Réfutation de l’article de Klaus Schwab sur la crise du Covid-19.

Il n’y a pas que moi pour tailler un costard à ce bon vieux Klaus. Tant mieux. Les plus lucides et certainement les plus virulents (si j’ose dire) pour ce genre de boulot, on les trouve dans le monde des conseillers en investissement, qui, grâce à leurs compétences professionnelles et leur recul, occupent un position-clé pour comprendre – et pour les plus courageux, pour décrire – l’ensemble de la manoeuvre « Grand Reset » et surtout ses potentielles et très lourdes conséquences. Je rappelle ici que Catherine Austin-Fitts, que le monde francophone a récemment découvert et que je relayais sur ce blog dès le mois d’août dernier, est elle-même directrice d’une société de conseil en investissement. Outre la justesse et la relevance de leur analyse, ces personnes sont également très bien placées pour mesurer l’ampleur inimaginable des dégâts humains, présents et à venir, qui adviendront du coup d’état mondial en cours. Ces gens sont, par nature, généralement bienveillants et, par leur fonction de protecteurs des patrimoines familiaux et privés, conscients de ce que représentent ceux-ci comme somme d’efforts, d’intelligence et de créativité – les énergies positives qui construisent les vies et les civilisations. Les nôtres sont en danger mortel.

Ecoutez-les!

PS : je contacte M. MacIntosh pour lui demander le texte brut du rapport dont il donne le lien dans l’article ci-dessous, à but de traduction en français (le fichier PDF est parfaitement lisible mais mal formaté question espacements). Que ceux qui ne sont pas trop handicapés de l’anglais aillent déjà y jeter un oeil maintenant.

Source. Traduction de moi, merci de diffuser!

Traduction

Réfutation de l’article de Klaus Schwab sur la crise dU Covid-19

Par Chris MacIntosh, 29 novembre 2020, 22h26

Pensée du jour : Les chefs totalitaires ne se considèrent jamais comme totalitaires. Les utopistes croient fermement que ce qu’ils imposent aux autres est pour leur propre bien.

Tel est le contenu de cet article.

Si vous n’avez pas entendu parler du Forum Economique Mondial (NdT. World Economic Forum – WEF, ou Forum de Davos), je vous exhorte à y prêter attention car ce sont eux qui sont à l’origine d’une grande partie du chaos que vous avez vécu cette année.

Klaus Schwab, le fondateur du Forum Economique Mondial, et Thierry Malleret, ont publié un article à l’occasion du lancement d’un livre co-écrit intitulé «COVID-19: The Great Reset».

Ce qui suit est une réfutation que j’adresse à Klaus et à tous les technocrates de son acabit.

Texte original en noir. Mes commentaires en rouge.


Déjà, en à peine six mois, la pandémie du COVID-19 a plongé notre monde dans son intégralité – et chacun de nous individuellement – dans les moments les plus difficiles auxquels nous avons été confrontés depuis des générations.

Inexact. Le virus est simplement un virus, semblable aux virus que les humains ont surmontés tout au long de leur histoire en tant qu’espèce. En effet, les chiffres mêmes du CDC nous permettent de replacer les choses dans leur contexte.

Taux de survie par groupe d’âge:

  • 0-19: 99.997%
  • 20-49: 99.98%
  • 50-69: 99.5%
  • 70+: 94.6%

C’est Klaus, nos gouvernements et nos institutions qui ont plongé le monde dans «les moments les plus difficiles auxquels nous avons été confrontés», par leurs politiques tyranniques draconiennes débiles, imposées au monde sans laisser la moindre place au débat. Des professionnels hautement qualifiés (voir la déclaration de Great Barrington) du monde entier sont tout simplement censurés lorsqu’ils tentent de sonner l’alarme sur cette folie.

C’est un moment déterminant – nous ferons face à ses retombées pendant des années, et beaucoup de choses changeront à jamais. Elle a provoqué (et continuera de provoquer) des perturbations économiques de proportions monumentales, induisant risques et volatilité sur de multiples fronts – politique, social, géopolitique – tout en exacerbant de profondes préoccupations concernant l’environnement et en étendant également la portée de la technologie dans nos vies.

Là-dessus, nous sommes d’accord. Nous devrons en effet faire face à ces retombées pendant des années. Et oui, la perturbation économique est de proportion monumentale. Prends, par exemple, les suicides, Klaus, qui, au Japon, représentent désormais 8,5 fois le nombre de décès dus au Covid. À ce stade, les responsables qui s’obstinent à imposer les verrouillages, alors que nous savons que le virus n’est rien de plus qu’une mauvaise grippe, devraient être sommairement renvoyés et traduits en justice pour crimes contre l’Humanité.

À ce stade, il serait utile d’écouter le Dr Roger Hodkinson, ancien président de la section de pathologie de l’Association Médicale et précédemment certifié par le Collège Royal des Médecins et Chirurgiens du Canada en tant que pathologiste général en 1976 et membre du Collège Royal. Voici le Dr Roger Hodkinson qui s’adresse à la réunion du Comité des Services Publics et Communautaires du Conseil Municipal d’Edmonton le 13 novembre à propos de la décision de la ville d’étendre son règlement sur les masques faciaux.

(voir la vidéo sur la page source)

Passons directement à ta déclaration, Klaus, de «préoccupations concernant l’environnement». N’est-il pas temps de simplement laisser tomber le masque et de révéler que oui, c’est de cela qu’il s’agissait dès le départ. L’Agenda 2030, après tout, a été conçu avant cette pandémie fabriquée. On aurait pu penser qu’après la ridicule et manifestement fausse «Vérité qui dérange» d’Al Gore, la science bidon qui soutient l’idée de «réchauffement climatique anthropique» aurait été à juste titre ridiculisée et jetée aux poubelles de l’Histoire. Mais au lieu de cela, elle a été résuscitée pour servir de masque à la mise en œuvre du Communisme 3.0. sous couvert de «grande réinitialisation». Nous voyons clair dans ton jeu.

Aucune industrie ou entreprise n’évitera l’impact de ces changements. Des millions d’entreprises risquent de prendre du retard et de nombreux secteurs font face à un avenir incertain; quelques-uns prospéreront.

Ceux qui ont prospéré sont, sans surprise, le même groupe de personnes que tes copains de Davos. Des sociétés gigantesques qui profitent de la tyrannie des verrouillages. Il n’est pas étonnant que l’Amazon de Bezos, le Facebook de Zuckerberg et le Twitter de Dorsey aient tous accumulé davantage de pouvoir, d’influence et de parts de marché tandis que les PME ont été écrabouillées – elles aussi – par les décisions politiques et non par le virus. Étonnamment, tu as le culot de parler d’égalité tout en veillant à ce que tout cela s’accomplisse. Et puis il y a ton copain, Bill.

« Les vaccins à ADN ‘Covid-19’ nous permettront un contrôle extrême de la population mondiale » – Bill Gates, participant au Forum Economique Mondial.

Sur une base individuelle, pour beaucoup, la vie telle qu’ils l’ont toujours connue se défait à une vitesse alarmante. Cela dit, les crises aiguës favorisent l’introspection et aident à réaliser le potentiel de transformation.

La seule chose que nous pouvons transformer, sans conséquences indésirables, c’est nous-mêmes. La nature fait le reste. C’est parce que le monde est complexe, bien plus complexe que quiconque – et assurément toi – ne peut l’imaginer. Et croire que «nous» (ce que nous savons signifier, toi et tes compagnons complices de ce crime) pouvons le transformer implique que vous croyez en votre maîtrise de la quantité infinie de points de données qui se produisent dans le monde chaque seconde et comment chacun de ces points de données peut réagir à toute modification de tout autre point de données. En bref, vous partagez tous la même croyance fallacieuse dans le fait que la planification centralisée fonctionne. C’est faux.

Cette «opportunité» a été fabriquée pour attirer l’attention de façon extrême et imposer de force votre agenda marxiste néo-féodal de remodelage du monde selon une logique centralisée. Il est intéressant de noter à ce stade que CHAQUE fois que l’Humanité s’est lancée dans une «refonte du monde» pour servir les objectifs d’un petit groupe de personnes bornées, elle a abouti à un génocide. Chaque. Fois.

Connectivité systématique

Un nouveau monde pourrait émerger, dont il nous incombe de réinventer et de redessiner les contours.

Là tu reviens à la charge avec cette notion que toi et tes amis déconnectés du réel savez ce qui est nécessaire pour tous les autres.

La nature soudaine et violente du choc que la pandémie a infligé peut rendre l’ampleur de ce défi insurmontable.

Oui, tu as tout à fait raison à propos de la violence du choc infligé à la société. Comme mon ami Doug Casey l’a fait remarquer, «les masques, la distanciation sociale, les verrouillages et l’interdiction de se rassembler causent d’immenses dommages à la société à tous les niveaux – sur le plan sanitaire, social et financier. Cette absurdité détruit partout le tissu social. C’est extrêmement dangereux.»

Cette impression est due en grande partie au fait que, dans le monde interdépendant et hyper-connecté d’aujourd’hui, les risques s’amplifient les uns les autres: les risques ou les problèmes individuels recèlent le potentiel de créer des effets de ricochet qui en provoquent d’autres (comme le chômage qui alimente potentiellement les troubles sociaux et l’appauvrissement qui déclenche une migration de masse involontaire).

«Le chômage qui alimente potentiellement les troubles sociaux…» Sérieusement? La «migration de masse involontaire» est due à des décisions politiques, en particulier à celles de l’UE, que ce soit pour créer de la justice sociale ou pour créer des conflits. Jusqu’à présent, tous les problèmes que tu évoques ont été créés par les personnes aux postes de décision et d’influence, non par le pékin moyen. Et là, tu nous dis de faire confiance – je prends mon souffle – aux décideurs politiques.

La caractéristique déterminante du monde d’aujourd’hui est la connectivité systémique: dans un tel monde, la structure en silos et les pensées en silos n’ont pas leur place car les risques sont convergents. Les macro-domaines qui exercent des impacts directs et quotidiens sur nos sociétés, l’économie mondiale, la géopolitique, l’environnement et la technologie n’évoluent pas de façon linéaire.

Si par «connectivité systématique» tu entends l’effort organisé du WEF, des banques centrales du monde et des gouvernements du monde pour abandonner la souveraineté et assurer la protection des intérêts internationaux d’une petite élite, alors c’est évident. Assurément, si tu es contre la «pensée en silo», la censure des voix dissidentes par les médias grand public et les médias sociaux serait une chose à laquelle tu devrais totalement t’opposer. Selon les paroles immortelles d’Homer Simpson, «Seigneur, aide-moi, je ne suis pas assez intelligent.»

Ils jouent le rôle de systèmes adaptatifs complexes et, en tant que tels, partagent un attribut fondamental: la susceptibilité à des questions échappant à tout contrôle et, ce faisant, produisant des conséquences extrêmes qui surprennent souvent. Le COVID-19 nous a déjà donné un avant-goût de ce phénomène.

Traduction: Les mondialistes ont mis en œuvre des politiques qu’ils ne comprennent pas et ne peuvent ni payer, ni contrôler. Une fausse pandémie est maintenant utilisée comme catalyseur pour effacer l’ardoise, voler tous les actifs et soumettre le monde à un contrôle technocratique complet.

« Bienvenue en 2030. Je ne possède rien, je n’ai aucune vie privée, et la vie n’a jamais été meilleure » – Ida Auken, Parlementaire, Danemark

Examen des lignes de défaut

Dans une large mesure, des événements aussi différents que la montée brutale et dramatique du chômage (un risque économique), la vague mondiale de troubles sociaux déclenchée par les manifestations de Black Lives Matter (un problème de société) et la fracture croissante entre la Chine et les États-Unis ( un risque géopolitique) n’auraient pas eu lieu sans la pandémie. À tout le moins, le coronavirus a exacerbé ces tendances.

Seuls les plus cyniques pourraient gober que ce sont des coïncidences. La montée du chômage est due au fait que les gouvernements ont rendu le travail illégal, ce que nos médias captifs ont justifié en provoquant la panique. La vague mondiale de troubles sociaux a été alimentée par des fanatiques marxistes (voir ici). Et la fracture entre les États-Unis et la Chine est le résultat naturel de leur relation économique et de leur lutte pour la suprématie mondiale.

La concordance et la gravité de ces failles signifient que nous nous trouvons maintenant à un moment critique: le potentiel de changement est illimité et dépend uniquement de notre imagination – pour le meilleur ou pour le pire.

L’imagination de qui, Klaus? Les gens normaux n’entretiennent pas la notion qu’il est de leur droit de dicter aux autres la manière dont le monde doit être géré.

Les sociétés pourraient être sur le point de devenir plus équitables ou le contraire; orienté vers plus de solidarité ou un plus grand individualisme; favoriser les intérêts de quelques-uns ou répondre aux besoins du plus grand nombre; les économies, lorsqu’elles se redressent, pourraient être caractérisées par une plus grande inclusivité et être plus en phase avec notre connexion mondiale, ou elles pourraient simplement retourner aux affaires courantes – ce qui se révèle maintenant (à bien des égards) un statu quo intenable.

Comme je l’ai mentionné dans un rapport spécial (What Happens Next) sur le cancer croissant dans notre société, c’est l’individualisme qui est la marque d’une société libre.

Telle est la question fondamentale dont dépend le succès de la grande réinitialisation. L’ampleur du changement requis est immense, allant de l’élaboration d’un nouveau contrat social à l’établissement d’une collaboration internationale améliorée. Immense mais loin d’être insurmontable, comme le montre la possibilité d’un investissement intelligent dans l’environnement.

Faire les bons choix

« Build Back Better » a été adopté par des leaders du monde entier.

Une façon d’investir intelligemment consiste à intégrer la résilience climatique et environnementale dans les plans de relance et les programmes de relance.

La période post-crise immédiate offre une petite fenêtre pour reconstruire en mieux en ne gaspillant pas les 10 milliards de dollars que les gouvernements du monde entier investissent pour atténuer les effets de la pandémie COVID-19.

Il est évident que «Reconstruire en mieux» vise plus à détruire la démocratie occidentale et les droits de l’homme individuels qu’à construire autre chose qu’un enfer complet sur Terre.

Un récent document de politique auquel le Forum Economique Mondial a contribué estime que la construction d’une économie respectueuse de la nature pourrait représenter plus de 10 milliards de dollars par an d’ici 2030 – en termes de nouvelles opportunités économiques, ainsi que de coûts économiques évités.

À court terme, le déploiement d’environ 250 milliards de dollars de financement de relance pourrait générer jusqu’à 37 millions d’emplois respectueux de la nature de manière très rentable. Nous ne devons pas considérer la réinitialisation de l’environnement comme un coût, mais plutôt comme un investissement qui générera une activité économique et des opportunités d’emploi.

Le prix ultime qui sera payé ici se mesurera en vies humaines perdues et contrairement à ce que vos «think tanks» prédisent, à une dégradation de l’environnement au niveau mondial. Je t’invite à lire mon article censuré sur le greenwashing (NdT. ma traduction ici) où je mets à nu les absurdités que vos think tanks ignorent délibérément.

Nous devons réussir la bonne réinitialisation. Les défis qui nous attendent pourraient être plus importants que ceux jamais imaginés, mais notre capacité de réinitialisation pourrait également être plus grande que ce que nous avions espéré auparavant.

Je pense, Klaus, qu’à présent, je vais simplement te laisser en compagnie de ces paroles de Thomas Sowell,

«Il est difficile d’imaginer une manière plus stupide ou plus dangereuse de prendre des décisions que de remettre ces décisions entre les mains de personnes dispensées de payer le prix de leurs erreurs.»

Et maintenant, je livre à votre réfléxion ces quelques citations.

«La théorie des communistes peut se résumer en une seule phrase: l’abolition de la propriété privée.»
– Karl Marx

« Vous ne posséderez rien et vous serez heureux« 
– Forum Economique Mondial

Et n’oublions pas…

«Le dernier capitaliste que nous pendrons sera celui qui nous aura vendu la corde.»
– Karl Marx

-Chris


Texte original

A Rebuttal to Klaus Schwab’s Article on the Covid-19 Crisis

By Chris MacIntosh, November 29, 2020, 10:26 pm

Thought for the day: Totalitarians never view themselves as totalitarian. Utopians believe fervently that what they are forcing upon others is for their own good.

Such is the content of this article.

If you’ve not heard of the World Economic Forum, I’d urge you to pay extremely close attention because they’ve been driving much of the mayhem you’ve experienced this year.

Klaus Schwab, who is the founder of the World Economic Forum, and Thierry Malleret featured an article accompanying the launch of a co-authored book entitled “COVID-19: The Great Reset”.

The following is a rebuttal to Klaus, and all technocrats like him.

Original text in black. My input in red.

Already, in barely six months, the COVID-19 pandemic has plunged our world in its entirety — and each of us individually — into the most challenging times we’ve faced in generations.

Incorrect. The virus is simply a virus, similar to other viruses that humans have overcome throughout our history as a species. Indeed, here are the CDC’s numbers themselves so that we may put things into context.

Survival rates by age group:

  • 0-19: 99.997%
  • 20-49: 99.98%
  • 50-69: 99.5%
  • 70+: 94.6%

It was Klaus, our governments and institutions that have plunged the world into “the most challenging times we’ve faced”, through their idiotic draconian tyrannical policies that have been forced upon the world with zero room for debate. Highly credentialed professionals (see the Great Barrington declaration) across the world are simply censored when pointing out the madness.

It is a defining moment — we will be dealing with its fallout for years, and many things will change forever. It has wrought (and will continue to do so) economic disruption of monumental proportions, creating risk and volatility on multiple fronts — political, social, geopolitical — while exacerbating deep concerns about the environment and also extending the reach of technology into our lives.

On this we agree. We will indeed be dealing with the fallout for years. And yes, the economic disruption is of monumental proportions. Take, for instance, suicides, Klaus, which in Japan are now 8.5X the number of deaths from covid. At this point those officials still locking down, since we know the virus is nothing more than a bad flu should be summarily fired and brought to justice for crimes against humanity.

At this point it would be worth listening to Dr Roger Hodkinson, the ex-president of the pathology section of the Medical Association and formerly certified by the Royal College of Physicians and Surgeons of Canada as a general pathologist in 1976 and a Royal College Fellow. Here is Dr Roger Hodkinson addressing the Edmonton City Council Community and Public Services Committee meeting on Nov. 13 about the city’s move to extend its face-covering bylaw.

(see video on the source page)

Moving right along to your statement Klaus of “concerns about the environment”. Is it not time you simply dropped the mask and revealed that yes, this is what it was all about from the get go. Agenda 2030, after all, was conceived before the manufactured pandemic. One would have thought that after Al Gore’s ridiculous and demonstrably false “Inconvenient Truth”, the junk science behind “anthropogenic global warming” would have deservedly been ridiculed and discarded on the trash heap of history. But instead it’s been re-birthed as a mask to implementing Communism 3.0. under the guise of “the Great Reset”. We see through you.

No industry or business will avoid the impact of these changes. Millions of companies risk falling behind, and many industries face an uncertain future; a few will thrive.

Those that have thrived are unsurprisingly the very same clutch of folks that are your buddies from Davos. Enormous corporations that benefit from the tyrannical lockdowns. It comes as no surprise that Bezos’ Amazon, Zuckerberg’s Facebook and Dorsey’s Twitter have all sucked up more power, influence, and market share while SMEs have been squashed by — again — policy and not the virus. Amazingly you’ve the gall to talk about equality while ensuring all of this takes place. And then there’s your buddy, Bill.

On an individual basis, for many, life as they’ve always known it is unraveling at alarming speed. This said, acute crises favor introspection and foster the potential for transformation.

The only thing we can transform, without unintended consequences, is ourselves. Nature does the rest. This is because the world is complex, far more complex than anyone — certainly you — can imagine. And in believing “we” (which we know means you and your fellow accomplices complicit in this crime) can transform it implies a belief you’ve a handle on the infinite amount of data points each second that occur in the world and furthermore how each of those data points may react to any change in any other data points. In short, you’ve the same misguided belief that centralised planning works. It doesn’t.

This “opportunity” is manufactured to amass enormous attention and force feed your Marxist neo-feudal agenda of reshaping the world in a centralised approach. It is worth noting at this point that EVERY single time mankind has embarked on “reshaping the world” to meet the objectives of a small group of intolerant people it has ended in genocide. Every. Single. Time.

Systematic Connectivity

A new world could emerge, the contours of which it is incumbent on us to reimagine and redraw.

There you go again with this notion that you and your out of touch friends know what is required for the rest of us.

The sudden and violent nature of the shock the pandemic is inflicting can make the scale of this challenge seem overwhelming.

Yes, you’re quite correct on the violent shock to society. As my friend Doug Casey remarked, “Masks, social distancing, lockdowns, and non-gathering are doing immense damage to society at every level—health-wise, socially, and financially. This nonsense is rupturing the social fabric everywhere. That’s extremely dangerous.”

This impression is due in no small measure to the fact that in today’s interdependent and hyper-connected world risks amplify each other: Individual risks or issues harbor the potential to create ricochet effects by provoking others (like unemployment potentially fuelling social unrest and impoverishment triggering involuntary mass migration).

“Unemployment potentially fuelling social unrest…” Really? “Involuntary mass migration” is all due to policy, especially that of the EU, whether it be to create social justice or creating conflict. So far, all the trouble you refer to has been created by policy makers and influencers, not the average Joe. And here you are telling us to put our faith in — deep breath — policy makers.

The defining feature of today’s world is systemic connectivity: In such a world, silo-doing and silo-thinking have no place because risks converge. All the macro issues that exert direct and daily impacts on our societies, the global economy, geopolitics, the environment and technology do not evolve in a linear fashion.

If by “systematic connectivity” you mean the organised effort by the WEF, the world’s central banks, and the world’s governments to abandon sovereignty and cater to protecting international interests of a small elite, then sure. Surely, if you’re against “silo thinking,” censoring dissenting voices via the mainstream media and social media would be something you’d be dead against. In the immortal words of Homer Simpson, “Lord help me, I’m just not that bright.”

They play out as complex adaptive systems, and as such, share a fundamental attribute: susceptibility to matters cascading out of control and in so doing producing extreme consequences that often come as a surprise. COVID-19 has already given us a foretaste of this phenomenon.

Translation: Globalists have implemented policies they do not understand, cannot pay for, and cannot control. A fake pandemic is now being used as the catalyst to wipe the slate clean and steal all the assets and subjugate the world to full technocratic control.

Examining Fault Lines

To a considerable extent, occurrences as different as the sharp and dramatic rise in unemployment (an economic risk), the global wave of social unrest unleashed by the Black Lives Matter protests (a societal issue) and the growing fracture between China and the U.S. (a geopolitical risk) wouldn’t have taken place without the pandemic. At the very least, coronavirus exacerbated those trends.

Those more cynical among us might call that a coincidence. Rise in unemployment is because the government made it illegal to work, which our captured media justified by terrifying people. Global wave of social unrest was fueled by Marxist fanatics (see here). And fracture between US and China is a natural result of their economic relationship and the struggle for world supremacy.

The concurrence and severity of these fault lines mean that we are now at a critical juncture: The potential for change is unlimited and bound only by our imagination — for better or for worse.

Whose imagination, Klaus? Normal people don’t feel as though they have the right to dictate how the world should be run.

Societies could be poised to become either more equitable or the opposite; geared toward more solidarity or greater individualism; favoring the interests of the few or looking to the needs of the many; economies, when they recover, could be characterized by greater inclusivity and more attuned to our global connection, or they could simply return to business as usual — now revealed to be (in so many ways) an untenable status quo.

As I mentioned in a special report (What Happens Next) on the growing cancer in society, it is individualism which is the hallmark of a free society.

This is the fundamental question upon which the success of the Great Reset depends. The scope of change required is immense, ranging from elaborating a new social contract to forging improved international collaboration. Immense but far from insurmountable, as the case for smart investment in the environment shows.

Getting It Right

Build Back Better has been adopted by leaders all around the world.

One way to invest smartly is to embed climate and environmental resilience into stimulus packages and recovery programs.

The immediate post-crisis period offers a small window to build back better by not wasting the $10 trillion that governments around the world are investing to alleviate the effects of the COVID-19 pandemic.

It is evident that”Build back Better” is more about destroying Western democracy and individual human rights than it is about building anything other than a complete hell on earth.

A recent policy paper to which the World Economic Forum contributed estimates that building a nature-positive economy could represent more than $10 trillion per year by 2030 — in terms of new economic opportunities, as well as avoided economic costs.

In the short term, deploying around $250 billion of stimulus funding could generate up to 37 million nature-positive jobs in a highly cost-effective manner. We should not view resetting the environment as a cost but rather an investment that will generate economic activity and employment opportunities.

The ultimate price that will be paid here will be measured in human lives lost and contrary to what your “think tanks” say a degradation of the world environment. I will invite you to read my banned article on Greenwashing where I lay bare the absurdities that your think tanks purposefully ignore.

We must get the Great Reset right. The challenges before us could be more consequential than ever imagined, but our capacity to reset could also be greater than we had previously hoped.

I think, Klaus, at this point I’m going to simply leave you with the great words of Thomas Sowell,

“It is hard to imagine a more stupid or more dangerous way of making decisions than by putting those decisions in the hands of people who pay no price for being wrong.”

And now I’ll leave you with some quotes upon which to reflect.

“The theory of Communists may be summed up in the single sentence: Abolition of private property.” 
– Karl Marx

“You’ll own nothing, and you’ll be happy”
– World Economic Forum

And let’s not forget…

“The last capitalist we hang shall be the one who sold us the rope.”
– Karl Marx

-Chris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s