Drogues et démons.

J’ai passé pas mal de temps à répondre à un auteur sur Substack, en fait celui qui a écrit les deux derniers articles (un, deux) que j’ai traduits. Je lui citais cet article sur C.S. Lewis – vous pouvez le (re-)lire – qui décrivait assez bien à l’époque comment les enjeux du progrès exigeraient tôt ou tard (c’est-à-dire maintenant) la destruction de ce qui fait l’humanité.

Comme je lis beaucoup et publie parfois les commentaires d’autres personnes, je vous inflige les miens, pour une fois, qui serviront d’article du jour.

J’ai inclus les commentaires en version originale, juste pour faire le malin.


Traduction

[…] Oui, l’initiative « Nouvelle Route de la Soie » est un vaste sujet à couvrir, en effet. Comme pour tout autre sujet, sa compréhension est vraiment une question d’angle. Personnellement, je la vois comme un indicateur clair de qui sera mis à la tête du prochain empire colonial.

Vous semblez consulter plusieurs sources différentes – d’ailleurs les mêmes que moi (par exemple, Iain Davis et Riley Waggaman) – ce qui est toujours une bonne idée. Je pense que tous ont quelque chose d’intéressant à dire, jusqu’à ce que ça soit le contraire, parce qu’ils sont soit dépassés, soit à la solde de quelqu’un. Matthew Ehret, que j’ai aidé pour une chose ou deux par le passé (c’est en fait un type assez sympathique), est un cas d’étude dans ce domaine, très astucieux et pertinent en ce qui concerne l’Occident, absolument pas fiable en ce qui concerne la Russie et la Chine.

Ma conclusion présente sur la situation actuelle est que C. S. Lewis était assez proche de la vérité quand il a écrit « L’abolition de l’homme » (un très bon article à lire à ce sujet : https://evolutionnews.org/2020/08/why-c-s-lewis-wrote-the-abolition-of-man/, que j’ai utilisé sur mon blog). Pour parler franchement, ils nous ont donné beaucoup trop d’outils que nous aurions pu utiliser à notre avantage, ce que, malheureusement, nous n’avons pas fait. Nous aurions pu orienter notre navire vers une plus grande autonomie personnelle, notamment en matière d’énergie et de technologie, mais nous nous sommes endormis à la barre et sommes devenus complaisants. Maintenant, ils prévoient de tout nous confisquer, à l’exception de quelques machins, dont l’utilisation sera sévèrement contrôlée et conditionnée (pensez aux MNBC), ce qui leur permettra de conserver leur place tout en haut de la chaîne alimentaire – littéralement. Leur mode opératoire a toujours été de maintenir le statu quo en freinant l’évolution naturelle de la société vers plus de liberté. Je pense que notre mode de vie confortable et la très grande efficacité de ce que nous utilisons au quotidien – ce qu’ils ne peuvent pas tolérer – ont conduit à un retour de flamme très violent (la Troisième Guerre mondiale, comme vous dites). À l’ère des puces de 4 nanomètres, nous voilà confrontés à un retour avant l’époque où le feu et le bétail permirent à l’humanité de prospérer – maintenant, c’est éoliennes et grillons pour tous. Ce mouvement de yo-yo, on peut l’observer tout au long de l’Histoire.

Au départ, je visais un simple échange d’idées, mais je réalise maintenant que j’ai écrit un synopsis pour mon prochain article 🙂

Skidmark, 22 février

Ok, jusque là tout va bien. Puis l’auteur me répond au sujet de C.S. Lewis – qui croyait à l’existence de démons – et se lance ensuite dans un exposé sur le fait que ce genre de découvertes est possible par la modification de la conscience qu’induit l’usage de la DMT.

Vous présentez ici beaucoup de réflexions intéressantes. Je pense que nous avons des vues similaires. Il est intéressant que vous mentionniez C.S. Lewis… J’ai lu les Lettres de Screwtape dernièrement et je pense qu’il y a des éclairs de brillance, bien que Lewis soit beaucoup trop conservateur à mon goût… (mais c’est le type de conservatisme que je respecte – fondé sur des principes, sur la morale, sur un amour authentique envers notre prochain, ce qui est, je pense, ce que le christianisme est censé être).

Je pense qu’il est intéressant de noter que Lewis croyait littéralement aux démons. Y a-t-il eu, depuis Lewis, un penseur européen important qui a littéralement cru à la réalité des démons?

Je suppose que je fais partie de la première génération d’intellectuels de la tradition intellectuelle occidentale à croire en l’existence d’êtres sentients qui ne sont pas humains. En réalité, je suppose que Terrence McKenna a donné le coup d’envoi de toute cette tendance avec son idée de Renaissance Archaïque.

Richards Tarnas a écrit Cosmos and Psyche, qui est une apologie de l’astrologie destinée à convaincre les sceptiques intellectuels occidentaux qu’il y a quelque chose de valable dans les idées que la culture ancienne nous a léguées… Mais je ne crois pas qu’il aille jusqu’à suggérer que des êtres magiques invisibles existent littéralement et sont aussi réels que les êtres humains. Mais le fait est que beaucoup, beaucoup de gens ont eu des expériences avec des êtres hyper-réels alors qu’ils étaient sous l’emprise de la DMT. […]

Mais vraiment, comment pourrait-on prendre au sérieux un microbiologiste qui refuse de regarder dans un microscope? Si on est intéressé à comprendre la conscience, on doit utiliser les outils disponibles pour changer la conscience. Cela ne se limite en aucun cas aux drogues psychédéliques, mais elles constituent un moyen sûr et efficace d’étudier son propre esprit, et si on ne sait rien de son propre esprit, on ne sait pas la moindre chose sur la vie, l’univers et le reste.

Maintenant, l’opinion par défaut parmi les matérialistes laïques formés à l’université que le seul type d’intelligence approchant le génie des êtres humains serait les extraterrestres. Le matérialisme permet l’existence possible d’êtres hyper-intelligents, dotés peut-être de pouvoirs semblables à ceux de Dieu (rendus possibles par leur technologie avancée). Ou peut-être que les ordinateurs pourraient devenir intelligents, quoi que cela signifie. Mais des êtres invisibles qui apparaissent aux gens dans des visions? Ce n’est pas acceptable.

Mais le fait est que si un chercheur qui étudie la conscience refuse de fumer du DMT, comme Richard Dawkins l’a apparemment fait lorsque Graham Hancock l’a mis au défi de le faire, il révèle qu’il n’est pas assez curieux du sujet qu’il a à traiter.

Donc, le fait est qu’il y a tout un tas de gens qui ont fumé du DMT et ont rencontré différents types d’entités. On peut même aller sur les forums de DMT Nexus et trouver des rapports de voyage dans lesquels les gens décrivent les différentes ¨espèces¨ ou ¨catégories¨ d’entités qui existent. La récurrence avec laquelle des entités similaires apparaissent à différentes personnes de différents milieux culturels me suggère que l’explication la plus probable est que ces êtres sont réels, ou du moins aussi réels que nous le sommes.

Sérieusement, j’encourage le lecteur à aller voir DMT Nexus, en particulier le lexique de l’hyperespace, qu’on peut trouver ici: https://wiki.dmt-nexus.me/Hyperspace_lexicon.

En fin de compte, je crois que la réalité est une illusion et que la seule chose dont nous pouvons parler honnêtement sont les perceptions de nos propres systèmes nerveux. Je suis donc un peu réticent à parler de la réalité des choses.

Quoi qu’il en soit, merci d’avoir mentionné C.S. Lewis. Je sais que vous ne l’avez mentionné qu’en passant, mais j’avais quelque chose sur lui et vous m’avez donné l’impulsion pour l’écrire. Je ne manquerai pas de lire votre article sur lui prochainement.

NEVERMORE MEDIA, 23 février

Le genre de sujet sur lequel il vaut vraiment mieux ne pas me lancer… Je ne garantis pas non plus que tout le monde aimera ma réponse.

Ok, je suis à peu près certain que je vais être beaucoup trop conservateur à votre goût. C’est généralement le cas.

Donc, C. S. Lewis croyait réellement aux démons. Je ne le savais pas, je ne l’ai jamais lu – j’ai juste republié l’article dont j’ai donné le lien. Quant à la réalité des démons, j’ai ma propre théorie, issue de mon expérience personnelle, que j’aborderai dans une minute.

Vous mentionnez souvent le DMT. Chose intéressante, j’ai lu quelque part que le fait qu’il ait été utilisé par des peuples tribaux pour ses effets hallucinogènes est une pure fiction, qui fait partie d’une plus vaste opération psychologique. Apparemment, ces tribus ne l’ont utilisé que pour ses propriétés médicinales, en cas d’affections intestinales, rien de plus. L’utilisation « traditionnelle » de l’ayahuasca est un mythe complet, qui a prospéré avec l’avènement du tourisme de la drogue en Amérique du Sud, tout comme son utilisation dans les rituels chamaniques, une autre légende tenace. Je suis enclin à le croire puisque 99% de ce que l’on nous présente comme une Histoire légitime, y compris l’Histoire récente ou actuelle, est une pure supercherie, entretenue par des agents du renseignement tels que Castaneda et ses semblables (sans oublier Sting), afin de détourner tout le monde du bon sens le plus élémentaire, plus connu sous le nom de réalité.

Donc non, je ne considère pas la réalité comme une « illusion », bien au contraire. Si on s’engage dans cette voie, on aboutit au solipsisme, une façon polie de dire complètement cinglé. À propos, il en va de même pour le dernier dogme « gauchiste » – ou woke – qui nous dit que l’homme est une fin en soi et que les lois naturelles n’existent pas – vous savez, le feu ne brûle pas et il n’y a ni hommes ni femmes. Tout ça fait partie de la même opération, qui dure depuis plusieurs décennies. Cette notion de relativisme absolu (ou quelque chose comme ça) a été l’axe central de toutes sortes de programmes de contrôle mental en cours au XXe siècle – vous savez lesquels. Les personnages visqueux que vous mentionnez, Richards Tarnas de Harvard, Terrence McKenna de Berkley – plus d’autres comme Ken Kesey, Hunter Thompson et bien sûr Timothy Leary, qui l’a même admis – ont déjà été pour la plupart démasqués comme agents, employés dans des programmes du renseignement (lecture utile ici : http://mileswmathis.com/kesey.pdf). Pas la peine d’en dire plus sur Graham Hancock, le chouchou de Netflix (CIA). Autre lecture intéressante, à propos de Richard Dawkins: http://mileswmathis.com/atheism2.pdf (oui, je lis beaucoup Miles et j’en traduis même une partie), aucun mot que je connais ne pouvant même effleurer l’ampleur du mépris que m’inspire cette épave.

Ces projets ont étudié de manière assez approfondie les propriétés de « reprogrammation » des drogues et ont employé les individus susmentionnés, et bien d’autres, en tant que promoteurs de drogues auprès des jeunes générations, pendant que Big Pharma faisait de même auprès de leurs parents. Nous savons tous comment le LSD a été utilisé pour écraser le mouvement hippie, mais il en va de même pour la marijuana – je me souviens de Romain Bouteille, un artiste français, se souvenant de la « révolution » de mai 68, expliquant comment la dissidence (de toutes façons fabriquée de toutes pièces) a été essentiellement stoppée dans son élan par une nouvelle variété de marijuana sortie de nulle part – c’est-à-dire du renseignement. Aujourd’hui, bien sûr, tout ça s’entremêle et se chevauche, les enfants étant mis sous drogues dures (Adderall, notamment) sans raison valable dès leur prime enfance tandis que leurs parents consomment des montagnes de cocaïne, Fentanyl et autres. Ou se font prescrire des médicaments psychoactifs par un psychologue à qui ils parlent sur leur smartphone en utilisant une application de télépsychiatrie – je ne plaisante pas.

Passons maintenant à la question des démons. On ne voit pas vraiment de « démons » quand on est sous l’emprise de drogues. En passant, je ne crois pas qu’il existe d’êtres sentients qui ne soient pas humains. Je ne crois pas non plus que tous les humains soient pleinement sentients, ce que j’expliquerai plus loin. Aucune drogue, quelle qu’elle soit, n’ajoute quoi que ce soit à la conscience, elle ne peut que lui enlever quelque chose – « augmenter » est un terme impropre. Je ne pense pas non plus qu’elles y changent quoi que ce soit, elles ne font que la rétrécir, ce qui n’est pas une bonne chose. J’ai beaucoup lu sur ce qu’est réellement l’esprit, sur son origine (indice: ce n’est pas le cerveau lui-même) et sur la façon dont les connexions fonctionnent dans le cerveau – on ne fait pas pousser des neurones supplémentaires ou on ne crée pas de nouvelles connexions quand on est défoncé, on se contente d’activer ou de désactiver celles que l’on a et on finit par faire un cauchemar éveillé. Le fait que de nombreuses personnes fassent le même type de cauchemar n’est pas plus concluant quant à la réalité de ce dernier que le fait que les personnes qui vivent une expérience de mort imminente voient toutes la même chose. À toutes fins utiles, ces dernières ne sont pas mortes, leur cerveau manque simplement d’oxygène. Elles ne voient pas un aperçu du Paradis, de Dieu ou de quoi que ce soit d’autre. Je pense que quelque chose dans le cerveau se met en marche, un genre de mécanisme tampon. Certains disent que la glande pinéale se met à produire de la DMT, ce qui nous ramène à mon point de départ. Bon, on pourrait argumenter que puisque le cerveau est censé être un genre de récepteur d’ondes, il pourrait capter un signal inhabituel dans certaines conditions. Je n’ai rien pour prouver ou réfuter cette hypothèse. Encore une fois, compte tenu du constant tsunami de conneries qui nous est servi en guise de science de nos jours, j’en doute fort.

Quelles sont donc ces choses que l’on appelle des démons? Il faut avant tout accepter l’idée que la vie est essentiellement une âme dans un corps physique – y compris pour les animaux. Ensuite, que l’âme a besoin de rester intacte autant que le corps physique, et j’aborderai cette question dans un instant. Quelqu’un a dit que la mort survient lorsque l’âme ne peut plus rester dans le corps et je crois que c’est vrai. Et je crois que la folie n’est rien d’autre qu’un moyen pour l’âme de faire face à des événements insupportables afin de sauver la connexion un peu plus longtemps. C’est ce que j’ai vu arriver à de nombreuses personnes âgées au cours de ma vie. C’est aussi ce que j’ai vu arriver à une personne sur deux au cours des trois dernières années, lorsque quatre milliards de personnes ont fait n’importe quoi pour éviter d’envisager le fait que d’autres puissent vouloir les tuer. Ils n’y connaissaient pas grand chose question démons, apparemment.

Eh bien, il se trouve que je suis peut-être une autorité en la matière, puisque presque tout le monde dans ma famille en est un, ce que je vais expliquer. Alors que je me suis battu pendant de nombreuses années pour me préserver de leur influence, j’en suis venu à comprendre que si on blesse ou compromet son âme assez longtemps, une partie de celle-ci meurt purement et simplement pour ne plus jamais revenir, ce qui laisse la place à quelque chose d’autre. Je crois que c’est exactement ce qui est arrivé à cette bande de connards. Je n’ai aucune idée de ce qu’est ce quelque chose, mais je sais qu’il émet une très mauvaise vibration, que je repère à un kilomètre de distance – ce que peuvent aussi faire mon chien et les jeunes enfants. On m’a raconté des récits à propos des couleurs que les enfants perçoivent autour des gens et ce sont ces mêmes enfants qui me les ont racontés. On devrait toujours prendre les enfants et les animaux très au sérieux. Ils sont très difficiles à duper, comme le savent la plupart des acteurs. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles les enfants en particulier sont dans le collimateur en ce moment, plus que pour un quelconque mobile de surpopulation à la mords-moi-l’noeud. Les Schwab, Fauci, Gates et Wolensky de ce monde ont encore besoin d’un mince vernis de légitimité. Peut-être veulent-ils éviter qu’on les voie effrayer les enfants ou faire aboyer et grogner les chiens. Comme je l’ai dit plus tôt, ce n’est pas quand on est défoncé qu’on voit des démons. On les voit quand notre perception est parfaitement ajustée.

Mon conseil non sollicité est le suivant: avant tout, il faut se tenir à l’écart de toute sorte de drogue psychotrope – et je dis bien toute. Pas seulement parce qu’elles sont utilisées comme armes par la CIA, mais parce que tout ce dont elles sont capables, c’est de nous isoler du flux constant de la réalité, de la Nature principalement, dont notre esprit et notre corps ont besoin pour rester sains et florissants – quelque chose que les élites aimeraient beaucoup nous confisquer, d’ailleurs. Il faut également être particulièrement prudent quant aux effets à long terme des drogues, dont il faut beaucoup de temps pour guérir. Et je ne parle pas de dommages physiques, je parle de dommages à l’âme elle-même. À tel point que, si on consomme n’importe quel type de drogue en quantité suffisante, je pense qu’il faut probablement plus d’une vie pour s’en remettre. Et si on est vraiment malchanceux, on risque de rejoindre les rangs des âmes gravement endommagées. Vous savez probablement que bon nombre de patients schizophrènes suite à un traumatisme voient des démons en permanence. Quelle coïncidence.

Maintenant, juste pour être clair, je ne parle pas seulement des drogues psychédéliques, bien qu’elles soient les plus destructrices. Je parle de petites choses comme le cannabis ou l’alcool. Et je ne parle pas non plus de descendre une bouteille de whisky ou de vodka avant midi, je parle de quantités infimes de vin, de bière, de cidre, etc. Je parle d’un demi-verre par an. Il n’existe pas de quantité sûre et certainement pas de rapport risque/bénéfice, dans tous les cas. Vous ne le croirez peut-être pas maintenant, mais ça devient clair comme de l’eau de roche une fois qu’on en est sorti.

Quoi qu’il en soit, je ne conçois même pas pourquoi quelqu’un voudrait modifier sa perception alors qu’il est déjà assez difficile d’assimiler quoi que ce soit dans un état « normal ». Alors peut-être que c’est là tout le problème. Peut-être que certaines personnes ne veulent tout simplement pas accepter la réalité telle qu’elle est. Tant pis pour eux.

Si vous le permettez, je vais illustrer ce dernier point par un exemple tiré d’un autre sujet. J’ai eu cette conversation à propos de la télévision (un appareil strictement interdit dans mon foyer) à une occasion:

  • « Pourquoi tu n’as pas la télévision? »
  • « Tu en as une? »
  • « Ben, oui. »
  • « Tu l’as déjà regardée? »
  • « Évidemment. »
  • « Et tu le regarderais encore? »
  • « Bien sûr. »
  • « Alors désolé, je ne peux pas répondre à ta question et je ne peux rien faire pour toi. »

Mon propos est que le problème n’est pas un quelconque risque d’effet secondaire. Le problème est que les drogues, tout comme la télévision – et les smartphones, d’ailleurs – fonctionnent. C’est là leur véritable danger intrinsèque. J’ai la conviction plutôt impopulaire que les drogues ont fait dérailler des civilisations entières dès leur apparition, qu’elles sont la principale raison, ou au minimum le symptôme, pour laquelle nous sommes dans une impasse depuis lors, et que les cultures où les drogues sont tolérées – pour ne pas dire enracinées – sont condamnées. À présent que nous disposons de tant de moyens différents pour échapper à la réalité, et que d’autres arrivent à grands pas – les bidules high-tech de contrôle du cerveau – je crains que cette civilisation ne soit déjà foutue. Pas en danger, pas mourante: morte. Elle a vomi trop de mensonges pour son propre bien, au point de ne plus rien savoir faire d’autre, et trop de gens les ont crus. Bien que je la déteste profondément depuis toujours, j’ai essayé de me battre pour elle ces trois dernières années, sans grand succès. Si vous voulez savoir, je ne l’ai fait que pour les enfants.

Vous ne voudrez peut-être pas accepter tout ça, et ça me va. Je comprends qu’on puisse penser que les choses n’ont pas l’air si terribles. Je peux me tromper. Je ne peux pas non plus le prouver. Il n’y a pas de « groupe de contrôle », n’est-ce pas? Juste des civilisations mortes qui pavent le chemin de l’Histoire, et personne ne peut dire exactement pourquoi.

Skidmark, 26 février

Texte original

You’re very welcome and thank you, too. Yup, the Belt and Road Initiative is a big fish to fry, indeed. As for every other topic, understanding it is really a matter of angle. I personally see it as a clear indicator of who will be put in charge of the next colonial empire.

You seem to go to several different sources – incidentally the same ones I go to (e.g. Iain Davis and Riley Waggaman) – which is always a good idea. My take is, they all have something interesting to say until they don’t, because they’re either out of their depth or on someone’s payroll. Matthew Ehret, whom I helped with one thing or two in the past (he’s actually quite a nice guy), is a case study for that, very astute and on point about the West, completely unreliable about Russia and China.

My present conclusion about the current state of affairs is that C. S. Lewis was pretty close to the mark when he wrote « The abolition of Man » (a very good article to read about that: https://evolutionnews.org/2020/08/why-c-s-lewis-wrote-the-abolition-of-man/, that I used on my blog). To put it bluntly, they gave us entirely too many tools that could have been potentially used to our advantage, and, sadly, weren’t. We could have steered the boat towards more personal autonomy – especially energy- and technology-wise – but then we fell asleep at the wheel and became complacent. Now they’re planning to take it all away bar a few, which usage thereof will be severely monitored and conditional (think CBDC), in order for them to remain at the top of the foodchain – quite literaly. Their MO has always been maintaining the status quo by reining in the natural evolution of society towards freedom. I believe our comfortable way of life and the very high efficiency of our daily life appliances – they can’t have that – entailed a very violent blowback (WWIII, as you put it). In the age of 4 nanometer chips, we’re facing going back to a time before fire and livestock helped humanity prosper – now it’s windmills and crickets for all. You can see that yo-yoing all throughout History.

I initially meant a simple exchange of ideas but now I realize I’ve written a synopsis for my next article 🙂

Looking forward to reading more from you.

Skidmark, Feb 22

You have a lot of interesting thoughts here. I think that we have similar views. Interesting that you mention C.S. Lewis… I´ve been reading the Screwtape Letters lately and I think that it has flashes of brilliance, although Lewis is far too conservative for my tastes… (but it´s the type of conservatism that I respect – principled, moral, based on genuine lovingkindness towards our fellow man, which is what I think Christianity is supposed to be all about.)

I think that it´s interesting to note that Lewis literally did believe in demons. Has there been an important European thinker since Lewis who literally believed in the reality of demons?

I guess that I am part of the first generation of intellectuals in the Western intellectual tradition to believe in the existence of sentient beings who are not human. Really, I suppose that Terrence McKenna kicked off this whole tendency with his idea of the Archaic Revival.

Richards Tarnas wrote Cosmos and Psyche, which is an apology for astrology intend to convince Western intellectual skeptics that there is something of value in the ideas that ancient culture have bestown upon us… But I don´t believe that he goes so far as to suggest that invisible magical beings literally exist and are as real as human beings are. But the fact of the matter that many, many people have had experiences with hyper-real-seeming beings while high on DMT. Now, of course the skeptic

But really, how seriously would you take a microbiologist who refused to look into a microscope? If you are interested in understanding consciousness, you will use the tools that are available for consciousness change. This is by no means limited to psychedelics, but they are a safe and effective way to study one´s own mind, and if you don´t know anything about your own mind, you don´t know the first thing about life, the universe, and everything.

Now, the default opinion amongst university-educated secular materialists that the only type of intelligence approaching the genius of human beings would be aliens. Materialism allows for the possible existence of hyper-intelligent beings, possibly with God-like powers (made possible by their advanced technology). Or maybe computers could become intelligent, whatever that means. But invisible beings that appear to people in visions? Not allowed.

But here´s the thing – if a researcher into consciousness refuses to smoke DMT, as Richard Dawkins apparently did when Graham Hancock dared him to, he reveals that he is not curious enough about the subject he has

So, the fact of the matter is that there´s a whole hell of a lot of people who have smoked DMT and encountered different kinds of entities. You can even go over the forums at DMT Nexus and find trip reports in which people describe the different ¨species¨ or ¨categories¨ of entities that exist. The recurrence in which similar entities appear to different people of different cultural background suggests to me that the likeliest explanation is that these beings are real, or at least as real as we are.

Seriously, I encourage the reader to go check out DMT Nexus, especially the hyperspace lexicon, which you can find here: https://wiki.dmt-nexus.me/Hyperspace_lexicon.

At the end of the day, I believe that reality is an illusion and that the only thing that we can speak truthfully about are the perceptions of our own nervous systems. So I´m a little reluctant to talk about things being real.

Anyway, thanks for bringing C.S. Lewis up. I know you just mentioned him in passing, but I had something about him and you provided the impetus for writing it down. I´ll be sure to read your article about him sometime soon.

NEVERMORE MEDIA, Feb 23

Ok, I’m pretty sure I’m going to be much too conservative for your taste. I usually am.

So, C. S. Lewis actually believed in demons. I didn’t know that, never read him – just re-published the article I linked. As for the reality of demons, I have my own theory, from personal experience, which I will get into in a minute.

You mention DMT a lot. Interestingly, I’ve read somewhere that the fact it has been used by tribal people for its hallucinogic effects is a fiction, part of a bigger psyop. Apparently those tribes have only used it for its medicinal properties, in cases of gut ailments, nothing more. The « traditional » use of ayahuasca is a complete myth, that has flourished with the advent of drug tourism in South America, as is its use in shamanic rituals, another die-hard tale. I tend to believe that, since 99% of what we’re told as legitimate history, even the recent or current one, is a fabrication, carried on by intelligence assets such as Castaneda and the likes (and let’s not forget Sting), in order to derail everyone from the most basic common sense, better known as reality.

So no, I don’t consider reality as an « illusion », quite the opposite. If you go down that road, you end up in solipsism, which is a polite way to say completely bonkers. By the way, same goes for the latest « leftist » – or woke – dogma, which tells us that man is an end within itself and that there are no such things as natural laws – you know, fire does not burn and there are no men or women. All part of the same decades-old op. That notion of absolute relativism (or something) has been the main axis of all kinds of ongoing mind control programs in the XXth century – you know the ones. The creeps you mention, Harvard’s Richards Tarnas, Berkley’s Terrence McKenna – plus others such as Ken Kesey, Hunter Thompson and of course Timothy Leary, who has even admitted as much – have been mostly outed as spooks, all working for intelligence programs (useful read here: http://mileswmathis.com/kesey.pdf). I really don’t need to say much about Netflix (CIA) darling Graham Hancock. Another interesting read, about Richard Dawkins: http://mileswmathis.com/atheism2.pdf (yes, I read a lot of Miles and even translate some of it), since no word I know can even begin to convey the magnitude of the contempt I hold that wreck into.

Those projects have studied the « reprogramming » properties of drugs quite extensively and have used the aforementioned individuals, plus many others, to act as drug pushers towards the younger generations, while Big Pharma was doing the same towards their parents. We all know how LSD was used to squash the hippie movement, but the same even goes for marijuana – I remember Romain Bouteille, a French artist, reminiscing about the May’68 « revolution », explaining how dissent (which was manufactured in the first place, anyway) was essentially stopped in its tracks with some new variety of marijuana that came out of nowhere – meaning, intelligence. Nowadays of course, all of this is all mingled and overlapping, children being put on hard drugs (Aderall, notably) for no good reason from infancy while the parents consume mountains of cocaine, Fentanyl and whatnot. Or get prescriptions for psychoactive drugs from a psychologist they talk to on their smartphones using a telepsychiatry app – I kid you not.

Now to the demon thing. You don’t actually see « demons » when you’re high on drugs. As an aside, I don’t believe there are any sentient beings who are not human. I don’t believe that all humans are fully sentient either, which I’ll explain further on. No drug whatsoever adds anything to consciousness, it can only take away from it – « enhancing » is a misnomer. I don’t think it changes anything either, it just narrows consciousness down, which is not a good thing. I’ve read extensively on what the mind really is, where it originates from (hint: not the brain itself) and the way connections work in the brain – you don’t grow extra neurons or create new connections when you’re high, you just switch on or off the ones you have and end up having a waking nightmare. The fact that many people have the same kind of nightmare is no more conclusive of anything in it being real than the fact that people who go through a near-death experience all see the same thing. For all intents and purposes, the latter are not dead, their brain is just lacking oxygen. They don’t see a glimpse of Paradise, or God, or anything even remotely related. Methinks something in the brain just kicks in, like some sort of buffer mechanism. Some say that the pineal gland switches to producing DMT, which brings us back to where I started. Now, one could argue that since the brain is supposedly a dignified wave receptor, it could pick up an unusual signal in certain conditions. I have nothing to prove or disprove that assumption. Again, considering the constant bullshit tsunami aimed at us that passes as science these days, I doubt it very much.

So what are the things they call demons? First you have to agree with the notion that life is essentially a soul within a physical body – including animals. Then, that the soul needs to remain intact as much as the physical body does, and I’ll tackle that issue in a moment. Someone said death occurs when the soul cannot stay inside the body anymore and I believe that to be true. And I believe madness is nothing more than a way for the soul to deal with unbearable events in order to save the connection for a while longer. I’ve seen that happen to many older people in my lifetime. I’ve seen it happen to every other person for the last three years, when four billion people did anything in order to not even consider the fact that others would want to kill them. They didn’t know anything about demons, apparently.

Well, it just so happens I might be an authority on the subject, since just about everyone in my family is one, and I’ll explain. While struggling for many years to steer away from their influence, I’ve come to understand that if you hurt or compromise your soul long enough, part of it simply dies and never comes back, which leaves an open space for something else to take over. I believe it is what happened to those fucking idiots. I have no idea what that something is but I know it sends a very bad vibe, one I can spot from a mile away – so can my dog and little children. I’ve heard stories about colours that children can see around people and I’ve heard it directly from them. Children and animals should always be taken very seriously. They are very hard to dupe, as most actors know. Maybe that’s one of the reason children in particular are in the crosshairs right now, more so than for any kind of overpopulation nonsensical motive. The Schwabs, Faucis, Gates and Wolenskis of this world still need a thin veneer of legitimacy. Maybe they don’t want to be seen frightening the children or making the dogs bark and snarl. As I said earlier, you don’t see demons when you’re high on drugs. You see them when your perception is perfectly tuned.

My unsolicited advice is, first and foremost you need to steer clear from any kind of mind-altering drug – and I mean any. Not just because they have been weaponized by the CIA but because all they can do anyway is cut you off from the constant stream of reality, from Nature mainly, you mind and body need to stay sane and thrive – one thing that the elites would very much like to take away from you, incidentally. You also want to be especially cautious about the long-term effects of drugs, which take a lot of time to recover from. And I’m not talking about physical damage, I’m talking about damage to your soul itself. To the point that, if you use any kind of drug in significant amount, I believe it would probably take longer than a lifetime to heal from them. And if you’re really unlucky, you might join the ranks of the badly damaged souls. You probably know that a good number of trauma-based schizophrenia patients see demons all the time. What a coincidence.

Now just to be clear, I’m not just talking about psychedelic drugs, although they are the most destructive. I’m talking about little things such as cannabis or alcohol. And I’m not talking about downing a bottle of whisky or vodka before noon either, I’m talking about minute amounts of wine, beer, cider, whatever. I’m talking about half a glass a year. There is no such thing as a safe amount and certainly no risk/benefit ratio in any case. You might not believe this but it becomes crystal clear once you’re out of it.

Anyway, I for one cannot even fathom why anyone would want to modify one’s perception when it’s already hard enough to take in anything in a « normal » state. Then maybe that’s the whole point. Maybe some people simply don’t want to take reality as it is. Their loss.

If I may, I’ll illustrate this latter point with an example taken from a different topic. I’ve had this conversation about television (an appliance that is strictly forbidden in my household) on one occasion:

  • « Why don’t you have a TV set? »
  • « Do you have one? »
  • « Well, yes. »
  • « Have you ever watched it? »
  • « Of course. »
  • « Would you watch it again? »
  • « Sure. »
  • « Then I’m sorry, I cannot answer you question and there’s nothing I can do for you. »

The point being that the issue is not some risk of side effect. The issue is that drugs, and indeed television – and smartphones, for that matter – work. That is the real danger in and unto itself. I hold the rather unpopular belief that drugs have derailed whole civilisations from the get-go, that they are the main reason, or at the very minimum the symptom, why we have been going nowhere ever since and that cultures where drugs are tolerated – to say nothing of ingrained – are doomed. Now that we have so many different ways to escape reality, and that more is on the way – the high-tech brain control thingys – I’m afraid this civilization is over. Not in danger, not dying: dead. It’s been spewing out too many lies for its own good, to the point where it cannot do anything else, and too many people believed them. Although I’ve always really hated it in the first place, I’ve tried hard to fight for it these last three years, to no significant avail. If you must know, I only did it for the children.

You might not want to accept any of that, which is fine by me. I can understand why one could think things don’t look that dire. I might be wrong. I can’t prove it, either. There is no « control group », is there? Just dead civilizations paving the way of history, and nobody can tell exactly why.

Skidmark, Feb 26

Les États-Unis ne font pas le poids face à la Russie en matière de guerre arctique – par Nevermore Media.

Suite de l’article précédent.

Au fait, c’est le quatre-centième que je publie.

Source.


Les États-Unis ne font pas le poids face à la Russie en matière de guerre arctique

De plus, Poutine vient d’autoriser Gazprom à créer sa propre armée

Nevermore Media

17 février

Dans un article récent, j’ai soulevé la question de savoir si le sabotage présumé par les États-Unis du gazoduc Nord Stream entre la Russie et l’Allemagne signifiait que nous étions officiellement en plein cœur de la Troisième Guerre Mondiale.

Pour être juste, je sais qu’une grande partie de mon public croit, comme moi, que nous vivons dans un monde globalisé où les économies des différents États-nations en compétition sont trop intégrées pour qu’ils s’engagent dans une guerre totale. Il s’ensuit donc que la guerre est, dans une certaine mesure, menée sur de fausses prémisses.

Il est très difficile de dire, par exemple, entre qui la Troisième Guerre Mondiale se joue. Est-ce entre l’OTAN et les BRICS? Eh bien, l’Allemagne est un pays de l’OTAN et elle a beaucoup investi dans le Nord Stream. Pourtant, les États-Unis, aidés par la Norvège, qui est également membre de l’OTAN, ont fait exploser un pipeline d’importance stratégique. N’est-ce pas une attaque contre l’Allemagne? L’OTAN est-elle alors en guerre contre elle-même? Et pourquoi le gaz russe continue-t-il à être acheminé vers l’Allemagne? La Russie ne jouerait-elle pas ses cartes différemment si elle essayait de gagner cette guerre?

Dans ce billet, je soulevais certaines questions sur un sujet dont je n`ai pas vu beaucoup de gens parler dans les médias indépendants: la guerre dans l’Arctique.

Plus précisément, je soulève la possibilité que la Russie ait l’intention de prendre le contrôle des routes maritimes de l’Arctique, et je suggère que la Chine est susceptible de soutenir les ambitions arctiques de la Russie tout en poursuivant simultanément ses propres intérêts.

Après avoir écrit cet article, j’ai continué à enquêter, de plus en plus convaincu que la Russie a un avantage majeur sur les États-Unis pour ce qui concerne la guerre dans l’Arctique. Il me semble que la Russie a un atout dans sa manche. Personnellement, je ne vois pas pourquoi elle ne l’utiliserait pas.

Que la guerre par procuration entre l’OTAN et les BRICS s’étende ou non au-delà des frontières de l’Ukraine, et que le conflit géopolitique actuel soit ou non comparable aux guerres mondiales précédentes, je continue de penser que l’étude de l’équilibre mondial de la puissance militaire est essentielle pour comprendre la géopolitique.

Un examen approfondi de l’Arctique change réellement l’image que l’on peut se faire de la géopolitique. C’est pourquoi j’ai décidé de partager avec vous ce que j’ai appris en cours de route.

Je ne prétends pas savoir ce que l’avenir nous réserve. Mon hypothèse la plus probable est que nous sommes au milieu d’un rééquilibrage du pouvoir rendu nécessaire par le déclin de l’empire mondial anglo-américain par rapport à celui de la Chine et de la Russie.

Cela dit, je comprends qu’il existe maintenant de puissantes sociétés transnationales, ainsi que diverses institutions politiques supranationales telles que l’ONU, le Forum Économique Mondial, le FMI, la Banque Mondiale et la Banque des Règlements Internationaux. La Troisième Guerre Mondiale ne sera pas menée uniquement par des militaires, qui répondent à une classe politique, mais par de nombreux acteurs qui ne sont sous le commandement direct d’aucun gouvernement.

Alors, comment concevoir exactement la façon dont sera menée la Troisième Guerre Mondiale? Honnêtement, je n’en sais rien, et je pense que c’est l’une des grandes questions auxquelles nous sommes confrontés actuellement. Jusqu’à présent, la Troisième Guerre Mondiale a été une guerre de propagande plus qu’autre chose. Il semble clair que les gouvernements du monde entier ont l’intention d’utiliser la politique monétaire pour introduire un nouveau système économique, comme le montre le fait que les banques centrales de nombreux pays différents avancent au même rythme pour lancer de nouvelles monnaies numériques.

Il semble donc que la Troisième Guerre Mondiale sera une guerre de classe, une guerre entre les peuples du monde et leurs propres gouvernements. Mais il serait stupide de penser que cela signifie que de vrais soldats ne mourront pas dans de vraies batailles entre de vraies armées. L’une des raisons de faire la guerre est de terrifier ses sujets pour les soumettre. Et c’est beaucoup plus facile d’effrayer les gens quand des gens meurent vraiment. Je sais donc que beaucoup ont envie de croire que la guerre en Ukraine n’est qu’un spectacle, mais le fait est que pour qu’elle serve son objectif de transformation du monde, un grand nombre d’êtres humains seront passés au broyeur à viande.

Ou du moins, c’est ainsi que ça a toujours fonctionné auparavant.

CINQ CHOSES QUE VOUS NE SAVIEZ (PROBABLEMENT) PAS SUR L’ARCTIQUE

1. Oui, la Russie est clairement en train de renforcer sa capacité de guerre en Arctique.

Un article paru en 2017 dans Foreign Policy déclare:

Ces dernières années, la Russie a dévoilé un nouveau commandement Arctique, quatre nouvelles équipes de combat de brigade Arctique, 14 nouveaux aérodromes opérationnels, 16 ports en eau profonde, et 40 brise-glace avec 11 autres en développement.

2. La Russie expédie déjà des dizaines de millions de tonnes de marchandises sur les routes maritimes transpolaires.

Selon le même article de Foreign Policy cité ci-dessus:

Le cabinet dirigé par le Premier Ministre Mikhail Mishustin poursuit son objectif de donner une impulsion sans précédent à la navigation dans l’Arctique, et les ambitions décrites dans le Plan fédéral sur le développement de la Route Maritime du Nord tel qu’adopté en août 2022 restent inchangées.

Le document indique que le transport maritime sur la route doit passer à 80 millions de tonnes en 2024, puis à 150 millions de tonnes en 2030 et à 220 millions de tonnes en 2035.

Le même article cite le Vice-Premier Ministre russe, qui affirme que les navires russes ont transporté 34 millions de tonnes sur la route maritime du Nord en 2022. Il explique également que, pour que les entreprises russes puissent atteindre ces objectifs ambitieux, 41 nouveaux navires de fret au total doivent être construits d’ici à 2030.

3. La Russie dispose de la meilleure flotte de brise-glace au monde.

Les brise-glace, une catégorie de navires spécialement conçus, sont essentiels pour se déplacer dans l’océan Arctique. Les garde-côtes (américains) affirment qu’il leur en faut six pour assumer leurs responsabilités aux pôles Nord et Sud. Non seulement leur construction coûte un milliard de dollars chacun, mais elle prend jusqu’à 10 ans. Non seulement la marine russe est le leader mondial des navires de guerre à propulsion nucléaire de classe polaire, mais la Russie est aussi actuellement la seule nation au monde à exploiter une flotte de navires civils à propulsion nucléaire. Pourquoi est-ce important, me direz-vous? Comme l’explique cet article:

L’énergie nucléaire présente l’avantage d’une longue autonomie et d’une puissance massive, par rapport aux moteurs diesel-électriques ou à gaz qui doivent soit transporter beaucoup de carburant, soit faire de nombreux arrêts de ravitaillement pendant un voyage. Le long de la Route Maritime du Nord, ou dans le Haut-Arctique, les infrastructures et les gisements de carburant sont rares.

Il convient également de souligner que le gaz naturel liquéfié (GNL) doit être refroidi pour rester à l’état liquide, ce qui signifie que les besoins énergétiques des superpétroliers doivent tenir compte de la réfrigération.

4. La Chine s’est récemment lancée dans la fabrication de brise-glace.

En 2019, Arctic Today a relaté la cérémonie de lancement du Xue Long 2, le premier brise-glace polaire chinois de fabrication nationale.

L’article indique:

La Chine est sur le point de devenir le deuxième pays après la Russie à exploiter un brise-glace nucléaire, et son premier brise-glace de ce type rivalisera en taille avec les plus grands brise-glaces nucléaires russes…

Un brise-glace nucléaire renforcera la capacité de la Chine à naviguer dans l’océan Arctique même en hiver. Avec un déplacement de plus de 30 000 tonnes, le navire proposé sera à peine plus petit que les plus grands et les plus récents brise-glace russes de la classe Arktika.

Les projets de la Chine de construire un brise-glace nucléaire ne sont que la dernière étape de ses actions visant à jouer un rôle plus actif dans l’Arctique. Le pays a publié sa toute première politique arctique au début de 2018, suivie du lancement de son deuxième brise-glace conventionnel en septembre. Environ deux douzaines de navires chinois ont transité par la route maritime du Nord de la Russie au cours des cinq dernières années, soit plus que tout autre pays à l’exception de la Russie. Elle est également un grand investisseur dans le projet Yamal LNG de Novatek, un important projet de gaz naturel.

5. La Russie a récemment donné à la principale compagnie de gaz Gazprom le droit de créer sa propre armée.

Pardon. Peut-être que j’exagère. Apparemment, le terme correct est « société militaire privée ».

Selon The Independent Barents Observer, le 4 février 2023, le Premier Ministre russe Mikhail Mishustin a signé un ordre permettant à Gazprom Neft de créer une société militaire privée. Comme l’explique l’article:

Gazprom Neft est la filiale de production de pétrole de Gazprom. La société détient de nombreuses licences en Sibérie, notamment des gisements dans les régions autonomes de Yamalo-Nenets et de Khanty-Mansi. Dans l’Arctique européen, Gazprom Neft est le propriétaire de Prirazlomnoye, la seule production pétrolière offshore de Russie dans l’est de la mer de Barents.

L’article explique ensuite:

L’existence de groupes militaires privés a attiré l’attention à l’intérieur et à l’extérieur de la Russie suite à la violence brutale du groupe Wagner en Afrique et en Ukraine. L’unité paramilitaire de mercenaires du groupe Wagner est financée et détenue par l’oligarque Yevgeny Prigozhin, un criminel qui a passé neuf ans en prison pour vol avant d’établir des liens étroits avec Vladimir Poutine.

Il existe plusieurs autres groupes hétéroclites qui fonctionnent comme de petites armées privées, mais qui entretiennent des liens étroits avec le Ministère de la Défense et le service de renseignement militaire russe (GRU).

L’un d’entre eux est le Patriot, affilié au ministre de la défense Sergey Shoigu.

Gazprom Neft sera la première entreprise de l’Arctique officiellement autorisée à disposer de sa propre société militaire privée (SMP).

Dans le décret, le Premier Ministre Mishustin fait référence à la loi sur les installations du complexe énergétique et combustible et accorde « le droit de créer une organisation de sécurité privée » – la même désignation que celle utilisée pour le groupe Wagner.

Donc… Une grande compagnie de gaz a reçu un permis pour créer sa propre armée. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner?

Quoi qu’il en soit, cet article a surtout pour but d’organiser mes pensées, aussi je serai bref dans ma conclusion.

En réalité, ce que j’essaie de faire, c’est de comprendre à quoi ressemblera la Troisième Guerre Mondiale. Le monde a beaucoup changé depuis 1945, mais le fait est que la guerre n’est pas obsolète. Comme Mao l’a dit, le pouvoir politique sort du canon d’un fusil. Le fait que nous vivions aujourd’hui dans un monde globalisé ne signifie pas que l’ère de la guerre est derrière nous.

Ce que cela signifie, c’est que la Troisième Guerre Mondiale opposera des rivaux qui sont en partie dépendants les uns des autres. Mais cela ne signifie pas que les adversaires ne seront pas réellement en compétition, ou que le résultat final peut être connu à l’avance.

Qu’est-ce que tout ça signifie? C’est ce que j’essaie de comprendre.

Si les États-Unis ont vraiment fait exploser Nord Stream, cela signifie-t-il que c’est officiellement la Troisième Guerre Mondiale? – par Nevermore Media.

J’ai moins publié ces derniers jours, pour deux raisons. D’abord, j’ai fait énormément de recherches (sur le Net) pour un peu renouveler, diversifier et affiner mes sources – un travail nécessaire, sous peine de radoter.

Je reviens avec deux articles, dont celui-ci est le premier, d’un auteur plus ou moins sur la même longueur d’onde que moi, avec les mêmes intérêts, les mêmes lectures, le même genre d’angle et les mêmes questions. Le truc assez surprenant (enfin, pour moi) est qu’il se présente comme un anarchiste. Moi qui me prenais pour un vieux réactionnaire, j’étais déjà étonné de me sentir assez proche de Miles Mathis, un révolutionnaire de gauche

Je diffère néanmoins de l’auteur sur quelques points. Un que j’ai déjà abordé: le « monde multipolaire » faisant partie du narratif du Forum Économique Mondial, il n’y a en fait aucune contradiction avec le fait que la Russie adhère à ses objectifs. Autre point: je ne suis pas convaincu que la redistribution des cartes géopolitiques et économiques nécessite une guerre chaude. La spirale occidentale d’auto-destruction pilotée devrait suffire à obtenir le même résultat – mais je peux me tromper, raison pour laquelle je publie des avis différents. Enfin, je nomme le pseudo-conflit actuel Quatrième Guerre Mondiale. Si vous vous demandez pourquoi, voyez le niveau général de la santé, de l’éducation, du monde du travail, et l’état apocalyptique de certaines villes et « zones de non-droit » occidentales, sur un continent que j’ai connu brillant et plein d’avenir.

Deuxième raison de ma moindre publication: il fait beau, les petits oiseaux sont de retour.

Source.


Si les États-Unis ont vraiment fait exploser Nord Stream, cela signifie-t-il que c’est officiellement la Troisième Guerre Mondiale?

Et, la Russie prévoit-elle de prendre le contrôle du passage du Nord-Ouest?

Nevermore Media

15 février

Le 8 février 2023, Seymour Hersh a publié un rapport d’enquête sur le sabotage du gazoduc Nord Stream survenu en septembre de l’année dernière. [NdT. traduit ici]

Dans cet article, Hersh fait des allégations très précises sur la façon dont des plongeurs d’élite de la marine américaine ont placé des explosifs C4 sur le gazoduc sur l’ordre de Biden.

Comme l’explique un article de Mint Press:

Sur la base d’entretiens avec des initiés de la sécurité nationale, Hersh – le journaliste qui a révélé les histoires du massacre de My Lai, du programme d’espionnage de la CIA et du scandale de torture d’Abu Ghraib – affirme qu’en juin, des plongeurs de la marine américaine se sont rendus en mer Baltique et ont fixé des charges explosives C4 sur le pipeline. En septembre, le président Biden lui-même a ordonné sa destruction. Selon Hersh, tous comprenaient les enjeux et la gravité de ce qu’ils faisaient, reconnaissant que, s’ils étaient pris, cela serait considéré comme un « acte de guerre » flagrant contre leurs alliés.

Si tout cela est vrai, c’est un très grave problème. Une attaque de cette importance me porte à croire que la guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie en Ukraine est susceptible de conduire à la Troisième Guerre Mondiale. Et c’est probablement vrai.

Hersh, si vous ne le saviez pas, est un journaliste lauréat du prix Pulitzer qui compte à son actif de nombreuses révélations importantes. Quand il se décrit comme « le plus grand journaliste d’investigation du monde », il ne fait pas que se vanter.

Il a fait ses preuves, a gagné ses galons, et est respecté par ses pairs. Ce n’est pas Alex Jones qui hurle que l’OTAN fait sauter un gazoduc. Ça émane d’une source aussi crédible qu’on puisse imaginer.

Je constaterai donc simplement l’évidence. C’est un acte de guerre. Si l’OTAN a vraiment fait sauter le Nord Stream, cela signifie que l’OTAN est en guerre avec la Russie.

Je sais que je ne suis pas le seul à soupçonner que l’opération psychologique du COVID était le premier round de la Troisième Guerre Mondiale, mais je pense qu’il est temps d’arrêter de conjecturer. Je pense que c’est indéniable. La Troisième Guerre Mondiale n’est pas au coin de la rue. Elle est déjà là.

Gardons à l’esprit que la Russie bénéficie du soutien sans équivoque de la Chine pour ce qui est de défier l’OTAN. Peu avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine, Poutine et Xi Jinping ont tenu une conférence de presse commune au cours de laquelle les deux dirigeants ont annoncé la fin de l’ordre mondial unipolaire.

En d’autres termes, ils ont dit: « Vous n’avez plus à nous dire ce que nous devons faire ». C’était une étape historique capitale. Les commandants de deux des trois plus puissantes armées du monde déclaraient officiellement la fin de l’hégémonie mondiale des États-Unis.

Alors… qu’est-ce que ça signifie exactement pour ceux d’entre nous qui souhaitent vivre leur vie en paix, sans être chamboulés par la guerre? Comment pouvons-nous nous préparer au mieux pour l’avenir?

Eh bien, je suppose que nous devrions tous nous préparer à nous bunkeriser et à traverser la tempête. Si c’est la Troisième Guerre Mondiale, notre priorité devrait être d’abord et avant tout la survie. Comment pouvons-nous devenir aussi autosuffisants que possible afin d’être prêts en cas de défaillance catastrophique du système? Comment pouvons-nous nous assurer que nos amis et nos familles sont protégés? Comment pouvons-nous nous organiser politiquement dans le contexte d’une guerre mondiale?

Bien que je pense que beaucoup de mes lecteurs seront d’accord avec moi pour dire qu’il s’agit vraiment d’une Troisième Guerre Mondiale, je pense qu’il y a encore beaucoup de déni sur ce que cela implique exactement, y compris dans les médias alternatifs.

Il y a, bien sûr, une question importante: la guerre en Ukraine est-elle ou non mise en scène à des fins de propagande, ou plutôt, dans quelle mesure est-elle effective?

Les nations BRICS n’ont cessé d’affirmer leur loyauté à l’égard de l’ONU et de son arnaque de « développement durable », l’Agenda 21/2030: [NdT. et la Russie envers le Forum Économique Mondial, et la mise en place de l’identité digitale, etc.]

Nous réaffirmons notre engagement à mettre pleinement en œuvre l’Agenda 2030 pour le développement durable. Nous préconiserons également un développement équitable, ouvert, global, axé sur l’innovation et inclusif, afin de parvenir à un développement durable dans ses trois dimensions – économique, sociale et environnementale – de manière équilibrée et intégrée. Nous soutenons le rôle important des Nations Unies, notamment du Forum Politique de Haut Niveau sur le Développement Durable (High Level Political Forum on Sustainable Development – HLPF), dans la coordination et l’examen de la mise en œuvre mondiale de l’Agenda 2030.

Nous soulignons l’importance d’une économie mondiale ouverte et inclusive permettant à tous les pays et à tous les peuples de partager les bénéfices de la mondialisation. Nous restons fermement attachés à un système commercial multilatéral fondé sur des règles, transparent, non discriminatoire, ouvert et inclusif, tel qu’il est incarné par l’OMC. Nous réaffirmons nos engagements à assurer la mise en œuvre et l’application intégrales des règles existantes de l’OMC et sommes déterminés à travailler ensemble pour renforcer davantage l’OMC.

Des commentateurs tels qu’Iain Davis et Riley Waggaman [NdT. alias Edward Slavsquat, que j’ai abondamment publié sur ce blog] ont souligné la façon dont la Russie et la Chine ont réaffirmé à plusieurs reprises leur engagement en faveur du Grand Reset, suggérant que les mêmes seigneurs mondialistes contrôlent les gouvernements des pays du BRICS et de l’OTAN. Lorsque l’on réalise le pouvoir que la Banque des Règlements Internationaux détient sur le système financier mondial, cette hypothèse semble tout à fait plausible.

C’est peut-être le cas, mais cela ne signifie pas pour autant que la Troisième Guerre Mondiale sera un spectacle scénarisé pour la télévision. Je ne crois pas que quiconque ait le pouvoir de contrôler l’avenir au point de pouvoir mettre en scène une guerre mondiale.

Je suis d’accord avec Iain Davis quand il écrit:

Par le biais de l’empire, du colonialisme, du néocolonialisme – c’est-à-dire par la conquête économique, militaire, financière et monétaire, associée aux obligations de la dette imposées aux nations ciblées – les puissances mondiales ont toujours été en mesure de dominer et de contrôler les plus petites.

Les gouvernements nationaux, s’ils sont définis en termes purement politiques, n’ont jamais été la seule source d’autorité derrière les efforts de construction de l’ordre mondial. Comme l’ont révélé Antony C. Sutton et d’autres, le pouvoir des entreprises privées a aidé les gouvernements nationaux à façonner l’ « Ordre Mondial ».

Ni l’ascension d’Hitler au pouvoir ni la Révolution Bolchévique ne se seraient produites comme elles l’ont fait, voire pas du tout, sans les conseils des financiers de Wall Street. Les institutions financières mondiales et les vastes réseaux d’espionnage international des banquiers ont contribué à déplacer le pouvoir politique mondial.

En d’autres termes, nous devons comprendre que le jeu du pouvoir ne se joue pas seulement entre les États-nations. Il se joue entre des factions dont les intérêts sont alignés, et il existe différents types de factions. Dans la Troisième Guerre Mondiale, les sociétés multinationales comme BlackRock et Vanguard sont des acteurs bien plus importants que la plupart des pays. Et oui, il y a des familles dynastiques, comme les Rothschild et les Rockefeller, dont les plans impénétrables façonnent sans doute aussi dans une certaine mesure les événements mondiaux.

Mais ne vous y trompez pas: la Troisième Guerre Mondiale ne sera pas une fausse guerre orchestrée par des marionnettistes cachés en coulisses. Elle sera réelle, car elle doit être réelle pour servir son objectif. Il y aura des gagnants et des perdants. Il s’agit d’une véritable lutte pour le pouvoir, et certaines factions en sortiront vainqueurs. D’autres verront leur pouvoir réduit, et d’autres encore seront complètement détruites. Mais on ne peut pas considérer la Troisième Guerre Mondiale comme un simple combat entre l’OTAN et les BRICS. Les choses sont beaucoup plus compliquées que ça. Il n’y a pas trois joueurs dans ce jeu. Ils sont innombrables.

Cela dit, je soupçonne que la nouvelle guerre froide ne restera pas froide longtemps. Je pense qu’une guerre chaude va bientôt éclater dans de nombreuses régions du monde. J’espère me tromper, mais il me semble probable qu’il y aura une collision de puissance militaire brute à un moment donné dans un avenir proche. Je pense que nous devrions tous nous préparer à cet impact.

Très sérieusement, c’est en grande partie la raison pour laquelle je préconise que les gens se mettent à réfléchir à la spiritualité. Il n’y a pas d’athées dans les tranchées, et pour ma part, je pense que nous allons vivre des jours sombres. Honnêtement, je ne pense pas qu’il existe de solution politique aux problèmes auxquels le monde est confronté actuellement. Je crois que certaines choses ont été mises en marche il y a longtemps, et que les choses doivent maintenant arriver à leur conclusion naturelle. Et, oui, c’est une pensée effrayante, d’autant plus que mon pays, le Canada, est dans la ligne de mire de la Russie.

Pourquoi dis-je ça, me demandez-vous? Le Canada dans la ligne de mire? De quoi est-ce que je parle?

Je suis tout à fait sérieux. Ecoutez-moi bien. Avez-vous déjà entendu parler du passage du Nord-Ouest? Et la Route de la Soie Polaire?

En gros, la fonte de la glace de mer Arctique a ouvert la possibilité de nouvelles routes maritimes à travers l’océan Arctique. La Russie et la Chine se préparent depuis des années à tirer le meilleur parti de cette opportunité.

Ces nouvelles routes maritimes ont une valeur commerciale énorme, mais elles ont une importance géopolitique encore plus grande. Celui qui contrôlera le Passage du Nord-Ouest aura un avantage militaire majeur.

Pourquoi, demandez-vous? Eh bien, parce que la guerre est en grande partie une question de logistique. Si on peut se mobiliser plus rapidement que son ennemi, on a un avantage énorme. N’oubliez pas qu’il n’existe actuellement que deux routes maritimes entre les océans Atlantique et Pacifique – les navires peuvent soit passer par le canal de Panama, soit contourner la pointe sud de l’Amérique du Sud.

Il convient de souligner que le canal de Panama est contrôlé par les États-Unis, et que les Américains seraient en mesure de le fermer au trafic ennemi en cas de guerre.

Ainsi, actuellement, la Chine et la Russie sont toutes deux désavantagées sur le plan militaire. Toutefois, si la Russie prend le contrôle du passage du Nord-Ouest, les rôles seront inversés.

La Russie, qui a toujours excellé dans les guerres par temps froid, semble avoir développé une stratégie qui exploite ses points forts. Et il semble que la Chine et les autres nations du BRICS aient l’intention de les soutenir.

À quoi fais-je référence, demandez-vous? Eh bien, le 4 février 2022, les présidents Vladimir Poutine et Xi Jinping ont publié une importante déclaration commune:

Les parties [la Fédération de Russie et la République Populaire de Chine] soutiennent fermement le développement de la coopération et des échanges internationaux […], en participant activement au processus de gouvernance mondiale pertinent, […] pour assurer un développement mondial durable. […]

La communauté internationale devrait s’engager activement dans la gouvernance mondiale […] Les parties ont réaffirmé leur intention de renforcer la coordination de la politique étrangère, de poursuivre un véritable multilatéralisme, de renforcer la coopération sur les plateformes multilatérales, de défendre les intérêts communs, de soutenir l’équilibre international et régional des pouvoirs et d’améliorer la gouvernance mondiale. […]

Les parties appellent tous les États […] à protéger l’architecture internationale pilotée par les Nations Unies et l’ordre mondial fondé sur le droit international, à rechercher une véritable multipolarité avec les Nations Unies et son Conseil de Sécurité jouant un rôle central et de coordination, à promouvoir des relations internationales plus démocratiques et à assurer la paix, la stabilité et le développement durable dans le monde.

Certes, il faut lire un peu entre les lignes ici, mais ils disent essentiellement aux États-Unis qu’ils ne vont plus accepter de se laisser mener à la baguette. Trois semaines après cette annonce, la Russie a envahi l’Ukraine, avec le soutien tacite de la Chine et des autres nations BRICS. Rétrospectivement, cette date pourrait être considérée par les historiens comme une déclaration de guerre.

Je mentionnerai également que l’espace aérien de l’Arctique pourrait aussi potentiellement devenir un site clé de lutte dans la Troisième Guerre Mondiale. Comme le Secrétaire de l’OTAN, Jens Stoltenberg, l’a écrit l’année dernière:

« Le chemin le plus court vers l’Amérique du Nord pour des missiles ou des bombardiers russes serait au-dessus du pôle Nord. Le rôle du NORAD est donc vital pour l’Amérique du Nord et pour l’OTAN. »

Le NORAD, soit dit en passant, est le système de défense aérienne de l’Amérique du Nord, dans lequel Trudeau semble injecter de l’argent.

Le gouvernement libéral s’est également engagé à un investissement global dans la défense du continent et du Nord qui, selon lui, dépassera 40 milliards de dollars au cours des deux prochaines décennies.

Ottawa n’a pas encore expliqué en détail comment l’argent sera dépensé, si ce n’est qu’environ 15 milliards de dollars seront consacrés à la modernisation des infrastructures.

Donc, nous y voilà. La Russie se prépare à la guerre de l’Arctique, tout comme l’OTAN. Et la Chine semble avoir conclu une sorte d’accord avec la Russie. Le Canada peut-il tenir tête à la Russie militairement? Bien sûr que non. Je ne pense même pas que les États-Unis puissent affronter la Russie dans l’Arctique. La guerre par temps froid a toujours été une spécialité russe. Ils ont un atout, et ils ont l’intention de l’utiliser.

Alors, où cela nous mène-t-il? Eh bien, qui sait? La raison pour laquelle je voulais rendre cette information publique est en partie l’espoir que d’autres personnes m’aideront à orienter mes recherches afin que je puisse mieux comprendre ce qui se passe exactement. Je comprends l’argument selon lequel l’OTAN et les BRICS sont contrôlés par des mondialistes qui veulent instaurer une dictature technocratique mondiale, mais cela ne signifie pas que la Troisième Guerre Mondiale n’est pas réelle.

Qu’est-ce que tout ça veut dire? C’est ce que j’essaie de comprendre.

Pour autant que je puisse dire, il y a deux éléments majeurs autour desquels la Troisième Guerre Mondiale va se jouer. La première est le contrôle du système financier post-pétrodollar, dans lequel une nouvelle forme d’argent remplacera vraisemblablement le dollar américain comme monnaie de réserve mondiale. Le second est le contrôle des routes maritimes de l’Arctique.

Bon, je vais en rester là pour le moment. Dans les jours et les semaines à venir, je concentrerai mes recherches sur l’initiative de la Route de la Soie chinoise, la Route de la Soie arctique et ce que l’étude des plans d’infrastructure pétrolière et gazière dans le Grand Nord peut nous apprendre sur la géopolitique mondiale.

Restez à l’écoute et, comme toujours, j’encourage mes lecteurs à partager avec moi des informations pertinentes dans les commentaires et à me faire savoir si j’ai fait des erreurs.

Quelques études de référence.

Je publie cet article un peu aride uniquement pour les références des études qui y sont mentionnées, à l’usage de ceux qui voudraient creuser le sujet et/ou faire valoir leur droit de refuser les injections Covid-19. Ces études confirment scientifiquement ce qu’on avait déjà appris d’autres observations et études indépendantes, à savoir que:

  • il n’existe aucune justification pour l’injection aux moins de 25 ans (nonobstant d’autres études similaires sur d’autres tranches d’âge);
  • l’immunité naturelle est largement supérieure à celle induite par les injections, qui devient rapidement négative, phénomène aggravé par leur répétition;
  • les produits injectables ne répondent pas aux normes d’exigence de qualité;
  • ils favorisent l’émergence de variants;
  • ces variants échappent à l’immunité vaccinale;
  • la charge virale des personnes injectées est supérieure à celle des personnes non-injectées;
  • l’attribution au Covid des dommages au système cardio-vasculaire observés mondialement est une imposture, ce sont bien des effets secondaires des injections.

Note: j’ai traduit in extenso le texte qui figure sur le captures d’écran par souci de complétude et laissé de côté la seconde partie purement technique de l’article.

Source.


Le séquençage profond des vaccins bivalents Moderna et Pfizer identifie une contamination des vecteurs d’expression conçus pour l’amplification des plasmides dans les bactéries [extrait]

Anandamide

16 février 2023

Introduction

Alors que les universités américaines continuent de rendre obligatoires les injections exemptes de responsabilité (vaccins COVID) pour les étudiants présentant un risque limité de contracter le COVID, il devient impératif que davantage d’informations publiques soient disponibles concernant les ingrédients de ces vaccins expérimentaux. L’EMA et la TGA ont toutes deux pris note de la fragmentation de l’ARN et des tests Western Blot par frottis qui suggèrent que le processus de fabrication du vaccin manque de fidélité et de transparence. Peu après la publication des données de la TGA, Patel et al. (Pfizer) ont publié un article tentant de dissiper ces inquiétudes. Jessica Rose a couvert ce sujet ici.

Le consentement éclairé ne peut être obtenu avec des produits thérapeutiques mal caractérisés.

Nous entrons maintenant dans la troisième année du COVID et il est maintenant de plus en plus clair quels groupes démographiques sont à risque. Il a été démontré à plusieurs reprises que le groupe d’âge des étudiants (moins de 25 ans) présentait un risque très faible de contracter le COVID. Pourtant, les effets indésirables induits par le vaccin chez les étudiants de cette tranche d’âge sont plus élevés que pour tout autre vaccin jamais administré. Krug et al. ont observé un risque de 1:6250 de myo/péricardite chez les jeunes de 16-17 ans (Krug et al).

Mansanguan et al.

Manifestation cardiovasculaire du vaccin COVID-19 à base d’ARNm BNT162b2 chez les adolescents

Résumé

Cette étude porte sur la manifestation cardiovasculaire, en particulier les événements de myocardite et de péricardite, après l’injection du vaccin BNT162b2 mRNA COVID-19 chez des adolescents thaïlandais. Cette étude de cohorte prospective a recruté des étudiants âgés de 13 à 18 ans de deux écoles, qui ont reçu la deuxième dose du vaccin BNT162b2 mRNA COVID-19. Les données comprenant les données démographiques, les symptômes, les signes vitaux, l’ECG, l’échocardiographie et les enzymes cardiaques ont été recueillies au début de l’étude, au jour 3, au jour 7 et au jour 14 (facultatif) à l’aide de formulaires d’enregistrement des cas. Nous avons recruté 314 participants ; parmi eux, 13 ont été perdus de vue, ce qui laisse 301 participants pour l’analyse. Les signes et symptômes cardiovasculaires les plus fréquents étaient la tachycardie (7,64%), l’essoufflement (6,64%), les palpitations (4,32%), les douleurs thoraciques (4,32%) et l’hypertension (3,99%). Un même participant pouvait présenter plus d’un signe et/ou symptôme. Sept participants (2,33%) présentaient au moins un biomarqueur cardiaque élevé ou des évaluations de laboratoire positives. Des manifestations cardiovasculaires ont été constatées chez 29,24 % des patients, allant de la tachycardie ou palpitation à la myopéricardite. La myopéricardite a été confirmée chez un patient après la vaccination. Deux patients ont eu une péricardite suspectée et quatre patients ont eu une myocardite subclinique suspectée. En conclusion, la manifestation cardiovasculaire chez les adolescents après la vaccination BNT162b2 mRNA COVID-19 comprenait la tachycardie, les palpitations et la myopéricardite. La présentation clinique de la myopéricardite après la vaccination était généralement légère et temporaire, tous les cas se rétablissant complètement en 14 jours. Par conséquent, les adolescents recevant des vaccins à ARNm doivent être surveillés pour les effets secondaires cardiovasculaires. Enregistrement de l’essai clinique: NCT05288231.

L’ « étude thaïlandaise » (Mansanguan et al) implique des taux de risque cardiaque encore plus élevés chez les étudiants, où 29,24 % des étudiants (n=301) ont présenté des manifestations cardiovasculaires. Des études incluant 23 millions de patients nordiques ont observé un taux significatif de myocardite dans ce groupe d’âge également. Cette étude, bien que plus importante, n’était pas aussi contrôlée que l’étude thaïlandaise dans la mesure où Mansanguan et al. ont pris des mesures de base des patients et ont exploré d’autres dommages que la myo/péricardite.

Ces risques ne sont pas observés suite au C19 lui-même.

Tuvali et al.

Incidence de la myocardite et de la péricardite chez les patients non vaccinés après la vaccination par le COVID-19 – Une vaste étude basée sur la population

Résumé

La myocardite et la péricardite sont des séquelles cardiaques post-aiguës potentielles de l’infection par le COVID-19, résultant de réponses immunitaires adaptatives. Notre objectif était d’étudier l’incidence de la myocardite et de la péricardite post-aiguës liées à l’infection par COVID-19. Étude de cohorte rétrospective de 196 992 adultes après une infection par COVID-19 chez les membres des services de santé Clalit en Israël entre mars 2020 et janvier 2021. Les diagnostics de myocardite et de péricardite des patients hospitalisés ont été récupérés à partir du jour 10 après une PCR positive. Le suivi a été censuré le 28 février 2021, avec une observation minimale de 18 jours. La cohorte de contrôle, composée de 590 976 adultes présentant au moins une PCR négative et aucune PCR positive, était appariée en fonction de l’âge et du sexe. Le programme de vaccination israélien ayant été lancé le 20 décembre 2020, l’appariement temporel de la cohorte de contrôle a été calculé à rebours à partir du 15 décembre 2020. Neuf patients post-COVID-19 ont développé une myocardite (0,0046%), et onze patients ont été diagnostiqués avec une péricardite (0,0056%). Dans la cohorte témoin, 27 patients ont eu une myocardite (0,0046%) et 52 une péricardite (0,0088%). L’âge (rapport de risque ajusté [RRa] 0,96, intervalle de confiance [IC] à 95%; 0,93 à 1,00) et le sexe masculin (RRa 4,42; IC à 95%, 1,64 à 11,96) ont été associés à la myocardite. Le sexe masculin (aHR 1,93 ; IC à 95%, 1,09 à 3,41) et la maladie vasculaire périphérique (aHR 4,20; IC à 95%, 1,50 à 11,72) étaient associés à la péricardite. L’infection post COVID-19 n’a pas été associée à la myocardite (aHR 1,08; IC 95% 0,45 à 2,56) ou à la péricardite (aHR 0,53; IC 95% 0,25 à 1,13). Nous n’avons pas observé d’incidence accrue de péricardite ou de myocardite chez les patients adultes se remettant d’une infection à COVID-19.

Mots clés: COVID-19, myocardite, péricardite

Des résultats similaires sont observés dans Aquaro et al. et Sechi et al. où la myocardite dérivée du C19 n’est pas différente des taux de fond.

Aquaro et al.

Incidence des myocardites et péricardites aiguës pendant la pandémie de coronavirus 2019: comparaison avec la période prépandémique

Résumé

Contexte: Il a été proposé que la myocardite et la péricardite représentent une proportion des lésions cardiaques au cours de l’infection par le SARS-CoV-2. L’impact de la pandémie de COVID-19 sur l’incidence de cette maladie cardiaque inflammatoire aiguë n’a pas été systématiquement évalué.

Objectif: examiner l’incidence et la prévalence des troubles cardiaques inflammatoires avant et pendant la pandémie de COVID-19.

Méthodes: Nous avons comparé l’incidence et la prévalence des maladies cardiaques inflammatoires aiguës (myocardite, péricardite) dans les provinces de Pise, Lucca et Livourne dans deux intervalles de temps: avant (PRECOVID, du 1er juin 2018 au 31 mai 2019) et pendant la pandémie COVID-19 (COVID, du 1er juin 2020 à mai 2021).

Résultats: Au total, 259 cas de cardiopathie inflammatoire (myocardite et/ou péricardite) sont survenus dans les zones d’intérêt. L’incidence annuelle était de 11,3 cas pour 100 000 habitants. En particulier, 138 cas sont survenus dans la période pré-COVID et 121 dans la période COVID. L’incidence annuelle des cardiopathies inflammatoires n’était pas significativement différente (12,1/100 000 dans la période PRECOVID contre 10,3/100 000 dans la période COVID, P = 0,22). L’incidence annuelle des myocardites était significativement plus élevée dans PRECOVID que dans COVID, respectivement 8,1/100 000/an contre 5,9/100 000/an (P = 0,047), soit une réduction nette de 27% des cas. En particulier, l’incidence de la myocardite était significativement plus faible dans COVID que dans PRECOVID dans la classe d’âge 18-24 ans. Malgré cela, les myocardites de la période COVID présentaient plus d’anomalies du mouvement de la paroi et une plus grande étendue du LGE. En revanche, l’incidence annuelle des péricardites n’était pas significativement différente (4,03/100 000 vs, 4,47/100 000, P = 0,61).

Conclusion: Malgré un rôle étiologique possible du SARS-CoV-2 et une augmentation prévisible de l’incidence de la myocardite et de la péricardite, les données de cette étude préliminaire, avec un échantillon géographiquement limité, suggèrent une diminution de la myocardite aiguë et une incidence stable de la péricardite et de la myopéricardite/périmyocardite.

Une méta-analyse le confirme.

Cette différence de risque cardiaque entre le vaccin et le virus ne devrait pas être une surprise. L’administration intramusculaire (IM) s’accompagne d’un accès potentiel immédiat au système vasculaire. Des études évaluant des infirmières qualifiées utilisant des techniques d’aspiration ont un taux de risque de 1,9% de toucher une veine ou une artère. Le taux d’injection intraveineuse accidentelle en dentisterie est encore plus élevé, soit 4% avec aspiration. Les vaccins SARs-CoV-2 ne nécessitent même pas d’aspiration et ont probablement un taux d’injection IV accidentelle plus élevé. Marc Girardot a traité ce sujet en détail.

Du côté opposé de cette équation du risque, nous constatons que l’infection par le C19 procure une immunité plus durable que les vaccins axés sur les protéines de pointe. L’immunité naturelle fournit des anticorps muqueux et une reconnaissance par les cellules T du protéome dérivé de l’ensemble du génome viral de 30 kb, alors que les vaccins se concentrent sur une petite région de ~4 kb (1273 acides aminés) du virus.

Cette stratégie vaccinale à épitope étroit produit maintenant des mutants d’échappement documentés où la majorité des mutations de Delta à Omicron sont des variants changeant les acides aminés dans le domaine de protéine de pointe ciblé par le programme de vaccination. Cet enrichissement en variants qui modifient les acides aminés par rapport aux variants synonymes est le signe distinctif de la sélection. Les vaccins qui n’arrêtent pas la transmission et ne parviennent pas à limiter la charge virale du patient, laissent l’horloge évolutive du virus (RdRp polymérase) intacte mais ne font que détourner l’évolution autour de la pagaie que l’on a placée dans la rivière. Chau et al. ont démontré des charges virales plus élevées chez les vaccinés. L’étude a porté sur plusieurs variants, mais d’autres études suggèrent des charges virales égales ou légèrement inférieures chez les vaccinés. Même dans ces cas, la variance est de quelques CTs et de l’ordre de 10^8. Dahdouh et al. ont montré jusqu’à 10 CT de variance dans les prélèvements seuls, ce qui suggère de nombreux facteurs de confusion dans ces études. La petite variation de CT est de l’ordre de 100 millions de molécules et est si élevée à la fois chez les vaccinés et les non-vaccinés qu’une différence de 2 CT n’est pas pertinente étant donné les ordres de grandeur inférieurs requis pour une dose infectieuse minimale (10^6).

Chau et al. ‘étude vietnamienne’

Constatations

Entre le 11 et le 25 juin 2021 (7-8 semaines après la deuxième dose), 69 membres du personnel ont été testés positifs au SARS-CoV-2. 62 ont participé à l’étude. La plupart étaient asymptomatiques ou légèrement symptomatiques et tous se sont rétablis. Vingt-deux séquences génomiques complètes ont été obtenues; tous étaient des variants Delta et étaient phylogénétiquement distincts des virus contemporains obtenus dans la communauté ou chez des patients hospitalisés avant l’épidémie. Les charges virales déduites des valeurs Ct étaient 251 fois plus élevées que chez les cas infectés par la souche originale en mars/avril 2020. Le délai médian entre le diagnostic et la PCR négative était de 21 jours (de 8 à 33). Les anticorps neutralisants (exprimés en pourcentage d’inhibition) mesurés après la deuxième dose de vaccin, ou au moment du diagnostic, étaient plus faibles chez les cas que chez les témoins non infectés et entièrement vaccinés (médiane (IQR): 69,4 (50,7-89,1) contre 91,3 (79,6-94,9), p=0,005 et 59,4 (32,5-73,1) contre 91,1 (77,3-94,2), p=0,002). Il n’y avait pas de corrélation entre les taux d’anticorps neutralisants induits par le vaccin et les pics de charge virale ou l’apparition de symptômes.

Il est clairement établi que ces vaccins n’arrêtent pas la transmission et des études récentes de la clinique de Cleveland (préimpression) démontrent même une efficacité négative du vaccin avec chaque vaccin supplémentaire. Elles démontrent également un effet dépendant de la dose ou un « gradient biologique », qui est l’un des principes des conditions de causalité de Bradford Hill. Cela implique que les vaccins affaiblissent le système immunitaire des patients et les rendent plus sensibles au C19 et à d’autres infections.

Ainsi, les politiques de vaccination dans les universités semblent violer l’éthique médicale fondamentale car elles demandent aux étudiants d’absorber une intervention médicale à risque/bénéfice négatif pour protéger des professeurs plus âgés. Elles utilisent leurs étudiants comme des boucliers humains tout en omettant d’informer que le bouclier a un coût « roulette russe » pour son utilisateur. Il s’agit d’une coercition non éclairée et non d’un consentement éclairé.

Ceci est particulièrement vrai pour les vaccins qui n’arrêtent pas la transmission et qui, dans plusieurs études, montrent des signes d’efficacité négative du vaccin (Barnstable Mass). L’étude Barnstable Mass menée par le CDC a montré des taux d’infection plus élevés chez les vaccinés. L’Australie est maintenant vaccinée à 96% (16+ 2 doses) et les hôpitaux sont saturés à plus de 96% de patients vaccinés. La surmortalité en Australie est plus élevée après la vaccination que pendant la pandémie qui a précédé la vaccination.

Les rappels bivalents n’ont jamais été étudiés de manière adéquate dans ce groupe d’âge d’étudiants. Paul Offit aurait déclaré que « tout était déjà décidé à l’avance » pour l’approbation de ces vaccins. Au lieu d’effectuer des ECR [études cliniqus randomisées] à grande échelle, on a surtout utilisé des données sur des souris, comme pour l’approbation des boosters bivalents. Même les ECR réalisés sur le BNT162b2 et le mRNA1273 ont été réanalysés par des chercheurs indépendants (Fraiman et al) et ont montré qu’ils ne procuraient aucun avantage (Bardosh et al).

Byram Bridle explique comment la commercialisation sélective du score de réduction du risque relatif de Pfizer constituait une violation de la politique de la FDA. Pourtant, elle a été accueillie par un tonnerre d’applaudissements.

Les premiers vaccins qui ciblaient la protéine de pointe Wuhan-1 n’ont jamais fourni de contrôle de qualité du séquençage de l’ADN lot par lot. Ils n’ont jamais fourni la moindre preuve de la fidélité transcriptionnelle ou traductionnelle de ces pro-médicaments. Ceci est de la plus haute importance car les vaccins incorporent un nucléotide sujet aux erreurs connu sous le nom de N1-méthyl-pseudouridine (m1Ψ) dont on sait qu’il augmente le taux d’erreurs de transcription à 250-300/Million ou 1 erreur tous les 4 000 nucléotides (Chen et al). Cela se traduit par une erreur dans chaque molécule de vaccin synthétisée et 14-34 trillions sont injectés avec les vaccins Pfizer et Moderna respectivement. Si les essais sur une seule molécule (séquençage de Pacific Biosciences) utilisés pour estimer ce taux d’erreur se manifestent dans des études humaines réelles, il s’agit d’un degré de complexité extraordinaire.

Pour aggraver encore les choses, l’impact de cette base sur la fidélité du ribosome est inconnu, mais les tentatives publiées de modéliser l’impact des pseudouridines (et non du N1-méthyl-pseudoU ou m1Ψ) sur la fidélité ont montré des augmentations substantielles du décalage du cadre ribosomal, de l’ablation des codons d’arrêt et des erreurs de traduction (Fernandez et al). Une étude qui a tenté, sans succès, de remettre en cause ces résultats est présentée ici.

Le laboratoire d’Andrew Fire a séquencé les premiers vaccins mais n’a jamais divulgué les données brutes de séquençage. Ces données sont nécessaires pour répondre aux préoccupations concernant les taux d’erreurs de transcription et les hétéroplasmies.

Il n’existe aucune donnée de séquençage publique pour les nouveaux vaccins bivalents administrés aux enfants. Selon les CDC, plus de 50 millions de vaccins bivalents ont été administrés à ce jour.

Pfizer prévoit des ventes importantes pour les 3 prochaines années.

Pfizer prévoit près de 500 millions de doses de COVID ARNm en 2023-2026, les années 2025 et 2026 étant un combo COVID/Grippe ARNm. La part de Pfizer, au prix récemment annoncé de 120 $/dose, s’élève à 37 milliards de dollars pour les seuls États-Unis. Ils anticipent une énorme VACHE À LAIT.

[…]

Édition du dimanche – et nouvelles en vrac.

… avec un léger décalage. Je passe en revue des sujets de la semaine écoulée et j’aborde brièvement ceux que je n’ai pas traités

J’ai passé pas mal de temps à éplucher cette histoire de déraillement de train dans l’Ohio, qui ne mène à mon humble avis nulle part, d’où ce léger retard.

Pour ceux qui ne les ont pas lus, je remets les liens vers les articles. Vous devriez vraiment lire celui-ci.

Tammy Nichols

Je ne suis pas très photo – surtout quand c’est celle d’une personne politique (voir plus loin) – mais j’ajoute celle-ci à ma traduction de la proposition de loi de l’État de l’Idaho. C’est Tammy Nichols, une des deux sénatrices qui l’a rédigée. Chouette nana, assez balèze, bien fringuée (rarissime aux US), maman de cinq enfants, Républicaine, courageuse. Normale, quoi.

La Sénatrice de l’Idaho Tammy Nichols au Capitole de l’État le 9 janvier 2023.

Trans-communisme

Mes lecteurs attentifs auront peut-être vu un lien entre l’article de Jeff Childers et le témoignage de cette pauvre étudiante, surtout s’ils connaissent un peu Youri Besmenov (le lien est en français).

Le lien, c’est que la folie totale qui règne dans des pays qui représentaient, il n’y a pas si longtemps, la civilisation chrétienne, n’est pas un simple égarement. C’est un travail de sape, long, patient, méticuleux, inexorable. Il est articulé sur ce principe purement marxiste: le monde est injuste, il faut le changer. Tout est source d’injustice: le genre, le capitalisme, la religion, le climat, la famille, la propriété… Tout.

En définitive, l’Homme lui-même. Leur solution finale à l’injustice humaine est de changer l’humain ou de l’éliminer. Plus de droit à la vie, puisque ce droit nous a été donné par Dieu et qu’ils ont décidé de lui piquer sa place. Ils ont tous les droits. Nous sommes donc des créatures du passé. Ça fait bientôt trois ans qu’ils vous le disent.

Ce qu’ils ne vous disent pas, mais qui n’est pas très difficile à comprendre, c’est qu’ils n’en ont strictement rien à caler du communisme ni de ses lendemains qui chantent, dont la version actuelle est le « Nouveau Normal », fait d’équité, d’inclusion et tout ce genre de mirages. Ce qui les intéresse, c’est ce que permet cette idéologie de mes deux et la structure de pouvoir qui va avec. Le communisme est une invention de banquiers – articulée par un de leurs rejetons (c’est un papier de Miles, en anglais), pour tout vous voler et même le reste.

FBI contre terroristes

Depuis quelques semaines, Kyle Seraphin, ancien agent du FBI, fait le buzz sur Twitter et autres plateformes – un peu trop pour être honnête, à mon avis. Il a même maintenant sa propre chaîne sur Rumble – il est également passé dans l’émission de Tucker Carlson (opposition contrôlée) sur Fox News – en révélant un document interne qui circule chez son ancien employeur. Cette note décrit (officiellement) le profil d’une catégorie de terroristes domestiques potentiels: les catholiques traditionnels radicaux (voir ci-dessous). Seraphin pense qu’il ne s’agit que de la première phase d’un programme, qui vise à diaboliser (si j’ose dire) toutes les religions aux États-Unis – qui, ironiquement, fut autrefois le refuge des personnes persécutées pour leur foi.

Les catholiques sont dangereux mais heureusement faciles à identifier: ils vont à la messe (de préférence en Latin), où les femmes se couvrent parfois les cheveux d’un foulard (!), ils lisent la Bible et tentent de vivre selon ses principes, ne reconnaissent ni Vatican II ni le Pape Francois et sa propagande pro-vaccin/changement climatique, sont contre l’avortement, ne sont généralement pas Démocrates, sont d’ardent défenseurs de la liberté de foi et de parole (Premier Amendement de la Charte des Droits de la Constitution américaine), convaincus que leur gouvernement outrepasse ses pouvoirs et qu’il est contrôlé par l’État profond, l’ONU et d’autres réseaux d’influence internationaux, et que leur pays est menacé de destruction.

Ils sont donc complotistes, anti-vax, transphobes, homophobes, anti-gouvernement et patriotes (ce qui n’est pas un paradoxe pour les Démocrates) et – malgré que bon nombre d’entre eux soient d’origine « africaine-américaine » – racistes/suprémacistes blancs.

Et pire que tout, anti-communistes.

Des créatures du passé, vous-dis-je.

De très mauvais clients pour la Banque.

La guerre des ballons

Comme mes lecteurs le savent, j’écoute NoAgenda d’Adam Curry et John C Dvorak pour leur excellente revue des médias mainstream ainsi que pour les infos fournies par certains auditeurs/producteurs professionnels qualifiés pour éclaircir les aspects techniques de ce qui sort dans les médias. Voici ce que l’un d’entre eux a à écrire sur cette histoire de « phénomène aérien non identifié ». Juste pour le fun.

Note: ITM (In The Morning) est TYFYC (Thank You For Your Courage) sont des formules/abréviations familières des auditeurs du podcast.

ITM,

Merci de préserver mon anonymat.

Je travaille à XXXXXXXXX (veuillez ne pas le mentionner.)

J’ai été intimement impliqué dans cette affaire de ballon et de phénomène aérien non identifié (Unidentified Arial Phenomenon – UAP) depuis le début et je souhaite apporter un éclairage sur toutes les informations rendues publiques, dans l’intérêt du podcast.

Premièrement, le « ballon espion chinois » est/était effectivement une plateforme de collecte d’informations. Nous savons d’où il provenait et nous le surveillions depuis un moment. Sa charge utile est curieusement intacte et est en cours de récupération et d’analyse. Je suis convaincu qu’un jour, de plus amples informations seront divulguées. Le dispositif et les munitions utilisés pour le descendre (le mot que j’emploie) ont été choisis en fonction de l’altitude et de la vitesse du ballon. Le F-22 ne peut pas utiliser ses canons au-dessus de 15 000 mètres. De plus, l’utilisation des canons serait trop risquée pour le pilote. En raison de l’engagement rapproché requis, de la vitesse lente de l’objet et de la vitesse rapide du jet (Mach 1.3), le jet risquait de traverser le champ de débris ou l’objet lui-même.

L’une des raisons pour lesquelles le ballon n’a pas été abattu immédiatement après avoir pénétré dans notre ADIZ (zone d’identification de défense aérienne – Air Defense Identification Zone) est qu’il n’a pas démontré d’acte ou d’intention hostile, et que l’autorité pour l’abattre se situait au niveau du POTUS/SECDEF (le Président des États-Unis/le Secrétaire à la Défense). Sinon, le général Vanherck – le commandant du NORAD (Commandement de la défense aérospatiale – North American Air Defense Command) et de l’USNORTHCOM (Commandement Nord des États-Unis – United States Northern Command) aurait pu donner l’ordre.

Les autres UAP sont un peu différents. Je me suis présenté au travail vendredi dernier en pensant que nous étions envahis, sans déconner. Il s’avère que nos radars ont été re-calibrés pour mieux détecter les objets lents. Le général Vanherck ne mentait pas quand il disait qu’on ne savait pas ce que sont ces objets. Si et quand nous trouverons ceux que nous avons abattus, nous en saurons peut-être plus. Le seul problème que nous ayons avec l’identification et l’abattage de ces objets est qu’ils sont petits et lents et que nos jets sont trop rapides. Notre système de défense aérienne est conçu pour détruire des avions et non des ballons. La raison pour laquelle l’AIM-9-X a été utilisé est qu’il utilise l’infrarouge pour identifier et suivre la cible et peut différencier un objet de son environnement en fonction de la température. Il n’est pas parfait. Il est conçu pour tirer sur des objets se déplaçant à la vitesse d’un avion, comme les bombardiers russes. Il existe peut-être d’autres plateformes dans notre arsenal mieux adaptées aux problèmes actuels. Peut-être avons-nous besoin d’un nouveau programme de plusieurs milliards de dollars pour traiter ce nouveau phénomène LOL.

J’espère que cette information pourra apporter un peu de contexte à la folie actuelle.

TYFYC!

Source

La Maison Blanche a depuis publié que les trois autres UAP étaient des machins civils.

Les responsables américains ont déclaré au cours de la semaine que les trois objets abattus après la destruction du ballon espion chinois étaient probablement bénins et qu’il s’agissait probablement d’objets commerciaux ou liés à la recherche climatique.

Source

En fait l’un d’entre eux était un genre d’antenne relais (volante) pour radio-amateurs.

Pendant ce temps, la Chine prévient qu’elle ne tolèrera pas non plus les ballons qui survolent son matériel militaire nucléaire.

La Chine se prépare à abattre un objet non identifié survolant les eaux proches de la ville portuaire de Qingdao, qui abrite une importante base navale de l’Armée Populaire de Libération, a rapporté le média chinois The Paper.

[…]

Les États-Unis et le Canada ont abattu trois objets aériens à haute altitude ce mois-ci, dont un qui, selon Washington, avait été envoyé délibérément par la Chine à des fins de surveillance. Pékin a rétorqué qu’il s’agissait d’un dispositif inoffensif de surveillance météorologique qui a dévié de sa trajectoire.

Source

Hmm… Tout ça ne tombe-t-il pas bien à point pour consolider l’idée d’un conflit USA/Chine en 2025? Après l’Ukraine, on va donc pouvoir fabriquer des armes contre le Péril Jaune et les ballons.

Pendant ce temps, l’Europe continue à se faire avoir par l’Allemagne, la chienne des les États-Unis pour sa défense, de la Russie pour son énergie, de la Chine pour son industrie et de plus ou moins le reste du Monde pour sa capacité d’accueil.

La foire habituelle…

… et

Je laisse aussi parfois un commentaire sur Substack. Celui-ci, sous un article de Sasha – que je traduirai. Je répondais à un autre commentaire, qui tentait de disculper Trump.

Je suis d’accord avec vous que Trump a initié ce génocide, mais comment voulez-vous qu’un président sache quelque chose qu’on ne lui a pas dit à propos du vaccin.

Sonja, 18 février

Premièrement, je n’attends RIEN d’une personnalité politique. Ils ne me représentent pas. Ils ne me connaissent pas.

Je les connais.

Ensuite, je suis assez vieux pour ne pas croire au binaire « incompétent ou malveillant ». Si quelqu’un est incompétent et continue à occuper une position d’autorité, ça fait de lui quelqu’un de malveillant. Si cette personne n’est pas consciente de sa propre incompétence, la question qui se pose est la suivante: les personnes qui lui ont confié cette autorité sont-elles compétentes pour choisir leur dirigeant?

Voilà la mécanique de la politique en quelques mots. Comme vous pouvez le constater, les résultats ne sont pas entièrement convaincants.

Regardez les choses en face.

Skidmark, 18 février

C’était un peu court, mais j’ai d’autres machins à terminer.

Projet de Loi n°154 de la Chambre des Représentants de l’État de l’Idaho.

Tammy Nichols, Sénatrice de l’Idaho, et Judy Boyle, Représentante de l’Idaho, parrainent le projet de loi et l’ont présenté à la Commission de la Santé et du Bien-être en tant que projet de loi n°154. Tammy Nichols a déclaré que le projet de loi faisait l’objet d’une « procédure accélérée ».

Source.


LÉGISLATURE DE L’ÉTAT DE L’IDAHO

Soixante-septième législature

Première session ordinaire – 2023

DANS LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS

PROJET DE LOI DE LA CHAMBRE NO. 154

PAR LE COMITÉ DE LA SANTÉ ET DU BIEN-ÊTRE

CONCERNANT LES CRIMES; MODIFIANT LE CHAPITRE 9, TITRE 18, CODE DE L’IDAHO, PAR L’AJOUT D’UNE NOUVELLE SECTION 18-926, CODE DE L’IDAHO, AFIN DE PRÉVOIR QUE LA FOURNITURE OU L’ADMINISTRATION D’UN VACCIN ARNM EST UN DÉLIT; ET DÉCLARANT UNE URGENCE ET PRÉVOYANT UNE DATE D’ENTRÉE EN VIGUEUR.

Il est promulgué par la législature de l’État de l’Idaho:

SECTION 1: Que le Chapitre 9, Titre 18, Code de l’Idaho, soit, et le même est par la présente modifié par l’ajout d’une NOUVELLE SECTION, qui sera connue et désignée comme la Section 18-926, Code de l’Idaho, et qui se lit comme suit:

18-926. ADMINISTRATION D’UN VACCIN ARNM.

(1) Nonobstant toute autre disposition de la loi, une personne ne peut fournir ou administrer un vaccin développé en utilisant la technologie de l’acide ribonucléique messager pour une utilisation chez un individu ou tout autre mammifère dans cet État.

(2) Une personne qui enfreint cette section est coupable d’un délit.

SECTION 2. Une urgence existant par conséquent, laquelle urgence est déclarée par la présente, cette loi prendra pleine force et effet à partir du 1er juillet 2023.


Bonus!

Ce que c’est vraiment d’être élève à l’heure où l’hystérie transgenre s’empare de nos écoles.

Je pense que ceci se passe de tout commentaire.

11/03: je rajoute pour illustrer l’article cette peinture du cartoonist anglais Bob Moran. Son site est ici.

« Ça a été à l’école? »
Source

Source.


Ce que c’est vraiment d’être élève à l’heure où l’hystérie transgenre s’empare de nos écoles

Une adolescente de 14 ans révèle que des filles portent des serre-seins en classe, que des enseignants prétendent que Lady Macbeth est non-binaire et que des « transphobes » sont menacés de strangulation

Elle a 14 ans et fréquente un lycée public mixte du sud-est de l’Angleterre, où, selon elle, un enfant sur dix de sa classe s’identifie comme trans ou non-binaire. Après avoir été de plus en plus perturbée de voir l’école accepter l’idéologie transgenre, cette étudiante a décidé de dévoiler la vérité sur sa vie dans le contexte de la guerre culturelle actuelle..

L’autre jour, je suis allée au bureau de l’école pour obtenir un nouvel exemplaire de mon horaire. Le professeur à qui j’ai parlé a utilisé les pronoms « ils/eux » à mon sujet, demandant à un autre membre du personnel: « Ils ont perdu leur horaire, peuvent-ils en avoir un nouveau? »

Il me connaît très bien et il est clair que je suis une fille. J’étais furieuse qu’il n’ait pas simplement dit « elle ». Mais ce n’est pas le fait de quelques rares enseignants; on me demande régulièrement si je suis en transition.

L’école pratique une politique d’uniformes non genrés et beaucoup de filles portent des pantalons. Celles d’entre nous qui en portent se voient souvent demander si elles sont transgenres, surtout si elles ont les cheveux courts, comme c’est mon cas.

Le fait qu’une fille aime jouer aux jeux vidéo, ou qu’elle n’aime pas les vêtements féminins ou le maquillage est suffisant pour être considérée comme potentiellement transgenre. Lorsque ma mère s’est plainte que l’on m’appelle « ils », le professeur s’est excusé en expliquant qu’il se montrait prudent au cas où je serais en transition. Il lui a dit que les enseignants marchent sur des œufs, de peur d’être qualifiés de transphobes.

On a l’impression qu’on ne parle plus que de trans. La bibliothèque a une section consacrée aux livres LGBTQQIA+ et il y a une exposition sur la Pride dans l’entrée de l’école, avec des drapeaux arc-en-ciel et des mots et termes tels que « non-binaire », « polysexuel », « demiboy« , « demigirl » et « pansexuel ». Ces mots apparaissent aussi en cours. Je suis maintenant en seconde, et l’autre jour, une fille de mon cours d’anglais a demandé si le dieu grec Zeus était un homme ou une femme, et le professeur a répondu que Zeus aurait pu « s’identifier comme non-binaire ».

Plus récemment, un autre professeur nous a dit que Lady Macbeth n’était « ni un homme ni une femme ». Je pense que la plupart des parents n’ont aucune idée de ce que l’on enseigne à leurs enfants.

Je me réjouis donc que la Secrétaire d’État à l’Éducation, Gillian Keegan, s’apprête à dire aux écoles qu’elles doivent faire preuve de plus d’ouverture dans leur traitement des questions transgenres. Mais j’aurais trop peur de dire ça à l’école. Je perdrais mes amis si j’osais le faire, car ils sont totalement intolérants à tout ce qu’ils pensent être transphobe.

C’est pourquoi j’ai décidé de m’exprimer ici, sans donner mon vrai nom.

Lorsque j’ai commencé à fréquenter mon école secondaire il y a quatre ans, je ne savais même pas ce que signifiait « transgenre ». On n’en avait jamais parlé à l’école primaire ni à la maison. Mais au bout de quelques jours, un enseignant nous a dit, dans le cadre de notre cours d’éducation personnelle, sociale, sanitaire et économique (personal, social, health and economic education – PSHE), que nous serions considérés comme « transphobes » si nous utilisions l’un des « mots offensants » d’une longue liste, qui comprenait « gender bender » et « butch« [NdT. gender bender, intraduisible = qui tord les genres; butch = « camionneuse » ou « gouine », plus ou moins].

Je n’avais aucune idée de ce que signifiait « transphobe », mais je savais que je ne voulais certainement pas être considérée comme telle. À cet âge, quand on nous dit quelque chose à l’école, on se contente de le croire. Nous avions confiance dans le fait que ce que les enseignants nous disaient était vrai.

Plus tard, j’ai demandé à ma mère ce qu’elle en pensait. Elle est féministe et critique le fait que les élèves se fassent dicter leur conduite. Elle m’a dit que souvent, tout dépend de l’usage que l’on fait des mots – que les membres des communautés homosexuelles utilisent le terme « gender bender » pour se décrire de manière positive et que le terme « butch » est utilisé par les lesbiennes pour décrire d’autres lesbiennes d’apparence plutôt masculine.

Alors que j’étais encore en première année, des filles de 11 ans de ma classe ont commencé à demander à être appelées « il » ou « eux ».

Peu après, un certain nombre d’autres filles ont fait pareil. J’ai eu l’impression qu’elles s’y sont mises parce que ça voulait dire qu’elles passaient pour des filles cool.

Ceux qui se disent trans ou non binaire bénéficient d’un traitement spécial et deviennent soudain le centre d’attention quand ils font leur « coming out« .

Dès qu’une fille dit qu’elle est un garçon, son nom est modifié sur le registre de l’école et les élèves sont invités à utiliser le nom de garçon qu’elles ont choisi.

Aujourd’hui, sur les 200 élèves de ma classe, au moins 20 se disent transgenres – la plupart sont des filles qui prétendent être des garçons ou des non-binaires. Bien qu’il y ait un garçon qui dit être une fille, ce sont surtout les filles qui disent être des garçons. Les jeunes de mon année ne se disent pas lesbiennes ou gays, car ces mots sont considérés comme une insulte.

Un garçon hétéro sort avec une fille hétéro qui se dit trans, donc il doit maintenant dire qu’il est bisexuel. Mes camarades de classe disent souvent que les filles trans sont des filles « meilleures » que les « autres filles ». Je trouve ça insultant. Mais les enseignants ne prennent aucune mesure, même s’ils entendent des conversations de ce genre.

J’ai récemment regardé avec des amis un reportage sur les changements apportés à la Loi sur la Reconnaissance du Genre en Écosse et chaque fois qu’un invité de l’émission disait « c’est une menace pour les droits liés au sexe », mes amis ricanaient et se moquaient. J’ai eu l’impression que les filles dans mon école n’avaient aucun droit et n’étaient pas respectées.

On entend constamment parler de transphobie et de sectarisme, et beaucoup d’élèves qui se disent trans se disent constamment « victimes », et que quiconque n’est pas trans est un agresseur.

Faire son coming out en tant que lesbienne ou gay n’a pas le même effet, mais d’après mon expérience, presque aucun étudiant ne le fait.

Mon amie Kelley* a été « affirmée » [acceptée sans poser de questions] comme garçon en 7e année. Elle a de graves problèmes de santé mentale et s’absente régulièrement de l’école car elle s’automutile.

Kelley a effectué une transition sociale sans qu’aucun enseignant ne la remette en question. Elle a un nouveau nom et peut maintenant utiliser les vestiaires des garçons. Tous mes amis croient vraiment à « l’identité de genre ». Les enseignants et les élèves désignent les filles et les garçons par « assignés femme à la naissance » ou « assignés homme à la naissance ». Ces termes sont abrégés en AFAB (assigned female at birth) et AMAB (assigned male at birth).

Le langage employé est également déroutant, comme le terme « skoliosexuel », qui désigne l’attirance pour les personnes non binaires. Je trouve ça ridicule, mais je ne peux pas le dire.

On voit aussi beaucoup de seins bandés, mais nous ne savons pas qui pourrait être sous bloqueurs de puberté parce que personne n’en parle. Une fille transsexuelle voudrait se procurer un serre-sein, et elle se plaint que ses parents s’y opposent.

Comme je crois en l’égalité des droits pour tous, je me suis inscrite au Club de l’Égalité, pour ensuite constater qu’il était impossible de parler d’un groupe victime de discrimination autre que les transgenres. Il existe une règle interdisant le port de badges à l’école, mais certains élèves portent des badges avec le drapeau et leurs pronoms trans sans que personne ne les réprimande.

Récemment, alors qu’un groupe d’entre nous regardait les Questions au Premier Ministre où les députés parlaient des soins de maternité en utilisant les termes « conjoint accoucheur » et « conjoint non accoucheur », je me suis demandée à voix haute pourquoi ils ne disaient pas simplement « mère ».

Une amie m’a réprimandée en me disant que les personnes qui ont un col de l’utérus ne sont pas toutes des femmes. Je n’ai pas voulu exprimer mon désaccord, car je savais ce qui se passerait: je serais humiliée publiquement.

Je me suis jusqu’à présent résolue à supporter la plupart de ces choses. Mais il y a certaines choses que je ne peux pas laisser passer. Par exemple, j’aime beaucoup J. K. Rowling, mais elle a été traitée de « TERF » (Trans-Exclusionary Radical Feminist – Féministe radicale trans-excluante) par une amie, qui a dit avoir eu le cœur brisé d’entendre que J. K. était « anti-trans ».

Je lui ai demandé en quoi J. K. était transphobe, mais cette amie n’a pas pu me donner de réponse et a simplement dit: « Je voudrais que les TERFS crèvent tous ». J’ai été choquée par sa colère.

Il y a également eu des commentaires violents sur les médias sociaux à l’égard des « transphobes », des élèves de l’école menaçant de les étrangler.

C’est pourquoi j’écris cet article de manière anonyme, même si je pense que je devrais pouvoir dire tout ceci sans craindre d’être attaquée. Je veux que les adultes sachent ce qu’il en est réellement aujourd’hui dans les écoles comme la mienne.

*Les noms ont été changés.

Les champs de la mort de Samoa – par le Dr Ah Kahn Syed.

Le Dr Ah Kahn Syed écrit des articles très bien documentés et pleins de bon sens. J’en avais traduit un ici, essentiel. En voici un autre. Il date un peu (enfin, trois mois) mais ce n’est pas un problème. Accrochez-vous à vos chaussettes, c’est du lourd et ça devient pire à la fin.

J’ai aussi traduit en fin d’article des commentaires de quelqu’un qui était sur le terrain à l’époque – donc source d’info de première main – et collabore avec Robert F Kennedy Jr. À ce propos, je reproduirai bientôt ici, puisqu’elle m’en donne l’autorisation, un article d’une autre collaboratrice de Kennedy, ma compatriote Senta Depuydt, extrait de son Substack.

J’ai remarqué que ce sont mes articles au titre le plus accrocheur (genre putaclic) qui sont les plus lus. Le titre du présent article ne rentrant clairement pas dans cette catégorie, vous seriez bien aimables d’aider à le diffuser, si vous pensez comme moi qu’il en vaut la peine.

Note: comme d’habitude, vous trouverez la traduction du texte qui figure sur les images et tweets juste en-dessous de ceux-ci, sous forme de citation.

Source.


Les champs de la mort de Samoa

Que s’est-il passé à Samoa en 2019 et pourquoi est-ce si important aujourd’hui?

Dr Ah Kahn Syed

19 novembre 2022

Nous remontons le temps aujourd’hui… pas tout à fait jusqu’à l’époque d’Ingersoll Lockwood [NdT. avocat et écrivain américain (1841-1918) – sur Wiki], juste un peu. En 2019. Juste avant la « pandémie COVID-19 ». L’endroit? Les magnifiques îles de Samoa.

Vous me demanderez: « De quoi parlez-vous? Que s’est-il passé à Samoa? »

Il s’est passé beaucoup de choses. Tout cela en un mois, en novembre 2019 – juste avant que la PANDEMIE™ ne frappe, et vous verrez que les similitudes avec la PANDEMIE™ sont étranges – jusqu’aux mêmes confinements forcés et vaccinations forcées qui n’ont jamais eu pour but que d’imposer le fascisme médical à une population – parce que tous les documents de planification pandémique antérieurs à 2020 disaient qu’ils n’étaient pas utiles pour contenir une épidémie virale.

Passons maintenant aux Samoa (et aux îles Fidji et Tonga voisines) en 2019. Voici la chronologie

  • Avril 2019 – Le ROR est relancé à Samoa après une pause du programme de vaccination en 2018 suite à deux décès d’enfants liés au vaccin. Le programme de vaccination a été mal accueilli par la population samoane et la prévalence était faible.
  • 1er oct 2019 – L’UNICEF a livré 135 000 doses de vaccins contre la rougeole à Fidji, 110 500 doses de vaccins contre la rougeole à Samoa (ainsi que des fournitures de vitamine A) et 12 000 doses de vaccins contre la rougeole à Tonga.
  • 18 octobre 2019 – Les Samoa déclarent une épidémie de rougeole.
  • 24 oct. 2019 – Les Tonga déclarent une épidémie de rougeole.
  • 7 novembre 2019 – Les Fidji déclarent une épidémie de rougeole (archives ici).
  • 15 Nov 2019 – L’état d’urgence est déclaré à Samoa après 1000 cas et 15 décès (dont 14 enfants de moins de cinq ans).

Immédiatement, la machine de propagande entre en action en faisant croire au monde que le problème est le fait que les Samoa – pour une année seulement – avaient un taux de vaccination inférieur à celui des îles voisines…

[NdT. source]
  • L’UNICEF travaille en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé et l’OMS à Samoa pour cibler les enfants âgés de 6 mois à 19 ans et les femmes qui ne sont pas enceintes entre 20 et 35 ans.
  • Toutes les écoles ont également été temporairement fermées à Samoa et le gouvernement a conseillé aux enfants de moins de 17 ans de ne pas assister à des rassemblements publics afin de contenir la propagation de la maladie.
  • Pour mieux contenir l’épidémie, le gouvernement tongien a annoncé la fermeture temporaire de toutes les écoles primaires publiques du 14 au 25 novembre.
  • Les Fidji ont une couverture de la rougeole de 94% en 2018, sur la base des estimations de l’OMS et de l’UNICEF de 94% de couverture vaccinale contre la rougeole.

D’autres estimations de la couverture vaccinale dans la région estiment en fait qu’elle est proche de 100% à Fidji et à Tonga et qu’elle a atteint 100% à Samoa en 2013, après quoi elle a commencé à baisser. En d’autres termes, si les vaccins fonctionnaient comme promis, l’immunité collective aurait dû être atteinte des années auparavant. En fait, malgré des taux de vaccination mondiaux supérieurs à 80%, il semble que la promesse d’immunité collective n’ait jamais été tenue pour la rougeole. [NdT. je connais personnellement quelqu’un qui a fait la rougeole trois fois, dont deux fois à l’âge adulte – et elle a été vaccinée enfant]

Figure: Couverture de la première dose de vaccin contre la rougeole (MCV1) et de la deuxième dose de vaccin contre la rougeole (MCV2) à Samoa, 2004-2018.
Pas de données pour 2015. Reproduit à partir de données extraites de la base de données de l’OMS.

Cela a été confirmé par le fait que les Fidji et les Tonga ont connu des épidémies de rougeole en dépit de taux de vaccination proches de 100% – les vaccins n’ont donc pas du tout empêché une vague massive d’infections.

Au total, 32 743 vaccinations ont été réalisées avant la Campagne de Vaccination de Masse.

Depuis l’activation de la Campagne le 20 novembre 2019, le Ministère a vacciné avec succès 17 088 personnes.

Des vaccinations gratuites continuent d’être administrées pour les groupes cibles ci-dessous.

Et en fait, il y avait eu une campagne de vaccination de masse qui avait déjà fourni 32 743 vaccins (principalement des enfants) avant l’épidémie – pour une population de 200 000 personnes, dont environ 20 000 enfants de moins de 5 ans. En d’autres termes, une partie suffisante de la population samoane avait été vaccinée en 2019 pour être « protégée » d’une épidémie mortelle de rougeole.

Alors pourquoi l’épidémie des Samoa était-elle un problème tel qu’elle a été rapportée dans le monde entier alors que les épidémies des Fidji et des Tonga ont été ignorées? Eh bien, des enfants mouraient. En grand nombre. En fait, le taux de mortalité dans l’épidémie de rougeole de Samoa de novembre 2019 était 40 fois supérieur au taux de mortalité habituel pour la rougeole dans les pays développés.

Pardon, quoi? Voici le tableau officiel en date du 8 décembre 2019 provenant du fil twitter du gouvernement samoan alors que la population était « vaccinée à 90% ».

Dans la catégorie des moins de 10 ans, ce chiffre est de 62 décès sur 2898, soit 2,1%1. Le taux de mortalité typique pour la rougeole dans les « économies développées » est de 0,05%. Voici une étude datant de 2009, mais d’autres études similaires ont été réalisées depuis.

J’ai volontairement choisi une revue ancienne, malgré le fait qu’elle ait été financée par l’OMS. Il est difficile de trouver une étude ultérieure qui ne soit pas financée par la Fondation Bill et Melinda Gates. Les auteurs ont conclu qu’il y avait une tendance à la baisse du ratio cas-létalité (case fatality rate, CFR) dans les populations vaccinées, mais que cette tendance n’était pas définitive et que la supplémentation en vitamine A pouvait également présenter un avantage. L’association sous-jacente la plus importante avec les CFR rapportés est en fait le lieu où l’étude a été réalisée, les zones rurales et urbaines présentant des CFR plus élevés du fait qu’ils étaient biaisés vers les zones ayant une incidence plus élevée de flambées de rougeole.

Nous pouvons donc supposer que le véritable CFR de la rougeole devrait être bien inférieur à 1% dans les populations saines, indépendamment de la couverture vaccinale. En fait, la vaccination contre la rougeole est censée prévenir les épidémies (c’est-à-dire l’infection) plutôt que les complications de l’épidémie (par exemple, le décès et la pneumonie). Il est donc intéressant de voir ce qui se passe dans des populations totalement non vaccinées et pourquoi les victimes peuvent mourir – un indice donné dans cette étude.

Cinq (83%) des 6 décès sont survenus chez des femmes, dont 3 avaient des maladies sous-jacentes. Le taux global de létalité était de 1,2%. Le taux de létalité était de 2% chez les femmes, 0,4% chez les hommes (P = 0,22), 1,7% pour les cas primaires et 0,7% pour les cas secondaires dans les ménages (P = 0,67). Un seul des enfants décédés avait reçu des soins médicaux. La rougeole s’est propagée rapidement dans ce groupe, n’épargnant que peu de personnes sensibles. Le manque de soins médicaux et la maladie sous-jacente semblent avoir contribué au taux élevé de létalité dans les communautés religieuses.

L’idée est qu’un aperçu rationnel des taux de mortalité dus à la rougeole devrait évaluer les soins médicaux apportés aux cas de rougeole plutôt que de s’appuyer sur la seule vaccination comme méthode de contrôle des décès dus à la rougeole. Pour étayer ce point, malgré les programmes de vaccination contre la rougeole qui touchent presque toutes les communautés de tous les pays du monde, qu’en est-il des taux de mortalité dus à la rougeole?

Les lecteurs avisés auront déjà deviné ce titre

Plus de 140 000 personnes meurent de la rougeole alors que les cas augmentent dans le monde entier
Les nourrissons et les jeunes enfants sont les plus exposés au risque de complications fatales, selon les agences sanitaires.

Oups.

L’épidémie dévastatrice et mortelle de Samoa présente donc deux aspects.

  1. Pourquoi une épidémie de rougeole s’est-elle déclarée dans trois îles voisines au même moment, quelques semaines seulement après la livraison de vaccins de l’UNICEF dans ces mêmes îles?
  2. Pourquoi le taux de mortalité dans l’épidémie des Samoa a-t-il atteint des niveaux si élevés, bien supérieurs à ce que l’on pourrait attendre dans un pays ayant accès aux soins de santé?

En ce qui concerne le premier point, il est clair que le vaccin n’a pas permis de prévenir les épidémies, ce qui signifie que soit les vaccins contre la rougeole ne fonctionnent pas (pas seulement le vaccin actuel, mais aussi ceux des années précédentes qui étaient censés conférer une immunité collective), soit une nouvelle souche de rougeole a été introduite, qui n’était pas couverte par les vaccins.

En ce qui concerne le deuxième point, les rapports sur le terrain montrent clairement qu’il a été très difficile d’obtenir des traitements médicaux pour les personnes touchées. Cela vaut vraiment la peine de regarder cet épisode de The Highwire de décembre 2019 qui donne une vision très différente de la situation que celle rapportée par le gouvernement et l’OMS.

[cliquer sur la photo pour accéder à la vidéo]

Ce qui ressort des rapports de l’époque aux Samoa, c’est que les soins médicaux de base, y compris la vitamine A, la vitamine C et d’autres mesures de soutien, ont été refusés aux enfants des Samoa. C’est presque comme s’il était nécessaire que beaucoup d’enfants meurent pour promouvoir un récit qui exigeait ensuite l’intervention du gouvernement « pour régler le problème ». Pour être clair, ces enfants n’avaient pas à mourir. Ils sont morts parce que le gouvernement avait besoin de convaincre la population qu’il était aux commandes et que la dissidence n’était pas autorisée. Les gouvernements font ce genre de choses. [NdT. le lien est en français]

Quoi qu’il en soit, l’intervention souhaitée a eu lieu rapidement, début décembre.

En réponse à l’épidémie actuelle de rougeole, le @samoagovt entreprendra une « Campagne de vaccination de masse en porte-à-porte » le jeudi 5 et le vendredi 6 décembre 2019 de 7h à 17h sur l’ensemble du territoire.
Lire l’avis complet sur https://facebook.com/samoagovt/


Un abus absolu de pouvoir et une violation des libertés et des droits individuels. Vous devriez être en train de distribuer la #VitamineA et la #VitamineC dont on a désespérément besoin, conformément aux recommandations de l’OMS sur la rougeole, et non de forcer les gens à se faire vacciner!

Qu’est-ce que cette « folle théoricienne de la conspiration anti-vaxx » prétend? La vitamine A et la vitamine C traitent la rougeole? C’est dingue, pas vrai?

Non.

La vitamine A pour traiter la rougeole chez les enfants

Pour que les choses soient claires, il est préférable que les enfants n’attrapent pas la rougeole, mais si c’est le cas, des mesures de soutien appropriées (comme dans les pays « développés » où la rougeole sévit toujours malgré des taux de vaccination supérieurs à 95%) réduisent le risque de décès. C’est également ce qu’affirme l’OMS.

Les complications graves de la rougeole peuvent être réduites par des soins de soutien assurant une bonne nutrition, un apport hydrique adéquat et le traitement de la déshydratation avec la solution de réhydratation orale recommandée par l’OMS. Cette solution remplace les liquides et autres éléments essentiels perdus par la diarrhée ou les vomissements. Des antibiotiques doivent être prescrits pour traiter les infections des yeux et des oreilles, ainsi que la pneumonie.

Tous les enfants diagnostiqués comme ayant la rougeole doivent recevoir deux doses de suppléments de vitamine A, administrées à 24 heures d’intervalle. Ce traitement rétablit les faibles taux de vitamine A pendant la rougeole, qui se produisent même chez les enfants bien nourris, et peut aider à prévenir les lésions oculaires et la cécité. Il a également été démontré que les suppléments de vitamine A réduisent le nombre de décès dus à la rougeole.

Bien sûr, la supplémentation en vitamine A est devenue en décembre une « théorie du complot anti-vaxx », malgré le fait que l’UNICEF ait livré des suppléments de vitamine A à Samoa en novembre.

Le personnel de santé et de communication a été envoyé par @UNICEF à Samoa pour stimuler la campagne de vaccination du gouvernement, livrant (jusqu’à mardi) 110 500 doses de vaccin et 30 000 comprimés de vitamine A. Des vaccins ont également été envoyés à Tonga, Fiji et N… @DFAT#AustralianAid #VaccinesWork

Et, comme à l’accoutumée, les mêmes voix sur Twitter, dont le seul but était de supprimer les comptes comme le nôtre qui fournissaient ce genre d’informations supplémentaires (qui pouvaient sauver des vies) à l’époque du COVID, s’y mettaient déjà lors de la catastrophe de Samoa.

Vous, les pétasses #AntiVaxxer, qui partagez sur les médias sociaux des informations sur #Samoa, #Measles & #VitaminA, est-ce que l’un d’entre vous s’est seulement rendu à Samoa, et a fait la sérologie de ces Samoans à qui vous voulez donner de la vitamine A, pour déterminer que chacun d’entre eux est déficient en vitamine A?

N’est-ce pas le même scénario que celui que nous avons vu ces 3 dernières années?

  1. Une épidémie virale apparaît de façon suspecte
  2. Des médicaments sûrs et réadaptés (y compris des vitamines) sont refusés comme traitement d’appoint à des personnes qui en bénéficieraient probablement sans aucun risque.
  3. Les fabricants de vaccins débarquent pour soi-disant sauver la situation (et probablement l’aggraver, car la vaccination d’une population pendant une épidémie est généralement une très mauvaise idée).
  4. Des groupes de pression sur les médias sociaux passent à l’action pour dénigrer toute personne suggérant autre chose que ce que BigPharma et BigGovt proposent comme solution, et beaucoup plus de gens meurent qu’ils n’auraient dû.

Je profite de cette occasion pour souligner que ces groupes de pression sont insidieux. Ils représentent le côté obscur de la science et de la médecine et tant qu’ils seront autorisés à faire ce qu’ils font, souvent sponsorisés par les gouvernements (comme moyen de contrôle coercitif de la population), les gens continueront à être contraints à des interventions médicales selon des méthodes qui ne sont guère différentes de celles de l’Allemagne nazie. Le résultat a été un niveau excessif de décès dans le monde entier et je tiens à souligner que sans ces fantassins parasites des groupes de pression, plusieurs centaines de milliers de décès auraient pu être évités. J’ai écrit à leur sujet pendant plus d’un an.

Cela vaut vraiment la peine de lire la transcription complète du discours de cette larve. Il est typique de l’élitisme auquel nous sommes confrontés, soutenu par les banques et le FEM. Rappelez-vous que ces gens pensent que vous (le prolétariat) ne devriez pas avoir le droit de vote et que vous êtes des mangeurs inutiles. Par conséquent, votre opinion n’est pas pertinente et ils décideront de ce qui est le mieux pour vous.
[NdT. la page en lien n’est plus en ligne]

La situation a empiré à Samoa car, une fois l’épidémie de rougeole atypique et atypiquement mortelle survenue, les choses ont rapidement dégénéré. Qu’a fait le gouvernement samoan? Il a imposé la vaccination contre la rougeole et a fait appel à l’armée chinoise pour l’aider (notez que toute référence à la présence de l’armée chinoise à Samoa a été supprimée de l’internet2). La population a reçu l’ordre de placer un drapeau rouge devant sa maison pour indiquer qu’elle n’était pas vaccinée. Vous voyez maintenant l’image du ghetto de Varsovie?

Samoa: la vaccination contre la rougeole devient obligatoire
À partir du mois prochain, chaque enfant samoan devra obligatoirement être vacciné contre la rougeole lorsqu’il aura atteint l’âge requis de six mois.

En fait, c’était tellement affreux qu’il y a eu une campagne de protestation sur Twitter avec le hashtag #NaziSamoa. Bonne chance pour trouver maintenant des tweets dissidents avec cette référence.

Mais alors que le nombre de cas et de décès continue de grimper, les autorités ont pris une mesure supplémentaire pour marquer les maisons des personnes non vaccinées.

« Il est conseillé au public d’attacher un tissu rouge ou un drapeau rouge devant leur maison et près de la route pour indiquer que des membres de leur famille n’ont pas été vaccinés », peut-on lire dans un communiqué du gouvernement publié mardi. « La marque rouge permet aux équipes d’identifier plus facilement les foyers à vacciner ».

Les militants anti-vaccins, quant à eux, protestent contre la campagne de vaccination et ont comparé le gouvernement aux nazis, en utilisant le hashtag #NaziSamoa sur Twitter.

Et bien sûr, pour « pousser » tout dissident samoan à se conformer à la directive gouvernementale, le gouvernement a également confiné le pays en fermant les écoles et en interdisant les rassemblements. Ça vous rappelle quelque chose?

Des drapeaux rouges flotteront au-dessus des maisons des personnes non-vaccinées à Samoa tandis que le gouvernement confine et que le nombre de morts de la rougeole augmente

Est-ce la dernière pièce du puzzle?

Il y a une pièce du puzzle des Samoa qui me taraude. Il s’agit de savoir pourquoi une population relativement vaccinée a pu s’en sortir si mal lors d’une épidémie de rougeole. Pour que cela se produise, il fallait que la souche soit inhabituelle. Or, la ligne officielle était qu’il s’agissait d’une souche D8, et non d’une « souche A liée à la vaccination ».

Ce qui m’a toujours turlupiné, c’est que je n’ai pu trouver aucune confirmation génomique de la souche de rougeole de Samoa dans Genbank. La seule souche documentée en 2019 provient des Samoa occidentales, et non des Samoa. Alors comment savons-nous qu’il s’agissait d’une souche de rougeole « naturelle » ? On ne le sait pas.

Et voici le détail insidieux. Le détail qui fait le lien avec le fait qu’il existe des preuves émergentes que le SARS-CoV-2 est apparu avant décembre 2019.

Imaginons que les pires psychopathes du monde (c’est-à-dire les virologues à gain de fonction3) créent une chimère entre l’un des virus les plus infectieux connus de l’homme (la rougeole) et le SARS-Cov-2. Et bien, c’est ce qu’ils ont fait, et cela fait un an que je ne cesse de le répéter. C’est ce petit bijou:

Les psychopathes sont souvent fiers de leur travail. C’est pourquoi ils aiment le signer.

C’est exact. Une chimère rougeole-SARS-CoV-2. Le composant rougeole est censé être tiré de cet article et utilise une construction de Roberto Cattaneo (Genbank MH144178) publiée en 2015. Alors, à quoi celle-ci a-t-elle été utilisée?

Un vaccin COVID-19 hautement immunogène et efficace, à base de virus de la rougeole, à action Th1.

La publication est datée de décembre 2020, mais elle a été soumise en juillet 2020 et comprenait des études sur des souris, ce qui prend généralement des mois. Il est donc très possible – et tout à fait conforme au mode opératoire de Baric – que cette construction ait été réalisée avant décembre 2019.

Bon, cette souche est censée être une souche de rougeole A inactive. Le seul problème est que, lorsque nous effectuons un BLAST sur cette souche (ou sur la Chimère), nous obtenons une correspondance assez fidèle avec une souche D8 de rougeole – à l’exception de plusieurs SNP (qui peuvent être induits en laboratoire par des additifs tels que la protéine APOBEC ou le molnupiravir). En d’autres termes, il est tout à fait possible que cette « souche vaccinale » soit la nouvelle souche de rougeole affectant Samoa. Bien sûr, je serais ravi que l’on me prouve que j’ai tort si quelqu’un dispose de la séquence génomique de la souche Samoa pour le prouver (ce n’est pas le cas).

Donc… nous sommes face à un ensemble de circonstances très inhabituelles. Je récapitule:

  1. Une épidémie de rougeole exceptionnellement virulente se déclare dans trois îles voisines du Pacifique après la livraison d’un vaccin par l’UNICEF.
  2. Sur l’une des îles, le taux de mortalité de l’épidémie est exceptionnellement élevé (et de l’ordre de grandeur de la première vague COVID).
  3. L’épidémie est utilisée pour tester la conformité de la population aux mesures de confinement et aux vaccinations forcées. Il y a très peu de résistance.
  4. À peu près au moment de cette épidémie, Ralph Baric – impliqué dans l’origine du SARS-Cov-2 – participe à la construction4 d’une chimère insolite rougeole-coronavirus dans laquelle la composante rougeole est homologue à la souche D8 de la rougeole (la souche déclarée à Samoa).
  5. Lorsque Samoa reçoit sa première vague officielle d’infections par le COVID, il n’y a pas de décès, ce qui suggère une immunité préalable5.

Et qu’est-ce que tout ça prouve?

Rien. Ça ne prouve rien. Mais ce que ça fait, c’est poser cette question:

Les Samoa ont-elles été le terrain d’essai pour la diffusion d’un coronavirus de type SARS en novembre 2019 – via un vaccin parrainé par l’UNICEF – qui a prouvé que la population mondiale pouvait être intimidée et contrainte d’accepter des vaccinations obligatoires?

Étant donné la façon dont l’OMS, l’UNICEF, le FEM et l’ONU se sont comportés au cours des trois dernières années, je pense que nous connaissons tous la réponse, n’est-ce pas?

Si vous étiez aux Samoa en novembre 2019 et que vous avez plus d’informations, merci de laisser un commentaire ci-dessous. En attendant…

« Au revoir »

  1. Le bilan final est de 83 morts. https://en.wikipedia.org/wiki/2019_Samoa_measles_outbreak
  2. Bien que l’implication directe de l’armée chinoise à Samoa ait été effacée de l’Internet, l’implication de la Chine dans le programme de vaccination contre la rougeole dans le Pacifique occidental ne l’a pas été. Notez l’implication de la Banque mondiale. https://archive.ph/wip/IMEW6
  3. Oui, les virologues à gain de fonction sont des psychopathes. Non seulement ils n’en ont rien à faire de savoir si leurs créations s’échappent, mais ils n’ont aucune difficulté à mentir à leur sujet et n’expriment aucune émotion lorsque des personnes en meurent. Les gens qui les couvrent sont tout aussi horribles. Vous savez qui vous êtes.
  4. Je renvoie le lecteur à ce post très important concernant les origines du COVID
  5. Notre grand ami et gourou de la protéomique Daoyu Zhang, sur le groupe Telegram micevmutton, en fournit ici un solide résumé. Il souligne le taux de mortalité exceptionnellement bas dû au COVID à Samoa, enregistré sur ourworldindata ici.
    En outre, le premier cas de COVID enregistré aux Samoa date de novembre 2020, soit près d’un an après la Chine.

Les Samoa du Pacifique enregistrent leur premier cas de coronavirus

La nation insulaire indique qu’un marin a été testé positif au coronavirus après être revenu d’Europe via la Nouvelle-Zélande.


Commentaires

Robert Kennedy Junior a joué un rôle important dans la mise en place d’une équipe médicale consultative pour tenter de comprendre le taux de mortalité et aider aux protocoles de traitement. J’ai personnellement constaté sur le terrain que, six à sept jours après la vaccination, d’énormes épidémies se produisaient dans les villages où les camionnettes de vaccination étaient passées. Nous étions très attentifs à recueillir des statistiques lorsque nous nous rendions sur place pour essayer d’identifier les tendances. Lorsque nous avons analysé nos chiffres, 98% des personnes qui tombaient malades avaient été systématiquement vaccinées 6 à 7 jours avant la maladie. L’excuse était que le vaccin n’avait pas eu le temps d’être efficace. Cependant, selon un immunologiste de l’équipe qui nous assistait, cette période de 6 à 7 jours correspondait également au temps nécessaire à un vaccin sous-atténué pour rendre le receveur malade. En outre, comme je l’ai mentionné, les tests envoyés en Australie se sont révélés négatifs pour la rougeole de type sauvage dans la majorité des échantillons. Alors, qu’est-ce qui rendait tant de personnes malades? Tout semblait indiquer que le vaccin était contaminé. L’un des médecins de l’équipe consultative m’a demandé de lui envoyer un flacon de vaccin pour qu’il puisse le faire analyser, mais nous n’avons jamais pu le faire. La sécurité autour des vaccins était assez stricte, chaque flacon étant répertorié à sa sortie et le flacon vide à sa rentrée, ce qui, selon le personnel, était inhabituel. Normalement, les flacons vides sont simplement jetés une fois utilisés.

La véritable tragédie est que, malgré la possibilité que nous ayons eu affaire à un vaccin contaminé, les enfants ne seraient jamais morts si les protocoles de traitement que nous préconisions avaient été utilisés. Nous avons affiné un protocole de traitement mis au point par le regretté Dr Archie Kalokerinos, utilisé sur des enfants du Territoire du Nord, en Australie, sur des enfants indigènes, en utilisant des doses élevées de vitamine C et A. Pas une seule vie n’aurait dû être perdue.

L’inefficacité des traitements approuvés par l’ONU/OMS a été démontrée plus tard dans un tribunal par un témoin à charge.

Edwin Tamasese, 19 novembre 2022

Nous donnions la vitamine C à très haute dose sous forme d’ascorbate de sodium et d’acide ascorbique. 1 gramme toutes les deux heures. L’état des enfants s’améliorait en seulement 6 heures. Une fois qu’ils avaient retrouvé le réflexe de manger, nous donnions de la vitamine A à raison de 200 000 UI par dose en deux fois sur 24 heures, puis nous arrêtions. Pour les cas les plus graves, certains qui avaient été renvoyés chez eux pour y mourir, il étaient remis sur pied en 3 jours.

Edwin Tamasese, 12 décembre 2022

La paix du cimetière – Discours de l’ex-Premier Ministre de Malaisie Mahathir Mohamad, 9 mars 2015 (extrait).

Encore un complotiste. Ils sont partout.

Stérilisation par injection, morts subites, turbo-cancers, euthanasie, inflation, destruction de l’économie et des classes moyennes, monnaies digitales programmables, prix de l’énergie, « réforme des retraites »?

Des co-ïn-ci-dences.

Source.


Traduction

Commentatrice: L’ancien Premier Ministre malaisien, Dr Mahathir Muhammad, a déclaré que l’[Accord] de partenariat transpacifique ou TPPA est une stratégie du Nouvel Ordre Mondial menée par un puissant groupe de personnes dirigé par les États-Unis pour dominer l’économie mondiale. S’exprimant lors de la conférence internationale intitulée « New World Order: A Recipe for Peace or War » [Nouvel Ordre Mondial: Une recette pour la paix ou la guerre] organisée par la Perdana Global Peace Foundation, le Dr Mahathir a déclaré que la mondialisation et le commerce sans frontières sont utilisés pour établir un gouvernement mondial unique.

Dr Mahathir Muhammad: Fondamentalement, il s’agit de la création d’un gouvernement mondial. Nous devrions abolir tous les États, toutes les nations, toutes les frontières et n’avoir qu’un seul gouvernement mondial. Et ce gouvernement mondial devra être dirigé par certaines personnes, les élites, des gens très riches, très intelligents, très puissants à bien des égards. Ce sont eux qui gouverneront le Monde.

Il n’a pas été beaucoup question de démocratie ou de choix des dirigeants. Au lieu de cela, il devait y avoir un gouvernement par ces élites, qui imposeront leurs règles à tous les habitants de ce monde. Et pour ceux qui ne sont pas disposés à s’y soumettre, il y aura des punitions. Et la paix que nous obtiendrons d’eux sera la paix du cimetière.

Car l’intention est aussi de réduire le nombre de personnes dans ce monde. Au moment où le Nouvel Ordre Mondial a été énoncé, la population de ce monde n’était que de trois milliards. L’intention était de la réduire à un milliard. Aujourd’hui, la population mondiale est de sept milliards [NdT. en 2015; huit milliards en 2023]. Il sera nécessaire de tuer plusieurs milliards de personnes, de les faire mourir de faim ou de les empêcher de donner naissance afin de réduire la population de ce monde.


Transcription

Commentator: Malaysia’s former Prime Minister, Dr Mahathir Muhammad said that the Transpacific Partnership [Agreement] or TPPA is a New World Order strategy by a powerful pact of people led by the US to dominate the world economy. Speaking at the international conference titled « New World Order: A Recipe for Peace or War » organized by the Perdana Global Peace Foundation, Dr Mahathir said globalization and borderless trade are being used to establish a one world government.

Dr Mahathir Muhammad: Basically, it is about having a world government. We should abolish all states, all nations, all borders but instead have only one world government. And that world government is to be by certain people, elites, people who are very rich, very intelligent, very powerful in many ways. They are the ones who will govern the World.

There was not much talk about democracy or choice of leaders. Instead, there was to be a government by these elites who will impose their rules on everyone in this world. And for those who are unwilling to submit to them, there will be punishment. And the peace that we will get from them is the peace of the graveyard.

Because the intention also is to reduce the number of people in this world. At the time when the New World Order was enunciated, the population of this world was only three billion. The intention was to reduce it to one billion. Now the population of the world is seven billion. There will be a need to kill many billions of people or to starve them to death or to prevent them from giving birth in order to reduce the population of this world.

Communisme et gouvernement mondial – par Jeff Childers.

Jeff Childers est un avocat, assez connu aux États-Unis, et l’auteur de « Coffee and Covid » sur Substack, qui donne tous les jours des nouvelles avec leur analyse – généralement assez amusante. Comment il trouve le temps de tout faire est un mystère pour moi. Je suppose qu’il a un meilleur cerveau, plus jeune. J’avais d’ailleurs envisagé, pour gagner du temps, de lui piquer régulièrement ses articles, du moins ceux qui ont un intérêt pour mes lecteurs francophones. C’est ce que je vais faire.

À propos d’intérêt, il avait publié ce billet le 31 décembre, que j’avais gardé sous le coude. Ce qu’il y écrit rejoint ce que je radote sur ce blog depuis bientôt trois ans – le temps passe vite – à une différence près. L’Union Soviétique n’a pas été démantelée depuis l’extérieur, mais depuis le dessus, par ceux qui l’avaient créée en tant que laboratoire du pouvoir.

Communiste.

Source.


🗞 NOUVELLES DU MONDE ET COMMENTAIRES 🗞

Jeff Childers

31 décembre 2022

[extrait]

CHAPITRE UN – LA ROUTE DERRIÈRE NOUS

En 1984, le président Ronald Reagan a décerné à titre posthume à Whitaker Chambers (1902-1964) la Médaille Présidentielle de la Liberté. Chambers était mort vingt ans plus tôt, après avoir témoigné au Congrès contre Alger Hiss, fonctionnaire du Département d’État et espion soviétique traître, qui avait rédigé la Charte des Nations Unies prétendument au nom des États-Unis à Yalta.

Jusqu’en 1938, Chambers dirigeait un réseau d’espionnage basé aux États-Unis pour le compte des communistes soviétiques. Il est né aux États-Unis juste après le début du siècle, a connu une enfance pauvre dans un foyer athée et a été attiré par le communisme. Mais il a fait défection en 1938, après avoir ressenti un malaise croissant face aux purges internes de Staline, et après avoir trouvé Dieu.

Pendant les dix années qui ont suivi sa fuite dans la clandestinité, Chambers a tenté sans succès d’intéresser le FBI au réseau de hauts fonctionnaires traîtres du gouvernement et du département d’État qu’il supervisait et qui travaillaient secrètement à saper les États-Unis. Juste au moment où il avait abandonné, le House Un-American Activities Committee l’a contacté, et le reste, comme on dit, appartient à l’histoire.

En 1952, Chambers a publié son autobiographie, « Witness« , qui est devenue l’un des livres anticommunistes et conservateurs américains les plus influents de l’histoire. Je vais citer quelques passages de l’introduction, dans laquelle Chambers – s’attendant pleinement à être assassiné – s’adresse à ses enfants, pour expliquer pourquoi il a rendu public et témoigné de ce que manigançaient les Russes.

Selon Chambers, le communisme pose une crise existentielle à l’humanité, et commence par la croyance que la science peut sauver les humains des problèmes qui ont précisément été créés par les progrès de la science:

En partie, la crise résulte de l’impact de la science et de la technologie sur l’humanité qui, ni sur le plan social ni sur le plan moral, n’a dépassé les problèmes posés par cet impact. En partie, elle est causée par les tentatives humaines de résoudre ces problèmes.

Chambers a demandé comment le communisme pouvait contaminer l’esprit de personnes très intelligentes censées se montrer plus avisées, mais qui, au contraire, restent volontairement aveugles aux méfaits de cette idéologie répréhensible. Encore une fois, parlant à ses enfants:

Je vois dans le communisme le point focal du plus grand mal de notre époque. Vous demanderez: pourquoi donc les hommes deviennent-ils communistes? Comment se fait-il que toi, notre père doux et aimé, tu aies été communiste? Étais-tu donc simplement stupide? Non, je n’étais pas stupide.

Étais-tu moralement dépravé? Non, je n’étais pas moralement dépravé. En fait, c’est avant tout pour des raisons morales que les hommes instruits deviennent communistes.

Ne savais-tu pas que les crimes et les horreurs du communisme sont inhérents au communisme? Si, je le savais.

Alors pourquoi es-tu devenu communiste? Il serait plus utile de demander: comment ce mouvement, qui n’était autrefois qu’un simple murmure de parias politiques, est-il devenu cette immense force qui brigue maintenant la maîtrise de l’humanité? Même en tenant compte de tous les hasards et erreurs de l’histoire, la réponse ne peut être que la suivante: le communisme exerce un attrait profond sur l’esprit humain. Ce n’est pas en traitant le communisme de tous les noms que vous comprendrez sa nature. Cela ne vous aidera pas beaucoup à expliquer pourquoi le communisme, dont les horreurs, d’une ampleur inégalée dans l’histoire, sont maintenant de notoriété publique, recrute encore des milliers d’adeptes et en conserve des millions – parmi lesquels certains des meilleurs esprits de notre temps.

La réponse de Chambers est la suivante: le communisme séduit l’homme en lui offrant la possibilité de débarrasser le monde de Dieu, une fois pour toutes, et de devenir son propre sauveur.

Le cœur révolutionnaire du communisme n’est pas son attrait théâtral: « Travailleurs du monde, unissez-vous. Vous n’avez rien à perdre, sauf vos chaînes. Vous avez un monde à gagner. » Cette phrase simple de Karl Marx a été encore simplifiée pour son usage pratique: « Les philosophes ont expliqué le monde; il faut changer le monde. » Les communistes ne sont liés par aucun serment secret. Le lien qui les unit par-delà les frontières des nations, par-delà les barrières de la langue et les différences de classe et d’éducation, au mépris de la religion, de la morale, de la vérité, de la loi, de l’honneur, des faiblesses du corps et des irrésolutions de l’esprit, jusqu’à la mort, est une simple conviction: il faut changer le monde.

Leur pouvoir, dont la nature déroute le reste du monde, parce que le reste du monde a dans une large mesure perdu ce pouvoir, est le pouvoir d’avoir des convictions et d’agir en conséquence. C’est ce pouvoir même qui déplace les montagnes; c’est aussi un pouvoir qui, sans faillir, déplace les hommes. Les communistes forment cette partie de l’humanité qui a reconquis le pouvoir de vivre ou de mourir – de témoigner – pour sa foi. Et c’est une foi simple, rationnelle, qui conduit les hommes à vivre ou à mourir pour elle.

Elle n’est pas nouvelle. C’est, en fait, la deuxième plus ancienne foi de l’homme. Sa promesse a été chuchotée aux premiers jours de la Création sous l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal: « Vous serez comme des dieux ». C’est la grande foi alternative de l’humanité. Comme toutes les grandes croyances, sa force découle d’une vision simple. D’autres époques ont eu de grandes visions. Celles-ci ont toujours été des versions différentes de la même vision: la vision de Dieu et de la relation de l’homme à Dieu. La vision communiste est la vision de l’homme sans Dieu.

Il y a beaucoup plus, j’aimerais avoir la place de reproduire l’introduction entière, sinon le livre entier. Quoi qu’il en soit, après avoir établi les prémisses, Chambers entame le premier chapitre en expliquant POURQUOI il a pris la décision fatidique de quitter le Parti Communiste et de se retourner contre ses anciens alliés. Ce paragraphe m’a toujours profondément marqué:

Je voulais que ma femme réalise bien les répercussions à long terme, pour elle et pour les enfants, de la décision que je prenais. Je lui ai dit: « Tu sais, nous quittons le monde des gagnants pour le monde des perdants. » Ce que je voulais dire, c’est que, dans le conflit révolutionnaire du 20e siècle, je choisissais sciemment le camp de la probable défaite. Pratiquement rien de ce que j’ai observé, ou de ce qui m’est arrivé depuis, ne m’a fait penser que je m’étais trompé dans cette prévision.

Chambers avait une connaissance intime du haut degré de pénétration des communistes dans le gouvernement américain. Il savait très bien que les chances étaient amassées contre lui, contre nous tous; une montagne gigantesque, menaçante, de dangers accumulés. « Nous quittons le monde des gagnants pour celui des perdants », dit-il en parlant de sa décision de faire défection. Et il l’écrit encore en 1952, presque 15 ans après sa défection.

En d’autres termes, les pays libres étaient en train de perdre le monde. En fait, en 1980, si on avait peint en rouge tous les pays communistes sur un globe de salle de classe, ce globe aurait été à 75% écarlate.

C’était la dernière manche, avec quelques minutes à jouer, six points de retard et deux strikes. Ça s’annonçait mal.

Et pourtant, contre toute attente, en seulement huit ans, Ronald Reagan a vaincu l’Union Soviétique. Ça nous a fait gagner 40 ans de paix. Nous étions là, trébuchant en aveugle le long du précipice fragile de la défaite totale, submergés jusqu’aux cils par les espions communistes, dont sans doute plusieurs Maisons Blanches, quand en un clin d’œil, contre toute attente, nous avons sauvé le monde entier.

Tout simplement.

Malheureusement, Reagan a seulement défait l’Union Soviétique. Il n’a pas défait le communisme. Il n’a pas pu – ne pouvait pas – écraser l’illusion insensée que l’homme peut remplacer Dieu par la Science. Reagan n’a pas non plus extirpé les réseaux de termites communistes traîtresses secrètement implantés dans presque tous les gouvernements de la planète.

Voilà ce qui s’est passé. Permettez-moi maintenant de faire avancer le curseur jusqu’à notre situation actuelle, de spéculer sur le présent et sur ce qui nous attend, tout en admettant que l’histoire n’est jamais réglée, ni exempte de controverse. Comprendre ce qui se passe dans le présent peut être périlleusement complexe, voire impossible. Et l’avenir? Rien que des suppositions.

Mais il semble juste d’imaginer qu’après la chute du mur de Berlin, les communistes mondiaux, qui frottaient leurs mains tachées de sang à l’idée d’une domination mondiale imminente, sont restés bouche bée, abasourdis et stupéfaits, après avoir vu le tout leur être arraché à la toute dernière seconde par un cow-boy à la masculinité toxique.

Déconcertés, ils se demandaient: « Que s’est-il passé? »

Ils avaient déjà appris une leçon avec Staline: ne plus mettre de dictateurs narcissiques à la tête du mouvement. Mais après Reagan, j’imagine que les élites communistes ont reconnu le risque d’être trop manifestes, trop visibles. L’Union Soviétique était une cible qui pouvait être, et était, détruite. C’était un panier avec trop d’œufs dedans. Elle avait été lancée trop tôt. Ils ont appris qu’il ne faut pas se lancer dans le communisme à un seul endroit avant d’être prêt à se lancer partout, en même temps.

Ils ont également appris le grave danger de permettre à un président populiste et anticommuniste comme Reagan (ou Trump) de tenir huit années complètes. Mais ceci est une autre histoire.

Au moment où l’Union Soviétique s’est effondrée, notre gouvernement et tous les autres gouvernements du monde étaient envahis de termites communistes traîtresses, attendant leurs ordres. En d’autres termes, en dehors de l’Union Soviétique, le réseau d’espionnage communiste est resté solidement en place, dans les journaux, les stations de télévision, les palais de justice et les bureaux gouvernementaux. Personne ne les a traqués. Personne n’a fumigé les communistes. Personne n’a fait le ménage.

Je me demande combien de secondes il a fallu aux grands maîtres de l’espionnage soviétique pour quitter Moscou vers des climats plus accueillants, et trouver un nouvel emploi productif à aider leur nouveau maître à prendre le contrôle des anciens réseaux d’espionnage soviétiques. Était-ce la Chine? La Chine semble un bon candidat, bien positionné, motivé et disposant des ressources nécessaires.

Mais cela aurait pu être un autre opportuniste qui aurait entrevu des opportunités. Un plus proche de nous, peut-être? Les communistes américains? Les francs-maçons? Le Vatican? Un Rockefeller? Qui sait.

Mais il est clair que quelqu’un a pris le pouvoir, sinon on aurait déjà vu un million de livres écrits par d’anciens espions, ou des arrestations massives et des procès pour trahison. Quelque chose. Mais non. Tout a été aussi calme que la tombe de Staline. Ils sont toujours planqués sous leur couverture. Ce qui signifie: ils travaillent pour QUELQU’UN.

Et voilà où nous en sommes.

CHAPITRE DEUX – LA ROUTE SUR LAQUELLE NOUS SOMMES

Je parie que les lecteurs de C&C aimeraient entendre parler plus souvent sur ce blog de Klaus Schwab, du Forum Économique Mondial, des confiscations de terres agricoles, des raffineries et des usines alimentaires qui brûlent mystérieusement, des fausses guerres par procuration, de la destruction économique artificielle, de l’Agenda 2030 (ou est-ce 2025 maintenant ?) et du pas-si-Grand Reset. [NdT. « not-so-great Reset », le Reset pas terrible – jeu de mots intraduisible]

Je ne traite pas beaucoup de ces sujets pour deux raisons. La première, la plus simple, est que je ne peux prouver aucune de ces choses, et je vous ai promis que je ne soumettrai (généralement) aucune information que je ne peux pas étayer. Je suis avocat. Les preuves sont importantes pour moi. (Oui, oui, je sais qu’il y a des documents organisationnels en ligne et des clips vidéo, et beaucoup de preuves circonstancielles, mais les faits concrets restent élusifs).

Mais avant tout, j’évite de discuter de ces questions parce que j’ai à leur sujet une vision beaucoup plus large et plus simple.

Je crois que la pandémie de covid-19 de 2020 a révélé une conspiration mondiale qui peut être prouvée. La plupart des gens pensent que cette conspiration avait pour but de créer un gouvernement mondial unique. Mais je me demande si en réalité nous ne sommes pas déjà bien au-delà. Je pense que la pandémie apporte la preuve irréfutable que NOUS AVONS DÉJÀ UN GOUVERNEMENT MONDIAL. Un gouvernement mondial secret, caché, insaisissable.

Sauf que, l’espace d’un instant, le masque est tombé, et son visage grotesque a été pleinement révélé.

La preuve semble évidente après coup. En gros, sur une période d’environ trois semaines en mars 2020, tous les gouvernements du monde entier ont mis en œuvre exactement les mêmes mesures draconiennes, totalement anticonstitutionnelles, ainsi que des mesures d’atténuation extrêmement impopulaires, sans la moindre protestation, le moindre débat ou la moindre question de la part de leurs représentants élus.

En d’autres termes, on dirait bien que quelqu’un a passé un coup de téléphone.

Les gouvernements humains ne sont jamais d’accord sur RIEN, et encore moins sur le fait de bombarder au napalm leurs propres économies. Les Chinois se sont mis d’accord avec les Japonais. Les Vénézuéliens se sont mis d’accord avec les Grands Bahamiens, qui se sont mis d’accord avec les Cubains. Les Indiens se sont mis d’accord avec les Pakistanais. Les Italiens se sont mis d’accord avec les Français, qui se sont mis d’accord avec les Britanniques. Les Iraniens étaient d’accord avec les Israéliens. Les Grecs étaient d’accord avec tout le monde, comme TOUT LE MONDE. Même les Canadiens. [NdT. pas la Suède]

Allez quoi, sérieux.

Tout cet accord – également connu sous le nom de « coordination » – est la preuve évidente que quelque chose de plus vaste se jouait en coulisses, quelque chose en mesure de gouverner et coordonner tous les gouvernements depuis le haut. La loi dit qu’en l’absence d’explication alternative suffisante, une action coordonnée seule constitue une preuve prima facie de conspiration. Il suffit de demander à n’importe quel avocat spécialisé en droit de la concurrence ce qu’est la coordination des prix sur un marché particulier, ou de demander à un avocat spécialisé en droit du travail comment prouver des pratiques d’embauche discriminatoires.

Mais il s’est passé autre chose, quelque chose qui confirme l’hypothèse de la conspiration. Il s’agissait de quelque chose qui MANQUAIT à l’action mondiale coordonnée de 2020, l’absence de quelque chose qui aurait dû être là, et son absence constitue une preuve. En 1892, Sir Arthur Conan Doyle a expliqué ce concept élémentaire par l’intermédiaire de son célèbre détective, Sherlock Holmes, qui remarquait la signification du chien qui n’avait PAS aboyé:

Le détective Gregory de Scotland Yard: « Y a-t-il un autre point sur lequel vous souhaitez attirer mon attention? »

Sherlock Holmes: « Sur le curieux incident du chien pendant la nuit. »

Gregory: « Le chien n’a rien fait pendant la nuit. »

Holmes: « C’était ça le curieux incident. »

Qu’est-ce qui manquait en 2020? Quel chien n’a pas aboyé?

Ce qui a manqué, c’est un DÉBAT POLITIQUE sur la façon de répondre au virus. Lorsque les premières fermetures ont eu lieu, où étaient tous les législateurs, les parlements, les ministres et les délégués? Comment une décision aussi monumentale, universelle, dévastatrice pour l’économie et les frontières a-t-elle pu être prise légalement, dans le monde entier, sans qu’UN SEUL gouvernement ne vote quoi que ce soit?

Ne me dites pas que tout est arrivé trop vite. Ils peuvent convoquer des sessions d’urgence.

La « peur » est généralement proposée ensuite comme explication suffisante, mais une peur instantanée, uniforme à 100%, mondiale, qui a contourné chaque institution démocratique et chaque gouvernement critique est encore moins crédible qu’une conspiration.

Aucune nation d’importance n’a dit, vous savez quoi, nous ne faisons pas confiance aux Américains. Nous allons attendre quelques mois et voir ce qui se passe. Les Nord-Coréens ne les ont pas ignorés et n’ont pas suivi leur propre voie. Les confinements ont été l’atténuation unique qui s’est mise en place comme la dernière pièce du puzzle. Et tout ce qui s’est passé au cours des douze mois suivants s’est déroulé sans aucun débat démocratique public significatif. (Quelques nations africaines rebelles ont brièvement résisté jusqu’à ce que leurs dirigeants reçoivent la visite des Clinton). [NdT. ou jusqu’à ce que leur dirigeant meure prématurément]

Pour prouver que CERTAINES nations auraient dû agir différemment, il suffit d’examiner les États américains, qui ont fonctionné de manière relativement indépendante. Que constatons-nous? Ils n’ont pas tous confiné. Et prenez les comtés: il y en a eu encore moins à suivre le mouvement général.

Pourquoi AUCUNE nation n’a-t-elle suivi le même modèle mixte que celui que l’on a pu observer dans les états et comtés américains?

Le prétendu mécanisme de coordination a été « l’action exécutive ». Dans chaque pays. L’action exécutive semble, à toutes fins utiles, être universellement toute-puissante, c’est-à-dire que lorsqu’elle est VRAIMENT nécessaire, elle fait ce qu’elle veut. Comme par hasard, toutes les nations, sur 175 pays, ont apparemment des lois permettant une action exécutive unilatérale, qui contourne instantanément toutes les garanties démocratiques.

Et, bizarrement, chaque exécutif était d’accord avec le même plan. Apparemment. Ou, « quelqu’un » les a tous contournés ou annulés. Cela a prouvé que nos législateurs, nos parlementaires, nos délégués et nos ministres ne sont que de la poudre aux yeux, lorsque les choses se gâtent. Ce ne sont que des acteurs, qu’ils le sachent ou non.

Quelqu’un a passé un coup de téléphone.

On peut se demander qui est ce « quelqu’un » qui peut passer un coup de téléphone pour que tous les dirigeants du monde s’alignent et que le monde entier se confine. Mais d’un autre côté, on s’en fiche. À quoi ça servirait de nommer cette personne? C’est probablement quelqu’un dont on n’a de toute façon jamais entendu parler. Le fait le plus important et le plus immédiat est qu’UNE TELLE PERSONNE EXISTE.

Ce n’est pas Klaus Schwab. Ne me faites pas rire. Ce type est une blague, une caricature vivante, un pathétique homme de paille, jetable, qui n’a jamais rien accompli. C’est la version allemande de Sam Bankman-Fried. [NdT. le supposé responsable du scandale FTX]

Et je doute que ce soit un groupe. C’est arrivé trop vite. Vous pouvez spéculer autant que vous voulez sur les Illuminati, les francs-maçons, les Rothschild, les Bilderberg et les Jésuites. Comme toutes les institutions humaines, même celles-là, si elles existent, sont des organisations hiérarchiques. Ce qui signifie qu’il y a quelqu’un – une personne – au sommet. Et cette personne n’a aucune raison de sortir de l’ombre.

Je vous le demande donc, sur la base des preuves évidentes apportées par la pandémie, existe-t-il VRAIMENT encore des nations souveraines? Ou bien avons-nous pris conscience que les nations ne sont que des distractions, un spectacle de marionnettes, ne fournissant qu’une illusion distrayante d’autonomie démocratique?

L’existence de conflits militaires ne réfute pas cette hypothèse. Je suis sûr qu’on trouverait facilement une douzaine de raisons qui montreraient que la guerre par procuration en Ukraine est la distraction utile du moment, sans parler d’un moyen pratique de déplacer rapidement BEAUCOUP d’argent et de ressources.

Et si vous regardez autour de vous, vous trouverez encore davantage de preuves en faveur de ma théorie du gouvernement mondial.

Je ne suis qu’un avocat. Je ne suis pas un spécialiste de la conspiration de l’élite mondiale. Mais je pense que nous devons peut-être nous rendre à l’évidence, que l’ « Agenda 2030 » lui-même pourrait n’être qu’une distraction de plus, une distraction utile pour ne pas voir que la bataille pour la souveraineté a déjà été perdue, et que le gouvernement mondial unique que tout le monde craint est déjà là, installé et, dans une certaine mesure, aux commandes.

Si vous me suivez toujours et que vous ne pensez pas que je suis fou à lier, la question qui se pose alors est: « Très bien, Jeff, on fait quoi maintenant? ».