« Vaccin » Covid : analyse du Dr Lee Merritt.

Interview du Dr Lee Merritt par Alex Newman sur la chaîne The New American.

La vidéo censurée sur YouTube est sur Odysee ici.

Transcription et traduction par moi. Douze heures de boulot. Merci de diffuser avec lien vers cette page.


Traduction

Alex Newman : Avez-vous l’impression qu’on instrumentalise la médecine pour s’en prendre à nos libertés et ce coronavirus pour nous priver de nos droits? Vous n’êtes pas seuls. Aujourd’hui, nous recevons une invitée très spéciale. C’est le Dr Lee Meritt et sa biographie est très longue – nous pourrions y consacrer une demi-heure – aussi vais-je la parcourir rapidement.

Elle débute sa carrière médicale à l’âge de quatre ans, en accompagnant son père médecin lors de ses visites à domicile. Elle est membre à vie de l’Alpha Omega Alpha Honor Medical Society. Elle a été présidente de l’Association Américaine des Médecins et Chirurgiens (AAPS), une admirable association médicale. Elle a été membre du conseil d’administration de l’Arizona Medical Association. Sa biographie est vraiment incroyable. Médecin de formation classique, elle a obtenu son diplôme en médecine de la Faculté de Médecine et de Dentisterie de l’Université de Rochester. Elle a exercé en tant que chirurgienne orthopédique de la colonne vertébrale pendant 27 ans, elle a étudié les armes biologiques, elle a fait son stage au National Naval Medical Center de Bethesda, Maryland en médecine interne, puis elle a fait une résidence en chirurgie orthopédique au San Diego Naval Medical Center. Elle a exercé 10 ans en tant que chirurgien militaire dans de nombreux endroits. Elle a reçu la bourse Lewis Goldstein en chirurgie de la colonne vertébrale – la seule femme à l’avoir jamais reçue. Une biographie incroyable. Elle a été conférencière au Doctors for Disaster Preparedness – une conférence formidable, si vous ne la connaissez pas encore – et elle est en quelque sorte une libre penseuse. Alors, Dr Merritt, merci beaucoup d’avoir accepté d’être avec nous aujourd’hui.

Dr Lee Meritt : Eh bien merci, merci. Ce fut une semaine passionnante. Je reviens juste de Washington DC, alors…

Alex Newman : Oh, ça a dû être intéressant. Voudriez-vous nous livrer vos réflexions sur ce Covid et sur le fait qu’il semble que ce soit le prétexte idéal pour nous spolier de nos droits, fermer nos entreprises, détruire notre économie, nous priver de notre intégrité corporelle individuelle. Aujourd’hui, on parle de vaccins obligatoires. Que pensez-vous de ce Covid? Le virus justifie-t-il vraiment le niveau d’hystérie que nous voyons et l’expansion massive du pouvoir gouvernemental dont nous sommes témoins?

Dr Lee Meritt : En un mot, non. Pas du tout. Quand j’ai donné ma conférence en août au Doctors for Disaster Preparedness, le titre en était « Le SARS-Cov2 et la montée de la technocratie médicale ». On m’avait demandé d’y parler et j’avais eu une idée des années auparavant, sur laquelle j’avais planché tout ce temps – sous forme de conférence parce que je participe régulièrement à leurs symposiums – et ma conférence avait comme sujet la militarisation de la médecine.

Le problème, c’est qu’au moment où j’étais prête à donner cette conférence, j’ai dû l’adapter en temps réel parce que c’est ce qui est arrivé dans la réalité. On a plus ou moins fait ce que j’avais prévu, et je crois que nous sommes vraiment en guerre. Nous sommes dans une guerre sans restriction et non-conventionnelle, du type que les généraux militaires chinois décrivaient il y a 30 ans. Et je ne dis pas que la Chine seule est impliquée, mais elle en est l’acteur militaire frontal (NdT. le proxy).

Avant que tout cela se produise – alors que je n’y pensais qu’en théorie – j’avais réfléchi à l’évolution de la guerre au fil des siècles. Nous nous sommes d’abord battus à coups de massue, nous sommes ensuite passés à des batailles planifiées, puis – en tant qu’Américains – nous avons été les pionniers des tactiques de guérilla en nous abritant derrière les arbres pour tirer- ce que les Britanniques considéraient alors comme un manque d’esprit sportif – et ainsi de suite. Mais de notre vivant, ce que j’appelle le conflit militaire 4.0 – un terme que j’ai inventé avant même d’entendre parler aujourd’hui de guerre de cinquième génération, mais c’est précisément ce dont il s’agit – la version 4.0 c’était quand nous combattions, par exemple Isis ou Al-Qaïda et que l’on pouvait déterminer l’identité de l’ennemi en se basant sur la Convention de Genève. Ils semblaient constituer une armée permanente, ils portaient des uniformes, ils avaient reçu une formation, ils utilisaient des tactiques de groupe et d’autres choses encore, mais on comprenait qu’on ne pouvait pas être sûrs à 100% de qui était l’ennemi, parce qu’on ne savait pas qui les finançait, qui leur envoyait des armes, qui assurait vraiment leur formation [NdT. en fait, si mais ceci est une autre histoire]. Il y avait donc déni plausible.

Mais que se passerait-il si on pouvait aller encore plus loin? Donc, ce que j’ai appelé – et ce que j’ai appris ensuite que d’autres personnes ont appelé – la guerre 5.0. Et s’il existait une arme si furtive que non seulement on ne saurait pas qui est l’ennemi mais on ne saurait même pas qu’on est attaqué? Ça aurait l’air naturel et ce que nous vivons maintenant, à mon avis, c’est ce genre de scénario. C’est ce qu’on a fait et – c’est encore ma réflexion personnelle, je ne l’ai lu nulle part – je sais comment on s’y est pris.

Il y a une chose que j’ai apprise, que j’ai trouvée toute seule mais qui m’a ensuite été confirmée par un ingénieur taïwanais lors d’un vol de nuit. Il m’a expliqué que s’ils n’ont pas été gravement touchés par ce virus – ils ont tout de suite compris le problème – c’est parce qu’ils n’écoutent pas la propagande du Parti Communiste Chinois. Leurs nouvelles, ils ne les écoutent pas. Ils ont tout un département qui filtre leurs médias sociaux et lorsqu’ils voient quoi que ce soit se faire censurer, ils s’y intéressent. Ça doit être la vérité. Voilà une tactique qui pourrait nous être utile aujourd’hui en Amérique.

Dès le début février, j’ai pensé qu’il s’agissait d’une arme biologique parce qu’aussitôt que quiconque présentait des données en ce sens, il était censuré. Vous connaissez le vieil adage militaire, le pilote dit que lorsque vous essuyez des tirs, vous pouvez être certain de survoler la cible. Je pense donc – et nous n’avons pas le temps d’entrer ici dans le vif du sujet – je pense qu’il existe une foule de preuves qui montrent que le coronavirus est un virus naturel et très bénin qui ne provoque même pas un rhume à la majorité des gens. Au pire, ça provoque un rhume. Ça ne vous tuera pas, ça ne vous rendra pas très malade.

Mais ce qu’on en a fait, c’est l’utiliser comme moyen de transmission. Rappelez-vous la situation à l’époque où on est passés à l’ère nucléaire. C’était des armes difficiles à diffuser. On a dû les larguer sur les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki (Ndt. on a fait plus simple, on a utilisé des bombes incendiaires mais ceci est aussi une autre histoire). On devait les embarquer dans un avion. Aujourd’hui, le plus compliqué c’est la technologie de guidage des missiles. Dans le domaine des armes biologiques, nous en avons accumulé beaucoup au fil des ans. Celle qui m’inquiétait le plus était la variole. Mais certaines de ces armes biologiques – la plupart d’entre elles – sont soit difficiles à diffuser, soit il existe un traitement, ou quelque chose du genre. Le principal problème est leur diffusion.

Souvenez-vous de l’histoire de l’anthrax. Il a été diffusé dans des enveloppes, il est allé jusqu’au Congrès. L’anthrax est difficile à diffuser. Il est potentiellement mortel pour certaines personnes mais il est difficile à diffuser. Il faut donc concevoir un missile – et ici le missile est un coronavirus, une très petite particule, un virus hautement transmissible. Un masque n’en protègera pas, quoiqu’en dise la propagande. Inutile de se cacher derrière un petit écran en plastique, comme ceux qui coûtent très cher aux entreprises. C’est extrêmement transmissible mais c’est très bénin.

Ensuite, on y ajoute ce qu’on pourrait appeler l’ogive. L’ogive est une petite protéine qu’on a intégrée au virus, qui se fixe aux voies ACE2 – les êtres humains ont ces voies ACE2, c’est génétiquement déterminé. Ce crochet qu’on a rajouté – qu’on appelle la protéine de pointe – peut alors pénétrer ces voies ACE2 et finira dans votre cœur, dans vos poumons, dans vos testicules, dans votre cerveau. Ça peut vous tuer.

Je pense que ce qui s’est passé – et nous pouvons en débattre – c’est que ça a été diffusé volontairement, mais je ne peux pas le prouver. Ça a été diffusé soit accidentellement, soit volontairement. Mais quoi qu’il en soit, lors de sa première diffusion, comme pour de nombreux virus, je pense qu’il était plus dangereux. La première génération était la plus meurtrière. Il a circulé, il a tué beaucoup de gens à Wuhan, il a tué des gens en Lombardie.

Je dis souvent : «On a un problème quand les médecins se mettent à mourir» et les médecins et les infirmières de Lombardie mouraient. Si nous ne pouvons pas nous sauver nous-mêmes, nous avons un sérieux problème. C’est le moment de se réfugier dans sa cave – ce qui est d’ailleurs assez efficace! – mais alors fini de sortir boire une bière ou d’aller à l’épicerie. On ferme les entreprises et on rentre en guerre économique. Mais un véritable isolement, contre la variole par exemple, fonctionne.

Donc, il est d’abord arrivé en Lombardie, puis à New York – c’était probablement un virus de première génération – et il a tué pas mal de monde au début. Mais comme la plupart des virus – presque tous les virus que je connais, lorsqu’ils traversent un hôte humain – il s’est affaibli. C’est un avantage adaptatif. Si vous êtes le Napoléon des virus et que vous voulez conquérir le monde, vous ne tuez pas tous les hôtes que vous rencontrez. Sinon vous ne vous propagerez pas. Vous devenez donc moins mortel, plus transmissible et c’est ce qui s’est passé au fil du temps. C’est ma vision des événements à ce stade.

Mais ce qu’on a vu, c’est que dès que ce machin a circulé, il est devenu très facile d’en tirer parti. Comme je le dis, s’il s’agissait d’une diffusion volontaire, ça fait partie d’une opération de guerre planifiée. S’il s’agissait d’une libération accidentelle, c’est alors une guerre qui a été greffée sur cette libération accidentelle. Ce qu’ils en ont fait, c’est l’utiliser pour instaurer la peur. Et la peur est un instrument de manipulation psychologique incroyablement efficace.

[…] On a détruit notre économie, on a détruit une génération d’enfants avec ces masques ridicules, on nous nuit de toutes les manières imaginables. C’est maintenant devenu une opération psychologique. Les médecins comme moi ont appris d’autres choses, et je pense que ça n’avait pas été prévu. Nous n’avions rien à faire, nous étions enfermés, assis à la maison et que faire dans ce cas? Notre réaction c’est d’étudier. Nous en avons appris beaucoup.

J’ai ainsi découvert que nous disposions d’un traitement contre les virus depuis probablement la fin des années 1970. J’ai obtenu mon diplôme en médecine en 1980, donc je suis une vieille taupe mais mon fils a obtenu son diplôme beaucoup plus tard, tout récemment, et il est chirurgien général. Je lui ai demandé: « As-tu déjà entendu parler au cours de ta formation médicale – dans ta fraternité, dans tout ce que tu fais – du fait que nous pourrions traiter les virus avec ces agents antimicrobiens?  » Non, il n’en avait jamais entendu parler. J’ai appelé un ami en Floride, professeur de médecine interne depuis 40 ans, un vrai docteur en médecine. Je lui ai demandé: « As-tu déjà entendu dire que nous pourrions traiter les virus avec un agent antimicrobien? » Non, il n’en a jamais entendu parler. Voilà donc un énorme mensonge. J’ai tenté de publier un article avec ce titre, mais on m’en a fait changer en quelque chose dont je ne me souviens plus. Mais c’est sur le fait qu’on nous ment sur ce traitement depuis 40 ans.

[…] A propos de vaccins et compagnie, pourquoi y a-t-il des vaccins? On a fait des vaccins parce qu’il n’existait pas de traitement contre la variole. Il n’y en avait aucun et c’est une maladie très mortelle. Ça avait du sens d’avoir un vaccin. Au départ, il n’y avait pas de traitement contre la polio, il était donc logique d’avoir un vaccin. Mais, même sans rien faire, cette maladie [NdT. Le Covid] a montré 99,991% de chances de survie lors de la dernière saison virale – j’appelle ça une saison virale parce que ce n’est plus vraiment une saison grippale. En hiver, notre récente saison de l’horreur – même en comptant New York et le reste – c’était le taux de survie au niveau mondial. Par opposition à une saison de grippe virale standard, qui est de 99,992%. Vous voyez donc l’énorme différence. Donc, de un, ce n’est pas si mortel.

Mais de deux, nous disposons en fait d’un traitement qui fonctionne extrêmement bien. Malgré toute la propagande et toutes les tentatives de falsification de la littérature médicale, sur lesquelles ils se sont fait prendre la main dans le sac, et leur volonté de rejeter tout ce avec quoi ils ne sont pas d’accord, nous avons un traitement qui fonctionne vraiment. Vous me direz : « Pourquoi cacheraient-ils un traitement? » Je peux citer deux raisons. Premièrement, l’industrie des vaccins passe de 69 milliards de dollars à zéro si on dispose d’un traitement efficace contre toutes ces maladies virales transmises par aérosol. Donc les oreillons, la rougeole, bla bla bla, ça pourrait tout solutionner. Nous ne savons pas encore tout parce que…

Alex Newman : Vous voulez dire, la chloroquine et l’hydroxychloroquine.

Dr Lee Merritt : C’est exact, et l’ivermectine. Il y en a probablement d’autres. On les appelle « agents lysosomotropes ». Un de mes amis m’a appelé – c’est un anesthésiste initialement formé en Inde. Il était tellement enthousiaste qu’il m’a appelé en pleine nuit quand nous avons d’abord entendu parler de… avant que Trump ne dise quoi que ce soit. J’ai d’abord pensé qu’on ne voulait pas accepter cette idée parce que « Orange Man mauvais », et ils ne voulaient rien admettre de ce que Trump disait. Mais nous le savions avant ça et c’est beaucoup plus important que la simple personne de Trump.

Donc il m’a appelé et il m’a dit: « Je pense savoir comment ces choses fonctionnent ». Il a sorti son vieux manuel de maladies infectieuses et de biochimie d’Inde et il a compris. J’ai dit : « Bon, si c’est comme ça que ça marche, nous devrions pouvoir trouver d’autres médicaments ». Et puis j’ai trouvé le terme «agents lysosomotropes», je me suis mise à les rechercher et il s’avère qu’il y en a un certain nombre. Mais en fin de compte, pourquoi ne veut-on pas que vous le sachiez? Parce que l’industrie des vaccins à 69 milliards de dollars tomberait à zéro mais au-delà de ça, si nous sommes actuellement en guerre biologique dans le cadre de cette guerre multidimensionnelle, et si tout le monde se balade avec un traitement dans la poche, on ne peut plus vous terroriser avec des virus et ça c’est fondamental.

Selon la façon dont a été conçu cet truc expérimental – qui n’est vraiment pas un vaccin mais quel que soit le nom qu’on leur donne, le vaccin Pfizer, le vaccin Moderna, le machin ARN – il n’empêche pas la transmission, de leur propre aveu. Et même si c’était le cas, il est créé pour n’agir que sur la partie ogive de ce bricolage, la protéine de pointe. Donc, l’année prochaine, ces gens et ces armes biologiques… Une des choses que j’ai malheureusement apprises, c’est qu’il y a de ces bio-armateurs (NdT. spécialistes en armes biologiques) partout dans ce pays et que nous les avons littéralement financés.

Pensez-y: nous avons financé un virologue de l’APL pour qu’il vienne travailler dans notre laboratoire militaire d’armes biologiques. C’est le comble de la folie ou de la trahison.

Alex Newman : Et l’APL est l’Armée Populaire de Libération, pour ceux qui ne la connaissent pas. C’est la Chine communiste.

Dr Lee Merrit : C’est exact. Sous l’administration Clinton, il était d’ailleurs totalement illégal d’accueillir des étudiants étrangers non-alignés. Donc, ceux qui venaient d’Iran ou d’un endroit qui n’était pas l’un de nos alliés ne pouvaient même pas travailler dans un laboratoire de biologie qui travaillait sur des agents pathogènes de moindre intensité – n’importe quel agent pathogène pouvant être utilisé comme arme biologique. Nous sommes donc soudainement passés de cette position sous l’administration Clinton à, sous l’administration Obama, un financement effectif de virologues communistes chinois de l’APL pour leur permettre de travailler dans nos laboratoires d’armes biologiques. C’est de la folie absolue.

J’ai découvert l’existence de ces gens – nous avons plus de bio-armateurs que je ne l’avais imaginé. Je savais que les Soviétiques en avaient et qu’ils étaient probablement présents ici, mais j’ignorais combien il y en avait dans le monde au total. Ces gens peuvent donc maintenant créer autre chose à greffer sur ce coronavirus. Maintenant qu’ils ont la technologie des missiles, ils peuvent y mettre tout ce qu’ils veulent et chaque année il faudrait avoir un vaccin différent. Donc, même si vous pensez que ce type de vaccin fonctionne – ce que je ne crois pas – ce n’est pas une solution permanente. Les virus sont présents partout autour de nous, ils font partie de la nature. Nous avons vécu avec eux pendant des millénaires, nous vivrons encore – si nous survivons à tout cela, j’espère – quelques millénaires avec eux. Mais nous devons disposer d’une solution qui n’implique aucun vaccin d’aucune sorte et nous avons ces solutions : nous avons le traitement et nous avons la prévention. L’hydroxychloroquine et la chloroquine sont non seulement efficaces comme traitement, mais ils le sont comme moyen de prévention.

L’autre aspect à améliorer c’est votre propre système immunitaire, par la prise de suppléments. Big Pharma aimerait mieux pas, mais c’est vraiment sans appel. Quand je me suis retrouvée assise chez moi, à devenir dingue devant mon ordinateur, je filais des coups de pied à mon écran en disant: « Avec tous les milliards de dollars que nous payons au CDC, pourquoi ne font-ils aucune recherche sur les gens qui tombent vraiment, vraiment malades et qui meurent? » Parce que, vous l’aurez remarquez, on a vu une distribution bimodale : il y a tous ceux qui s’en sont sortis indemnes. La plupart des gens, plus de 90%, n’en sont jamais vraiment tombés malades. Ils tombent légèrement malades ou ils ont un épisode grippal mais ils s’en sortent.

Et puis, on a vu un très petit pourcentage de personnes entrer aux soins intensifs et ceux qui en sont morts. Qui sont ces gens? Le CDC, malgré tout cet argent, n’a jamais enquêté ou ils ne nous l’ont pas dit. Mais les Indonésiens l’ont fait et ils ont examiné […] divers facteurs. Le plus important c’est le niveau de vitamine D. S’il est supérieur à 30, les risques de finir aux soins intensifs sont inférieurs à quatre pour cent – des malades hospitalisés donc beaucoup moins si on considère l’ensemble de la population. Donc, le mieux à faire est d’augmenter son taux de vitamine D, ce que le soleil seul ne permet pas.

C’est ma vision globale et je pense que tout cela fait partie d’un projet de démantèlement de l’Amérique.

Alex Newman : C’est absolument fascinant, Dr Merritt. C’est drôle, sans être un professionnel de la santé, sans avoir lu toute la littérature, j’en suis arrivé à des conclusions similaires simplement en lisant avec discernement ce qui était publié dans la presse.

J’aimerais approfondir un peu plus cette histoire de vaccins. C’est un sujet brûlant. Hier encore, Biden – nous enregistrons le jeudi 14 janvier – hier encore, Biden a publié un tweet indiquant qu’il veillerait à ce que chaque Américain reçoive ce vaccin. Je me suis dit, oh! est-ce que ça veut dire moi aussi? Avez-vous des inquiétudes quant à la sécurité de ce vaccin et le recommanderiez-vous à vos patients dans votre pratique médicale? Cela dépendrait-il de leur profil de risque? Qu’en pensez-vous?

Dr Lee Merritt : J’ai beaucoup d’inquiétudes, dont la moindre n’est pas le {manque d’}intégrité et la turpitude morale de la profession médicale, car nous ne forçons jamais les gens à suivre un traitement médical. Et peu importe comment on le considère, recevoir un vaccin de quelque nature que ce soit, que ce soit un vaccin contre la grippe ou celui-ci, constitue un traitement médical. Personne ne devrait y être contraint ou forcé. Et au fait, c’est la raison pour laquelle nous avons pendu des médecins après la Seconde Guerre mondiale en Allemagne, pour avoir violé ce principe. Nous ne devrions pas le faire.

Concernant la question de la sécurité, je dis toujours aux gens : « Je ne vous dirai pas de vous faire vacciner ou non. Vous devez prendre cette décision vous-même, mais pour ça il vous faudrait pouvoir donner un consentement éclairé. » Et là où ça devient vraiment grave, c’est que celui qui publie la notice d’un vaccin sur son Facebook peut voir son compte supprimé. Gardons donc à l’esprit que nous n’avons pas de consentement éclairé. Nous pourrions penser que nous l’avons. Nous ne l’avons pas.

Pour résumer cette histoire de ces vaccins, ce sont des produits biologiques expérimentaux que je n’appellerais même pas des vaccins. Classiquement, le fonctionnement des vaccins est le suivant : on cultive des agents pathogènes – disons ceux de la rougeole – on cultive la rougeole dans une cuve ou dans des œufs et on en préleve ensuite une partie et on la rend moins virulente, on l’atténue , on l’affaiblit – il existe différentes façons d’y arriver. Puis on l’injecte aux patients et leur propre système immunitaire, qui voit ce pathogène affaibli, y réagit juste assez pour en garder la trace dans sa mémoire immunologique. Lorsqu’ils y sont exposés la fois suivante, ils l’ont mémorisé et théoriquement, ils peuvent mieux réagir. C’est ce que fait votre vrai corps quand il tombe malade sans tout ce processus de vaccination. Vous tombez malade d’un virus, vous obtenez la plupart du temps une immunité parfaite à vie et c’est réglé une fois pour toutes.

Mais en quoi ceci est-il différent? On ne vous donne pas un agent pathogène ou un morceau d’agent pathogène ou un petit morceau avec un adjuvant, qui est un produit chimique destiné à faire réagir davantage votre système immunitaire. Ce qu’on fait, c’est programmer de l’ARNm – l’ARNm est un petit élément comme l’ADN – c’est-à-dire de l’ARN messager. C’est celui qui contrôle la fabrication des protéines dans le corps. C’est un peu comme une puce informatique qu’on mettrait dans une imprimante 3D, qui lui dira ce qu’elle doit imprimer – ça existe en ingénierie et c’en est l’équivalent biologique. Je fabrique de l’ARNm qui dit au corps de produire certaines choses. Dans ce cas, on a fabriqué un morceau de cet ARNm pour faire fabriquer par chaque cellule de votre corps cette protéine de pointe, du moins une partie de celle-ci. C’est donc vous qui créez le pathogène dans votre corps. C’est là que ça devient très flou – cette protéine de pointe sera créée en quelle quantité? Je ne sais pas où trouver l’information – mais je suis sûr que quelqu’un le sait.

Le problème est apparu lors des études sur les animaux. Il y a eu quatre vaccins différents et trois études animales différentes, à ma connaissance. Chez les furets, chez les chats – les chats ont une lien naturel avec le coronavirus. C’étaient des chats, des furets et encore autre chose. Ils ont commencé après le SRAS, avec des tests sur des chats, puis après le MERS – qui sont tous deux provoqués par des coronavirus pathogènes plus mortels – ils l’ont essayé sur des furets et autre chose. Ce qui s’est passé, c’est que tous les animaux sont morts. Pas soudainement, ils ne sont pas morts du vaccin. Ils sont morts de ce qu’on appelle renforcement immunitaire, ou renforcement induit par les anticorps, ou facilitation de l’infection par anticorps. On appelle ça aujourd’hui ADE (antibody dependent enhancement), mais ça s’appelait avant renforcement immunitaire. Voici ce qui se passe : on fabrique l’ARN, on prépare le vaccin, ils reçoivent le vaccin et ils vont bien. Ensuite, on inocule à l’animal le virus contre lequel il est censé être vacciné. Quand on a inoculé le SRAS à ces chats, au lieu de tuer le virus ou de l’affaiblir, la réponse immunitaire orientée qu’on avait intégrée à leur système, s’est activée et a enrobé (NdT. « coated ») le virus. Ainsi, le virus est entré dans le corps du chat comme un cheval de Troie, invisible pour le système immunitaire du chat. Et puis il s’est répliqué sans aucune retenue et a tué le chat par septicémie galopante et insuffisance cardiaque. Même chose pour les furets, c’est arrivé chaque fois qu’on a fait ce test.

Permettez-moi de souligner qu’on a jamais obtenu de résultat positif lors des études sur les animaux pour ce type de virus. On en a jamais réalisé sur les humains. Du moins, nous n’en avons jamais réalisé. Peut-être que les Chinois l’ont fait et j’en parlerai dans une seconde. Mais c’est la raison pour laquelle nous n’avons pas vraiment de bilan positif. Ce vaccin a été déployé dans les centres de distribution avant même qu’ils fassent semblant de s’inquiéter de son approbation par la FDA. Vous comprenez ce que je dis? Qu’il a été distribué – dans le Nebraska, je le sais – qu’il était déjà dans le centre de distribution quelques jours avant que la FDA n’annonce même qu’elle allait l’approuver.

QUOI?!

Je n’avais jamais vu rien de tel se produire. Et la plus longue période d’observation de ceux qui ont reçu le vaccin, c’est deux mois. Vous comprenez que ce n’est pas assez longtemps pour savoir si ce problème de facilitation de l’infection par anticorps se posera ou non.

Et je voudrais exposer ceci d’un point de vue militaire. C’est l’arme binaire parfaite. Je n’ai aucun moyen de savoir exactement pour quel rôle cet ARNm est programmé, vous non plus et la plupart des médecins non plus. Les médecins n’ont aucun accès à ces données. Les personnes au sommet de la hiérarchie de ce projet, oui. Ils savent mais nous ne savons pas. Ils disent qu’il a été conçu par rapport à la protéine de pointe, mais comment le prouver? On n’en sait rien. Si j’étais en Chine et que je voulais décimer nos militaires, ce serait simple. Je ferais exactement tout ce que nous avons observé. Je fabriquerais quelque chose que j’accrocherais à ce coronavirus, comme la protéine de pointe ou une autre protéine. Et puis je fabriquerais un ARNm contre ça, mais comme celui-ci n’existe pas dans la nature, personne ne mourra du vaccin. Et puis deux ans plus tard je libère le truc que j’ai en réserve, la contrepartie. Qui provoquera la mort par renforcement immunitaire. C’est donc une mort différée. C’est ce que font les poisons binaires. Ils fonctionnent à retardement. Je vous donne la première partie, je m’éclipse, puis vous entrez accidentellement en contact avec la deuxième partie et vous mourez. Et c’est impossible à tracer.

Alex Newman : Et ce n’est pas une menace hypothétique. Il y a eu une fuite depuis Shanghai d’une liste de membres du Parti Communiste Chinois. Des centaines d’entre eux travaillaient chez Pfizer, AstraZeneca et GlaxoSmithKline, les entreprises qui fabriquent ces vaccins. C’est absolument terrifiant.

Dr Lee Merritt : Nous devrions donc leur faire confiance. Ils agissent dans notre meilleur intérêt.

Alex Newman : Quelle est la suite, Dr Merritt? Pour les minutes qui nous restent, dites-nous vos inquiétudes quant à ce qui se profile à l’horizon? J’ai parlé à des médecins. Ils disent que nous allons sans doute avoir un Covid 2021, ou quelque chose d’équivalent. Ils parlent de cette mutation du coronavirus qui est censée être 70 fois plus virulente. Je ne sais même pas ce que ça veut dire. Je ne sais pas comment on mesure …

Dr Lee Merritt : Je peux vous l’expliquer. C’est celui de la Grande-Bretagne. Ne vous inquiétez pas, c’est de la menue monnaie. Ce qu’on raconte, c’est que c’est plus transmissible. C’est comme si je vous disais que je roulais à 95 sur l’autoroute mais que je suis passée à 97. Ne vous inquiètez pas pour ça. La transmissibilité on s’en fiche. C’est déjà tellement transmissible que ça ne fait qu’une très petite différence. Ce n’est pas le problème. C’est la létalité qui devrait nous inquièter et de ça on ne parle pas.

On pourrait nous balancer autre chose, mais encore une fois, si on balance quelque chose qui est basé sur ces virus aéroportés comme le corona, nous disposons d’un traitement, qui est l’hydroxychloroquine ou l’ivermectine. Alors pourquoi sont-ils aussi acharnés?

Ce que nous devons faire c’est reprendre notre monde des mains des salauds de la virologie, en assurant un approvisionnement en ivermectine ou en hydroxycloroquine. Maintenant, vous remarquerez que deux – quelles sont les chances? – deux usines d’hydroxychloroquine ont été incendiées. On nous dit : « Oh non, ce n’étaient pas des usines d’hydroxychloroquine ». Non, ils fabriquaient les précurseurs de l’hydroxychloroquine. On nous ment en permanence.

Ce que nous devons faire, c’est résister. Je suis fière de dire que le gouverneur Ricketts du Nebraska est l’un des cinq gouverneurs à ne pas restreindre l’usage de l’hydroxychloroquine de quelque manière que ce soit (NdT. Certes, mais il participe à l’effort de « vaccination »). Tout le monde doit exiger de son gouverneur qu’il cesse de signer ce qui émane des universités médicales toutes payées par Fauci et le NIH (National Institutes for Health). Finissons-en et donnons à notre peuple la capacité de se défendre. On nous dit : « Il y a des missiles en route mais les sacs de sable sont interdits, les caves sont interdites, les abris anti-bombes sont interdits. » Non, ce n’est pas juste. Vous avez le droit de vous défendre. Les médecins doivent prendre conscience de ce qui constitue cette défense. Nous devons cesser de mentir sur cette défense et nous devons dire aux gens qu’il y a cinq ou six choses à avoir. J’ai un petit kit Covid à mon bureau. C’est du NAC [NdT. N-acétylcystéine, en vente libre], de la vitamine C, de la vitamine D, du zinc, du sélénium et de la quercétine – six choses. Si vous faites ça, vous améliorez votre réponse immunitaire, votre propre capacité à lutter et à ne pas tomber gravement malade.

Il est possible qu’ils reviennent à l’attaque avec des choses plus dangereuses à l’avenir. Nous aurons besoin de plus que ça. C’est pourquoi nous devons révéler la vérité. Il faut faire savoir qu’il existe un traitement et que les patients ne le reçoivent pas, ce qui est tragique. Les patients ont peur d’aller à l’hôpital parce qu’ils savent qu’ils n’obtiendront pas le bon traitement. C’est triste. Je voudrais sur ce point m’adresser aux médecins. Je comprends que si vous êtes en formation et que vous ne pouvez pas parler, vous êtes coincé. Je ne vous en veux pas, je blâme ceux qui sont au-dessus de vous – les gens qui prennent l’argent de Fauci, les gens qui prennent l’argent du NIH, qui sont prêts à prendre cet argent, à pousser le Remdisivir et à tuer des gens. Non pas qu’ils les tuent nécessairement avec le Remdisivir, mais ils les tuent en omettant un traitement précoce en ambulatoire, un traitement qui fonctionne.

Et les médecins de base, ceux qui ne sont pas formés, doivent prendre une décision morale. Parce que nous devrions faire de la prophylaxie dans les maisons de retraite. Nous pourrions sauver des vies pour cinq dollars par semaine. Nous pourrions sauver beaucoup de ces personnes âgées. Mais on ne veut pas le faire. Ils ne sont pas considérés comme contributifs à la société. C’est comme ça que les Nazis raisonnaient. Des gens qui ne sont pas dignes de vivre. Il va falloir surmonter ça, vous les médecins qui faites le choix de vous taire parce que vous avez une hypothèque, parce que vous avez deux enfants et que vous ne voulez pas perdre votre salaire universitaire. Il est temps de repenser votre position. Je pense que tout le monde dans la communauté médicale le doit. Nous avons besoin d’hommes courageux et honnêtes. Les informations sont disponibles. Ne me dites pas qu’il n’y a aucune preuve. On vous ment au sujet des preuves. Si vous faites vraiment un effort, sur Internet, vous trouverez les preuves. Et sinon, vous pouvez aller à – je suis un médecin de première ligne (NdT. frontline doctor) – vous pouvez aller à America’s Frontline Doctors, aflds.com. Vous pouvez vous rendre à l’association de l’AAPS, aapsonline.org, l’Association Américaine des Médecins et Chirurgiens. Et de nombreuses autres organisations prennent la parole maintenant.

Alex Newman : Excellent. Dr Merritt, c’est la dernière chose que j’allais vous demander. Des sites Web que les gens devraient visiter? L’Association Américaine des Médecins et Chirurgiens qui est un groupe phénoménal, les Médecins de Première Ligne. Avez-vous d’autres groupes et quelques paroles sages pour nous, Dr Merritt?

Dr Lee Merritt : Il y a la Déclaration de Barrington, et il y en a tellement d’autres. Si vous allez sur des sites alternatifs, sott.net a beaucoup de bons articles. Je dirais que si vous voulez sortir de la pandémie tout de suite, c’est vraiment facile. Vous éteignez votre téléviseur, vous enlevez votre masque, vous rouvrez votre entreprise et vous vivez votre vie. Vous embrassez vos proches, vous allez voir vos vieux parents et vous organisez des fêtes de quartier. Parce que nous ne pouvons pas vivre dans une cave. Même si vous pensez que les masques fonctionnent, ne faites pas ça à vos enfants. Pendant combien de décennies allez-vous faire ça? Chaque hiver, chaque année derrière un masque désormais? Non, je ne le ferai pas.

Alex Newman : Amen.

Dr Lee Merritt : Les masques ne fonctionnent pas.

Alex Newman : Dr Merritt, merci beaucoup de nous avoir consacré votre temps. Merci d’avoir partagé vos extraordinaires éclaircissements. Mes amis, c’est le Dr Lee Merritt, veuillez partager cette vidéo. Vous savez aussi bien que moi, elle ne restera probablement pas très longtemps sur YouTube ou sur Facebook. Alors les amis publiez-la, envoyez-la à vos amis, à vos proches, à votre liste de diffusion, partagez-la sur des plateformes de médias sociaux alternatives. Cette information est absolument essentielle, mes amis. Des vies sont en jeu, notre liberté est peut-être en jeu. Alors aidez à diffuser ces informations, visitez ces sites Web et partagez-les avec tous ceux que vous connaissez. Dr Merritt, merci encore.

Mes amis, merci d’avoir regardé et que Dieu vous bénisse tous.


Transcription

Alex Newman : Do you get the sense that medicine is being weaponized against our freedom and that this coronavirus is being used to trample our rights? Well you’re not alone. Today we have a very special guest with us. Her name is Dr. Lee Meritt and she’s got a bio – I could spend all half an hour on on her bio – I’ll just kind of go through it real quick.

She started her medical career at age four, doing house calls with her father. She’s a lifelong member of the Alpha Omega Alpha Honor Medical Society. She’s the past President of the American Association of Physicians and Surgeons which is a wonderful, wonderful group of doctors. She’s a former board member of the Arizona Medical Association. This bio is just incredible. Classically trained physician, got her medical degree from the University of Rochester School of Medicine and Dentistry. She was an orthopedic spinal surgeon for 27 years, studied bio-weapons, did her internship at the National Naval Medical Center in Bethesda, Maryland in internal medicine and then she did residency in orthopedic surgery at San Diego Naval Medical Center. She spent 10 years as a military surgeon all over the place. She was awarded the Lewis Goldstein Fellowship in spinal surgery – the only woman to have ever received that. Just incredible bio. She’s been a speaker at Doctors for Disaster Preparedness – a wonderful conference if you’re not familiar with it – and she is something of a free thinker. So Dr Merritt thank you so much for agreeing to be with us today.

Dr. Lee Meritt : Well thank you, thank you. It’s been an exciting week. I was in Washington DC before this so…

Alex Newman : I bet that was exciting. So tell us a little bit about your thoughts on this Covid and how it seems like it’s just the perfect excuse to take our rights, shut down our businesses, destroy our economy, overrule our personal bodily integrity. Now they’re saying maybe we’re gonna have mandatory vaccines. What are your thoughts on this Covid? Does the virus really justify the level of hysteria we’ve seen and the massive expansion of government power that we’ve seen?

Dr. Lee Meritt : The simple answer is, no, it does not. And when I gave my talk in August at the Doctors for Disaster Preparedness, the name of the talk was « SARS-Cov2 and the Rise of Medical Technocracy ». I had been asked to talk and I had come up with an idea years before, that literally I’d started thinking about – a talk for them – over a couple of years – because I go to the meetings periodically – and my talk was on the weaponization of medicine.

The problem is, by the time I actually was ready to give the talk I had to change things so rapidly because they did it. They did kind of what I thought, and I really do believe we’re at war. We’re in an unconventional unrestricted war, the kind that the military Chinese generals talked about 30 years ago. And I’m not saying this is just coming from China but that’s the proxima militarization of this.

And my thought before all this happened – when i was just theoretically thinking about this – was, warfare has changed over time. We started just hitting each other over with clubs and then we went to set piece battles and then we went to – we as Americans – we kind of pioneered guerrilla warfare shooting behind trees – and the British thought that was unsportsmanlike – and on and on. But in our lifetime what I call military conflict 4.0. – and I made this up before I ever even heard people now talking about fifth generation warfare but that’s really what we’re talking about – 4.0 was when we were fighting, say Isis or Al-Qaeda and you knew maybe who the enemy was by the Geneva Convention. They appeared like a standing army, they had uniforms, they had training, they used group tactics and things but you realize we weren’t 100% sure who the enemy was because you didn’t know who was funding them, who was sending them weapons, who was really doing the training. So there was plausible deniability.

But what if you could take it the next step further? So what I’ve called – and what I’ve learned actually some other people called – warfare 5.0. What if you had a weapon that was so stealth that not only did you not know who the enemy was, you didn’t even know you were being attacked. So it looked like nature and what we’re in here in my opinion is that kind of scenario. So what they’ve done – and this is again my thinking about this, I didn’t read this anywhere – but I know about how this thing came about.

One of the things I learned – and somewhat I figured this out but then I was confirmed by a Taiwanese engineer on an airplane I was on one night. And he said that the reason they didn’t get hit badly with this virus – they figured out right away – is that they don’t listen to what the Chinese Communist Party propaganda, their news, they don’t listen to them. What they do is, they have a whole department that screens their social media and when they see something get censored, they start looking at it. That must be the truth. Now that’s something that we should start appreciating here in America today.

I believed early on in February that this was a biologically manipulated bio-weapon because the minute that anybody popped up with data suggesting that, they were censored. You know the old military air, the pilot dictum that when you’re catching flak you’re over the target. So I believe that and – we don’t have time to go into it – I think there’s a host of evidence that shows coronavirus is a naturally occurring, very benign virus that doesn’t even give most people the cold. At the most it gives you a common cold. Doesn’t kill you, doesn’t make you very sick.

But what they’ve done is – it’s the transmission device. So think about how we were years ago when we first came into the nuclear age. We couldn’t easily distribute nuclear weapons. We had to drop them onto the Japanese cities of Hiroshima and Nagasaki. We just had to take them on a plane. But now the hard part is actually the guidance missile technology. So in bio-weapons what we had is, we had a lot of bio-weapons over the years. The one I was very worried about was smallpox. But some of these – most of these – bio-weapons were either hard to distribute or there was treatment for them, or something, and the problem here is distribution.

So remember the anthrax thing. It came out in the envelopes, it went to Congress. It’s hard to distribute anthrax. It might be deadly to some people but it’s hard to distribute. So let’s make a missile – and the missile is coronavirus which is a highly transmissible very small particle, a virus. It can’t be masked away, no matter what the propaganda is. You can’t hide from it behind a plastic little screen that costs businesses too much money. It’s just incredibly transmissible but it’s very benign.

Now add to that, basically the warhead. The warhead is a little protein that they tacked on, that attaches to your ACE2 pathway – and human beings have these ACE2 pathways. That’s somewhat genetically determined. And when you put on this hook – what they call the spike protein – then it gets into these ACE2 pathways which now is in your heart, in your lungs, in your testicles, in your brain. It can kill you.

I believe what happened here is that whether – and we can argue – I kind of think it was let out purposely but I can’t prove that. It was either accidentally released or it was let out purposely. But whatever happened when it first came out like many viruses I believe that it was worse. The first generation was more deadly. It came out, it did kill a lot of people in Wuhan, it did kill people in Lombardy.

I tell people, « You know there’s a problem when doctors are dying » and doctors and nurses in Lombardy were dying. If we can’t save ourselves, we’re in trouble. That’s the time to go to your basement – it does help to go to your basement! – but you can’t then go out to have a beer or go out and go to the grocery store. That’s just shutting down people’s businesses for economic warfare. But real isolation, like against smallpox, works.

So anyway it first came out to Lombardy, it went to New York – that was probably first generation virus – and it did kill a bunch of people initially. But just like most viruses – almost all viruses that I know of – as they pass through the human host they get weaker. This is just an adaptive advantage. If you’re the Napoleon of viruses and you want to take over the world, you don’t want to kill every host you come across. You’re not going to spread. So what you do is you become less deadly, more transmissible and that’s what this has done over time. That’s my belief about the big picture here.

But what happened is, as soon as this thing came out it became very easy to piggyback onto it and, like i say, if this was a planned release then we’re talking about planned warfare. If it was an accidental release then we’re talking about warfare that was piggybacked on to this accidental release. Because what they’ve done is they’ve used it to create fear. And fear is an incredible psychological manipulator of populations.

[…] They’ve taken down our economy, they’re taking down our generation of children with these stupid masks, they’re damaging us in all sorts of ways. And it’s a psyop at this point. Because here’s the other thing we learned, and I don’t really think they expected us, doctors like myself. I mean, we had nothing to do, we were shut down, we were sitting at home and what do we do? Our response is to study. And we learned lots of things.

In fact I found out that we had treatment for viruses probably going back into the late 1970s. I graduated medical school in 1980 so I’m an old fart but my son graduated much later, just recently, and he’s a general surgeon and I asked him « Have you ever heard in your entire medical education – all the fellowship, all stuff you’re doing – you ever heard we could treat viruses with these antimicrobial agents? » No, he never heard it. Called my friend in Florida, 40-year internal medicine professor, real medicine doctor. I said « You ever heard that we could treat viruses with some kind of antimicrobial agent? » No, he never heard that. So this is the biggest lie. I tried to publish a paper called that but they made me change the title to something I can’t remember but it’s about the fact that they’ve lied to us for 40 years about this treatment.

So here’s the big picture : if you bring out a virus like this you don’t need… When we talk about vaccines and things, why do we have vaccines? We have vaccines because we didn’t have treatment for smallpox. We didn’t and it was a very deadly disease. That made sense to have a vaccine. We didn’t have treatment for polio initially so it made sense to have a vaccine. But this, even without doing anything, this disease has a 99.991% chance of survival in last viral season – I’ll call it a viral season because it really isn’t just a flu season anymore. But in the winter season, that was our horrible last season – including New York and everything – that was the overall survival in the world. As opposed to a standard viral flu season, it’s 99.992%. You see the big difference. So number one, it’s not that all deadly.

But number two, we actually have a treatment for this that works extremely well. In spite of all the propaganda and the attempts to falsify the medical literature, which they’ve gotten caught at, and the attempts to just dismiss anything they don’t agree with, we have treatment for it and it really does work. You say, « Why would they hide treatment? » Well I can come up with two reasons. One is that your 69-billion$ vaccine industry goes to zero if you have an effective treatment for all these viral airborne diseases. So mumps, measles, blah blah blah, it might help all of these. We don’t know completely yet because…

Alex Newman : You’re talking about things like chloroquine and hydroxychloroquine.

Dr. Lee Merritt : Right, and ivermectin. There are probably others. These are called lysosomotropic agents. And I can tell you that one of my friends called me – he’s an anesthesiologist but he’s trained in India initially – and he was so excited, he called me in the middle of the night when we first kind of… We heard about it before Trump said anything. I first thought that they didn’t want to go along with this because Orange Man bad, they just didn’t want anything that Trump said. But we actually knew about it beforehand and it’s much bigger than anything to do with Trump.

So he called me and he said, « I think I know how these things work ». Because he got out his old textbook of infectious disease and biochemistry, basically, from India and he figured it out. I said « Okay well if that’s the way it works we should be able to find other medications ». And then I found the term « lysosomotropic agents » and I started looking for these and it turns out, there are a number of them. But the bottom line is why don’t they want you to know? Well the 69-billion$ vaccine industry goes to zero but even more than that, if we are at bio-warfare right now as a part of this multi-dimensional warfare, if you have a treatment in your back pocket, they cannot terrorize you with vaccines, I mean with viruses and that’s important.

Because even if… The way they’ve made this experimental – it’s really not a vaccine but whatever this thing is – what they’re calling the Pfizer vaccine, this Moderna vaccine, this RNA thing – it doesn’t prevent transmission by their own admission. And even if it did, it is created to act on the warhead part of this deal, the spike protein. So next year, these guys and these bio-weapons – one of the other things I learned, sadly, is that there are these bio-weaponeers all over the country and that we literally have funded them.

Think about this : we have funded a PLA virologist to come and work in our army bio-weapons lab. That is the height of insanity or treason.

Alex Newman : And PLA is People’s Liberation Army for the folks out there not familiar with it. That’s Communist China.

Dr. Lee Merrit : Right, right. Under the Clinton administration, by the way it was completely illegal to have non-aligned foreign students. So if you were from Iran or some place that was not one of our allies, you couldn’t even work in a biology lab that worked with lesser pathogens – any pathogen that could be used as a bioweapon. So suddenly we’ve gone from that stance under the Clinton administration to, under the Obama administration, actually funding PLA Chinese communist virologists to work in our bio-weapons lab. It’s absolute insanity.

But I found out that there are these guys – we have more bio-weaponeers than I anticipated. I knew the Soviets had them and they were probably around but I didn’t realize how many were generally in the world. So they can now create another little thing to go on this coronavirus. Now they got the missile technology they can put whatever they want on there and every year you’d have to have a different vaccine. So even if you believe this type of vaccine will work – which I don’t – even if you believe that, it’s not a permanent solution. Viruses are all around us, they’re part of nature. We lived with them for millennia, we’ll live – hopefully if we survive all this – we’ll live another few millennia with them. But we have to have a solution that doesn’t involve a vaccine of any kind and we have those solutions : we have treatment and we have prevention. So not only is hydroxychloroquine and chloroquine good for treatment, it’s good for prevention.

But the other thing is, you can improve your own immune system through supplements. Big Pharma doesn’t ever want you to do that but there’s no question. When I was sitting at home, kind of getting mad and watching the computer and I kept kicking the screen saying, « For all the billions of dollars we pay the CDC, why do they not drill down on the people getting really, really sick and dying? » Because, if you notice, there was a bimodal distribution : there were people that walked away from this thing. Most people, 90 percent plus of people, never really get sick with this. They get a little sick or they get a flu-like thing but they walk away from it.

And then there’s a very small percentage of people that are in the ICU or dying. Who are those people? Well the CDC for all that money never looked at it or they didn’t tell us. But the Indonesians did and they looked […] at a bunch of different things but the biggest biggest thing is what your vitamin D level was. If it was above 30 your chance of being in the ICU is less than four percent – of sick people in the hospital so much less when you’re looking at the big population. So the biggest thing people can do is get their vitamin D level up and the sun doesn’t do it.

That’s my big overall view of this thing and and I do think it’s part of a takedown of America.

Alex Newman : That is absolutely fascinating, Dr Merritt. And you know what’s funny, without being a medical professional, without having read all the literature, I was coming to similar conclusions just from from what I could discern from what was in the press.

So I want to drill down a little bit more on these vaccines. It’s a hot topic. Just yesterday Biden – we’re recording on Thursday January 14th – just yesterday Biden put out a tweet that he’s gonna ensure that every American gets this vaccine. I’m like, oh does that include me? Do you have any concerns about the safety of the vaccine and would you recommend to your patients, if you’re practicing, to take that? Would it depend on their risk profile? What do you think?

Dr. Lee Merritt : I have lots of concerns, not the least of which is for the integrity and the moral turpitude of the medical profession because we never force people to have a medical treatment. And no matter how you look at it, having a vaccine of any kind, whether it’s a flu vaccine or this, is a medical treatment. Nobody should be coerced or forced to have it. And by the way, that’s why we hung the doctors after World War II in Germany, for violating that principle. And we shouldn’t be doing it.

But the safety thing is this : I always tell people « I’m not going to tell you whether to get a vaccine or not. You have to make your decision but you should be allowed to have informed consent. » And where that is getting so bad that if you put up the package insert for a vaccine on your Facebook you can get taken down. So let’s just keep in mind here, we’re not getting informed consent here. We might think we are. We’re not.

So if you look at the history of these vaccines just real quickly, these are experimental biologics that I don’t even like to call vaccines. Because classically how vaccines work is this : you grow a bunch of the pathogens – so let’s say it’s measles – you grow the measles in a vat or in eggs and then you take a portion of that and you make it less strong, you attenuate it, you make it weaker – and there’s different ways of doing that. And then you inject it into people and their own immune system sees that weakened pathogen and then they react to it just enough that it puts it in their immunologic memory. And then when they’re exposed to it the next time they memorize it and theoretically they can then better respond. That’s what your real body does when it gets sick just without all this vaccination stuff. You get sick with with a virus, you get perfect lifelong immunity for the most part and it’s over.

But how is this different? Well they’re not giving you a pathogen or a piece of a pathogen or a small piece with a with an adjuvant which is a chemical that makes your immune system react more. What they’re doing is programming mRNA and mRNA is a little piece like DNA but it’s the messenger RNA. It’s what makes proteins in the body. It’s kind of like a computer chip that you put into a a 3D printer and then you tell it what you want it to make and it prints it out – we have that in engineering and this is the biologic equivalent. I make some mRNA and it tells your body to produce certain things. In this case what they’ve done, they’ve made a piece of this mRNA to create in every cell of your body that spike protein or at least part of it. You’re actually creating the pathogen in your body. So this is where it gets a little wishy – about how much of that spike protein is actually being created – and I don’t know how to find that – but I’m sure somebody knows.

The problem is what happened in the animal studies. There have been four different vaccines and three different animal studies that I know of. In ferrets, in cats – the cats have a natural thing with coronavirus – so it’s cats and ferrets and I think something else. They started after SARS, they did cats, and then after MERS – which are all coronavirus pathogens that are more deadly – they tried it in ferrets and something else. And what happened is all the animals died. It wasn’t sudden, but they didn’t die of the vaccine. What they died from was called immune enhancement or antibody induced enhancement or antibody dependent enhancement. They call it ADE now but they used to call it immune enhancement. Here’s what happens : they make the RNA and so you’re getting ready with this, you get the vaccine and you do fine. Now you challenge the animal with the virus that you’re supposed to be immunizing against. When they challenged those cats with SARS, what happened is instead of killing the virus or weakening it, this stylized immuno response that they’ve built into your system, went out and coated the virus. So the virus came into the cat’s body like a Trojan horse, unseen by the cat’s own immune system. And then it replicated without checking and killed the cat with overwhelming sepsis and cardiac failure. And that happened in the ferrets, that happened every time they’ve tried this.

Let me just point out, we have never made it through an animal study successfully for this type of virus. We have never done this in humans before. At least we haven’t. Maybe the Chinese have and I’ll talk about that in a second. But that’s why we don’t really have a track record of success. This vaccine was rolled out to distribution centers before they even made a show of caring about the FDA approving it. Do you realize what I mean? That it went out for distribution – I know in Nebraska – it was in the distribution center within days before the FDA even said they were going to approve it.

WHAT?!

I’ve never seen that happen before. And the longest they’ve really followed people after the vaccine is two months. Well you see that’s not enough time to know that we won’t have that antibody enhancement problem.

And I will make this military point. This is a perfect binary weapon. There’s no way I know exactly what that mRNA is programmed to and neither do you or neither do most doctors. The doctors can’t get at that data. That’s the guys at the very top of this project. They know but we don’t know. They say it’s to the spike protein but how do we prove it? We don’t know. So if I were China and I wanted to take down our military, that’s easy. I make this, I just do like we’ve seen happen. I make to a something I could hook onto this coronavirus, like the spike protein or something else, another protein. And I just make an mRNA to that but I know it doesn’t exist in nature so nobody’s gonna die from the vaccine. And then two years later I release whatever it is that I made, the counterpart. And it causes this immune enhancement death. So it’s a delayed death. That’s what binary poisons are. They’re delayed. I give you part one and then I can walk away and then you accidentally get in contact with part two and die. And you can’t trace it.

Alex Newman : And that’s not a hypothetical threat. There was a leak of members of the Communist Chinese Party out of Shanghai. And there was hundreds of them working in Pfizer and AstraZeneca and GlaxoSmithKline, the companies that were making these vaccines. That is absolutely terrifying.

Dr. Lee Merritt : So we’re going to trust them, right? That they’re acting in our best interest.

Alex Newman : Where do we go from here Dr Merritt? In the last few minutes that we have left, what are your concerns about what’s coming on the horizon? I’ve talked to doctors. They’ve said maybe we’re coming up to a Covid 2021, some variation of this. They’ve talked about this coronavirus mutation that’s now supposed to be 70 times more virulent. I don’t even know what that means. I don’t know how you measure…

Dr. Lee Merritt : Well I can tell you. That’s the one from Britain. Don’t even worry about, that that’s just chump change. What they’re saying is it’s more transmissible. That’s like saying I was going 95 on the freeway but now I’m going to go 97. Don’t worry about that. Transmissibility we don’t care about. This is so transmissible it’s making it a little bit worse. It’s not going to be the problem. Lethality is what you’re worried about and we’re not talking about it.

They could come out with something else but again if you come out with something that’s based on these airborne viruses like corona, we pretty much have a treatment which is the hydroxychloroquine or the ivermectin. So why are they trying so hard?

What we need to do is to take back our world from the from the virology bad boys by having a supply of ivermectin or hydroxycloroquine available. Now notice that two – what’s the chances? – two hydroxychloroquine plants burned down. And they say, « Oh no, they weren’t hydroxychloroquine plants ». No, they made the precursors to hydroxychloroquine. You’re being lied to at every turn.

But what we need to do is we need to stand up. I’m proud to say governor Ricketts in Nebraska, he’s one of the five governors who’s not restricted hydroxychloroquine in any way shape or form. Everybody needs to ping their governor to stop signing this stuff that’s being brought to us by the medical universities that are all being paid by Fauci and the NIH. Let’s get over this and let’s give your people the ability to defend themselves. This is like saying, we’re going to have missiles incoming but you can’t build sandbags, you can’t have a basement, you can’t have a bomb shelter. No, that’s not right. You should be able to have a defense. Doctors should be aware of the defense. We got to quit lying about the defense and we need to tell people there are five or six things. I have a little Covid kit in my office. It’s NAC, vitamin C, vitamin D, zinc, selenium and quercetin – six things. And if you do that you can improve your immune response and your own ability to fight this off and not get terribly sick.

It’s possible that they are going to come around with more dangerous things though in the future. And then we need more than that. So that’s why we have to get the truth out. People have to push around the news that we have treatment and patients aren’t getting it, which is sad. Patients are afraid to go to hospitals because they know they’re not going to get the right treatment. That is sad but – I would just make this point to doctors. I get it if you’re in training and you can’t speak out, you’re stuck. I don’t fault you, I do fault everybody above that – the people that are taking the money from Fauci, the people that are taking the money from the NIH, that are willing to take that money and push Remdisivir and kill people. Not because they’re necessarily killing them with Remdisivir but they’re killing them by omitting treatment early on outpatients that works.

And the doctors below those that are out of training, they have to make a moral decision here. Because we should be prophylaxing people in nursing homes. We could be saving lives for five dollars a week. We could be saving a lot of these old people. But they don’t want to. They’re considered not contributory to society. That’s where the Nazis went with this. People that are not worthy of living. We have to get over that because you guys – the doctors that are making the choice to be quiet – because they got a mortgage, they got two kids and they don’t want to lose their university salary, it’s time to rethink your position. I think everybody needs to in the medical community. We need to man up and be honest here. The information’s out there. Don’t tell me there’s no evidence. They’re lying to you about the evidence. If you really make any effort, on the Internet you can find the evidence. And if not you can go to – I’m a Frontline Doctor – you can go to America’s Frontline Doctors, aflds.com. You can go to the association of AAPS, aapsonline.org, the Association of American Physicians and Surgeons. And many other organizations are speaking up now.

Alex Newman : Excellent. Dr Merritt, that’s the last thing I was going to ask you. Any final websites that people should visit? The American Association of Physicians and Surgeons which is a phenomenal group, the Front Line Doctors. Any other groups and any parting words of wisdom for us, Dr Merritt?

Dr. Lee Merritt : Well there’s the Barrington Declaration and there’s just so much on there. If you just go to alternative sites, sott.net has lots of good articles. I would say if you want to get out of the pandemic right now it’s really easy. You turn off your TV, you take off your mask, you reopen your business and you live your life. You hug your relatives, you go see your old relatives and you have neighborhood parties. Because we cannot live in a basement. Even if you think masks work, don’t do this to your children. How many decades are you going to do this? Every winter, every year in a mask from now on? No, not doing that.

Alex Newman : Amen.

Dr. Lee Merritt : Masks don’t work.

Alex Newman : Dr Merritt, thank you so much for spending some time with us. Thank you for sharing your incredible insights. Folks, that’s Dr Lee Merritt, please share this video out. You know just as well as I do it’s probably not gonna be up on YouTube very long, or on Facebook. So guys get this out, send it to your friends, to your relatives, to your mailing list, share it on alternative social media platforms. This information is absolutely critical, folks. Lives are on the line, our freedom may be on the line. So help get this information out, visit those websites and share it with everybody you know. Dr Merritt thank you once again.

Folks, thank you for watching and God bless you all.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s