Science Analyst propose une explication alternative à l’hypothèse de l’assemblage de la nanotechnologie par CEM – par Sage Hana.

Bon, me voilà encore captif de l’actualité. Mais, vous allez voir, on va vite s’en débarrasser.

Vous serez peut-être tombés sur la vidéo de l’interview du Dr David Nixon par Maria Zee (ici en version mal sous-titrée), où il montre l’auto-assemblage de « nanorobots » dans des gouttes du produit de Pfizer, et/ou l’interview de Karen Kingston par Stew Peters (non sous-titrée) où il/elle explique à peu près la même chose, brevets à l’appui. Comme, après m’être fait passé pour un idiot pour m’être rué sur cette histoire de gain de fonction de l’Omicron, explication ici, je deviens de plus en plus prudent avec ce genre de « révélations », j’ai attendu que quelqu’un de manifestement qualifié en fasse l’analyse. Comme chez le médecin, un deuxième avis.

Ce deuxième avis vient de quelqu’un de très qualifié. J’ai lu tout son Substack, le gars est vraiment très pointu – c’est ce qu’on appelle communément « une tête ». C’est Sage Hana – que j’aime vraiment beaucoup et dont je tente de traduire l’humour le mieux possible – qui, après avoir fait un article autour de la vidéo de Nixon et demandé l’avis de ses lecteurs, publie la réponse de Science Analyst, un point de vue assez intéressant concernant cette histoire de nanotechnologie, à garder en mémoire aussi quand on lit la présentation de Mme Latypova.

Notes: 1. les enchiladas, tacos et autres plats mexicains sont un running gag de Sage Hana; 2. le Dr Aseem Malhotra est un celèbre cardiologue britannique; 3. méfiez-vous de Karen Kingston comme de la peste et de Stew Peters comme du choléra en temps de pénurie de papier toilette; 4. vous savez tous que CEM est l’abréviation de « champs électromagnétiques ».

Source.


Science Analyst propose une explication alternative à l’hypothèse de l’assemblage de la nanotechnologie par CEM

Sage Hana

29 octobre

Compte-rendu du Fonds pour la Statue du Dr Aseem Malhotra:

  • Les enchiladas demeurent une force sous-estimée, qu’il faut craindre dans l’actuel Classement des Aliments Mexicains.
  • Le mystère à résoudre: les injections expérimentales d’ARNm destinées à éliminer le troupeau contiennent-elles des nanoparticules d’oxyde de graphène qui s’assemblent dans l’organisme en réponse aux fréquences électromagnétiques (CEM)?

C’est une théorie que j’entends défendre depuis quelque temps déjà.

Récemment, Maria Zee a diffusé une interview du Dr David Nixon dévoilant des images vidéo d’un prétendu assemblage de nanotechnologies sous un microscope. Nixon suggère que ce processus d’assemblage semble dépendre de, ou être lié à, l’exposition aux CEM.

Mon bref article et l’intégralité de la vidéo source sont ici.

https://rumble.com/v1prv94-world-first-robotic-arms-assembling.html

Je l’ai présenté à fin de discussion et réfutation.

J’en ai eu.

Ce qui est excellent.

Je veux savoir ce qui est vrai. Je veux savoir ce qui est vrai.

Science Analyst a gracieusement offert son expertise et des explications contradictoires, que je publie maintenant dans leur intégralité.

Merci, Analyst!


Science Analyst

Désolé pour la longueur de cette réponse, mais voici ma description complète. Ce truc est un poison, mais pour des raisons bien différentes de ce qui est dit dans la vidéo. Cette personne est clairement un débutant dans l’analyse au microscope. Je ne veux pas l’insulter, mais l’encourager à étudier davantage les faits.

Je vois une courte vidéo de cristaux en mouvement. Selon Nixon, c’est de la nanotechnologie (parce que ça bouge?). Et plus tard, il parle du réseau 5G. Un sujet que je connais bien. J’ai conçu des puces et la 5G nécessite une puce à 1M de transistors, une énorme antenne et un système de batterie. Très facile à voir, même à l’œil nu, et très visible au microscope. Donc techniquement, il n’y a aucune raison de penser qu’un cristal en mouvement puisse faire ça. Il est clair que c’est autre chose qui se passe. Mais permettez-moi de l’expliquer encore plus en détail:

On voit des mouvements comme celui-ci dans la plupart des lames de microscope, parce que le chauffage des lampes sous le microscope provoque un mouvement des fluides. Et peut provoquer la croissance ou la dissolution de cristaux. Ces réactions sont très dépendantes de la température, et tous les chimistes le savent. Parfois, on trouve même de la vie biologique sur les lames. Solution: faire appel à de vrais experts plutôt qu’à des débutants. On peut aussi regarder des vidéos sur YouTube sur la croissance des cristaux et s’informer à ce sujet. Il existe de nombreux cristaux différents. Certains se ressemblent vraiment beaucoup. Avez-vous déjà vu un cristal de neige se former? Ça ressemble aussi à un circuit.

Observez les cristaux de cholestérol. Ils sont carrés et ressemblent à un circuit. Il s’agit probablement d’une variante de ce produit chimique (le lipide des NPL?). Vous trouverez ces cristaux sur Google. Il existe probablement des experts en la matière qui pourront vous éclairer. Il y a aussi des experts en chimie qui savent quels cristaux se forment sous un microscope et sont capables de reconnaître de quels matériaux il s’agit.

À propos de la nanotechnologie. -> Je peux vous garantir qu’il n’y a absolument aucune nano-technologie avancée dans les diapositives montrées. Aucune. Pour toutes les raisons suivantes: (1) La nano-technologie n’est pas capable de s’auto-assembler, elle nécessite une machine de la taille d’une maison pour simplement parvenir à la précision nécessaire. Dans une salle blanche stérile, avec des matériaux purs à 100% et des contrôles de qualité minutieux. Donc pas dans un corps vivant dans un environnement pollué. (2) La nanotechnologie nécessite de nombreux fils et circuits pour exécuter la fonction la plus simple. Et de l’énergie. Et un système de contrôle. Il n’y en a rien de tout ça ici. Et dans le cas de la 5G (ou du Bluetooth), il en faut même des millions et une énorme antenne. (3) Les nanotechnologies, telles qu’elles sont présentées dans les conférences et les brevets, ne sont que de la science-fiction destinée à recueillir des fonds. En pratique, elles ne permettent d’accomplir que des tâches extrêmement simples moyennant un contrôle minutieux en laboratoire. C’est facile à vérifier en suivant les liens vers des démonstrations dans le monde réel. Les chercheurs y déplacent une spirale dans le corps à l’aide d’énormes champs magnétiques. C’est un peu comme faire bouger une marionnette en plaçant sa main à l’intérieur. Cela rend-il la marionnette intelligente ou vivante? Non, ça reste la même bête marionnette. (4) Les circuits doivent être parfaitement corrects, à 100%. Et pour remplir leurs fonctions, ils ont des millions de fils et de transistors. Une petite erreur et le circuit est totalement foutu.

On injecte au gens des objets artificiels dangereux, qui ressemblent à des virus et qui causent des ravages à long terme dans le corps. Associés à toutes sortes d’autres ingrédients toxiques pour les conserver (comme de l’antigel). Et des produits chimiques qui « activent » le système immunitaire ou l’endommagent carrément. Il ne devrait pas non plus se trouver de composants solides dans les injections. Tout cela constitue un mélange toxique, mais il n’y a aucune nanotechnologie dans aucune de ces vidéos (et j’ai vu 90% d’entre elles).

Conclusion: Il est absolument impossible que quelque chose de ce genre puisse s’auto-assembler dans le corps. Il faut de grosses machines pour projeter des circuits sur différentes couches chimiques au cours de centaines de processus chimiques purs à 100%. Si quelque chose s’auto-assemble, il ne peut s’agir que d’un processus chimique ou biologique de base.

Sur une note positive: je suis curieux de voir exactement quels processus chimiques et biologiques sont en jeu, mais il ne s’agit pas de « nanotechnologies auto-assemblées ». Et de telles théories facilitent beaucoup trop la tâche de Pfizer et de Gates.


Nous devrions peut-être tous partager des vidéos et des images des choses similaires. Cela pourrait nous aider à comprendre ce que nous regardons.

Voir aussi ici. [NdT. c’est un article en anglais de Science Analyst, que je n’ai pas tellement de temps pour traduire. Essayez mon article précédent du Pr Martin Pall.]


Postscriptum de Sage

C’était excellent et très convaincant. Merci à Science Analyst.

Je m’intéresse également aux réfutations des réfutations, aux théories alternatives et aux explications qui brisent le paradigme du « Pourquoi pas les deux? »

Oui, c’est compliqué.

Oui, les gens s’énervent.

Oui, les gens suivent la voie de l’ingénierie sociale « Arrêtez de chercher partout ».

*Remarque: je n’arrêterai pas de chercher partout. Pour ça, comptez sur moi.

C’est comme ça.

Ce n’est pas comme si la Science et les Experts n’avaient pas des points de vue radicalement divergents et semblaient être largement incapables d’admettre qu’ils se sont trompés.

(Ou qu’ils ont été cooptés, ou qu’ils ont été allègrement poussés à coups de pied dans l’Opération, parce que… quelque chose).

C’est un problème.

Je veux savoir ce qui se passe. Et c’est tout.

Finalement, parlons un peu de la 5g.

Voici quelques extraits choisis d’un papier du Pr Martin Pall sur les dangers que pose la 5g pour la santé humaine, animale et des écosystèmes. Il date de 2018 et a été rédigé à l’intention de la Commission Européenne. Martin Pall est Professeur Émérite de biochimie et de sciences médicales fondamentales à l’Université de l’État de Washington. Soit dit en passant.

J’ai jusqu’à présent traité presque exclusivement des injections, et presque pas de la 5G – qu’on a accusé de tous les maux et surtout du Covid – pour deux raisons. La première est qu’il vaut mieux ne pas se jeter sur le buzz du moment, prendre un peu de recul et attendre que des études sérieuses soient menées. J’ai récemment commis l’erreur, on ne m’y reprendra pas. Le recul est pris, on en sait beaucoup plus sur le Covid et ce papier semble plutôt solide. La seconde raison est que les dangers de la 5g détaillés ici peuvent sembler comparativement moindres, voire triviaux, par rapport aux dommages des injections. Même si je ne tenais pas ce blog, parmi le très petit nombre de gens (injectés) que je rencontre, les histoires de cancers et même de problèmes génétiques sont, même si ça n’a pas valeur statistique, très élevées par rapport à ce que je voyais avant 2021. Un de mes collègues, qui se portait très bien il y a encore un an, décline de jour en jour, avec des symptômes extrêmement étranges. Face à ce sombre tableau, on serait donc tenté de relativiser les dangers de la 5g. Je voudrais donc préciser:

  • que même si les effets décrits ci-dessous, souvent comparables à ceux des injections, n’ont pas de rapport de causalité avec le Covid, il faut avouer qu’il y a au moins une convergence étonnante, qu’on trouve également avec certaines pollutions chimiques qui ont ce genre d’effets – je pense « programme »;
  • que même si plus de la moitié de la population mondiale n’a pas reçu d’injection, ils ne sont pas à l’abri de ceci;
  • que les risques de destruction de niches et zones écologiques entières par la 5G (ainsi que par la géoingénierie, que j’ai promis de traiter) représentent un danger très réel, et qu’ils sont l’oeuvre de ceux-là mêmes qui tentent nous vendre « l’urgence climatique ».

Le sujet est plus que jamais d’actualité pour l’Europe. Je vous conseille vivement la lecture de ce rapport édifiant (sélectionner « français » en haut de page) commandé par la Commission Européenne, qui vous donnera une bonne idée de la situation et de ce qui est recommandé par ses auteurs pour l’avenir proche. Notre avenir.

Comme le dit le Pr Pall, « Voilà le monde étrange dans lequel nous vivons. »

PS: après vérification, la Russie et la Chine n’ont quasiment pas de couverture 5G, comme je l’avais initialement publié. Autre bonne nouvelle (pour moi), même chose en Wallonie. Yay!

Source.


Traduction

[…]

Quels sont les effets produits par les expositions non thermiques aux CEM [champs électro-magnétiques] de fréquence micro-ondes, pour lesquels nous disposons d’une abondante littérature scientifique? Chacun des effets suivants a été documenté dans 11 à 35 études, énumérées à la fin du chapitre 1.

  1. Trois types d’attaques de l’ADN cellulaire, produisant des cassures simple brin dans l’ADN cellulaire, des cassures double brin dans l’ADN cellulaire et des bases oxydées dans l’ADN cellulaire. Chacune de ces modifications de l’ADN joue un rôle dans l’apparition du cancer et dans la production des mutations les plus importantes chez l’homme et les autres animaux. Les cassures de l’ADN double brin produisent des cassures chromosomiques, des réarrangements, des délétions et des duplications ainsi que des mutations du nombre de copies; elles produisent également une amplification génique, mécanisme important dans l’apparition du cancer. Les cassures d’ADN simple brin dans l’ADN cellulaire provoquent des événements de recombinaison aberrants conduisant à des mutations du nombre de copies. Les bases oxydées entraînent des mutations ponctuelles. Lorsque ces phénomènes se produisent dans des cellules somatiques, ils peuvent tous jouer un rôle dans l’apparition du cancer. Lorsqu’ils se produisent dans les cellules de la lignée germinale (et il a été démontré qu’ils se produisent dans le sperme après une exposition aux CEM), ils provoquent les trois types de mutations les plus importants pour les générations futures, à savoir les mutations chromosomiques, les mutations du nombre de copies et les mutations ponctuelles. (19 études différentes documentant ces types de dommages cellulaires à l’ADN)
  2. Une grande variété de changements entraînant une baisse de la fertilité masculine, une baisse de la fertilité féminine, une augmentation des avortements spontanés, une baisse des niveaux d’œstrogène, de progestérone et de testostérone, une baisse de la libido (16 études). Le nombre de spermatozoïdes humains a chuté à moins de 50% de ce qui était considéré comme normal dans tous les pays technologiquement avancés du monde [1]. Les taux de reproduction sont tombés en dessous des niveaux de remplacement dans tous les pays technologiquement avancés du monde, à une seule exception près. Il s’agit de tous les pays de l’UE, des États-Unis, du Canada, du Japon, de la Corée du Sud, de Taïwan, de Singapour, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Les moyennes de reproduction dans ces pays sont d’environ 73% des niveaux de remplacement selon les données de 2015 ou 2016. Une étude sur la reproduction des souris [2] a montré que l’exposition aux CEM des fréquences radio/micro-ondes à des doses bien inférieures à nos directives de sécurité actuelles produisait des diminutions substantielles de la reproduction en fonction de la dose dans la première série de portées; une exposition supplémentaire produisait une stérilité complète ou presque complète en fonction de la dose, qui s’est avérée largement irréversible. Lorsque nous sommes en présence d’une technologie universellement présente dans ces pays technologiquement avancés, que nous savons qu’elle a un impact sur la reproduction, que la reproduction a déjà chuté bien en dessous des niveaux de remplacement, que nous pourrions être confrontés à un déclin catastrophique et irréversible de la reproduction et qu’il existe de plus en plus de programmes visant à nous exposer encore davantage, ne pensez-vous pas que nous devrions tenir compte de la science? M. Ryan et le Dr Vinci semblent répondre par la négative. (Veuillez noter que la FCC et la FDA américaines ignorent aussi complètement cette menace existentielle).
  3. Effets neurologiques/neuropsychiatriques (23 études). Mon propre article sur ce sujet [3] et deux articles antérieurs cités dans celui-ci ont montré qu’il existe toute une série d’effets des CEM qui ont été constatés à plusieurs reprises et qui sont également devenus des affections extrêmement répandues dans nos sociétés technologiquement avancées, à savoir: troubles du sommeil/insomnie; fatigue/épuisement; maux de tête; dépression/symptômes dépressifs; manque de concentration/attention/dysfonctionnement cognitif; étourdissements/vertiges; troubles de la mémoire; agitation/tension/anxiété/stress/agitation; irritabilité. Ces conclusions ne sont pas seulement basées sur des résultats épidémiologiques, mais aussi sur les impacts profonds des CEM, à des niveaux bien en deçà de nos directives de sécurité, sur la structure et la fonction du cerveau, ainsi que sur le mécanisme d’action non thermique des CEM discuté ci-dessous. Lorsque ces effets neuropsychiatriques deviennent de plus en plus courants dans les sociétés technologiquement avancées du monde entier, et que nous savons que l’exposition aux CEM provoque chacun de ces effets, ne devrions-nous pas prendre note de cette relation?
  4. Apoptose/mortalité cellulaire (13 études). Les deux conséquences les plus importantes d’une forte augmentation de l’apoptose (mort cellulaire programmée) sont la causalité des maladies neurodégénératives et la baisse de la reproduction, mais il y en a d’autres.
  5. Stress oxydatif/dommages causés par les radicaux libres (17 commentaires). Le stress oxydatif joue un rôle dans toutes ou presque toutes les maladies chroniques. Il aurait un rôle essentiel dans la production des effets sur la reproduction et des attaques sur l’ADN cellulaire, et pourrait également jouer un rôle dans la production des effets neurologiques et de certains des effets cancérigènes dont on sait qu’ils sont produits par les expositions aux CEM.
  6. Effets endocriniens (c’est-à-dire hormonaux) généralisés (11 études). Les niveaux d’hormones stéroïdes chutent lors de l’exposition aux CEM, tandis que les niveaux d’autres hormones augmentent lors de l’exposition initiale. Les taux d’hormones neuroendocriniennes et d’insuline diminuent souvent lors d’une exposition prolongée aux CEM, peut-être en raison d’un épuisement endocrinien.
  7. Augmentation des niveaux de calcium intracellulaire ([Ca2+]i) après une exposition aux CEM (14 études). La signalisation calcique augmente également après une exposition aux CEM.
  8. Cancérogénicité (35 études). Le cancer du cerveau, le cancer de la salive, les neurinomes acoustiques et deux autres types de cancer augmentent avec l’utilisation du téléphone cellulaire. Les personnes vivant près des tours de téléphonie cellulaire ont des taux de cancer plus élevés. D’autres types de CEM sont également impliqués. La radio à ondes courtes, les opérateurs de radioamateurs et les personnes exposées aux radars auraient tous une incidence accrue de cancer. Ce qui est peut-être le plus révélateur, c’est que les gros utilisateurs de téléphones cellulaires à long terme ont la plus forte incidence de cancer du cerveau et que le nombre de cancers augmente principalement du côté ipsilatéral de la tête (le côté où ils utilisent leurs téléphones cellulaires), par opposition au côté controlatéral. J’ai un article sous presse [7], dont le propos n’est pas de savoir si les CEM provoquent le cancer, mais plutôt comment ils peuvent le provoquer. L’article montre que les « effets en aval » de la cible principale des CEM dans les cellules de notre corps peuvent provoquer le cancer de 15 façons différentes, notamment en augmentant l’initiation, la promotion et la progression du cancer. Les effets de progression comprennent l’invasion des tissus et les métastases. Chacun de ces effets cancérigènes est provoqué par des mécanismes produits par les effets en aval du principal mécanisme des CEM non thermiques, comme indiqué au chapitre 2.
  9. Effets thérapeutiques de ces CEM. De tels CEM, lorsqu’ils sont concentrés sur une région spécifique du corps où se produit un certain dysfonctionnement et lorsqu’ils sont utilisés à des intensités spécifiques, peuvent avoir des effets thérapeutiques. Dans mon article de 2013 [4], j’ai cité 12 revues différentes où la stimulation de la croissance osseuse par les CEM a été utilisée à des fins thérapeutiques. Il existe environ 4000 articles sur les différents effets thérapeutiques. Étrangement, l’industrie des télécommunications ne reconnaît pas ces effets thérapeutiques, préférant soutenir la fiction qu’il existe aucun effet non thermique.

Il existe une autre série d’études, 12 dans ce cas, dont chacune montre que les CEM pulsés sont, dans la plupart des cas, beaucoup plus actifs biologiquement que les CEM non pulsés. Ce point est particulièrement important car tous les appareils de communication sans fil communiquent par pulsations, ce qui les rend potentiellement beaucoup plus dangereux. Il s’ensuit que si on souhaite étudier les effets du Wi-Fi, des téléphones cellulaires, des téléphones sans fil, des tours de téléphonie cellulaire, des compteurs intelligents ou de la 5G, il vaut mieux étudier le matériel existant, ou du moins un matériel dont les pulsations ressemblent beaucoup à celles du matériel existant. Il existe de nombreuses études qui ne le font pas, mais qui prétendent faussement être de véritables études sur le Wi-Fi, les téléphones cellulaires ou les téléphones sans fil. D’autres facteurs influencent l’apparition d’effets non thermiques des CEM, notamment la fréquence utilisée, la polarisation des CEM et le type de cellule étudié [4,5,8-11]. En outre, il existe des « fenêtres » d’intensité qui produisent des effets biologiques maximaux, de sorte que des intensités plus faibles et plus élevées produisent beaucoup moins d’effets [5, 8, 9]. Ces études sur l’effet de fenêtre montrent clairement que les courbes dose-réponse sont à la fois non linéaires et non monotones, de sorte qu’il est difficile, voire impossible, de prédire les effets sur la base de l’intensité relative, même lorsque tous les autres facteurs sont identiques. Le rôle de chacun de ces facteurs est complètement ignoré par l’ICNIRP, le SCENIHR, la FCC, la FDA et le National Cancer Institute des États-Unis, ainsi que par de nombreux autres groupes favorables à l’industrie. Lorsque chacune de ces organisations conclut que « les résultats sont incohérents », elles comparent des études sur la base de similitudes superficielles, mais pas sur la base de ces facteurs de causalité démontrés. Ce que l’on observe, par conséquent, c’est une véritable hétérogénéité biologique, et non une incohérence. On sait depuis le début de la science moderne, au XVIe siècle, que la façon dont on mène les études est importante pour déterminer les résultats obtenus. Comment est-il possible que l’ICNIRP, le SCENIHR, la FCC, la FDA et le National Cancer Institute des États-Unis aient oublié ce fait important?

Les études de la littérature primaire démontrant les rôles de la pulsation, de la fréquence, de la polarisation, du type de cellule et des fenêtres d’intensité dans la détermination des effets biologiques dépendent entièrement de la présence d’effets réels à étudier. Aucune de ces études n’aurait pu être réalisée sans un effet à étudier. Par conséquent, les affirmations selon lesquelles il n’existe pas d’effets bien documentés des CEM sont absurdes, si l’on se base non seulement sur les huit effets extrêmement bien documentés résumés ci-dessus, mais aussi sur l’ensemble de la littérature démontrant le rôle des fenêtres de pulsation, de fréquence, de polarisation, de type de cellule et d’intensité.

[…]

Nous avons déjà abordé deux questions essentielles pour la compréhension de la 5G. La première est que les CEM pulsés sont, dans la plupart des cas, beaucoup plus actifs biologiquement que les CEM non pulsés (souvent appelés ondes continues). La seconde est que les CEM agissent en exerçant des forces sur le capteur de tension des CCDV (canaux calciques dépendants du voltage), ouvrant ces canaux calciques et permettant aux ions calcium en excès de pénétrer dans la cellule. Le capteur de tension est extraordinairement sensible à ces forces électriques, de sorte que les directives de sécurité nous autorisent à être exposés à des CEM qui sont environ 7,2 millions de fois trop élevés.

La raison pour laquelle l’industrie a décidé de passer aux fréquences extrêmement élevées de la 5G est qu’avec de telles fréquences extrêmement élevées, il est possible de transporter beaucoup plus d’informations par le biais de beaucoup plus de pulsations qu’il n’est possible de le faire avec des fréquences plus basses, même dans la gamme des micro-ondes. Nous pouvons donc être assurés que la 5G impliquera beaucoup plus de pulsations que les CEM auxquels nous sommes actuellement exposés. Il s’ensuit que tout test de sécurité biologique de la 5G doit utiliser les pulsations très rapides, y compris les pics à très court terme, qui seront présents dans la véritable 5G. Il existe un autre procédé qu’il est prévu d’utiliser dans la 5G: les réseaux à commande de phase (https://en.wikipedia.org/wiki/Phased_array). Dans ce cas, plusieurs éléments d’antenne agissent ensemble pour produire des champs fortement pulsés qui sont conçus pour la 5G, afin de produire une pénétration accrue. La 5G implique l’utilisation de pulsations particulièrement puissantes, qui peuvent donc être particulièrement dangereuses.

Les seules données dont nous disposons, à ma connaissance, utilisent des CEM non pulsés dans la gamme de fréquences de la 5G, et non de la véritable 5G. Ces données ne nous apprennent presque rien d’utile sur la 5G. D’après leurs déclarations, j’en déduis que M. Ryan et le Dr Vinci sont prêts à déployer des dizaines de millions d’antennes 5G afin d’infliger à chaque personne de l’UE des radiations 5G sans même un seul test biologique de sécurité de la véritable 5G. (Remarque: la FCC a adopté une position identique dans certaines parties des États-Unis où des antennes 5G sont déjà installées). Dans un monde où les comportements choquants sont de moins en moins considérés comme choquants, je considère leur point de vue comme véritablement choquant. La situation aux États-Unis relève de la folie collective. J’aurais espéré que les Européens, qui se considèrent comme beaucoup plus réfléchis que les Américains, auraient été effectivement plus réfléchis.

Pourquoi la 5G nécessite-t-elle un si grand nombre d’antennes? C’est parce que le rayonnement 5G est beaucoup plus absorbé lors de son passage dans divers matériaux. L’approche retenue consiste à utiliser beaucoup plus d’antennes, avec une antenne toutes les quelques maisons, de sorte que la 5G puisse suffisamment pénétrer les murs locaux. Une telle absorption implique généralement l’interaction avec des groupes chargés électriquement, de sorte que cette absorption est susceptible d’impliquer l’application de forces sur des groupes chargés électriquement. Comme ces forces sont le moyen par lequel les CEM activent les CCDV, il semble donc très probable que le rayonnement 5G sera particulièrement actif dans l’activation des CCDV.

En résumé, la 5G devrait donc être particulièrement dangereuse pour quatre raisons différentes: 1. Le nombre extraordinairement élevé d’antennes prévues. 2. Les puissances énergétiques très élevées qui seront utilisées pour assurer la pénétration. 3. Les niveaux de pulsation extraordinairement élevés. 4. Les interactions apparentes de haut niveau de la fréquence 5G sur les groupes chargés, y compris vraisemblablement les groupes chargés des capteurs de tension.

L’industrie des télécommunications affirme que le rayonnement 5G sera principalement absorbé dans les 1 ou 2 mm extérieurs du corps, de sorte que nous n’avons pas à nous inquiéter de ses effets. Il y a une part de vérité dans cette affirmation, mais il y a aussi des réserves qui rendent toute conclusion tirée de cette affirmation beaucoup plus suspecte. Quoi qu’il en soit, ces effets de surface de la 5G auront un impact particulièrement fort sur les organismes dont le rapport surface/volume est beaucoup plus élevé. Par conséquent, je prédis que de nombreux organismes seront beaucoup plus touchés que nous. Cela inclut les insectes et autres arthropodes, les oiseaux, les petits mammifères et les amphibiens. Cela inclut les plantes et même les grands arbres, car les arbres ont des feuilles et des organes reproducteurs qui sont très exposés. Je prédis qu’il y aura des catastrophes écologiques majeures en conséquence de la 5G. Il s’agira notamment de vastes conflagrations, car les expositions aux CEM rendent les plantes beaucoup plus inflammables.

Mais revenons à l’homme. L’industrie a également affirmé que les CEM à fréquence micro-ondes plus conventionnels ont un effet limité au centimètre extérieur du corps. Nous savons cependant que ce n’est pas vrai, en raison des effets en profondeur dans le cerveau humain, sur le cœur et sur les systèmes hormonaux. Les deux études les plus importantes démontrant les effets en profondeur du corps sont sans doute celles du professeur Hässig et de ses collègues en Suisse sur la formation de cataractes chez les veaux [112,113]. Ces deux études montrent clairement que lorsque des vaches gestantes paissent à proximité de stations de base de téléphonie mobile (parfois appelées tours de téléphonie mobile), les veaux naissent avec une incidence de cataractes très fortement accrue. Il découle de ces résultats que, malgré le fait que les fœtus en développement se trouvent très profondément dans le corps de la mère et devraient être hautement protégés des expositions aux CEM, ce n’est pas le cas. Et comme les directives de sécurité relatives aux CEM en Suisse sont 100 fois plus strictes que celles en vigueur dans la plupart des autres pays d’Europe, les directives de sécurité plus générales permettent des expositions largement supérieures. Les affirmations de l’industrie selon lesquelles les CEM de fréquence micro-ondes n’agissent que sur le centimètre extérieur du corps sont clairement fausses.

Comment alors les CEM conventionnels à fréquence micro-ondes et le rayonnement 5G peuvent-ils agir en profondeur dans le corps? On observera à juste titre que les effets électriques des CEM activent le capteur de tension et que les forces électriques directes sont rapidement atténuées dans le corps. Alors comment peut-il y avoir des effets profonds? Je pense que la réponse réside dans le fait que les composantes magnétiques des CEM sont connues depuis des décennies pour pénétrer beaucoup plus profondément que les composantes électriques. Les champs magnétiques exercent des forces sur les groupes mobiles chargés d’électricité dissous dans les phases aqueuses du corps et de petits mouvements individuels des groupes chargés peuvent régénérer des champs électriques qui sont essentiellement identiques aux champs électriques des CEM originaux, portant la même fréquence et le même modèle de pulsation, bien qu’avec une intensité plus faible. Un exemple de ce phénomène est donné dans l’étude de Lu et Ueno [114]. Étant donné que le capteur de tension est si étonnamment sensible aux forces électriques et que cela s’explique en partie par le niveau très élevé d’amplification du champ électrique à travers la membrane plasmique, notre organisme dispose d’un moyen presque parfait pour produire des effets de CEM en profondeur.

[…]

La question qui se pose maintenant est celle de la 5G. Il existe de fortes suspicions de risques similaires ou plus graves que ceux énumérés ci-dessus, mais nous ne disposons d’aucun test de sécurité biologique sur les véritables radiations 5G. Par conséquent, nous ne disposons d’aucune analyse ou gestion des risques, car nous ne disposons d’aucune évaluation des risques concernant la 5G. Nous voyons donc le Dr Vinci soutenir que la demande d’application du principe de précaution est prématurée. Mais ce n’est pas la demande d’utilisation du principe de précaution qui est prématurée, c’est l’affirmation de la Commission selon laquelle elle a effectué l’analyse et l’évaluation des risques requises. Voilà le monde bizarre dans lequel nous vivons.

Permettez-moi de conclure comme suit. À certains moments de notre histoire, des personnes ont tenu tête à de puissantes forces destructrices contre des obstacles qui semblaient souvent insurmontables. Ces personnes sont LES personnes les plus honorées de notre histoire. Ceux qui n’ont pas réussi à le faire sont parmi les personnes les plus méprisées de notre histoire. Je ne suis pas du tout sûr qu’il y aura des historiens pour nous chroniquer dans 100 ans ou même dans 30 ans, étant donné la direction que nous suivons. Mais si c’est le cas, soyez assurés que c’est sur la base de ces critères que vous serez jugés.


Texte original

[…]

What are the effects produced by non-thermal exposures to microwave frequency EMFs, where we have anextensive scientific literature? Each of the following effects has been documented in from 11 to 35reviews, listed at the end of Chapter 1.

  1. Three types of cellular DNA attacks, producing single strand breaks in the cellular DNA, doublestrand breaks in cellular DNA and oxidized bases in cellular DNA. Each of these DNA changes have roles in cancer causation and in producing the most important mutational changes in humans and other animals. Double stranded DNA breaks produce chromosomal breaks, rearrangements, deletions and duplications and copy number mutations; they also produce gene amplification, an important mechanism in cancer causation. Single strand breaks in cellular DNA cause aberrant recombination events leading to copy number mutations. Oxidized bases leading to point mutations. When these occur in somatic cells, they can each have roles in causing cancer. When these occur in germ line cells (and they have be shown to occur in sperm following EMF exposures), they cause the three most important types of mutations in future generations, chromosomal mutations, copy number mutations and point mutations. (19 different reviews documenting these types of cellular DNA damage)
  2. A wide variety of changes leading to lowered male fertility, lowered female fertility, increased spontaneous abortion, lowered levels of estrogen, progesterone and testosterone, lowered libido (16 reviews). Human sperm count has dropped to below 50% of what used to be considered normal throughout the technologically advanced countries of the world [1]. Reproductive rates have fallen below replacement levels in every technologically advanced country of the world, with a single exception. These include every EU country, the U.S., Canada, Japan, South Korea, Taiwan, Singapore, Australia and New Zealand. Reproduction averages in these countries is about 73% of replacement levels according to 2015 or 2016 data. A study on mouse reproduction [2] showed that radio/microwave frequency EMF exposure at doses well within our current safety guidelines produced substantial dose-dependent decreases in reproduction within the first set of litters; further exposure produced dose-dependent complete or almost complete sterility that was found to be largely irreversible. When we have a technology that is universally present in these technologically advanced countries, that we know impacts reproduction, and reproduction has already dropped well below replacement levels, and we may be facing a catastrophic and irreversible decline in reproduction and there are more and more plans to expose us still further, don’t you think that we should take note of the science? Mr. Ryan and Dr. Vinci nas seem to beū saying not at all. (Please note that the U.S. FCC and FDA also completely ignore this existential threat)
  3. Neurological/neuropsychiatric effects (23 reviews). My own paper on this [3] and two earlier reviews cited in it found that there are whole series of repeatedly found EMF effects which have also become extremely widespread complaints in our technologically advanced societies, namely: sleep disturbance/insomnia; fatigue/tiredness; headache; depression/depressive symptoms; lack of concentration/attention/cognitive dysfunction; dizziness/vertigo; memory changes; restlessness/tension/anxiety/stress/agitation; irritability. These findings are not just based on 2epidemiological findings but are also based on profound impacts of EMFs, at levels well within our safety guidelines, on brain structure and function and also on the mechanism of non-thermal EMF action discussed below. When we have these neuropsychiatric effects becoming more and more common in technologically advanced societies all over the world, and we know each of these is caused EMF exposures, shouldn’t we take note of this relationship?
  4. Apoptosis/cell death (13 reviews). The two most important consequences of large increases in apoptosis (programmed cell death) are in causation of the neurodegenerative diseases and lowered reproduction although there are others.
  5. Oxidative stress/free radical damage (17 reviews). Oxidative stress has roles in all or almost all chronic diseases. It is reported to have essential roles in producing the reproductive effects and the attacks on cellular DNA and may also have roles in producing the neurological effects and some of the cancer-causing effects shown to be produced here by EMF exposures.
  6. Widespread endocrine (that is hormonal) effects (11 reviews). The steroid hormone levels drop with EMF exposure, whereas other hormone levels increase with initial exposure. The neuroendocrine hormones and insulin levels often drop with prolonged EMF exposure, possibly due to endocrine exhaustion.
  7. Increases in intracellular calcium ([Ca2+]i) levels following EMF exposure (14 reviews). Calcium signaling also increases following EMF exposure.
  8. Cancer causation (35 reviews). Brain cancer, salivary cancer, acoustic neuromas and two other types of cancer go up with cell phone use. People living near cell phone towers have increased cancer rates. Other types of EMFs are also implicated. Short wave radio, radio ham operators and people exposed to radar all are reported to have increased cancer incidence. Perhaps most telling, heavy-long term cell phone users have the highest incidence of brain cancer and have predominantly cancer increases on the ipsilateral side of the head (the side they use their cell phones), as opposed to the contralateral side. I have an in press paper [7], focused not on whether EMFs cause cancer but rather on how they can cause cancer. The paper shows that « downstream effects » of the main target of the EMFs in the cells of our bodies, can cause cancer in 15 different ways, including increases in cancer initiation, promotion and progression. Progression effects include both tissue invasion and metastasis. Each of these cancer causation effects are caused via mechanisms produced by downstream effects of the main non-thermal EMF mechanism, as discussed in Chapter 2.


Therapeutic effects of such EMFs. Such EMFs when focused on a specific region of the body where there is some dysfunction and when used at specific intensities, can have therapeutic effects. In my 2013 paper [4], I cited 12 different reviews where EMF stimulation of bone growth was used therapeutically. There are something like 4000 papers on various therapeutic effects. Strangely, the telecommunications industry does not acknowledge these therapeutic effects, preferring rather to maintain the fiction that there are no non-thermal effects.

[…]

There is another set of reviews, 12 in this case, with each showing that pulsed EMFs are, in most cases, much more biologically active than are non-pulsed EMFs. This is particularly important because all wireless communication devices communicate via pulsations, making them potentially much more dangerous. It follows from this that if you wish to study the effects of Wi-Fi, cell phones, cordless phones, cell phone towers, smart meters or 5G, you had better study the real thing or at least something that pulses very much like the real thing. There are many studies that don’t do this, but falsely claim to be genuine Wi-Fi, cell phone or cordless phone studies. Other factors that influence the occurrence of non-thermal EMF effects include the frequency being used, the polarization of the EMFs and the cell type being studied [4,5,8-11]. Furthermore there are intensity “windows” that produce maximum biological effects, such that both lower and higher intensities produce much less effect [5,8,9]. These window effect studies clearly show that dose-response curves are both non-linear and non-monotone, such that it is difficult or impossible to predict effects based on relative intensity even when all other factors are the same. The role of each of these factors is completely ignored by ICNIRP, SCENIHR, the U.S. FCC, FDA and National Cancer Institute as well as by many other industry-friendly groups. When each of these organizations concludes that “results are inconsistent” they are comparing studies based on superficial similarities but not on these demonstrated causal factors. What is being observed, therefore, is genuine biological heterogeneity, not inconsistency. It has been known since the beginning of modern science in the 16th century that how you do your studies is important in determining what results are obtained. How is it possible that ICNIRP, SCENIHR, the U.S. FCC, FDA and National Cancer Institute have forgotten this important fact?

The primary literature studies demonstrating roles of pulsation, frequency, polarization, cell type and intensity windows in determining biological effects are entirely dependent on having genuine effects to study. None of these studies could have been done without an effect to study. Consequently, the claims that there are no well-documented EMF effects are nonsense, based not only on the eight extremely well-documented effects summarized above, but also on the entire literature demonstrating the role of pulsation,frequency, polarization, cell type and intensity windows.

[…]

We have already discussed two issues that are essential to understanding 5G. One is that pulsed EMFs are, in most cases, much more biologically active than are non-pulsed (often called continuous wave) EMFs. A second is that the EMFs act by putting forces on the voltage sensor of the VGCCs, opening these calcium 45channels and allowing excessive calcium ions to flow into the cell. The voltage sensor is extraordinarily sensitive to those electrical forces, such that the safety guidelines are allowing us to be exposed to EMFs that are something like 7.2 million times too high.

The reason that the industry has decided to go to the extremely high frequencies of 5G is that with such extremely high frequencies, it is possible to carry much more information via much more pulsation than it is possible to carry with lower frequencies even in the microwave range. We can be assured, therefore, that 5G will involve vastly more pulsation than do EMFs that we are currently exposed to. It follows from that, that any biological safety test of 5G must use the very rapid pulsations including whatever very short term spikes may be present, that are to be present in genuine 5G. There is an additional process that is planned to be used in 5G: phased arrays (https://en.wikipedia.org/wiki/Phased_array). Here multiple antenna elements act together to produce highly pulsed fields which are designed for 5G, to produce increased penetration. 5G will entail particularly powerful pulsations to be used, which may, therefore, be particularly hazardous.

The only data we have, to my knowledge, used non-pulsed EMFs in the frequency range of 5G, not genuine 5G. Any such data tells us almost nothing useful about 5G. I take it that from their statements, that both Mr. Ryan and Dr. Vinci nas are ready to put out 10s of millions of 5G antennae to afflict every single person in the EU with 5G radiation without even a single biological test of safety of genuine 5G. (Note: the FCC has taken an identical position’ in parts of the U.S. 5G antennae are already being installed). In a world where shocking behavior has become less and less shocking, I consider their views to be genuinely shocking. The U.S. situation is mass insanity. I would have hoped that the Europeans, who think of themselves as being much more thoughtful than Americans, would have been genuinely more thoughtful.

Why does 5G need such high numbers of antennae? It is because the 5G radiation is much more absorbed as it enters various materials. The approach is to use many more antennae with one found every few houses, such that 5G can sufficiently penetrate local walls. Such absorption usually involves the interaction with electrically charged groups, such that such absorption is likely to involve placing forces on electrically charged groups. Because such forces are the way in which EMFs activate the VGCCs, it seems highly likely, therefore, that 5G radiation will be particularly active in VGCC activation.

In summary, then, 5G is predicted to be particularly dangerous for each of four different reasons: 1. The extraordinarily high numbers of antennae that are planned. 2. The very high energy outputs which will be used to ensure penetration. 3. The extraordinarily high pulsation levels. 4. The apparent high level interactions of the 5G frequency on charged groups presumably including the voltage sensor charged groups.

Now what the telecommunications industry argues is that 5G radiation will be mostly absorbed in the outer 1 or 2 mm of the body, such that they claim that we don’t have to worry about the effects. There is some truth to that, but there are also some caveats that make any conclusions made from that, much more suspect. In any case, these surface effects of 5G will have especially strongly impact organisms with much higher surface to volume ratios. Consequently, I predict that many organisms will be much more impacted than we will. This includes insects and other arthropods, birds and small mammals and amphibia. It includes plants and even large trees, because trees have leaves and reproductive organs that are highly exposed. I predict there will be major ecological disasters as a consequence of 5G. This will include vast conflagrations because EMF exposures make plants much more flammable.

But let’s get back to humans. The industry has also made claims that more conventional microwave frequency EMFs are limited in effect to the outer 1 cm of the body. We know that is not true, however because of the effects deep in the human brain, on the heart and on hormone systems. Perhaps the most important two studies demonstrating effects deep within the body are the studies of Professor Hässig and his colleagues in Switzerland on cataract formation in calves [112,113]. These two studies clearly show that when pregnant cows are grazing near mobile phone base stations (sometimes called cell phone towers), the calves are born with very greatly increased incidences of cataracts. It follows from these findings that even though the developing fetuses are very deep in the body of the mother and should be highly protected from the EMF exposures, they are not so protected. And because the EMF safety guidelines in Switzerland are 100 times more stringent than are the safety guidelines in most of the rest of Europe, the more general safety guidelines allow greatly excessive exposures. The claims of industry that microwave frequency EMFs only act in the outer centimeter of the body are clearly false.

How then can both conventional microwave frequency EMFs and 5G radiation act deeply within the body? You may correctly observe that the electrical effects of the EMFs activate the voltage sensor and that the direct electrical forces are rapidly attenuated in the body. So how can we get deep effects? I think the answer is that the magnetic parts of the EMFs have been known for decades to penetrate much more deeply than do the electrical parts. The magnetic fields put forces on mobile electrically charged groups dissolved in the aqueous phases of the body and small individual movements of the charged groups can regenerate electric fields that are essentially identical to the electric fields of the original EMFs, carrying the same frequency and same pulsation pattern, although with lower intensity. An example of this is given in the Lu and Ueno [114] study. Because the voltage sensor is so stunningly sensitive to electrical forces and part of the reason for that is the very high level of amplification of the electrical field across the plasma membrane, we have an almost perfect way in which to produce EMF effects deeply within our bodies.

[…]

The question now is what about 5G? Here we have strong suspicions of similar or more severe risk than those listed immediately above but we have no biological safety testing of genuine 5G radiation. Therefore, we have no risk analysis or risk management because we have no risk assessment whatsoever on 5G. So here we have Dr. Vinci arguing that the request for precautionary principle application is premature. But it is not the request for the use of the precautionary principle that is premature, it is the Commission’s claim that it has done the required risk analysis and risk assessment. This is the bizarre world that we live in.

Let me close, as follows. There have been certain points in our history where people have stood up to strong destructive forces against what often appeared to be insurmountable odds. Those people are THE most honored people in our history. The people who failed to do so are among the most despised people in our history. I am not at all sure we will have historians to record us 100 years from now or even 30 years from now, given the direction in which we are heading. But if we do, rest assured that these are the standards by which you will be judged