Événements indésirables après injection COVID : ce n’est pas un vaccin ordinaire!

Chers lecteurs de partout mais surtout de France,

tenez bon.

Courage.

Ce n’est pas le moment de flancher.

Ceux qui ont déjà compris – les autres s’y intéresseront utilement – ce que sont ces produits et leur potentiel destructeur en trouveront une nouvelle confirmation dans l’article ci-dessous, en attendant que les insiders du CDC, dont le Dr McCullough parlait ici, lachent l’info sur le nombre réel de victimes.

Ce qui suit est un gros boulot d’analyse des données fait par un lecteur de Miles Mathis, qui s’est tapé une somme de calcul statistiques, dont le résultat est éloquent. C’est assez technique mais je suis persuadé que ce genre d’article a un rôle à jouer. Si vous vous connaissez un statisticien ou un membre du milieu médical qui a le niveau, ce serait utile de leur relayer. On a besoin d’eux aussi.

Comme tous ceux que je publie, je bosse également pas mal. C’est mon centième article sur ce site (yay!), dont certains ont demandé beaucoup d’heures de travail, à leurs auteurs et à leur traducteur. A vous d’en profiter et d’en faire profiter les autres.

Note technique : j’ai galéré pour refaire les tableaux du document original – pas facile sur WordPress, qui ne donne pas accès à ses .css – boulot que j’ai fini par me taper à la manivelle en codant en html – pas très bien, le code n’est pas propre, les puristes me pardonneront. Par contre, je n’ai pas refait le graphique de la Figure 1 ni extrait la photo sous le titre, sorry, donc si vous voulez les voir il faut ouvrir le document source original, dont lien ci-dessous.

Pour la suite, je vous infligerai des trucs plus détendus mais pas moins intéressants, loin s’en faut, notamment sur le sujet des nanoparticules, vos nouveaux amis, dont on parle depuis un moment mais dont on commence seulement à voir la sale tronche, à l’aide d’un bon Macron microscope.

Source.

Événements indésirables après injection COVID : ce n’est pas un vaccin ordinaire!

(PHOTO)

Ci-dessus : un garçon de Tel Aviv s’est évanoui immédiatement après sa vaccination contre le COVID-19.

Le nombre de signalements soumis au Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) du CDC a considérablement augmenté à la suite du déploiement des vaccins COVID-19. Par exemple, au 18 juin, les signalements de décès suite aux vaccins COVID-19 représentaient 50% de tous les décès jamais signalés au VAERS depuis 1991. Le présent rapport présente des données et une analyse qui tenteront de répondre à deux questions que posent cette augmentation :

  1. L’augmentation des signalements est-elle due à l’augmentation du nombre de vaccinations?
  2. L’augmentation des signalements est-elle due à ce que l’on appelle un phénomène de « signalement stimulé », qui signifie que les gens signaleraient davantage [les événements] en raison d’une prise de conscience accrue de l’existence du VAERS et/ou d’une peur accrue entourant les vaccins COVID-19 suite à leur discussion dans les médias? etc.

Je commencerai par un bref historique du VAERS et je présenterai des données sur le nombre d’événements indésirables soumis au VAERS à la suite des vaccinations COVID-19. Je répondrai ensuite aux deux questions ci-dessus.

Le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) a été créé pour permettre au personnel médical et aux individus de signaler les événements indésirables qui surviennent après la vaccination. Il est géré par la FDA et le CDC. Un événement indésirable englobe tout problème médical associé à l’utilisation d’un médicament ou d’un traitement, ou dans ce cas d’un vaccin. Un événement indésirable qui survient après la vaccination ne signifie pas nécessairement que c’est le traitement qui a causé l’événement, et les événements signalés ne sont pas [automatiquement] supposés être liés de manière causale à la vaccination. Selon le CDC, le système est conçu pour détecter les signaux de sécurité potentiellement liés au vaccin, qui peuvent ensuite être étudiés selon des données et des méthodes plus appropriées.

L’une des principales faiblesses du VAERS est le problème du sous-dénombrement : le signalement est passif et volontaire, ce qui signifie que la plupart des événements indésirables ne sont pas signalés. La question est de savoir dans quelle mesure les événements indésirables consécutifs aux vaccinations COVID-19 sont sous-estimés.

Une réponse à cette question provient d’une étude, publiée dans le JAMA [Journal of the American Medical Association], menée sur des employés du Massachusetts General Brigham Hospital interrogés sur les réactions anaphylactiques suite à leur vaccination (Blumenthal et al. 2021). L’article se concentre sur les réactions anaphylactiques (l’anaphylaxie est une réaction allergique grave qui peut entraîner la mort), car c’est l’une des réactions connues et largement reconnues aux vaccins COVID-19. On y a trouvé un taux de 2,5 de ces réactions pour 10.000 vaccinations. Nous pouvons comparer ce résultat à l’estimation du CDC du taux de réactions anaphylactiques sur la base des données du VAERS, qui est de 0,02 à 0,05 pour 10.000 vaccinations. Si le taux réel est plus proche de 2,5 pour 10.000, comme mentionné dans l’article du JAMA, cela signifie que seulement entre 0,8% et 2% du total des réactions sont signalées aux VAERS. Ou que, pour le dire autrement, le taux réel de réactions anaphylactiques dans la population est de 50 à 125 fois le nombre signalé au VAERS.

Et il y a de bonnes raisons de s’attendre à un taux de signalement beaucoup plus élevé pour les réactions anaphylactiques que pour d’autres types d’événements, pas seulement parce que l’anaphylaxie est reconnue comme un des effets secondaires des vaccinations contre le COVID-19, là où la plupart des autres réactions, particulièrement les plus graves, ne le sont pas. L’une des raisons en est que les gens sont censés rester en observation à l’endroit où ils ont été vaccinés pendant 15 à 30 minutes, c’est-à-dire lorsque la grande majorité des réactions anaphylactiques se produisent. Étant donné que la plupart des gens doivent être placés sous surveillance médicale s’ils souffrent d’anaphylaxie, et que les travailleurs de la santé sont tenus de signaler les cas d’anaphylaxie qui surviennent après les vaccinations contre la COVID-19, il est probable que les autres types de réactions sont encore plus sous-estimés.

Ci-dessous, le Tableau 1 montre le nombre de différents types d’événements indésirables parus dans les données du VAERS publiées au 18 juin, qui proviennent de signalements de source non-étrangère [NdT. donc américaines]. [Ce tableau] corrige le sous-dénombrement en montrant combien de cas il y aurait si l’on multipliait le nombre d’événements par 50 et 125, facteur que l’on peut déduire de l’étude du JAMA sur l’anaphylaxie. Dans le tableau, le « total des cas » fait référence au nombre de personnes qui ont soumis un signalement. Le « total des événements indésirables » fait référence au nombre total d’événements signalés par ces personnes, qui est beaucoup plus important que le nombre total de cas, car une personne peut signaler plus d’un problème médical. Les « événements indésirables graves » comprennent tout ce qui : a nécessité une hospitalisation, est potentiellement mortel, a entraîné une invalidité permanente ou une perturbation substantielle de la capacité d’une personne à fonctionner normalement, un problème congénital ou le décès.

Tableau 1

Événements indésirables signalés au VAERS

  Total x50 x125
Total des cas 384,270 19,213,500 48,033,750
Total des événements indésirables 1,667,140 83,357,000 208,392,500
Événements indésirables graves 29,583 1,479,150 3,697,875
Hospitalisations 21,440 1,072,000 2,680,000
Potentiellement mortels 6,299 314,950 787,375
Handicap permanent 4,996 249,800 624,500
Décès 4,812 240,600 601,500

L’augmentation des déclarations est-elle due à l’augmentation du nombre de vaccinations?

La Figure 1 ci-dessous montre que le nombre de décès signalés au VAERS pour 100.000 doses de vaccin pour les vaccins COVID-19 est 24 fois supérieur au nombre annuel moyen de décès pour 100.000 doses de vaccin signalé pour tous les autres vaccins de 2010 à 2020. Cela montre clairement que l’augmentation des signalements n’est pas simplement due à l’augmentation du nombre de vaccinations. (Les notes méthodologiques pour ce tableau et les tableaux suivants figurent en annexe.)

Figure 1

(voir document original)

L’augmentation est-elle due à un « signalement stimulé » ?

Les tableaux ci-dessous répondent à la deuxième question, qui concerne le signalement stimulé. Le CDC utilise le VAERS pour détecter tout signal de sécurité potentiel lié aux vaccins. Quand ils détectent un signal, ils peuvent ensuite le traiter selon des données et des méthodes plus appropriées pour enquêter sur son éventuel lien avec le vaccin. La principale façon dont ils détectent les signaux de sécurité à l’aide du VAERS est de comparer « la proportion de signalements impliquant un événement indésirable spécifique et un vaccin spécifique […] à la proportion de signalements impliquant le même événement indésirable et d’autres vaccins » (Shimabukuro et al. 2015 : 6). C’est également la méthode que le CDC utilise pour déterminer si une augmentation des événements indésirables est due à un signalement stimulé.

Un article de chercheurs du CDC (Velozzi et al. 2010) a étudié le phénomène du signalement stimulé dans le contexte du vaccin contre la grippe porcine H1N1 introduit en 2009, à la suite de quoi on vit une augmentation du nombre de signalements au VAERS, 2 à 3 fois plus nombreux que pour les vaccins saisonniers contre la grippe par million de vaccins. Cependant, ils ont conclu que cela était dû à un signalement stimulé puisque la proportion globale d’événements indésirables signalés pour le vaccin H1N1 dans les autres catégories était en grande partie similaire à la proportion de leur signalement pour les vaccins contre la grippe saisonnière.

J’ai adopté l’approche utilisée par Velozzi et al. 2010 pour comparer les taux de signalement pour les catégories d’événements indésirables entre les vaccins COVID-19 et les vaccins contre la grippe saisonnière. Le Tableau 2 utilise une méthodologie légèrement différente de celle des tableaux 3 et 4. Les sources de données et les notes méthodologiques figurent en annexe.

Tableau 2

Événements indésirables signalés au VAERS
COVID-19 vs vaccins contre la grippe

  Par 100,000 Doses  
  COVID-19 Grippe Différence
Relative
Graves 9.1 0.3 30x
Non-graves 109 5.8 19x
Décès 1.5 0.02 82x
Handicaps 1.5 0.08 19x
Service d’urgences 16 1.1 14x
Hospitalisés 6.6 0.22 30x
Potentiellement mortel 1.9 0.06 31x
Événements liés aux caillots sanguins 0.3 0.04 7x
Infarctus du myocarde 0.7 0.06 12x

Remarque: Effets indésirables et doses des vaccins antigrippaux sur la base des saisons grippales 2016, 2017 et 2018.

Analyse stratifiée par âge

Une comparaison directe entre les vaccins contre la grippe et le COVID-19 ne prend pas en compte le fait que la répartition par âge des personnes vaccinées contre la grippe est très différente de la répartition par âge des personnes vaccinées contre le COVID-19. Les tableaux 3 et 4 ci-dessous comparent les signalements d’événements indésirables par groupe d’âge. Le Tableau 3 montre la différence relative (rapport) du taux de signalement des événements indésirables pour le COVID-19 pour 100.000 doses par rapport au taux de signalement des vaccinations contre la grippe pour 100.000 doses (une moyenne du taux de signalement au cours des saisons grippales 2015-2019). Le Tableau 4 montre la proportion de tous les signalements d’événements indésirables (cas) qui comprenaient des événements graves et des décès, en comparant les vaccins COVID-19 aux vaccins contre la grippe (encore une fois une moyenne pour les saisons grippales 2015-2019). Pour ces deux tableaux, les estimations pour les vaccins contre la grippe représentent la moyenne des signalements au VAERS au cours des saisons grippales 2015-2019. Toutes les différences sont statistiquement significatives, après utilisation des tests du χ2 ([NdT. voir ici].

Tableau 3

COVID-19 vs vaccins contre la grippe :
événements indésirables signalés pour 100.000 doses de vaccin

TOUS LES EVENEMENTS EVENEMENTS GRAVES
DECES
Ages C-19 Grippe Diff.
Rel.

C-19 Grippe Diff.
Rel.
C-19 Grippe Diff.
Rel.
Age 10-17 92.77 3.10 30x 5.01 0.11 47x 0.09 0.001 84x
Age 18-49 140.69 4.93 29x 6.05 0.23 27x 0.27 0.004 62x
Age 50-64 122.14 4.36 28x 8.66 0.20 43x 0.93 0.005 197x
Age 65+ 99.43 8.62 12x 16.25 0.41 40x 4.17 0.028 149x
Tous Ages 122.37 5.43 23x 9.48 0.25 38x 1.51 0.010 154x

Remarque : Les taux de signalement pour la grippe représentent le taux de signalement moyen au VAERS au cours des saisons grippales 2015-2019 pour chaque groupe d’âge. Les taux de signalement pour le Covid-19 incluent tous les rapports au VAERS pour les vaccins COVID-19 pour chaque groupe d’âge. Doses annuelles de vaccin estimées à l’aide des données du CDC et du US Census Bureau. La différence relative [notée dans le tableau en abrégé, Diff. Rel.] est le rapport entre les taux de signalement pour le COVID-19 et le taux moyen de signalement pour la grippe au cours des saisons grippales 2015-2019.

Tableau 4

COVID-19 vs vaccins contre la grippe :
proportion d’événements indésirables graves et de décès

 

SIGNALEMENTS (N)

EVENEMENTS
GRAVES

DECES

  Proportion   Proportion  
Ages C-19 Grippe C-19 Grippe Diff.
Rel.
C-19 Grippe Diff.
Rel.
Age 10-17 12,868 519 0.054 0.035 1.5x 0.0010 0.0004 2.8x
Age 18-49 18,2533 2,219 0.043 0.046 0.9x 0.0019 0.0009 2.1x
Age 50-64 98,759 1,789 0.071 0.046 1.6x 0.0076 0.0011 6.8x
Age 65+ 84,384 2,816 0.163 0.046 3.4x 0.0419 0.0034 12.5x
Tous Ages 36,5676 7,342 0.077 0.048 1.6x 0.0123 0.0033 3.71x

Remarque : Les estimations pour la grippe représentent le taux de signalement moyen au VAERS au cours des saisons grippales 2015-2019 pour chaque groupe d’âge. Les taux de signalement pour le Covid-19 incluent tous les signalements au VAERS pour les vaccins COVID-19 pour chaque groupe d’âge. Doses de vaccin estimées à l’aide des données du CDC et du US Census data.

Les résultats montrent très clairement deux choses : 1) Une énorme augmentation des signalements au VAERS pour les vaccins COVID-19 par rapport aux vaccinations contre la grippe saisonnière, même après contrôle du nombre de doses administrées ; 2) Un schéma de signalement très différent pour les vaccins antigrippaux et COVID-19. De manière alarmante, les taux de signalement d’événements indésirables graves et de décès après la vaccination pour COVID-19 sont significativement plus élevés que pour la grippe, à la fois en fonction des doses de vaccination et en fonction du nombre de signalements.

Notez que le chiffre de 84:1 pour les décès chez les 10-17 ans dans le Tableau 3 ne donne pas une image complète. Au cours des cinq saisons grippales, il n’y a eu qu’un seul décès signalé chez les 10-17 ans suite aux vaccinations antigrippales, sur un total de 83.402.513 doses de vaccination reçues par ce groupe au cours de cette période. Cela est à comparer à 13 décès sur 13.870.224 vaccins COVID-19 pour ce groupe d’âge.

ANNEXE METHODOLOGIQUE

Tableau 1

Le comptage des différents types d’événements indésirables est extrait de l’interface WONDER du CDC pour VAERS sur base des données publiées au 18 juin 2021. Pour tous les tableaux et chiffres, j’ai uniquement utilisé des signalements de sources non-étrangères, donc les chiffres ici sont probablement inférieurs à ceux que vous avez vus ailleurs.

Figure 1

Le nombre pour 2021 n’inclut que les 4.812 décès signalés pour les vaccins COVID-19 parus dans le VAERS au 18 juin, à l’exclusion des rapports de pays étrangers. Le nombre de doses de vaccin COVID-19 administrées aux États-Unis a été tiré de usfacts.org, qui indique que le nombre de doses de vaccins COVID-19 utilisées au 27 juin était de 323.327.328.

Les chiffres pour 2010-2020 incluent tous les décès pour chaque année parus dans la base de données VAERS pour tous les vaccins, à l’exclusion des rapports des pays étrangers. Le nombre de doses de vaccin administrées est basé sur le nombre de doses de vaccin antigrippal distribuées chaque année aux États-Unis (à partir des données du CDC ici) et une estimation du nombre de doses de vaccin infantile administrées chaque année.

Ce nombre a été calculé comme suit : enfants d’un âge donné X nombre de doses de vaccin sur le calendrier des CDC pour cet âge X 0,9 en supposant un taux de vaccination de 90 %. Remarques sur ces chiffres :

  • Le nombre d’enfants d’un âge particulier est basé sur le nombre d’enfants nés en 2017 : 3,85 millions (le taux de natalité est en baisse depuis plus d’une décennie, donc le nombre était un peu plus important les années précédentes, cette méthode d’estimation est donc prudente et aura tendance à sous-estimer le nombre de vaccinations et à produire un taux de signalement inférieur de décès estimé).
  • Nombre de doses vaccinales (hors grippe) selon le calendrier des CDC : 1ère année de vie : 16 ; Deuxième année : 8 ; 4-6 ans : 4
  • Un taux de couverture vaccinale de 90% (inférieur à ce que le CDC annonce comme taux de couverture, donc une fois encore cette méthode d’estimation est prudente).
  • En supposant le même nombre d’enfants dans chaque catégorie d’âge sur la base de la cohorte de naissance de 2017 (3,85 millions), nous nous attendrions à plus de 100 millions de vaccinations infantiles/an :
    • 16 * 3,85 millions + 8 * 3,85 millions + 4 * 3,85 millions = 107 millions mais le chiffre utilisé est 100.000 (encore une fois pour être prudent)
    • Plus la vaccination contre la grippe pour chaque année (la moyenne sur cette période était de 153,2 millions)
  • Ce nombre ne prend pas en compte les adolescents qui reçoivent désormais systématiquement les vaccins TDAP et HPV, ni les adultes qui reçoivent d’autres vaccins en plus de la grippe. Il s’agit donc encore une fois d’une estimation prudente. Dans tous les cas, le nombre de vaccinations est si important par rapport au nombre de décès signalés que des changements de dizaines de millions dans n’importe quelle direction ont peu d’effet sur les estimations de décès par dose de vaccin.

Tableau 2

Le Tableau 2 montre le nombre de plusieurs catégories différentes d’événements indésirables par 100.000 doses de vaccin parus dans le VAERS par 100.000 doses de vaccin au 18 juin ; il compare les vaccins COVID-19 aux vaccinations antigrippales des saisons grippales 2016, 2017 et 2018 combinées.

Les chiffres pour les vaccins COVID incluent tous les rapports parus dans le VAERS au 18 juin et excluent les rapports des pays étrangers. Le nombre de doses de vaccin COVID-19 administrées aux États-Unis a été tiré de usfacts.org, qui a rapporté que le nombre de doses de vaccin COVID-19 utilisées au 27 juin était de 323.327.328.

Pour sélectionner un échantillon comparable de signalements d’événements indésirables liés à la vaccination antigrippale, j’ai examiné les signalements soumis au VAERS pour tous les vaccins antigrippaux apparus dans le système pour la période de 6 mois allant de septembre à février, qui est la saison de la grippe au cours de laquelle la plupart des gens se font vacciner contre la grippe. J’ai choisi une période de 6 mois pour correspondre aux 6+ mois entre le début de la disponibilité des vaccins COVID-19 et le18 juin.

J’ai inclus tous les signalements parus dans le VAERS de septembre à février pour trois des saisons grippales les plus récentes 2016-2017, 2017-2018 et 2018-2019. Je n’ai pas inclus 2019-2020 car je ne voulais pas que les données soient contaminées d’une manière ou d’une autre par l’apparition du COVID-19. J’ai combiné tous ces signalements dans ma comparaison. Le nombre de vaccinations contre la grippe a été estimé à 160 millions/an. Selon les données du CDC, le nombre moyen de doses distribuées sur ces trois saisons était de 157 millions.

Bien qu’une période de temps différente ou plus longue aurait pu être choisie, le petit nombre de signalements par rapport au très grand nombre d’administrations de vaccin rend des différences même relativement importantes dans le numérateur ou le dénominateur pratiquement insignifiantes.

Le nombre de caillots sanguins signalés a été calculé en recoupant les événements indésirables (au niveau du « terme de choix ») avec le code du Standardized MedDRA Query (SMQ) « événements emboliques et thrombotiques », qui a produit une liste de 294 EI associés, clairement ou probablement liés à des caillots sanguins (ou techniquement, des embolies ou des thromboses).

J’ai ensuite calculé combien de signalements dans le VAERS correspondant à l’une de ces 294 catégories apparaissaient pour les types de vaccins pertinents au cours des périodes pertinentes. Pour les vaccins antigrippaux au cours des 3 saisons, il y a eu un total de 26 types différents d’événements indésirables. Pour les vaccins COVID-19, il y a eu un total de 80 types différents d’événements indésirables.

Tableaux 3 et 4

Ces deux tableaux ont été calculés à l’aide des données et procédures suivantes :

Les données sur la population dans chaque groupe d’âge et chaque année ont été calculées à partir de l’American Community Survey du US Census Bureau dans le tableau de recensement S0101 sur la base d’estimations sur un an pour chaque année.1

Les données sur le nombre total de vaccins contre la grippe administrés chaque année proviennent des estimations du CDC.

Les données sur la proportion de personnes dans chaque groupe d’âge vaccinées contre la grippe chaque année proviennent des données du CDC FluVaxView compilées ici. Les données sur le nombre de doses de vaccin COVID-19 administrées dans chaque groupe d’âge au 30 juin 2021 proviennent de usfacts.org.

Les données sur les événements indésirables pour chaque groupe d’âge pour le COVID-19 et tous les vaccins antigrippaux ont été collectées à partir des données du VAERS mises à jour au 25 juin 2021. Pour le COVID-19, j’ai compté tous les événements indésirables qui avaient été soumis et traités par le VAERS à l’exclusion des rapports de pays étrangers.

Pour les vaccins contre la grippe, j’ai suivi Velozzi et al. 2010 et restreint les signalements de chaque saison aux signalements soumis du 1er juillet au 31 mars de l’année suivante2 lorsque la date de vaccination a été déclarée entre le 1er juillet et le 31 janvier de l’année suivante. Les calculs ci-dessous ont été effectués pour 5 saisons grippales, de la saison 2015-2016 à la saison 2019-2020. Les taux indiqués dans les tableaux représentent la moyenne sur les 5 saisons.

Procédures de calcul : j’ai estimé le nombre de personnes dans chaque groupe d’âge pour chaque année en multipliant la population totale par la proportion de chaque groupe d’âge.

  • Population totale par tranche d’âge = Proportion de la tranche d’âge*Population totale

Afin d’estimer le nombre de personnes dans chaque groupe d’âge qui ont été vaccinées contre la grippe, j’ai multiplié le nombre de personnes dans chaque groupe d’âge par la proportion estimée avoir reçu le vaccin contre la grippe dans chaque groupe d’âge chaque année.

  • Nombre de doses de vaccin antigrippal par tranche d’âge = Proportion inoculée pour chaque groupe*Population dans chaque tranche d’âge

Pour estimer les taux d’événements indésirables pour 100.000 doses, j’ai divisé le nombre d’événements indésirables par le nombre de doses reçues pour chaque groupe d’âge et multiplié le résultat par 100 000.

  • Taux d’événements indésirables pour 100.000 doses pour chaque tranche d’âge = (Nombre d’événements indésirables pour la tranche d’âge/nombre de doses reçues pour la tranche d’âge)*100 000

Pour estimer les taux d’événements indésirables graves et de décès par signalement (cas), j’ai divisé le nombre d’événements indésirables ou de décès par le nombre de signalements reçus pour chaque groupe d’âge.

  • Proportion d’événements indésirables graves et de décès = Nombre d’événements indésirables ou de décès / le nombre de signalements pour chaque groupe d’âge

Pour les vaccins contre la grippe, le tableau représente les taux moyens de signalement des événements indésirables au cours des 5 saisons grippales (2015-2019).

Pour estimer les différences relatives (rapport), j’ai divisé le taux de signalement pour les vaccins COVID-19 par le taux de signalement moyenpour les vaccins contre la grippe des 5 saisons pour chaque groupe d’âge.

  • Différences relatives = taux de signalement COVID-19 pour chaque groupe d’âge / taux de signalement moyen pour toutes les saisons de grippe pour chaque groupe d’âge

________________________

1 En raison de l’incompatibilité entre tous les ensembles de données dans les catégories d’âge, je n’ai pas pu restreindre les catégories de population d’adolescents aux âges 12-17, qui est le groupe d’âge le plus jeune pour lequel les vaccinations COVID-19 sont actuellement recommandées. Par conséquent, les données sur les événements indésirables, la population et les doses de vaccin contre la grippe incluent les 10-17 ans, mais les doses de vaccination COVID-19 représentent les 12-17 ans. Il n’y a eu aucun signalement d’événement grave ou de décès pour les vaccins COVID-19 dans le VAERS pour les 10-11 ans, et seulement quelques centaines de signalements d’événements non-graves pour les 10-11 ans.

2 Velozzi et al. 2010 choisit comme date limite les signalements reçus avant le 15 mars, mais j’ai du fixer la date limite au 31 mars, du fait de l’utilisation du portail d’extraction de données en ligne du VAERS à l’adresse https://wonder.cdc.gov/vaers.html.


Adverse Events after COVID Jab: This Ain’t No Ordinary Vaccine!

(PHOTO)

Above: a boy in Tel Aviv fainted immediately after his COVID-19 vaccination.

There has been a dramatic increase in the number of reports submitted to the CDC’s Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) following the rollout of COVID-19 vaccines. For example, as of June 18, reports of deaths following COVID-19 vaccines represented 50% of all deaths ever reported to VAERS since 1991. This report presents data and analysis to respond to two questions about this increase:

  1. Is the increase in reports due to the increase in the number of vaccinations?
  2. Is the increase in reports due to what is known as “stimulated reporting,” meaning that people are reporting more due to increased awareness of the existence of VAERS and/or increased fear surrounding the COVID-19 vaccines due to media exposure. etc.

I begin with a brief background on VAERS and present data on the number of adverse events that have been submitted to VAERS following COVID-19 vaccinations. I then respond to the two questions above.

The Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) was created for medical staff and individuals to report adverse events that occur following vaccination. It is run by the FDA and CDC. An adverse event is any medical problem associated with use of a drug or treatment, or in this case a vaccine. An adverse event that occurs after vaccination does not necessarily mean that the treatment caused the event, and reported events are not assumed to be causally related to the vaccination. According to the CDC, the system is designed to detect safety signals that might be related to the vaccine, which can then be studied with more appropriate data and methods.

One of the main weaknesses of VAERS is undercounting: reporting is passive and voluntary, which means that most adverse events that occur will not be reported. The question is, to what extent are adverse events following COVID-19 vaccinations undercounted?

One answer to that question comes from a study published in JAMA conducted on employees of Massachusetts General Brigham Hospital who were surveyed about anaphylactic reactions following their vaccinations (Blumenthal et al. 2021). The paper focused on anaphylactic reactions (anaphylaxis is a severe allergic reaction that can cause death), because it is one of the known and widely acknowledged reactions to COVID-19 vaccines. They found a rate of 2.5 such reactions per 10,000 vaccinations. We can compare that to the CDC’s estimate of anaphylaxis reactions based on VAERS data, which is .02 to .05 per 10,000 vaccinations. If the true rate is closer to 2.5 per 10,000 as in the JAMA article, this means that only between 0.8% to 2% of all reactions are reported to VAERs. Or another way to say that is that the true rate of anaphylaxis reactions in the population is 50 to 125 times the number reported to VAERS.

And there are good reasons to expect a much higher rate of reporting for anaphylactic reactions compared to other types of events, and not just because anaphylaxis is recognized as a side effect of COVID-19 vaccinations, whereas most other reactions, especially serious ones, are not. One reason is that people are supposed to stay under observation in the location where they were vaccinated for 15-30 minutes afterwards, which is when the vast majority of anaphylactic reactions occur. Since most people should be under medical supervision if they experience anaphylaxis, and since healthcare workers are mandated to report anaphylaxis cases following COVID-19 vaccinations, it is likely that other types of reactions are undercounted even more.

Below, Table 1 shows the number of different types of adverse events that appeared in the VAERS data released as of June 18 of reports from non-foreign sources. It corrects for undercounting by showing how many cases there would be if one multiplied the number of events by 50 and 125 times, as indicated by the JAMA study on anaphylaxis. In the table, “total cases” refers to the number of people who submitted a report. “Total adverse events” refers to the total number of events those people reported, which is much larger than the total casessince one person can report more than one medical problem. “Serious adverse events” include anything that: required hospitalization, was life threatening, led to permanent disability or substantial disruption of one’s ability to function normally, a congenital problem, or death.

Table 1

Adverse Events Reported to VAERS

  Total x50 x125
Total Cases 384,270 19,213,500 48,033,750
Total Adverse Events 1,667,140 83,357,000 208,392,500
Serious Adverse Events 29,583 1,479,150 3,697,875
Hospitalization 21,440 1,072,000 2,680,000
Life Threatening 6,299 314,950 787,375
Permanent Disability 4,996 249,800 624,500
Deaths 4,812 240,600 601,500

Is The Increase in Reports Due to The Increase in The Number of Vaccinations?

Figure 1 below shows the number of deaths reported to VAERS per 100,000 vaccine doses for COVID-19 vaccines is 24x the average annual number of deaths per 100,000 vaccine doses reported for all other vaccines from 2010-2020. This clearly shows that the increase in reporting is not simply due to the increase in the number of vaccinations. (Methodological notes for this and the following tables are in the appendix.)

Figure 1

(please refer to source pdf)

Is The Increase Due “Stimulated Reporting”?

The tables below respond to the second question regarding stimulated reporting. The CDC uses VAERS as a way of detecting potential safety signal with vaccines. If they detect a signal, they can follow up with more appropriate data and methods to investigate its connection to the vaccine. The main way they detect safety signals using VAERS is to compare “the proportion of reports involving a specific adverse event and a specific vaccine can be compared to the proportion of reports involving the same adverse event and other vaccines” (Shimabukuro et al. 2015:6). This is also the method the CDC uses to determine if an increase in adverse events is due to stimulated reporting.

A paper by researchers at the CDC (Velozzi et al. 2010) investigated stimulated reporting in the context of the H1N1 Swine Flu vaccine introduced in 2009, following which there was an increase in reporting to VAERS that was 2 to 3 times greater than for seasonal influenza vaccines per million vaccinations. However, they concluded that this was due to stimulated reporting since the overall proportion of adverse events reported in different categories for the H1N1 vaccine was for the most part similar to the proportion reported for seasonal influenza vaccines.

I adopted the approach used by Velozzi et al. 2010 to compare reporting rates for categories of adverse events between COVID-19 vaccines and seasonal influenza vaccines. Table 2 uses a slightly different methodology than Tables 3 and 4. Data sources and methodological notes are in the appendix.

Table 2

Adverse Events Reported to VAERS per Vaccine Dose:
COVID-19 vs. Flu Vaccines

  Per 100,000 Doses  
  COVID-19 Flu Relative
Difference
Serious 9.1 0.3 30x
Not Serious 109 5.8 19x
Death 1.5 0.02 82x
Disability 1.5 0.08 19x
Emergency Room 16 1.1 14x
Hospitalized 6.6 0.22 30x
Life Threatening 1.9 0.06 31x
Blood Clot Related Events 0.3 0.04 7x
Myocardial Infarction 0.7 0.06 12x

Note: Adverse events and doses for flu vaccines based on 2016, 2017 & 2018 flu seasons.

Analysis Stratified by Age

A direct comparison between flu and COVID-19 vaccines does not take into account the fact that the age distribution of people inoculated against flu is very different than the age distribution of people who have been inoculated against COVID-19. Tables 3 and 4 below compare adverse event reports by age group. Table 3 shows the relative difference (ratio) of the COVID-19 adverse event reporting rate per 100,000 doses to the reporting rate for flu vaccinations per 100,000 doses (as an average of the reporting rate across the 2015-2019 flu seasons). Table 4 shows the proportion of all adverse event reports (cases) that included serious events and deaths, comparing COVID-19 vaccines versus flu vaccines (again as an average of the 2015-2019 flu seasons). For both of these tables, the estimates for flu vaccines represent the average reporting to VAERS across the 2015-2019 influenza seasons. All differences are statistically significant using Chi-square tests.

Table 3

COVID-19 vs. Flu Vaccines: Adverse Events Reported per 100,000 Vaccine Doses

 

ALL EVENTS

SERIOUS EVENTS

DEATHS

Ages C-19 Flu Rel.
Diff.
C-19 Flu Rel.
Diff.
C-19 Flu Rel.
Diff.
Age 10-17 92.77 3.10 30x 5.01 0.11 47x 0.09 0.001 84x
Age 18-49 140.69 4.93 29x 6.05 0.23 27x 0.27 0.004 62x
Age 50-64 122.14 4.36 28x 8.66 0.20 43x 0.93 0.005 197x
Age 65+ 99.43 8.62 12x 16.25 0.41 40x 4.17 0.028 149x
All Ages 122.37 5.43 23x 9.48 0.25 38x 1.51 0.010 154x

Note: Flu reporting rates represent the average reporting rate to VAERS across the 2015-2019 flu seasons for each age group. Covid-19 reporting rates include all reports to VAERS for COVID-19 vaccines for each age group. Annual vaccine doses estimated using data from the CDC and the US Census Bureau. Relative difference is the ratio of COVID-19 reporting rates to the average flu reporting rate across the 2015-2019 flu seasons.

Table 4

COVID-19 vs. Flu Vaccines: Proportion of Serious Adverse Events and Deaths

 

REPORTS (N)

SERIOUS EVENTS

DEATHS

  Proportion   Proportion  
Ages C-19 Flu C-19 Flu Rel.
Diff.
C-19 Flu Rel.
Diff.
Age 10-17 12,868 519 0.054 0.035 1.5x 0.0010 0.0004 2.8x
Age 18-49 18,2533 2,219 0.043 0.046 0.9x 0.0019 0.0009 2.1x
Age 50-64 98,759 1,789 0.071 0.046 1.6x 0.0076 0.0011 6.8x
Age 65+ 84,384 2,816 0.163 0.046 3.4x 0.0419 0.0034 12.5x
All Ages 36,5676 7,342 0.077 0.048 1.6x 0.0123 0.0033 3.71x

Note: Flu estimates represent the average reporting rate to VAERS across the 2015-2019 flu seasons for each age group. Covid-19 reporting rates include all reports to VAERS for COVID-19 vaccines for each age group. Vaccine doses estimated using CDC and the US Census data.

The results show two things very clearly: 1) An enormous increase in reports to VAERS from COVID-19 vaccines compared to seasonal influenza vaccinations, even after controlling for the number of doses administered; 2) A very different pattern of reporting for influenza and COVID-19 vaccines. Alarmingly, there are significantly higher rates of reporting of serious adverse events and deaths after vaccination for COVID-19 than for influenza, both as a function of vaccination doses and as a function of the number of reports.

Note that the 84:1 figure for deaths among 10-17 years old in Table 3 does not provide the full picture. Across all five flu seasons there was only 1 death reported among 10-17 year olds following influenza vaccinations, out of a total of 83,402,513 vaccination doses received by this group over that period. That is compared to 13 deaths out of 13,870,224 COVID-19 vaccinations for that age group.

METHODOLOGICAL APPENDIX

Table 1

Counts for different types of adverse events were retrieved from CDC’s WONDER interface for VAERS using the data released as of June 18, 2021. For all tables and figures I only used reports from non-foreign sources, so the numbers here are probably lower than what you’ve seen in other places.

Figure 1

The number for 2021 includes only the 4,812 deaths reported for COVID-19 vaccines that appeared in VAERS as of June 18 and excluding reports from foreign countries. The number of COVID-19 vaccine doses administered in the US was taken from usfacts.org, which reported that the number of doses of COVID-19 vaccination doses used as of June 27 was 323,327,328.

The figures for 2010-2020 include all deaths that appeared in each year in the VAERS database from all vaccines, excluding reports from foreign countries. The number of vaccine doses administered is based on flu vaccination doses distributed each year in the US (from CDC data here) and an estimate of the number of childhood vaccine doses administered each year.

That number was calculated as follows: children of a particular age X number of vaccine doses on the CDC schedule for that age X .9 assuming a 90% vaccination rate. Notes on these figures :

  • Children of a particular age was based on the number of children born in 2017: 3.85 million (the birth rate has been declining for over a decade so the number was a bit larger in earlier years, so this method of estimation is conservative and will tend to underestimate the number of vaccinations, producing a lower estimated death reporting rate).
  • Number of vaccine doses (not including influenza) on the CDC schedule: 1st year of life: 16; Second year: 8; 4-6 year olds: 4
  • A 90% vaccination coverage rate (which is lower than what the CDC says the coverage rate is, so again this method of estimation is conservative).
  • Assuming the same number of children in each age category based on 2017 birth cohort (3.85 million), we would expect over 100 million childhood vaccinations/year:
    • 16*3.85million + 8*3.85million + 4*3.85million = 107 million but the figure used is 100,000 (again to be conservative)
    • Plus flu vaccination for each year (average over this period was 153.2 million)
  • This number does not take into account teenagers who now routinely get TDAP and HPV vaccinations, as well as adults who get other vaccinations beside influenza. So it is once again a conservative estimate. In any case, the number of vaccinations is so large relative to the number of reported deaths that changes of tens of millions in any direction has little effect on the estimates of deaths per vaccine dose.

Table 2

Table 2 shows the number of several different categories of adverse events per 100,000 vaccine doses that appeared in VAERS per 100,000 vaccine doses as of June 18; it compares COVID-19 vaccines to influenza vaccinations from the 2016, 2017 and 2018 flu seasons combined.

The numbers for COVID vaccines includes all reports that appeared in VAERS as of June 18 and excludes reports from foreign countries. The number of COVID-19 vaccine doses administered in the US was taken from usfacts.org, which reported that the number of doses of COVID-19 vaccination doses used as of June 27 was 323,327,328.

To select a comparable sample of influenza vaccination adverse event reports, I examined reports submitted to VAERS for all influenza vaccines that appeared in the system for the 6-month period from September through February, which is the flu season when most people get vaccinated for flu. I chose a 6-month period to match with the 6+ months since COVID-19 vaccines first became available until June 18.

I included all reports that appeared in VAERS from Sept. – Feb. for three of the most recent influenza seasons 2016-2017, 2017-2018 and 2018-2019. I did not include 2019-2020 because I did not want the data to be contaminated in some way with the appearance of COVID-19. I combined all those reports for my comparison. The number of flu vaccinations was estimated at 160 million/year. According to CDC data, the average number of doses distributed over these three seasons was 157 million.

Although a different or longer time period could have been chosen, the small number of reports in comparison to the very large number of inoculations renders even relatively large differences in the numerator or denominator virtually meaningless.

The number of blood clots reported was calculated by cross-reference adverse events (at the ‘preferred term’ level) with the Standardized MedDRA Query (SMQ) code “embolic and thrombotic events,” which produced a list of 294 associated AE’s that are definitely or probably related to blood clots (or technically, embolisms or thromboses).

I then calculated how many VAERS reports matching any of those 294 categories appeared in for the relevant vaccine types in the relevant time periods. For influenza vaccines across all 3 seasons, there was a total of 26 different types of adverse events. For COVID-19 vaccines, there was a total of 80 different types of adverse events.

Tables 3 & 4

These two tables were calculated using the following data and procedures:Data on the population in each age group and year was calculated from the US Census Bureau’s American Community Survey in Census Table S0101 based on 1-year estimates for each year.1

Data on the total number of flu vaccinations distributed annually comes from CDC estimates.

Data on proportion in each age group vaccinated against influenza in each year comes from CDC FluVaxView data compiled here. Data on number of COVID-19 vaccine doses given in each age group as of June 30,2021 comes from usfacts.org.

Data on adverse events for each age group for COVID-19 and all influenza vaccines were collected from VAERS data updated as of June 25, 2021. For COVID-19, I counted all adverse events that had been submitted to and processed by VAERS excluding reports from foreign countries.

For influenza vaccines, I followed Velozzi et al. 2010 and restricted reports in each season to reports submitted from July 1 – March 31 in the following year2 where vaccination date was reported between July 1 – January 31 in the following year. The calculations below were done for 5 influenza seasons beginning with the 2015-2016 season through the 2019-2020 season. The rates reported in the tables represent the average across all 5 seasons.

Calculation Procedures: I estimated the number of people in each age group for each year by multiplying the total population by the proportion in each age group.

  • Total population per age group = Proportion in age group*Total population

In order to estimate the number of people in each age group who received an influenza vaccination, I multiplied the number of people in each age group by the proportion estimated to have received influenza vaccination in each age group in each year.

  • Number of influenza vaccine doses per age group = Proportion inoculated for each group*Population in each age group

To estimate rates of adverse events per 100,000 doses, I divided the number of adverse events by the number of doses received for each age group and multiplied the result by 100,000.

  • Rate of adverse events per 100,000 doses for each age group = (Number of adverse events for age group/number of doses received for age group)*100,000

To estimate the rates of serious adverse events and deaths per report (case), I divided the number of adverse events or deaths by the number of reports received for each age group.

  • Proportion of serious adverse events and deaths = Number of adverse events or deaths / the number reports each age group

For flu vaccines, the table represents the average reporting rates of adverse events across all 5 flu seasons (2015-2019).

To estimate the relative differences (ratio), I divided the reporting rate for COVID-19 vaccines by the average reporting rate for flu vaccines from all 5 seasons for each age group.

  • Relative differences = COVID-19 reporting rates for each age group / Average reporting rate across all flu seasons for each age group

________________________

1 Due to incompatibility across all the datasets in age categories, I was not able to restrict the teen population categories to ages 12-17, which is the youngest age group for which COVID-19 vaccinations are currently recommended. Therefore, the adverse events data, population and flu vaccine doses include 10-17 year-olds, but the COVID-19 vaccination doses represents 12-17 year-olds. There were 0 serious or death reports for COVID-19 vaccines in VAERS for 10-11 year olds, and only a few hundred non-serious reports for 10-11 year olds.

2 Velozzi et al. 2010 use a cut-off of reports received by March 15th, but I was only able to restrict the date to March 31st using the on-line VAERS data extraction portal at https://wonder.cdc.gov/vaers.html.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s