient des avantages incomparables par rapport aux établissements, au commerce et à la production plus largement disséminés. Compte tenu de leur emplacement généralement stratégique et de leur domination régionale, elles ont tendu à devenir des centres politiques, militaires et culturels ainsi que des poids lourds économiques/financiers.

Mais la nature des villes a changé, tout comme leur viabilité en tant qu’aimants pour les talents et les capitaux. J’ai récemment discuté de ces changements avec mon correspondant de longue date, T.D., qui a résumé succinctement les fondements économiques de la ville de New York – un ensemble de dynamiques qui s’applique d’une manière ou d’une autre à pratiquement toutes les grandes villes du monde: les villes sont des centres de transport/de valeur ajoutée.

« Avec la création du canal Érié, New York est devenue un port et une ville majeurs, un lieu où la main-d’œuvre immigrée bon marché et les précurseurs de toutes sortes de produits pouvaient être immédiatement rassemblés de manière à apporter une valeur ajoutée par leur finition en produit manufacturé, expédié ensuite de manière rentable. »

Ces fondements économiques de longue date ont commencé à changer dans les années 1970. Les bidonvilles et l’industrie manufacturière ont été jugés indésirables pour des raisons environnementales et esthétiques, et la mondialisation a commencé à réduire l’activité manufacturière dans les zones urbaines coûteuses, la production étant délocalisée dans des régions où les coûts sont moindres.

L’autre dynamique fondamentale de ces 40 dernières années, la financiarisation, a remplacé le commerce et les biens à valeur ajoutée par des instruments et des services financiers à valeur ajoutée. Au fur et à mesure que la mondialisation et la financiarisation se transformaient en hypermondialisation et en hyperfinancialisation, les villes sont devenues des aimants pour la spéculation immobilière, le capital mondial à la recherche d’un endroit sûr où placer son argent, les soins de santé et l’enseignement supérieur, la consommation ostentatoire visant à affirmer son statut social et le divertissement, c’est-à-dire la vie agréable autour des diverses attractions culturelles, des quartiers, des lieux de spectacle, des cafés, des bars et de la vie nocturne, qui constituent le fondement du tourisme mondial, désormais principale industrie de nombreuses villes.

Le passage à la finance a alimenté à la fois la spéculation et la consommation. Les villes sont passées de centres de fabrication et de commerce à valeur ajoutée à des transactions financières et à la création d’instruments financiers, des évolutions qui ont permis et développé une série de bulles spéculatives toujours plus grandes.

Les villes ont toujours été plus chères que les campagnes, mais l’hyperfinancialisation a fait grimper les coûts urbains au point que seuls les 10 ou 20% les plus riches peuvent posséder leur propre maison et s’offrir toutes les commodités que la ville a à offrir sans avoir recours à la richesse familiale ou aux gains spéculatifs accumulés en jouant les jeux de l’hyperfinancialisation.

L’une des causes de l’augmentation des coûts est que les villes sont des aimants pour la corruption, les opérations d’initiés et les quasi-monopoles, car l’agrégation de l’argent et du pouvoir rend irrésistibles les récompenses du marché en libre-service des initiés. Toutes ces formes d’écrémage augmentent les coûts sans apporter la moindre valeur ajoutée aux résidents ou aux entreprises.

Pire encore, elles érodent la compétence et la responsabilité, car l’essence du marché en libre-service des initiés est l’élimination de la responsabilité, de sorte que la corruption de faible niveau et l’incompétence ne peuvent être endiguées. Les initiés ont les coudées franches pour exploiter leur accès aux énormes flux d’argent et de pouvoir qui s’écoulent dans toutes les grandes villes.

Comme l’explique T.D., l’industrie à grande échelle est la seule force suffisamment puissante pour exiger des gouvernements municipaux qu’ils soient compétents et responsables. Le contingent actuel de ce qui est considéré comme une « industrie » – tourisme, hôpitaux, universités, musées, etc. – ne peut pas brandir la menace de quitter les lieux, car sa propre existence dépend de la ville. Aucun de ces acteurs ne dispose d’un pouvoir politique suffisant pour mettre un frein à la corruption et à l’incompétence.

Dès lors que les infrastructures d’énergie, d’eau, de gestion des déchets et de transport se sont dégradées au point de ne plus fonctionner, l’industrie aurait pu intervenir et exiger des compétences managériales pour les réparer, car elle aurait eu besoin de ces systèmes pour survivre. Les doléances des industries de services hautement segmentées ne semblent pas jouir du même pouvoir ou de la même urgence.

Quant à la finance, elle est déjà mondiale, et elle adapte son empreinte aux flux de capitaux qui transitent par la ville, ainsi qu’à ses coûts et à ses commodités. Si l’un de ces facteurs ne va pas dans le bon sens, la finance abandonnera la ville en une Minute de New York [NdT. expression américaine inventée au Texas à la fin des années 1960, qui fait référence au rythme effréné des New-Yorkais – un New-Yorkais fait en un instant ce qu’un Texan ferait en une minute entière]

En effet, la mondialisation et la financiarisation ont évidé les fondements économiques traditionnels des villes au profit des services et des loisirs qui dépendent des gains spéculatifs de la financiarisation. Si le flot de richesses généré par l’hyper-financiarisation incessante atteint son zénith et s’effondre, les villes perdront leur source de richesse et de revenus, alors même que leurs compétences en matière de gestion auront été érodées par le succès même de la financiarisation à générer des flux d’argent vertigineux.

Face à un flot d’argent toujours plus important, on pourra se passer de la compétence et de la responsabilité. Si le flux d’argent continue de croître, des simulacres de responsabilité et de compétence feront l’affaire.

Mais lorsque le flot d’argent se tarit et que la ville a besoin de compétences administratives et de responsabilité pour réussir à s’adapter, celles-ci se seront dégradées au point que personne au pouvoir ne possède d’expérience autre que celle d’un flot d’argent en constante augmentation.

En d’autres termes, les « performances » de la ville dépendent désormais de l’expansion permanente de l’hyper-mondialisation et de l’hyper-financiarisation, qui sont toutes deux de plus en plus vulnérables à la dégradation, à la contraction ou à l’effondrement.

Toute ville dont la survie dépend au final de l’hyper-mondialisation et de l’hyper-financiarisation finira par ne plus être viable. La non-viabilité du modèle urbain mondialisé et financiarisé est actuellement considérée comme « impossible ». Rendez-vous aux alentours de 2030 pour rendre compte des effets de second ordre de la disparition de la mondialisation et de la financiarisation. L’un de ces effets pourrait être une inversion de la migration humaine, les gens quittant en masse les zones urbaines, qui ne seront plus viables.

Doug Casey évoque la démolition contrôlée des approvisionnements alimentaires et énergétiques.

Je publie ceci entre deux articles de la série « climat » par John Dee, qui reprend juste après.

Doug Casey est conseiller en investissement. Vous trouverez son pédigrée ci-dessous.

Auteur de best-sellers, spéculateur de renommée mondiale et philosophe libertaire, Doug Casey s’est forgé une réputation bien méritée pour ses réflexions érudites (et souvent controversées) sur la politique, l’économie et les marchés d’investissement.

Doug est largement reconnu comme l’une des autorités les plus éminentes en matière de « spéculation rationnelle », notamment dans le secteur à fort potentiel des ressources naturelles.

Doug a écrit un véritable classique sur la manière de tirer profit des périodes de turbulences économiques: son livre « Crisis Investing » est resté plusieurs semaines en tête de la liste des best-sellers du New York Times et est devenu le livre financier le plus vendu de l’année 1980 avec 438 640 exemplaires vendus, dépassant des auteurs prestigieux comme « Free to Choose » de Milton Friedman, « The Real War » de Richard Nixon et « Cosmos » de Carl Sagan.

Doug a ensuite battu un nouveau record avec son livre suivant, « Strategic Investing », en percevant la plus grosse avance jamais versée pour un livre financier à l’époque. Fait intéressant, le livre de Doug, « The International Man, » a été le livre le plus vendu de l’histoire de la Rhodésie. Ses publications les plus récentes, « Totally Incorrect » et « Right on the Money », poursuivent la même tradition de contestation de l’étatisme et de défense de la liberté et des marchés libres.

Il a été l’invité de centaines d’émissions de radio et de télévision, dont David Letterman, Merv Griffin, Charlie Rose, Phil Donahue, Regis Philbin, Maury Povich, NBC News et CNN; il a fait l’objet de nombreux articles dans des périodiques tels que Time, Forbes, People et le Washington Post; et il est régulièrement invité comme orateur principal au FreedomFest, le plus grand rassemblement mondial d’esprits libres.

Doug a vécu dans 10 pays et en a visité plus de 175. Il passe actuellement le plus clair de son temps en Argentine et en Uruguay, et voyage dans divers trous à rats dysfonctionnels.

Aujourd’hui, vous le trouverez probablement à La Estancia de Cafayate, une oasis nichée dans les hautes montagnes rouges à l’extérieur de Salta, en Argentine. Cafayate rappelle la beauté isolée de Bryce Canyon, dans l’Utah, combinée aux vignobles luxuriants de Napa Valley. Ses habitants jouissent de libertés économiques et sociales que l’on ne trouve pas aux États-Unis et profitent de quelques-uns des meilleurs vins et terrains de golf de la planète.

M. Casey va donc se payer (pas cher) du bon temps en Argentine, pays qui lutte depuis longtemps et très mal contre la misère. Si j’étais mauvais esprit, je ferais la comparaison avec l’époque où les américains un peu fortunés – et les agents du Renseignement – allaient se faire machouiller le cigare par des pauvresses à Cuba, « marché libre » auquel mit fin en 1959 le papa de Justin Trudeau en convertissant ce lupanar en enfer communiste – on pourrait y voir une prédisposition héréditaire.

M. Casey, fidèle à son rôle de conseiller en investissement, analyse et détaille les risques et tendances généraux de la société et recommande à ses clients de la classe moyenne supérieure le moyen de tirer un maximum de profit des « crises ». Si j’étais mauvais esprit, je ferais la comparaison avec le rôle qu’assume Klaus Schwab auprès de ses clients milliardaires, qui ont comme vous le savez énormément profité de l’opération Covid et continuent avec l’opération énergie/agriculture – au détriment des clients de M. Casey, d’ailleurs.

Mais je ne suis pas mauvais esprit et je publie donc les écrits de cet « Homme International » – et de ses confrères, Chris MacIntosh (ici, ici et ici), Catherine Austin Fitts (ici, ici, ici), Charles Hugh Smith (ici, ici, ici, ici, ici et ici) – me servant ainsi de la critique (valide) du système étatique par un de ses opposants, tout comme je me sers de la critique (valide) de l’Occident par un défenseur du système chinois, Matthew Ehret (ici, ici, et ici). En passant, si c’est d’un économiste que vous voulez l’avis, il y a Ernst Wolff (ici, ici, ici et ici). Quel que soit leur divers avis, gardons à l’esprit qu’un système reste un système, qu’il ne sert qu’à lui-même et aux gens pragmatiques qui n’ont aucun scrupule à en tirer profit, au détriment d’autres si nécessaire.

Enfin, je ne suis pas conseiller en investissement mais je vous recommande tout de même (gratuitement) d’investir sans plus tarder dans votre infrastructure énergétique et dans d’autres produits de première nécessité. Celui qui pense encore que l’or ou le franc suisse sont des valeurs refuges vit dans un monde très illusoire où on ne connaît ni la faim ni le froid.

Ou alors il joue au golf en Argentine.

Source.


Doug Casey évoque la démolition contrôlée des approvisionnements alimentaires et énergétiques

International Man: La Russie est l’un des plus grands producteurs d’engrais au monde, et les tensions actuelles avec les États-Unis et l’Union Européenne perturbent leur approvisionnement.

En outre, il semble qu’il existe une volonté délibérée de saboter l’industrie agricole mondiale.

Par exemple, aux Pays-Bas, le gouvernement restreint l’utilisation des engrais azotés sous le prétexte ridicule de lutter contre le « changement climatique ». Les agriculteurs néerlandais ont protesté contre ces mesures car ils estiment qu’elles détruiront leurs moyens de subsistance et provoqueront des pénuries alimentaires.

Au Canada, le gouvernement Trudeau a annoncé une politique similaire. D’autres gouvernements suivront probablement.

Que pensez-vous de tout ceci? S’agit-il d’un projet délibéré visant à perturber l’approvisionnement alimentaire?

Doug Casey: Ce mème circule, ainsi que trois autres mèmes similaires, depuis quelques années.

C’est comme si les gouvernements du monde entier avaient décidé de lâcher les quatre cavaliers de l’Apocalypse (Pestilence, Guerre, Famine et Conquête). On peut assimiler l’hystérie du Covid et la folie du Vaccin qui a suivi à la Pestilence. Il y a de fortes chances que la guerre par procuration menée par les États-Unis contre la Russie en Ukraine s’aggrave considérablement. La hausse vertigineuse des prix des matières premières causée par l’inflation des banques centrales et les diktats des États provoquera la Famine dans les pays pauvres. Quant au Quatrième Cavalier, la Conquête ? On peut le mieux le qualifier comme le pouvoir de l’État. Celui des rois et des dirigeants, bien sûr, mais il se manifeste aujourd’hui sous la forme de socialisme et d’autoritarisme. Nous sommes dans une période difficile. Les Quatre Cavaliers sont en selle.

Mais penchons-nous sur la Famine. Peu de gens ont conscience qu’avant la Révolution Industrielle, qui n’a commencé qu’au XIXe siècle, le monde vivait en permanence à la limite de la famine collective. Les privations et la faim étaient courantes. Hobbes avait raison lorsqu’il disait que la vie était « solitaire, pauvre, méchante, brutale et courte ». La Révolution Industrielle, alimentée par le charbon puis le pétrole, a changé la nature même de la vie. La nourriture est devenue abondante et se vend aujourd’hui, et de loin, au prix le plus bas de l’histoire.

Tout ça pourrait bien changer. Les prix des produits de base comme le blé, le soja et le maïs ont doublé au cours des deux dernières années, mais pas les revenus. Je doute qu’il s’agisse simplement d’une fluctuation cyclique auto-ajustée. C’est beaucoup plus grave.

Alors que se passe-t-il? Quelle est la cause profonde de tout ça?

La grande hystérie du Covid a été le catalyseur qui a mis en branle le « Grand Reset » du FEM. Même si la grippe elle-même s’est révélée être un grand rien du tout, elle a provoqué un effondrement de l’activité économique. La République Socialiste Démocratique du Sri Lanka, un endroit auquel on pense rarement, a semble t-il ouvert la voie. Ses dirigeants ont décidé d’en faire le pays le plus conforme aux normes ESG au monde au moment même où le tourisme s’effondrait à cause de l’hystérie de la pandémie. Le gouvernement a interdit les engrais importés en 2021, et la production de thé et de riz s’est effondrée de 50%. Le Sri Lanka a fait la une des journaux en raison de l’ampleur de la catastrophe qu’il a lui-même provoquée. Je me demande, puisque le Sri Lanka est une île avec un gouvernement très autoritaire, s’il ne s’agissait pas d’une expérience pour voir ce qui se passe lorsqu’on coupe tout approvisionnement en engrais et qu’on crée une crise agricole dans un pays. Ça semble fou? C’est une vraie question. C’est fou, mais c’est exactement ce qui s’est passé.

Est-il possible que l’élite mondiale ait décidé, entre elle-même, qu’il y a trop de gens dans le monde et que trop d’entre eux sont ce que l’intellectuel de cour du FEM, Yuval Noah Harari, a appelé des « bouches inutiles »? À quelques exceptions près, tous les dirigeants du monde sont membres du Forum Economique Mondial. Ils ont tous des intérêts communs, partagent la même philosophie élitiste/collectiviste, se promeuvent mutuellement et ont une ligne de parti commune.

L’élite est responsable des problèmes que nous connaissons actuellement, le lâcher des Quatre Cavaliers.

Ce n’est pas une théorie de la conspiration. C’est juste la reconnaissance du fait que les gens qui se ressemblent s’assemblent. Et une fois que les membres de l’élite acquièrent une influence internationale ou contrôlent un gouvernement, ils forment une « classe ».

Je déteste parler d’intérêts de classe comme un marxiste, mais c’est vrai. Les personnes qui dirigent la plupart des gouvernements sont beaucoup plus loyales envers leur classe – l’élite internationale – qu’envers leurs électeurs ou leurs compatriotes.

Ils partagent les mêmes idées. Ils ont fréquenté les mêmes écoles, ils sont membres des mêmes clubs, ils lisent les mêmes livres, ils assistent aux mêmes conférences, ils ont la même vision du monde et deviennent les amis les uns des autres. Ils sont influencés par les mêmes personnes. Ce qui se passe en ce moment n’est donc pas un simple accident.

International Man: Le régime Biden a récemment adopté la loi sur la réduction de l’inflation. Il vise à réduire l’inflation en créant davantage d’inflation.

Une grande partie de ce projet de loi de dépenses orwellien comprend un montant astronomique de 369 milliards de dollars pour des gaspillages relatifs au « changement climatique. »

Qu’en pensez-vous?

Doug Casey: Les noms des lois dans le monde orwellien d’aujourd’hui cache exactement le contraire de ce qu’elles prétendent faire.

Les milliers de milliards de dépenses publiques auxquels nous avons assisté ces dernières années sont l’application pratique de la Théorie Monétaire Moderne (TMM). Cette théorie a surgi de nulle part comme un mème il y a quelques années. Mais elle n’a jamais vraiment pris, peut-être parce que la théorie elle-même est trop scandaleuse et radicale.

La « loi sur la réduction de l’inflation » est l’application pratique de la TMM. Qu’est-ce que cela signifie?

Cela signifie que les centaines de milliards de dollars que le régime Biden s’est autorisé à dépenser passeront par le haut de l’entonnoir. Tout ira aux personnes qu’ils favorisent, aux projets qu’ils favorisent, et aux idées qu’ils favorisent. Une énorme quantité d’argent est donnée à l’élite et aux personnes qui suivent la ligne.

Mais comment cet immense cadeau est-il censé réduire l’inflation, en théorie?

Selon la TMM, le gouvernement peut contrer les effets de l’augmentation de la masse monétaire en la retirant de l’économie par le biais de taxes. Mais qui va payer ces impôts? Les éléments de la société qui ne sont pas à leur goût. Des personnes qu’ils considèrent comme inutiles, politiquement peu fiables ou déplorables.

Dans le monde d’aujourd’hui, les impôts sont principalement payés par les membres de la classe moyenne. Les personnes des classes inférieures ne paient pas d’impôts sur le revenu. Les impôts ne concernent pas vraiment les classes supérieures, si ce n’est que ce sont elles qui recevront la majeure partie de l’argent de la TMM. C’est la classe moyenne qui sera taxée afin de prélever l’argent qui arrive par le haut de l’entonnoir.

La théorie est que les 400 milliards de dollars autorisés par le projet de loi aboutiront dans la société là où l’élite le prévoit. Puis 400 milliards seront retirés par le biais des impôts des classes moyennes, grâce à la nomination de 87 000 nouveaux agents de l’IRS [NdT. armés]. Voilà exactement ce qu’ils vont faire, et c’est exactement ce que prévoit la TMM.

L’État met de l’argent en haut de l’échelle, dans des secteurs « judicieux », et il extrait de l’économie l’argent des secteurs et des personnes qu’il ne juge pas dignes d’intérêt. C’est la façon catastrophiquement dangereuse par laquelle le gouvernement capture et manipule totalement l’économie. Voilà ce qu’est en réalité la Loi sur la Réduction de l’Inflation, ainsi nommée de façon perverse.

Et ils le feront sans en avoir l’air. C’est diaboliquement intelligent.

International Man: Le gouvernement américain a considérablement épuisé ses réserves stratégiques de pétrole ces derniers temps. Dans le même temps, l’administration Biden a rendu la tâche difficile aux producteurs de pétrole et de gaz aux États-Unis.

Qu’est-ce qui se passe?

Doug Casey: Tout d’abord, je suis opposé à toute réserve stratégique de pétrole gérée par le gouvernement américain. Outre le fait que cela revient à ce que le gouvernement spécule sur les matières premières, cela donne beaucoup de pouvoir supplémentaire à l’Etat et aux bureaucrates qui le contrôlent. Des réserves pétrolières adéquates sont quelque chose que le marché pourrait faire, devrait faire, et ferait – si nous avions un marché libre sans restriction. Ce qui n’est pas le cas.

Les entrepreneurs, les compagnies pétrolières et les spéculateurs privés sont infiniment plus à même de déterminer si le pétrole sera en pénurie ou en surabondance. La dépréciation du dollar par le gouvernement fait du mal au citoyen moyen, mais le citoyen moyen vote. Et il rejette stupidement la responsabilité de l’inflation sur les producteurs de pétrole – les entreprises mêmes qui luttent contre les effets de l’inflation.

Bien sûr, les Bidenistas [NdT. néologisme bâti sur « Biden » et « sandinista », les commandos marxistes du Nicaragua] souhaitent que le prix du pétrole soit aussi bas que possible avant l’élection. Ils se dépeignent comme les gentils et les producteurs de pétrole comme les méchants. Ils tentent de réduire les effets de l’inflation en rendant le pétrole plus disponible. Mais une fois les réserves épuisées, que se passera-t-il?

L’élite déteste profondément les combustibles fossiles. Ils détestent le charbon, le pétrole, le gaz et l’uranium parce que ceux-ci ont donné du pouvoir à l’homme du peuple depuis le début de la révolution industrielle. Ils ne veulent pas voir plus d’énergie produite, ils veulent voir l’énergie conservée, puis allouée selon des critères idéologiques, pas économiques. Mais c’est le marché libre, et non pas eux, qui devrait décider s’il est judicieux de conserver l’énergie ou non.

Ils détestent l’industrie des combustibles fossiles et veulent diriger les capitaux vers les technologies dites vertes, essentiellement le solaire et les éoliennes.

Comme je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, il n’y a rien de mal à utiliser ces formes dites alternatives de production d’énergie dans certains endroits et à certains moments. Mais en tant que source de production massive d’énergie, elles n’ont aucun sens. Elles sont un désastre en devenir et totalement inappropriées pour une économie industrielle prospère. Ces idiots jouent avec le feu à l’échelle mondiale.

L’agenda du changement climatique est une autre forme de contrôle psychologique de masse. Plus l’élite crée de la peur et de l’hystérie, plus elle a de contrôle. Le peuple, qui a subi un lavage de cerveau, implorera la venue d’un homme fort qui promettra de tout remettre en ordre.

Le fait est qu’il y a de très nombreuses décennies de pétrole, de gaz, de charbon et d’énergie nucléaire disponibles. Les nouvelles technologies finiront par remplacer la plupart d’entre elles, tout comme le moteur à combustion interne a remplacé le cheval et l’électricité le bois il y a 100 ans. L’âge de pierre n’a pas pris fin parce que nous avons manqué de pierres, et l’âge des combustibles fossiles ne prendra pas fin parce que nous aurons épuisé nos combustibles fossiles. Mais essayer de les imposer pour des raisons politiques et idéologiques risque fort de faire s’effondrer complètement l’économie.

International Man: De même, l’Union Européenne met en place des politiques autodestructrices qui menacent de détruire sa sécurité alimentaire et énergétique.

Il semble que les gouvernements occidentaux sabotent délibérément leurs économies. Que se passe-t-il au juste?

Doug Casey: C’est comme si on assistait à la démolition contrôlée d’un bâtiment sous nos yeux. Ces gens ont déclaré la guerre à la civilisation occidentale. La libération des Quatre Cavaliers pourrait provoquer ce qui équivaut à un nouvel âge des ténèbres.

L’élite mondiale se pense vraiment différente, meilleure et plus sage que la plèbe. Ils sont devenus si audacieux qu’ils expliquent en fait ce qu’ils font. Ils croient en l’autoritarisme parce qu’ils pensent qu’ils sont ceux qui devraient être au sommet. Ils ne comprennent pas l’économie, l’histoire, la science ou la technologie, mais ils aiment être au sommet.

Ils tentent de justifier ce qu’ils font. Pour avoir l’air intelligent, ils disent : « Nous allons traverser des périodes inévitablement difficiles. Nous allons avoir des hivers froids. Nous allons avoir des pénuries alimentaires. » Je présume qu’ils peuvent présenter les choses en leur faveur, afin de paraître sages pour avoir perçu ces choses à l’avance et les avoir prédites – mais il est assez facile de prédire quelque chose que l’on cause.

La question est celle de l’effondrement croissant de la civilisation occidentale, que ces gens considèrent comme maléfique. À ce stade, les États-Unis sont le dernier véritable bastion de la civilisation occidentale. Mais les Jacobins contrôlent maintenant l’appareil d’État aux États-Unis, et ils ne lâcheront pas le pouvoir facilement.

L’Europe occidentale a totalement basculé. Elle est totalement contrôlée par l’idéologie socialiste. Il faut donc s’attendre à davantage de contrôles, de lois et de réglementations à l’approche de la gigantesque crise financière et économique qui s’annonce. Ça n’arrivera plus dans un avenir théorique. C’est une question de quelques semaines ou quelques mois.

International Man: Que peut faire le citoyen moyen pour se protéger – et protéger son argent – des conséquences de ces mesures destructrices?

Doug Casey: Au fur et à mesure que la Grande Dépression s’aggrave, l’homme moyen réclamera à cor et à cri que quelqu’un résolve ses problèmes. Le public exigera davantage de contrôles. Environ la moitié du pays a voté pour les Bidenistas, et dans son récent discours, Biden a pratiquement déclaré la guerre à l’autre moitié du pays. C’est comme si Biden avait décidé qu’il voulait, lui aussi, être un président de guerre, comme le criminellement stupide Baby Bush. Sauf que Biden pourrait finir par être un président de guerre civile.

Que peut-on faire face à cela?

On peut tout simplement ne pas jouer le jeu. Comme Timothy Leary [NdT. le « pape du LSD » qui travaillait en fait pour la CIA] l’a dit dans un autre contexte, « Allumez, écoutez, laissez tomber. » Vous pouvez peut-être suivre l’exemple des Amish, mais je ne pense pas qu’ils laisseront qui que ce soit tranquille; au mieux, vous serez laissé pour compte. Ou peut-être pouvez-vous agir comme Rhett Butler dans « Autant en emporte le vent » et vous écarter du chemin des imbéciles.

Une chose semble certaine: nous sommes confrontés à un tournant majeur de l’histoire mondiale. C’est très grave.

Que va-t-il se passer précisément? Que va faire l’élite, et que va faire le public en retour? C’est un jeu de devinettes complexe, comme de prédire le prochain tour d’un kaléidoscope.

Pour l’instant, je parie sur les matières premières en général. Elles sont très bon marché par rapport à tous les autres actifs financiers. Il y aura des pénuries du fait de ce que les élites accomplissent avec des mesures telles que l’ESG (Environnement, Social et Gouvernance) et la DEI (Diversité, équité et inclusion) et de leur attitude générale envers le commerce, le capital privé et l’esprit d’entreprise.

Achetez de l’or, de l’argent et de l’énergie, tout en cherchant des endroits avisés pour spéculer. Ils existent.

Tenez compte de l’expression française « sauve qui peut », c’est-à-dire que celui qui peut se sauvera lui-même. Telle est la situation alors que nous nous dirigeons vers un chaos économique, financier, politique et social croissant.

La prise de contrôle sur la nature par Wall Street se poursuit grâce au lancement d’une nouvelle classe d’actifs – par Whitney Webb.

Un excellent (comme toujours) article de Whitney Webb, pas outrageusement long. Désolé de ne l’avoir pas traduit avant, je l’avais loupé.

Comme je l’affirmais ici, il s’agit bel et bien d’un ajustement structurel de la société entière, et même de la planète entière, avec comme objectif explicitement annoncé ici par les intéressés le retour sur investissement.

En clair, après vous avoir confisqué la Terre, ces vieux cons malades vous parqueront dans des prisons digitales, comme celle-ci (regardez, ça vaut la peine), une actualisation du Projet Vénus, dont je parlais il y a exactement deux ans et un mois. Et ils liquideront les anciens peuples, histoire de vous faire passer le goût du retour à la Nature, comme Derrick Jensen l’expliquait ici.

Alors, il vous plaît, le Nouveau Normal?

Source.


Traduction

La prise de contrôle sur la nature par Wall Street se poursuit grâce au lancement d’une nouvelle classe d’actifs

Un projet du système bancaire multilatéral de développement, de la Fondation Rockefeller et de la Bourse de New York a récemment créé une nouvelle classe d’actifs qui mettra en vente, sous couvert de promouvoir la « durabilité », non seulement le monde naturel, mais aussi les processus qui sous-tendent toute vie.

par Whitney Webb

13 octobre 2021

Le mois dernier, la Bourse de New York a annoncé qu’elle avait mis au point une nouvelle catégorie d’actifs et le véhicule de cotation correspondant, destinés à « préserver et restaurer les actifs naturels qui, en fin de compte, sous-tendent la possibilité de vie sur Terre ». Appelé société d’actifs naturels (Natural Asset Company, ou NAC), ce véhicule permettra la création de sociétés spécialisées « qui détiendront les droits sur les services écosystémiques produits sur une parcelle de terre donnée, des services tels que la séquestration du carbone [NdT. comme cette brillante idée, très écologique] ou l’eau propre ». Ces NAC entretiendront, géreront et développeront les actifs naturels qu’elles commercialiseront, dans le but de maximiser les aspects des actifs naturels jugés rentables par la société.

Bien que décrites comme agissant comme « toute autre entité » à la Bourse de New York, il est allégué que les NAC « utiliseront les fonds pour aider à préserver une forêt tropicale ou entreprendre d’autres activités de conservation, comme le fait de changer les pratiques de production agricole conventionnelles d’une ferme ». Pourtant, comme expliqué vers la fin de cet article, même les créateurs des NAC admettent que leur but ultime est d’extraire des profits quasi infinis des processus naturels qu’ils cherchent à quantifier puis à monétiser.

Le directeur des opérations de la Bourse de New York, Michael Blaugrund, y a fait allusion dans ce qu’il a déclaré ce qui suit au sujet du lancement des NAC: « Notre espoir est que la possession d’une société d’actifs naturels sera un moyen pour un éventail de plus en plus large d’investisseurs d’avoir la possibilité d’investir dans quelque chose qui a une valeur intrinsèque, mais qui, jusqu’à présent, était en fait exclu des marchés financiers. »

Dans le cadre d’un discours noble sur la « durabilité » et la « conservation », les rapports médiatiques sur l’initiative dans des médias tels que Fortune n’ont pas pu éviter de noter que les NAC ouvrent les portes à « une nouvelle forme d’investissement durable » qui « a enthousiasmé des gens comme le PDG de BlackRock, Larry Fink, au cours des dernières années, même s’il reste de grandes questions sans réponse à ce sujet ». Fink, l’un des oligarques financiers les plus puissants du monde, est et a longtemps été un pilleur d’entreprises, pas un écologiste, et son enthousiasme pour les NAC devrait faire s’interroger même ses partisans les plus enthousiastes sur le fait que cette entreprise aie vraiment pour but de faire progresser la conservation, comme on le prétend.

La mission de l’IEG se concentre sur « la création d’une nouvelle classe d’actifs basée sur les actifs naturels et le mécanisme permettant de les convertir en capital financier. » « Ces actifs », déclare l’IEG, rendent « la vie sur Terre possible et agréable… Ils comprennent les systèmes biologiques qui fournissent de l’air pur, de l’eau, des aliments, des médicaments, un climat stable, la santé humaine et le potentiel sociétal. »

En d’autres termes, les NAC permettront non seulement de transformer en actifs financiers les écosystèmes, mais aussi les droits aux « services écosystémiques », ou les avantages que les gens reçoivent de la nature. Il s’agit notamment de la production alimentaire, du tourisme, de l’eau potable, de la biodiversité, de la pollinisation, de la séquestration du carbone et bien plus encore. L’IEG travaille actuellement en partenariat avec le gouvernement du Costa Rica pour piloter ses actions en matière de NAC dans ce pays. La Ministre de l’Environnement et de l’Energie du Costa Rica, Andrea Meza Murillo, a déclaré que le projet pilote avec l’IEG « permettra d’approfondir l’analyse économique de la valeur économique de la nature, ainsi que de continuer à mobiliser des flux financiers pour la conservation ».

Avec les NAC, la Bourse de New York et l’IEG mettent désormais en vente la totalité de la nature. Bien qu’ils affirment que cela permettra de « transformer notre économie en une économie plus équitable, résiliente et durable », il est clair que les futurs « propriétaires » de la nature et des processus naturels seront les seuls véritables bénéficiaires.

Selon l’IEG, les NAC commencent par l’identification d’un actif naturel, tel qu’une forêt ou un lac, qui est ensuite quantifié à l’aide de protocoles spécifiques. De tels protocoles ont déjà été élaborés par des groupes connexes tels que la Capitals Coalition, qui est associée à plusieurs partenaires de l’IEG ainsi qu’au Forum Economique Mondial et à diverses coalitions de sociétés multinationales. Ensuite, un NAC est créé et la structure de l’entreprise décide qui a les droits sur la productivité de cet actif naturel ainsi que les droits de décider comment cet actif naturel est géré et gouverné. Enfin, un NAC est « converti » en capital financier en lançant une offre publique initiale sur une bourse de valeurs, comme la Bourse de New York. Cette dernière étape « génère du capital pour gérer l’actif naturel » et la fluctuation de son prix en bourse « signale la valeur de son capital naturel. »

Comment créer une NAC

La création et le lancement des NAC ont pris deux ans et ont vu la Bourse de New York s’associer à Intrinsic Exchange Group (IEG), dans laquelle la Bourse de New York elle-même détient une participation minoritaire. Les trois investisseurs d’IEG sont la Banque Interaméricaine de Développement (BID), branche latino-américaine du système bancaire multilatéral de développement qui impose des programmes néolibéraux et néocolonialistes par le biais de l’endettement; la Fondation Rockefeller, fondation de la dynastie d’oligarques américains dont les activités sont depuis longtemps étroitement liées à Wall Street; et Aberdare Ventures, une société de capital-risque principalement axée sur l’espace numérique de la santé. Il est à noter que la BID et la Fondation Rockefeller sont étroitement liées aux pressions exercées sur les monnaies numériques des banques centrales (Central Bank Digital Currencies – CBDC) et les cartes d’identité numériques biométriques.

Cependant, la NAC et ses employés, directeurs et propriétaires ne sont pas nécessairement les propriétaires de l’actif naturel lui-même après cette dernière étape. Au contraire, comme le note l’IEG, la NAC n’est que l’émetteur, tandis que les acheteurs potentiels de l’actif naturel que la NAC représente peuvent comprendre: des investisseurs institutionnels, des investisseurs privés, des particuliers et des institutions, des sociétés, des fonds souverains et des banques multilatérales de développement. Ainsi, les sociétés de gestion d’actifs qui, pour l’essentiel, possèdent déjà une grande partie du monde, comme Blackrock, pourraient ainsi devenir propriétaires de processus naturels, de ressources naturelles et des fondements mêmes de la vie naturelle qui seront bientôt monétisés.

La Bourse de New York et l’IEG ont présenté ce nouveau véhicule d’investissement comme étant destiné à générer des fonds qui seront reversés aux efforts de conservation ou de durabilité. Toutefois, le site Web de l’IEG indique que l’objectif est en réalité de tirer un profit sans fin des processus naturels et des écosystèmes qui étaient auparavant considérés comme faisant partie des « biens communs« , c’est-à-dire des ressources culturelles et naturelles accessibles à tous les membres d’une société, y compris les matières naturelles telles que l’air, l’eau et une terre habitable. Selon l’IEG, « au fur et à mesure que l’actif naturel prospère, fournissant un flux constant ou croissant de services écosystémiques, les capitaux propres de l’entreprise devraient s’apprécier en conséquence, fournissant des retours sur investissement. Les actionnaires et les investisseurs de l’entreprise, par le biais d’offres secondaires, peuvent réaliser des bénéfices en vendant des actions. Ces ventes peuvent être évaluées pour refléter l’augmentation de la valeur du capital de l’action, plus ou moins en adéquation avec sa rentabilité, créant un flux de trésorerie basé sur la santé de l’entreprise et de ses actifs. »

Le chercheur et journaliste Cory Morningstar a fortement critiqué l’approche adoptée par la Bourse de New York et l’IGE et considère les NAC comme un système qui ne fera qu’exacerber la prédation de la nature par les entreprises, malgré les affirmations du contraire. Morningstar a décrit les NAC comme « Rockefeller et compagnie permettant aux marchés de dicter ce qui a de la valeur dans la nature – et ce qui n’en a pas ». Pourtant, ce n’est pas aux institutions capitalistes et à la finance mondiale de décider quelle vie a de la valeur. Les écosystèmes ne sont pas des « actifs ». Les communautés biologiques existent pour leurs propres besoins, pas pour les nôtres. »

Une nouvelle méthode de pillage

L’objectif ultime des NAC n’est pas la durabilité ou la conservation – c’est la financiarisation de la nature, c’est-à-dire la transformation de la nature en une marchandise qui peut être utilisée pour maintenir l’économie actuelle et corrompue de Wall Street en expansion, sous couvert de protéger l’environnement et d’empêcher sa dégradation supplémentaire. En effet, l’IEG le dit clairement lorsqu’il note que « l’opportunité » des NAC ne réside pas dans leur potentiel d’amélioration du bien-être ou de la durabilité de l’environnement, mais dans la taille de cette nouvelle classe d’actifs, qu’il appelle « Économie de la Nature ».

Source: IEG

En effet, alors que les classes d’actifs de l’économie actuelle sont évaluées à environ 512 trillions de dollars [NdT. donc, 512 millions correction, milliers de milliards de dollars], les classes d’actifs débloquées par les NAC sont nettement plus importantes, soit 4 000 trillions de dollars (c’est-à-dire 4 quadrillions de dollars) [NdT. donc 4 milliards correction, millions de milliards de dollars]. Ainsi, les NAC ouvrent aux banques et aux institutions financières prédatrices de Wall Street un nouveau terrain de chasse qui leur permettra de dominer non seulement l’économie humaine, mais aussi l’ensemble du monde naturel. Dans le monde actuellement construit par ces entités et d’autres, où même la liberté est recadrée non pas comme un droit mais comme « un service », les processus naturels dont dépend la vie sont également recadrés comme des actifs, qui auront des propriétaires. Ces « propriétaires » auront finalement le droit, dans ce système, de dicter qui a accès à l’eau potable, à l’air pur, à la nature elle-même et à quel prix.

Selon Cory Morningstar, l’un des autres objectifs de la création de « l’Economie de la Nature » et de son habillage sur mesure pour Wall Street via les NAC est de faire progresser de manière drastique les énormes opérations d’accaparement de terres réalisées ces dernières années par Wall Street et la classe oligarchique. Cela inclut les récents accaparements de terres effectués par les entreprises de Wall Street ainsi que par des « philanthropes » milliardaires comme Bill Gates [NdT. voir ma traduction de l’article de Robert F. Kennedy Jr] pendant la crise du COVID. Cependant, les accaparements de terres facilités par le développement des NAC viseront principalement les communautés indigènes du monde en développement.

Comme le note Morningstar:

« Le lancement public des NAC a stratégiquement précédé la quinzième réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la Diversité Biologique, la plus grande conférence sur la biodiversité depuis une décennie. Sous le prétexte de transformer 30% du globe en « zones protégées », le plus grand accaparement de terres de l’histoire est en cours. Fondée sur le principe de la suprématie blanche, cette proposition entraînera le déplacement de centaines de millions de personnes et contribuera au génocide en cours des peuples indigènes. La tragique ironie est la suivante: alors que les peuples autochtones représentent moins de 5% de la population mondiale, ils entretiennent environ 80% de toute la biodiversité. »

L’IEG, dans sa discussion des NAC, note de manière éloquente que le produit de l’introduction en bourse d’une NAC peut être utilisé pour l’acquisition de davantage de terres par les entités qui la contrôlent ou utilisé pour augmenter les budgets ou les fonds de ceux qui reçoivent le capital de l’introduction en bourse. On est loin du baratin commercial de la Bourse de New York et de l’IGE selon lequel les NAC sont « différentes » parce que leurs introductions en bourse seront utilisées pour « préserver et protéger » les zones naturelles.

Il est certain que la panique liée au changement climatique, qui est en train de prendre la place de la panique liée au COVID-19, sera utilisée pour commercialiser habilement les NAC et des tactiques similaires comme des moyens nécessaires pour sauver la planète, mais – soyez-en sûr – les NAC ne sont pas un moyen de sauver la planète, mais un moyen de permettre aux mêmes intérêts responsables des crises environnementales actuelles d’inaugurer une nouvelle ère où leur exploitation prédatrice atteindra de nouveaux sommets, inimaginables jusqu’à présent.

Auteur

Whitney Webb

Whitney Webb est rédactrice, chercheuse et journaliste professionnelle depuis 2016. Elle a écrit pour plusieurs sites web et, de 2017 à 2020, a été rédactrice en chef et journaliste d’investigation senior pour Mint Press News. Elle écrit actuellement pour The Last American Vagabond.


Texte original

Wall Street’s Takeover of Nature Advances with Launch of New Asset Class

A project of the multilateral development banking system, the Rockefeller Foundation and the New York Stock Exchange recently created a new asset class that will put, not just the natural world, but the processes underpinning all life, up for sale under the guise of promoting “sustainability.”

by Whitney Webb

October 13, 2021

Last month, the New York Stock Exchange (NYSE) announced it had developed a new asset class and accompanying listing vehicle meant “to preserve and restore the natural assets that ultimately underpin the ability for there to be life on Earth.” Called a natural asset company, or NAC, the vehicle will allow for the formation of specialized corporations “that hold the rights to the ecosystem services produced on a given chunk of land, services like carbon sequestration or clean water.” These NACs will then maintain, manage and grow the natural assets they commodify, with the end of goal of maximizing the aspects of that natural asset that are deemed by the company to be profitable.

Though described as acting like “any other entity” on the NYSE, it is alleged that NACs “will use the funds to help preserve a rain forest or undertake other conservation efforts, like changing a farm’s conventional agricultural production practices.” Yet, as explained towards the end of this article, even the creators of NACs admit that the ultimate goal is to extract near-infinite profits from the natural processes they seek to quantify and then monetize.

NYSE COO Michael Blaugrund alluded to this when he said the following regarding the launch of NACs: “Our hope is that owning a natural asset company is going to be a way that an increasingly broad range of investors have the ability to invest in something that’s intrinsically valuable, but, up to this point, was really excluded from the financial markets.”

Framed with the lofty talk of “sustainability” and “conservation”, media reports on the move in outlets like Fortune couldn’t avoid noting that NACs open the doors to “a new form of sustainable investment” which “has enthralled the likes of BlackRock CEO Larry Fink over the past several years even though there remain big, unanswered questions about it.” Fink, one of the world’s most powerful financial oligarchs, is and has long been a corporate raider, not an environmentalist, and his excitement about NACs should give even its most enthusiastic proponents pause if this endeavor was really about advancing conservation, as is being claimed.

How to Create a NAC

The creation and launch of NACs has been two years in the making and saw the NYSE team up with the Intrinsic Exchange Group (IEG), in which the NYSE itself holds a minority stake. IEG’s three investors are the Inter-American Development Bank, the Latin America-focused branch of the multilateral development banking system that imposes neoliberal and neo-colonalist agendas through debt entrapment; the Rockefeller Foundation, the foundation of the American oligarch dynasty whose activities have long been tightly enmeshed with Wall Street; and Aberdare Ventures, a venture capital firm chiefly focused on the digital healthcare space. Notably, the IADB and the Rockefeller Foundation are closely tied to the related pushes for Central Bank Digital Currencies (CBDCs) and biometric Digital IDs

The IEG’s mission focuses on “pioneering a new asset class based on natural assets and the mechanism to convert them to financial capital.” “These assets,” IEG states, make “life on Earth possible and enjoyable…They include biological systems that provide clean air, water, foods, medicines, a stable climate, human health and societal potential.” 

Put differently, NACs will not only allow ecosystems to become financial assets, but the rights to “ecosystem services”, or the benefits people receive from nature as well. These include food production, tourism, clean water, biodiversity, pollination, carbon sequestration and much more. IEG is currently partnering with Costa Rica’s government to pilot its NAC efforts within that country. Costa Rica’s Minister of Environment and Energy, Andrea Meza Murillo, has claimed that the pilot project with IEG “will deepen the economic analysis of giving nature its economic value, as well as to continue mobilizing financial flows to conservation.”

With NACs, the NYSE and IEG are now putting the totality of nature up for sale. While they assert that doing so will “transform our economy to one that is more equitable, resilient and sustainable”, it’s clear that the coming “owners” of nature and natural processes will be the only real beneficiaries.

Per the IEG, NACs first begin with the identification of a natural asset, such as a forest or lake, which is then quantified using specific protocols. Such protocols have already been developed by related groups like the Capitals Coalition, which is partnered with several of IEG’s partners as well as the World Economic Forum and various coalitions of multinational corporations. Then, a NAC is created and the structure of the company decides who has the rights to that natural asset’s productivity as well as the rights to decide how that natural asset is managed and governed. Lastly, a NAC is “converted” into financial capital by launching an initial public offering on a stock exchange, like the NYSE. This last stage “generates capital to manage the natural asset” and the fluctuation of its price on the stock exchange “signals the value of its natural capital.”

However, the NAC and its employees, directors and owners are not necessarily the owners of the natural asset itself following this final step. Instead, as IEG notes, the NAC is merely the issuer while the potential buyers of the natural asset the NAC represents can include: institutional investors, private investors, individuals and institutions, corporations, sovereign wealth funds and multilateral development banks. Thus, asset management firms that essentially already own much of the world, like Blackrock, could thus become owners of soon-to-be monetized natural processes, natural resources and the very foundations of natural life itself.

Both the NYSE and IEG have marketed this new investment vehicle as being aimed at generating funds that will go back to conservation or sustainability efforts. However, on the IEG’s website, it notes that the goal is really endless profit from natural processes and ecosystems that were previously deemed to be part of “the commons”, i.e. the cultural and natural resources accessible to all members of a society, including natural materials such as air, water, and a habitable earth. Per the IEG, “as the natural asset prospers, providing a steady or increasing flow of ecosystem services, the company’s equity should appreciate accordingly providing investment returns. Shareholders and investors in the company through secondary offers, can take profit by selling shares. These sales can be gauged to reflect the increase in capital value of the stock, roughly in-line with its profitability, creating cashflow based on the health of the company and its assets.”

Researcher and journalist Cory Morningstar has strongly disagreed with the approach being taken by NYSE/IEG and views NACs as a system that will only exacerbate the corporate predation of nature, despite claims to the contrary. Morningstar has described NACs as “Rockefeller et al. letting the markets dictate what in nature has value – and what does not. Yet, it’s not for capitalist institutions and global finance to decide what life has value. Ecosystems are not ‘assets.’ Biological communities exist for their own purposes, not ours.”

A New Way to Loot

The ultimate goal of NACs is not sustainability or conservation – it is the financialization of nature, i.e. turning nature into a commodity that can be used to keep the current, corrupt Wall Street economy booming under the guise of protecting the environment and preventing its further degradation. Indeed, IEG makes this clear when they note that “the opportunity” of NACs lies not in their potential to improve environmental well-being or sustainability, but in the size of this new asset class, which they term “Nature’s Economy.”

Source: IEG

Indeed, while the asset classes of the current economy are value at approximately $512 trillion, the asset classes unlocked by NACs are significantly larger at $4,000 trillion (i.e. $4 quadrillion). Thus, NACs open up a new feeding ground for predatory Wall Street banks and financial institutions that will allow them to not just dominate the human economy, but the entire natural world. In the world currently being constructed by these and related entities, where even freedom is being re-framed not as a right but “a service,” the natural processes on which life depends are similarly being re-framed as assets, which will have owners. Those “owners” will ultimately have the right, in this system, to dictate who gets access to clean water, to clean air, to nature itself and at what cost. 

According to Cory Morningstar, one of the other aims of creating “Nature’s Economy” and neatly packaging it for Wall Street via NACs is to drastically advance massive land grab efforts made by Wall Street and the oligarch class in recent years. This includes the recent land grabs made by Wall Street firms as well as billionaire “philanthropists” like Bill Gates during the COVID crisis. However, the land grabs facilitated through the development of NACs will largely target indigenous communities in the developing world. 

As Morningstar notes:

The public launch of NACs strategically preceded the fifteenth meeting of the Conference of the Parties to the Convention on Biological Diversity, the biggest biodiversity conference in a decade. Under the pretext of turning 30% of the globe into “protected areas”, the largest global land grab in history is underway. Built on a foundation of white supremacy, this proposal will displace hundreds of millions, furthering the ongoing genocide of Indigenous peoples. The tragic irony is this: while Indigenous peoples represent less than 5% of the global population, they support approximately 80% of all biodiversity.

IEG, in discussing NACs, tellingly notes that proceeds from a NAC’s IPO can be used for the acquisition of more land by its controlling entities or used to boost the budgets or funds of those who receive the capital from the IPO. This is a far cry from the NYSE/IEG sales pitch that NACs are “different” because their IPOs will be used to “preserve and protect” natural areas.

The climate change panic that is now rising to the take the place of COVID-19 panic will surely be used to savvily market NACs and similar tactics as necessary to save the planet, but – rest assured – NACs are not a move to save the planet, but a move to enable the same interests responsible for the current environmental crises to usher in a new era where their predatory exploitation reaches new heights that were previously unimaginable.

Author

Whitney Webb

Whitney Webb has been a professional writer, researcher and journalist since 2016. She has written for several websites and, from 2017 to 2020, was a staff writer and senior investigative reporter for Mint Press News. She currently writes for The Last American Vagabond.