Un problème de papier.

J’avais lu (je ne sais plus où, ça fait vraiment longtemps) cet aphorisme:

On coupe des arbres pour fabriquer du papier pour imprimer des livres qui disent qu’il ne faut pas couper les arbres.

En fait, ce n’est pas aussi simple. C’est très bien expliqué ici et ici – lisez, c’est vraiment intéressant. Si on « déforeste » pour fabriquer du papier, on plante davantage que ce qui est coupé:

« Dans l’hémisphère nord, environ 150% de ce qui est défriché est replanté. Depuis 1990, l’Europe compte 17 millions d’hectares de forêts en plus. »

Bon, c’est un calcul légèrement hypocrite – il émane de l’industrie du papier – puisque planter un arbre ne remplace pas instantanément celui qu’on a coupé. Il faut des années pour qu’une forêt repousse. En attendant, 17 millions d’hectares, c’est pas mal. Vous le saviez? Moi, non. J’aurai appris quelque chose aujourd’hui.

Partant de là, je note qu’on attend toujours un minimum de cohérence dans le discours « vert »: si planter des arbres lutte contre le « réchauffement climatique », l’industrie du papier contribue à « sauver la planète », oui ou non? Je suppose que oui, et que c’est la raison pour laquelle on a créé les labels « responsables » qu’on trouve sur les emballages de produits de papeterie. Je n’ai rien contre ce genre de label « éthique », surtout quand il s’agit de programmes de mesures constructives – ne me parlez pas de « taxe carbone », c’est du pur racket – qui temporisent un peu les excès du pillage des ressources et des dégâts qu’ils occasionnent, dont on veut maintenant nous faire payer le prix fort – la solution du Forum Economique Mondial étant de tout nous confisquer, et celle de l’opération Covid et associées, de réduire le nombre de bouches à nourrir, les bouches gourmandes des enfants gâtés du Premier Monde ou les très nombreuses bouches affamées des pauvres du Tiers-Monde. Après l’énorme escroquerie – rentable – de ce modèle, on veut nous infliger une punition encore plus rentable – et « durable » – le nouveau modèle. Le coup du papier à remplacer par du virtuel en est un exemple symbolique, celui du code QR (et de l’identité numérique en général, y compris les nanotechnologies reliées à l’IA) qui remplaceront vos « papiers » en est un autre, plus concret. Le souci est que ça ne peut pas fonctionner. J’explique pourquoi plus bas, pour le papier.

Je n’ai rien contre le fait d’éviter tous les gaspillages – qui font partie de ce que Charles Hugh Smith a judicieusement nommé l’Economie de la Décharge. Concernant les économies de papier, j’ai trois raisons d’y être favorable, dont deux personnelles. D’abord, je déteste classer mon courrier – mon épouse vous confirmera. Ensuite, je préconise qu’on se serve de ce support uniquement quand on a quelque chose d’intéressant à y écrire – au net, sans rature ni faute d’orthographe – ou quelque chose d’une certaine valeur artistique à y dessiner, ce qui élimine à l’avance une bonne partie des étudiants en Beaux-Arts. Je précise que malgré mon côté rabat-joie – ils vous le confirmeront – je n’ai jamais rationné mes enfants en papier, pour une raison très simple: les dessins de nos gosses sont les plus beaux. Ne les jetez pas. J’ai toujours les leurs, sauf ceux que j’ai perdus dans l’inondation.

Une raison plus pragmatique d’économiser le papier est que ça permettrait d’utiliser moins d’énergie pour son recyclage – c’est d’ailleurs le problème général du recyclage. Ce n’est pas tellement difficile de réutiliser – même pour le papier, ou on jette un peu vite des feuilles encore vierges au verso – et c’est plus « durable » que de recycler. Mais bon, je suis un vieil emmerdeur qui a vécu l’époque où il était impensable de jeter une bouteille en verre – j’ai encore du mal avec ça maintenant – et où on prenait son panier en osier pour aller faire ses courses. Une pratique qui pourrait bien revenir, d’ailleurs, probablement plutôt dans la douleur que par l’initiative de citoyens responsables et de bonne volonté. Dans la mesure où il reste quelque chose à acheter.

Donc, côté papier, on est dans la gestion – relativement – responsable, éthique et tout le toutim. Par contre l’aphorisme pourrait fonctionner avec Internet. On tente – difficile de ne pas le remarquer – de faire passer l’idée que c’est toujours mieux de ne pas imprimer un document parce que ça économise le papier – c’est exact – et que la version qui arrive dans votre boîte aux lettres informatique est « écologique » – c’est faux. Internet est le troisième consommateur d’électricité sur la planète, après les Etats-Unis et la Chine. Devant la crise énergétique majeure qui se profile, et toutes ses implications – voir notamment mes deux récentes traductions de John Paul, ici et ici – le papier deviendra le moindre de nos soucis. L’énergie, non. John nous rappelle qu’il faut se préparer, ce que des gens comme lui et moi répètent depuis deux ans par le canal de l’Internet. Je me vois mal distribuer des tracts (en papier) dans la rue. Je fais ce blog. Sur Internet.

L’aphorisme donnerait dans ce cas:

On utilise des quantités astronomiques d’électricité pour diffuser des messages qui disent qu’il faut économiser l’électricité.

Votre serviteur est donc aussi coupable que les autres. Veuillez me pardonner, je croyais bien faire. Ce n’est pas facile de contenir la nocivité ce système tant qu’on en fait partie.

Mais ça vaut la peine d’essayer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s