Désolés, les enfants: nous nous sommes trompés.

Après ce que je viens de publier, le sujet de cet article pourrait sembler mineur. Ce serait une erreur. Il faudra au minimum demander pardon, et tenter de réparer ce qui peut l’être.

Source.


Traduction

Désolés, les enfants: nous nous sommes trompés

Par Brownstone Institute

Le 9 juin 2022

[Cet article, publié à l’origine en hébreu et qui paraît maintenant en anglais pour la première fois, est signé par Asa Kasher (Professeur Emérite d’Ethique Professionnelle à l’Université de Tel Aviv), Yogev Amitai (Directeur de l’école élémentaire « Simaney Derech [milestones] » dans le kibboutz Ma’abarot), et Shahar Gavish (ancien professeur de mathématiques et de physique)].

Ce sont les enfants qui ont payé le prix le plus lourd au cours des deux dernières années, principalement à cause des politiques malavisées de COVID-19. Les énormes préjudices se feront sentir à l’avenir, mais le bilan moral et le chemin de la guérison doivent commencer maintenant. Et la responsabilité morale est une tache sur notre société.

En 2000, James Heckman a reçu le prix Nobel en Economie pour ses recherches sur l’impact économique de l’éducation à un jeune âge. Les recherches du professeur Heckman ont révélé que plus l’âge auquel une éducation de qualité est offerte est jeune, plus sa contribution au revenu futur de l’enfant est élevée.

Malheureusement pour nos enfants, il n’existe aucune compensation pour les années d’éducation perdues. L’équation d’Heckman nous a donné un outil quantitatif important pour évaluer l’éducation à un jeune âge en tant qu’investissement économique.

En septembre 2020, l’OCDE a publié une évaluation fondée sur la recherche montrant que la perte de trois mois de scolarité due à la fermeture des écoles en temps de crise équivaut à la perte d’environ 2,5 à 4% du revenu total futur de l’enfant pour le reste de sa vie.

Avons-nous fait assez pour éviter que nos enfants ne perdent plus de 600 milliards de dollars au total de leurs revenus futurs tout au long de leur vie? De telles conséquences néfastes ont-elles été prises en compte dans l’une ou l’autre des discussions qui ont eu lieu pendant la crise du COVID et au cours desquelles il a été décidé de fermer les écoles, de fermer des classes et des structures d’accueil de jour entières ou de  » seulement  » isoler les enfants de manière répétée pendant une semaine entière?

En novembre 2020, le directeur des Centres de Contrôle des Maladies (CDC) a annoncé que l’organisation ne recommandait pas la fermeture des écoles: « L’un des endroits les plus sûrs pour les enfants jusqu’à l’âge de 12 ans est l’école ».

Néanmoins, le Ministère Israélien de la Santé a ignoré la recommandation des CDC et a exhorté les décideurs à fermer les écoles. Le Ministère de l`Éducation s’ est endormi pendant son tour de garde, a cessé de défendre le droit des enfants à recevoir des services éducatifs essentiels, et a plutôt travaillé dans la direction opposée en qualifiant les confinements et l’isolement d' »apprentissage à distance ». Dans la pratique – outre l’énorme difficulté de mener efficacement l’apprentissage à distance, comme l’indiquent, entre autres, les rapports des parents sur le faible niveau de collaboration de leurs enfants pendant les leçons Zoom, ou les difficultés techniques rencontrées par les enfants qui ne disposent pas d’ordinateurs ou de connexions réseau adéquates à la maison – le principal préjudice causé par les confinements et l’isolement a été la santé mentale des enfants.

Au début de la vague Omicron, les écoles israéliennes se sont vu imposer une politique discriminatoire à l’égard des élèves en fonction de leur statut vaccinal – une stratégie qui visait clairement à faire pression sur les parents pour qu’ils fassent vacciner leurs enfants. Les enfants non vaccinés étaient punis par l’isolement, tandis que leurs amis continuaient à vivre.

Bien que de nombreux parents n’aient vacciné leurs enfants qu’en raison de la sanction de l’isolement et non par confiance dans le vaccin expérimental, de larges pans de la population ont continué à désapprouver le vaccin et à se méfier de la vaccination des enfants malgré la persistance des mesures discriminatoires. Une fois de plus, les enfants, les parents et le personnel éducatif ont été contraints de supporter les coûts les plus lourds dans la société israélienne, sans en retirer aucun avantage significatif.

Ce système de mesures, qui a été le premier à établir ouvertement une discrimination entre les enfants, au mépris flagrant du principe de l’égalité des chances dans l’enseignement public, n’a pas été abrogé à l’initiative du Ministère de la Santé, mais en dépit du mécontentement manifeste de ce dernier – et uniquement à la suite d’une forte pression publique, notamment des prises de parole publiques de centaines de directeurs d’école et de responsables d’établissements d’enseignement qui ont osé se lever ouvertement et demander la suppression des mesures discriminatoires et le retour des enfants dans les écoles.

Un rapport actualisé de la Banque Mondiale nous apprend que le préjudice dû aux fermetures d’écoles a été beaucoup plus important que prévu: le montant injustement prélevé sur l’avenir des enfants dans le monde est estimé à 17 trillions de dollars (17.000 milliards de dollars).

En outre, les écarts entre les nantis et les démunis ont continué à se creuser, les enfants ne bénéficiant pas d’un soutien familial et communautaire adéquat étant les plus touchés. « L’apprentissage à distance » était, au mieux, un substitut partiel et inadéquat à l’apprentissage en face à face.

Outre l’impact éducatif, les enfants ont été considérablement affectés sur le plan émotionnel et social, car l’école est avant tout le cadre social dans lequel les enfants développent les compétences de base nécessaires à l’interaction humaine et à l’intégration sociale.

Il ne fait aucun doute que le préjudice subi par les enfants était dû à la volonté de protéger les adultes d’une maladie qui pouvait être particulièrement dangereuse pour les personnes âgées. Si le bénéfice de la réduction de la mortalité avait été très important, il aurait peut-être été possible de justifier les énormes préjudices subis par les enfants.

Mais la fermeture des écoles a-t-elle réellement contribué à une réduction significative de la mortalité due au COVID? Une méta-analyse de l’Université Johns Hopkins indique que toutes les mesures de distanciation sociale, de masquage, de confinement et d’isolement combinées n’ont pas entraîné de réduction significative de la mortalité due au COVID.

Malheureusement, ce sont les enfants qui ont également payé un lourd tribut aux pratiques coercitives de masquage. Alors que certains d’entre nous, les adultes, avons trouvé des moyens de réduire de manière significative le temps quotidien que nous devions passer masqués, nos jeunes enfants, dont certains n’ont que 6 ans, ont dû porter des masques de manière ininterrompue, indiscriminée et continue tous les jours pendant environ deux années consécutives.

Sur ce plan également, aucun avantage significatif du port du masque n’a été démontré au public à ce jour, et il n’y a pas eu de débat public sur les inconvénients pour les jeunes enfants, bien que des études aient déjà démontré ce qui relève du bon sens : les enfants qui portent des masques de manière continue risquent de voir leur développement normal se détériorer, tant au niveau de la fonction cognitivo-verbale (en raison de la dissimulation prolongée des expressions faciales et des signaux non verbaux) que de leur santé physique (maux de tête, fatigue, démangeaisons, éruptions cutanées, diminution de la ventilation pulmonaire, troubles du sommeil, diminution du taux d’oxygène dans le sang et autres problèmes).

À la lumière de tout cela, en tant que société, nous sommes appelés à nous livrer à une profonde introspection. Nous avons fait payer un si lourd tribut à la jeune génération, alors qu’il était clair dès le départ que les dommages qu’elle subissait étaient énormes et que les avantages en termes de réduction de la mortalité étaient insignifiants.

Le chemin de la guérison et de la reconstruction est encore long, mais dans un premier temps, nous devons assumer nos responsabilités, admettre que nous nous sommes égarés et demander à nos enfants de nous pardonner sincèrement. Dans le même temps, nous devons orienter des ressources massives vers nos enfants afin de réparer les dommages de ces deux dernières années, tant sur le plan socio-émotionnel que sur le plan éducatif.


Texte original

Sorry, Kids: We Were Wrong

By Brownstone Institute  

June 9, 2022

[This piece, originally published in Hebrew and now appearing in English for the first time, is by Asa Kasher (Professor Emeritus of Professional Ethics at Tel Aviv University), Yogev Amitai (Principal of “Simaney Derech [milestones]” elementary school in kibbutz Ma’abarot), and Shahar Gavish (former mathematics and physics teacher).]

It is children who have paid the heaviest price over the last two years, mainly due to misguided COVID-19 policies. The enormous harms will be felt in the future, but the moral reckoning and the attempt to heal should begin now. And the moral responsibility is a blot on our society. 

In 2000, James Heckman received the Nobel Prize in Economics for his research on the economic impact of education at a young age. Professor Heckman’s research has found that the younger the age at which high-quality education is offered, the higher its contribution to the child’s future income

Unfortunately for our children, there is no compensation for lost years of education. The Heckman equation has given us an important quantitative tool for assessing education at a young age as an economic investment.

In September 2020, the OECD published a research-based assessment showing that the loss of three months of schooling due to the closure of schools in times of crisis is equivalent to the loss of about 2.5-4% of the child’s total future income for the rest of their life.  

Have we done enough to prevent our children from losing more than a total of $600 billion of their future lifelong income? Were such harmful consequences taken into account in any of the discussions during the COVID crisis in which decisions were made to close the schools, to close entire classrooms and daycare settings, or to “only” repeatedly isolate children for an entire week?

In November 2020, the Director of the Centres for Disease Control (CDC) announced that the organization does not recommend school closures: “One of the safest places for children up to the age of 12 is school.”

Nevertheless, the Israeli Ministry of Health ignored the CDC’s recommendation and urged decision-makers to close the schools. The Ministry of Education fell asleep on guard duty, stopped advocating for the children’s right to receive essential educational services, and instead worked in the opposite direction by labelling the lockdowns and isolation as “distant learning.” In practice—apart from the enormous difficulty of conducting remote learning effectively, as indicated, among other things, by parents’ reports about their children’s low levels of collaboration during Zoom lessons, or the technical difficulties faced by children who do not have computers or proper network connections in their homes—the main harm caused by the lockdowns and isolation was to the children’s mental health

At the beginning of the Omicron wave, a policy was imposed on schools in Israel that discriminated among students based on their vaccination status—a strategy that was clearly intended to put pressure on parents to vaccinate their children. Unvaccinated children were punished with isolation, while their friends carried on.  

Although quite a few parents vaccinated their children only because of the penalty of isolation and not as a result of trust in the experimental vaccine, broad segments of the public continued to disapprove of the vaccine and remained wary of vaccinating children even as the discriminatory measures persisted. Again, children, parents and educational staff were forced to bear the heaviest costs in Israeli society, with no significant benefits.

This system of measures, which was the first to openly discriminate among children, in flagrant disregard of the principle of equal opportunities in public education, was not repealed at the initiative of the Ministry of Health but despite the Ministry’s clear displeasure—and only as a result of heavy public pressure, including public acts of speaking out by hundreds of school principals and heads of educational institutions who dared to stand up openly and call for the removal of discriminatory measures and the return of children to schools.

An updated World Bank report tells us that the harm due to school closures was much greater than expected: the amount unjustifiably taken from the future of children around the world is estimated at $17 trillion ($17,000 billion). 

In addition, the gaps between the haves and the have nots continued to deepen, with children without adequate family and community support experiencing the greatest harm. “Distant learning” was, at best, a partial and inadequate substitute for face-to-face learning. 

Alongside the educational impact, the children have been significantly affected emotionally and socially, since the school is, above all, the social framework within which children develop the basic competencies needed for human interaction and social integration. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s