Le dictateur et le champignon.

Article revu et corrigé le 4 novembre 2020.

La nouvelle maladie qui a circulé sur la planète a une composante fongique, qui est décrite comme infection secondaire.

Question : est-elle secondaire?

Ci-après, quelques observations, glanées sur la toile ou en direct.

Côté médical

Doug Kaufman (sa chaîne Know the cause sur YouTube) est consultant spécialisé dans les infections fongiques. Il assiste des médecins dans leurs consultations, donne des conférences et anime sur une chaîne de télé américaine une émission sur divers thèmes, dont le rôle des infections fongiques dans les pathologies – systématiquement sous-estimées d’après lui par le corps médical, notamment en oncologie. A son actif, il obtient d’excellents résultats dans diverses pathologies. Son intuition est que l’épidémie ressemble à une forme d’histoplasmose atypique : la maladie touche les personnes âgées mais épargne les nourrissons et les animaux, ce qui n’est pas le cas habituellement. Le temps d’incubation correspond, ainsi que la plupart des symptômes. Il théorise que la souche pourrait provenir d’une fusion (accidentelle ou non) du virus avec l’Histoplasma capsulatum, dans le sens où on trouve cette souche dans les défécations des chauve-souris. Son intuition est bonne mais on sait maintenant, ne serait-ce qu’avec les dates, que l’origine du laboratoire de Wuhan est plus que douteuse – ainsi que le rôle des chauve-souris. Il connaît bien les médicaments anti-fongiques, ainsi que leurs alternatives naturelles, et les décrit : ceux de la première génération sont assez toxiques, ceux de la deuxième un peu moins, les deux sont moyennement efficaces dans les cas sérieux parce que toxiques : ils agissent autant sur l’enveloppe alpha- et bêta-glucane des champignons eucariotes que sur celles des cellules humaines, si j’ai bien suivi. Il mentionne enfin un remède outsider, généralement utilisé pour d’autres pathologies mais très efficace contre les maladies fongiques. C’est l’hydroxychloroquine, qui attaque plus spécifiquement les enveloppes glucanes des champignons et agit à des doses peu toxiques. Il revient régulièrement sur le sujet dans ses capsules « Current Fungal Events », de façon posée et avec prudence – il n’a pas vraiment le profil complotiste. A la question d’un internaute : « Est-il possible de diffuser des spores toxiques intentionnellement dans la population? », il répond « Oui ». Il ajoute, assez embêté par la question : « Ça a déjà été fait par un dictateur mécontent de son propre peuple, avec des toxines de l’aspergillus ». Après recherche sur le Net, je trouve un article sur Scientific American qui le mentionne :

A. flavus releases toxic spores that can be fatal when ingested, prompting symptoms that include jaundice, liver cancer and internal bleeding. The poison is so deadly that in 1995 Iraqi dictator Saddam Hussein confessed to weaponizing the mold spores for use in biological warfare.

Je rappelle qu’on est en avril/mai. Il souligne également que confiner les gens entre eux dans leur lieu de vie plein de moisissures et les priver d’exposition au rayonnement solaire était probablement une très mauvaise idée.

Je tombe sur un article qui note que les fumeurs de tabac sont beaucoup moins atteints que les non-fumeurs. D’après Doug Kaufman, les propriétés antifongiques de la nicotine sont voisines de celles de la chloroquine (même mode d’action). Confirmation ici. Je décide de ne pas arrêter de fumer tout de suite.

Le Dr Cameron Kyle-Sidell, urgentiste à New York, (voir sur YouTube) décrit des patients aux symptômes qui diffèrent radicalement de ceux des maladies respiratoires connues et qui évoquent plutôt l’asphyxie de haute altitude, dont le symptôme majeur est l’hypoxie. Quelque chose perturbe l’oxygénation du sang – les taux chutent de 20% en trois minutes sans masque à O² sans signe de détresse respiratoire (NB : d’après cet article du CNRS, ce serait dû à l’action des neutrophiles). La maladie est systémique, la mise sous respirateur est inutile et dangereuse, la pression n’ayant aucune influence sur l’oxygénation et infligeant des dégâts supplémentaires aux poumons, voire une septicémie. La seule prise en charge efficace pour les cas avancés est l’oxygénation du sang. Soit dit en passant, il faut attendre le mois de novembre pour qu’on décide d’employer ce moyen – des masques à oxygène – à l’IHU de Marseille. D’autres témoignages de médecins font état d’une maladie multiforme avec atteintes systémiques d’autres organes comme les reins et le foie. Parmi les symptômes rencontrés : douleurs abdominales, dysenterie, éruptions cutanées, insuffisance rénale, symptômes neurologiques. Type de symptômes qu’on retrouve dans les maladies fongiques au stade systémique.

Les hôpitaux sont infestés par des souches fongiques pathogènes depuis de nombreuses années. Les patients affaiblis y courent plus de risque d’y être exposés qu’en restant chez eux. La mise sous respirateur est un facteur de risque supplémentaire majeur. Faits connus et bien documentés. Alors, de quoi sont morts les patients en réanimation? D’ailleurs, à ce propos…

Un article du Quotidien du Médecin du 27 avril explique que

« … il ressort que 33 % des patients (9 patients sur 27) étaient atteints d’aspergillose pulmonaire invasive putative… [Les auteurs] recommandent ainsi de dépister systématiquement les marqueurs d’infection à l’aspergillose chez les patients atteints de Covid-19 sous ventilation mécanique. Ils précisent que la culture positive ne peut être le seul critère de diagnostic dans la mesure où cette méthode tendrait à sous-estimer les résultats. Dans leur échantillon, ils constatent que la culture positive n’aurait permis de détecter que 22 % des IPA. »

9 patients positifs sur 27, détection de 22% = 100%? Partant, si l’aspergillose est constante et si ses ravages sont identiques, ça reste une infection secondaire?

Article du 20 juillet sur International Business Times :

« To our surprise, six out of 10 samples contained a fungus that had never before been found to infect people. The fungus gains significant advantages from being a hybrid, » he said adding that currently, the team of scientists is looking into four strains, isolated from patients who died of COVID-19. […] experts have found that A. fumigatus is capable of surviving under extreme weather conditions, including temperatures of up to 70 degrees Celcius and a shortage of nutrients. […] The study revealed that scientists collected samples of the fungi from Portugal, Belgium, the US, and Canada.

C’est une variété d’aspergillus (A. Latus) qui n’avait jamais infecté personne, n’avait jamais été détectée en milieu hospitalier et qu’on trouve soudainement et simultanément chez des patients Covid au Portugal, en Belgique, aux USA et au Canada?

On trouve aussi en Suisse des masques contaminés à la souche A. fumigatus. Des masques, quoi.

Certaines radiographies pulmonaires de patients atteints montrent la présence de filaments, qui rappellent ce qu’on observe dans une infestation fongique. Les photographies colorisées au microscope électronique (où l’on désigne par une flèche ce qui serait le coronavirus) peuvent tout aussi bien représenter des spores, qui ont un aspect similaire quand elles se disséminent dans l’organisme.

Une vétérinaire que j’interroge au sujet d’infections fongiques chez ses patients à quatre pattes qui seraient passées sous le radar me répond que non, pas de cas chez les animaux mais… Trois personnes de son entourage ont développé le Covid et ont toutes souffert trois semaines après guérison d’une bronchite mycoplasmique :

« M.pneumoniae provoque des infections respiratoires aiguës. Dans la majorité des cas, ces infections se traduisent par de simples trachéobronchites avec toux trainante pour lesquelles le diagnostic étiologique n’est pas porté. Dans sa forme la plus caractéristique, l’infection réalise un tableau de pneumonie atypique primitive, d’installation souvent progressive, avec un syndrome fébrile, des signes de la sphère ORL et une toux sèche. […] La symptomatologie respiratoire ne permet pas de différencier les infections à M.pneumoniae de celles provoquées par d’autres agents de pneumonie […] Les manifestations extra-pulmonaires sont fréquentes, présentes dans près d’un quart des cas des infections à M. pneumoniae. Elles sont la conséquence de lésions infectieuses directes et/ou de manifestations auto-immunes. Les plus fréquentes sont dermatologiques et neurologiques. Les lésions cutanées incluent érythème polymorphe et syndrome de Stevens Johnson avec atteinte fréquente des muqueuses. […] Le traitement des infections à M.pneumoniae repose en premier lieu sur l’administration de macrolides, utilisables quel que soit l’âge du patient, tels que la roxithromycine, l’azithromycine ou la clarithromycine. La durée du traitement varie entre 5 et 15 jours selon la molécule utilisée, les durées les plus courtes concernant les traitements à base d’azithromycine. »

Encore une fois, symptômes voisins du Covid, et efficacité de l’azithromycine, indiquée dans son traitement.

Et dans l’environnement et l’agriculture…

Forte odeur de soufre constatée en milieu urbain, selon des témoignages sur le Net, et en milieu rural par moi-même, sans explication officielle à ce jour. Le soufre est notamment utilisé comme anti-fongique dans la désinfection des lieux contaminés. Les mesures recommandées pour la désinfection des lieux incluent également l’utilisation de lampes à UV qui « tuent » le virus. Ces mêmes radiations UV sont également utilisées pour assainir les sites contaminés aux champignons microscopiques.

Les vents jouent un rôle essentiel dans la dissémination des maladies fongiques. La maladie de Kawasaki, que certains médecins associent d’ailleurs au Covid.

« «Le fait qu’un agent infectieux d’une maladie humaine puisse rester actif après avoir traversé l’Océan Pacifique, c’est extraordinaire.» […] Le chercheur a fait analyser des échantillons de ces fameux vents, qui transporteraient la maladie de Kawasaki. Et il y a identifié des spores fongiques, plus communément appelés champignons, qui appartiennent au groupe des Candida… »

La « fièvre du désert » ou coccidioïdomycose, dont les

« symptômes sont semblables à ceux d’une pneumonie ou d’une grippe ».

Lors des tempêtes de cette saison d’hiver 2019/2020, on a surtout parlé des pics mais en réalité le vent a soufflé quatre mois, sans s’abattre, juste au début de la pandémie. Voir aussi cet article récent sur les marins positifs au Covid après 35 jours en mer. Je rappelle au passage que le Pr Raoult parle de conditions environnementales à évaluer pour comprendre le phénomène de contagion.

Eté 2019, mon jardin est infesté de champignons microscopiques qui se sont attaqués au potager et aux arbres fruitiers. Dès l’automne, les chauve-souris, autrefois très nombreuses, ont totalement disparu de mon village, et de la zone de la ville où travaille mon épouse. On a pourtant observé aucun cas de « nez blanc » dans le pays me dit une spécialiste que j’interroge. Printemps 2020, surveillance préventive du potager, retour des champignons, traités avec succès au purin d’ortie, qui est, entre autres, un excellent anti-fongique.

Des articles sur les cultures de blé infestées par la rouille noire (UG99), la rouille jaune. On trouve également dans les contaminants l’aspergillus, qui se développe particulièrement bien dans les silos à blé. Que devient ce blé contaminé? Corrélation de la carte mondiale de la consommation de blé et de celle des foyers de l’épidémie : globalement, elles concordent (je n’ai plus les liens). A noter qu’on observe également une contamination à l’aspergillus dans d’autres céréales comme le maïs et le riz.

Depuis le début de l’industrialisation de l’agriculture et de l’élevage, la menace de faillite sanitaire du système et de famine globale fait l’objet d’innombrables analyses prévisionnelles, dans lesquelles la menace fongique est prépondérante. La lutte contre leur propagation devient depuis quelques années une véritable course contre la montre. Des centaines de publications disponibles, j’en cite une :

« La résistance microbiologique des champignons du genre Aspergillus est un phénomène qui prend de l’ampleur […] Il semble que la pression environnementale par l’emploi d’antifongiques dans l’agriculture puisse être un facteur majeur de sélection, plus que la prescription médicale d’antifongiques »

Intéressant, non?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s